Jeu de rôle équin
 
AccueilS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Rouille et suie [pv — Naëlle]

Aller en bas 
AuteurMessage
Aurore Opéra

avatar

ÂGE : 22
PUF : Aneki (Etalon77)
MESSAGES : 173

SEXE DU CHEVAL : Mâle
TERRITOIRE : Aucun


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Rouille et suie [pv — Naëlle]   Ven 10 Aoû 2018 - 23:09


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Le ciel bleu clamait son innocence tandis que le soleil d’été assommait ses détracteurs. Pouvait-on croire que pareil calme, sans le moindre nuage et à peine une brise de vent, était à l’origine d’un tel désastre ? Aurore Opéra n’en doutait pas un instant. L’étalon était encore jeune, mais il comprenait sans peine la violence dont faisait parfois preuve la nature. Il était étonnant, d’ailleurs, de constater qu’il attribuait volontiers tel ou tel malheur à la fureur du monde, mais refusait de croire au mal que les gens pouvaient faire.

S’il existait bien une chose que le rouquin avait vite apprise, c’était que la beauté sauvage cachait un danger imprévisible. Plus la rose était jolie, plus les épines étaient terribles. Aurore sourit à cette pensée. Pour sûr, sa petite sœur ne dérogeait pas à la règle. Elle jouait de sa belle gueule, mais elle cachait quelque chose de puissant, une force qui le prenait à la gorge et le faisait ployer l’échine. Le mâle se laissait faire sans rechigner, mais ce ne serait pas le cas de tout le monde. Persuadé que cela arriverait un jour, Opéra surveillait Rosie du coin dans l’œil, en ayant au cœur cet espoir fou de pouvoir la protéger du monde à défaut d’elle-même. Mais voulait-elle être protégée ? Il n’en était pas certain et ne le serait sans doute jamais.

Aurore Opéra reporta son attention sur le paysage. Le sable était si fin qu’il glissait sur la plage plus qu’il ne marchait et faisait très attention à chacun de ses pas. Il approchait des premières épaves qui lui présentaient leur carcasse éventré dans des bruits de tôle peu avenants. Le jeune entier ne reculerait pas. Il voulait voir ce que des monstres de ferrailles comme ceux-ci cachaient en leur sein. Il n’espérait pas monts et merveilles, mais l’étalon savait se contenter de peu, de très très peu même. Il était du genre à voir de la beauté là où d’autres n’en voyaient pas, là où le monde pensait qu’il n’y en avait pas. Après tout, il trouvait ses parents beaux.

Un dernier pas et la mer venait lécher ses sabots. Le rouquin admira les va-et-vient de l’eau claire, comme hypnotisé par son ballet incessant. Le raffut des vagues le berça et le ramena dans des souvenirs pas si lointains. Il se revoyait sur une autre plage, à courir pour sa vie, les yeux rivés sur le corps frêle de sa cadette. Il avait eu peur de la perdre à cause du tsunami de ce jour-là. Résultat : il avait été le seul à se laisser emporter par la vague et il s’était retrouvé prostré aux pieds de Rose Madder…

Le jeune mâle soupira. Il fallait toujours qu’il pense à elle quand elle n’était pas là, à s’inquiéter comme un idiot pour une sœur qui n’en voulait pas, de son inquiétude de frère aîné. Aurore secoua la tête pour la sortir de là et glissa ses yeux noirs sur le sable. La carcasse d’un navire gisait à quelques mètres de lui. Ses parois avaient la couleur de la rouille et il constata que sa robe changeante ressemblait grandement à cette couleur-là. Était-ce ce qu’il était ? Lui qui ne savait toujours pas mettre de nom sur son physique… devait-il dire rouille ? Cela n’avait pas de sens.

Opéra renâcla. Ses mauvaises pensées l’empêchaient de profiter du paysage et il n’aimait pas cela. Décidé à découvrir les secrets de la plage, le jeune entier fit un premier pas en avant et s’arrêta. Une nouvelle odeur voleta jusqu’à lui. Un parfum agréable un brin familier. Il inhala, mais n’arriva pas à mettre un mot ou un nom sur ce qu’il sentait. Le mâle fouilla la plage du regard, à l’affût du moindre mouvement. Et s’il n’était plus seul… ?


Dernière édition par Aurore Opéra le Mar 14 Aoû 2018 - 11:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Naëlle

avatar

ÂGE : 22
PUF : Fantomyst
MESSAGES : 928

SEXE DU CHEVAL : Jeune Demoiselle
TERRITOIRE : Terres Secrètes


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Rouille et suie [pv — Naëlle]   Dim 12 Aoû 2018 - 15:00

Le retour de la fille prodige sur les terres promises. Naëlle avait décider que terminer l’exploration de l’ensemble des territoires des Terres Secrètes était plus important que de visiter les Terres Orphelines, dont elle se fichait en fin de compte. Une fois qu’elle sera l’héritière des Terres Secrètes, sa place sera sur ses Terres et elle aura beaucoup à faire aux côtés de Collapsing pour apprendre à devenir une bonne future dominante, elle n’aurait plus le temps de vagabonder comme elle le fait chaque jour actuellement et si jamais elle trouve un peu de répit, elle aura tout le loisir de visiter des territoires non dominés dont elle n’a pas encore foulé le sol. Les Terres Orphelines et les Terres Trompeuses resteraient en partie une zone de mystère pour elle.
 
La voilà qui foulait le sol de la plage dévastée. Elle errait parmi les carcasses de bateaux de toutes sortes qui jonchaient cette étendue de sable, certains d’entre eux étaient vraiment imposant. Il était certains que des humains avaient vécus autrefois sur Horse-Wild, les bateaux laissés à l’abandon ici, la maison hantée qui devait être autrefois une vraie habitation tout confort, l’usine dont certaines machines étaient encore en état de marche, elle en avait fait les frais et même les vignes devaient être l’œuvre de la main de l’Homme. Mais pourquoi sont-ils partis? A moins qu’ils ne soient pas partis mais tous morts. A cause d’une tempête peut-être, comme un tsunami! Horse-Wild avait été frappé par un tsunami récemment, là encore, la pouliche en avait fait la malheureuse expérience. Surement que ce phénomène s’était déjà produit avant, peut-être même encore plus violemment. Tous les bateaux amarrés s’étaient retrouvés emportés par les vagues et s’étaient échoués ici même, empêchant les Hommes survivants de repartir vers des Terres plus clémentes. En tout cas à présent il n’y avait plus aucun humain ici et c’était beaucoup mieux ainsi. La vie de cheval sur Horse-Wild n’en est que plus agréable et sans contraintes.
 
Naëlle entra dans la cale d’un énorme bateau dont la coque rouillée était complètement éventrée, le trou béant était largement assez gros pour lui laisser la possibilité d’y entrer. Elle était convaincue que même Silenc’ pourrait y entrer. Mais elle était à peine à l’intérieur que la pouliche changea d’avis et fit demi-tour, ce n’était pas du tout une bonne idée. Les rayons du soleil chauffaient le métal des bateaux et la coque emmagasinait la chaleur, il faisait à l’intérieur une chaleur étouffante. De plus, les bruits du métal qui grince au gré du vent léger qui soufflait dehors ne lui inspirait pas confiance, elle n’avait pas envie de se prendre un morceau de tôle, ni de se blesser avec un morceau de métal rouillé et de se retrouver avec le tétanos. Elle ressortie donc rapidement et alla se rafraichir en allant se baigner. Elle entra dans l’eau jusqu’à ce que cette dernière atteignait le bas de son ventre. Elle se mit en marche, suivant le bord de la berge tout en restant à ce niveau dans l’eau, le vent venait du large participait aussi à son rafraichissement. Une fois un bateau passé, une silhouette équine se dessina dans son champ de vision, c’était un cheval qui semblait chercher quelque chose du regard sur la plage. La pouliche s’immergea totalement dans l’eau, ne laissant dépasser que ses yeux et son nez à la surface de l’onde, tel un crocodile. Elle s’approchait furtivement de l’individu, espérant qu’il ne la verrait pas et qu’elle pourrait lui faire peur en surgissant devant lui comme le crocodile qu’elle était devenue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aurore Opéra

avatar

ÂGE : 22
PUF : Aneki (Etalon77)
MESSAGES : 173

SEXE DU CHEVAL : Mâle
TERRITOIRE : Aucun


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Rouille et suie [pv — Naëlle]   Mar 14 Aoû 2018 - 23:31


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Aurore Opéra n’arrivait pas à mettre un nom sur l’odeur qu’il sentait. Elle tentait de réveiller en lui des souvenirs qui ne voulaient pas apparaître. Il n’était pas si vieux et cette incapacité à se rappeler de quelque chose lui fit soudain très peur. Devenait-il vieux avant l’âge ? Sénile ? Complètement fou ? Ou perdait-il simplement la mémoire ? Aucun choix n’était plus alléchant que l’autre et le jeune mâle grimaça. Il n’aimait pas se poser de questions de ce genre-là.

Le jeune entier continua de fouiller la plage du regard. Il remonta la courbe parfaite d’un navire échoué, redescendit le tronc abrupte d’un cocotier et glissa sur les grains de sable fin. Il crut apercevoir l’ombre d’un animal derrière l’écorce, se concentra davantage, fouilla entre les arbres. Il ne vit rien et en oublia presque sa quête première. Quelque chose, dans la nature, l’appelait irrémédiablement. Et il succombait presque toujours à l’appel de cette ensorceleuse, comme un marin impuissant face au chant de la sirène.

Elle était là, la sirène. Arrachée à la mer, nonchalamment allongée sur le monde. À moins que ce ne fut elle, le monde… Ses longs cheveux blonds remuaient sous la brise, ployaient sous le poids de ses broches, s’enfonçaient dans l’eau salée et dansaient avec les vagues. Peut-être la mer était-elle ses larmes. Peut-être chantait-elle contre la solitude qui l’étreignait. Mais le son, la mélodie qui lui échappaient, ne comblaient pas vide. Ils l’agrandissaient, creusaient le gouffre entre son cœur et celui du monde. Car dès que la belle se mettait à chanter, à siffler son malheur entre deux sanglots, le monde se laissait avoir par sa chevelure d’or. Pris au piège, il venait s’écraser contre son crâne et ornait sa tête d’improbables accessoires de mode. Aurore vit la sirène battre des cils et une larme roula sur sa tempe pour se perdre dans la mer, laissant derrière elle un sillon humide.

Puis l’illusion tomba et Aurore revint à lui.

La plage était calme. Le sable n’avait rien d’une chevelure d’or, les cocotiers ne battaient pas sur des yeux gigantesques et le ruisseau très proche ne transportait aucun tristesse. Même le vent avait décru et perdu de sa mélodie envoûtante. La sirène était partie.

Ce qui n’était pas le cas du parfum. Opéra se rappela soudain ce qui l’avait amené à contempler la plage plutôt que de faire ce pour quoi il était venu : fouiller un navire. L’odeur titilla ses naseaux, mais si Aurore avait une très bonne vue, il ne pouvait pas en dire autant de son odorat. Il restait cet arrière-goût de déjà-vu sur lequel il n’arrivait à mettre ni nom ni image. Le parfum familier approchait dangereusement et le cœur du jeune mâle se serra. Il n’y avait rien sur la plage, mais il n’aurait jamais pensé à regarder dans l’eau. Il en vint donc à l’évidence la plus probable : il devenait complètement cinglé. La nouvelle le pétrifia sur place, au point qu’il n’entendit pas la jeune pie approcher.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Naëlle

avatar

ÂGE : 22
PUF : Fantomyst
MESSAGES : 928

SEXE DU CHEVAL : Jeune Demoiselle
TERRITOIRE : Terres Secrètes


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Rouille et suie [pv — Naëlle]   Mer 15 Aoû 2018 - 13:35

Naëlle progressait lentement dans l’eau, elle ne voulait faire aucun bruit, que ce soit à cause de l’eau, de sa respiration, de la surprise due à une algue ou à un poisson qui venait lui caresser les jambes, ni parce qu’elle buvait la tasse. Alors elle avançait très lentement, telle une lionne marchant vers sa proie en restant imperceptible par cette dernière. Sauf que l’équidé n’était pas sa proie, il était sa victime, sauf s’il mourrait d’un arrêt cardiaque, mais ce serait un accident. Au fur et à mesure qu’elle progressait, son avancée devenait de plus en plus compliquée car le cheval était juste au bord de l’eau. Elle devait donc continuer à avancer en restant complètement immergée, pour ne pas provoquer de bruit avec l’eau qui coulerait de sa robe, mais dans une profondeur qui devenait de plus en plus petite. AU bout d’un certain temps, elle avait adoptée une position peu confortable et qu’elle maitrisait peu, elle était sur les genoux de ses antérieurs et ses postérieurs étaient repliés sur eux-mêmes. Elle ne pourrait pas rester longtemps comme cela sans tomber ou avoir une crampe, elle allait devoir passer à l’action rapidement.
 
En même temps qu’elle progressait, l’équidé qu’elle avait dans le viseur devenait plus net. Au début il n’était qu’une silhouette équine, désormais elle savait qu’il s’agissait d’un jeune adulte, un mâle et que sa robe était rousse. Il s’agissait surement d’Aurore Opéra, le grand frère de Rosie, ce sont les deux qui, à sa connaissance, possèdent une telle robe. A moins que les roux ont décidés de colonisés Horse-Wild et que de nouveaux individus portant cette robe y résidaient. Le mâle continuait inlassablement de fouiller l’étendue de sable des yeux, elle ne pouvait donc pas voir son visage et ne savait donc pas qui il était vraiment. Elle n’allait plus tarder à le découvrir.
 
Elle était maintenant très proche du mâle et elle estima que c’était la distance parfaite pour passer à l’action. Si elle se rapprochait, elle risquait de perdre l’équilibre en prenant une position improbable pour poursuivre son avancée et tous ses efforts pour rester cachée tomberaient à l’eau avec elle. Il y avait également le risque que le mâle ne tourne la tête, à cause de son odeur ou par lassitude de la plage. A cette distance, elle remarqua qu’il était tendu, elle ne savait pas pourquoi il était ainsi nerveux, peut-être attendait-il quelqu’un qui n’arrivait pas?  Quoiqu’il en soit, cela ne rendrait sa réaction que plus drôle pour Naëlle. Elle avait d’abord pensé à lui sauter dessus pour attraper ces antérieurs comme si elle était un vrai crocodile, mais elle avait peur que le mâle, dans un reflexe de défense ne lui donne un mauvais coup. Elle se contentera de sortir de l’eau en hurlant et en lui sautant dessus, dans la simplicité.
 
Elle prit position, se concentra sur la tête du mâle, elle ne voulait rien louper de la tête qu’il ferait lorsqu’elle se jetterait sur lui. Elle tendit ses petits muscles des postérieurs et poussa sur eux d’un coup, sortant de l’eau en en emportant une certaine quantité avec elle dans son saut.
 
« - RAAAAAAAAAAAAAAAAAAH !! »
 
Elle hurlait comme cinglée et fit s’envoler quelques mouettes et goélands aux alentours. Elle finit son saut directement sur le mâle, son poitrail heurtant celui du jeune étalon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aurore Opéra

avatar

ÂGE : 22
PUF : Aneki (Etalon77)
MESSAGES : 173

SEXE DU CHEVAL : Mâle
TERRITOIRE : Aucun


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Rouille et suie [pv — Naëlle]   Hier à 10:39


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Aurore Opéra restait immobile, les pensées tourbillonnant à vitesse grand V dans son crâne. Il se connaissait une imagination trop débordante, un goût presque malsain pour la beauté du monde et un caractère que l’on qualifiait parfois de trop gentil pour le mâle qu’il était censé être. On lui prêtait aussi une naïveté maladive et un manque effarant de self-défense. Sa manie de bouder dès qu’il était contrarié n’arrangeait rien au tableau. Pourtant, Aurore ne s’imaginait pas fou. Il n’y pensait même pas, en vérité. Ses parents lui avaient enseigné à ne pas s’inquiéter de ce que les autres disaient. Il faisait donc sa vie sans écouter ce qu’on lui reprochait. Néanmoins, avec un tableau si plein de défauts étranges, pouvait-il jurer n’être pas un peu cinglé ? La preuve était là : il sentait une odeur connue, mais personne ne se montrait.

Un mouvement dans le coin de son champ de vision crispa un peu plus les muscles du jeune mâle. Il n’eut pas le temps de tourner la tête pour s’informer de ce qu’il s’agissait, qu’une masse conséquente surgissait des vagues et lui bondissait dessus. Opéra voulut s’écarter, la peur dans le regard, mais son mouvement de recul ne fit que basculer tout son poids sur ses postérieurs qui s’enfoncèrent dans le sable mou. Incapable de fuir, il se ratatina sur lui-même pour faire face à son destin.

L’inconnu le percuta de plein fouet dans un cri démentiel mais, à son propre étonnement, Aurore ne bougea qu’à peine. Sa masse musculaire croissante et ses pieds enlisés facilitèrent sa capacité à garder son équilibre malgré l’impact. L’on pouvait reprocher beaucoup de choses au jeune entier, mais pas d’être lâche. Il se souvenait d’un mâle qu’il n’avait guère apprécié, dans sa jeunesse. Celui-ci avait plaqué ses oreilles sur sa nuque et soufflé très fort sur son nez de poulain, à l’époque. Opéra se prépara à faire de même pour effrayer l’ennemi – il était incapable de frapper l’intrus. Il leva la tête bien haut, baissa ses oreilles rousses et prit une grande inspiration.

C’était à ce moment précis qu’il la reconnut.

Ses taches pies, son odeur qui l’envahissait tout entier maintenant qu’elle était collée contre lui, ses yeux rieurs qui se moquaient de lui sans le faire ouvertement – du moins pour l’instant. Cette pouliche ne lui était pas inconnue, il lui avait même fait la promesse qu’il se reverrait un jour, dans de meilleures circonstances que dans un tsunami. Bizarrement, cela ne l’étonnait guère que la situation ait tourné ainsi. Les oreilles d’Aurore se dressèrent bien droites sur son crâne et il s’étrangla presque avec l’air qu’il ravala précipitamment – l’envie de lui souffler au visage s’était envolée aussi vite qu’il avait mis un nom sur l’odeur qui le titillait depuis tout ce temps.

Naëlle ? (Il tourna la tête et fuit son regard ; ainsi l’un contre l’autre, leurs nez étaient bien trop près à son goût.) Tu… Tu m’as fait peur !

La tête ainsi tournée, il eut tout le loisir d’inspecter le chemin qu’avait pu emprunter la pouliche pour le surprendre ainsi. Trop concentré sur la plage, il ne l’avait pas vue arriver, mais il ne voulait pas croire qu’en étant hors de l’eau, puisqu’il y en avait très peu là où il se tenait, il ait pu la rater. D’ailleurs, toute la flotte qu’elle lui avait envoyée dessus dans son bond prouvait bien qu’elle se tenait sous la surface. Il eut beau scruter les alentours, le bord de mer ne présentait aucun affaissement soudain de la plage qui aurait pu être favorable à la jeune pie.

Loin de lui la gêne de leurs nez qui se touchaient presque, il reporta son attention sur Naëlle, une pointe d’admiration dans le regard.

Comment t’as fait ça ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Naëlle

avatar

ÂGE : 22
PUF : Fantomyst
MESSAGES : 928

SEXE DU CHEVAL : Jeune Demoiselle
TERRITOIRE : Terres Secrètes


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Rouille et suie [pv — Naëlle]   Aujourd'hui à 13:43

En sautant sur le mâle, la pouliche pie avait fait attention à bien observer son visage, pour y voir l’expression de peur ou de surprise qui s’y peindrait. Bien que sa victime avait conserver sa tête tournée vers la plage lors de la majeure partie de son attaque fulgurante, elle avait tout de même pu voir son regard qui était teint d’une expression de peur. Elle était fière d’elle, fière d’avoir réussi son coup. Elle était parvenue à se glisser dans la peau d’un crocodile. Elle avait craint que le mâle ne lui donne un coup en réflexe de défense, mais ce ne fut pas le cas, et même si une fois l’impact passé elle le vit plaqué ses oreilles contre sa nuque et prendre un air déterminé vaguement menaçant, il n’avait pas l’air d’avoir l’intention de la frapper. L’impact d’ailleurs fut plus brutale pour la petite que pour l’étalon, lui ne bougea pas d’un pouce alors que Naëlle se retrouva assise dans le sable face à lui et fut sonnée quelques secondes. Mais une fois qu’elle reprit ses esprits et qu’il la regardait, elle le reconnu tout de suite. C’était bien Aurore Opéra, pas d’invasion de roux pour le moment. Elle ne put se retenir de rire, non pas qu’elle se moquait de lui, elle était simplement amusée par le tour qu’elle venait de lui jouer.
 
« - Je sais! Tu aurais dû voir ta tête! ». Elle essaya de l’imiter en prenant soin d’exagérer l’expression de peur pour se moquer de lui, après quelques secondes elle ne pu se retenir d’éclater de rire.
« - Je n’ai pas pu m’en empêcher quand je t’ai vu aussi concentré sur la plage. »
 
Elle se souvint de leur rencontre lors du tsunami, il avait terminé sa course en étant emporté par l’immense vague et s’était finalement retrouvé allongé aux pieds de sa sœur, juste à côté de la pie noire, à croire qu’il était condamné à ce qu’elle rigole de lui à chacune de leurs rencontres. Leurs nez étaient très proches, à quelques centimètres l’un de l’autre seulement, Naëlle pouvait sentir le souffle chaud de l’étalon qui lui arrivait sur le dessus du museau. Cette proximité ne la gênait pas le moins du monde, elle n’avait pas encore bien intégré la notion d’espace personnel. Sa question la fit sourire et la lueur d’admiration qu’elle percevait dans ses yeux l’emplissait de fierté. Elle se redressa pour se remettre debout et se retourna pour faire face à l’océan.
 
« - Je me suis contorsionnée pour rester entièrement sous la surface de l’eau et n’avoir que les yeux et le nez au-dessus de la surface. » Elle se tourna pour refaire face au mâle.
« - Une vraie ninja! »
 
Elle gonfla le poitrail, fière de sa performance et le regarda d’un air malicieux.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Rouille et suie [pv — Naëlle]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Rouille et suie [pv — Naëlle]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Nuage de Suie
» Pelage de Suie
» Boursouflures de rouille...
» tuto peinture de rouille ou de l'oxyde de fer liquide
» [ROSA] Sac à Suie, Grammes de cendres et Flûtes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Horse-Wild :: LES TERRES SECRÈTES. :: LA PLAGE DÉVASTÉE-
Sauter vers: