Jeu de rôle équin
 
AccueilS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Les chaleurs ont lieu du 1er au 15 de chaque mois.

Partagez
 

 When nothing really mattered - ft. Hallelujah

Aller en bas 
AuteurMessage
Superbia

Superbia

ÂGE : 23
PUF : Kan'
MESSAGES : 158

SEXE DU CHEVAL : Femelle

Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

When nothing really mattered - ft. Hallelujah Empty
MessageSujet: When nothing really mattered - ft. Hallelujah   When nothing really mattered - ft. Hallelujah EmptySam 6 Avr 2019 - 15:23


When nothing really mattered
ft. Hallelujah


Le son de ses sabots se répercute avec aisance sur les stèles dressées, offertes au soleil couchant. Un pas après l'autre, la jument s'enfonce dans les allées du cimetière. Les oiseaux se sont tus avec l'endormissement général, le soleil s'enfonce à l'horizon, dans un lit paré de pourpre et d'orange. Ses derniers rayons étirent les ombres, et la jument marche sur la sienne, un pas après l'autre. Au centre du cimetière, une statue se dresse vers le ciel. Elle fend l'espace nocturne piqué de myriades d'étoiles, habillée d'un drap rendu sanglant par les rayons du couchant. La jument redresse la tête, sa robe dorée a prit une couleur de feu, ses crins argents sont orangés. Elle sourit, apaisée par l'atmosphère ouatée du lieu.

Tout est calme, tout est paisible. On comprend pourquoi on associe le repos éternel à tel lieu.

Les ruines d'une chapelle attirent son regard mais elle ne s'y aventure pas. Sa vie est belle, en ce moment. Elle ne porte plus son masque tissé de mensonges. Il gît, à terre, traîné derrière Superbia par une mince ficelle qui les rattache encore tous les deux. Il est là, juste qu cas où. Cyrius lui avait apprit à être elle même, à être forte comme elle était. Sans artifices. Sans mensonges.

Baignée de rouge, elle profite de l'instant, surplombée par la statue et le ciel étoilé.

Note à moi:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hallelujah

Hallelujah

ÂGE : 27
PUF : Mateen
MESSAGES : 231

SEXE DU CHEVAL : A ton avis ?
TERRITOIRE : Trompeuses


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

When nothing really mattered - ft. Hallelujah Empty
MessageSujet: Re: When nothing really mattered - ft. Hallelujah   When nothing really mattered - ft. Hallelujah EmptyMer 17 Avr 2019 - 23:05

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Crâne roule et tourneboule, qui es-tu revenant de terre? Tes yeux vides sont pleins de mystère. Avant la pelle, avant la pioche, à quoi ressemblais-tu caboche? Crâne qui roule et tourneboule, quel chapeau te couvrait la tête. Une calotte? Une casquette? Que vendais-tu à la sauvette, du Jésus ou de la courbette? Crâne qui roule et tourneboule, quand tu avais, de ton vivant. Une langue derrière tes dents. Etais-tu poète ou menteur, politiqueur ou bien chanteur? Qui es-tu revenant de terre?Tes yeux vides sont pleins de mystère. Quand ils pouvaient rire ou pleurer, as-tu aimé? As-tu aimé?

Mais qu'est-ce que je fous là ? Comment j'ai pu me mettre dans un tel merdier ? Je ne me souviens même pas ce que je fais exactement, mais surtout comment j'ai pu venir dans un tel endroit. Papa m'a parlé parfois de cet endroit. Il m'a prononcé quelques mots là-dessus. Il m'a dit que les chevaux mouraient et venaient ensuite ici, enfin plutôt qu'on les enterrait ici. Mais comment des chevaux peuvent-ils creuser des trous et mettre des corps dedans ? Comment des chevaux peuvent-ils faire en sorte que des chevaux roulent dans des trous pour ensuite disparaître aussi facilement de ce monde ? Bien sûr, je suis parfaitement consciente que les chevaux meurent, qu'ils naissent pour ensuite repartir dans le ciel comme des grands, mais j'aurais toujours du mal à me dire que de la terre recouvrait aussi rapidement des corps qui avaient pu être chauds, il y a de cela quelques secondes. Non vraiment, je ne comprends pas. Moi si je devais mourir ? J'aimerai vraiment me cacher quelque part, qu'on ne sache pas que j'allais mourir et ensuite mourir tranquillement dans un coin seule. Certaines personnes veulent être entourées dans ce genre de moment, mais je préfère être seule. Tout simplement car je ne supporterai pas de voir des proches pleurer, me regarder avec tristesse. Il en est hors de question que je vive ça. C'est une promesse que je me fais.

Un regard autour de moi et je frappai brutalement une pierre qui se trouvait devant mes sabots. Non mais sérieux, quelle idée avais-je pu avoir ? Comment avais-je osé franchir ce pas ? Pourquoi étais-je venue ici ? Je ne comprenais pas. Et pourtant, cette nuit-là, j'avais eu le sentiment qu'il fallait que je vienne. Comme si un fil invisible me tirait vers ce genre d'endroit. Ce début de matinée suivant avait été difficile. Je m'étais levée avec ce sentiment qu'une impression me suivrait tant que je ne serai pas allée dans cet endroit. Alors, en voyant le soleil se lever j'avais osé poser un sabot sur le sol. Délicatement, je pris le pas et marchai vers le cimetière, il était temps que j'y aille. Il était temps que je laisse ce fil entourer la couronne de mon sabot et me tirer. Je marchai pendant plusieurs heures maintenant, une certaine mélancolie dans le coeur et une impression étrange dans l'esprit. Au bout d'un moment, je me retrouvai devant le cadavre d'une ancienne chapelle. Je me stoppai net et l'observai avec curiosité. Une curiosité étrange. Il y avait cette étrange voix qui m'appelait. Comme si on me murmurait des secrets, des mots dont je ne connaissais pas la provenance. Alors finalement, je rentre dans ce cadavre immobilier et me laisse complètement aller.

Sauf que cadavre ou pas, je me retrouve complètement paumée maintenant. Y a des pierres tombales partout autour de moi, quatre murs qui tiennent sans toit et des voix qui viennent dans ma tête sans que je ne sache pourquoi. Je secoua brutalement la tête, regarde autour de moi et m'autorise à faire demi-tour. Peut-être qu'en le faisant je retrouverai mon chemin. C'est pourquoi je le fis, je me prit plusieurs toiles d'araignée dans la gueule, des pierres me griffèrent les flancs et des lierres m'enserrèrent les jambes. Compliqué. Finalement, je vis le chemin que j'avais prit et je retrouvai rapidement la sortie du cimetière. Alors, sans savoir réellement pourquoi, je prit le grand galop et voulus repartir. Mais soudain, une pierre choqua mon sabot et je me retrouvai sur le sol, la tête dans la terre et la croupe en avant. Je me relève rapidement, me secoue et jure.

" Bordel de merde. Cet endroit me gonfle putain ... " dis-je pour finalement poser mon regard sur une jument en face de moi. " T'es là depuis combien de temps, toi, dis-donc ? "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Superbia

Superbia

ÂGE : 23
PUF : Kan'
MESSAGES : 158

SEXE DU CHEVAL : Femelle

Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

When nothing really mattered - ft. Hallelujah Empty
MessageSujet: Re: When nothing really mattered - ft. Hallelujah   When nothing really mattered - ft. Hallelujah EmptySam 20 Avr 2019 - 15:30


When nothing really mattered
ft. Hallelujah


Les paupières de l'espagnoles sont fermées, alors qu'elle savoure l'instant avec délice. Le soleil se couche peu à peu à l'horizon et irradie toujours le lieu de ses dards orangés. Le cimetière est calme, une nuée d'oiseaux s'envole d'un arbre non loin. Leur danse synchrone fend le ciel orange d'une multitude de corps noirs. Les ombres dansent comme les oiseaux piaillent. Il y a quelque chose de reposant qui, soudain, se voit rompu par une pierre poussée du sabot. Superbia ouvre les yeux et tourne doucement la tête, comme un automate rouillé qui ne veut pas faire grincer les rouages. Elle aperçoit une robe dorée qui disparait dans les ruines de la chapelle, happée par la gueule béante des pierres effondrées. Le temps est long depuis que l'équidé s'est engouffré dans le dédale de roches anciennes, comme si le monstre mort digérait l'âme qu'il avait attirée à lui.

Un autre bruit de roche, puis un choc sourd d'un corps qui tombe. Superbia esquisse un pas vers l'endroit mais se ravise en entendant un juron. Une voix de jeune jument parvenait à ses oreilles et les mots employés étaient crus. Un sourire nostalgique habilla ses lèvres alors qu'elle observait une jeune jument dorée qui approchait d'elle. Elle lui disait quelque chose sans qu'elle ne puisse dire quoi. Elle ne pu mettre de mots sur cette impression et observa la plus jeune qui approchait.

Superbia était dressée bien droite sur ses jambes, ancrée dans ses appuis. Le soleil couchant l'illuminait de rouge et projetait son ombre sur la statue d'ange agenouillé, derrière elle. Les ailes de pierre s'étendaient de part et d'autre de la jument, lui donnant presque un air de cheval volant. Elle observe son interlocutrice, son masque gisant à terre. Elle n'avait plus peur d'être blessée.

Depuis que le soleil a commencé sa course pour se coucher. Bien avant qu'il ne baigne ce lieu de pourpre. elle marque un arrêt et observe la jument. Tu portes l'odeur des trompeurs. Comment t'appelles-tu?

Elle avait commencé à réfléchir à intégrer le troupeau de Cyrius, son aimé. Elle était donc contente de tomber sur un trompeur pour découvrir un peu les chevaux que dominait l'arabe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hallelujah

Hallelujah

ÂGE : 27
PUF : Mateen
MESSAGES : 231

SEXE DU CHEVAL : A ton avis ?
TERRITOIRE : Trompeuses


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

When nothing really mattered - ft. Hallelujah Empty
MessageSujet: Re: When nothing really mattered - ft. Hallelujah   When nothing really mattered - ft. Hallelujah EmptyLun 22 Avr 2019 - 13:19

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

I've been sleepless at night. 'Cause I don't know how I feel I've been waiting on you. Just to say something real there's a light on the road. And I think you know morning is coming. And I have to go I don't know why, I don't know why. We need to break so hard I don't know why we break so hard. (c) Rhodes, Birdy

J'ai le don pour me mettre dans de sacrés situations, moi, sincèrement. Je crois que j'ai la malchance de mon côté ... La poisse, comme diraient certains. Si je suis superstitieuse ? Pas du tout, c'est juste que j'ai l'impression d'être maudite quand je veux découvrir de nouveaux endroits.Ou peut-être suis-je simplement maladroite, qui sait ? Ouais, si j'étais réaliste, je dirais que c'est le cas. J'ai la maladresse d'un éléphant ... Vous me mettez dans un magasin de porcelaine ? Je détruirais tout. Vous me demandez de construire un château ? Le toit tomberait immédiatement. Je ne suis pas douée de mes sabots, il faut l'avouer. Et le pire, c'est que je voudrais gouverner, construire un royaume et défendre mon père ? Comment le ferais-je si je suis totalement maladroite ? Ca risque d'être compliqué sérieusement. Bon faudrait que je m'améliore tout simplement. Faudrait que je trouve un moyen de devenir beaucoup plus adroite ... Faudrait que je m'entraîne tout simplement. Mais encore une fois, aujourd'hui, j'ai montré ma maladresse en me vautrant comme une merde devant cette jument dorée. En même temps, quelle idée avais-je eu à rentrer dans ce cadavre immobilier ? Ma curiosité me tuera certainement un jour, c'était certain. Mais pas aujourd'hui. Car aujourd'hui, j'ai besoin de découvrir le monde, de découvrir ce qui m'entoure : sûrement, car je suis encore jeune.

Le pire dans tout ça, c'est que cet endroit était même pas beau. Il avait été construit par les hommes, j'en suis convaincue. Mais comment avaient-ils pu construire un endroit aussi hideux ? Je me demande même ce à quoi cela pouvait-il servir, d'ailleurs ? Beaucoup de statues étaient présentes. Ce lieu était-il un endroit culte ? Priait-on dans un tel lieu ? Les Dieux y étaient-ils présents ? Si oui, comment pouvaient-ils accepter de vivre dans un endroit aussi moche ? Je ne comprendrai certainement pas. Oh bien évidemment, je suis consciente d'être dans un cimetière, mais ne comprenant la signification d'un tel lieu, bien évidemment je ne comprendrai pas cette chapelle. Finalement, je me relève délicatement et observe la jument dorée. Elle sentait le solitaire. Je détestait les solitaires. Je ne les comprenais pas en fait. Comment pouvait-on vivre seuls ? Loin d'un troupeau ? Mais surtout comment pouvait-on survivre ? Je secoue la tête, pour évacuer la poussière qui m'entourait et ouvrit la bouche.

" Que de poésie dis-moi. T'as de la famille dans les poètes ou t'es née ainsi ? " demandai-je avec un léger sourire moqueur. Puis mes oreilles se pointèrent à sa question. " Comment connais-tu cette odeur sachant que tu es solitaire ? Mais sinon, je suis Hallelujah, princesse des Trompeuses et fille de Cyrius. " dis-je presque solennellement. " Et toi, quel est ton nom ? "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Superbia

Superbia

ÂGE : 23
PUF : Kan'
MESSAGES : 158

SEXE DU CHEVAL : Femelle

Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

When nothing really mattered - ft. Hallelujah Empty
MessageSujet: Re: When nothing really mattered - ft. Hallelujah   When nothing really mattered - ft. Hallelujah EmptyMar 23 Avr 2019 - 0:07


When nothing really mattered
ft. Hallelujah


Le temps sembla se suspendre un instant, écoulant les secondes avec une lassitude innée ou inouïe. Chaque grin de sable continuait sa course paresseusement, alors que le souffle de Superbia s'était arrêté, juste l'espace d'un battement de cils. Tout reprit son cours comme si rien ne s'était jamais passé, comme si les secondes passées étaient déjà oubliées. Un sourire de circonstances étira maigrement les lèvres de l'espagnole alors qu'elle digérait la nouvelle. Face à elle, la fille de Cyrius, sa future belle-fille. Il fallait faire bonne impression malgré la mauvaise que l'isabelle venait de lui faire. Donner le bénéfice du doute, être patiente et compréhensive. S'ouvrir à une famille dont elle n'avait pas entendu que du bien, être tolérante.

Son sourire s'affirma, amusée par la réplique presque agressive concernant sa poésie. Elle se sentait bien, conquise, comblée, comme une terre fertile que soignait le paysan après les attaques de nombreuses armées. Elle se sentait reposée et solide, château bâti sur de belles et neuves fondations.

Ma famille n'a jamais fait dans l'élégance, et c'est précisément pour cela que j'ai évolué de la sorte. elle marque un arrêt et son sourire s'accentue. Je connais ton odeur car je connais ton père, Cyrius. Je suis Superbia, compagne de Cyrius et prochainement membre des Trompeuses.

Elle affirme son choix en le vocalisant, s'étant fait son idée finalement. Plus de retour en arrière possible, elle se décide enfin à accepter une couronne qu'elle avait toujours fuit. Mais près de lui, elle y croyait. Elle se sentait aussi prête que de fonder une famille.

Tu accepterais de me parler de toi?

Ajoute-t-elle, avec une curiosité modérée, intéressée par la jeune jument avec qui elle devra vivre le reste de sa vie. Elle acceptait Cyrius et son passé, ceci incluant bien évidemment la famille qu'il avait fondée. Elle n'avait d'ailleurs aucun avis sur Nazz'ariah, si ce n'était une légère rancoeur d'avoir fait souffrir le dominant. Bien qu'elle ait conscience que lui-même n'était pas tout blanc.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hallelujah

Hallelujah

ÂGE : 27
PUF : Mateen
MESSAGES : 231

SEXE DU CHEVAL : A ton avis ?
TERRITOIRE : Trompeuses


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

When nothing really mattered - ft. Hallelujah Empty
MessageSujet: Re: When nothing really mattered - ft. Hallelujah   When nothing really mattered - ft. Hallelujah EmptyMer 24 Avr 2019 - 19:33

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Don't be afraid. Fear's a fire, the walls are caving in you see the demons and the seraphim's. The battle lines stretch from east to west the war it wages when all you want is rest. It's all crashing down, still through the sound a voice is saying. Don't be afraid, it's all right you're not alone in the dark.(c) Tyron Well

Les premières paroles de la jument me firent brutalement reculer et mettre les oreilles en arrière, alors que mon coeur se stoppait net. Superbia. C'était la jument de Papa ? Alors ce serait elle ma future belle-mère ? Cette jument aux courbes latines et non arabes ? Il me décevait. Comment pouvait-il se mettre avec une telle jument ? Comment osait-il souiller notre lignée avec une telle jument ? Je ne comprenais pas, je pensais pourtant qu'il voudrait garder notre lignée pure. Jamais elle ne remplacera maman. Jamais elle ne sera elle et jamais je ne la laisserait enfanter. A moins qu'elle le soit déjà ... Pleine de Papa. Mais je ne veux pas le savoir. Je ne veux pas voir de poulain sortir de ce truc qui servait de jument. Prend sur toi, prend sur toi Halle. J'essaie de me mordre la langue pour calmer mes ardeurs tandis que mon cerveau tournait dans tous les sens. Je ne savais réellement pas quoi faire .. Soit j'acceptais cette jument et faisais semblant de l'apprécier, soit je reste moi-même et la détruis aux moindres gestes qu'elle ferait. J'aime Papa. Il est toute ma vie et je lui ai promis de le protéger. Non mais attendez ! J'ai aussi promit de protéger cette jument ... Putain, mais quelle con ! Comment ai-je pu promettre une telle chose sans même la connaître ? J'ai pas le choix maintenant, je ne dois pas déshonorer ma promesse, je ne suis pas comme ça, je ne l'ai jamais été.

Un soupir sortit de mes lèvres tandis que je secouais la tête et redressais légèrement les oreilles. Je suis vraiment dans un beau bordel, en réalité. Bon beh, je serai obligée de faire semblant et prendre sur moi. Mais qu'elle soit certaine d'une chose : je la protège seulement car j'aime mon père, alors je le fais pour lui et non pour elle. Finalement, je ferme les yeux en tentant de réfléchir. Elle deviendrait ma belle-mère, elle aurait forcément des poulains, elle ne détruira jamais ma famille ... Ou tout du moins, elle n'avait pas l'air de le vouloir puisque elle paraissait convaincue de sa situation. Elle allait intégrer les terres trompeuses et deviendrait reine. A ma place. Mais je récupérerai ma place. Jamais elle ne montrera sur le trône aussi longtemps qu'elle le voudrait, elle ne l'aura que pour que je sois prête, tout simplement. Alors, je la manipulerai, comme toutes les autres. Finalement, je pousse un dernier soupir et lui adresse un sourire légèrement sarcastique. Et je m'approche délicatement d'elle.

" Tu penses réellement avoir les épaules pour gouverner ces terres ? Pour soutenir mon père alors que ma mère l'a abandonné ? Tu penses être capable d'avoir des enfants avec lui ? De rester toute ta vie sur un trône qui ne t'appartient pas ? " demandai-je avec une certaine curiosité, mais aussi une grande méfiance.

Je finis par m'approcher davantage et fis le tour au pas de la jument, comme une prédatrice autour de sa proie. Je la jaugeais. Etait-elle réellement digne de l'amour de Papa ? Méritait-elle vraiment de pouvoir l'aider ? De pouvoir être aimée de lui ? J'en doute. Mais bon, autant qu'elle y croit quelques instants. Elle finira sans doute par se lasser et partir aussi vite que maman. Au bout de plusieurs tours, je me remet face à elle et lui adresse un sourire, bien spécifique. Dont seulement moi saura réellement la signification. Alors comme ça, elle voulait connaître des choses sur moi ? Très bien. Je lui dirai le strict minimum, mais assez pour qu'elle soit calée.

" Tu veux me connaître ? Très bien. Déjà, dis-moi ce que mon père t'a dit exactement sur moi : peut-être que je saurai compléter ces informations. " dis-je en finissant par me stopper et plonger mon regard dans le sien, une lueur étrange dans le regard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Superbia

Superbia

ÂGE : 23
PUF : Kan'
MESSAGES : 158

SEXE DU CHEVAL : Femelle

Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

When nothing really mattered - ft. Hallelujah Empty
MessageSujet: Re: When nothing really mattered - ft. Hallelujah   When nothing really mattered - ft. Hallelujah EmptyDim 5 Mai 2019 - 1:23


When nothing really mattered
ft. Hallelujah


Le soleil, au loin, continuait son périple vers le bord du monde. Lent astre décadent, il plonge et s'allonge sur l'horizon, envoyant paresseusement ses derniers rayons comme un jette un mouchoir sur le monde. Irradiée, Superbia observe, Superbia détaille. Elle regarde et apprend à connaître cette jeune jument, sa belle-fille. Et elle était belle, la petite dorée. Son sang arabe lui avait donné des allures relevées malgré une vulgarité marquée dans son caractère. Elle n'était pas la princesse de porcelaine mais la rose, piquante et belle. Mais fânera-t-elle?

Les attaques se multiplient verbalement, que pensait-elle réellement? Superbia se doutait que la plus jeune n'était pas ravie de la rencontrer. Elle se doutait qu'elle n'était pas la bienvenue dans sa vie, et que la place qu'elle se créerait sera au prix de longs efforts. Mais elle devait au moins ça à Cyrius. Elle devait au moins faire ces efforts, pour Hallelujah. Si elle répondait à la haine par la haine, où irait le monde?

Je n'ai peut être pas les épaules pour gouverner. Je n'ai peut être pas le corps que tu espérais que j'aie, ou le visage que tu préfèrerais regarder dans les yeux. elle sourit un peu plus. Mais je suis moi, unique et authentique. Je ne fais pas semblant, je ne mens pas. Je serai là pour lui, comme je serai là pour toi si tu me le demandes. elle marque une pause, lui laisse le temps de marquer cette phrase dans son esprit. Ce trône n'appartient à personne d'autre que Cyrius. Il n'est ni le tien, ni celui de ta mère, ni le mien. Cyrius est l'élu de Zeus, et Cyrius seul décidera de son héritier. Que ce soit toi, un possible futur enfant que je lui donnerai, ou son meilleur ami sans liens de sang aucun, il ne restera que sa seule et unique décision. Et quelle qu'elle soit, je le soutiendrai dans ses choix. En feras-tu de même?

Son sourire se fait un peu malicieux. Elle la jauge, teste ses envies de grandeur. Voulait-elle l'héritage? Ou ses desseins étaient-ils plus nobles?

Je ne connais de toi que ton nom, et le nom de tes parents. Je sais que Cyrius t'aime, et que je veux apprendre à te connaître pour avoir ma place aux côtés de ton père. Je ne suis pas là pour que tu te sentes rejetée ou de trop, car c'est faux. Tu es le fruit de l'amour de Cyrius, tu es sa fille et son sang. Alors laisses moi une place dans ta vie, car moi je compte bien t'en offrir une dans la mienne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hallelujah

Hallelujah

ÂGE : 27
PUF : Mateen
MESSAGES : 231

SEXE DU CHEVAL : A ton avis ?
TERRITOIRE : Trompeuses


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

When nothing really mattered - ft. Hallelujah Empty
MessageSujet: Re: When nothing really mattered - ft. Hallelujah   When nothing really mattered - ft. Hallelujah EmptyLun 13 Mai 2019 - 0:15

Mon regard se dirigea vers l'horizon et je pus remarquer que le soleil était en train de se coucher. Bientôt la nuit remplacera le jour. Bientôt les Morts reprendront leurs droits et bientôt ce cimetière redeviendra ce qu'il a toujours été : un sanctuaire. Mais maintenant, je comprends mieux pourquoi mes rêves ainsi que la petite voix que j'ai pu entendre, m'ont conduit ici. Elle/ils voulaient que je rencontre ma future belle-mère, que je vois à quoi elle peut ressembler. Et sincèrement ? J'en suis déçue. Comment Papa a-t-il pu se mettre en couple avec elle ? Comment a-t-il pu renier ses origines et se mettre avec une ibérique ? Comment a-t-il pu accepter qu'une latino souille nos origines ? Parfois je ne le comprendrai pas. En réalité, je crois que je ne le comprendrai sans doute jamais. De une, comment a-t-il pu accepter que Maman le trompe ? Qu'elle s'en aille aussi facilement ? Mais surtout ... Comment a-t-il pu retourner avec une autre jument aussi facilement, aussi rapidement ? Papa est-il un coeur d'artichaut à ce point-là ? Sans doute. Ou alors, il reste un mâle tout simplement. Il aime tout ce qui bouge, tout ce que les juments peuvent lui fournir. Un trou reste un trou comme dirait les imbus d'eux-même. Sauf que je ne suis pas comme eux. Moi, je déteste les mâles, je déteste le sexe ... Je veux seulement être tranquille.

Finalement, mon regard se porta de nouveau sur la jument ambrée et je fermai deux secondes les yeux. Si elle croit sincèrement que j'accepterai sa venue dans ma vie aussi facilement, elle se trompait lourdement. Mais j'avais fait une promesse à Papa : je le protégerai lui et sa jument. J'ai beau la détester, je la protégerai tout simplement. Si les autres devaient connaître mes pensées, mes véritables intentions ? En aucun cas. Personne ne doit connaître tout cela, surtout pas Papa et cette garce d'ibérique. Tout cela doit rester entre moi et ma conscience, tout simplement. Si j'ai des projets ? Oh bien entendu que j'en ai ... Tout le monde en a des projets, n'est-ce pas ? Osez me dire que mon père n'en a pas en se mettant ainsi en couple. Ne me dîtes pas que cette ibérique n'a pas de projet en se mettant ainsi avec un dominant. Vivre d'amour et d'eau fraîche ? C'était tout bonnement impossible sur cette île, j'en suis convaincue maintenant. Surtout quand on est dominant, ou dominante d'une terre. Au discours de la jument, j'eus un grand sourire et secouai la tête vigoureusement.

" Je vais t'avouer quelque chose : je pensais que Papa ne se mettrait plus jamais avec une jument. Surtout lorsque Maman lui a brisé le coeur. Mais finalement, il t'a choisi. Mais penses-tu qu'il t'aime réellement ou es-tu simplement un pansement ? Vu son caractère, je pencherai plus pour la seconde solution, je dirai. " dis-je avec un sourire carnassier. " Si je suivrai mon père quoiqu'il fasse ? Bien entendu, comme toute bonne fille à papa, n'est-ce pas ? Mais ce trône m'appartient et je l'aurai un jour. Et ça, il le sait. Donc mets le dans ta tête aussi. Cet enfant dont tu me parles ne prendra jamais ma place. J'y veillerai. " murmurai-je, presque menaçante.

Je pense qu'elle ne sait pas encore à qui elle a réellement à faire. Si Commedia savait jouer la comédie, je pouvais très bien la faire aussi. Actuellement, Papa pense que je suis la plus douce du monde, que je l'aime et que je veux le protéger mais il ne connait pas mes réelles intentions. Personne ne les connait, mise à part moi. Et encore, même moi je n'en suis pas complètement certaine. Alors oui je la menace mais je l'accepte parfaitement. Je ne devrais pas menacer ma belle-mère à notre première rencontre, j'en suis parfaitement consciente mais je veux qu'elle se rende compte à qui elle a affaire actuellement. Second discours et j'eus un grand sourire. Elle voulait que je l'accepte dans ma vie, que je lui laisse une place. Je ne laisse de place à personne dans ma vie, ça il faut le savoir. Alors, bon courage. Il ne faut pas qu'elle rame, non elle devait engager une équipe de ramiers dorénavant. Finalement, je ronfle des naseaux et secoue la tête.

" Te laisser une place dans ma vie ? T'accepter ? Sincèrement, je ne sais même pas si je le réussirai. J'ai encore du mal à accepter le départ de ma mère, alors accepter que tu la remplaces. C'est hors de question. Mon père peut t'aimer autant qu'il le veut, mais moi il en est hors de question. Bien sûr, je te protégerai comme je lui ai promis, mais je te détesterai toujours d'avoir prit la place de maman. Mais en tout cas, je te remercie de réchauffer ce trône pour moi. " lui répondis-je avec un sourire moqueur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Superbia

Superbia

ÂGE : 23
PUF : Kan'
MESSAGES : 158

SEXE DU CHEVAL : Femelle

Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

When nothing really mattered - ft. Hallelujah Empty
MessageSujet: Re: When nothing really mattered - ft. Hallelujah   When nothing really mattered - ft. Hallelujah EmptyVen 17 Mai 2019 - 0:00


When nothing really mattered
ft. Hallelujah


La plus jeune ne prit même pas la peine de faire semblant. La haine et le dégoût se lisait dans ses yeux comme si son regard était une pancarte. Les mots "Je te hais", "Je veux le pouvoir" "Je suis une garce" clignotaient avidement sur son visage. Elle était haïssable. Elle était révoltante. Elle était de ces juments que Superbia avait du mal à faire semblant d'apprécier. Mais l'âge et l'expérience lui avaient apprit à mentir. Son passé n'était jamais très loin, avide de resurgir à chaque seconde pour la transformer de nouveau.

Les paroles de la fille de Cyrius étaient pleines de sous-entendus. Son comportement passif-agressif tapait sur le système de l'Espagnole qui n'en fit rien paraître. Elle valait mieux que ça. Mieux qu'une petite pourrie gâtée qui pense que le monde lui est dû de par ses origines. Elle n'était rien. Personne n'était rien d'autre qu'un assemblement de chair et de sang dans ce monde. Il fallait qu'elle redescende.

Tu peux bien tenter de semer tes idées empoisonnées dans mon esprit, chérie. Tu peux bien tenter de me faire douter de ton père sous prétexte que tu n'as aucune confiance en lui ou en moi. Ou peut-être est-ce un manque de confiance en toi que tu caches en montrant les crocs? Petite princesse n'est finalement pas certaine d'avoir les épaules pour gouverner? son sourire se fait presque mauvais. J'aime ton père, et il m'aime. Nous le savons et n'Avons pas besoin de toi pour décider à notre place. Que ce soit trop tôt ou trop tard pour qu'il se remette avec quelqu'un, ce n'est à personne d'autre que Cyrius d'en juger. Il est bien assez grand pour se défendre et faire des choix éclairés sur sa vie. En ce qui concerne la défense que tu me proposes, sache que j'en suis touchée. elle est sincère, son regard se fait presque doux. En elle sommeille une mère. Je ne compte pas me battre avec toi ni te détester. Si un jour tu changes d'avis sur moi, saches que je t'accueillerai dans ma vie avec plaisir.

Elle redresse la tête, suit des yeux une nuée de chauve-souris qui part en chasse au crépuscule. Ces bêtes de terreur étaient peut-être comme Hallelujah. Laides et vicieuses au premier regard, mais cachant un tout autre personnage.

Cependant, si tu t'avises de vouloir du mal à ma famille, fille de Cyrius ou pas, ne compte pas sur moi pour me laisser faire. Je ne veux pas de ce trône mais la couronne est partagée pour que je puisse vivre cet amour. Saches, chérie, que si Cyrius me consulte quant à ton soit-disant héritage, je ne cacherai rien de ce que tu as dit.

Son regard s'ancre dans celui de la dorée. Elle est loyale et vraie, ne ment pas. Cette rencontre ne mènerait à rien de bon, elle le savait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hallelujah

Hallelujah

ÂGE : 27
PUF : Mateen
MESSAGES : 231

SEXE DU CHEVAL : A ton avis ?
TERRITOIRE : Trompeuses


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

When nothing really mattered - ft. Hallelujah Empty
MessageSujet: Re: When nothing really mattered - ft. Hallelujah   When nothing really mattered - ft. Hallelujah EmptySam 25 Mai 2019 - 20:32

La tension était palpable entre nous. Mais je sais parfaitement que je suis la première à l'avoir engendré. Si je cherche la merde ? Bien évidemment. Si je cherche à connaître ses limites ? Bien sûr. Je ne la connaissais pas et elle devenait ma belle-mère ? Alors oui, il faut que je la connaisse parfaitement, sur les bouts des sabots et que je sache comment elle était, comment elle réagissait et surtout qu'elles étaient ses limites. Les limites sont très importantes dans l'élaboration de plans, dans le fait de vouloir détruire quelqu'un et surtout de vouloir le faire partir de nos vies. Je ne la veux pas dans la mienne. Je ne veux pas qu'elle connaisse le bonheur avec Papa. Malheureusement, je n'avais pas le choix. Mais j'avais encore le choix de pouvoir la faire souffrir, de pouvoir la pousser au delà de ses limites, et surtout de pouvoir la faire chialer au point qu'elle s'enfuit de mon territoire. Bien sûr, je ferai cela avec subtilité, dans le silence et avec manipulation. Personne ne pourrait supposer que c'est moi, personne ne pourrait croire que je suis la fouteuse de merde ... Quoique. Je suis née pour cela je crois. Un léger sourire moqueur naquit sur mes lèvres à cette pensée. Mais aux dires de la jument argent, il disparut assez rapidement et mes oreilles se couchèrent. Elle avait de la répartie la garce.

" Alors de une : on ne m'appelle pas Chérie impunément et surtout pas quelqu'un que je ne connais pas. Même mon père ne m'appelle pas ainsi, alors je ne vois pas pourquoi toi, belle-mère par procuration tu le ferais. " dis-je en m'approchant d'elle avec les oreilles en arrière. " Il t'aime, tu l'aimes, vous vous aimez et tout le monde fut heureux, vous faîtes des enfants, vous vous mariez ... Sérieux, qu'est-ce que je m'en fous, quoi ! Je n'ai juste pas envie que tu sois dans ma vie, c'est tout. Tu n'es pas ma mère et en plus, tu n'es pas arabe, donc tu n'as rien à foutre dans ma lignée. Ma protection est sincère, mais elle est surtout par dépit que tu es avec mon père. " Je me recule légèrement en frappant le sol de l'antérieur. " Et si je n'ai pas envie d'être accueillie dans ta vie ? "

Je sens réellement que cette rencontre ne sera sans doute pas la plus belle de toute ma vie. Et puis je m'en voulais encore une fois d'avoir voulu protéger mon père ainsi que cette garce ... J'ai vraiment été con ce jour-là sérieux. Je me pensais manipulatrice, mais je n'ai cessé de suivre mon impulsion. Je suis vraiment débile des fois, sérieux ! Finalement, je suis du regard la nuée de chauve-souris qui passa derrière moi et eut un petit sourire. Faudrait que je devienne comme ça, un jour : silencieuses à longueur de temps et vicieuses au point de tuer plus faible que soit.

" Alors on ose me menacer maintenant ? Tu peux en parler à mon père, crois-moi que j'arriverai si facilement à jouer la comédie que tu passeras de une, pour une abrutie et de deux, pour une manipulatrice. Donc vas-y balance tout, mais ce serait plus toi que moi qui en perdra quelque chose là dedans. " dis-je avec un sourire sournois.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Superbia

Superbia

ÂGE : 23
PUF : Kan'
MESSAGES : 158

SEXE DU CHEVAL : Femelle

Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

When nothing really mattered - ft. Hallelujah Empty
MessageSujet: Re: When nothing really mattered - ft. Hallelujah   When nothing really mattered - ft. Hallelujah EmptyDim 26 Mai 2019 - 16:45


When nothing really mattered
ft. Hallelujah


Plus le temps passait, plus le soleil dépassait l'horizon. L'ambiance rougeoyante s'éteignait comme une flamme qui s'amenuisait. La nuit prenait place une seconde après l'autre, lent voile bleuté qui s'étendait sur la Terre comme de la brume sombre. Superbia commençait à disparaître dans l'ombre de la statue alors que la lune se levait derrière elle. Son regard devenait neutre, presque mauvais, alors qu'elle fixait sa belle fille à l'âme si noire et laide qu'elle ne savait pas comment lui trouver des excuses pour faire semblant de l'apprécier. Elle resta immobile, sans tressaillir ni cligner des yeux durant toutes les paroles de la plus jeune. Véritable statue de chair, l'espagnole ne se laisserait pas atteindre par le crachat d'un crapaud un peu trop jaloux de ne pas être grenouille. Un fin sourire narquois étira ses lèvres. Hallelujah voulait jouer à la princesse conquérante, elle finirait par perdre un diadème qui ne valait pas grand chose.

Ô chérie, si tu penses que je vais plier l'échine à tes désirs tu oublies que de nous deux c'est moi qui suis au pouvoir, que je le veuille ou non. elle plisse les yeux. Ô chérie, si tu ne me veux pas dans ta vie, je ne t'oblige pas à rester, tu sais. Tu es libre de partir et voler de tes propres ailes. Cependant sois en bien sûre, ta mère et moi n'avons rien en commun. Je resterai aux côtés de Cyrius quoi que tu en penses, et si tu veux rester à ses côtés il va falloir accepter que j'y sois aussi.

Elle suit des yeux la nuée de mammifères volants que la plus jeune semble observer. Des vampires. Des suceurs de sangs, à la hauteur des sangsues. C'était ce qu'était Hallelujah. Une sangsue du pouvoir, une tique qui s'accrochait à son père avec l'espoir de répandre son venin destructeur pour mieux régner. C'était ce qu'elle était. Rien de plus qu'une petite bestiole sans valeur, uniquement propulsée par le sang de son hôte, Cyrius.

Je n'ai pas peur de toi, Hallelujah. Tu n'es rien de plus qu'une enfant que la vie n'a pas gâté et qui pense que tout tourne autour d'elle. Je n'ai plus rien à te dire, je suis contente d'Avoir pu me faire ma propre idée sur toi plutôt que d'écouter ce qui circule à ton propos. elle passe près d'elle pour s'éloigner, lui fait un beau sourire et retire une feuille qui s'était prise dans la queue de la plus jeune. Passe une bonne nuit, petite princesse perdue. Tu sais où me trouver. Sur les terres de ton père, desquelles je ferai bientôt partie. et elle s'éloigne dans la nuit jusqu'à disparaître.

out.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hallelujah

Hallelujah

ÂGE : 27
PUF : Mateen
MESSAGES : 231

SEXE DU CHEVAL : A ton avis ?
TERRITOIRE : Trompeuses


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

When nothing really mattered - ft. Hallelujah Empty
MessageSujet: Re: When nothing really mattered - ft. Hallelujah   When nothing really mattered - ft. Hallelujah EmptyDim 26 Mai 2019 - 19:25

La nuit commençait petit à petit à tomber sur le cimetière tandis que les oiseaux se taisaient. Ou tout du moins les oiseaux diurnes. Ils commençaient à partir de leur perchoir pour aller se nicher ailleurs. Leurs cousins nocturnes venaient les remplacer sans se soucier réellement du bruit qu'ils pouvaient produire en indiquant leur présence et en s'installant sur les branches. Cependant, je pouvais distinguer le silence pesant de la nuit. Je détestais la nuit. Certains pouvaient dire que la nuit était apaisante, qu'elle permettait à certaines âmes de se reposer mais je pensais tout le contraire. La nuit n'était que stress et oppression. Elle détruisait chaque espoir que l'on pouvait avoir, qu'il soit vain ou non. De plus, la nuit faisait naître des ombres que l'on ne voyait que dans la pénombre. Des ombres que l'on détestait au plus haut point car elles nous suivaient sans qu'on ne puisse y faire grand chose. Mon ombre qui était, déjà, bien grande était devenue d'autant plus imposante avec les rayons de la Lune qui apparaissaient petit à petit entre les tombes. Il était temps que je m'en aille. Mais pas après avoir fait taire cette jument qui se croyait reine. Elle ne l'était que par procuration et cela, il fallait qu'elle le comprenne. Elle me cherchait la garce ! Mes oreilles se blottirent dans ma crinière tandis que je l'écoutais.

" Je ne partirai jamais. Ces terres sont à moi, que tu le veuilles ou non. Mon père les gouverne comme un génie, j'en suis consciente. Mais il se fait vieux et souffrant ... Il suffirait d'un petit accident pour que j'accède au trône. " dis-je, ne me rendant pas réellement compte de la menace dans ma phrase.

Les chauve-souris disparurent lentement dans la pénombre tandis que mon regard croisait celui de la Lune. Il était réellement temps que je m'en aille. Cette nuit n'était pas faite pour moi. La nuit en elle-même ne l'est pas, en réalité. Je suis une déesse diurne, une reine de la journée. Durant la nuit, ma parure se ternit et mes yeux se crèvent. Finalement, les paroles de la jument ne m'atteignirent plus et je sentis brièvement sa bouche sur ma queue. Cette dernière claqua sur mes cuisses tandis que je l'observe partir.

" On se reverra, crois-moi. Et tu n'apprécieras pas pour autant la prochaine rencontre, sois-en sûre. " dis-je en serrant les dents, tout en m'en allant au trot de ce foutu cimetière.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




When nothing really mattered - ft. Hallelujah Empty
MessageSujet: Re: When nothing really mattered - ft. Hallelujah   When nothing really mattered - ft. Hallelujah Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
When nothing really mattered - ft. Hallelujah
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [TERMINÉ] Et le clairon sonna l'hallelujah. [pv Chase]
» hallelujah (+) liuan ♡

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Horse-Wild :: LES TERRES DE LA VIE :: LE CIMETIÈRE-
Sauter vers: