Jeu de rôle équin
 
AccueilS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Reformater nos œillères - ft. Brod

Aller en bas 
AuteurMessage
Ezaël

avatar

ÂGE : 22
PUF : Kan'
MESSAGES : 429

SEXE DU CHEVAL : Étalon

Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Reformater nos œillères - ft. Brod   Dim 26 Aoû 2018 - 19:25


Reformater nos œillères
ft. Brod


Son galop était calme et régulier alors qu'il traversait la région des grands lacs. Le mâle isabelle tobiano avait un paysage en tête depuis quelques jours, comme un souvenir ou un rêve. Il avait l'impression qu'il devait s'y rendre. Dans son esprit, il voyait très bien les sommets enneigés, il savait qu'il y avait déjà été. Au fond de lui, ça lui disait quelque chose. Il ne savait juste pas quand, ni où c'était.. Mais il trouverait, n'est-ce pas? Il finirait bien par trouver à force de galoper. Mais il n'était pas encore rendu là bas, et il devait se presser. Il sentait que quelque chose clochait et son instinct lui dictait de s'y rendre le plus vite possible.

Il dérapa dans la boue en voulant allez trop vite et couper au plus court sans faire le détour d'un lac mais Ezaël se rattrapa de justesse. Il s'arrêta une fois son équilibre retrouvé et redressa la tête, ronflant des naseaux pour reprendre son souffle. Il galopait depuis longtemps déjà, ayant sillonné plusieurs territoires de l'île à la recherche de celui qu'il voyait dans son esprit. Il finirait par trouver, mais il lui fallait aussi se reposer. Il soupira et profita d'être dans une zone paisible pour aller boire au bord du lac. Peut à peu, l'irish cob décida de se glisser dans l'eau, profitant de la fraicheur. Il barbota quelques minutes avant de ressortir, s'ébrouer et manger un peu d'herbe pour reprendre des forces.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Brod

avatar

ÂGE : 23
PUF : Aneki (Etalon77)
MESSAGES : 168

SEXE DU CHEVAL : Mâle
TERRITOIRE : Terres Secrètes


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Reformater nos œillères - ft. Brod   Ven 31 Aoû 2018 - 16:02


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Brod passait dans le coin. Il ne savait pas où il allait, s’était clairement perdu et cherchait patiemment une sortie. Une sortie pour aller où ? Lui-même ne savait pas, ou plus. L’avait-il un jour su ? Il n’en était pas certain.

Le temps passait sur sa quête improbable et il se demandait s’il arriverait à reconnaître son frère après tant d’années. Lui-même avait plus que grandi et portait fièrement une moustache que son jumeau ne connaissait pas. Il pourrait le croiser sans même savoir que c’était lui ! Cette pensée lui mina le moral et lui fit promettre d’importuner le moindre inconnu. Il se doutait que son frère n’était plus la petite chose de ses souvenirs et il ne voulait pas le louper sous prétexte qu’il avait grandi. C’était inadmissible.

Sur ces bonnes pensées, Brod percuta un tronc d’arbre – encore un – qu’il faillit bien déraciner sous sa masse. Il zieuta l’écorce entre ses crins noirs. Il lui faudrait réfléchir sérieusement à sa non-envie de déranger son imposante chevelure quand il se déplaçait. Il ne faisait que percuter le moindre obstacle. Un jour, il finirait par blesser quelqu’un, il en était certain.

Il avait déjà commencé. Un picotement sur son poitrail lui indiqua quelques égratignures sur sa robe sombre. Deux, trois perles de sang apparurent et l’étalon grimaça. Il ne donnait pas cher de sa réputation si le monde apprenait l’origine de la plupart de ses cicatrices…

Un barbotement tout proche lui indiqua la présence d’un point d’eau – il lui semblait avoir pataugé dans la gadoue plus tôt, mais il n’était pas sûr. Brod pivota sur ses talons et se dirigea vers la source du bruit. Très vite, l’eau froide vint lécher ses fanons et nettoyer la boue. Il trempa les naseaux et tapota son poitrail pour retirer le sang. Malheureusement, l’étalon était loin d’être souple et il eut beau se tordre dans tous les sens, ses naseaux n’atteignirent guère ses blessures. C’est à peine s’il les frôla.

À la réflexion, il n’avait pas très envie de toucher son sang avec sa moustache.

Il abandonna la manœuvre et secoua la tête pour choisir sa prochaine direction. C’est là qu’il le vit. Il était pourtant épais et pas très loin du lac dans lequel Brod était entré sans le voir. Son toupet retomba sur son visage blanc et le noir garda en tête un mâle tout rond, d’à peu près son âge. Si ses yeux et ces quelques secondes d’observation ne le trompaient pas, il devait s’agir d’un cob aussi. Il en avait rencontré un, quelques jours plus tôt, mais ce qu’il avait pris pour un Irlandais n’en était pas vraiment un.

Hé, cousin ! apostropha-t-il l’inconnu en sortant de l’eau. Y’en a combien des comme nous dans le coin ?

Si l’île était truffée d’Irish Cob, comment trouverait-il son jumeau ? En approchant, Brod découvrit des taches sur la robe de l’inconnu. N’était-il pas isabelle tobiano ? Le grand noir plissa les yeux, mais n’y vit pas mieux derrière ses crins.

Dis donc, l’ami. C’est quoi ton nom ? demanda-t-il, suspicieux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ezaël

avatar

ÂGE : 22
PUF : Kan'
MESSAGES : 429

SEXE DU CHEVAL : Étalon

Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Reformater nos œillères - ft. Brod   Dim 2 Sep 2018 - 14:42


Reformater nos œillères
ft. Brod


L'angoisse de rater quelque chose le tiraillait alors qu'il sortait de l'eau. Et si quelque chose s'était passé, qu'il n'avait pas été là, qu'on lui en voulait pour ça? Et s'il perdait quelqu'un de précieux alors qu'il était loin? Comment se le pardonnerait-il? Il l'oublierait, certainement. Il oubliait tout, de toute manière. N'était-ce pas là l'essence même de son être? Ne jamais être à la hauteur, de toujours décevoir. Les mots blessants, coupants de sa mère lui revinrent en mémoire, suivis par les images de ses premiers jours loin de tout ce qu'il connaissait. Rapidement, alors qu'il broutait pour reprendre des forces, Collapsing lui revint lui aussi, comme un démon qui le poursuivait depuis toujours, tapis dans l'ombre. Ses cicatrices causées par l'arabe le démangèrent au souvenirs de ce jour maudit. Puis, effaçant le démon de nuit, le visage de Starfighter lui revint à son tour en mémoire. Il déglutit et redressa la tête en entendant la voix d'un mâle qui l'apostrophait. Dieu merci, quelqu'un le ramenait à la réalité avant que sa mémoire ne s'efface sous le stresse engendré.

Il tourna la tête pour voir un cheval de la même carrure que lui, probablement un irish cob, tout de noir vêtu. Il semblait gauche et maladroit, son épaisse crinière lui cachant la vue. Des flashs lui revinrent, de son tout début de vie. Sa mère, son père, puis, caché quelque part derrière les plus grands, un poulain noir, le visage baigné de blanc. Se pourrait-ce..? Non. Il était bien trop loin, et par quel miracle aurait-il pu arriver jusqu'ici? De toute façon, il était peu probable qu'il lui veuille du bien, si c'était son jumeau. Il serait surement venu pour le tuer.

L'autre avança et finit par lui demander son nom. Ezaël plissa les yeux, sur la défensive. Que lui voulait-il?

Je m'appelle Ezaël. Mais c'est assez malpoli de ne pas se présenter en premier, surtout que vous semblez tout de même assez louche.

Il avait reculé d'un pas en parlant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Brod

avatar

ÂGE : 23
PUF : Aneki (Etalon77)
MESSAGES : 168

SEXE DU CHEVAL : Mâle
TERRITOIRE : Terres Secrètes


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Reformater nos œillères - ft. Brod   Sam 8 Sep 2018 - 14:48


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Brod plissait toujours les yeux derrière son toupet sans rien y voir à l’inconnu devant lui. Quelques taches entre les crins, ce n’était pas assez pour se faire une idée de celui à qui il parlait. Il avait eu un aperçu de sa silhouette, mais c’était bien maigre comme information. En tout cas, il ne s’agissait pas d’Ezekiel, qu’il avait croisé au Plateau Fantôme quelques jours plus tôt. Ni de qui que ce soit qu’il connaissait, en vérité. Ou peut-être que si. D’un très lointain passé, comme une apparition illusoire, un mirage qui tombait comme un miracle. Brod cessa de plisser les yeux. Il était temps de savoir ce qu’il en était vraiment.

L’étalon noir donna un coup de tête en avant – heureusement, il était trop loin pour toucher ou blesser l’inconnu. Ses crins se soulevèrent et retombèrent lourdement sur le côté de son visage. Un œil dégagé, Brod loucha sur l’isabelle. Il avait un drôle de toupet noir sur le front qui le ramena quelques années en arrière, tandis qu’il se battait pour le lait maternel. À la réflexion, il n’avait pas été tendre avec son jumeau et le regrettait amèrement. Il avait toujours eu envie de plonger son museau dans ces crins noirs qui se dressaient entre ses oreilles et ébouriffer la petite tête isabelle. C’était trop tard maintenant.

Ezaël.

Le nom le frappa comme un coup de fouet qui plaqua ses oreilles sur sa nuque. La douce Commedia Dell’Arte lui avait déjà donné ce nom. Il se perdit un instant dans le souvenir de leur rencontre et retint de justesse un sourire déplacé. Il devait garder sa nostalgie pour plus tard, il avait mieux à faire dans l’instant.

Alors, c’est toi, Ezaël, lâcha-t-il sans préambule. Bah tiens ! C’est bien la première fois qu’on me sort une chose pareille !

Brod releva la tête, présentant sa moustache avec fierté. Louche, rien que ça. Pour qui il se prenait, lui ? D’ailleurs, plus l’étalon noir le regardait, plus ses certitudes s’étiolaient. Ce nom avait toujours une mélodie familière à son oreille et la robe du pie isabelle ressemblait drôlement à son souvenir. Néanmoins, Brod avait tendance à mélanger les gens et les époques, qui pouvait lui assurer qu’il n’était pas en train de se tromper ? Pour être sûr, il fit le tour d’Ezaël, le détaillant avec suspicion. L’évidence le frappa en même temps qu’un fait étrange qui en disait long sur lui : de toute sa vie, il n’avait connu qu’un seul poulain.

Tu te foutrais pas un peu d’ma gueule ? tonna-t-il en avançant, l’air menaçant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ezaël

avatar

ÂGE : 22
PUF : Kan'
MESSAGES : 429

SEXE DU CHEVAL : Étalon

Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Reformater nos œillères - ft. Brod   Dim 16 Sep 2018 - 16:19


Reformater nos œillères
ft. Brod


L'eau de sa baignade courte mais revigorante avait envolé la fatigue de son corps. Ezaël était content et un peu rassuré, revigoré pour reprendre sa route. Il n'avait pas le temps de perdre de précieuses secondes avec quelqu'un qui ne semblait pas des plus avenants. Son instinct lui hurlait toujours de partir vers les sommets, tabourinant dans son coeur comme s'il se passait quelque chose de grave. Mais cet instinct devait se taire. L'autre mâle, en cet instant, était bien réel. Plus l'isabelle l'observait, plus il avait l'impression de se voir dans une glace sombre. Avec certes une moustache de plus, et quelques cm. Après tout, il avait toujours été et restera toujours le plus petit jumeau. Ses débuts de vie difficiles n'ayant pas aidé à ce que son corps se développe autant qu'il aurait du l'être. Mais il n'avait pas à rougir, il restait plus imposant que beaucoup des chevaux qui peuplaient ces terres, en tout cas, il était plus imposant que Collapsing. Et c'était bien la seule personne qu'il avait jamais voulu surpasser.

L'autre bougea la tête pour écarter son toupet imposant. Il devait y voir plus clair, maintenant. Le plus petit le suivit du regard alors que l'autre lui tournait autour, comme un charognard autour de sa carcasse, un prédateur et sa proie. Il n'aimait vraiment pas cette sensation. D'être épié. Jugé. Observé. Surtout pas vu le ton qu'employait cet étalon aux airs un peu trop familiers à son goût.

L'autre rétorque à sa pique, mais ne se présente pas. Son nom aurait tout pu révéler. Tout aurait été scellé, si vite, si facilement. Cette syllabe qu'il avait toujours entendue, prononcée avec amour et fierté par sa mère. Brod. Quatre lettres qui resteraient à jamais rivées dans sa mémoire, ancrées au fer brûlant comme on marque les chevaux. Ca ne pouvait être lui, il ne voulait pas que ce soit lui. Toute cette famille, tout ce passé qu'il s'efforçait à enfouir au plus profond de lui, tout ça.

La source même de ses oublis.

L'agressivité qui suit finit de braquer le plus claire. Se ficher de sa poire? Pourquoi devenait-il si agressif et inquiétant? Les oreilles d'Ezaël se cachèrent dans son épaisse crinière alors qu'il relevait vivement la tête, prêt à cabrer à chaque seconde.

Qui que vous soyez, je vais vous demander de me témoigner un peu plus de respect que cela, j'en ai vu des choses dans ma vie et aujourd'hui je n'ai pas peur de me battre contre un épouvantail!

Il lui ressemblait trop. Il lui ressemblait bien trop. Ezerade. Draël. Brod. Tout ce passé qu'il voulait détruire. Il pourrait peut être se défouler, aujourd'hui et maintenant. Une catharsis, libératrice colère. Enfin tourner la page.

S'il devait se battre, il le ferait. Pour Ace. Pour lui-même.

Il allait enterrer l'ancien lui, avec la force, s'il le fallait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Brod

avatar

ÂGE : 23
PUF : Aneki (Etalon77)
MESSAGES : 168

SEXE DU CHEVAL : Mâle
TERRITOIRE : Terres Secrètes


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Reformater nos œillères - ft. Brod   Mer 26 Sep 2018 - 12:19


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Brod s’en voulait. Du plus profond de son âme, une vague de colère le submergea, remonta le long de sa gorge et explosa dans son crâne. De la colère contre lui-même, de ne pas savoir se contrôler, moduler sa voix, gérer ses expressions, la force de ses pas et la violence de ses gestes. Il s’en voulait d’être si maladroit et d’écraser un être qu’il aurait voulu caresser, pour lequel il inventait mille pardons, mais ne prononçait que des menaces.

Brod ne savait pas faire. Ses relations avec le monde se limitaient à des mots doux aux belles dames et des mots approximatifs aux étalons. Il ne savait pas réconforter, soutenir, conseiller ou expliquer. Il aimait, il détestait. S’il connaissait les nuances, les exprimer l’écorchait, le stressait et, par peur puissante et irrésistible, par une phobie simple et étrange, il s’écrasait autant qu’il écrasait le monde, incapable de se faire comprendre.

Brod ne voulait pas être méchant. Quelque chose dans la silhouette de l’entier, dans ses taches pies, son toupet noir, ses yeux qui le fixaient avec crainte, haine peut-être – le noir n’y comprenait pas tout aux émotions des autres – quelque chose l’attirait et l’effrayait à la fois.
Il avait envie d’être gentil, il se sentait bouffé par la curiosité, par l’espoir étouffant qu’il ait enfin atteint son but. Il voulait savoir, tout simplement, mais dès que les mots s’agglutinèrent sur ses lèvres, ils en passèrent la barrière changés.
Son pas devait être implorant, comme un appel à l’aide nourri par des années de recherches vaines. Il devint menaçant, agressif, empreint d’une force qu’il ne valait mieux pas défier.
Ses phrases devaient questionner, chercher la vérité, se casser sur des émotions déchirantes, sur la tristesse, la joie, l’amour, le désir de protéger, de s’excuser, tant de choses qui se battaient au fond de son cœur et menaçaient de le faire exploser. Elles furent cassantes, violentes, méchantes. Les mots devinrent vulgaires, l’expression menaçante, la colère au bout de la langue.
Il en goûta l’âpreté, ne comprit pas, se questionna. Que pouvait-il faire contre ce qu’il était ? Contre cette boule de stress, de maladresse qui le caractérisait ? Même face à cette pauvre chose qui, désormais, le menaçait à son tour, les oreilles plaquées sur la nuque.
Brod ne voulait pas de tout ça, mais il n’avait plus le choix.

L’étalon noir baissa la tête, honteux. Il se referma sur lui-même, comme un enfant disputé par sa mère, menacé d’être puni. Tu ne dois pas être méchant, disait-elle, les vilains garçons sont donnés à la sorcière. Il recula d’un pas, puis d’un autre, comme frappé par les mots, la réponse cinglante de l’inconnu. Il ne voulait plus le regarder, il avait peur de lire, dans son regard, haine, dégoût et violence. Il ne voulait pas être attaqué. Il ne voulait pas répliquer, par réflexe. Il ne voulait pas le blesser. C’était trop tard, il le savait. Le mal était fait.

Je suis désolé, bafouilla-t-il, les lèvres serrées.

Brod releva des yeux brillants, les larmes menaçant de lui échapper. Aucun mot d’aucune sorte n’aurait pu lui tirer une émotion si pure. Il se laissa submerger par le regret d’avoir fait une bêtise, par l’incapacité de pouvoir la réparer. Même sa mère ne l'avait jamais fait se sentir si misérable. Il n’était qu’un idiot, il le savait.

Ezaël, Ezaël. (Sa voix se brisa. Il renifla, reprit un semblant d’assurance ratée.) Ca ne peut pas être votre vrai nom, tout de même.

Le noir s’en plaignait presque, d’un nom pareil, de l’espoir qu’il faisait naître en lui, de l’incompréhension, des questions, de toutes ces choses qui apparaissaient autour de lui et face auxquelles il était démuni. Il aurait été plus simple qu’il s’appelle Fred, Georges ou Jambon. Ezaël… C’était trop proche du nom de ses parents, si loin du nom de son frère.

Je suis Brod, dit-il tout bas, de peur de se tromper d’interlocuteur. Je cherche mon frère… mon frère, oui. Mais Ezaël… ce n’est pas ainsi qu’il s’appelle.

Il baissa la tête, honteux, gratta le sol, mais ne fit qu’arracher une grosse motte de terre. Le moindre de ses gestes était une catastrophe, ses mots des coups qu’il n’arrivait pas à retenir. Pourrait-on le lui pardonner ? Il en doutait et n’osait l’espérer. Mais il était ainsi, il ne pouvait plus changer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ezaël

avatar

ÂGE : 22
PUF : Kan'
MESSAGES : 429

SEXE DU CHEVAL : Étalon

Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Reformater nos œillères - ft. Brod   Dim 4 Nov 2018 - 21:57


Reformater nos œillères
ft. Brod


La colère de l'isabelle fut courte. L'autre étalon, du même accabit que lui, lui ressemblait en tout points autant qu'il lui était différent. Des flashs du passé lui revenaient de plus en plus, sa mère tyrannique, son jumeau, petite ombre à la face léchée de blanc. Et plus il le regardait se décomposer comme un poulain grondé, plus Ezaël avait l'impression de le connaître. Cette douce et désagréable impression d'être en terre connue tout en ne sachant pas laquelle.

Et alors que l'autre risquait de fondre en larmes, visiblement plein de regrets et de remords, Ezaël se calmait. Il avait une étonnante tendresse pour l'étalon, mu par un instinct qui remontait à son enfance. Mais il ne voulait pas l'accepter.

Je n'en sais rien si c'est mon vrai nom. J'ai commencé ma vie chassé par ma mère, au profit de mon frère jumeau, et j'ai passé ma jeunesse à survivre entre mes trous de mémoire et mes oublis. J'ai voulu mourir tellement de fois, poursuivi par mes démons, que peut importe quel était le nom que l'on m'a donné à ma naissance. Je suis devenu Ezaël. Je suis devenu ce que je suis aujourd'hui, qui je suis aujourd'hui. Et je le resterai pour toujours, parce que quelqu'un m'aime pour qui je suis.

Il reprend son souffle. Parler de ses déboires l'émeut, penser à Ace le rassure. Son roux lui manque, et il a peur de cette terreur qui grimpe dans son coeur. Il sentait que quelque chose n'allait pas. Il lui fallait trouver quoi. Mais pour le moment, il s'efforçait de se calmer.

Puis, comme un éclair, le plus foncé lui dit son nom. Brod. Brod. Et ce mot résonne dans sa tête, mélodie aussi acérée que douce. Et son coeur se serre. Il en devient presque malade tant la révélation est violente à ses oreilles. Le pie vacille sous le choc, sa tête pulse alors que sa mémoire s'ouvre. Tous les souvenirs déferlent dans son esprit, le noient un instant, avant que tout se clame. Le tourbillon disparaît et il baisse la tête, les jambes tremblantes. Il tient debout par on ne sait quel miracle, prêt à s'effondrer à chaque instant.

Je suis ton frère.

Les mots sont amère, il en est malade. Il a envie de pleurer et de s'enfuir. Et il réclame silencieusement celui qu'il aime. Il lui fallait tenir le choc, pour Ace.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Brod

avatar

ÂGE : 23
PUF : Aneki (Etalon77)
MESSAGES : 168

SEXE DU CHEVAL : Mâle
TERRITOIRE : Terres Secrètes


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Reformater nos œillères - ft. Brod   Dim 11 Nov 2018 - 23:45


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Le noir ne savait plus que faire. Il crevait d’envie de faire demi-tour, de fuir le plus loin possible de l’énergumène qui lui faisait face. La ressemblance était frappante, dérangeante. À le voir, ainsi dressé face à lui, contre lui, Brod ne savait plus s’il devait retrouver son jeune frère ou le fuir à jamais. Il en avait envie, bien entendu, mais tout ceci allait trop vite. Il n’était pas prêt.

Il s’était imaginé mille façon de retrouver son jumeau. Jeunes et forts, les excuses au bord des lèvres. Vieux et fatigués, des regards pour seules paroles. La réalité le frappait de sa différence. Il se sentait d’un coup si vieux, si las, et pourtant si jeune ! comme un enfant qui ployait face aux réprimandes sans trouver les mots justes. Il se sentait fragile, près de se briser sous une brise de vent, capable de s’effondrer au moindre pas, de mourir du premier coup porté.

Brod releva la tête, secoua son toupet et recula d’un nouveau pas. Il sentit monter en lui l’envie de résister à ce pouvoir que l’autre prenait sur lui. Il s’était toujours cru fort, maître de lui-même, mais les yeux de l’inconnu l’hypnotisaient, le gardaient sous contrôle. Il n’était plus qu’une marionnette, une poupée qui ferait ce qu’on lui demandait. Mais que lui demanderait-on ? Serait-il prêt à tuer pour lui ? La réponse lui brûla les lèvres, incendia son cœur d’une rage nouvelle. Même sa propre mère n’avait jamais eu autant d’emprise sur lui.

L’Irish sombre pointa les oreilles en avant. L’histoire de l’isabelle ne faisait que confirmer ses soupçons. Il ne pouvait pas exister de pareille coïncidence en ce monde. Il sentit le goût acre des souvenirs sur sa langue, goutta au mal qu’il avait fait à son jumeau sans tout à fait le vouloir. Il était bien trop jeune pour se rendre compte de ce qu’il faisait !
La suite ramena à ses yeux les larmes qui menacèrent de tomber sans le faire. Vouloir mourir ? Il n’acceptait pas cette idée. Brod avait déjà pensé à la mort, oui, mais pas la sienne. Que serait-il devenu s’il était tombé sur le corps inanimé de son jumeau ? S’il n’avait jamais cessé de chercher un être déjà mort sans le trouver ? Aurait-il passé sa vie entière à chercher celle d’un autre ? Aurait-ce été une punition suffisante pour le mal qu’il avait fait ?

Le doute subsistait légèrement, mais Brod savait qu’il était forcé, voulu. Ne pas être sûr lui laissait la possibilité de reprendre sa quête, de ne pas se poser la question de ce qu’il ferait ensuite. Car si le grand noir avait tout fait pour retrouver son cadet, il n’avait jamais pensé à ce qu’il ferait une fois son objectif atteint. Quelque part, sa quête n’avait été qu’un prétexte pour fuir, un moyen de trouver la force d’avancer, de voler de ses propres ailes. Maintenant qu’il était livré à lui-même, il se sentait inutile, perdu. Que pourrait-il faire ? Son frère était si grand, si fort… Il n’avait pas besoin de sa protection. Peut-être même que la présence de Brod n’avait rien d’un bienfait et tout d’un malheur…

La sentence tomba. Brod ne sut plus que faire. Fuir, nier, avouer ? Rien n’allait comme il l’aurait espéré. Il ne savait plus, d’ailleurs, ce qu’il espérait. Comment les choses auraient-elles dû tourner ? Comment les avait-il imaginées ? L’avait-il un jour su ? Le vide, dans son esprit, le laissa muet, immobile. Il avait retrouvé son frère. Sa quête lui semblait presque trop rapide. Il aurait préféré goutter à plus de péripéties, passer par plus de souffrances. Il aurait aimé s’approcher du malheur sur la route de son cadet, en tester ne serait-ce qu’une pointe, avant de le retrouver. Alors, il aurait pu dire qu’il le méritait. Là, maintenant, il se sentait trahi par le destin. Il n’avait pas expié ses fautes passées. Avait-il le droit de se présenter à son jumeau quand même ?

Toutes ces questions l’épuisèrent. Brod n’était pas un intellectuel. Il n’aimait pas ne pas avoir de réponses, alors il s’en posait le moins possible. « Parce que » et « pourquoi pas » étaient ses amies, la surdité partielle aussi. Il préférait ignorer les interrogations trop gênantes pour passer à la suite. Face à son frère, pourtant, à cet « Ezaël » connu-inconnu, il n’y arrivait pas. Le grand Irish se butait aux questions sans pouvoir les fuir et le manque de réponses l’effrayait. Dans la panique, il dit la première chose qui lui passa par la tête :

Dioma… (Ce nom avait un sale goût sur sa langue.) Ce n’était pas joli, comme nom, commenta-t-il, maladroit. Va pour Ezaël, alors. Même si j’aurais préféré ne pas avoir à penser à ces « parents »… (Il cracha le mot avec mépris.) que nous avons eus.

Brod ne gardait pas un souvenir agréable de son père et détestait le comportement de sa mère face à son jumeau. Il s’en voulait tant de ne pas l’avoir compris avant ! Il ne se l’avouerait sûrement jamais, mais son petit problème de « responsabilités » et de « famille », lui venait de ces parents qu’on lui avait assignés.

Tu es mon frère. (Le dire tout haut le libéra d’un poids considérable, bientôt remplacé par un autre.) Mais je ne suis pas ton frère.

Il grimaça pour lui-même, espérant que ses mots mal-dits – comme à son habitude – aient autant de sens pour Ezaël qu’ils en avaient pour lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ezaël

avatar

ÂGE : 22
PUF : Kan'
MESSAGES : 429

SEXE DU CHEVAL : Étalon

Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Reformater nos œillères - ft. Brod   Hier à 1:30


Reformater nos œillères
ft. Brod


Il aurait tout donné, tout donné pour que son pilier d'aujourd'hui supporte les fissures d'hier. Il aurait tout donné pour qu'à cet instant précis, son Ace, son Heart, soit là. Que son aimé, son amant, son amour, soit à ses cotés pour l'épauler. Pour le soutenir. Pour l'empêcher de vaciller. Il était soudain si faible, face à son frère, si fragile, face à sa seconde moitié, sa moitié de sang. Sa moitié de chair. Il était si faible, prêt à s'effondrer. Son nom, son vrai nom, a un goût âpre. Il semble même arracher la bouche de son jumeau. Dioma. Il revoyait sa mère cracher ce nom à son égard, tellement qu'il l'avait associé à une insulte.

Mais la suite le désarçonna. Il n'était pas son frère. L'isabelle ne réfléchit pas, les paroles virent d'elles-même.

Non tu ne l'es pas. Mais tu vas le devenir. N'est-ce pas?

Tout est soudain très clair dans son esprit. Envolée la tornade de souvenir, finis les tremblements. Juste une clarté nouvelle, le début d'une nouvelle aube : le passé allait enfin être enterré pour de bon, cesser de sortir inlassablement de sa tombe. Et il allait aller de l'avant. Définitivement, l'aube de sa nouvelle vie se levait. Un nouvel Ezaël terminait de naître.

Rattrapons ce temps perdu. Ces précieux moments. Tu es ma moitié de sang, je voudrais un jour te présenter ma moitié de coeur. il marque un temps d'arrêt, il avait envie de beaucoup trop parler. Comme s'il retrouvait son âme soeur, son confident. Parle moi de toi. Je veux tout savoir, Brod.

Un sourire étire ses lèvres, ce nom est soudain doux à ses oreilles. Mélancolique, mais en même temps, il l'aime déjà tellement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Reformater nos œillères - ft. Brod   

Revenir en haut Aller en bas
 
Reformater nos œillères - ft. Brod
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Horse-Wild :: LES TERRES DU NORD :: LA RÉGION DES GRANDS LACS-
Sauter vers: