Jeu de rôle équin
 
AccueilS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Les chaleurs ont lieu du 1er au 15 de chaque mois.


Partagez
 

 Délivrance | Campo, Cyrius, Gavroche

Aller en bas 
AuteurMessage
Nazz'ariah

Nazz'ariah

ÂGE : 26
PUF : Winterstorm
MESSAGES : 174

SEXE DU CHEVAL : Jument
TERRITOIRE : Trompeuses


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

Délivrance | Campo, Cyrius, Gavroche Empty
MessageSujet: Délivrance | Campo, Cyrius, Gavroche   Délivrance | Campo, Cyrius, Gavroche EmptyLun 26 Nov 2018 - 18:13

Show me it's real
Wasting our last chance

Un coup de sabot sur son ventre et la petite perle de charbon grimaça. Elle en avait marre. Marre de ce ventre grossissant, marre de ces cauchemars qu’elle ne cessait de faire toutes les nuits, marre de ces contractions qui n’étaient que fausse alerte, mais surtout marre de cette gestation tout simplement. Comment avait-elle pu se mettre dans un tel pétrin ? Qu’avait-elle fait pour mériter cela ? L’avait-elle réellement cherché ? Elle ne savait pas. Elle ne savait plus. Dés le premier mois, elle avait détesté ce poulain. Elle l’avait haït du plus profond de son âme. Oh, elle savait parfaitement qu’il n’y était pour rien, comme Saltan. Mais il n’avait rien à faire dans son ventre. Il n’aurait jamais du exister selon elle. Au tout début, durant les premières semaines, elle avait espérer. Elle avait espérer que cette gestation n’existe pas, que Gavroche n’ait pas déposer sa graine dans son ventre, mais au bout d’un moment elle s’était faite à l’idée. Au moment où elle s’était rendu compte que ses chaleurs n’étaient plus présente, mais surtout lorsque ses formes s’arrondissaient. Mais elle refusait tout de même de l’accepter. Elle n’était pas capable d’assumer ce poulain, car il n’était pas le sien, elle en était convaincue. Et il resterait un poulain inconnu, c’est évident.

Un pas dans les ronces et elle se moqua des marques que ces dernières pouvaient lui offrir sur les jambes. Elle ne ressentait plus rien que le besoin d’être délivrée de ce poids. Dorénavant, elle se disait que la vie était faite ainsi. Qu’elle devrait accepté son sort, mais elle avait encore du mal. Comment pouvait-on accepter quelque chose que l’on a pas cherché ? Comment pouvait-on dire oui à une situation que l’on a pas comprit ? Elle avait bien du mal malheureusement. Ce poulain était le fruit d’un viol. Il n’était que poison pour elle, il n’était que désaccord avec ses conviction. Hallelujah serait-elle son unique fille légitime ? Serait-elle vraiment sa seule rédemption ? Si c’était le cas, elle ne voyait pas vraiment l’intérêt. Quand elle voyait comment sa fille évoluait, elle avait bien du mal à cerner ce que les Dieux voulaient pour elle. La Perse avait comprit une seule chose : il fallait qu’elle s’en aille de cette île. Cette île n’était décidément pas pour elle. Elle ne serait que de passage, laissant sa trace via sa fille. On l’oublierait bien vite, elle en était consciente, mais elle s’en moquait radicalement. Elle, elle n’oublierait pas. Elle n’oublierait pas ce qu’elle avait vécu avec Cyrius, si mince soit-il. Elle n’oublierait pas ce qu’elle a découvert sur elle-même et la vie. Elle remercierait les cieux de lui avoir offert cette chance, mais il fallait qu’elle parte maintenant. Sans se retourner.

Soudain, ses jambes la lâchèrent et une brutale contraction la prit. Elle s’effondra sur le sol, les ronces lui griffant le ventre, et ferma les yeux. Plusieurs contractions suivirent. Le petit allait apparaître, l’Enfant du Diable allait ouvrir ses yeux sur le Monde et le pourrir dés la naissance. Elle eut un gémissement. Il était temps qu’elle éjecte ce monstre de son sein. Il était temps qu’elle l’envoie valser. Délicatement, elle se coucha de tout son long. Là, elle prit une longue bouffée d’air frais et ferma les yeux, une larme y roulant. Une contraction et elle comprit : il fallait qu’elle pousse. Il était prêt à sortir et anéantir tout ce qu’elle avait chérit ces dernières années. Alors, elle poussa. Elle poussa une fois, deux fois, trois fois. Plusieurs fois et la douleur fut toujours aussi brutale. Il voulait la pourrir. Il voulait lui faire mal autant qu’elle lui avait fait mal en frappant son ventre. Les ronces s’accrochaient à sa crinière, sa queue et ses flancs étaient griffés. Mais les ronces n’étaient rien comparées à la douleur que cet être lui infligeait. Même sa propre fille ne lui avait pas fait autant de mal. Peut-être parce qu’elle l’aimait, tout simplement. Et qu’elle avait attendu avec impatience sa naissance. Elle entendit un bruit sourd, et un profond soupir passa ses lèvres. Elle laissa alors tomber sa tête sur le sol dur, gardant les yeux fermés et ne faisant pas attention aux bruits qui pouvaient l’environner. Il fallait qu’elle perce la poche vitale de l’enfant pour qu’il respire, mais elle s’en moquait. Qu’il crève, c’est tout ce qu’elle souhaitait. Du plus profond de son être. Elle le détestait, même si elle savait qu’il n’y était pour rien.
© nightgaunt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Camporeal

Camporeal

ÂGE : 16
PUF : Memoriae
MESSAGES : 23

SEXE DU CHEVAL : Étalon.
TERRITOIRE : Trompeuses.


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

Délivrance | Campo, Cyrius, Gavroche Empty
MessageSujet: Re: Délivrance | Campo, Cyrius, Gavroche   Délivrance | Campo, Cyrius, Gavroche EmptyLun 26 Nov 2018 - 18:54

Ballotté, tous les jours, avec cette même mélodie, ce même rythme qui se répète inlassablement. Mon cœur raccordé au sien, son sang et mon sang ne faisant qu'un. Et pourtant, plusieurs fois, des centaines, des milliers de fois, je sentais des coups me parvenir. Que souhaitait-elle me dire ? Je ne parle pas cette langue donc j'ai pourtant entendu toutes les sonorités depuis de longs mois. J'aurais voulu lui parler, lui dire que j'étais désolé de lui infliger ces terribles douleurs. Mais je ne pouvais pas, et chaque jour se répétait inlassablement, sans que je ne puisse rien y faire.

Mais depuis quelque temps, je sentais que ça bougeait fort près de moi, et je ne comprenais pas pourquoi. Et ce matin, quand je me suis réveillé, j'avais changé de position ! Tête en avant entre mes deux jambes, j'avais l'air d'un héros arrivant pour sauver sa famille. Mais était-ce vraiment le cas
? D'après ce que je ressentais, ma mère ne m’aimait pas vraiment, la haine, c'est dans cela que j'ai doucement grandi, et je ne comprends même pas encore pourquoi. Pourquoi me détester alors que je n'existe pas encore réellement ? Cette question demeura sans doute encore de longs mois sans réponse, il faut apprendre, et le premier jour de ma nouvelle vie arrive maintenant.

Je l'ai sentie tomber sur le sol, et je l'ai entendu grogner alors qu'on me poussait vers la porte de sortie. Est-ce que je devais quitter mon nid chaud et douillet, qui m'inspirait sécurité et douceur ? Apparemment oui, et c'était bien au goût de ma mère. Tout se resserrait autour de moi, je me sentais étouffé et c'est alors que dans une secousse effroyable, je vins au monde. Une poche visqueuse me fit tomber sur le sol froid, dur et piquant alors que je me débattait pour sortir et voir le monde pour la première fois.

Je sentis la poche craquer et une bouffée d'air frais envahit mon habitacle. Mes petites oreilles se redressèrent sur ma tête et mes yeux s'ouvrirent alors que je prenais ma première respiration qui me fit tousser, ça faisait mal de vivre ! J'étais mieux dans mon cocon. Éblouis, je ferma les yeux quelques secondes avant de les rouvrir et la première chose que je vis, c'était ma mère, éloignée de moi. J'émis un drôle de bruit pour qu'elle s'approche et qu'elle me réchauffe, parce que oui, j’avais commencé à trembler, c'est qu'il ne faisait pas chaud dans le monde du dehors !

Oh maman, excuse-moi, j'ai commis le pire crime pour toi, je suis né..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CYRIUS

CYRIUS

ÂGE : 27
PUF : C.C.
MESSAGES : 2279

SEXE DU CHEVAL : Etalon
TERRITOIRE : Dominant des Terres Trompeuses


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

Délivrance | Campo, Cyrius, Gavroche Empty
MessageSujet: Re: Délivrance | Campo, Cyrius, Gavroche   Délivrance | Campo, Cyrius, Gavroche EmptyMer 28 Nov 2018 - 10:58

Cyrius traversais la vallée des Ronces, un endroit qu'il appréciait de plus en plus ces dernier temps, il y avait fait des découvertes intéressantes... Connaissant le terrain comme sa poche, les épines ne parvenaient même plus à le blesser, ses membres évitant les pièges dans une totale inconscience. Le temps avait passé depuis qu'il avait vu Nazz'ariah au désert. Depuis, il ne l'avait plus revu, ayant essayé de l'oublier, préférant la solitude ou la satisfaction que pouvait lui apporter ses nouvelles relations. Son coeur avait été touché par une autre jument ces dernier temps, il avait donc décidé de rebondir et d'aller de l'avant. Nazz'ariah, celle qu'il avait pourtant tant aimé, l'avait déçu autant que lui même l'avait déçu semblait-il, et passer à autre chose avait été la seule chose à faire. Il ne l'avait pour autant pas encore répudiée des Trompeuses, n'en ayant pas eu le courage après qu'elle lui eut avoué s'être faite agressée par Gavroche. Il avait donc laissé filer le temps, espérant simplement ne plus jamais la croiser sur les Trompeuses et que les chose se feraient d'elle même. Aujourd'hui, il avait l'esprit léger, seul Superbia et quelques feuilles de thé raisonnablement dosée flottaient dans son esprit. 
Alors, lorsqu'il entendit des cris de douleur, bien trop intenses pour qu'il puissent n'être le fruit de son imagination, le dominant marqua l'arrêt et chercha l'origine de cette souffrance. Evidement, il aurait voulu l'ignorer, repartir, ne pas s'intéresser à celle qu'il avait reconnu. Sa reine était là, toute proche, et étant donné les sons qu'il percevait, elle était en train de mettre bas de son poulain indésirable sur les Trompeuses. 
Cyrius s'approcha. Il n'en avait aucune envie, mais ces derniers temps il se sentait parfois dirigé par d'autres intentions que les siennes. Si ce poulain naissait mort (comme il s'y attendait), Nazz'ariah avait intérêt à faire le ménage, il y veillerait. A condition qu'elle ne meurt pas en poulinant évidement, ce qui serait le pire des séanarios pour tout le monde !


Le dominant approcha donc d'un pas léger, l'humeur artificiellement rehaussée. Il aperçu bientôt Nazz'ariah par terre, mais aussi le poulain qui était déjà né et bien vivant. Pas de ménage à faire aujourd'hui, se réjouissa l'étalon en arborant un large sourire à cette idée.


- Bonjour chérie, j'ai entendu ta jolie voix de loin, félicitation pour ce poulain bien vivant, tu n'a pas réussit à le tuer finalement on dirait... ! Sans attendre de réponse ou d'autorisation préalable, totalement désinhibé, Cyrius s'approcha du poulain pour constater les dégâts, mais celui-ci avait l'air physiquement normal. Un miracle. Il approcha sa bouche du petit et lui souffla son haleine dans les naseaux.


- Ta maman est une petite trainée et ton papa un méchant violeur, bienvenu sur terre mon petit coeur !


Cyrius éclata de rire, euphorique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nazz'ariah

Nazz'ariah

ÂGE : 26
PUF : Winterstorm
MESSAGES : 174

SEXE DU CHEVAL : Jument
TERRITOIRE : Trompeuses


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

Délivrance | Campo, Cyrius, Gavroche Empty
MessageSujet: Re: Délivrance | Campo, Cyrius, Gavroche   Délivrance | Campo, Cyrius, Gavroche EmptyLun 3 Déc 2018 - 20:43

The things you did there
What a piteous thing, a hideous thing

Tu crois que tu as vécu le pire dans ta vie ? Que tu es celle qui a la vie la plus merdique ? Mais regarde ce que tu fais à ce pauvre gamin. A peine l’as-tu mise au monde que tu le hais déjà ? Il n’y est pour rien pourtant. Il n’a rien demandé que vivre. Vivre une vie pleine d’amour, pleine de rebondissements et pourtant qui serait propre à la délicatesse d’un poulain. Oh bien entendu, il aurait des épreuves, il aura la mort au bout des sabots mais il grandira dans l’amour et la tendresse. Ou pas. Il vivra sur une île qui méritait de le connaître. Mais toi, oui toi la Princesse de Perse, pourquoi l’abandonnes-tu brutalement à son sort ? Pourquoi le laisses-tu enfermé dans sa bulle de placenta ? Il ne mérite pourtant pas cela. Regarde-le, ose poser ton regard sur lui, et vois comme il est adorable. Avec sa petite bouille d’ange pie, avec ses sabots encore séparés en deux … Avec ses dents qui partent en avant, expressément pour briser cette poche natale. Il n’était qu’un poulain. Une tendre chose qui ne demande qu’à grandir et toi, tu le lui refuses. Mais qui es-tu pour te permettre ce choix ? Pour qui te prends-tu sincèrement ? Tu devrais te calmer et rester maîtresse de toi-même.

Elle l’entendait. Elle l’entendait vivre, respirer, survivre et son coeur se brisa en un quart de seconde. Elle aurait tellement aimé qu’il meurt dans son corps, qu’il disparaisse. C’était égoïste, mais elle ne le voulait pas auprès d’elle. Elle ne voulait ni sentir son odeur, ni même sentir sa présence. Il n’avait rien à faire sur cette Terre selon elle. Il ne devait pas marcher sur ce sol, ni même fouler cette pelouse. Il n’en avait pas le droit et n’en aurait sans doute jamais. La petite perle de charbon savait parfaitement qu’elle n’avait aucune autorité sur la Nature, ni même sur tout ça. Mais elle aurait du faire mieux. Elle aurait peut-être du taper plus fort, elle aurait peut-être du sauter d’une falaise. Elle ne savait pas, mais elle en était certaine. Certaine d’avoir du en faire plus. Comment avait-elle pu se laisser ainsi faire ? Comment avait-elle pu laisser cet étalon faire ce qu’il avait fait ? Elle aurait du le virer, le mordre, le tuer mais non. Son corps avait cessé tout mouvement. Son coeur avait cessé de battre. Son esprit s’était évaporée. Alors … Elle n’aurait rien pu faire. Il n’était qu’un cadeau empoisonné, un être dont les ailes se sont construites dans son corps tout en lui arrachant les entrailles. Il était un ange qui lui avait brisé l’esprit et le coeur en quelques mouvements d’aile.

Alors à chaque air qu’il expirait, il lui arrachait une inspiration. A chaque respiration, il la tuait à petit feu. Son regard venait de s’ouvrir sur le monde tandis que les siens s’éteignaient petit à petit. Ses membres allaient découvrir le galop, le trot, tandis que les siens ne supportaient plus son poids. Elle mourrait au fil du temps, au fil des respirations qu’il offrait à la Nature. En réalité, elle avait l’impression que la Nature venait de la punir de tous les méfaits qu’elle avait réalisé en quelques temps. Ne dit-on pas que la roue tourne ? Que le Karma punit les gens ? Elle en était consciente dorénavant. Elle se rendait compte que le Karma se vengeait de tous les étalons qu’elle avait pu côtoyer, de cet adultère qu’elle avait commit. Elle avait voulu blesser Cyrius pour son absence, la Nature la punissait à sa manière en mettant Gavroche sur sa route. Mais ce que la Nature ne savait pas, c’est que la petite Perse n’accepterait jamais cette punition. Jamais de la vie. Alors, elle partirait tout simplement. Elle disparaîtrait de cette île pour voir autre chose, pour oublier tout cela, pour effacer Cyrius ainsi que Gavroche de sa tête. Elle avait aimé Cyrius alors il ne cesserait de hanter son esprit. Mais elle l’anéantirait pour qu’il devienne son pire cauchemar et que son subconscient l’efface délicatement.

Une odeur se fit sentir tandis que des bruits de pas se firent entendre. Un profond soupir passa ses lèvres : Cyrius. Il était venu. Evidemment qu’il était venu, c’était tout de même ses terres. Mais elle aurait tellement espéré qu’il ne daigne venir, qu’il reste là où il était. La naissance de ce petit l’avait tellement tué mentalement qu’elle ne réagit même pas à la moquerie du roux. Effectivement, elle n’avait pas réussit à le tuer malheureusement. Il était encore vivant. Elle aurait presque eu envie de lui dire que c’était une très bonne déduction mais ça tout le monde s’en rendait compte. Il n’avait rien à faire là, réellement. Il devrait partir, la laisser seule avec son fardeau. Finalement, la petite baie se remit couchée en vache et osa un regard sur le poulain. Un poulain pie. Génial … Elle détestait cette robe, surtout sur lui, car ça lui rappelait Gavroche. Certes, il était appaloosa donc aucun rapport, mais il avait une robe spéciale comme son père. On le remarquerait comme son père. Et ça, elle ne le voulait certainement pas. Il devait passer inaperçu, il devait faire en sorte qu’on ne le voit pas. A la phrase de l’étalon, la jument baissa les oreilles et claqua des dents vers lui. Puis, elle baissa la tête, penaude. Il avait raison, elle le savait parfaitement. Elle assumait cette réputation, mais elle n’assumait pas ce gamin. Réellement pas. Finalement, elle se releva difficilement et s’éloigna presque immédiatement du petit.

«  Et ton beau père est une couille molle puisqu’il s’est cassé au moment où ta sœur en avait le plus besoin. » dit-elle moqueuse.

Finalement, elle posa un regard sur le poulain. Maintenant qu’il était né, il devrait survivre alors non, elle ne le condamnerait pas immédiatement. Elle n’en avait pas le droit. Donc subtilement, elle s’approcha de lui et le poussa des naseaux pour qu’il puisse se mettre debout. Elle ne mettait aucun amour dans ce geste. Il ne méritait aucunement son amour. Il l’avait brisé alors elle le briserait à sa place. Bien sûr, il n’y était pour rien, elle le savait parfaitement, mais inconsciemment et involontairement elle lui en voulait réellement. Un regard sur l’étalon roux et elle soupira. Il était complètement défoncé. Réellement. Elle ne savait pas à quoi ni comment, mais ce qu’elle savait c’est que ça se voyait.

« Tu lui donnes une bonne image de son roi, c’est bien. » dit-elle en murmurant, plus pour elle que pour Cyrius.
© nightgaunt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Camporeal

Camporeal

ÂGE : 16
PUF : Memoriae
MESSAGES : 23

SEXE DU CHEVAL : Étalon.
TERRITOIRE : Trompeuses.


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

Délivrance | Campo, Cyrius, Gavroche Empty
MessageSujet: Re: Délivrance | Campo, Cyrius, Gavroche   Délivrance | Campo, Cyrius, Gavroche EmptyMar 11 Déc 2018 - 21:23

(désolée pour le retard, je galère avec les cours et le bac blanc qui arrive :c)

Une grande forme marron se présente devant moi, et mes petites oreilles se pointent vers lui, est-ce que c'est mon papa ? J'émet un petit bruit pour qu'il s'occupe de moi, j'ai froid et maman ne veut pas me réchauffer ! J'éternue quand il me souffle dans les naseaux et je secoue la tête, une grimace sur la tête.

Finalement, maman, vient enfin me réchauffer. Ah non, elle me lève juste avec une certaine haine et presque de la méchanceté. Je couine et rassemble mes longues jambes sous moi pour tenter de me lever une première fois, échec total. Je retente et finalement, je suis dressé au dessus de mes pattes, tout étonné. Je regarde le sol puis maman, une grimace sur le visage, elle n'a pas l'air de m'aimer...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CYRIUS

CYRIUS

ÂGE : 27
PUF : C.C.
MESSAGES : 2279

SEXE DU CHEVAL : Etalon
TERRITOIRE : Dominant des Terres Trompeuses


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

Délivrance | Campo, Cyrius, Gavroche Empty
MessageSujet: Re: Délivrance | Campo, Cyrius, Gavroche   Délivrance | Campo, Cyrius, Gavroche EmptyVen 14 Déc 2018 - 14:35

Nazz'ariah n'avait pas l'air contente de voir arriver Cyrius, et pourtant l'alezan vit bien dans son expression blasée qu'elle s'y était attendu. Etrange comme leurs rapports avaient changés en si peu de temps. Ou pas en fait.
La baie lança une riposte bien placée à base de "couille molle" qui fit largement sourire l'étalon. Il fallait bien avouer qu'aujourd'hui, on pouvait bien dire ce qu'on voulait à Cyrius, tout glisserait sur lui comme de l'eau sur les plumes d'un canard. Son humeur était exceptionnellement bonne.


- Tu radote, chérie. Lui répondit-il jovialement à son énième reproche concernant son absence.


En bonne mère, Nazz'ariah poussa le poulain à se lever et s'adressa à Cyrius sans le regarder. Une bonne image de son roi ?
Cyrius posa un regard faussement intéréssé sur le poulain qui tente une première fois de se lever sans succès, avant de recommencer, visiblement déterminé.


- Un petit Trompeur de plus, finalement tu aura fait une bonne action, c'est très "corporate" de ta part ! Je compte sur toi pour en prendre soin correctement, ça n'est pas parce qu'il n'est pas issu de l'une de tes nombreuses relations consenties qu'il faut lui porter moins d'égard.


Cyrius capte le regard du poulain qui était en fin sur ses quatres jambes.


- Je paris que tu as la dalle, mon biquet !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nazz'ariah

Nazz'ariah

ÂGE : 26
PUF : Winterstorm
MESSAGES : 174

SEXE DU CHEVAL : Jument
TERRITOIRE : Trompeuses


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

Délivrance | Campo, Cyrius, Gavroche Empty
MessageSujet: Re: Délivrance | Campo, Cyrius, Gavroche   Délivrance | Campo, Cyrius, Gavroche EmptyMer 19 Déc 2018 - 0:46

Anyone can tell you there's no more road to ride
There's no laws or rules to unchain your life

Tu as toujours voulu devenir mère pourtant petite chose. Alors pourquoi réagis-tu de cette manière avec ce poulain ? Je ne comprend pas. Pourtant, lorsque ton frère a fait ce que t’as fait Gavroche, tu n’as pas réagit de la même manière. Tu as accepté ton sort : mieux encore, tu as aimé ce produit qui était dans ton ventre, tu as aimé ce petit être qui grandissait gentiment dans ton ventre. Tu t’es même sentie heureuse de le porter. Tu voulais qu’il soit heureux, tu voulais qu’il vive une vie merveilleuse, mais surtout qu’il grandisse auprès de toi. Et malheureusement, la vie en a décidé autrement. Elle te l’a arraché aussi rapidement qu’elle te l’avait offert. Tu l’avais vu. Tu avais pu voir son joli minois de poulain noir. Tu avais même vu ses yeux bruns ternes. Il était mort dans ton ventre … Pourtant, il avait vécu. Pourtant, tu l’avais senti bouger, puis plus rien. Tu avais comprit que quelque chose n’allait pas. Puis Gavroche est arrivé. Il a détruit absolument tout ce que tu as construit, il a anéanti ta vie en un acte. Et surtout il avait envahi ton corps avec ce poison qui grandissait petit à petit. Et le poison avait fini par atteindre le sol, la terre de ton amant. Bien sûr, il était mignon. Il avait une bonne bouille, mais tu ne l’aimes pas et tu ne l’aimeras sans doute jamais. Pourquoi ? Que se passe-t-il ? Je ne comprends réellement pas. Il va falloir m’expliquer.

Subtilement, la petite baie posa son regard sur le poulain présent derrière elle. Il tenta une fois de se mettre debout, il rata. Une seconde fois fut un échec. Mais au bout de la troisième fois, il fut debout. Bien heureusement pour lui, la mise base l’avait tellement épuisée qu’elle n’aurait sans doute pas été capable de l’achever. Elle observa son corps entier et fut comme rassurée. Il ne lui ressemblait pas. C’était parfait. Elle ne voulait pas qu’il garde une once de présence d’elle en lui. Il ne le méritait pas. Sa robe pie ne lui rappelait aucunement l’étalon aubère qui l’avait violé. Mais une chose le lui rappelait : son regard. Il avait ces yeux noirs ternes et sans vie, comme lui. Ou peut-être l’imaginait-elle. Elle n’en savait rien en réalité. Tout ce qu’elle savait, c’est qu’elle le détestait déjà bien assez comme ça. Une douleur entre ses cuisses lui rappela que le liquide maternel voulait sortir et nourrir ce petit. Elle allait lui donner. Oh non pas pour qu’il soit satisfait, mais simplement pour partir plus légère. La petite perle de charbon ne se voyait pas galoper vers son désert natal en ayant mal à ce point-là. Elle ne voulait pas le nourrir, mais elle y était obligée. Elle resta sur ses positions, semblant hésiter. Elle hésitait à s’approcher de lui, elle hésitait à devenir mère une fraction de seconde, elle hésitait à lui donner le droit de vie. Mais elle n’avait pas le choix, ce n’était pas cet étalon roux qui allait lui offrir le premier lait. Finalement, elle poussa un soupir en entendant la phrase de l’étalon. Phrase inutile. Bien sûr que ce poulain avait faim. Un poulain a toujours faim en naissant.

« Viens te nourrir. » dit-elle en serrant les dents. « Tu ne survivras pas, sinon. » prononça-t-elle une dernière fois pour finalement s’approcher de lui.

Elle s’arrêta à quelques mètres de lui, se mit de profil, de manière à lui présenter son entre cuisse. Là, elle recula légèrement le postérieur et lui présenta ses mamelles. Elles étaient gonflées, autant que ce poulain qui avait osé poindre le bout de son nez sur cette planète. Elle poussa légèrement la croupe du poulain pie pour le mener jusque la mamelle. Aucune douceur. Aucune tendresse. Et surtout aucun amour maternel. Il était hors de question que ce poulain pie s’attache à elle, ce serait trop dangereux pour lui et surtout ça la ferait culpabiliser. Ca, elle n’en avait aucune idée. Finalement, elle posa un regard sur l’étalon roux et baissa les oreilles. C’est hallucinant comme leur situation a changé du tout au tout en si peu de temps. Ils s’aimaient pourtant à une époque, non ? Ils avaient créé une fille ensemble. Alors pourquoi tout détruire en si peu de temps, mais surtout si facilement. Elle ne comprenait pas. Elle ne comprendrait sans doute jamais. Un soupir passa ses lèvres.

« J’ai fauté et j’assume. Mais ce n’est pas pour autant qu’il faut osé dire que ce viol, je le mérite. Sinon, tu es aussi con et salaud que Gavroche. » dit-elle en crachant au sabot de l’étalon roux.

La princesse était redevenue la jument sauvage, sans aucune once de bonne manière.
© nightgaunt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Camporeal

Camporeal

ÂGE : 16
PUF : Memoriae
MESSAGES : 23

SEXE DU CHEVAL : Étalon.
TERRITOIRE : Trompeuses.


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

Délivrance | Campo, Cyrius, Gavroche Empty
MessageSujet: Re: Délivrance | Campo, Cyrius, Gavroche   Délivrance | Campo, Cyrius, Gavroche EmptyVen 28 Déc 2018 - 18:58

Je m'approche du ventre de maman en douceur, de peur qu'elle me rejette. Je tremble sur mes longues jambes, peu rassuré, avant de passer mes naseaux sur son ventre pour trouver le précieux liquide. Et je ne me gène pas pour me servir. Mon ventre cri famine, j'ai terriblement faim. Alors je bois jusqu'à n'avoir plus soif et une fois mon ventre apaisé, je recule, les lèvres recouvertes d'un mince filet de lait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CYRIUS

CYRIUS

ÂGE : 27
PUF : C.C.
MESSAGES : 2279

SEXE DU CHEVAL : Etalon
TERRITOIRE : Dominant des Terres Trompeuses


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

Délivrance | Campo, Cyrius, Gavroche Empty
MessageSujet: Re: Délivrance | Campo, Cyrius, Gavroche   Délivrance | Campo, Cyrius, Gavroche EmptySam 29 Déc 2018 - 16:14

Cyrius est satisfait de voir que Nazz'ariah propose sont lait au petit.  Évidement, la jument bai ne transpirait pas l'amour maternel, et ne faisait preuve d'aucune délicatesse, mais quelque part, l'alezan pouvait comprendre qu'elle n'éprouvait rien pour ce poulain.


Plus il observait le petit, et plus Cyrius se disait qu'il y avait matière à en faire quelque chose. Né Trompeur, ce poulain était sous sa responsabilité (en espérant que quelqu'un d'autre se dévouai pour l'élever). Il n'avait donc pas l'intention de lui mener la vie dur, de toute façon, le dominant des Trompeuses avait toujours eu un faible pour les poulains, il ne pourrait pas lui faire de mal..


- J'ai pas dit que tu le méritais, répondit sèchement Cyrius à Nazz'ariah tandis que le poulain se nourrissait.


Puis une question essentielle se posa.


- Lui as tu donné un nom ? Demanda t-il à la jument bai
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nazz'ariah

Nazz'ariah

ÂGE : 26
PUF : Winterstorm
MESSAGES : 174

SEXE DU CHEVAL : Jument
TERRITOIRE : Trompeuses


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

Délivrance | Campo, Cyrius, Gavroche Empty
MessageSujet: Re: Délivrance | Campo, Cyrius, Gavroche   Délivrance | Campo, Cyrius, Gavroche EmptySam 19 Jan 2019 - 23:55

Délivrance | Campo, Cyrius, Gavroche 190119112827558234


Et peperit ei quod res bella non sit ens. Sed quando peperit occurs post labe, a confractus etiam pestilentia frustratio est, non potest ad et. Et factus est dolor infantem esse, ut aliquis atrox, verum sint. Et erit igitur nunquam vere diligatur a mater.

Rapidement, la bouche du petit prit possession de son pie et de la dernière partie de son âme. Normalement, dans la vraie vie, on peut distinguer des juments qui allaitent en fermant les yeux et gardant leurs oreilles mi-basses, car elles sont complètement apaisées par ce sentiment. Ce sentiment d'instinct maternel, mais surtout ce sentiment d'amour lorsqu'elles sentent la chaleur de leur poulain sous elles. La plupart du temps, elles sont réellement fières de ce qu'elles ont produit. Mais pour la jolie baie, c'était complètement différent. Elle détestait ce poulain malgré qu'elle savait parfaitement qu'il n'y était pour rien. Alors quand elle sentit cette bouche contre son sein, elle eut l'impression de mourir définitivement, elle eut l'impression qu'en buvant son lait, ce nouveau né aspirait son sang, son coeur et son corps entièrement. Il la tuait à petit feu. Ce bruit de succion, ce bruit de satisfaction l'écoeurait réellement. Elle avait envie de lui balancer son postérieur dans son poitrail pour le projeter ailleurs, mais elle ne le ferait pas. Elle le détestait mais elle n'était pas du style à tuer, ou blesser, un petit être gratuitement. Alors, elle le laissa faire malgré que tous ses muscles se tendaient au fur et à mesure. Elle savait parfaitement que la tension ralentissait la lactation, alors elle tentait de se calmer, mais c'était bien trop dur pour elle.
Là, elle put sentir le poulain s'écarter et un profond soupir passa ses lèvres : un soupir de satisfaction, un soupir de soulagement. Il était parti, il avait arrêté et surtout il était nourri. Elle avait fait son job. S'il allait avoir une seconde maman ? Elle s'en moquait parfaitement, elle s'en moquait totalement en réalité. Il n'était plus son fils, ne l'avait jamais été en fait. La première phrase de l'étalon lui passa rapidement au dessus de sa tête. Elle se foutait de son ton, elle se foutait de ce qu'il pouvait raconter, tout ce qu'elle voyait dorénavant c'était son désert natal. Bien qu'elle savait ce qui l'attendait là-bas, elle voulait retourner vraiment. Elle avait tellement hâte de retourner là bas. Puis, une question passa rapidement dans sa tête, une question tellement essentielle pourtant. Un nom ? Il lui fallait un nom. Elle le détestait, il ne le méritait pas, alors elle acceptait de lui offrir un nom. La jolie perle Perse ferma les yeux et tenta de réfléchir. Puis, elle se tourna rapidement sur le poulain, l'observa dans tous les sens, plongea son regard dans le sien et l'idée lui vint. Il porterait le nom du mâle qui l'avait déçu, ce mâle qui aurait dû être son meilleur ami et qui finalement l'avait abandonné. Alors, elle hocha la tête. Il porterait ce nom, c'était évident.

" Camporeal. " dit-elle tout naturellement pour finalement tourner le dos à l'étalon.

Soudain, elle appuya sur ses postérieurs, claqua sa queue sur ses cuisses et prit le galop. Sans même se retourner, sans même prononcer un dernier mot, elle accéléra l'allure et disparu au delà des ronces. Elle partait de cette île, de ce territoire, c'était officiel. Elle ne voulait plus les voir, elle voulait les oublier, elle ne voulait plus entendre parler de ça. Ils devaient l'oublier tout simplement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
O. Pearl

O. Pearl

ÂGE : 22
PUF : PxdxlF
MESSAGES : 17327

SEXE DU CHEVAL : Jument
TERRITOIRE : Ancienne dominante des TT


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

Délivrance | Campo, Cyrius, Gavroche Empty
MessageSujet: Re: Délivrance | Campo, Cyrius, Gavroche   Délivrance | Campo, Cyrius, Gavroche EmptyVen 15 Mar 2019 - 8:20

Le rp est-il terminé ou attendons nous @Camporeal ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CYRIUS

CYRIUS

ÂGE : 27
PUF : C.C.
MESSAGES : 2279

SEXE DU CHEVAL : Etalon
TERRITOIRE : Dominant des Terres Trompeuses


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

Délivrance | Campo, Cyrius, Gavroche Empty
MessageSujet: Re: Délivrance | Campo, Cyrius, Gavroche   Délivrance | Campo, Cyrius, Gavroche EmptyJeu 21 Mar 2019 - 12:36

aucune idée...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Délivrance | Campo, Cyrius, Gavroche Empty
MessageSujet: Re: Délivrance | Campo, Cyrius, Gavroche   Délivrance | Campo, Cyrius, Gavroche Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Délivrance | Campo, Cyrius, Gavroche
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Groupe C] Haka des Gémeaux VS Cyrius d'Eta
» Final Misa Campo vs Véronica
» Arrivée de Wyky, Dame de Moulin sous Touvent et de Cyrius

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Horse-Wild :: LES TERRES TROMPEUSES :: LA VALLEE DE RONCES-
Sauter vers: