Jeu de rôle équin
 
AccueilS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Les chaleurs ont lieu du 1er au 15 du mois.

Partagez | 
 

 Les souvenirs ramènent éternellement au rivage.

Aller en bas 
AuteurMessage
O. Pearl

avatar

ÂGE : 22
PUF : PxdxlF
MESSAGES : 16189

SEXE DU CHEVAL : Jument
TERRITOIRE : Ancienne dominante des TT


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Les souvenirs ramènent éternellement au rivage.   Ven 24 Aoû 2018 - 15:04

Les souvenirs ramènent éternellement au rivage
Le bruit de ses pas ne produisait aucun son sur le sable humide et pourtant il lui semblait percevoir le roulement des tambours en arrière-plan des vagues dont le roulis ne cessait pas. Le coeur d'Ocëan Pearl battait lourdement dans son poitrail et son avancée, tête baissée, passait inaperçue à l'Archipel des Boucaniers. Les équidés étaient occupés, exploraient les îles au large, célébraient la nomination des dominants tandis que Poséidon gardait jalousement secret le nom de celui ou celle qui le représentait.

La vieille pie connaissait heureusement le nom de sa petite-fille. Kokoï, héritière des Terres Orphelines. Où avait-elle échoué, pour que sa descendance n'hérite pas du territoire sur lequel elle avait veillé ? Pearl ne le savait toujours pas alors elle veillait sur la petite pie avec révérence, lui contait ses batailles et imaginait celles qu'avait dû mener Sawyer, l'un des pères fondateurs de l'île. La pouliche était passionnée par l'histoire de l'île dont Ocëan n'avait entendu que des bribes. Elle les lui racontait tandis que Fifa se reposait et savourait chaque instant passé avec sa descendante.

La menace qui la poursuivait depuis des années s'était cependant rappelé à elle et Ocëan Pearl s'était précipitamment éloignée de sa famille. La présence de Hyuna' se faisait sentir un peu plus à chaque rencontre et de jour en jour, les rumeurs confirmaient ce qu'elle craignait : la petite n'avait pas oublié. Sa fin se rapprochait dans la peau d'une jument dont elle ne pouvait qu'imaginer l'ombre, qui planait sur elle et ne tarderait pas à l'engloutir.

Elle n'avait pas peur. La vieille jument avait bien vécu, trop parfois et assez longtemps pour reconnaître qu'il était temps de payer pour ses crimes. Ils n'étaient pas nombreux et pas pour autant pardonnables, elle le savait et acceptait son châtiment avec sérénité. Peut-être la mort lui apporterait-elle un peu de paix. Fifa était sa fierté et Kokoï sa joie mais rien ne pouvait lui enlever la nostalgie qui demeurait.

Dans le sang versé sur le sable du Désert de l'Oubli, à la surface de l'eau miroitante du Golfe d'Emeraude où son reflet juvénile et pourtant déjà brisé ondulait encore, son âme dominait toujours. Elle se confondait dans les ombres des Gorges de Galamus et veillait sur les Terres Trompeuses du sommet des Rocheuses qui n'avait jamais vu tomber la gloire qui l'avait longtemps auréolée. Ocëan Pearl les avait pourtant quittées.

L'ancienne dominante s'arrêta et les vagues vinrent lécher ses boulets tandis que ses oreilles baissaient. L'une brune, parsemée de gris tandis que l'autre, immaculée, n'avait rien perdu avec les années, toutes deux entendaient encore les palpitations fatiguées de son coeur qui anticipait la confrontation. Pearl tourna lentement la tête et contempla d'un oeil délavé, qui ne discernait qu'une ombre aux contours flous, la jument qui venait se venger.

« Hyuna'. Je t'attendais. »

Hors RP:
 


Dernière édition par Ocëan Pearl le Lun 27 Aoû 2018 - 14:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hyuna'

avatar

ÂGE : 25
PUF : Kila
MESSAGES : 1219

SEXE DU CHEVAL : Jument
TERRITOIRE : STF


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Les souvenirs ramènent éternellement au rivage.   Sam 25 Aoû 2018 - 23:15

Hyuna' - [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Hyuna' avait croisé tant de monde en sept jours qu'elle était entrée dans une période doublement plus longue, sans voir âme qui vive, du moins, sans parler à âme qui vive. Elle avait rarement, encore plus au long de ces dernières années vécues en troupeau, passé un moment solitaire aussi long. Elle avait évité de façon plutôt volontaire tout contact, ne cherchant qu'une odeur, qu'une trace, qu'un lien. Elle avait quasiment du traverser toute l'île avant d'avoir une piste. Piste qu'elle avait de prime abord suivit avec empressement, puis entrain. Et plus elle approchait, plus elle ressentait une certaine lassitude. Trop longtemps, elle avait attendue ça trop longuement. Jouer à chat n'était plus drôle à son âge.

Ses dernières semaines en ermites n'avait rien arrangé à sa rancune, avoir dû parcourir tous ces territoires n'avait pas arrangé sa haine. La solitude qu'elle avait sentie nécessaire touché à sa fin. Et elle n'était pas la seule, à voir la fin du rivage. Il était temps, temps d'arracher cette page. La brûler. Comme le soleil du désert avait mordu sa peau il y a si longtemps.

Toutes ses quêtes, toutes les routes qu'elle avait puis suivre l’avait mené ici. En terre du nord. Si proche de l’océan, lui qui prenait toujours plus de place dans sa vie. Non, lui qui avait toujours prit trop de place, même sa quête en portait le nom. Elle arriva trottant sur le haut de plage, ses sabots encore dans l'herbe. Elle s'arrêta net, sa queue fouettant ses flancs, surplombant la plage, faisant voler quelques grains de sable.. Son regard balaya celle-ci avant d’apercevoir, sur le sable, traînant au bord de l'eau. Sa souris.

Le voile qui oscillait depuis tant de temps menaça de tomber. Balançant dangereusement tel la lame de la guillotine qui tremblait pour qu'on la lâche. La noire observa quelques secondes celle qui avait toute sa vie accaparé sa haine, n'en laissant pour personne d’autre.

Son cœur frappait, perdu entre ce calme menaçant et la tuerie qu'il attendait que trop. La main entrait en contact bien trop régulier avec la peau, bien trop tendue, du tambour. La noire avança, lentement. Extrêmement. Tenant les lions en cage. Le sable fuyant chacun de ses pas.

Une bien drôle de coïncidence que celui-ci soit encore présent alors qu'elles allaient à nouveau se rencontrer. Le sable devait aimer s'abreuver du sang, tel un vampire. Pas après pas, la main s’abattait sans perdre le rythme. Long, régulier. Elle, ne perdait la jument de son champ de vision, par peur du mirage qui s'évanouirait. Ce moment, était, celui qu'elle avait patienté toute sa vie, elle savourait l'instant. Elle succulait chaque enjambée, elle dégustait l'air, elle absorbait chaque mouvement du moindre grain de sable.

Pour finalement arriver devant son but. Elle s'était arrêtée, la vieille jument. Et bien, elle avait été punie par le temps. Mais le temps serait trop long à rendre son jugement. Hyuna' s'en chargerait à sa place, et elle n’était pas un juge impartial. Et son verdict avait tonné en même temps que sa mère avait rendu son dernier souffle. Oeil pour Oeil.

La noire s’arrêta aussi imperturbablement qu'elle avait rejoint sa cible. Face à elle, elle avait pénétré l’espace réglementaire. Elle ne viendrait pas à bout du but même de son existence en un fragment de seconde. Non, elle serait plus magnanime que l'avait été sa mère, que l'avait été la pie.

La voix de celle-ci résonna. Le corps de la noire se tendit, impatient. Non le temps n'avait pas épargnée l'ancienne dominante, mais Hyuna' n'en avait que faire.

- Ocëan Pearl. Cracha t-elle comme on se débarrasse d'un mollard.    

Ce nom qu'elle n'avait jamais prononcé, presque exclus de ses pensées, elle l'avait réservé pour ce jour. Avoir le plaisir de balancer comme on jetterait un détritus. Et encore, elle contenait à cette heure, toujours sa haine dans sa prison d'acier.

- C'est trop aimable.

Au moins, se savait elle sur la trappe qui menait aux enfers. Hadès devait rôder non loin, à n'en pas douter. Une vague éclata aux sabots des juments, léchant les balzanes de la noire. Elle eut vite fait de les imaginer couleur carmin. Une ombre plana, la noire n'eut pas besoin de lever la tête. Elle savait très bien. Elle connaissait cette ombre. Elle trouva le moyen de sourire, hypocrite.

- Une dernière parole, un message à transmettre …

Voilà toute sa magnanimité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
O. Pearl

avatar

ÂGE : 22
PUF : PxdxlF
MESSAGES : 16189

SEXE DU CHEVAL : Jument
TERRITOIRE : Ancienne dominante des TT


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Les souvenirs ramènent éternellement au rivage.   Dim 26 Aoû 2018 - 10:45

Le temps avait marqué son corps sans pitié, sabré ses muscles autrefois saillants et clairsemé de blanc des tâches longtemps restées brunes. L'oeil délavé d'Ocëan Pearl ne lui offrait plus les paysages d'antan et sur son encolure, le D gravé dans la Maison Hantée s'était peu à peu effacé. Jamais elle ne rejoindrait un autre troupeau que le sien et malgré l'insistance de Fifa, elle demeurait affiliée à Zeus. Sa mort serait un affront à la divinité du territoire que Hyuna' avait un temps convoité. Heureusement, la noire avait échoué. Autrement, l'ancienne dominante ne l'aurait pas supporté.

La pouliche avait bien grandi et portait toujours son sombre chagrin sur ses frêles épaules, qui dégoulinait jusqu'à ses jambes encore innocentes. Plus pour longtemps, songea Pearl, qui avait connaissance des desseins sanglants de la jument.

Elle avait confié bien des choses à Kokoï, jusqu'à son aventure avec Perjury et lorsqu'elle avait évoqué la mort d'Hypocamp', la honte dans le regard et le regret au bord de la langue, elle n'avait pas chercher à s'excuser. Excédée par les affronts répétés de la blanche, Ocëan Pearl avait fauté. Qui ne l'aurait pas fait ? On lui reprochait ce que bien d'autres avaient fait sans même y être poussés et on la jugeait plus durement qu'un violeur. Ils étaient pourtant nombreux sur Horse-Wild et une part d'elle détestait l'île pour ses injustices.

La pie redressa lentement les oreilles et recula d'un pas. Malgré sa sérénité, la peur lui étreignait le ventre. Elle ne voulait pas souffrir. Les vagues effleuraient ses jarrets tandis qu'elle cherchait ses mots. Elle n'avait rien à dire, décida tout de même d'être franche avec l'enfant qui avait connu la dure réalité bien trop tôt.

« Ne sois pas surprise quand ton tour viendra. La seule chose que je tiens à te dire Hyuna', c'est que j'ai une fille, moi aussi. J'ai fait une erreur et tu vas faire la même, j'en suis désolée. Tu sais ce que tu vas lui faire subir en t'en prenant à moi et tu sais ce qui t'attend lorsqu'elle l'apprendra. »

Elle hésita, ne lui rappela pas que son propre frère poursuivait leur père sans relâche depuis des années. Cela ne servirait qu'à l'enrager un peu plus et Ocëan Pearl espérait partir en paix. Sorrow avait fait des erreurs lui aussi mais tout comme Fifa, Hyuna' n'était pas prête à le reconnaître. Elle ne mentionna pas non plus sa petite-fille, qu'elle ne voulait pas mêler à tout ça et au fond d'elle, pria pour que le cercle vengeur s'arrête avec elle. Pearl lança un regard à l'horizon pale qui peinait à s'arracher de l'océan. Les nuages avaient une teinte perlée qu'elle leur envia tandis que son arrivée sur Horse-Wild lui revenait en mémoire.

Ainsi, les souvenirs la ramèneraient éternellement au rivage qu'elle avait foulé pour la première fois près de vingt ans auparavant. Elle recula encore et les flots la prirent à la gorge tandis que ses paupières se fermaient. Elle ne vit jamais sa meurtrière l'approcher.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hyuna'

avatar

ÂGE : 25
PUF : Kila
MESSAGES : 1219

SEXE DU CHEVAL : Jument
TERRITOIRE : STF


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Les souvenirs ramènent éternellement au rivage.   Lun 27 Aoû 2018 - 13:59



La source de tous les ennuis dans lesquels elle avait pu tremper, reculait devant elle, il était tout de même plutôt bête, à un âge si avancé d'avoir peur. Ocëan Pearl ne faisait que recevoir la conséquence de son meurtre en pleine tronche. Du moins, elle la prendrai bientôt. La noire ne laissa aucune marge se faire entre elles deux. Avançant d’exactement ce que reculait l'ancêtre.

"Ne sois pas surprise quand ton tour viendra."  En quelle langue fallait il qu'elle ne leur disent à tous ? Elle était la conséquence, elle se fichait des conséquences. Qui plus est, elle était la seule qui était en droit de demander son dû. Personne n'était ici. La fille de cette vieille chouette ne verrait pas sa mère mourir, elle ne devrait pas chasser de vautour. Elle ne devrait pas veiller sa carcasse, elle ne passerait pas la nuit à chercher sommeil et chaleur dans un désert froid contre sa mère rigide et vidée de son sang.  

La future morte finit sa phrase par un assemblement de mots qui sonnaient presque comme un avertissement. Patience. Après avoir prononcé un je suis désolée qui ne se raccrochait à rien, qui venait de nulle part pour ne pas aller plus loin que le néant. Elle le piétina tout comme elle piétinait toute menace qui pourrait voler au-dessus d'elle, que cela soit dans un destin lointain ou un futur proche.

Non, pour l'heure, dans son futur le plus proche elle enfilait la tenue de faucheuse. La faux serait ses dents. La seule main ici présente tapait toujours sur le tambour. Régulièrement, assez proche de perdre son rythme. L'ombre passa à nouveau, planant. Elle ne s'en soucia guère. C'est une autre sorte d'ombre qui tomba sur la noire.  

Le voile qu'elle avait toujours retenu, tomba, lentement, totalement. Occultant tout.

- Qu'elle vienne. Railla la noire, la voix déjà engloutit par la haine.
   
Les lions venaient d’être lâchés, la prison d'acier ouverte. Tant de rage contenue libérée, implosant dans un premier temps pour mieux exploser après. La meurtrière reculait à nouveau dans l'eau, fermant les yeux. Elle ne voulait pas voir sa mort ? Cela avait quelque chose d'un peu frustrant, mais le résultat serait le même. Elle finirait six pieds sous terre, où sous mer, si telle était ses intentions à reculer ainsi.

Le corps d'Hyuna' tremblait, tendu comme la corde d'un arc. Ne demandant qu'à tirer. Elle aurait pu hésiter, changer d'avis. Se dire que tuer une jument déjà presque morte n'était pas nécessaire, que le temps la finirait, pleine d’hémorroïdes, de boiterie. Non.

Les dents de la noire grincèrent.

Alea jacta est.

Elle était entouré de la fraîcheur de l'eau, mais la mer, qu'importe sa température, qu'importe ses mouvements, ne put l’empêcher de saisir la pie à cette gorge que le bleu tentait de couvrir. Dent pour dent. Elle allait tuer, qu'importe comment. Le sang coulerait. Il se diluerait dans le bleu de l’océan. La boucle serait bouclée. Hyuna' serra, sentant la vieille peau charnue se déchirer sous la pression.

La peau du tambour avait craqué, le rythme du cœur de la noire n'était plus qu'instabilité.  

Le sang d'Ocëan Pearl perla. La blague. Coulant sur la langue de celle qui prenait le relais dans le rôle de meurtrière. Avait-elle déjà goûté le sang de quelqu'un qui allait mourir, non. Celui-ci avait un goût particulier, celui de la paix. Elle en savoura la texture. Se découvrant un côté sanguin auquel elle aurait tout temps de réfléchir ultérieurement. Elle crispa encore plus sa prise, elle saignerait autant que sa mère. S'enfonçant à travers la chaire.

Elle poussa la jument un peu plus dans l'eau. Le sable se dérobant sous elles à chaque vague. Serait-il aussi satisfaisant de la noyer ? Les lions crièrent au scandale, mécontents. La noire les musela. Elle affermit sa prise autant qu'elle le put, rencontrant presque plus de résistance vis à vis de la mer que d'Ocëan Pearl. Serait elle déjà morte ? Elle n'aurait tout même pas eu le culot de mourir si vite. Elle voulait voir le sang mêlé, voir ce que rouge et bleu donnait. Lequel était le plus léger ?

Elle sentait bien que ça commençait à fléchir, qu'avait ressentit la pie lorsqu'elle avait senti sa mère tomber, elle n'avait pas la mer pour soutenir. Hyuna' plongea sa tête ainsi que celle qui lui était reliée par la mâchoire sous l'eau dans une acrobatie scabreuse. L'eau salée lui piqua les yeux qu'elle ne comptait pas fermer, quelques secondes s'écoulèrent, non elle ne comptait pas la tuer ainsi. Elle laissait juste agir sur elle un certain sadisme. Elle refit surface, ne comptant pas vraiment finir noyée, emportée par le poids mourant qu'elle ne lâchait pas.  

Il était temps d'en finir, de s’assurait qu'elle soit morte si tel n'était pas le cas. Elle relâcha un peu prise avant de la raffermir aussitôt, jusqu'à percevoir l'empreinte de ses propres dents à travers la peau, coinçant la veine. Elle la sentait cette jugulaire qui avait été arrachée à sa mère. Battre faiblement. Elle la croqua. Fut immédiatement assaillit par le sang, emplissant sa bouche. Elle le posséda, s'en enivra et fini par se libérer de celle dont elle avait toujours voulu la mort. La poussant pour que la mer ne l'emporte, dans un élan de bonté.

Elle resta planté là, l'eau d'un bleu salit par le sang, scandalisée, roulant sur ses flancs à chaque prémisse de vague. Elle regarda la jument être emportée par l'immensité de son homonyme. Ne la quittant du regard que pour laisser entrer cette ombre qui les avaient survolée par deux fois déjà. Un vautour, il semblait presque déçu de ne pouvoir participé au buffet.

Elle avait encore le goût du sang en bouche et il devait être bien jaloux d'elle. Elle laissa son regard retombait sur son meurtre, sur sa vengeance maintenant accomplit.  Il lui faudrait un certain temps pour réaliser. Tout était fini. Sa mère pouvait être en paix à présent. Elle grava ce moment en elle. Même si elle doutait de pouvoir l'oublier. De le vouloir aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les souvenirs ramènent éternellement au rivage.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les souvenirs ramènent éternellement au rivage.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [TERMINE] Quand plus aucun souvenirs vous reviens... [Pv Sacha Farmer]
» Les souvenirs...
» Les Limbes des souvenirs.
» Entrevue douloureuse et Souvenirs refoulés. {Achevé}
» Quelques souvenirs de fête ...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Horse-Wild :: LES TERRES DU NORD :: L'ARCHIPEL DES BOUCANIERS-
Sauter vers: