Jeu de rôle équin
 
AccueilS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Les chaleurs ont lieu du 1er au 15 de chaque mois.

Partagez
 

 Petit ange [Libre]

Aller en bas 
AuteurMessage
Aurore Opéra

Aurore Opéra

ÂGE : 23
PUF : Aneki (Etalon77)
MESSAGES : 950

SEXE DU CHEVAL : Mâle
TERRITOIRE : Terres Secrètes


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

Petit ange [Libre] Empty
MessageSujet: Petit ange [Libre]   Petit ange [Libre] EmptyJeu 3 Jan 2019 - 11:15

Petit ange


Elle était morte.

Aurore Opéra se traîna entre les tombes. Sa fille était morte. Elle avait brillé trop fort. Elle avait attiré trop tôt les monstres avides de sa lumière. Le soleil s’était éteint, décroché du ciel. Il avait explosé, brûlé le sol. Il ne restait que lui, lui et son cœur brisé. Même Commedia était partie. Elle avait fui vers une autre terre, là où il ne pouvait pas la rejoindre, lui demander pourquoi, essayer de comprendre. Qu’y avait-il à comprendre ? Il ne savait pas. Il voulait savoir.

Sa fille n’existait plus et il crevait. Au fond de lui, un sang glacé le frigorifiait. Il tremblait, il suait. Le feu, destructeur, remontait parfois sa gorge, implosait à l’intérieur de sa bouche. Tant de violence, de colère. Que pouvait-il faire ? Le fautif était parti. Il avait laissé derrière lui le corps sans vie de la jolie pie. L’étoile ne brillait plus la nuit. Elle gisait dans l’herbe, terne, sans son si bel éclat.

Le rouquin redressa la tête. Les tombes s’alignaient devant lui, le défiaient de trouver celle qu’il cherchait. Il reprit le pas, laissa ses yeux noirs vagabonder sur les lettres, les mots. Tout était si sombre autour de lui. Comme si l’apocalypse avait pris possession du monde, de son monde. Les ténèbres à jamais. Sans son soleil pouvait-il se gonfler de vie ? Continuer d’avancer sans elle. Il ne le voulait pas, il n’en pouvait déjà plus.

Ocëan Pearl.

Aurore baissa la tête, frôla des naseaux la pierre tombale. Ce n’était pas elle qu’il cherchait. À ses côtés, des noms qu’il ne connaissait pas. Il imagina une nouvelle stèle, blanche, brillante, ornée de ses deux petites ailes. Il rouvrit les yeux. La pierre n’était pas là. Tant de noms, d’âmes, d’être qu’il ne connaîtrait jamais.

Opéra reprit sa route.

Le pas lourd, la tête basse, les larmes au bord des yeux. Il continua de chercher ce qu’il ne trouvera jamais. Comment pourrait-il trouver ? Il ne savait pas comment elle s’appelait.

Le nom de sa propre fille lui échappait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CYRIUS

CYRIUS

ÂGE : 28
PUF : C.C.
MESSAGES : 2317

SEXE DU CHEVAL : Etalon
TERRITOIRE : Dominant des Terres Trompeuses


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

Petit ange [Libre] Empty
MessageSujet: Re: Petit ange [Libre]   Petit ange [Libre] EmptyLun 14 Jan 2019 - 17:07

Dip Dap Douappp ... Dip Dap Douappp...
Cyrius se baladait joyeusement dans le cimetière. Il n'est pas commun de se promener de manière joyeuse dans un endroit pareil, mais l'étalon alezan n'était nullement touché par le lieu, ni le contexte dans lequel il pouvait se trouver actuellement. Il trottinait presque, ses sabots claquaient sur le sol sec, il slalomait entre les tombes, le nez en l'air. Une belle touffe de feuilles de thé pendait de sa bouche. Après une dégustation sans modération au Golfe d'Emeraude, il avait eu l'idée brillante de trimballer ce qui restait de sa cueillette "ailleurs". L'idée de pouvoir accéder à tout moment à son met préféré avait quelque chose d'extrêmement confortable. En revanche, devoir les coincer entre ses dents l'était beaucoup moins. Il faudrait, lorsqu'il serait en mesure de réfléchir normalement, qu'il songe à trouver un autre moyen d'avoir ses feuilles avec lui. Sinistros aurait surement une idée brillante sur la question.


Dip Dap Douappp .... Dip Dap Douappp...
Oui, le cerveau de Cyrius, lui faisait office de discothèque certains jours, et le rythme des sa propre musique guidait ses pas. D'ailleurs, il chantonnait. De manière assez rudimentaire, car il ne fallait pas qu'il fasse tomber sa cargaison. Nous pourrions plutôt dire qu'il marmonnait en réalité, ou qu'il fredonnait, même si lui-même avait l'impression de chanter à gorge déployée.


Mais Cyrius étouffa un petit cri de surprise. Un peu trop aiguë pour sa virilité légendaire, d'ailleurs. Un cheval, là, au bout de l'allée ! Cyrius repasse au pas (du moins il en est presque sure) et il fixe le cheval qui semble avancer vers lui tel un fantôme. Le dominant, qui avait maintenant bien l'habitude des petites farces que pouvaient lui jouer ses chères feuilles de thé, tâcha de savoir s'il avait à faire à une hallucination visuelle. Ou pas.


Il s'arrêta, et regarda le cheval avec un air extrêmement sérieux, sa concentration au maximum. Ledit cheval marchait lentement, la tête basse. Il n'avait pas l'air "vraiment" réel... Enfait, la couleur de sa robe était bien trop étrange pour ne pas être un produit purement hallucinatoire. Une espèce de roux/maronnasse... avec des petites tâches moches..., comme s'il avait retourné contre lui un spray à base d'eau de javel...
La javel, ça n'existe pas sur Horse-Wild, si ? Alors, hallucination ? Cyrius remarqua également des yeux larmoyants de petite biche. Mais il se les imaginait peut être, "l'intrus" n'était pas assez proche de lui pour en être sure. 


- Hey !


Une interpellation dans les règle pour faire réagir (ou pas) le cheval javellisé. Evidement, il avait totalement oublié ses feuilles de thé qui tombèrent par terre. Il s'empressa de les ramasser une par une, oubliant de guetter la réaction de l'individu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aurore Opéra

Aurore Opéra

ÂGE : 23
PUF : Aneki (Etalon77)
MESSAGES : 950

SEXE DU CHEVAL : Mâle
TERRITOIRE : Terres Secrètes


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

Petit ange [Libre] Empty
MessageSujet: Re: Petit ange [Libre]   Petit ange [Libre] EmptySam 19 Jan 2019 - 10:34


Tant de noms qu’il ne connaissait pas. Aurore Opéra zieutait, de temps à autre, les gravures sur les pierres tombales. Il se demanda qui pouvait faire une chose pareille. Dresser des cailloux taillés et polis, y graver des noms, parfois des phrases. Les corps étaient-ils enterrés dessous ? Ce n’était peut-être qu’un simulacre de cimetière, une allée d’hommages à des âmes disparues. Peut-être même que certains d’entre eux n’étaient pas tout à fait morts, simplement partis.

Sa fille était morte. Pour de vrai. Son corps, il l’avait abandonné à la Rivière de la vie. Ou l’avait-il traîné derrière lui ? Sa mémoire flanchait. Il passait d’une charge monstrueuse contre son pire ennemi à des déambulations incertaines dans les allées du Cimetière. Qu’avait-il fait de ce laps de temps ? Combien de temps, d’ailleurs, s’était écoulé depuis la mort de sa fille ? Il n’avait pas les réponses à ces questions. Au fond de son cœur, il sentait qu’il s’était éloigné de ses terres depuis trop longtemps. Il se sentit l’envie d’y retourner, le besoin de respirer l’air des Secrètes, de s’y reposer. Pourrait-il s’apaiser là-bas ? Il en doutait.

Une voix. Opéra releva la tête. L’interpellation se contentait d’une salutation banale. Si banale qu’il se demanda s’il n’avait pas rêvé. Après tout, l’étalon qu’il apercevait plus loin ne le regardait même pas. Il baissait la tête au sol, Poséidon seul savait pour faire quoi. Aurore s’arrêta. L’arabe avait une tête familière, comme un souvenir enfoui dans sa mémoire. Un temps où il était si petit qu’il ne se rappelait pas tout à fait de ses journées. En quelle occasion avait-il pu le rencontrer ?

Bonjour, répondit-il d’une voix cassée.

Il se racla la gorge pour corriger ce défaut et fit trois pas de plus en avant. Il fixa sur l’étalon ses yeux noirs et chercha, creusa au plus profond de lui pour tenter de retrouver une trace d’une silhouette alezane. Peu importait ses efforts, Aurore n’arrivait pas à mettre un nom sur l’image. Il revoyait le mâle, plus grand que lui, mais il ne se souvenait de rien de plus. Comme un bouchon sur sa mémoire qui retenait ses souvenirs. Devait-il continuer d’essayer de se remémorer cette rencontre ? Ou valait-il mieux la garder enfouie ? Peut-être qu’il l’avait oubliée exprès, pour se protéger de la vilenie du monde ? Il en doutait. Le mal qui le rongeait ressemblait plutôt à l’oubli naturel d’une âme qui vieillit. Poulain, il avait rencontré cet étalon. Il finirait par se souvenir où.

Vous ne m’êtes pas inconnu, qui êtes-vous ? demanda-t-il, la tristesse évinçant quelque peu ses bonnes manières. Un petit peu seulement puisqu’il reprit : Je m’appelle Aurore Opéra. (Puisqu'ils s'étaient croisés pendant sa jeunesse, peut-être était-il judicieux de préciser le nom de ses parents ?) Fils d'Ungo et Pearlescence.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CYRIUS

CYRIUS

ÂGE : 28
PUF : C.C.
MESSAGES : 2317

SEXE DU CHEVAL : Etalon
TERRITOIRE : Dominant des Terres Trompeuses


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

Petit ange [Libre] Empty
MessageSujet: Re: Petit ange [Libre]   Petit ange [Libre] EmptyVen 25 Jan 2019 - 10:55

L'hallucination n'en était pas une. Ou alors elle était particulièrement réussie. Le cheval tristement javellisé s'était arrêté et lui avait répondu d'une voix étrangement éraillée. Ayant pris le temps de rassembler ses feuilles, Cyrius approcha un peu de l'inconnu histoire de ne pas avoir à le faire hurler car il semblait avoir une voix défaillante. Arrivé à quelques mètres de lui, le dominant s'arrêta, et avec une délicatesse toute particuliere, il posa ces petits feuilles chéries sur le sol afin de pouvoir faire la conversation normalement.


Ainsi, lorsqu'il fut au maximum de sa disponibilité physique et mentale, il jaugea tranquillement cet étalon. En plus de sa robe déprimante, l'intru (oui, toute personne qui croise la route de Cyrius lorsqu'il est défoncé est un intru) avait l'air complètement déprimé. Afin de conjurer le sort, Cyrius arbora un large sourire, pour mettre un peu de soleil dans la vie de ce brave cheval, car la vie est tellement merveilleuse n'est-ce pas ? Le dominant était presque euphorique.


Cyrius s'apprêta à faire ce qu'il faisait jamais - à savoir aider son prochain - mais l'inconnu à la robe marron le devança en prenant la parole en premier. De toute façon la réactivité de Cyrius n'était pas assez en phase avec le réel pour qu'il puisse être le premier en quoi que ce soit aujourd'hui.


Le cheval affirma qu'il ne lui était pas inconnu. Cyrius eu une réaction de profonde surprise, et il examina le visage de son interlocuteur d'un peu trop près peut être. Non. Non ce faciès ne lui disait rien. En tout cas, il était absolument certain de ne pas l'avoir rencontré. Du plus loin que pouvait aller sa mémoire - à savoir : ce matin - il ne l'avait jamais rencontré.


- Je ne vous ai jamais vu de ma vie, mon joli. Je suis Cyrius, mais vous pouvez m'apeller "Sa Majestée". Cyrius rit un peu trop fort de sa propre boutade, il fallait absolument qu'il demande aux Trompeurs de l'appeler ainsi. Sa Majestée, ça en jette ! 


L'incconu se prénomme Aurore Opera. Cyrius a beau chercher, mais sa mémoire est partie à la salle de gym et ce prénom ne lui revient pas. En revanche, "Pearlescence" fait tilt dans sa tête. Il se souvient de cette jument au physique peu flatteur, morne, triste, misérable, mais plutot sympa au demeurant !


L'étalon éclate de rire
- Pearlescence, je la connais, comment va t-elle ??? 


Puis il prend une mine contrariée en voyant l'air toujours aussi déprimé de l'étalon.
- Et pourquoi cette mine si triste, souriez, personne n'est mort ! Cyrius n'a même pas conscience qu'il se trouve dans un cimetière.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aurore Opéra

Aurore Opéra

ÂGE : 23
PUF : Aneki (Etalon77)
MESSAGES : 950

SEXE DU CHEVAL : Mâle
TERRITOIRE : Terres Secrètes


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

Petit ange [Libre] Empty
MessageSujet: Re: Petit ange [Libre]   Petit ange [Libre] EmptySam 26 Jan 2019 - 12:37


Aurore regarda l’alezan et son petit manège. Il prenait grand soin des feuilles qu’il avait apportées avec lui. Cela rappela au rouquin le pétale trouvé dans la Plaine aux Trois Primaires. Il l’avait donné à Kokoï, sa nièce, et ne l’avait plus revu depuis. Ni Kokoï, d’ailleurs. La perte de sa fille lui donna envie de revoir la pouliche, de s’assurer qu’elle allait bien, elle, qu’aucun mal ne l’avait affectée. D’un autre côté, il ne voulait pas se rendre compte d’une vérité trop dure à accepter. Il ne voulait pas qu’on lui dise que sa nièce avait succombé. Que ferait-il alors ? Si tout le monde mourait autour de lui, il serait peut-être tant qu’il en fasse autant.

L’alezan sourit et Aurore retint une grimace dégoûtée. Il se cala bien confortablement dans une impassibilité aidée par les sentiments contradictoires qui montaient en lui. Il se sentait l’envie de répondre gentiment, d’être l’étalon qu’il avait toujours été : aimable, social. Il se sentait aussi l’envie de lui arracher ce sourire, de lui montrer la vraie face du monde. Comment Opéra pouvait-il s’émerveiller d’un monde comme celui-là ? Comment y était-il arrivé ? Aujourd’hui, cela lui semblait si loin, impossible. La compagnie de l’intrus commença fortement à l’irriter. Il devait continuer sa quête sans intérêt. Chercher ce qu’il ne trouverait jamais et, peut-être, retourner sur les Secrètes quand il serait trop fatigué pour continuer, quand le désespoir aurait repris ses droits : sans le nom de sa fille, il ne trouverait jamais sa tombe.

Cyrius. Le nom ne trouva aucun écho chez le rouquin. S’il connaissait ses parents, ses parents eux ne lui avaient jamais parlé de lui. Aurore restait quand même persuadé de l’avoir vu et le reflet de la robe alezane lui assura qu’il s’agissait d’un jour très lointain. Pas loin de sa naissance. Néanmoins, Opéra se détourna vite de ses pensées à l’évocation du mot « Majesté ». Cette fois, il grimaça pour de vrai et détourna la tête. Encore un qui se prenait pour un dieu maintenant qu’il avait un peu de pouvoir ? L’étalon roux n’arrivait pas à y croire ! Qu’avait donc ce pouvoir pour corrompre n’importe qui ? Et on lui reprochait de fuir ce même pouvoir comme la peste ! Jamais de la vie il ne voudrait finir aussi présomptueux que l’étalon alezan.

D’ailleurs, celui-ci connaissait bel et bien sa mère, Pearlescence. Aurore revint à Cyrius et posa ses yeux noirs sur l’étalon arrogant. Comment va-t-elle ? Ces mots sonnaient comme une attaque pour le rouquin. Il se raidit et s’étonna lui-même de sa réaction. Pourquoi tant de méfiance ? Il sentait, au fond de lui, que sa mère ne lui poserait pas la même question s’il lui disait avoir croisé l’alezan. Pourquoi ? Il ne savait pas. Une impression bien ancrée en lui. Peut-être parce qu’il croyait ses parents comblés par leur solitude et qu’il ne voulait pas croire que sa mère ait des connaissances sur cette île de fous.

Aurore Opéra s’apprêtait à répondre plus ou moins gentiment quand Cyrius reprit la parole. Cette fois, le rouquin recula d’un pas, plaqua les oreilles sur sa nuque et fouetta l’air de la queue. Au fond de lui, la violence revint. Il se sentit bouillir, prêt à imploser. Que voulait-il, l’arabe ? Pourquoi ces mots précisément ? Dans un cimetière, ils étaient plus que déplacés. Face à Aurore, ils n’avaient pas lieu d’être. Le rouquin n’arriva pas à recouvrer son calme. Il tressaillit, sentit la blessure sur son encolure le piquer, mais ne s’y intéressa. Toute son attention était focalisée sur l’affront de Cyrius.

Elle va bien, cracha-t-il, et elle n’a jamais parlé de vous.

Haine. Haine. Haine. Haine. Tout son corps bouillait de haine. Il goûta cette nouvelle chaleur dans sa gorge, ce mal qui pulsait à l’intérieur de son crâne. Pouvait-on se laisser tenter par tant de violence ? Par cette fausse puissance qu’il sentait prendre possession de ses jambes ? Il ne voulait pas, mais il devait avouer que résister était plus dur qu’il ne le pensait. La violence murmurait de beaux mots à ses oreilles. Haine. Haine. Haine. Il ravala une partie de sa colère et en échappa une autre partie, infime à côté de ce qui brûlait au fond de son cœur brisé :

Vous croyez tout savoir, hein ? Majesté ! Vous êtes ridicule. Un clown de foire. (Il réussit à avaler une autre partie de sa haine qui se transforma en désespoir. Déjà, les larmes s’accumulèrent au bord de ses yeux.) Majesté, dîtes-moi donc pourquoi ma fille ne respire plus si personne n’est mort ? Comment puis-je sourire si elle ne le peut plus ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CYRIUS

CYRIUS

ÂGE : 28
PUF : C.C.
MESSAGES : 2317

SEXE DU CHEVAL : Etalon
TERRITOIRE : Dominant des Terres Trompeuses


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

Petit ange [Libre] Empty
MessageSujet: Re: Petit ange [Libre]   Petit ange [Libre] EmptyLun 28 Jan 2019 - 11:29

Cyrius s’était récemment posé la question de la raison pour laquelle il usait et abusait des feuilles de thé. La première, était évidement l’effet recherché. Cette sensation de légèreté qui lui donnait l’impression de marcher sur les nuages et de ne plus peser un gramme. Plus rien n’avait de réelle importance, les problèmes n’en étaient plus, les doutes disparaissaient, les choses désagréables glissaient sur lui comme la pluie sur les plumes d’un canard, bref, rien ne pouvait l’atteindre. Hormis bien-sûre la beauté du monde qui l’entourait, la plénitude absolue de l’insouciance, souvent assaisonnées de légères hallucinations visuelles et auditives qui rendaient le moment encore plus intense…
Cependant, et fort heureusement, Cyrius gardait une connexion notable avec le réel, ce qui lui permettait simplement de profiter du monde qui l’entourait, anesthésié de tout ce qui pouvait être négatif pour lui-même. L’expérience était, la plus-part du temps, extrêmement agréable, et couplée à l’effet addictif des feuilles, elle expliquait la notion d’”abus” en terme de consommation. Mais le côté “positif” du jeu n’était généralement ressentie que par lui-même (ce dont il avait peu conscience) et ceux qui croisaient sa route se trouvaient systématiquement décontenancés par son comportement.
 

Ainsi, lorsque le dénommé Aurore-Opéra afficha tous les signaux possible d’une hostilité ouverte envers lui, Cyrius n’y vit malheureusement pas un avertissement à prendre au sérieux.
Le roux délavé, en plus d’être triste, était maintenant en colère, et Cyrius fit de son mieux pour garder son sérieux. Pearlescence ne lui avait jamais parlé lui ? Etrange, il lui semblait qu’il s’étaient merveilleusement bien entendu avec cette jument… Quoi que… peut être pas en fait…
 

Cyrius ne peu s’empêcher d’afficher un sourire extatique. Majesté ! Il l’avait appelé Majesté ! Deux fois ! Ridicule, un clown de foire… de qui parlait-il ? Et alors qu’il s’apprêtait à faire une danse de la joie, Cyrius remarque des larmes dans les yeux d’Aurore Opéra. Il parle d’une fille qui ne respire plus. Le dominant fait miraculeusement lien entre l’air déprimé du jeune étalon, ses larmes et cette histoire de respiration coupée. Sa fille serait-elle morte ? La rage que voyait Cyrius sur le visage de l’étalon lui fit penser à la tête d’Hallelujah lorsqu’elle avait massacré deux singe lors d’une crise de colère.
 


- Vous avez tué votre fille ? J’ai presque eu envie de tuer la mienne une fois mais…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aurore Opéra

Aurore Opéra

ÂGE : 23
PUF : Aneki (Etalon77)
MESSAGES : 950

SEXE DU CHEVAL : Mâle
TERRITOIRE : Terres Secrètes


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

Petit ange [Libre] Empty
MessageSujet: Re: Petit ange [Libre]   Petit ange [Libre] EmptyDim 3 Fév 2019 - 9:59


Les grands yeux noirs de sa fille ne le quittaient plus. Derrière ses paupières, le souvenir du corps mort le hantait. Il ne pouvait se débarrasser de cette vision, des sueurs froides qu’elle amenait, des cauchemars à répétition. Pourrait-il reprendre une vie « normale » ? Il en doutait, n’était pas sûr de le vouloir. Aurore ne voulait pas croire qu’il puisse reprendre une existence banale, errer au hasard de la vie, comme si sa fille n’était jamais née. Il devait se nourrir de ce mal, le laisser gonfler, le ronger. Il devait survivre avec lui et mourir en se souvenant d’une âme innocente sacrifiée pour rien, sans la moindre conséquence.

L’arabe lui était antipathique. D’une puissance qu’Opéra n’avait jamais dû affronter jusqu’ici. Il avait eu des aversions, des incompréhensions, mais jamais de dégoût si prononcé. Il ne savait plus s’il le devait à la mort de sa fille ou au caractère seul de l’inconnu. Cyirus ne semblait pas sous un état normal, comme possédé par un esprit vicié, ou sous l’influence de substances non-recommandables. Aurore n’aimait pas cela. Savoir que l’étalon était dépendant d’une telle chose de manière volontaire. Pouvait-on se laisser aller de cette façon ? Il préférait ne pas avoir de réponse à cette question.

Peut-être Cyrius fuyait-il quelque chose, à sa façon. Le rouquin essaya de s’en persuader, sans y arriver. Le comportement de l’arabe l’irritait, le désespérait. Ses mots n’arrangeaient pas la situation. Il sentit la rage lui brûler la langue, mais il résista. Il existait, dans cette phrase, une vérité qui le choqua profondément. Il avait tué sa fille. D’un certaine manière, il était responsable. Peut-être que s’il ne s’était pas arrêté pour discuter avec No. Thirteen… Peut-être que s’il avait su avancer au lieu de rester immobile… Peut-être que s’il n’avait pas laissé Commedia jouer avec lui… Trop de possibilités qui ramenaient à lui toute la culpabilité du monde. Il avait tué sa fille. Quelle était la responsabilité de Commedia Dell’Arte ? Il ne voulait pas le savoir. Il restait au fond de lui de quoi pardonner à la jeune mère un comportement aux airs de folie. Elle avait sûrement une raison. Il l’écouterait et, par la même occasion, exigerait le nom de sa fille. Il devait savoir le nom du petit ange qu’il avait tué.

Sous ce constat, la colère d’Aurore retomba. Il était responsable, meurtrier impuni, coupable. Il n’avait néanmoins pas donné le coup fatal et cela changeait une partie de l’histoire. Quelque part, dans ce monde, un assassin courait toujours. Opéra avait été trop bête pour le poursuivre, le traquer, se venger. Pouvait-il encore le faire ? Quitte à être considéré meurtrier, ne pouvait-il se laisser aller à un véritable meurtre ?

Je l’ai tuée. (Les mots lui écorchèrent la gorge, mais il tint bon.) Parce que je n’ai pas été fichu de la protéger. Ne faites pas la même erreur que moi.

Ses mots sonnaient comme un avertissement, mais que pouvait-il faire si le mâle ne l’écoutait pas ? Il n’irait pas venger la fille de celui-ci. Il ne se ferait pas justicier. Il ne le méritait pas.

Votre fille… Prenez soin d’elle. Avant qu’il ne soit trop tard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CYRIUS

CYRIUS

ÂGE : 28
PUF : C.C.
MESSAGES : 2317

SEXE DU CHEVAL : Etalon
TERRITOIRE : Dominant des Terres Trompeuses


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

Petit ange [Libre] Empty
MessageSujet: Re: Petit ange [Libre]   Petit ange [Libre] EmptyMer 6 Fév 2019 - 15:19

Cyrius était à présent entièrement concentré sur Aurore Opéra, et sur ce qu'il disait. Probablement parce que leur conversation était simple, concrète et percutante, tout du moins assez pour que l'esprit de l'alezan puisse se focaliser sur le sujet plus de quelques secondes. La fille de cet individu était morte, et ce dernier avouait l'avoir tué. Cyrius en profita pour se féliciter intérieurement. Même complètement défoncé, il avait été capable de viser dans le mille, cet étalon avait bien tué sa fille ! Pourtant, il avait posé la question un peu au pif, il y était allé "au talent", sans pression, et il avait visé juste, il avait en face de lui un meurtrier, un tueur d'enfant, tout à fait fascinant ! Persuadé d'être au top de ses capacités cognitives, Cyrius redoubla d'efforts pour s'intéresser à ce cas épineux. 


Il du néanmoins faire face à un paradoxe assez complexe à appréhender pour son pauvre cerveaux embrumé. "Javel" avouait avoir tué sa fille. MAIS précisait : "parce qu'il n'avait pas était fichu de la protéger". Il s'agissait donc de ce que l'on pouvait appeler un "meurtre indirect", et la déception de Cyrius fut terrible, lui qui avait été si exciter de savoir comment ce père avait zigouillé sa propre fille ! 


L'alezan prit une grande inspiration, ça n'était pas le moment d'être distrait, plus rien n'existait à part lui, et l'étalon tacheté. Le cimetière avait disparu, il avait l'impression d'être dans un univers parallèle. Peut être même qu'il était en train de rêver ? Dur à dire...


- Excusez moi, très cher, mais si vous n'êtes pas le meurtrier dans cette histoire, alors qui est-il, et quel fut le modus operendi ?


Oui, même complètement stone, Cyrius demeure excellent au jeu du Cluedo.


- Et ne vous faites aucun soucis, je ne copie les erreurs de personne, mes erreur à moi sont toujours exclusives et totalement inédites ! Il rit
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aurore Opéra

Aurore Opéra

ÂGE : 23
PUF : Aneki (Etalon77)
MESSAGES : 950

SEXE DU CHEVAL : Mâle
TERRITOIRE : Terres Secrètes


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

Petit ange [Libre] Empty
MessageSujet: Re: Petit ange [Libre]   Petit ange [Libre] EmptySam 9 Fév 2019 - 10:22


La rage du rouquin s’était apaisée, mais il n’était pas assez bête pour croire qu’elle s’était envolée. Il la sentait encore bouillir au fond de lui, prête à s’échapper, à exploser à la face du monde. Quel mal serait-il à faire pour se débarrasser de celui qui le rongeait ? Aurore Opéra ne voulait pas le savoir. Peu importait à quel point l’arabe l’énervait, il ne voulait pas répondre à ses provocations par la violence. Il n’était pas ce genre de mâle-là. Il essayait de s’en persuader, en tout cas.

L’alezan semblait pourtant apte à faire tout ce qui était en son pouvoir pour énerver Opéra. Ses mimiques, ses mots, tout lui tapait sur le système. Le roux n’arrivait pas à déterminer si ce mal venait de lui et ses expériences récentes ou s’il dépendait entièrement de Cyrius. Était-il du genre à se mettre le monde à dos ? Aurore en doutait. N’était-ce pas le nom du dominant des Trompeuses ? Le rouquin n’était pas tout à fait au courant de ces choses-là. Pouvait-on devenir dominant en étant antipathique ? Il aimait croire que non.

L’arabe s’intéressa soudain au crime en lui-même. Les oreilles d’Aurore disparurent dans sa crinière. Il aurait préféré ne pas en parler. Encore moins avec quelqu’un qu’il ne connaissait pas, qui ne semblait pas dans son état normal et qui était prompt à juger sans rien connaître des événements. Néanmoins, au fond de lui restait un doute. Peut-être que le meurtrier passerait sur les terres de Cyrius. Dans ce cas, il valait mieux mettre le mâle au courant des agissements du meurtrier, lui donner son nom. Pourrait-il le punir ? Le chasser ? Que pourrait-il faire de plus, de toute façon ? Le démon s’était peut-être déjà enfui loin d’ici. Très loin d’Horse-Wild et de son crime.

Ezekiel, cracha-t-il, les dents serrées. Il a frappé ma fille, tout juste née. Dîtes-moi quel diable est capable d’une chose pareille ?

Le rire de l’alezan réveilla la haine au fond d’Aurore Opéra. Il grinça des dents, prit sur lui et recula d’un pas. Qu’y avait-il de si drôle ? Sa fille était morte. Le roux n’était pas prêt de souhaiter la même chose à Cyrius, tout aussi antipathique qu’il fut. Sa douleur, il n’était même pas sûr de la souhaiter au meurtrier de sa fille…

Riez donc, vous pleurerez le jour où il sera trop tard. J’espère que vous êtes plus prévenant qu’intelligent, sinon votre fille a du soucis à se faire…

A peine eut-il dit ces mots qu’Aurore les regretta. Il ne voulait pas être méchant, mais c’était plus fort que lui. Il sentait naître, dans son cœur, un mal qu’il refusait de connaître et que, pourtant, il finirait tôt ou tard par goûter. Il ne voyait aucune échappatoire. Seule la fuite le préserverait de cette violence en lui. Le rouquin prit une grande inspiration, grimaça en sentant sa blessure le piquer et recula d’un nouveau pas.

Si vous n’avez rien de mieux à dire, cuvez donc votre mal dans votre coin et laissez-moi au mien.

Aurore Opéra tourna les talons en priant pour que l’alezan ne le suive pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CYRIUS

CYRIUS

ÂGE : 28
PUF : C.C.
MESSAGES : 2317

SEXE DU CHEVAL : Etalon
TERRITOIRE : Dominant des Terres Trompeuses


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

Petit ange [Libre] Empty
MessageSujet: Re: Petit ange [Libre]   Petit ange [Libre] EmptyLun 11 Fév 2019 - 13:02

Ezekiel...
Ce nom raisonna un moment dans la tête de Cyrius avant qu'une image s'impose à lui. L'image d'un poulain à la robe pie, mais ce souvenir avait plusieurs années déja... Aurore Opera parlait-il du même Ezekiel ? L'étalon essayait de se souvenir... Ezekiel, ce poulain qu'il avait rencontré au verger tentateur, qu'il avait surpris entrain de manger du crottin, et qu'il avait ensuite défié de trouver un arbre à thé, chose qu'il était parvenu à faire. Il semblait bien à Cyrius que tous les deux avait terminés complètement défoncés au beau milieu du verger, mais c'était un souvenir flou et lointain, il n'en était pas sure... faire consommer des feuilles de thé à un poulain ne lui ressemblait pas... si ?
Opéra affirmait donc que Ezekiel aurait frappé et tué sa fille juste née. Le pie aurait eu le cerveau ravagé au point de devenir un meurtrier?


Cyrius fixa l'étalon avec un regard presque horrifié. Etait-il sérieux ? Ezekiel adulte aurait tué sa fille ? Cela paraissait assez hallucinant à Cyrius qui se demandait si il avait bien entendu. Soudain beaucoup plus sérieux, l'alezan commenta :


- Si on parle du même Ezekiel que j'ai rencontré un jour, il y a des années, lorsqu'il était poulain, je peux affirmer que déjà petit, il n'avait pas l'air très équilibré. Cyrius avait bien conscience à ce moment précis qu'il n'avait aucune crédibilité à qualifié quelqu'un de déséquilibré dans son état. Déjà à l'époque, c'était un mangeur d'excrément et un drogué. Je ne pensais pas qu'il tournerai aussi mal... 


Mais il était un peu tard pour se montrer sérieux, Aurore Opera était hors de lui et visiblement à la limite de la rupture, il cracha sa haine au visage de Cyrius qui n'y fit pas trop attention, focalisé sur l'information précédente. Aurore Opera fit demi-tour et s'éloigna, Cyrius resta planté là un moment avant de s'en rendre compte.


- Hey !


Il rattrapa prestement Opéra, et se planta devant lui avec aplomb, il n'avait pas fini cette discussion !
Sans qu'il ne puisse l'expliquer, l'information selon laquelle le poulain de cet étalon inconnu avait été tué de sang froid par un cheval qu'il connaissait le bouleversait au plus haut point. Cyrius ne souriait plus, il ne riait plus, son regard n'était plus vide, ses deux yeux noir fixait Opéra avec une intensité presque inquiétante.


- Pourquoi il l'a tué ? Enfin il y a une raison ? Pourquoi il aurait tué un poulain nouveau né ? 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aurore Opéra

Aurore Opéra

ÂGE : 23
PUF : Aneki (Etalon77)
MESSAGES : 950

SEXE DU CHEVAL : Mâle
TERRITOIRE : Terres Secrètes


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

Petit ange [Libre] Empty
MessageSujet: Re: Petit ange [Libre]   Petit ange [Libre] EmptyMar 12 Fév 2019 - 11:57


Aurore Opéra ne voulait pas connaître le passé du meurtrier. Rien dans sa vie ne pouvait justifier qu’aujourd’hui, il s’en prenne à un nouveau né. Rien. Pas même les coups, la torture, le harcèlement. Rien. Le rouquin ne voulait pas croire qu’il existait quelque chose capable d’influencer une âme à ce point. L’accepter, c’était avouer que d’autres « accidents » de ce genre pouvaient survenir. Il était hors de question qu’il accepte un fait comme celui-ci.

Le rouquin se demanda un instant quelle responsabilité avait Cyrius dans cette histoire. Il disait avoir rencontré un poulain déséquilibré, mais lui-même ne semblait pas tout à fait au point. Était-il celui qui avait engagé Ezekiel sur ce genre de voie ? Aurore n’y croyait pas. Cyrius était antipathique, mais il ne portait pas la folie de l’étalon palomino. Il n’était pas responsable. Si le rouquin essayait de s’en persuader, c’était seulement pour se débarrasser d’une partie de sa propre culpabilité. Il n’aimait pas ce que son désespoir et sa haine le poussaient à faire. Il accéléra le pas.

Malheureusement, cela ne suffit pas. L’arabe réussit à le rattraper. Il se planta devant lui, le forçant à s’arrêter. Opéra retint la violence qui poussait en lui, brûlait son cœur. Il se voyait, la gueule déformée de rage, attaquer l’étalon alezan sans lui laisser le temps de réagir. Il pourrait lui briser la nuque, lui arracher la gorge, le blesser. Que pouvait Cyrius, contre lui ? Il avait la carrure, les muscles d’un espagnol. Face à lui, l’arabe n’était qu’un caillou dans lequel il devait shooter pour l’écarter de sa route. Un peu comme sa fille face à l’Irish Cob.

La violence du rouquin se fana sous ce constat. Il ravala sa haine et fixa ses yeux noirs sur Cyrius. Sa fille ne voudrait pas qu’il blesse qui que ce soit. Encore moins un étalon qui n’avait rien à voir dans cette histoire. Aurore essaya de s’en persuader, de retenir en lui ses envies de meurtre. Mais les questions de l’arabe réveillèrent sa haine. Le rouquin montra les dents, plaqua les oreilles et fouetta l’air de sa queue. Il se retint de frapper, mais l’envie y était.

Parce que vous croyez qu’on peut trouver une raison à un tel meurtre ? cracha-t-il, énervé. Je ne crois pas, non ! Mais demandez donc à Commedia, c’est elle qui a lancé ma fille dans les griffes du démon.

Aussitôt dits, Aurore Opéra regretta ses mots. Il ne voulait pas vendre le nom de la jument au premier venu. Il n’en avait pas le droit. Il ne la considérait même pas responsable ! Mais l’arabe l’avait poussé dans ses retranchements et Opéra, dans sa profonde bêtise, avait sorti les pires conneries de sa vie. Sa haine retomba pour laisser place à la honte et au désespoir. Il jeta un regard perdu à l’alezan. Il valait mieux qu’il s’échappe de là.

Sans demander son reste, le rouquin bouscula Cyrius et s’enfuit au galop.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CYRIUS

CYRIUS

ÂGE : 28
PUF : C.C.
MESSAGES : 2317

SEXE DU CHEVAL : Etalon
TERRITOIRE : Dominant des Terres Trompeuses


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

Petit ange [Libre] Empty
MessageSujet: Re: Petit ange [Libre]   Petit ange [Libre] EmptyMar 19 Fév 2019 - 10:29

Cyrius ne sais pas bien dans quel ordre les évènements ont été imprimés dans son cerveau. Il y a eu la réaction de rage sur le visage d'Aurore Opéra, qui avait presque fait croire au dominant des terres Trompeuses qu'il allait se faire massacrer physiquement dans la seconde. Puis il y a eu ce moment ou son interlocuteur l'avait planté sur place après l'avoir volontairement bousculé. Et puis... il lui semblait bien qu'entre deux, l'étalon moucheté lui avait postillonné dessus en hurlant... Mais ce qui avait cruellement fait disjoncté tout le système nerveux de Cyrius fut sans doute le nom de 'Commedia' qui était arrivé comme un cheveu sur la soupe au milieu de cette charmante conversation.


- Commedia... COMMEDIA QUI ? D'ELLE ARTE ???


Se mit à hurler soudainement Cyrius. Mais c'était trop tard, la notion du temps était altérée, Aurore Opéra était déjà parti depuis plusieurs minutes. L'étalon essaye de redescendre, de faire le lien, d'y comprendre quelque chose. Commedia était la mère de la pouliche assassinée, qu'elle avait eu avec Aurore Opéra, et elle serait responsable de sa mort ? Non impossible, encore un mauvais trip, une hallucination...


Sans savoir où il allait, Cyrius quitta le cimetière au trot, la démarche incertaine et trébuchante, profondément perturbé, à tel point qu'il en oublia son tas de feuilles de thé au beau milieu du cimetière.

OUT
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Petit ange [Libre] Empty
MessageSujet: Re: Petit ange [Libre]   Petit ange [Libre] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Petit ange [Libre]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Petit Ange
» Soeur de sang... ||Petit Rayon & Petit Ange||
» (m) Dylan o' brien - Le petit ami- libre et Négo'
» Un petit dodo... |Libre|
» Une petite pause ? [PV Lou et... toi ? ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Horse-Wild :: LES TERRES DE LA VIE :: LE CIMETIÈRE-
Sauter vers: