Jeu de rôle équin
 
AccueilS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Les chaleurs ont lieu du 1er au 15 de chaque mois.

Partagez
 

 Erewhon [L]

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Mune.

Mune.

ÂGE : 23
PUF : Kan'
MESSAGES : 84

SEXE DU CHEVAL : Jument
TERRITOIRE : Libre comme l'air


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

Erewhon [L] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Erewhon [L]   Erewhon [L] - Page 2 EmptyMer 27 Mar 2019 - 2:28


La rose, abreuvée de larmes
ft. Shiro


Chaque seconde qui passe est plus douloureuse que la précédente. Chaque grain de sable tombe sur ses plaies comme des grains de sel. Chaque minute en est une de plus où l'acide s'écoule sur son être. Son coeur se tord, souffre, hurle à coup de battements crispés. Peut-être s'arrêterait-il enfin. Son corps s'effondrerait, vidé de toute vie, emporté par une souffrance qui ne tue pas. Elle redeviendrait le néant qu'elle avait été avant d'exister, ne laissant de traces de son passage que quelques souvenirs. Un nom, un corps en décomposition, nourrissant l'herbe que broutera un jeune poulain plus tard. Et tout reprendrait son cours. L'eau continuerait de couler, les feuilles de frémir, l'herbe de pousser. Les oiseaux pialleraient, les poulains grandiraient, les ancêtres retourneraient à la terre. Rien d'autre qu'elle ne prendrait fin. Rien d'autre qu'elle, ses souffrances, et ses sentiments.

L'instant lui paraît éternel, comme lors de cette nuit froide où elle l'avait rencontré. Elle avait chéri ces secondes allongées, remercié la vie de lui offrir un semblant de temps supplémentaire, une troisième mi-temps pour lui laisser un sentiment doux au creux du ventre. Quelques secondes de plus, une impression de profiter de l'instant.

Elle détestait ce moment qu'elle vivait à présent. Les secondes allongées, vivre sa vie comme un ralenti. tout était décuplé. Le regard de Shiro sur elle semblait traverser sa peau, brouiller son âme. C'était comme s'il lisait en elle, écorchait sa peau, arrachait chaque centimètre de son épiderme pour mettre son être à nu. Pour jouer avec ses muscles comme un scientifique fou. Elle tressauta d'ailleurs. Maintenant il lui semblait que les yeux étaient devenus mains, et brandissaient des instruments chirurgicaux pour écarter la chair, aller jusqu'aux os. Le froid apporté par le vent lui glaça les os mis à nus. Elle se sentait frêle, sous ces yeux. Elle se sentait bête, sous ces yeux. Elle aurait aimé se sentir bien, sous ce regard.

Il n'en n'était rien.

L'image vacillante des tombes lui revint en mémoire. Danse macabre sous la pluie, les stèles appelaient le ciel et l'imploraient de toujours garder les noms gravés en mémoire. Lugubre incantation, un corbeau s'envole dans ses souvenirs. Il croasse de sa voix abîmée par le temps, longue supplique douloureuse qui vrille les cordes vocales. Les oreilles de la marwari lui font mal. Il lui semble entendre l'oiseau de malheur se moquer de sa douleur. L'imagine-t-elle ou est-il là, perché sur un arbre non loin, très heureux d'observer une déchéance dans un lieu où l'amour règne? Oiseau de malheur espère une mort fulgurante, pour se repaître des chaires encore chaudes. Crever le ventre, sortir les tripes, chercher les meilleurs morceaux, ceux qui déjà étaient empoisonnés de ce vice insipide qui la tuait à petit feu.

Se repaître de sa douleur, profiter de son malheur.

La voix qui lui parvient n'est pas celle de Shiro. Elle est déformée par la pluie battante qui voile tous ses sens. Elle est retournée, soudain, à ce soir là. Cette nuit funeste lui paraît de nouveau si réelle. Le froid s'empare de son corps, les lames glacées coulent sur son dos, larmes de nuages invisibles qu'elle seule ressent. Les mots qui lui parviennent lui font plus de mal que de bien. Elle aurait presque voulu l'implorer d'être immonde avec elle, de rentre les choses plus faciles. Le transformer en oiseau de malheur, lui aussi. Qu'il lui fasse du mal, lui aussi. Qu'il soit cette voûte de pierre qui s'effondre, qu'il soit les blocs rocheux qui la heurtent. Pas la pluie qui s'infiltre silencieusement, rafraichissante, mais affaiblissante. Pas les larmes cosmiques qui détruisent à petit feu, qui font que les choses implosent, s'effondrent sur elles-mêmes. Elle aurait eu moins mal s'il l'avait détruite à coups de sabots.

Sa douceur n'était qu'une morsure gelée de plus qui commençait à givrer son être de l'intérieur.

L'étalon évoque alors un autre lieu, un lieu mangé par le temps. Une maison tombant en lambeaux comme son coeur réduit en charpie. Manquait-il de tact au point de lui conseiller un endroit rempli de lui? Un endroit qui, comme la chapelle avant lui, s'effondrerait sur elle pour aspirer les dernières forces qu'il lui restaient? Il parlait de penser, de mieux penser dans ce lieu. Mais ne pensait-elle pas déjà trop? Quels conseils essayait-il de lui donner? Etait-ce là, une tentative infructueuse de panser les blessures qu'il créait? Une bonne intention qui remue le couteau dans la plaie au lieu de le désintégrer? Ou s'était-elle trompé au point de ne pas voir le pervers narcissique qui se cachait derrière ces crins noirs, faiblement ondulés? S'était-elle voilé la face au point de s'imaginer un être radicalement opposé à ses valeurs, un être sachant exactement comment appuyer là où ça fait mal?

J'y penserai, si je passe non loin... Un endroit rempli de toi, ce sera parfait pour tenter d'oublier. le sourire est amère, douloureux. Peut être cette maison en ruines terminera le travail de cette chère chapelle. Peut être cette bâtisse décrépie sera ma dernière demeure.

Sa langue la brûle, sa bouche est sèche. Elle a trop pleuré, les sillons salés ont déjà séché, ses glandes lacrymales incapable de les abreuver de plus d'eau, fleuves asséchés par un barrage de souffrance. Il lui semblait que jamais ses poils ne se redresseraient, que ses larmes avaient teinté ses joues d'une couleur vive et saturée, que tous ceux qui la croiseraient à l'avenir pourraient savoir qu'elle avait souffert le martyr.

Pauvre marionnette agitée par les spasmes de sentiments mourants, elle se dit qu'elle préfère être celle à partir. Initier la séparation, faire le premier pas pour avancer vers le futur. Le premier mot du nouveau chapitre de sa vie. Le coin de page que l'on soulève pour la tourner. La première seconde du reste de sa vie.

Elle ne supporterait surtout pas de le voir partir, une nouvelle fois. Elle ne supporterait pas de se retrouver dans ce lieu sans lui, sans sa chaleur, sans sa présence. Et il lui faudrait se réveiller chaque matin sans lui, mais avec la pensée amère et douloureuse que jamais elle ne le reverrait plus. Tout en espérant que la vie reprenne son court, que le temps douloureux laisse place à l'indifférence, que son musée de la mémoire prenne la poussière et qu'elle ferme les portes de cette salle pour en ouvrir une autre.

Son corps bouge seul. Elle ne peut pas s'en aller sans quêter un dernier contact. Depuis le début de cette rencontre ils sont distants, comme un être sain s'éloigne du malade de la lèpre de peur d'être contaminé. Peut être que l'amour était cette lèpre, et que Shiro, hypocondriaque paranoïde, s'éloignait d'elle car il avait peur de mourir d'amour. Mais le virus est tenace, la maladie difficilement curable. Et le corps de la baie se déplace seul, comble les quelques pas qui sépare malade et passant. Elle semble hésiter, mais n'a pas conscience de ce qu'il se passe. Tout est anesthésié, elle voit à travers une brume que crée son esprit. Son chanfrein se pose contre l'encolure, touche et goute la chaleur, s'imprègne d'un peu de force et d'odeur pour débuter la renaissance. Soigner le mal par le mal, mourir pour mieux revivre. Une larme, ultime guerrière salée, fuit le long du lit asséché. Elle s'écrase sur le poil noir, dégringole, attirée par son destin. Et s'écrase au sol sans un bruit.

La jument recule dans un long soupir inaudible. Tout son corps est crispé pour expulser l'air dans ses poumons. Un murmure articule difficilement des adieux, souhaite amèrement une bonne continuation, sans elle.

Et elle tourne les talons, prend un trot fatigué, boitant sous le poids de la douleur, avant de disparaître comme les bisons, happée par une brume à l'horizon, là où l'oeil ne peut plus distinguer les formes, le vrai du faux.

Première seconde du reste de sa vie, premier pas de son voyage retour, celui qu'elle n'avait jamais planifié.

(out)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shiro
Reborn.

Shiro

ÂGE : 21
PUF : Chunsa.
MESSAGES : 264

SEXE DU CHEVAL : Mâle.
TERRITOIRE : Vagabondage ou marche forcée ?


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

Erewhon [L] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Erewhon [L]   Erewhon [L] - Page 2 EmptyMer 27 Mar 2019 - 11:01


De quoi a-t-il été responsable, jusque là, si ce n'est ses propres stigmates ? Jeune déjà, son père le débarrassait de l'éventualité d'hériter du territoire sur lequel il vivait. On avait décelé en lui une faiblesse que son égoïsme avait cultivé dans l'ombre, faisant pousser des fleurs ensorcelées aux pétales griffus comme la menace d'un vampire qui rampe la nuit dans les chambres closes, prêt à vider le corps assoupi de ses espoirs et de ses rêves plus que d'un sang qui, de toute façon, coulera toujours, éternel, prêt à teindre la pièce de rouge, rouge, rouge. Le cramoisi de Kuro sur sa peau nouvellement blanche. Qu'aurait-il fait, s'il était resté dans ce corps ? Serait-il rentré, penaud, sur les terres qu'il avait connu, maître déméritant de ces dernières ? Et qu'aurait-il instauré ? La lente déchéance des lieux ? Laissez mourir et n'intervenez pas dans la putréfaction de mon être : le rempart le plus haut de son nombrilisme.

Mune est effondrée comme sa bâtisse et lui est un être qui ignore sa cruauté mais l'exerce pourtant. C'est le cas de toutes les armes, bien qu'il n'ait pas de maître pour le manier, le manipuler, l'enfoncer dans quelque chose. Il est de toute façon trop récalcitrant pour être efficace. Shiro se condamne à tremper dans la poussière jusqu'à ce qu'elle ne devienne un linceul ou que les araignées ne lui en tissent un autre. Il y a parfois quelque chose d'offensant dans le fait de découvrir ces ouvrières dans un recoin, comme si elles prouvaient que le lieu est assez abandonné pour devenir leur territoire de chasse, le lieu d'exercice de leur art. Shiro, lui, n'a jamais ressenti d'horreur ou de dégoût en les voyant à l'oeuvre. Il a peut-être longtemps été un moucheron embourbé dans la promesse d'être dévoré par une veuve noire qui prend son temps.

Les mots de la marwari tombent, durs, implacables, incisifs, et pour la première fois c'est elle qui le blesse. Elle le retourne contre lui-même et il demeure un temps immobile, sert les dents. Elles grincent, mais il est seul à entendre ces violons désaccordés.

" Il n'y a plus rien de moi là-dedans, " souffla-t-il malgré lui, parce qu'il doit avoir le dernier mot sur la question.

Ils l'ont changée, maintenant. L'ont débarrassée de lui-même, de ses restes, des filaments de toile d'araignée et des heures vides que comblent les fantômes du passé de leurs pas silencieux.

Shiro réalisa subitement que lorsque Mune partirait, rien ne l'attendrait. Seul son fantasme chéri serait là pour l'étreindre avec ses bras décharnés, pas assez fort, jamais assez fort. Il serait seul.

Il n'avait jamais craint la solitude et l'idée d'en avoir peur le remplit d'une appréhension qui assécha sa gorge. Il avait soif, une fois de plus.

Elle vint l'abreuver d'une larme.

Shiro demeura immobile. Il ne savait que faire et que ressentir. La douleur de Mune était encombrante, comme un cauchemar que vous avez cru réel et qui vous poursuit le matin venu. Un vampire qui laisse deux marques sur la gorge sèche. Il aurait pu s'emparer d'elle pour la retourner dans tous les sens, chercher les marques de cet amour qu'elle semblait lui porter. Et pourtant il lui semblait qu'il aurait été trop difficile de la relâcher une fois qu'il l'aurait triturée et dénaturé. Il était incapable d'être si cruel, même dans son inconscience. Mune avait choisi. Elle allait partir. Elle allait partir et il ne la reverrait plus.

Il se souviendrait d'une larme et de sa douleur. Qui sait, peut-être serait-il condamné à la ressentir.

" Mune, " marmonna-t-il, confus. Elle lui échappait sans qu'il ne puisse la retenir et il ressentait soudain comme un regret. Mais il était trop tard.

Il ne put accepter ses adieux et se contenta de la regarder, encore ébahi. Que venait-il exactement de vivre ?

Elle disparut d'un trot boiteux qu'il contempla avant de se forcer à se détacher de sa silhouette. Il inspira, expira, eut la sensation de ne pas exhaler que de l'air. Ses yeux tentèrent de se fixer sur autre chose, mais l'étendue verte était devenue insoutenable. Elle ne recelait aucune émotion et n'offrait, muette, que son indifférence à celui qui n'avait su être touché par l'amour.

Inspiration. Expiration. Il avait envie de pousser un cri.

Les bisons étaient loin. Il pouvait encore discerner leurs masses lentes, noires, cornues. Les petits batifolaient, insouciants, mais eux étaient invisibles. Il fallait prouver qu'on savait grandir pour exister aux yeux des autres.

Shiro prit le trot dans la direction opposée.

Il ne quitterait jamais Horse-Wild. Mais il ne savait pas non plus y vivre.

FIN
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Erewhon [L]
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Horse-Wild :: LES TERRES DE LA VIE :: LE COIN DES TOURTERELLES-
Sauter vers: