Jeu de rôle équin
 
AccueilS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Les chaleurs ont lieu du 1er au 15 du mois.

Partagez | 
 

 Rouille et suie [pv — Naëlle]

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Aurore Opéra

avatar

ÂGE : 23
PUF : Aneki (Etalon77)
MESSAGES : 431

SEXE DU CHEVAL : Mâle
TERRITOIRE : Terres Secrètes


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Rouille et suie [pv — Naëlle]   Ven 10 Aoû 2018 - 23:09


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Le ciel bleu clamait son innocence tandis que le soleil d’été assommait ses détracteurs. Pouvait-on croire que pareil calme, sans le moindre nuage et à peine une brise de vent, était à l’origine d’un tel désastre ? Aurore Opéra n’en doutait pas un instant. L’étalon était encore jeune, mais il comprenait sans peine la violence dont faisait parfois preuve la nature. Il était étonnant, d’ailleurs, de constater qu’il attribuait volontiers tel ou tel malheur à la fureur du monde, mais refusait de croire au mal que les gens pouvaient faire.

S’il existait bien une chose que le rouquin avait vite apprise, c’était que la beauté sauvage cachait un danger imprévisible. Plus la rose était jolie, plus les épines étaient terribles. Aurore sourit à cette pensée. Pour sûr, sa petite sœur ne dérogeait pas à la règle. Elle jouait de sa belle gueule, mais elle cachait quelque chose de puissant, une force qui le prenait à la gorge et le faisait ployer l’échine. Le mâle se laissait faire sans rechigner, mais ce ne serait pas le cas de tout le monde. Persuadé que cela arriverait un jour, Opéra surveillait Rosie du coin dans l’œil, en ayant au cœur cet espoir fou de pouvoir la protéger du monde à défaut d’elle-même. Mais voulait-elle être protégée ? Il n’en était pas certain et ne le serait sans doute jamais.

Aurore Opéra reporta son attention sur le paysage. Le sable était si fin qu’il glissait sur la plage plus qu’il ne marchait et faisait très attention à chacun de ses pas. Il approchait des premières épaves qui lui présentaient leur carcasse éventré dans des bruits de tôle peu avenants. Le jeune entier ne reculerait pas. Il voulait voir ce que des monstres de ferrailles comme ceux-ci cachaient en leur sein. Il n’espérait pas monts et merveilles, mais l’étalon savait se contenter de peu, de très très peu même. Il était du genre à voir de la beauté là où d’autres n’en voyaient pas, là où le monde pensait qu’il n’y en avait pas. Après tout, il trouvait ses parents beaux.

Un dernier pas et la mer venait lécher ses sabots. Le rouquin admira les va-et-vient de l’eau claire, comme hypnotisé par son ballet incessant. Le raffut des vagues le berça et le ramena dans des souvenirs pas si lointains. Il se revoyait sur une autre plage, à courir pour sa vie, les yeux rivés sur le corps frêle de sa cadette. Il avait eu peur de la perdre à cause du tsunami de ce jour-là. Résultat : il avait été le seul à se laisser emporter par la vague et il s’était retrouvé prostré aux pieds de Rose Madder…

Le jeune mâle soupira. Il fallait toujours qu’il pense à elle quand elle n’était pas là, à s’inquiéter comme un idiot pour une sœur qui n’en voulait pas, de son inquiétude de frère aîné. Aurore secoua la tête pour la sortir de là et glissa ses yeux noirs sur le sable. La carcasse d’un navire gisait à quelques mètres de lui. Ses parois avaient la couleur de la rouille et il constata que sa robe changeante ressemblait grandement à cette couleur-là. Était-ce ce qu’il était ? Lui qui ne savait toujours pas mettre de nom sur son physique… devait-il dire rouille ? Cela n’avait pas de sens.

Opéra renâcla. Ses mauvaises pensées l’empêchaient de profiter du paysage et il n’aimait pas cela. Décidé à découvrir les secrets de la plage, le jeune entier fit un premier pas en avant et s’arrêta. Une nouvelle odeur voleta jusqu’à lui. Un parfum agréable un brin familier. Il inhala, mais n’arriva pas à mettre un mot ou un nom sur ce qu’il sentait. Le mâle fouilla la plage du regard, à l’affût du moindre mouvement. Et s’il n’était plus seul… ?


Dernière édition par Aurore Opéra le Ven 30 Nov 2018 - 9:59, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Naëlle

avatar

ÂGE : 22
PUF : Fantomyst
MESSAGES : 1208

SEXE DU CHEVAL : Jeune Demoiselle
TERRITOIRE : Dominante des Terres Secrètes


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Rouille et suie [pv — Naëlle]   Dim 12 Aoû 2018 - 15:00

Le retour de la fille prodige sur les terres promises. Naëlle avait décider que terminer l’exploration de l’ensemble des territoires des Terres Secrètes était plus important que de visiter les Terres Orphelines, dont elle se fichait en fin de compte. Une fois qu’elle sera l’héritière des Terres Secrètes, sa place sera sur ses Terres et elle aura beaucoup à faire aux côtés de Collapsing pour apprendre à devenir une bonne future dominante, elle n’aurait plus le temps de vagabonder comme elle le fait chaque jour actuellement et si jamais elle trouve un peu de répit, elle aura tout le loisir de visiter des territoires non dominés dont elle n’a pas encore foulé le sol. Les Terres Orphelines et les Terres Trompeuses resteraient en partie une zone de mystère pour elle.
 
La voilà qui foulait le sol de la plage dévastée. Elle errait parmi les carcasses de bateaux de toutes sortes qui jonchaient cette étendue de sable, certains d’entre eux étaient vraiment imposant. Il était certains que des humains avaient vécus autrefois sur Horse-Wild, les bateaux laissés à l’abandon ici, la maison hantée qui devait être autrefois une vraie habitation tout confort, l’usine dont certaines machines étaient encore en état de marche, elle en avait fait les frais et même les vignes devaient être l’œuvre de la main de l’Homme. Mais pourquoi sont-ils partis? A moins qu’ils ne soient pas partis mais tous morts. A cause d’une tempête peut-être, comme un tsunami! Horse-Wild avait été frappé par un tsunami récemment, là encore, la pouliche en avait fait la malheureuse expérience. Surement que ce phénomène s’était déjà produit avant, peut-être même encore plus violemment. Tous les bateaux amarrés s’étaient retrouvés emportés par les vagues et s’étaient échoués ici même, empêchant les Hommes survivants de repartir vers des Terres plus clémentes. En tout cas à présent il n’y avait plus aucun humain ici et c’était beaucoup mieux ainsi. La vie de cheval sur Horse-Wild n’en est que plus agréable et sans contraintes.
 
Naëlle entra dans la cale d’un énorme bateau dont la coque rouillée était complètement éventrée, le trou béant était largement assez gros pour lui laisser la possibilité d’y entrer. Elle était convaincue que même Silenc’ pourrait y entrer. Mais elle était à peine à l’intérieur que la pouliche changea d’avis et fit demi-tour, ce n’était pas du tout une bonne idée. Les rayons du soleil chauffaient le métal des bateaux et la coque emmagasinait la chaleur, il faisait à l’intérieur une chaleur étouffante. De plus, les bruits du métal qui grince au gré du vent léger qui soufflait dehors ne lui inspirait pas confiance, elle n’avait pas envie de se prendre un morceau de tôle, ni de se blesser avec un morceau de métal rouillé et de se retrouver avec le tétanos. Elle ressortie donc rapidement et alla se rafraichir en allant se baigner. Elle entra dans l’eau jusqu’à ce que cette dernière atteignait le bas de son ventre. Elle se mit en marche, suivant le bord de la berge tout en restant à ce niveau dans l’eau, le vent venait du large participait aussi à son rafraichissement. Une fois un bateau passé, une silhouette équine se dessina dans son champ de vision, c’était un cheval qui semblait chercher quelque chose du regard sur la plage. La pouliche s’immergea totalement dans l’eau, ne laissant dépasser que ses yeux et son nez à la surface de l’onde, tel un crocodile. Elle s’approchait furtivement de l’individu, espérant qu’il ne la verrait pas et qu’elle pourrait lui faire peur en surgissant devant lui comme le crocodile qu’elle était devenue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aurore Opéra

avatar

ÂGE : 23
PUF : Aneki (Etalon77)
MESSAGES : 431

SEXE DU CHEVAL : Mâle
TERRITOIRE : Terres Secrètes


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Rouille et suie [pv — Naëlle]   Mar 14 Aoû 2018 - 23:31


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Aurore Opéra n’arrivait pas à mettre un nom sur l’odeur qu’il sentait. Elle tentait de réveiller en lui des souvenirs qui ne voulaient pas apparaître. Il n’était pas si vieux et cette incapacité à se rappeler de quelque chose lui fit soudain très peur. Devenait-il vieux avant l’âge ? Sénile ? Complètement fou ? Ou perdait-il simplement la mémoire ? Aucun choix n’était plus alléchant que l’autre et le jeune mâle grimaça. Il n’aimait pas se poser de questions de ce genre-là.

Le jeune entier continua de fouiller la plage du regard. Il remonta la courbe parfaite d’un navire échoué, redescendit le tronc abrupte d’un cocotier et glissa sur les grains de sable fin. Il crut apercevoir l’ombre d’un animal derrière l’écorce, se concentra davantage, fouilla entre les arbres. Il ne vit rien et en oublia presque sa quête première. Quelque chose, dans la nature, l’appelait irrémédiablement. Et il succombait presque toujours à l’appel de cette ensorceleuse, comme un marin impuissant face au chant de la sirène.

Elle était là, la sirène. Arrachée à la mer, nonchalamment allongée sur le monde. À moins que ce ne fut elle, le monde… Ses longs cheveux blonds remuaient sous la brise, ployaient sous le poids de ses broches, s’enfonçaient dans l’eau salée et dansaient avec les vagues. Peut-être la mer était-elle ses larmes. Peut-être chantait-elle contre la solitude qui l’étreignait. Mais le son, la mélodie qui lui échappaient, ne comblaient pas vide. Ils l’agrandissaient, creusaient le gouffre entre son cœur et celui du monde. Car dès que la belle se mettait à chanter, à siffler son malheur entre deux sanglots, le monde se laissait avoir par sa chevelure d’or. Pris au piège, il venait s’écraser contre son crâne et ornait sa tête d’improbables accessoires de mode. Aurore vit la sirène battre des cils et une larme roula sur sa tempe pour se perdre dans la mer, laissant derrière elle un sillon humide.

Puis l’illusion tomba et Aurore revint à lui.

La plage était calme. Le sable n’avait rien d’une chevelure d’or, les cocotiers ne battaient pas sur des yeux gigantesques et le ruisseau très proche ne transportait aucun tristesse. Même le vent avait décru et perdu de sa mélodie envoûtante. La sirène était partie.

Ce qui n’était pas le cas du parfum. Opéra se rappela soudain ce qui l’avait amené à contempler la plage plutôt que de faire ce pour quoi il était venu : fouiller un navire. L’odeur titilla ses naseaux, mais si Aurore avait une très bonne vue, il ne pouvait pas en dire autant de son odorat. Il restait cet arrière-goût de déjà-vu sur lequel il n’arrivait à mettre ni nom ni image. Le parfum familier approchait dangereusement et le cœur du jeune mâle se serra. Il n’y avait rien sur la plage, mais il n’aurait jamais pensé à regarder dans l’eau. Il en vint donc à l’évidence la plus probable : il devenait complètement cinglé. La nouvelle le pétrifia sur place, au point qu’il n’entendit pas la jeune pie approcher.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Naëlle

avatar

ÂGE : 22
PUF : Fantomyst
MESSAGES : 1208

SEXE DU CHEVAL : Jeune Demoiselle
TERRITOIRE : Dominante des Terres Secrètes


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Rouille et suie [pv — Naëlle]   Mer 15 Aoû 2018 - 13:35

Naëlle progressait lentement dans l’eau, elle ne voulait faire aucun bruit, que ce soit à cause de l’eau, de sa respiration, de la surprise due à une algue ou à un poisson qui venait lui caresser les jambes, ni parce qu’elle buvait la tasse. Alors elle avançait très lentement, telle une lionne marchant vers sa proie en restant imperceptible par cette dernière. Sauf que l’équidé n’était pas sa proie, il était sa victime, sauf s’il mourrait d’un arrêt cardiaque, mais ce serait un accident. Au fur et à mesure qu’elle progressait, son avancée devenait de plus en plus compliquée car le cheval était juste au bord de l’eau. Elle devait donc continuer à avancer en restant complètement immergée, pour ne pas provoquer de bruit avec l’eau qui coulerait de sa robe, mais dans une profondeur qui devenait de plus en plus petite. AU bout d’un certain temps, elle avait adoptée une position peu confortable et qu’elle maitrisait peu, elle était sur les genoux de ses antérieurs et ses postérieurs étaient repliés sur eux-mêmes. Elle ne pourrait pas rester longtemps comme cela sans tomber ou avoir une crampe, elle allait devoir passer à l’action rapidement.
 
En même temps qu’elle progressait, l’équidé qu’elle avait dans le viseur devenait plus net. Au début il n’était qu’une silhouette équine, désormais elle savait qu’il s’agissait d’un jeune adulte, un mâle et que sa robe était rousse. Il s’agissait surement d’Aurore Opéra, le grand frère de Rosie, ce sont les deux qui, à sa connaissance, possèdent une telle robe. A moins que les roux ont décidés de colonisés Horse-Wild et que de nouveaux individus portant cette robe y résidaient. Le mâle continuait inlassablement de fouiller l’étendue de sable des yeux, elle ne pouvait donc pas voir son visage et ne savait donc pas qui il était vraiment. Elle n’allait plus tarder à le découvrir.
 
Elle était maintenant très proche du mâle et elle estima que c’était la distance parfaite pour passer à l’action. Si elle se rapprochait, elle risquait de perdre l’équilibre en prenant une position improbable pour poursuivre son avancée et tous ses efforts pour rester cachée tomberaient à l’eau avec elle. Il y avait également le risque que le mâle ne tourne la tête, à cause de son odeur ou par lassitude de la plage. A cette distance, elle remarqua qu’il était tendu, elle ne savait pas pourquoi il était ainsi nerveux, peut-être attendait-il quelqu’un qui n’arrivait pas?  Quoiqu’il en soit, cela ne rendrait sa réaction que plus drôle pour Naëlle. Elle avait d’abord pensé à lui sauter dessus pour attraper ces antérieurs comme si elle était un vrai crocodile, mais elle avait peur que le mâle, dans un reflexe de défense ne lui donne un mauvais coup. Elle se contentera de sortir de l’eau en hurlant et en lui sautant dessus, dans la simplicité.
 
Elle prit position, se concentra sur la tête du mâle, elle ne voulait rien louper de la tête qu’il ferait lorsqu’elle se jetterait sur lui. Elle tendit ses petits muscles des postérieurs et poussa sur eux d’un coup, sortant de l’eau en en emportant une certaine quantité avec elle dans son saut.
 
« - RAAAAAAAAAAAAAAAAAAH !! »
 
Elle hurlait comme cinglée et fit s’envoler quelques mouettes et goélands aux alentours. Elle finit son saut directement sur le mâle, son poitrail heurtant celui du jeune étalon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aurore Opéra

avatar

ÂGE : 23
PUF : Aneki (Etalon77)
MESSAGES : 431

SEXE DU CHEVAL : Mâle
TERRITOIRE : Terres Secrètes


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Rouille et suie [pv — Naëlle]   Sam 18 Aoû 2018 - 10:39


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Aurore Opéra restait immobile, les pensées tourbillonnant à vitesse grand V dans son crâne. Il se connaissait une imagination trop débordante, un goût presque malsain pour la beauté du monde et un caractère que l’on qualifiait parfois de trop gentil pour le mâle qu’il était censé être. On lui prêtait aussi une naïveté maladive et un manque effarant de self-défense. Sa manie de bouder dès qu’il était contrarié n’arrangeait rien au tableau. Pourtant, Aurore ne s’imaginait pas fou. Il n’y pensait même pas, en vérité. Ses parents lui avaient enseigné à ne pas s’inquiéter de ce que les autres disaient. Il faisait donc sa vie sans écouter ce qu’on lui reprochait. Néanmoins, avec un tableau si plein de défauts étranges, pouvait-il jurer n’être pas un peu cinglé ? La preuve était là : il sentait une odeur connue, mais personne ne se montrait.

Un mouvement dans le coin de son champ de vision crispa un peu plus les muscles du jeune mâle. Il n’eut pas le temps de tourner la tête pour s’informer de ce qu’il s’agissait, qu’une masse conséquente surgissait des vagues et lui bondissait dessus. Opéra voulut s’écarter, la peur dans le regard, mais son mouvement de recul ne fit que basculer tout son poids sur ses postérieurs qui s’enfoncèrent dans le sable mou. Incapable de fuir, il se ratatina sur lui-même pour faire face à son destin.

L’inconnu le percuta de plein fouet dans un cri démentiel mais, à son propre étonnement, Aurore ne bougea qu’à peine. Sa masse musculaire croissante et ses pieds enlisés facilitèrent sa capacité à garder son équilibre malgré l’impact. L’on pouvait reprocher beaucoup de choses au jeune entier, mais pas d’être lâche. Il se souvenait d’un mâle qu’il n’avait guère apprécié, dans sa jeunesse. Celui-ci avait plaqué ses oreilles sur sa nuque et soufflé très fort sur son nez de poulain, à l’époque. Opéra se prépara à faire de même pour effrayer l’ennemi – il était incapable de frapper l’intrus. Il leva la tête bien haut, baissa ses oreilles rousses et prit une grande inspiration.

C’était à ce moment précis qu’il la reconnut.

Ses taches pies, son odeur qui l’envahissait tout entier maintenant qu’elle était collée contre lui, ses yeux rieurs qui se moquaient de lui sans le faire ouvertement – du moins pour l’instant. Cette pouliche ne lui était pas inconnue, il lui avait même fait la promesse qu’il se reverrait un jour, dans de meilleures circonstances que dans un tsunami. Bizarrement, cela ne l’étonnait guère que la situation ait tourné ainsi. Les oreilles d’Aurore se dressèrent bien droites sur son crâne et il s’étrangla presque avec l’air qu’il ravala précipitamment – l’envie de lui souffler au visage s’était envolée aussi vite qu’il avait mis un nom sur l’odeur qui le titillait depuis tout ce temps.

Naëlle ? (Il tourna la tête et fuit son regard ; ainsi l’un contre l’autre, leurs nez étaient bien trop près à son goût.) Tu… Tu m’as fait peur !

La tête ainsi tournée, il eut tout le loisir d’inspecter le chemin qu’avait pu emprunter la pouliche pour le surprendre ainsi. Trop concentré sur la plage, il ne l’avait pas vue arriver, mais il ne voulait pas croire qu’en étant hors de l’eau, puisqu’il y en avait très peu là où il se tenait, il ait pu la rater. D’ailleurs, toute la flotte qu’elle lui avait envoyée dessus dans son bond prouvait bien qu’elle se tenait sous la surface. Il eut beau scruter les alentours, le bord de mer ne présentait aucun affaissement soudain de la plage qui aurait pu être favorable à la jeune pie.

Loin de lui la gêne de leurs nez qui se touchaient presque, il reporta son attention sur Naëlle, une pointe d’admiration dans le regard.

Comment t’as fait ça ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Naëlle

avatar

ÂGE : 22
PUF : Fantomyst
MESSAGES : 1208

SEXE DU CHEVAL : Jeune Demoiselle
TERRITOIRE : Dominante des Terres Secrètes


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Rouille et suie [pv — Naëlle]   Dim 19 Aoû 2018 - 13:43

En sautant sur le mâle, la pouliche pie avait fait attention à bien observer son visage, pour y voir l’expression de peur ou de surprise qui s’y peindrait. Bien que sa victime avait conserver sa tête tournée vers la plage lors de la majeure partie de son attaque fulgurante, elle avait tout de même pu voir son regard qui était teint d’une expression de peur. Elle était fière d’elle, fière d’avoir réussi son coup. Elle était parvenue à se glisser dans la peau d’un crocodile. Elle avait craint que le mâle ne lui donne un coup en réflexe de défense, mais ce ne fut pas le cas, et même si une fois l’impact passé elle le vit plaqué ses oreilles contre sa nuque et prendre un air déterminé vaguement menaçant, il n’avait pas l’air d’avoir l’intention de la frapper. L’impact d’ailleurs fut plus brutale pour la petite que pour l’étalon, lui ne bougea pas d’un pouce alors que Naëlle se retrouva assise dans le sable face à lui et fut sonnée quelques secondes. Mais une fois qu’elle reprit ses esprits et qu’il la regardait, elle le reconnu tout de suite. C’était bien Aurore Opéra, pas d’invasion de roux pour le moment. Elle ne put se retenir de rire, non pas qu’elle se moquait de lui, elle était simplement amusée par le tour qu’elle venait de lui jouer.
 
« - Je sais! Tu aurais dû voir ta tête! ». Elle essaya de l’imiter en prenant soin d’exagérer l’expression de peur pour se moquer de lui, après quelques secondes elle ne pu se retenir d’éclater de rire.
« - Je n’ai pas pu m’en empêcher quand je t’ai vu aussi concentré sur la plage. »
 
Elle se souvint de leur rencontre lors du tsunami, il avait terminé sa course en étant emporté par l’immense vague et s’était finalement retrouvé allongé aux pieds de sa sœur, juste à côté de la pie noire, à croire qu’il était condamné à ce qu’elle rigole de lui à chacune de leurs rencontres. Leurs nez étaient très proches, à quelques centimètres l’un de l’autre seulement, Naëlle pouvait sentir le souffle chaud de l’étalon qui lui arrivait sur le dessus du museau. Cette proximité ne la gênait pas le moins du monde, elle n’avait pas encore bien intégré la notion d’espace personnel. Sa question la fit sourire et la lueur d’admiration qu’elle percevait dans ses yeux l’emplissait de fierté. Elle se redressa pour se remettre debout et se retourna pour faire face à l’océan.
 
« - Je me suis contorsionnée pour rester entièrement sous la surface de l’eau et n’avoir que les yeux et le nez au-dessus de la surface. » Elle se tourna pour refaire face au mâle.
« - Une vraie ninja! »
 
Elle gonfla le poitrail, fière de sa performance et le regarda d’un air malicieux.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aurore Opéra

avatar

ÂGE : 23
PUF : Aneki (Etalon77)
MESSAGES : 431

SEXE DU CHEVAL : Mâle
TERRITOIRE : Terres Secrètes


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Rouille et suie [pv — Naëlle]   Mer 22 Aoû 2018 - 12:15


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Aurore Opéra retint une envie fulgurante de bouder. La pouliche se moquait de lui ouvertement, cette fois, et si son rire avait toujours cet air enfantin qui égaie le monde, il se sentait blessé dans sa fierté. Heureusement, son ego avait perdu du volume avec le temps et il put donc surmonter sa honte en souriant à Naëlle. Elle avait bien mesuré son coup, il n’avait rien vu venir et s’était laissé avoir comme un débutant.

Alors qu’elle imitait la tête qu’il avait dû avoir – même s’il doutait légèrement qu’il fut à ce point surpris – un rire franc lui échappa et le rouquin se détendit. Il comprenait quel idiot il avait été et acceptait un peu plus facilement ce qui venait d’arriver. Ce fut une expérience nouvelle et déroutante pour le boudeur invétéré qu’il était.

Ah oui, la plage… (Aurore reporta son regard sur le sable fin et soupira.) Je te cherchais. (Il revint à Naëlle et gloussa.) Mais je n’aurais jamais imaginé que tu arrives par la mer.

Opéra se perdit un instant dans l’obscurité de ses yeux. Il aimait bien ses yeux rieurs et espérait que rien au monde ne lui enlèverait jamais ce rire silencieux qui brillait au fond de son regard. Elle était encore jeune et tout pouvait arriver, mais il ne voulait pas y penser. L’enfance avait cette gaieté que le monde aime dévorer. Le rouquin avait été joueur pendant ses jeunes années, mais il jouait moins maintenant qu’il grandissait. L’envie s’en faisait parfois ressentir et il repensait à ses jeux d’enfant avec nostalgie, mais il était trop obsédé par sa croissance pour se laisser tenter.

Le jeune mâle essaya d’imaginer la pouliche prostrée dans le sable pour atteindre son but. À quel point était-elle déterminée à l’effrayer pour se forcer à subir un tel traitement ? Il admira sa force de caractère. Lui-même avait souvent boudé avant de finir ce qu’il entreprenait. Il regrettait un peu cette partie de sa vie et faisait son possible pour changer. L’impatience n’était pas une qualité et il s’en défaisait lentement. Avec une sœur comme la sienne, de toute façon, il valait mieux qu’il soit patient.

Une ninja ? s’amusa-t-il, avec un petit rire. J’aurais plus dit une sirène. Tout à fait dans son élément. Et aussi redoutable qu’un ninja ! Je me demande laquelle vaincrait l’autre.

Naëlle n’avait peut-être pas de longs crins pour flotter à la surface de l’eau, ni de pieds palmés pour nager plus vite que les dauphins. Elle n’avait pas non plus de grands yeux aguicheurs, ni de peau nacrée, mais la pouliche possédait un rire tout à fait charmant. Un rire qui réussissait à détendre Aurore Opéra et lui faire oublier ses soucis du moment. Avec elle, assurément, il pouvait rester le poulain qu’il était encore et simplement s’amuser. C’était sûrement ça, le pouvoir du chant ensorceleur de la sirène. Ramener au rouquin des envies qu’il croyait perdues. Un rêve dangereux pour un réveil douloureux, mais Aurore Opéra se laissa tenter.

Les sirènes doivent rester sous l’eau. (Il tendit les naseaux et poussa fort l’épaule de la pouliche dans l’espoir de la faire tomber dans la mer.) Touchée, coulée !

Le jeune entier rit de bon cœur et poussa fort sur ses antérieurs pour désenliser ses postérieurs dans un bruit de succion quelque peu dégoûtant. Il profita ensuite de son élan pour filer à vitesse raisonnable (il attendait de voir celle de Naëlle pour arranger la sienne, il ne fallait pas qu’elle le rattrape trop ou pas assez vite) le long de la plage. Chaque foulée envoyait de l’eau partout, mais le bond de la pouliche avait entièrement mouillé le rouquin. Il n’y prêta donc guère d’attention et profita de dépasser une épave de bateau pour se cacher derrière. Avec un peu de chance, il pourrait lui rendre la monnaie de sa pièce.

Avec beaucoup de chance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Naëlle

avatar

ÂGE : 22
PUF : Fantomyst
MESSAGES : 1208

SEXE DU CHEVAL : Jeune Demoiselle
TERRITOIRE : Dominante des Terres Secrètes


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Rouille et suie [pv — Naëlle]   Jeu 23 Aoû 2018 - 19:52

Naëlle écoutait les paroles de l’étalon et observa l’étendue de sable qui s’étendait à perte de vue en même temps que lui, comme si cela lui permettrait de comprendre pleinement les pensées du mâle. Elle avait pensé à beaucoup de choses pendant qu’elle se préparait à lui sauter dessus pour lui faire peur. Elle avait pensé à venir d’un endroit d’où il ne s’y attendait pas, d’un endroit auquel il ne prêtait aucune attention qui plus est. Elle avait fait attention à ne pas dépasser de la surface de l’eau pour ne pas que sa masse n’attire son attention à cause de sa vision périphérique, elle avait avancé lentement et en prêtant attention aux vagues, il ne fallait pas qu’elle se fasse noyer ni que l’eau se retire et qu’elle ne soit à découvert. Elle avait pensé qu’elle maîtrisait complètement son coup, chaque variable était sous son contrôle, mais non. Elle avait oublié son odeur, la seule chose qu’elle ne pouvait contrôler et qu’elle ne sentait même pas. L’eau aurait pu masquer son odeur, à moins que justement, c’était l’odeur qu’elle avait laissée derrière elle lors de l’exploration du bateau que le mâle sentait, raison pour laquelle il était resté les yeux rivés sur la plage à sa recherche et qu’à aucun moment l’air marin ne lui avait apporté les effluves de l’odeur tant recherchée. Quoiqu’il en soit, même si cela n’avait pas été parfait elle avait réussi son coup et c’était la seule chose qui comptait en ce moment. Elle tâcherait de faire mieux la prochaine fois. 
 
La pouliche profita de quelques minutes d’accalmie pendant lesquelles le mâle semblait s’être perdu dans ses pensées pour observer la robe de ce dernier. Elle lui semblait différente que l’image qu’elle en avait dans ses souvenirs, mais elle n’arrivait pas à dire en quoi elle était différente. La couleur des roux change t-elle au fil des années comme c’est le cas pour les chevaux gris? Elle aurait sûrement sa réponse la prochaine fois qu’elle verrait le mâle, ou sa sœur! Elle avait hâte de voir à quoi ressemblerait Rose Madder une fois adulte, elle avait également hâte de la revoir pour vivre de nouvelles aventures! Vivrait-elle le même genre de choses avec Aurore? Il semblerait que non, car autour d’eux rien ne semblait dangereux, rien n’était à fuir. Les choses ne seraient pas totalement paisibles pour autant, le mâle venait de réfuter ses aptitudes de ninja pour la comparer à une sirène. Naëlle songea à cette comparaison mais ne savait trop quoi en penser, elle n’avait à présent rien d’une sirène. Elle espérait néanmoins qu’en grandissant elle aurait une longue et belle crinière qu’elle pourrait faire flotter à la surface de l’eau lorsqu’elle se baignerait et avec laquelle elle pourra éclabousser tout le monde autour d’elle lorsqu’elle s’ébrouera. Cependant elle aimait assez l’aspect légendaire de la sirène, créature enchanteresse réputée pour sa beauté, usant de ses charmes et de son chant pour attirer à elle les marins égarés... c’est ce qu’elle ferait plus tard, lorsqu’elle sera dominante. Elle usera de ses atouts, de beaux discours et de son intelligence pour ensorceler les solitaires et qu’ils se joignent à elle et lui restent fidèles. 
 
Le mâle profita du fait qu'elle était elle-même plongée dans ses pensées pour la bousculer et tenter de la jeter à l’eau, mais la petite pie poussa sur ses postérieurs et parvint à rester debout sans mal, l’étalon n’avait pas mis beaucoup de force dans son mouvement. Elle se cabra et voulu retomber lourdement dans l’eau pour éclabousser le mâle, mais ce dernier se releva et fila le long de la plage, éclaboussant le ventre de la pouliche au passage. Elle retomba rapidement sur ses quatre membres et prit à son tour le galop, essayant de rattraper Aurore qui avait déjà prit une belle avance. 
 
« Hé! C’est pas du jeu! Attends-moi! » 
 
Ce n’était pas une course parce qu’il était parti avant de donner le départ et sans la prévenir. Ce n’était pas grave si elle ne parvenait pas à le rattraper du coup. Elle voulait quand même le rattraper et lui botter les fesses pour avoir voulu la pousser à l’eau. Elle accéléra comme une folle bien que courir dans un mélange de sable et d’eau la fatiguait plus rapidement que d’habitude. 
 
« Tu ne m’échapperas paaaaaaas!! »
 
Elle évita un débris qui se trouvait dans l’eau en sautant par dessus, quand elle releva la tête pour retrouver l’étalon ce dernier avait disparut. Elle repassa au pas en regardant partout autour d’elle, aucun signe de vie. Le vil chenapan s’était caché! La carcasse d’un bateau non loin d’elle la fit sourire, alors comme cela il voulait jouer à cache-cache? Naëlle s’approcha de l’épave, la coque contenait de nombreux trous mais aucun n'était assez important pour qu’elle puisse s’y faufiler, impossible que le mâle ne soit à l’intérieur. Elle passa seulement sa tête dans l’un des trous et se mit à crier en prenant une voix grave:
 
« Aurore Opéra, c’est ton créateur qui te parle! .... Vient faire face, à ton destiiin! »
 
Sa voix résonnait en écho dans la coque métallique du bateau et elle ne doutait pas du fait que le rouquin entendrait son appel/menace. Elle sortit sa tête du trou en riant doucement, fière de l’effet produit. 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aurore Opéra

avatar

ÂGE : 23
PUF : Aneki (Etalon77)
MESSAGES : 431

SEXE DU CHEVAL : Mâle
TERRITOIRE : Terres Secrètes


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Rouille et suie [pv — Naëlle]   Mar 28 Aoû 2018 - 11:29


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Aurore Opéra se concentra sur le bruit du galop de Naëlle. Il n’avait guère mis de force dans son geste – de peur de lui faire mal – et la pouliche n’était pas tombée à l’eau comme il l’aurait souhaité. Elle galopait donc plus près de lui qu’il ne l’avait imaginé et n’avait pu se cacher derrière l’épave seulement grâce à un court moment d’inattention de la pie noire. Aurore avait sauté sur l’occasion, mais attendre contre la paroi rouillée le laissait complètement tendu. Il essayait de regarder par les trous dans la coque s’il apercevait sa rivale, mais il n’y voyait pas grand-chose. Le jeune mâle releva la tête et se concentra sur son ouïe, seul sens capable de lui donner une localisation approximative de la pouliche.

Si Opéra pouvait se vanter de posséder une vue remarquable, il ne pouvait en dire autant de son ouïe. À croire que l’on avait privilégié ses yeux à ses oreilles. S’il entendait le galop de Naëlle, il n’avait donc guère d’idée de la distance qui la séparait encore de lui. Elle pouvait tout aussi bien se trouver à une vingtaine de mètres, que passer en trombe devant lui dans peu de temps. Le dernier cas ne fit qu’accentuer son stress. Aurore n’était pas sûr de pouvoir rester stoïque si la pouliche le prenait ainsi par surprise. Elle lui avait déjà fait peur une fois ! C’était pas juste…

Le galop s’arrêta et le rouquin releva brusquement la tête. Il chercha à nouveau dans les trous de la coque un signe de la pouliche. Rien. Il se demanda si quelque chose lui était arrivé, mais n’ayant entendu aucune chute ou cri, il écarta cette possibilité. Ses muscles se tendirent à l’éventualité qu’il ait été repéré et que Naëlle essaie d’en profiter pour le contourner et lui faire peur. C’était plus que probable puisqu’un coup d’œil devant lui lui fit remarquer ses traces de pas dans le sable mou de la plage. Il n’avait pas fait attention à cela, mais il ne voulait pas en payer le prix !

Alors qu’Aurore faisait un premier pas pour se retourner et voir ainsi arriver la pouliche – dans l’hypothèse qu’elle le contournait pour l’effrayer – une voix digne d’un dieu sortit de l’épave. Le rouquin se redressa de toute sa hauteur, pinça les naseaux et prêta une oreille attentive aux mots. Il décela, derrière le ton impérial et la voix grave, l’accent moqueur de Naëlle. Il aimait y croire, en tout cas.

Opéra tourna les talons et contourna l’épave à pas feutrés. Les mots résonnèrent en lui plusieurs fois. Ils trouvaient un drôle d’écho dans son cœur et le jeune mâle goûta du bout des lèvres le sentiment qui l’envahit. Il se demanda ce que cela ferait, si c’était véritablement Poséidon qui s’adressait à lui, qui l’invitait lui-même à rejoindre ses terres. Aurore se sentait attiré par les Secrètes. C’était bien pour cette raison qu’il se trouvait sur cette plage. Le jeune entier ne cherchait pourtant pas à dominer cet endroit. Il voulait y vivre, explorer ses mystères et les découvrir jusqu’aux derniers, mais jamais il ne voulait les diriger. Il n’avait pas cette ambition, pas lui.

Le roux finit de contourner l’épave et posa ses yeux noirs sur la pouliche. Elle riait, fière d’elle et le jeune entier sourit. Il décida de se laisser prendre au jeu et avança de quelques pas pour apparaître dans son champ de vision.

Et la sirène perdit sa queue d’écailles pour devenir une déesse, commenta-t-il en pouffant. Qu’il en soit ainsi ! Je viens faire face à mon destin qui reposent entre vos sabots divins ! Quel est-il ?

Aurore Opéra glissa son regard sur la Plage Dévastée. Toutes ces épaves, ces déchets, ces cadavres qui gisaient-là, au bon plaisir des charognards. Lui, il ne s’en effrayait pas. Il ne fuyait pas. Certes, Aurore était, de base, un mâle courageux, mais tout ceci n’avait rien à voir avec son courage. Non, ce qui le retenait, ce qui l’attirait, c’était la beauté qu’il était seul à voir, les secrets qu’un tel endroit pouvait cacher. S’il pouvait en découvrir un bout avec Naëlle et son rire enchanteur, il ne dirait pas non. D’ailleurs, il était prêt à rejoindre les Secrets sur-le-champ si on le lui demandait. Mais pour le jeu, Opéra décida de repousser l’échéance.

Si mon destin est de rejoindre ces terres… (Il fit mine de réfléchir.) Soit ! Mais ! (Il accentua ce mot et offrit un regard amusé à la pouliche.) Il va falloir me persuader de le faire. Ou me prouver vos pouvoirs divins, ô immortelle créature.

Le rouquin ne savait pas trop quoi penser de leur petit jeu. D’un côté, il trouvait cela fort amusant – il lui en fallait peu. De l’autre, il avait peur d’attiser la colère du véritable dieu de cette plage. Il était courageux, mais face à Poséidon, il ne ferait pas le malin du tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Naëlle

avatar

ÂGE : 22
PUF : Fantomyst
MESSAGES : 1208

SEXE DU CHEVAL : Jeune Demoiselle
TERRITOIRE : Dominante des Terres Secrètes


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Rouille et suie [pv — Naëlle]   Jeu 30 Aoû 2018 - 14:12

Naëlle était fière d’elle et de l’effet produit par la cale du bateau, sa voix était devenue grave, imposante et l’écho qui se faisait en résonnant contre les parois de la coque donnaient un effet encore plus impressionnant à l’ensemble. Grâce à ce système elle avait véritablement eu une voix mystique. Elle n’avait pas espéré avoir un tel effet lorsqu’elle avait eu l’idée de le faire, elle avait donc été agréablement surprise par le rendu final. Ces cadavres de bateaux étaient une véritable aubaine, non seulement ils fournissaient de très bonnes cachettes mais en plus ils pouvaient la divertir ainsi encore et encore. Peut-être que si elle visitait la cale de certains d’entre eux, elle y découvrirait un trésor! Les humains à qui ils appartenaient avaient sans doute débarqués ici avec l’intention de s’installer sur l’île, ils avaient surement apporté avec eux tous leurs effets personnels et certains se trouvaient peut-être encore dans les épaves disséminées sur le sable. Et même s’il n’y avait pas de trésors, peut-être que les découvertes qu’elle y feraient seraient des plus enrichissantes et divertissantes, comme cela avait été avec Cyrius dans l’Usine Abandonnée. Les humains semblaient avoir une imagination sans limite et elle était curieuse de voir tout ce qu’ils avaient pu juger nécessaire d’apporter ici avec eux. Elle proposerait l’idée d’explorer les navires à Aurore, peut-être que l’idée lui plairait, peut-être qu’elle formerait avec lui aussi, un duo d’explorateurs, comme elle le faisait avec la sœur du mâle, Rose Madder.
 
Des bruits de pas feutrés, étouffés par le sable parvinrent à ses oreilles et elle se tourna de manière à faire face à ce qui approchait d’elle. La pouliche ne doutait pas qu’il s’agissait du rouquin qui répondait à son appel. Lorsqu’elle vit l’étalon apparaitre dans son champ de vision, elle ne put s’empêcher de lui sourire, à la fois contente de voir qu’il été venu la rejoindre et amusée par la situation. Une déesse? Voilà qui correspondait mieux à la pouliche pie que sa comparaison avec une sirène. Elle n’avait malheureusement rien de divin véritablement, elle avait espéré être une Demie-Déesse, fille de Zeus, mais la rumeur avait été démentie par Ocëan Pearl elle-même et ses espoirs s’étaient envolés. Qu’à cela ne tienne, elle restait une Déesse dans l’âme et n’avait guère besoin d’une affiliation aux véritables Dieux pour cela. Elle bomba le torse et tendit l’encolure pour avoir la tête haute, avoir l’air digne, malgré tout elle restait plus petite que l’étalon, mais cela n’avait pas d’importance.
 
Son destin, quel était son destin? … Rejoindre ces Terres? Mais oui bien sûr! Elle allait profiter de ce jeu de rôle pour recruter Aurore Opéra au sein des Terres Secrètes! Elle allait pouvoir ajouter une recrue à son futur troupeau et pas n’importe qu’elle recrue vu qu’il s’agissait du rouquin fasse à elle présentement. En plus elle le faisait en s’amusant et lui, qui pensait que tout cela n’était qu’un jeu de rôle, lui prêtera allégeance alors qu’il pensera se soumettre à une représentation de Poséidon! Tout cela était parfaitement génial. Elle avait également hâte de voir la tête que le mâle tirerait lorsque, quand elle sera devenue adulte, elle lui annoncera qu’elle deviendra un jour sa dominante. En attendant elle allait devoir jouer le rôle, son propre rôle, de manière à enrôler le jeune entier dans son futur troupeau.  
 
« - Il me semblait pourtant que ma transformation en sirène pour te surprendre tout à l’heure avait été convaincante. »
Elle réfléchit un instant et sourit au mâle.
« - Mais bon, puisque tu insistes, j’imagine que je dois me plier à la volonté du peuple. »
 
Elle ferma fort les yeux et se concentra, comme si en y mettant toute sa volonté quelque chose d’incroyable allait se produire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aurore Opéra

avatar

ÂGE : 23
PUF : Aneki (Etalon77)
MESSAGES : 431

SEXE DU CHEVAL : Mâle
TERRITOIRE : Terres Secrètes


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Rouille et suie [pv — Naëlle]   Sam 1 Sep 2018 - 12:15


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Aurore Opéra souriait comme un poulain et son cœur faisait des petits bonds de joie dans tous les sens. Il ne s’amusait plus depuis quelques temps et prenait le monde bien trop sérieusement. Il était temps de remédier à cela et la pouliche allait l’y aider.

Naëlle semblait s’amuser et prenait son rôle très à cœur. Le rouquin ne doutait pas un instant qu’elle  comptait le mener par la baguette, comme le faisait si bien sa sœur, et il se laisserait sûrement faire en riant. Il n’était pas contre faire ce qu’on lui demande, ça valait parfois mieux que de trop réfléchir. À une certaine limite, bien entendu. Tout ceci restait un jeu. Si ça allait trop loin, Opéra y mettrait fin immédiatement. Pour l’instant, il n’en avait pas l’envie.

La déesse pie marqua un point. Une transformation en sirène, ce n’était pas une mince affaire. Des pouvoirs divins pourraient expliquer qu’il ne l’ait pas vue approcher tout à l’heure. Elle avait néanmoins laissé son odeur sur la plage et l’erreur était plus chevaline que divine. Il préféra ne pas le dire. L’habit de divinité lui allait bien et la ravissait. Il n’allait pas tout gâcher de quelques mots déplacés.

La pouliche ferma les yeux et Aurore approcha de quelques pas, curieux. Il savait qu’elle n’était pas réellement ce qu’elle prétendait, mais il ne put s’empêcher d’attendre impatiemment un signe qu’il se trompait. Quelque part, il voulait y croire. Son cœur se serra d’appréhension et ses muscles se tendirent de stress. Que ferait-il s’il arrivait quelque chose ? Il devrait revoir son comportement !

Opéra s’approcha encore et se demanda si ce n’était pas le moment de prendre sa revanche sur Naëlle. Elle l’avait surpris dans l’eau parce qu’il se concentrait sur la plage. Il pouvait peut-être la surprendre ici, tandis qu’elle se concentrait sur Dieu seul savait quoi. D’ailleurs, qui pouvait lui assurer qu’elle n’attendait pas qu’il se lance ? Sa réaction était prévisible, il ne ferait que rater son coup et se ridiculiser. Ce n’était pas marrant.

Le roux préféra attendre un signe de sa divinité ou que la pouliche se lasse. Il lui ferait alors part de ses réserves quant à ses origines. Il jurerait fidélité à une divinité, pas à une immortelle ! Dans leur jeu, du moins.

Aurore Opéra était tant concentré sur les paupières closes de la pouliche, qu’il sursauta quand une épave toute proche émit un bruit terrifiant. D’un bond, le jeune mâle se plaça entre la pouliche et l’origine du vacarme. Il ne se connaissait pas un tel instinct protecteur et s’en félicita en silence. La carcasse d’un cargo éventré reposait sur le bord de plage à quelques mètres de là. La pauvre barque à leurs côtés paraissait ridiculement petite à côté. L’entier resta quelques instants bien campés sur ses jambes, tous les muscles tendus et ses yeux noirs rivés sur l’ouverture béante. Il s’attendait à tout instant à voir sortir un monstre géant ou une bête infâme pour perturber leur jeu. Néanmoins, il n’y eut rien de tel et Aurore cessa d’imaginer n’importe quoi.

Déesse de… de quoi, d’ailleurs ? demanda-t-il plus bas, laissant le choix à Naëlle. Votre pouvoir est impressionnant. Est-ce là-bas que nous devons nous rendre ? (Il gonfla le torse et carra les épaules.) Je n’ai pas peur d’un vieux bateau rouillé. Allons-y ! Je vous protégerai en cas de danger. C’est mon devoir de mortel, après tout.

Le rouquin avait très envie d’aller voir. Le bruit titillait sa curiosité. Il préfèra tout de même attendre l’approbation de la pouliche qu’il fixait en se retenant difficilement de piaffer d’impatience.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Naëlle

avatar

ÂGE : 22
PUF : Fantomyst
MESSAGES : 1208

SEXE DU CHEVAL : Jeune Demoiselle
TERRITOIRE : Dominante des Terres Secrètes


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Rouille et suie [pv — Naëlle]   Dim 2 Sep 2018 - 19:23

Pourquoi s'était-elle lancer là-dedans? Pourquoi ne s'était-elle pas contenter de lui dire qu'une transformation en sirène était bien suffisant pour montrer son statut de déesse ET son affiliation au royaume de Poséidon? Croyait-elle vraiment qu'il allait se passer quelque chose? Ou que l'étalon croirait qu'elle avait de réels pouvoir? C'était n'importe quoi... Et pourtant elle était là, les yeux bien fermés, concentrée sur le bruit des vagues qu'elle entendait venir régulièrement s'abattre sur la sable non loin d'eux. Ce qu'elle espérait? Que Poséidon entendrait son appel, qu'il verrait qu'elle était en train de faire tout et n'importe quoi pour essayer d'embrigader le jeune mâle dans le troupeau des Secrets et qu'il viendrait lui donner un petit coup de main. Juste une apparition en sortant des profondeurs de l'océan lui suffisait... Mais le temps passait, il ne se passait rien et elle désespérait. Peut-être que le Dieu testait sa patience, la foi qu'elle avait en lui? Elle devait continuer!

Un grondement sourd sortit des tréfonds d'une des cales, elle ne perdit pas sa concentration pour autant, elle allait y arriver! Elle allait invoquer Poséidon lui-même!! Mais elle perçut le flux d'air provoqué par les mouvements vifs du mâle et elle put presque sentir son inquiétude. S'il se passait quelque chose, si un être diabolique sortait d'un des cadavres de navires et venait les attaquer, elle ne pouvait pas rester là immobile et se faire tuer sous prétexte qu'elle essayait de prouver à Aurore qu'elle était bel et bien une Déesse. Peut-être que c'était-elle qui avait invoqué ce monstre qui sortirait des entrailles d'un vieux bateau! A cette idée, elle ouvrit grand les yeux, voulant découvrir quel genre de créature elle avait réussi à ramener à la vie.
Mais il n'y avait rien.
Rien à part Aurore qui lui tournait le dos et s'était mis en position de défense, bien camper sur ses positions.

"- Tu m'as déconcentré au moment où je commençais à réussir mon invocation du kraken!"
Elle tappa le sol de son petit antérieur, le bruit fut étouffé par le sable, rendant son geste un peu ridicule, elle fit alors mine de bouder, comme si le jeune entier avait réellement fait foirer quelque chose. Elle abandonna cette expression lorsque le mâle reprit la parole et elle réfléchit quelques secondes à sa question. Cela semblait évident non? Elle serait bientôt au service de Poséidon, son intermédiaire avec le monde des mortels, de plus elle avait apparemment des compétences aquatiques hors norme, comparable à celles d'une sirène et elle avait failli invoquer un énorme monstre marin... la réponse était toute trouvée.

"- Je suis la Déesse des Secrets des fonds marins!" lança t-elle à haute voix et avec fierté, elle l'avait dit en gonflant le poitrail et en tendant l'encolure, la tête bien haute et droite. Fière comme un coq.
Elle observa la carcasse d'un énorme bateau échouer non loin d'eux, vu la taille de celui-ci, ils pourraient facilement y entrer pour en explorer l'intérieur de la cale. C'était exactement ce qu'elle avait voulu faire en venant ici, avant de repérer Aurore.

"- Faisons cela! Je ne doute pas du fait que tu sacrifierais ta vie pour me protéger jeune mortel."
Déjà elle partait au petit trot droit vers le bateau coincé au beau milieu de la plage.

"- Saches que si tu me prête allégeance et rejoins les Terres Secrètes, je serais à mon tour, dans l'obligation de te protéger, et ce même si cela met ma propre vie en péril!"

Elle tourna la tête et sourit au mâle, espérant qu'il allait finir par céder malgré qu'elle n'avait pas de pouvoir divins.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aurore Opéra

avatar

ÂGE : 23
PUF : Aneki (Etalon77)
MESSAGES : 431

SEXE DU CHEVAL : Mâle
TERRITOIRE : Terres Secrètes


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Rouille et suie [pv — Naëlle]   Sam 8 Sep 2018 - 14:24


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Aurore Opéra baissa les oreilles aux reproches de Naëlle. Il s’excusa tout bas, se demandant s’il avait vraiment empêché quelque chose… Qui savait ! Il avait bien réussi à invoquer Aléas, quand il était plus jeune… mais il gardait ce secret pour lui et ne l’avait encore dit à personne. Dans tous les cas, ses excuses étaient sincères et l’étalon regrettait presque cet instinct protecteur qui donnait une nouvelle force à ses muscles. La mine boudeuse de la pouliche ne le rassura pas non plus. Lui-même avait tant boudé ! Il en connaissait les secrets et savait qu’il ne pourrait se faire pardonner si elle décidait de bouder éternellement. Cette nouvelle l’attrista et l’étalon reporta son attention sur le bateau pour ne rien montrer de ce qu’il pensait.

Le rouquin se demandait si le jeu allait s’arrêter là quand Naëlle répondit à sa question. Déesse des Secrets des fonds marins ? Il tourna à nouveau la tête pour la voir parader, fière d’elle. C’était un poil long, comme nom, mais il n’était pas vraiment en position de discuter, son propre nom n’étant pas le plus court du monde. Elle avait décidé qu’elle serait ainsi et Aurore se plierait à ses exigences. Cela faisait partie du jeu, après tout.

Ce fut à son tour de lever la tête et gonfler le poitrail, tandis qu’elle avouait ne pas douter de la protection qu’il lui offrait. Opéra ne mentait pas et, même sans ce petit jeu de déesse et adorateur, il sacrifierait sa vie s’il pouvait sauver celle de Naëlle. C’était inscrit au plus profond de lui. La nature ne lui avait pas donné ses muscles pour les laisser fondre au soleil, il comptait bien s’en servir pour protéger ceux qu’il estimait. Sa vie serait ainsi. Quand il aurait assez grandi, bien entendu.

Aurore emboîta le pas à la pouliche pie. Il se retint de la dépasser et resta un pas en retrait, contenant assez mal son envie de bondir en avant et de plonger, tête baissée, dans la carcasse hurlante. Les mots de Naëlle lui arrachèrent un sourire sincère. Il avait, de toute façon, prévu de rejoindre ces terres. Savoir qu’il avait l’approbation de la pouliche et qu’il partagerait le même troupeau qu’elle lui fit du bien. Il ne serait pas entouré d’inconnus et celle qui connaissait n’essaierait pas de le chasser à coups de dents. Son adhésion n’était pas encore officielle, mais cela commençait bien pour lui.

Ne sacrifiez pas votre vie pour un simple mortel, il y en a tant d’autres sur lesquels vous devez veiller. Ne les rendez pas jaloux. (Il se hissa au niveau de la pouliche.) Avec ce petit corps, Déesse des Secrets des fonds marins, il va falloir prouver que vous êtes capable de me protéger. Ça fait beaucoup de preuves à me donner… Je crains que mon adhésion aux Secrets ne doive attendre.

Le roux lança un regard amusé à Naëlle, puis il poussa fort ses postérieurs et bondit en avant. En quelques grandes enjambées, il atteignit le trou dans la coque et s’y glissa sans la moindre hésitation. On ne lui reprocherait jamais d’être lâche, c’était certain.

L’intérieur n’était guère plus attirant que l’extérieur du cargo. Tout était rouillé, rongé par les vents et les marées, pourri, moisi et envahi de végétation. Aurore jeta un rapide coup d’œil par une porte métallique qui, dégondée, bloquait le passage. Il crut discerner, dans la pièce immense de l’autre côté, des morceaux de bois d’une forme peu naturelle, des tentures et des outils. Il plissa les yeux devant l’état de conservation de ces objets comparé à la carcasse du bateau. Il s’en détourna rapidement en entendant Naëlle approcher de l’entrée et fila vers une autre pièce, dans laquelle il put entrer cette fois-ci.

Des tas de pots reposaient contre un des murs. Il s’approcha prudemment de découvrit de la peinture dans ceux qui étaient ouverts. Il pinça les naseaux contre l’odeur insupportable et plongea le nez dans le premier qui se présenta à lui. Le liquide bleu s’accrocha à ses poils et le jeune entier se plaça près de la porte. Là, il attendit que la pouliche passe pour la badigeonner de couleur bleue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Naëlle

avatar

ÂGE : 22
PUF : Fantomyst
MESSAGES : 1208

SEXE DU CHEVAL : Jeune Demoiselle
TERRITOIRE : Dominante des Terres Secrètes


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Rouille et suie [pv — Naëlle]   Dim 9 Sep 2018 - 18:41

Naëlle se dirigeait droit vers l'énorme bateau, dans un petit trop guilleret presque sautillant. Elle avait tourner légèrement la tête pour voir du coin de l’œil si l'étalon roux la suivait et elle fut ravie de voir que c'était le cas, ce dernier restait derrière elle, la suivant à la trace. Elle adorait ces moments qu'elle passait avec Aurore Opéra, pas uniquement parce qu'il jouait les adorateurs et l'avait placée sur un énorme piédestal et lui avait donné un statut de Déesse. Elle aimait simplement ce jeu qu'il y avait entre eux, mêlant jeu de rôle et réalité. Car si toutes leurs paroles résultaient de plaisanteries et semblaient n'avoir aucune importance, en réalité il en était tout autrement, la pouliche essayait réellement de convaincre le mâle de rejoindre le troupeau des Secrets et si elle n'était pas une Déesse, ni même une demi-Déesse comme elle l'avait autrefois espérer, elle allait un jour être au service de Poséidon et en temps que tel, elle serait plus proche du Dieu que n'importe qui d'autre sur Horse-Wild. D'autre part, si le jeune entier ne faisait que faire semblant de vouer un culte à la pouliche, peut-être qu'un jour finira t-il par lui vouer allégeance et toute cette histoire de protection réciproque sera on ne peut plus vraie.

Ne pas rendre les autres jaloux? En voilà une drôle d'idée! Si durant sa plus tendre enfance, la pouliche avait toujours voulu être gentille avec ses camarades et avait toujours fait attention à ce que les autres pourraient penser de ses agissement. Elle avait comprit plus tard que tous ces efforts n'en valaient pas la peine et n'étaient jamais récompensés. Depuis elle vivait comme elle le souhaitait, faisait ce qu'elle avait envie de faire et disait ce qui lui passait par la tête, le ressenti des autres, elle n'en avait que faire.

Lorsque le rouquin prononça son titre à voix haute, elle se rendit compte que c'était un peu plus long que ce qu'elle avait imaginé, mais cela n'avait pas d'importance, ce n'était pas comme si ce titre allait réellement lui être attitré. Elle ralentit pour prendre le pas et regarda son petit corps du mieux qu'elle le put en continuant à marcher, en essayant de garder une trajectoire à peu prêt rectiligne. Son corps était certes fin et peu musclé, mais elle n'était encore qu'une pouliche! Lorsqu'elle sera adulte, sa musculature sera naturellement plus développée et sa carrure sera bien plus imposante, et puis elle travaillera aussi pour accentuer cela. Son corps de jument n'aura rien à voir avec son corps de pouliche, elle s'en faisait la promesse.

"- Vous devriez pourtant savoir que mon corps ne restera pas ainsi indéfiniment et si aujourd'hui il vous parait chétif, un jour viendra où ce mot sera le dernier que vous utiliseriez pour me décrire."
Elle lui lança un regard malicieux accompagné de son sourire.
"- Si votre adhésion nécessite cela alors qu'il en soit ainsi. La patience fait partie de mes qualités divines."

Elle aurait préféré ne pas devoir attendre mais cela n'était rien, si cela n'était qu'une question de temps, alors elle pouvait considérer l'adhésion du mâle comme faite. Elle avait encore plus hâte de grandir et de devenir héritière des Terres Secrètes après cela. Elle observa Aurore rentrer précipitamment dans la carcasse du bateau, lui apparemment, la patience n'était pas son fort. La pouliche garda la même allure et arriva au bateau un peu après que le mâle n'y soit entrer. Elle fit à son tour irruption dans la cale du bateau, de manière bien moins pressé que l'étalon.

Elle regarda partout autour d'elle, l'intérieur du bateau était entièrement moisi ou rouillé, le métal semblait avoir été rongé par endroit et ce qui se trouvait à l'intérieur du bateau était également en bonne voie de dégradation ou avait été envahie par diverses plantes qui faisaient passer leurs branches et feuillages par la moindre faille laissée par ces objets mourants. Le sable recouvrait presque entièrement le sol là où elle se trouvait. Elle remarqua alors qu'elle ne voyait pas Aurore, celui-là ne perdait pas une occasion pour brutalement disparaitre de son champ de vision. Elle distingua une porte grande ouverte, il était très probablement partit ce cacher à l'intérieur. Espérait-il encore lui faire peur? Etait-il véritablement adulte? Elle fouilla d'abord la pièce du regard en restant à l'extérieur, mais n'y trouva aucune trace d'Aurore, il s'était effectivement caché. Elle pénétra lentement dans la pièce, essayant de distinguer le moindre mouvement suspect.

"- Aurore?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aurore Opéra

avatar

ÂGE : 23
PUF : Aneki (Etalon77)
MESSAGES : 431

SEXE DU CHEVAL : Mâle
TERRITOIRE : Terres Secrètes


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Rouille et suie [pv — Naëlle]   Ven 14 Sep 2018 - 18:14


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Son plan était parfait et son esprit bouillonnait d’impatience à l’idée de le mettre à exécution. Tapi derrière la porte, il était plus tendu qu’un tendeur et prêt à bondir sur la malheureuse pouliche dès qu’elle passerait le museau par l’ouverture. Le sien, de nez, dégoulinait de peinture bleue qui s’écrasait en grosses gouttes sur le sol métallique du navire.

Plic. Ploc.

Son cœur tambourinait à l’intérieur de son poitrail et ses pensées allaient à toute allure. L’attente le tuait à petits feux. Le premier pas de Naëlle dans la cale le fit sursauter et toute la tension dans son corps retomba. Il se demanda soudain ce qu’il faisait. Il était censé être adulte – ou presque. Comment pourrait-il défendre qui que ce soit en étant si puérile ? Cette excitation à l’idée de jouer comme un poulain cachait au fond de lui sa peur de grandir et Aurore Opéra la goûta du bout des lèvres.

Un peu de peinture passa sur sa langue et le goût lui parut moins désagréable qu’il ne l’aurait cru. Même l’odeur ne le rebutait pas tant. Était-ce une peinture spéciale ? Un parfum, peut-être ? À moins que le liquide ne soit comestible ? Il ne préféra pas tenter sans en être sûr et pinça les lèvres pour ne pas laisser d’autres gouttes entrer dans sa bouche.

Plic. Ploc.

Se concentrer sur la peinture bleue lui permettait d’oublier la peur qu’il venait de réveiller en lui. Il la poussa des naseaux, la rangea bien au chaud dans un coin et s’en détourna sans hésitation. Il aurait tout le temps de s’effrayer du monde plus tard. Pour l’heure, il avait une mission à accomplir.

Naëlle passa le nez par la porte.

Enfin ! Aurore Opéra tendit l’encolure autant qu’il put. Son nez bleu se posa d’abord sur l’épaule frêle, puis glissa sur le ventre pie et la cuisse alors que la pouliche avançait. Une belle traînée orna le flanc de Naëlle et l’entier sourit, très fier de lui. De peur des représailles, il bondit en arrière. Malheureusement, un pot ouvert accueillit son postérieur gauche avec un schplof dégoûtant. La peinture éclaboussa l’intérieur de ses jambes et une partie de son ventre. Quand le liquide glissa sur son poil roux, il bondit en avant (ne dîtes pas à sa sœur qu’il est chatouilleux) ce qui le ramena très près de la pouliche pie noir et bleu. Il aurait bien du mal à se débarrasser de cette peinture qui le torturait – il se retenait de rire.

Haha ! (Raté.) Pardon, Déesse des Secrets des fonds marins, s’excusa-t-il en étouffant un nouveau rire. J’ai pensé qu’un peu de bleu vous irait à merveille. Une peinture de guerre digne d’une créature sous-marine.

Il recula de quelques pas – c’était plus prudent – qui lui arrachèrent un nouvel éclat de rire. Il se dandina honteusement. La peinture le gênait atrocement, mais il ne demanderait jamais à Naëlle de l’aider – de toute façon, il était presque sûr qu’elle préférerait se moquer plutôt que l’aider – et il ne reculerait pas devant la vengeance de la pouliche pour aller se laver dans la mer. Il préférait faire face à ce qu’elle lui réservait, quitte à se ridiculiser et frissonner sous les chatouilles de la peinture sur son ventre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Naëlle

avatar

ÂGE : 22
PUF : Fantomyst
MESSAGES : 1208

SEXE DU CHEVAL : Jeune Demoiselle
TERRITOIRE : Dominante des Terres Secrètes


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Rouille et suie [pv — Naëlle]   Sam 15 Sep 2018 - 22:03

A peine avait-elle commencer à franchir le seuil de la porte qu’elle avait sentit quelque chose de doux et mouillé toucher son épaule, du coin de l’œil, elle avait alors vu Aurore Opéra, l’encolure tendue vers elle. Naëlle aurait voulu se décaler sur la droite et ainsi échapper à ce contact qu’elle trouvait des plus suspects mais elle ne pouvait pas, l’encadrement de la porte était trop étroit et elle ne pouvait partir sur le côté sans se cogner contre le cadre de métal en risquant de se faire mal. Elle n’avait donc pas eu d’autre choix que de continuer à avancer tout droit avec le contact du museau de l’étalon contre elle, qui parcourait son corps au fur et à mesure qu’elle avançait, en ne sachant absolument pas à quoi tout cela rimait.
 
Dès qu’elle fut entièrement dans la pièce, elle pivota rapidement sur elle-même pour faire face au mâle. La vision qui s’offrit alors à elle était totalement inattendue. L’étalon roux avait le nez recouvert de peinture bleu, son postérieur gauche trempait dans un pot du même produit et le dessous de son corps en était tout éclaboussé. Le liquide bleu gouttait de son ventre et s’écoulait, aussi bien que ce que sa consistance visqueuse le lui permettait, le long de sa cuisse. Elle commença à sourire, amusée par le tableau qu’elle admirait, lorsqu’une petite ampoule imaginaire s’alluma au-dessus de sa tête et lui fit perdre son sourire naissant. Elle tourna la tête et constata alors les dégâts engrangés. Son flanc droit était parcouru par une énorme trainée de peinture bleu, bien épaisse au niveau de son épaule puis baissait en intensité au fur et à mesure qu’elle s’étalait vers son arrière-main. Quelques gouttes de peintures coulaient sur son antérieur, alors que le liquide sur sa croupe commençait déjà à sécher en formant des petits paquets de poils.
 
Elle regarda de nouveau Aurore avec une expression de désespoir.
Ce n’était pas possible. C’était une véritable malédiction dont elle était victime! Pourquoi il y avait des pots de peintures encore intacts au fond de la cale d’un vieux bateau échoué? Pourquoi cette peinture était-elle bleu? Pourquoi Aurore avait décidé de l’en recouvrir? Cette situation était beaucoup trop improbable. Elle était maudite, condamnée à être régulièrement recouverte de peinture bleu, jusqu’à ce que sa robe blanche ne garde définitivement cette teinte. La dernière fois elle avait mit plusieurs jours à se débarrasser de toute trace de bleu sur son pelage et la même situation se répétait aujourd’hui. Elle soupira.
 
« - Oh ne vous en faites pas, je commence à avoir l’habitude d’être peinturlurée de bleu. Il semblerait que cette couleur me colle à la peau. »
 
Elle se concentra sur l’allure du mâle et ne put s’empêcher de sourire, amusée par ce spectacle. Elle avait beau se plaindre de sa situation, celle du mâle était pire encore. Avec sa trainée de peinture au flanc elle s’en sortait bien comparer à lui qui en avait plein le postérieur, le ventre et le nez.
 
« - J’espère pour vous n’aviez pas prévu de séduire une demoiselle dans les jours à venir. Il vous faudra plusieurs jours et plusieurs bains pour vous défaire complètement de cette teinte. »
 
Elle parlait en connaissance de cause. Elle s’approcha d’Aurore jusqu’à n’être qu’à quelques petits centimètres de lui, épaule contre épaule. Elle baissa l’encolure, faisant mine d’étudier l’état du postérieur du mâle. D’un geste vif elle attrapa le pot de peinture de lequel il avait précédemment plongé le pied et le retourna sur la croupe du rouquin, terminant le massacre et assouvissant son envie de vengeance.
 
« - C’est plus uniforme comme cela. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aurore Opéra

avatar

ÂGE : 23
PUF : Aneki (Etalon77)
MESSAGES : 431

SEXE DU CHEVAL : Mâle
TERRITOIRE : Terres Secrètes


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Rouille et suie [pv — Naëlle]   Ven 21 Sep 2018 - 10:30


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Aurore l’avait touchée. Pour la badigeonner de peinture, évidemment. Il n’avait pas pensé son geste pour ce qu’il était vraiment ou ce qu’il pourrait paraître aux yeux d’un spectateur. Il n’avait pas voulu la toucher pour la toucher. Il n’était pas un gros pervers attiré par une pouliche. Pourtant, il l’avait touchée et il gardait, sur le bout du museau, le souvenir de la chaleur du ventre pie. Même la fraîcheur des restes de peinture sur ses naseaux n’arrivait pas à la lui faire oublier. Il plissa les yeux sans comprendre, mais repoussa vite ses interrogations. Il aurait tout le temps de se questionner plus tard.

L’attaque du rouquin ne plut guère à la pouliche qui le regarda d’une drôle de manière. Opéra regretta bien vite son geste et prit un air mi-désolé mi-désespéré. Il aurait aimé remonter le temps et s’empêcher d’avoir une idée aussi stupide. Ce n’était pas drôle, au final. Combien de temps mettraient-ils à se nettoyer ? La peinture commençait déjà à sécher et tirer sur ses poils. Il n’avait pas du tout réfléchi, s’était lancé sur un coup de tête et s’attendait déjà à ce que Naëlle s’énerve contre lui.

Elle n’en fit rien et le roux la fixa sans un mot. Elle avait l’habitude de la peinture bleue ? Pourquoi y avait-il tant de peinture sur l’île ? À quoi cela rimait ? D’ailleurs, en regardant bien dans la pièce, Aurore Opéra constata que les pots s’entassaient dans le fond, rangés par couleur, et que plusieurs rouleaux de, de quoi en fait ? De papier-peint ? Bref, des rouleaux les accompagnaient. Ils lui parurent bien trop intactes de loin, mais il préféra ne pas trop s’y intéresser. C’était un mystère qu’il était incapable de résoudre.

Parce qu’elle te va bien. (L’aveu lui échappa trop vite et il tenta de se rattraper :) C’est la couleur de l’eau. Parfait pour la déesse des Secrets des fonds marins !

Opéra détourna le regard et inspecta l’état de son propre corps. Au final, il était le plus mal loti des deux ! La peinture le gênait et le chatouillait sans qu’il ne puisse rien faire pour l’en empêcher. En effet, s’il essayait de se plier en deux pour se frotter le ventre ou le postérieur, il ne ferait qu’en ajouter ou étaler ce qu’il avait déjà. Un frisson le fit trembler tandis que le liquide bleu et visqueux glissait entre ses poils. Quelle idée il avait eue !

Aurore releva la tête haut et arrondit l’encolure. Il tenta de prendre une position qui le rendrait plus séduisant, mais les chatouilles sur son ventre lui tirèrent une affreuse grimace et il se dandina comme un idiot. Bah ! Tant pis pour les demoiselles !

Je suis sûr qu’une demoiselle saura aimer ma différence, dit-il, l’air bougon.

Les juments étaient le cadet de ses soucis, en vérité, et il ne pensait pas encore à l’amour et ce qui allait avec. Il restait obstinément bloqué dans sa naïveté d’enfant et n’en sortait qu’à grands efforts peu efficaces. Un jour, oui, il prendrait conscience du monde et de ses subtilités. Pour l’heure, il restait innocent.

La proximité de Naëlle le fit frissonner et Aurore Opéra se figea, de peur de faire un mauvais mouvement et de la bousculer. Il sentit la honte le gagner tandis qu’elle inspectait son corps peinturluré – ce n’était tout de même pas un endroit où une dame devrait mettre le nez. Il referma un peu les jambes, gêné et se racla la gorge. L’attaque de la pouliche le prit totalement au dépourvu et il poussa un petit gémissement en sentant la peinture froide se déverser sur sa croupe. L’étalon était bien beau, comme cela ! La croupe entièrement bleue, le ventre partiellement bleu et les postérieurs dégoulinant de bleu. Lui qui ne savait pas donner de nom à sa robe se retrouvait pie roux/bleu. C’était une catastrophe.

Catastrophe dont il profita pour se venger de la vengeance de Naëlle qui s’était vengée de la vengeance d’Aurore – ils n‘en finiraient jamais, à ce rythme. Il fit trois pas en avant et profita de la proximité de la pouliche pour s’ébrouer fortement. Les gouttes de peinture s’envolèrent en tous sens et retombèrent lourdement un peu partout autour de lui. Il était pie, la pouliche devenait mouchetée.

Si je ne trouve pas l’âme-sœur, ce sera de votre faute, Déesse.

Il tira la langue, puérile, et s’enfuit de la pièce, bien décidé à aller se baigner pour laver la peinture avant qu’elle ne sèche.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Naëlle

avatar

ÂGE : 22
PUF : Fantomyst
MESSAGES : 1208

SEXE DU CHEVAL : Jeune Demoiselle
TERRITOIRE : Dominante des Terres Secrètes


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Rouille et suie [pv — Naëlle]   Dim 30 Sep 2018 - 16:11

Naëlle avait vu la désolation dans le regard de l’étalon roux peu après qu’il l’ai badigeonné de peinture bleu, il regrettait probablement son geste. Mais pourquoi? Il ne l’avait blessée ni physiquement ni psychologiquement et son geste était innocent, il l’avait fait juste pour s’amuser alors, pourquoi s’en voulait-il? Est-ce qu’il se souciait toujours autant du bien-être des autres ou manquait-il de confiance en lui, la pouliche pie aurait bien aimé le savoir, mais elle ne voulait pas le gêner avec ses questions surtout qu’il avait l’air sensible à l’opinion que les autres ont de lui et elle ne voulait pas prendre le risque de gâcher le moment qu’ils partageaient. Elle s’amusait comme une folle avec lui et c’était rare qu’elle passe des instants aussi agréables, il fallait qu’elle en profite.
 
Apparemment la couleur bleue lui allait bien, elle ne savait pas trop quoi faire de cette information. Ce n’était pas comme si elle allait se peinturlurer ou se vêtir de bleu pour s’embellir. Mais elle appréciait cette couleur et préférait largement être couverte de bleu plutôt que de rose ou de vert.  De plus Aurore avait raison, cette couleur était assez bien adaptée à son titre, bien que le bleu soit un peu trop foncé et la pigmentation trop forte pour réellement faire penser à la couleur de l’eau, à moins que justement, c’était comme cela dans les fonds marins, là où la lumière peine à se frayer un chemin sous l’importante épaisseur d’eau. Elle sourit à l’étalon et hocha doucement la tête à l’affirmative. Il avait toujours les bonnes paroles pour la faire sourire, même lorsqu’elle était excédée par cette seconde session de body-painting. La grimace qu’il fit ensuite en gigotant d’une drôle de manière lui arracha un petit rire qu’elle ne put retenir. Il était probablement chatouilleux, elle garda cette hypothèse précieusement dans un coin de sa mémoire. Il avait beau être plus âgé qu’elle et être déjà un étalon, son comportement faisait oublié ce détail à la pouliche pie, pour elle, il était un poulain comme les autres, avec juste quelques centimètres de plus au garrot.
 
D’ailleurs, c’était pour cela que la proximité de leurs deux corps ne l’avait absolument pas semblé gênant. Elle était encore innocente et dénuée de toute notion de perversité et considérait que c’était exactement pareil pour Aurore. Deux jeunes n’ayant pas encore conscience de toutes les subtilités de leur anatomie respective et des règles qui y sont associées qui s’amusaient sans s’embêter par des principes adultes, voilà ce qu’ils étaient à cet instant. Néanmoins ce n’était pas totalement vrai pour le rouquin et la gêne occasionnée chez lui permit à la pouliche d’agir librement, sans que ce dernier ne la surveille ou ne la suspecte de quoique ce soit. Voyant le spectacle qu’offrait maintenant Aurore, elle ne pouvait que rire aux éclats, bien trop fière de l’avoir ainsi piégé. Elle dut néanmoins rapidement cesser cela pour fermer bouche et yeux pour éviter de recevoir des éclaboussures de peintures à ces endroits. Lorsqu’elle ne sentit plus de gouttes de peintures s’écraser sur elle, elle rouvrit les yeux et découvrit alors qu’elle était pie noire mouchetée de bleu à gauche, et pie noire avec une trainée de peinture bleu sur son flanc droit. Elle était véritablement devenue une toile sur laquelle un artiste avait laissé parlé sa créativité.
 
L’artiste en question prit la poudre d’escampette et sortit de la salle, dont le sol était maintenant couvert de peinture là où les deux chevaux s’étaient battus avec. Elle roula des yeux, cet étalon était d’une incroyable puérilité et était absolument intenable. Elle sortit tranquillement, elle savait d’expérience que s’empresser de se rincer n’empêchait pas à la peinture de rester incruster sur les poils pendant plusieurs jours. Une fois à quelques mètres du bord de la mer et d’Aurore, elle prit le galop et fila vers le mâle comme un véritable boulet de canon.
 
« - ATTENTION A LA BOOOOOOOOOMBE !!!!! » hurla t-elle en continuant à courir comme une dératée.
 
 Elle entra dans l’eau telle une furie et éclaboussa l’étalon avec toute l’eau que son entrée sauvage soulevait, une fois qu’elle fut assez avancée dans l’eau elle se laissa tout simplement tomber, soulevant une encore plus importante quantité d’eau et se laissant totalement submergée par cette dernière. Elle n’était pas la Déesse des Secrets des Fonds Marins pour rien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aurore Opéra

avatar

ÂGE : 23
PUF : Aneki (Etalon77)
MESSAGES : 431

SEXE DU CHEVAL : Mâle
TERRITOIRE : Terres Secrètes


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Rouille et suie [pv — Naëlle]   Ven 5 Oct 2018 - 11:07


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Aurore Opéra agissait de manière tout à fait puérile et retombait dans une enfance qui l’avait quitté trop vite pour des interrogations plus adultes. Aujourd’hui, il cessait de s’inquiéter de ce qu’il allait devenir pour faire avec ce qu’il était ! Il aurait tout le temps de se faire du mouron quand Naëlle déciderait de le quitter ou quand lui-même se sentirait appelé ailleurs. Pour l’heure, il s’amusait comme un petit fou et trottait la tête bien haute et les oreilles bien droites. Il guetta tout de même, du coin de l’œil, si la pouliche le suivait. Il ne pensait pas qu’elle le ferait, mais il la sentait capable de l’abandonner juste comme ça. Elle ne lui paraissait pas du genre à s’empêtrer dans les formalités et il ne lui en voulait pas le moins du monde. Lui-même faisait bien trop attention aux autres. Peut-être que si ses impressions étaient vraies et qu’il passait plus de temps avec elle, il pourrait mettre le frein à ses élans de politesse et d’empathie ? Cette pensée sonnait comme une excuse qui le fit grimacer. Il n’avait pas besoin d’excuse, il traînait avec qui il voulait !

Le fracas de l’eau contre son poitrail le ramena sur terre. Aurore fit quelques pas dans l’océan et frissonna sous la morsure du froid contre son poil. Il ne s’attendait pas à ce que la température soit si basse, combien de temps avaient-ils passé à courir partout ? Il ne s’en inquiéta pas plus, n’ayant guère envie d’arrêter les choses maintenant et continua de s’immerger. Il dut bien se rendre à l’évidence : les allées et venues de la mer ne nettoyaient pas grand-chose à la peinture bleue qui s’accrochait désespérément à lui. Il se demanda quelle drôle d’idée il avait eue et comment il pourrait se débarrasser de tout ceci. Dans quel état il était ! Heureusement, l’eau salée nettoyait une partie du tableau vivant qu’il était et s’échappait devant lui en se teintant de bleu foncé. Il se demanda si c’était très écologique, tout ça, mais ne voyait pas d’autres moyens d’essayer de se débarrasser de tout ceci. Le rouquin frissonna à nouveau sous la fraîcheur de la brise.

Naëlle ne tarda pas à débarquer en trombe. Elle hurla un avertissement et Aurore Opéra la regarda foncer sur lui sans réagir. Par réflexe, il ferma les yeux juste à temps et les remous causés par la pouliche s’abattirent sur lui avec force. Il battit désespérément des jambes tandis que la vague tentait de l’arracher à la plage et reprit sa respiration pile au mauvais moment. Naëlle se laissa tomber dans la mer et il avala une bonne rasade d’eau salée. Le roux toussa fortement et rouvrit les yeux pour trouver un endroit où il aurait à nouveau pied et reprendre ses esprits. Le sel lui brûla la gorge et lui piqua le nez. Quand il eut calmé sa toux, la jument pie avait disparu.

La disparation de son amie lui arracha un hoquet et quelques halètements paniqués. Il sauta dans l’eau, nagea un peu partout, le museau à moitié immergé et chercha une trace de la demoiselle. Quand il revint vers la plage pour reprendre des forces, il remarqua les taches pies sous l’eau clair du bord de mer. Naëlle donnait l’impression de dormir au fond de l’eau, totalement immergée, aussi tranquille que la Déesse des Secrets des Fonds Marins se devait de l’être. Un instant, il se demanda s’il devait la déranger. Puis une seconde passa et la panique reprit ses droits sur son corps. Il plongea les naseaux dans l’eau et donna quelques coups pressants sur l’encolure de la jeune jument. Le cœur serré d’appréhension, il ne savait pas quoi faire de plus pour l’obliger à remonter. Il s’inquiétait bien trop pour son propre bien et ne savait pas s’il saurait gérer les blagues de la pouliche jusqu’à ses dix ans. Il ferait probablement une crise cardiaque avant.

Soudain, une idée illumina son esprit et il cria un peu fort, pour se faire entendre par la jument sous l’eau :

Si tu remontes maintenant, je rejoins les Secrets sur-le-champ !

Il ne savait pas si elle l’entendrait, mais si c’était le cas, il était persuadé qu’une telle proposition suffirait à la faire sortir de là. Ne tenant plus, le cœur au bord de l’implosion, il décida de lui imposer un délai :

Je compte jusqu’à trois ! 1, 2…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Naëlle

avatar

ÂGE : 22
PUF : Fantomyst
MESSAGES : 1208

SEXE DU CHEVAL : Jeune Demoiselle
TERRITOIRE : Dominante des Terres Secrètes


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Rouille et suie [pv — Naëlle]   Lun 8 Oct 2018 - 14:30

Naëlle était totalement plongée dans l’eau, ensevelie sous plusieurs centimètres d’eau salée. Les yeux fermés pour ne pas être irritée par la salinité du liquide et les bruits étouffés, bercée par les mouvements de la houle, elle reposait dans un univers parallèle, incroyablement calme. Elle n’avait pas oublié de prendre une grande inspiration avant de se laisser tomber et de retenir sa respiration à partir du moment où ses naseaux allaient passer sous la surface, elle bénéficiait alors d’un petit temps où elle pouvait profiter de ce calme avant de devoir retourner dans le monde réel pour respirer de nouveau. En même temps, l’eau rinçait l’intégralité de son pelage et en éliminait une certaine quantité de peinture, en particulier celle qui n’avait pas encore eu le temps de sécher. Elle profitait pleinement de cette expérience, comme une sorte de méditation régénératrice et reposante avant de retourner s’amuser et n’avait aucune idée de la panique qui gagnait Aurore Opéra à cause de son comportement.
 
Elle sentit un contact chaud contre son encolure, des petits coups répétés et rapides, insistants, pressants. C’était Aurore, cela ne pouvait être que lui de toute façon. Etait-il en train de lui demander de remonter à la surface ou essayait-il de vérifier qu’elle était toujours vivante ou du moins consciente? Croyait-il qu’elle avait perdu connaissance et qu’il allait devoir la sortir de là pour la ramener sur la plage s’il ne voulait pas avoir sa mort sur la conscience? Elle imagina l’état de panique du jeune mâle et elle ne put s’empêcher de sourire. C’était surement méchant de le laisser dans un tel état et encore plus de trouver cela amusant, mais elle savait que lorsqu’elle remonterait à la surface pour reprendre sa respiration il n’en sera que plus soulagé et que tout cela ne sera ensuite qu’un souvenir, peut-être même qu’il en rira en se remémorant l’état dans lequel il s’était mit pour quelques secondes qu’elle avait passé sous l’eau.
 
Après un court instant elle l’entendit crier, il ne hurlait pas mais parlait fort, elle ne comprenait malheureusement pas ce qu’il venait de dire. Elle crut néanmoins comprendre qu’un compte à rebours était lancé, à la manière dont il parlait en rythme. Peut-être allait-il la sortir de force, en la tirant par les crins une fois le décompte expiré. Elle ne voulait pas qu’il en arrive là, de plus elle avait assez joué avec ses nerfs et commençait à sérieusement manquer d’air, sa gorge devenait douloureuse pour l’obliger à reprendre de l’air. Tout ceci avait assez duré. Elle reprit appui sur ses membres et se releva d’un bond, prenant une immense et bruyante inspiration une fois la tête hors de l’eau.
 
« - Alors j’ai tenu combien de temps? Tu as compté? »
 
Elle cligna des yeux plusieurs fois pour chasser toute l’eau qui coulait sur ses paupières et ne put s’empêcher de rire face à l’expression déconfite du jeune mâle. Elle sortit de l’eau, retrouvant la sécurité de la terre ferme et s’ébroua pour éliminer le plus gros de l’eau qui était bloquée entre ses poils. Elle commençait à se demander si prendre un bain en pleine mer était véritablement une bonne idée, en plus de la peinture collée à ses poils en petits paquets solides, elle avait désormais le reste de son pelage salé et un peu collant. Pour couronner le tout, du sable se collait aux parties les plus inférieures de ses membres formant de petites balzanes sableuses.
 
« - Tu ne pensais quand même pas que la Déesse des Secrets des Fonds Marins allait mourir noyée? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aurore Opéra

avatar

ÂGE : 23
PUF : Aneki (Etalon77)
MESSAGES : 431

SEXE DU CHEVAL : Mâle
TERRITOIRE : Terres Secrètes


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Rouille et suie [pv — Naëlle]   Ven 12 Oct 2018 - 17:04


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Le trois qu’il retint, lui brûla la gorge et lui piqua les lèvres. Il le ravala difficilement, le sentit coincé au fond de sa poitrine. L’attente lui coupa le souffle. Aurore Opéra savait qu’il ne devait pas réagir ainsi. Il savait pertinemment que Naëlle ne faisait que jouer avec lui. Depuis le bond qu’elle avait fait hors de l’eau pour le surprendre, jusqu’à cette apnée prolongée. Elle avait compris qu’il paniquait bien vite et s’inquiétait trop facilement. Elle jouait avec son cœur et s’en amusait autant qu’elle le pouvait. D’ailleurs, il ne lui en voulait pas vraiment. Ce n’était pas de sa faute à elle s’il était si sensible et, grâce à ses blagues répétées, il prenait réellement conscience de ce qu’il était. Néanmoins, cette fois-ci lui paraissait de trop. Peut-être parce que cette blague, plus que toutes les autres, était dangereuse. En tant qu’aîné, il comprenait le risque et le ressentait dans chacun de ses os. Le comprenait-elle, elle ? Il n’aurait su le dire et s’inquiétait qu’elle ne tente d’outrepasser ses limites.

Dans une gerbe d’eau salée bleutée, la pouliche s’extirpa de son lit et revint côtoyer les mortels. Aurore Opéra contempla un instant les gouttes d’eau qui dégringolèrent sur ses joues, au bout de ses crins, et se demanda si c’était à cela que ressemblait un dieu des mers. Poséidon avait-il cette affinité, cette aisance ? Il n’en doutait pas un instant.

Puis la pouliche reprit la parole, amusée, et le rouquin retrouva sa propre respiration. Il goûta au parfum de l’océan, de la peinture et leurs corps. Drôle de mélange sur lequel il s’attarda afin de calmer les battements de son cœur et s’empêcher de bouder. Car l’envie était là, plus forte qu’au début de cette rencontre, bien accrochée à ses épaules. Il rêvait tant de tourner la tête, lever le nez et soupirer ! Mais c’était un comportement plus puéril encore que leurs jeux d’enfants. Il se retint donc de le faire et suivit des yeux Naëlle qui s’avançait vers la plage.

Lui-même prit le temps de mettre de l’ordre dans ses pensées avant de la rejoindre. Elle trouvait tout ceci bien trop amusant ! Lui crevait d’envie de fuir cette pouliche qui le malmenait tant ! Ou presque. Il n’avait pas envie de partir et ne détestait pas tant qu’il l’aurait cru les blagues de Naëlle. D’ailleurs, il se permit même un sourire une fois que son corps tout entier fut redevenu calme. Elle avait voulu jouer avec lui, c’était à lui de jouer avec elle !

Peut-être pas noyée, dit-il en faisant mine de réfléchir. Dévorée par le requin… ?

Aurore Opéra s’approcha de Naëlle. Il la fixa comme pour la mettre au défi de lui prouver qu’il mentait et qu’il n’y avait aucun requin au bord de la plage. Après tout, elle avait été si absorbée par son petit bain que ça pouvait être vrai. Un requin attiré par la forte odeur de peinture, affamé et prêt à se faire un bon petit-déjeuner de pouliche pie. Néanmoins, ce que le roux retint tout particulièrement, c’était que Naëlle ne l’avait pas entendu. Ou, en tout cas, elle n’avait pas compris les mots. Sinon, elle l’aurait déjà pressé de jurer allégeance ! Voilà qui était tout à l’honneur d’Aurore Opéra qui s’empressa de l’utiliser.

J’ai compté, avoua-t-il avec un sourire amusé. Mais pas pour ça. (Il marqua une pause et leva la tête haut, très fier de lui.) Et tu sauras pas pour quoi.

Il se pavana comme un étalon qui aurait gagné une course. Il comptait attiser sa curiosité. Elle avait loupé LE moment qu’elle n’aurait pas dû louper, simplement parce qu’elle s’amusait de lui. Maintenant, elle ne pouvait que s’en vouloir à elle-même (et à lui, un peu, d’être aussi têtu). Il ne flancherait pas et ne donnerait aucun indice ! À moins que…

À bien y réfléchir… je suis peut-être corruptible. Peut-être.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Naëlle

avatar

ÂGE : 22
PUF : Fantomyst
MESSAGES : 1208

SEXE DU CHEVAL : Jeune Demoiselle
TERRITOIRE : Dominante des Terres Secrètes


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Rouille et suie [pv — Naëlle]   Lun 15 Oct 2018 - 12:49

Naëlle ne put s’empêcher de rire en voyant la tête qu’Aurore Opéra faisait. Elle avait réussi son coup et lui avait foutu une trouille bleue et était assez fière d’elle. Elle s’en voulait un petit peu tout de même, de la malmener de la sorte, lui qui était si gentil avec elle, avec qui elle s’amusait tellement, mais justement, cela faisait partie intégrante du jeu. Elle en tout cas s’amusait comme une petite folle à rendre l’étalon fou de peur. Elle se jouait de lui, le torturait en utilisant sa trop grande sensibilité et elle adorait cela. Elle se promit pourtant d’arrêter cela, pour aujourd’hui, jugeant que le jeune mâle en avait assez bavé, il fallait bien lui donner un peu de répits sinon plus jamais il ne voudrait jouer avec elle.
 
La pouliche regarda en direction de l’eau suite à la remarque d’Aurore. Elle ne voyait aucun aileron ne dépassant de l’eau, ni aucun mouvement qui laisserait penser qu’un requin rodait aux alentours il y a peu. Elle se demandait si un requin pouvait venir aussi près du bord et nager de manière normale dans une hauteur d’eau si faible. C’était possible, si c’était un assez petit requin… Mais la peinture bleue se diluant dans l’eau l’aurait surement éloigné, un met dégageant une telle odeur de produit chimique ne devait pas être des plus appétissants, à moins qu’il n’avait vraiment faim, ou qu’il n’y soit pas sensible. Enfin peu importait, si requin il y avait eu, l’étalon roux ne l’aurait jamais laissée là sans rien faire, il aurait essayé de la sortir de là, de la forcée à sortir de l’eau, aurait essayé d’effrayer le requin en menaçant de l’écraser avec ses sabots, il ne se serait jamais contenter d’une tape sur l’encolure et d’un décompte, elle en était certaine.
 
« - Aucun requin sain d’esprit n’oserait croquer dans ça. » Elle tourna sur elle-même, exposant à Aurore son flanc marqué d’une trainée de poils bleutés.
 
Naëlle sourit lorsqu’elle entendit le rouquin lui confirmer qu’il avait compter, elle pencha la tête sur le côté en apprenant qu’il n’avait pas compter qu’elle avait passé en apnée. Qu’avait-il bien pu compter alors? Apparemment, elle ne le saura pas. Mais ça c’était hors de question. La curiosité de la pouliche pie était bien trop importante pour qu’elle ne laisse quelque chose sans réponse, encore moins dans le cas présent, elle devait savoir ce que le mâle avait compté à si haute voix. Cela lui était adressé, elle en était sûre. Elle ria doucement en voyant le mâle se pavaner, trop fier de lui et de son coup. Il la malmenait comme elle l’avait fait avant avec lui, cela lui coûter de l’avouer mais elle l’avait méritée, le comportement du mâle était légitime.
 
Elle voulu essayer de lui faire croire que s’il ne voulait pas lui dire alors tant pis, elle ne le saurait pas, qu’elle se fichait de savoir pour quoi il comptait, espérant qu’il serait déçu de voir son plan diabolique tomber à l’eau et qu’il lui dirait le pourquoi sans qu’elle n’ait rien à faire. Mais si elle pouvait jouer sur sa sensibilité, elle ne pouvait se permettre d’agir de la sorte, le jeune étalon était loin d’être bête et elle risquait trop qu’il ne décide de garder cette information secrète à tout jamais. Pour le coup, c’était lui qui menait le jeu.
 
« - Qu’est-ce que je pourrais bien faire pour pouvoir te corrompre? » lui dit-elle avec son plus beau sourire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aurore Opéra

avatar

ÂGE : 23
PUF : Aneki (Etalon77)
MESSAGES : 431

SEXE DU CHEVAL : Mâle
TERRITOIRE : Terres Secrètes


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Rouille et suie [pv — Naëlle]   Ven 19 Oct 2018 - 13:36


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Aurore Opéra lança un regard mi-gêné mi-amusé sur la trace bleue qui ornait le flanc de la pouliche.Il ne regrettait pas cette attaque, même s’il ne pouvait que constater tristement que lui-même était dans un piteux état. Il lui faudrait un certain temps avant de réussir à se débarrasser de tout ça, mais le souvenir de cette journée saurait évincer toutes les plaintes qui lui viendraient à l’esprit. Il s’était bien amusé. Tant pis pour les apparences !

Une telle peinture de guerre l’aura sûrement effrayé ! se moqua-t-il.

En effet, le jeune entier avait compté. De un jusqu’à deux, incapable de dire le trois qui lui avait brûlé les lèvres. Il avait compté et failli sceller son destin dans la même foulée. Il ne pouvait pas rejoindre ou quitter les Terres Secrètes simplement parce que Naëlle s’amusait avec lui ! Il avait été à deux doigts de le faire, en tout cas, et cela le laissait perplexe. Son adhésion aux terres pouvait-elle résulter d’un jeu d’enfant ? Quelle signification aurait-elle eu alors ? Quelle valeur aurait-elle eu ? Poséidon aurait-il apprécié ? Ou se serait-il énervé, bafoué par des promesses volées à un poulain inquiété et qui, au fond, ne reflétaient aucunement sa volonté ? Il aurait été comme forcé, il n’aurait pas choisi de son plein gré…

Aurore releva la tête et fixa Naëlle. Ses pensées partaient dans tous les sens et il plissa les yeux pour essayer de s’en sortir. Peu importait tout ceci ! Il avait depuis longtemps décidé de rejoindre les Terres. Ce compte-à-rebours ne changeait rien à sa décision. Pourquoi se prenait-il autant la tête pour si peu ?

La pouliche pie lui sourit et il se demanda bien ce qu’il pouvait lui réclamer. Il se savait assez fragile pour avouer la raison de son compte-à-rebours très rapidement. Ce n’était qu’une question de temps. Le temps nécessaire à son côté têtu pour se faire écraser par sa fierté. Car il le savait parfaitement, maintenant. Il rejoindra les Secrets et il en sera fier. Plus fier que jamais auparavant.

Voyons voir… (Il fit mine de réfléchir.) Persuade-moi !

Opéra sourit largement. Il avait déjà demandé à la Déesse des Secrets des Fonds Marins de prouver ses pouvoir et en avait eu un petit aperçu. Maintenant, il retournait à sa demande première, exprimée cette fois à Naëlle. Néanmoins, il ne s’agissait pas de le persuader de rejoindre les Terres, mais de dire ce qu’il avait compté. Il se demandait comment elle allait s’y prendre… Il n’avait pas pensé deux secondes à la possibilité qu’elle abandonne et le plante là sans chercher à savoir. Dans quel cas il serait totalement désemparé…

Après tout, enchaîna-t-il, tu étais bien tranquillement installée au fond de l’eau et tu n’as pas donné l’impression de t’en inquiéter. Comment je peux être sûr que tu aies vraiment envie de savoir ? C’était très important, je ne peux pas le dire à n’importe qui !

Le rouquin releva la tête haut, très fier de lui, et s’éloigna de quelques pour laisser le temps à la pouliche de réfléchir. Il ne savait pas du tout vers où ils les menaient avec son petit jeu, mais fonçait tête baissée. Il aurait tôt fait d’avouer, de toute façon…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dieux

avatar

ÂGE : 13
PUF : .
MESSAGES : 54

SEXE DU CHEVAL : Divins
TERRITOIRE : Olympe


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Rouille et suie [pv — Naëlle]   Ven 19 Oct 2018 - 22:43


Poséidon
Les vagues laissèrent s'échapper une silhouette écumeuse qui prit bientôt forme équine. L'équidé gris foula la mer houleuse et l'apaisa d'un pas tandis que son regard se posait sur Aurore Opéra.

« Aurore Opéra, j'entends dans l'écho des vagues que tu souhaites rejoindre mes terres.
Est-ce vrai ? »

Ses yeux passèrent brièvement sur Naëlle, qu'il détailla. Elle était promise à de grandes choses.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Naëlle

avatar

ÂGE : 22
PUF : Fantomyst
MESSAGES : 1208

SEXE DU CHEVAL : Jeune Demoiselle
TERRITOIRE : Dominante des Terres Secrètes


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Rouille et suie [pv — Naëlle]   Dim 21 Oct 2018 - 19:23

Elle devait le persuadé, qu'il en soit ainsi. La pouliche se mit à réfléchir, que pouvait-elle bien dire ou faire pour que l'étalon ne daigne lui avouer ce qu'il comptait? Elle aurait pu marchander, une révélation contre une autre, il lui aurait dit la raison de son compte à rebours et elle, lui aurait avouer qu'elle compte un jour devenir dominante des Terres Secrètes pour de vrai, pas juste pour leur jeu de rôle, elle lui avouerait que ce jeu de rôle avait eu pour seul but le recrutement de l'étalon au sein de son futur troupeau, qu'il lui prête allégeance sans même s'en rendre compte et qu'en jouant la Déesse des Secrets des Fonds Marins, elle ne faisait qu'interpréter un rôle qui elle l'espérait, serait bientôt le sien, celui de la représentante de Poséidon, Dieu des océans et gardien des Terres Secrètes. Elle ne voulait cependant pas lui faire une telle révélation. Elle l'avait déjà dit à plusieurs personnes, mais elle ne voulait pas que lui le sache, pas pour le moment, elle ne savait pas trop pourquoi, mais c'était important qu'il ne l'apprenne pas de cette façon, elle voulait le surprendre.

Le jeune rouquin reprit la parole, sortant la pouliche pie de ses pensées, il enfonçait le clou le bougre! Ce compte à rebours était-il réellement aussi important qu'il le prétendait ou jouait-il de sa grande curiosité? Peut-être qu'elle allait lui promettre quelque chose d'important pour qu'un final il lui dise qu'à la fin de son décompte il l'aurait sortit de l'eau en la tirant par la peau des fesses, comme un poulain faisant une bêtise qui se ferait réprimander par sa mère. Vraiment, il était hors de question qu'elle lui parle de ses ambitions, le jeu n'en valait surement pas la chandelle.

"- Hé! Je ne suis pas n'importe qui! S'il s'agit effectivement d'une information importante, je saurais m'en montrer digne, et puis à ce que je sache, cela me concernait, j'ai donc le droit de savoir!"

Elle obtiendrait cette information qu'il le veuille ou non, elle arriverait à la lui extirper, même s'il fallait employer la force, elle soupçonnait l'étalon d'être chatouilleux et n'hésiterait pas à user de cette faiblesse contre lui!

"- Si tu ne me le dis pas, tu auras affaire à ma colère divine!"

La pouliche fronça ses hypothétiques sourcils et tapa le sol de l'antérieur avec force, pour donner un peu de véracité et de crédibilité à ses propos. Au même moment, une forte vague s'échoua sur la plage en laissant apparaitre une grosse masse d'écume, qui se matérialisa en un cheval gris pommelé. Poséidon! Est-ce que c'était-elle qui l'avait invoqué en se mettant en colère?... Certainement pas, elle devait cesser de prendre ses fantasmes pour la réalité. A moins qu'il ne soit effectivement venu à cause d'elle, à se prendre pour une Déesse marine, elle avait peut-être froissé le réel Dieu de ces lieux. Elle baissa un peu les oreilles à l'approche du Dieu, mais les releva bien vite lorsque ce dernier prit la parole en s'adressant à Aurore. Alors c'était pour cela qu'il comptait? Son adhésion aux Terres Secrètes dépendait du comportement qu'elle avait en sortant ou non de l'eau, ou en tenant assez longtemps pour le convaincre qu'elle avait des pouvoirs de déesse marine. La pouliche était toute sourire, à la fois parce qu'elle savait pourquoi Aurore comptait mais également parce que ce dernier allait rejoindre les Terres Secrètes et serait ainsi dans le même troupeau qu'elle. Son sourire se fit néanmoins plus crispé et timide lorsque Poséidon posa les yeux sur elle. C'était la première fois qu'elle le voyait et même s'il avait physiquement tout d'un cheval ordinaire, la pouliche n'en était pas moins impressionnée d'avoir là, juste devant elle, un Dieu, qui plus est celui dont elle rêvait de devenir la représentante. Que pensait-il d'elle? La considérait-il comme une prétendante au pouvoir? Avait-il une idée de la personne qu'il nommerait comme dominant? Des dizaines de questions se bousculaient dans sa tête, mais la pouliche ne pouvait en formuler aucune.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Rouille et suie [pv — Naëlle]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Rouille et suie [pv — Naëlle]
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Nuage de Suie
» Boursouflures de rouille...
» tuto peinture de rouille ou de l'oxyde de fer liquide
» [ROSA] Sac à Suie, Grammes de cendres et Flûtes
» [TUTO] Peindre un skaven

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Horse-Wild :: LES TERRES SECRÈTES :: LA PLAGE DÉVASTÉE-
Sauter vers: