Jeu de rôle équin
 
AccueilS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Papouille papa poule [pv — Commedia Dell'Arte]

Aller en bas 
AuteurMessage
Hélium

avatar

ÂGE : 23
PUF : Aneki (étalon77)
MESSAGES : 635

SEXE DU CHEVAL : Etalon
TERRITOIRE : Terres Orphelines


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Papouille papa poule [pv — Commedia Dell'Arte]   Lun 9 Juil 2018 - 22:33


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Hélium sentait une part de lui quelque peu maudite par les terres Orphelines, comme si le territoire lui-même le rejetait sans cesse. Il ne pouvait s’en empêcher : à chaque fois qu’on le poussait dehors, il revenait à la charge. Combien de fois déjà, avait-il foulé les berges du Ruisseau ? Il commençait à les connaître par cœur. À ceci près qu’il n’avait pas encore pu découvrir la fameuse grotte cachée quelque part par ici. Encore un cinglé qui lui avait raconté n’importe quoi ! Le poney n’y croyait qu’à moitié de toute façon.

Le mini-shetland contourna un arbre et descendit prudemment jusqu’à l’eau sombre. Il était assez haut pour que le ruisseau arbore un calme olympien qui ne le trompait pas. On ne trompait pas Hélium. Le poney savait très bien ce que cachait le liquide « de vie ». De vie, ses fesses, oui ! C’était un piège à con, un attrape-nigaud, un festin de desserts pour un diabétique ! Le Ruisseau attendait, d’une patience infinie, que les idiots s’approchent de trop et alors il les mangeait. Tout cru ! Un vrai monstre déguisé en eau sacrée.

C’était du moins l’histoire que le poney préférait à la vérité.

Hélium eut soudain une idée. (C’était qu’il se faisait particulièrement chier.) Il arracha une feuille d’arbre et la déposa au sol. Il plongea ensuite ses naseaux dans la boue, réussit tant bien que mal à faire une petite boule, puis la posa comme il put sur la feuille. Enfin, il trouva une brindille, la planta dessus et poussa le tout sur l’eau. Et pour donner une fin respectable à son petit manège, il hurla :

Hissez ho ! moussaillons ! Sortez-vous les doigts du rhum, marins d’eau douce ou vous irez nourrir les poissons ! Aaaargh !

Bien évidemment, il poursuivit son navire improvisé au grand galop, sans vraiment s’inquiéter de quoi que ce soit d’autre.


Dernière édition par Hélium le Ven 10 Aoû 2018 - 18:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Commedia Dell'Arte

woman like me

avatar

ÂGE : 21
PUF : PxdxlF
MESSAGES : 326

SEXE DU CHEVAL : Actrice

Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Papouille papa poule [pv — Commedia Dell'Arte]   Mer 11 Juil 2018 - 14:56

Le Choeur : La brise soulève un voile de crin pales et dévoile un visage amical. La princesse qu'elle incarne est naïve et tandis qu'elle se contemple dans l'ondine, elle ne remarque pas les cris qui précèdent le navire. L'embarcation trouble son repos, balloté par l'eau et les gros naseaux de Commedia qui tend l'encolure, souffle délicatement sur le bateau pour le sortir flots. Il bondit par-dessus les vagues et prend le large au milieu du Ruisseau.

Commedia : Va, la conquête n'attend que toi. Mais n'oublie pas ceux qui t'attendent toi.

Le Choeur : Elle-même entend enfin les cris gutturaux que pousse un petit bonhomme lancé à la poursuite du navire. C'est un bien curieux pirate et s'il lui manque l'odeur il a le vocabulaire et le coffre d'un corsaire. Un coffre sans trésor, ce qu'elle se garde cependant bien de faire remarquer, se contentant de sourire à Cortex qu'elle reconnait sans peine.

Commedia : Mon bon Cortex, vous partez à l'aventure ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hélium

avatar

ÂGE : 23
PUF : Aneki (étalon77)
MESSAGES : 635

SEXE DU CHEVAL : Etalon
TERRITOIRE : Terres Orphelines


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Papouille papa poule [pv — Commedia Dell'Arte]   Jeu 12 Juil 2018 - 9:39


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Son bateau naviguait sur les flots (hissez ho !) avec grâce, technique et une pointe d'intelligence qui lui permettait de bondir par dessus les obstacles avec la souplesse d'un poisson (au moins ça). Hélium était un capitaine hors-pair et, même s'il ne siégeait pas lui-même sur le navire, il avait très certainement partagé sa supériorité avec l'embarcation bancale en la façonnant. Ainsi donc, ce ne pouvait être que grâce à lui que le bâtiment continuait de rouler sur la mer en furie.

Soudain, la tempête se fendit en deux et laissa le passage à un monstre gigantesque qui daigna cracher sa bave putride sur  son bateau. Hélium ouvrit de grands yeux et s'apprêta à crier à l'intention du malotru. Néanmoins, le poney fit une chose qu'il faisait rarement. Il referma la bouche et profita de la distance entre l'entité monstrueuse et lui-même pour réfléchir. Tout un tas de mots lui brûlèrent la langue, mais il se retint. Il les explora tous, tâta les quelques insultes et surnoms injustes dont il pouvait l’affubler, mais n'en retint qu'un, qu'il prononça d'une voix plus douce en s'arrêtant à hauteur de la créature, avec un accent mélodieux que seule sa femme lui connaissait :

Douce sirène ! Votre beauté n'a d'égale que votre magnifique voix ! (Toute ressemblance avec un certain renard serait fortuite.) Que me vaut l'honneur de vous avoir là, alors que vous avez certainement mieux à faire ailleurs, pour des créatures qui méritent plus votre présence que les mortels que nous sommes, si tant est qu'il existe en ce monde qui que ce soit qui puisse vous mériter ! Hadès peut-être, mais vos crins sont plus beaux que les siens.

Le mini-sheltand ponctua son beau discours d'un clin d’œil complice. Il n'en laissait rien paraître, mais au fond de lui résidait le souvenir de ce visage bafoué par les larmes d'une enfant. Il avait été prêt à faire comme à son habitude et insulter gentiment sa douce amie, mais ce souvenir le tourmentait. Hélium ne voulait pas être responsable d'une nouvelle tristesse ! Il voulait voir la belle dorée sourire, pas pleurer. Il était du genre à croire que ces dames ne devraient jamais avoir à pleurer à cause d'un petit malin travaillé par ses hormones. (Même si, avouons-le, ses paroles sont parfois – tout le temps ? – insultantes…)

D'ailleurs, les habitudes revenaient bien vite au galop et Hélium plissa les yeux en détaillant la grosse jument. Il l'avait souvent chambrée sur son poids, mais ce qu'il voyait là dépassait tous les records ! Qu'avait-elle donc ? Un excès de chagrin noyé dans le chocolat ? Il n'y croyait pas. Il préféra donc exiger explication (ce qui lui permettait, au passage, de nier avoir eu envie de ménager la jument avec de beaux mots).

Dis donc ma mie ! T'aurais pas grossi ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Commedia Dell'Arte

woman like me

avatar

ÂGE : 21
PUF : PxdxlF
MESSAGES : 326

SEXE DU CHEVAL : Actrice

Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Papouille papa poule [pv — Commedia Dell'Arte]   Ven 13 Juil 2018 - 16:23


Le Choeur : Nombreux sont ceux qui se croient capitaines de leurs âmes et maîtres de leurs destins mais Commedia sait bien qu'ils se trompent. Il n'y a qu'une vie passée à naviguer sur les flots du hasard et de chance, des collisions et des fortunes qui se perdent dans cet océan capricieux qui les abrite tous. Ils reviennent inlassablement au fond marin quand leurs embarcations de misère tombent en miettes et ne laissent qu'un trésor dont peu gardent le souvenir. Elle tâche de se jouer des vagues pour que ces marins d'eau douce parviennent un jour à manoeuvrer sur la houle et laisse derrière elle parures et dorures, costumes qu'elle revêt et dévêt pour mieux se donner corps et âme à son art. C'est bien là le sens de la vie et elle rejette l'ennui. Il y a tant à faire ! Et il lui semble que Cortex a ce qu'il faut pour comprendre ce qui l'anime, lui et ses grandes tirades. Il ne s'embarrasse pas d'artifices comme elle le fait et crie à la face d'un monde qui se leurre la vérité que lui seul connaît. Sauf qu'il n'est pas seul et Commedia lui sourit aimablement.

Commedia : Voyez, je sais que vous êtes sensible à mon art et j'avais bien besoin d'un auditoire digne de ce nom, mon bon Cortex.

Le Choeur : Le poney a bien des qualités et ne s'attarde pas, il en fait preuve immédiatement. La jeune mère ne s'en offusque pas et sourit à son interlocuteur. Voilà quelqu'un qui lui donne la réplique sans craindre le ridicule. Il ne tue point et il semble à Commedia que Cortex a bien conscience de ce fait.

Commedia : Mamie je ne suis point, mère d'un poulain cependant... Je n'ai pas eu le temps de retirer ce costume qui ne me sied pourtant pas. Et vous, Cortex ? Vous lancez vous dans la confection de bateaux ? (elle désigne l'embarcation du bout des naseaux.) Celui là est bien beau.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hélium

avatar

ÂGE : 23
PUF : Aneki (étalon77)
MESSAGES : 635

SEXE DU CHEVAL : Etalon
TERRITOIRE : Terres Orphelines


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Papouille papa poule [pv — Commedia Dell'Arte]   Mar 17 Juil 2018 - 9:47


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Hélium a bien vite abandonné son embarcation des yeux et si le capitaine Cortex ne connaît pas d’égal, c’est certainement parce qu’il sait quand se retirer des flots pour les laisser se décharner sur les inconscients. Ainsi le petit navire s’échoue-t-il sur la berge dans un dérapage contrôlé et s’il se retrouve face contre terre, ce n’est qu’un stratagème habile pour sécher sa coque et la réparer en cas de besoin. Qui oserait croire que rien de tout ceci n’était voulu ? Certainement pas le mini capitaine qui a dû perdre son magnifique tricorne en fêtant sa dernière victoire et un bon pactole amassé lors du pillage d’un pauvre navire marchand.

Le mini-shetland essaya de ne pas s’offusquer, mais sa belle amie a encore quelques cases à remplir dans son cerveau de jeunette. Il n’aimait pas que l’on comprenne ses mots de travers lui qui les choisit avec grand-soin. Ainsi donc la grosse idiote ne saisit pas le sens de « ma mie » et Hélium devina ici un manque cruel de liaisons dangereuses. À quoi bon courir le pays si la dorée ne se frottait pas un peu à de bons sieurs ? Hélium grimaça un peu, sans oser lui avouer qu’il est meilleur auditoire pour son propre art que pour celui de la jument. Il en oublia presque les mots qu’elle prononça comme une évidence et s’arrêta net devant une réplique cinglante en comprenant ce que l’on venait de lui avouer.

La belle sirène, une mère ?

Dis donc, l’amie ! T’as pas perdu de temps ! Je suis fier de toi ! s’écria-t-il sur un ton amusé (il était plutôt pour le repeuplement excessif de la planète, surtout s'il pouvait lui-même participer). Un têtard, dis-tu ? Bah ! le premier est toujours le plus raté ! Tu réussiras mieux la prochaine fois.

Il n’en pensait pas un mot, mais son instinct lui criait que la belle dorée n’était pas fière de ce qu’elle avait fait ou subi (il refusait d’y penser). Lui-même avait réussi chacun de ses marmots, bien évidemment. Mais tout le monde ne possédait pas son incroyable sens de la famille et tout le monde ne pouvait pas devenir le père parfait qu’il était !

Il vous siéra un jour, ma douce, affirma-t-il avec plusieurs hochements de tête. Ce jour où vous trouverez tout à votre goût : scène, scenarii et même ce jeune acteur pour vous donner la réplique.

Il ponctua sa prophétie d’un clin d’œil complice puis se tourna vers la pauvre embarcation pour clôturer cette conversation. Hélium avait fini par comprendre que le monde n’était pas aussi bon que lui et s’il ne doutait pas du bonheur prochain de son amie, il doutait cependant qu’elle le trouve avec le père de son premier enfant. Elle n’avait pas l’air d’une dame amoureuse et ne l’avait même pas évoqué dans la conversation. Il avait dû être de passage au bon moment et si le capitaine Cortex ne comprenait pas bien que l’amour ne donne pas naissance à un poulain, il se faisait peu à peu à l’idée d’une coutume assez courante dans ce pays de cinglés.

Eh bien ! ma belle sirène. J’ai cru bon de mettre mon incroyable intelligence au service d’une cause un peu plus sombre que ma course éperdue à la dominance de ce ruisseau de cauchemars. (Il lui lança un sourire éclatant.) Quoi d’autre qu’un magnifique bâtiment pour attirer une redoutable sirène ! Belle créature, j’avais dans l’intention de découvrir votre demeure, mais elle reste hermétiquement fermée. Je n’ose imaginer la beauté d’un lieu si bien caché.

Bien évidemment, il faisait référence à la grotte qu’on lui avait promise et qu’il n’arrivait pas à trouver. Il fallait dire aussi qu’il ne cherchait pas des masses et n’oserait, ô grand jamais !, s’aventurer dans l’eau pour découvrir l’entrée cachée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Commedia Dell'Arte

woman like me

avatar

ÂGE : 21
PUF : PxdxlF
MESSAGES : 326

SEXE DU CHEVAL : Actrice

Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Papouille papa poule [pv — Commedia Dell'Arte]   Dim 22 Juil 2018 - 10:36


Le Choeur : L'embarcation de misère met pied à terre. Son arrêt sur la berge semble mal aisé, il y reste tristement penché sur le côté, quelques larmes versées dans un simulacre de dérapage contrôlé. Commedia, contrairement au navire, a volontairement détourné les propos de Cortex. Ce dernier ne s'est pour une fois pas offusqué aussi le laisse-t-elle en paix, craignant qu'il décide finalement de se venger. Elle s'étonne de ses applaudissements -il n'a fait que l'acclamer mais qu'importe- et baisse la tête à l'idée du prochain. Pourquoi en ferait-elle un autre ? Le premier lui suffit bien et elle ne sait déjà plus quoi en faire.

Commedia : Tu es bien le premier à le penser. Je ne sais pas ce qu'il m'est passé par la tête, Cortex. Je crois que je m'ennuyais.

Le Choeur : Tandis que la jument ambrée laisse tomber le vouvoiement, c'est la pluie qui commence à tomber. Heureusement, aucune larme ne vient couler sur ses joues pour s'y mêler et elle offre un sourire sincère au poney. Ses paroles la touchent. Peut-être a-t-il raison, un jour viendra et elle se dira qu'il ne s'est pas trompé. Pour le moment, Commedia se contente d'esquiver les gouttes qui s'abattent délicatement sur sa croupe pour prudemment s'enfoncer dans le Ruisseau Sans Fond. C'est là qu'est sa place, puisqu'elle est une sirène. Princesse des fonds marins ? Elle ne s'est pas habillée de flammes, elles n'ont d'égal que sa fureur et en cette belle matinée, elle leur préfère un port de tête royal.

Commedia : Je ne peux vous y conduire, mon bon ami, mais peut-être que mon chant vous ouvrira la voie. Quelle est cette quête que vous menez ? Un lieu mystérieux, dîtes vous ? Nombreux sont ceux que j'ai explorés, mais ici je n'en connais point.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hélium

avatar

ÂGE : 23
PUF : Aneki (étalon77)
MESSAGES : 635

SEXE DU CHEVAL : Etalon
TERRITOIRE : Terres Orphelines


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Papouille papa poule [pv — Commedia Dell'Arte]   Mar 31 Juil 2018 - 17:31


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Hélium retint un rire gras qui lui roula le long de la gorge et qu’il recracha dans un sourire forcé semblable à une vilaine grimace. Au moins, le son ne sortit pas et le poney s’en félicita d’un hochement de tête pensif. La belle Commedia n’avait pas l’air de jouer la comédie et le sérieux de ses mots le laissa dans un drôle d’état. Il ne croyait pas qu’elle ait bien fait. On ne fornicote pas dans un coin parce que l’on s’ennuie ! Mais ses principes en amour et en famille n’ont aucun écho sur Horse-Wild, cela, il l’a bien compris. Aussi ne fit-il aucun commentaire et si l’envie lui vint de lui proposer de venir le chercher la prochaine fois que l’ennui la gagne, il se garda bien de le faire. Il était hors de question qu’il se laisse séduire par le chant de la sirène.

Sa douce amie – qui ne l’était pas tant il y a peu – se permit de le tutoyer et le mini-shetland laissa faire sans s’énerver. Si leurs débuts avaient été chaotiques, Hélium n’arrivait plus à lui en vouloir. Ses larmes l’avaient complètement attendri et si de la voir patauger lui rappelait sa presque noyade à cause d’une vieille peau qui l’avait jeté dans un marais, il lui pardonnait ses égarements passés. Bah ! Hélium n’était pas un étalon rancunier. Ou du moins cela dépendait des jours.

Beauté des eaux profondes ! s’écria-t-il comme une incantation ancienne d’un dieu ou d’un démon. Je n’oserais vous faire perdre votre précieux temps avec ma modeste quête d’un pays qui n’existe peut-être point. Je supputais qu’il s’agisse de votre incroyable demeure, mais si vous ne connaissez point l’objet de mon délire, peut-être est-ce simplement un mirage pour appâter les vulgaires mortels dont je fais partie. (Il marqua une pause qu’il mit à profit pour lorgner l’eau soi-disant calme du ruisseau avec une certaine détresse.) Dilemme ! Je crains de vous guider sur une fausse piste, mais mon cœur brûle d’envie de vous faire découvrir les trésors qui se terrent aux environs. Que faire !

Il puisa dans sa peur de l’eau la voix nécessaire pour donner plus de chair à son personnage. Il était certes petit, mais il avait du coffre à en faire pâlir les dieux de l’opéra ! Hélium était aujourd’hui le capitaine Cortex pour faire briller les yeux de la belle Commedia, il ne pouvait échouer dans son rôle. Néanmoins, il rencontrait un problème de taille : ses dernières mésaventures n’avaient pas arrangé sa peur de l’eau. Comment faire pour côtoyer la sirène ? Il était incapable de mettre un pied dans le Ruisseau !

Riez de moi, belle sirène ! Riez ou abattez votre courroux sur ma lâcheté ! Je suis capitaine, mon navire s’est échoué et j’ai peur de l’eau. Même si vous ouvriez la voie de votre douce voix, je ne saurais vous suivre dans les profondeurs. Rien que d’en frôler l’idée, j’en frissonne ! L’onde aime m’engloutir, mais point me recracher. Malédiction ! Voilà une quête achevée bien plus vite qu’elle n’a commencé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Commedia Dell'Arte

woman like me

avatar

ÂGE : 21
PUF : PxdxlF
MESSAGES : 326

SEXE DU CHEVAL : Actrice

Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Papouille papa poule [pv — Commedia Dell'Arte]   Sam 4 Aoû 2018 - 21:46


Le Choeur : Commedia est émerveillée par le charme qu'elle peut déployer et quand bien même elle regrette l'avoir exercé, elle ne peut en ignorer le ressort dramatique. Que demander de plus ? Elle est actrice et la naissance de son fils est une tragédie. Phénix de nuit, elle verse des larmes emplies de magie et se mue en une créature marine quand la mélodie de l'ondine parvient à ses oreilles. Son palpitant bat un rythme ensorcelant et l'invite à chanter pour attirer les imprudents, les entraîner vers les tréfonds afin que leurs âmes en ressurgissent purifiées. Lorsque le rideau retombe, son rôle disparaît.

Commedia : Mon domaine se trouve au pied de la montagne et au bord de l'eau, mais pas cette eau là. (son regard se fait lointain.) Est-ce ici que tu demeures ?

Le Choeur : Elle baisse la tête et de ses doux naseaux effleure la surface de l'eau dont elle happe une gorgée. La tirade d'Hélium la berce et ses crins trempent dans le Ruisseau tandis qu'elle considère une idée folle. Elle a pourtant l'habitude et son familier s'est égaré... Elle craint cependant que le poney ne le prenne mal. Elle ne veut pas le vexer, simplement l'aider. Commedia lui doit bien ça.

Commedia : Mon dos est assez fort pour te porter mais est-il assez noble ? Je ne suis pas certaine de faire un destrier digne de toi cependant je pense pouvoir t'aider dans ta quête comme j'ai aidé mon père adoptif dans la sienne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hélium

avatar

ÂGE : 23
PUF : Aneki (étalon77)
MESSAGES : 635

SEXE DU CHEVAL : Etalon
TERRITOIRE : Terres Orphelines


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Papouille papa poule [pv — Commedia Dell'Arte]   Mar 7 Aoû 2018 - 18:42


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Hélium n’avait jamais apprécié l’eau, mais il n’en avait pas autant peur avant. C’était tout nouveau pour lui et il ne comprenait pas comment gérer tout cela. Il avait cru trouver un havre de paix sur l’île, mais l’illusion perdait de son charme. Elle finirait bientôt par disparaître, c’était presque certain. Il le savait, mais il ne voulait pas partir pour autant. Il aimait bien les terres, peu importe ce qu’il en disait. Et les gens qui couraient dessus, même s’il ne l’avouerait jamais.

L’eau, il ne l’aimait pas et ce fait ne changerait jamais. Il était trop bête de se noyer, il ne voulait pas finir ainsi. La belle Commedia, en revanche, barbotait comme un petit poisson et rien que la regarder lui donnait des frissons. Encore heureux, elle ne nageait pas et ne faisait que combattre le courant, bien accrochée au fond du Ruisseau. Dans le cas contraire, il aurait été capable de vomir rien qu’à la regarder faire. Il valait donc mieux qu’elle ne le fasse pas et qu’il ne s’abaisse pas à un acte si honteux.

C’est ici que je demeure, mais je pourrais bien demeurer partout ailleurs ! Ha ! Qui m’en empêcherait ? (Il ricana pour lui-même.) Mais votre demeure a l’air tout à fait confortable, ma chère. Vous me passerez l’adresse ?

Il ne connaissait pas l’île par cœur, mais même en éliminant les Terres Orphelines, il restait les deux autres territoires pour convenir à sa description. Les Secrètes et les Trompeuses avaient toutes les deux de l’eau et du roc. Elle ne donnait guère d’indice sur l’endroit où elle créchait, c’était bien dommage. Hélium aurait fort voulu lui rendre visite, un de ces quatre. Dans son habitat naturel, pour voir.

Le mini-shetland darda ses petits yeux sur la sirène et inspecta son visage. Il y chercha cette étincelle d’intelligence qu’il avait déjà vue plusieurs fois, creusa au fond de ses beaux yeux, scruta le coin de ses lèvres. Il dut se rendre à l’évidence : la belle ne réfléchissait plus. Quelle était cette proposition étrange qu’elle lui faisait ? Non pas que cela le vexait, non. Il aurait pu être le roi, là-haut sur la montagne dorée. Le capitaine qui dirige son bon gros bateau. Il aurait pu, oui, mais comment aurait-il pu ? Non, vraiment, elle l’avait habitué à mieux.

Dis donc ma grosse, c’est de barboter dans la flotte qui t’a détruit le gris tout mou entre tes deux yeux ? (Il grimaça, désapprobateur.) Et comment veux-tu que je te grimpe dessus ! Je cours, je saute, je vole et je plonge dans l’eau ? Je suis pas fou, hein. Non, non, non, jamais de la vie.

Il grimaça à nouveau, rien qu’à l’imaginer. Il était agile, assurément. Il savait viser, évidemment. Mais qui pouvait lui assurer que la dorée ne bougerait pas ? N’importe quoi pouvait déranger cette incroyable entreprise. En plus, il n’était pas sûr d’être mieux à l’aise, encore plus haut au-dessus de l’eau. Il suffisait que Commedia glisse et il mourrait noyé. Il frissonna à cette pensée. Non, la terre ferme lui allait mieux que tout le reste. Il aimait les hauteurs, mais il ne voulait pas écraser le dos de la jument. Quoi que… tâter de sa grosse croupe ne serait pas son pire cauchemar.

Oh, le papa pédo… Tu l’as aidé ? Lui aussi, il t’a grimpé dessus ? (Il s’offusqua et s’écrit :) Ce cinglé n’a-t-il aucune limite ?!

Il n’y croyait pas un seul instant, mais insulter Minus sonnait comme une douce mélodie à ses oreilles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Commedia Dell'Arte

woman like me

avatar

ÂGE : 21
PUF : PxdxlF
MESSAGES : 326

SEXE DU CHEVAL : Actrice

Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Papouille papa poule [pv — Commedia Dell'Arte]   Jeu 9 Aoû 2018 - 0:22


Le Choeur : Commedia s'est installée sur l'île à défaut d'avoir mieux à faire. Elle y reste parce qu'elle a très tôt décidé qu'elle ne la quittera pas. Peut-être est-ce un dernier hommage à son père, ou bien des chaînes psychologiques qui la retiennent car il lui a dit de rester là. Le fait est qu'elle y a rencontré son père adoptif et quelques amis, y a même eu un fils quand bien-même elle s'en occupe peu et par définition, a fait toute sa vie sur Horse-Wild. Que faire d'autre que rester ? Elle ne se le demande pas et se contente de mener sa vie comme elle l'entend, de jouer ses rôles et d'explorer les territoires pour en connaître tous les secrets.

Commedia : Les Terres Secrètes, mon cher. (elle sourit.)

Le Choeur : Bien qu'elle ne croise pas son regard, la jument sent les yeux du poney sur elle et s'efforce de ne pas s'y attarder. Elle finit par rire tandis que la réplique de Cortex se montre à la hauteur de ses attentes. Elle rit donc de bon coeur et lance enfin un regard par-dessus son épaule, follement amusée par les simagrées de son ami -car c'est un ami-.

Commedia : Bien sûr que non, sa bêtise est trop lourde à porter. Mais toi, dont l'esprit est si grand qu'il s'envole vers les cieux, tu ne pèses rien et je te dois bien ça, si tu veux bien me faire confiance. Saches que je ne prête pas mon dos à n'importe qui et que j'ai un don pour débusquer les lieux tenus secrets.

Hors RP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hélium

avatar

ÂGE : 23
PUF : Aneki (étalon77)
MESSAGES : 635

SEXE DU CHEVAL : Etalon
TERRITOIRE : Terres Orphelines


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Papouille papa poule [pv — Commedia Dell'Arte]   Ven 10 Aoû 2018 - 18:55


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Les Terres Secrètes. Tiens donc ! La belle Commedia n’avait pas choisi les terres de son papa pédophile, mais celles juste en-dessous. Essayait-elle de le contrer ? Boudait-elle ? D’ailleurs, à bien y penser, ce poulain aussi arrivait pile après le petit combat entre Minus et la sirène. Bah ! Hélium se fichait bien de ces choses-là. Les deux géants étaient assez grands pour s’occuper d’eux-mêmes. Il n’allait pas mettre son nez dans leurs affaires tant qu’elles ne gênaient pas les siennes. D’ailleurs, il valait peut-être mieux pour lui que Commedia appartienne aux Secrets. Après tout, rien ne lui assurait que les choses s’arrangerait un jour entre Minus et Cortex.

Le mini-shetland lança un regard mauvais à la jeune jument. Il la respectait un minimum, tout de même et retint les remarques désobligeantes qui explosaient dans sa bouche. Elle ne comprenait rien la sirène et cela ne lui plaisait guère. Bien évidemment, il ne remettrait jamais en question sa capacité à s’expliquer clairement. C’était elle, la bouchée. Lui, il faisait tout comme il le fallait.

Hélium préféra l’ignorer royalement et jeta un coup d’œil au Ruisseau. La sirène avait dans sa voix cette assurance qui l’émoustillait. Allons bon ! Ce n’était que de l’eau, non ? Il pouvait se laisser séduire par le chant de la belle, non ? Un peu d’humidité sur son poil, cela ne lui ferait pas de mal en cet été caniculaire. Le doute le tirailla. Il restait au fond de son crâne le souvenir de ses mésaventures. Il avait failli se noyer quand même…

Raaaaah ! Ça m’énerve !

Il puisa dans son cri la force de bondir en avant et atterrit lourdement dans l’eau. La fraîcheur le gagna instantanément et la peur revint au galop. S’il se souvenait bien… Commedia ne l’avait pas aidé du tout, la dernière fois qu’il avait failli se noyer ! Bordel, il allait crever !

Hélium fit la pire chose au monde : il se mit à paniquer. Avec la puissance du désespoir, il battit des jambes. Ses mouvements remuèrent le fond de l’eau qui glissa sous ses sabots. Le petit poney bascula en avant et plongea tête la première dans les vagues qu’il créait lui-même. Très vite, le courant qu’il formait dans sa panique l’emporta contre son gré et le mini-shetland coula. Il racla le fond sans réussir à se relever et buta plusieurs fois contre les pattes de Commedia en passant sous elle.

Nooooon !

Au lieu de profiter d’une remontée miraculeuse pour respirer, se calmer et se sortir de là – il n’aurait pas fallu de grand-chose pour rejoindre la rive – Hélium hurla et paniqua toujours plus.

Le pauvre poney creva la surface une nouvelle fois, puis plus rien. Incapable de s’en sortir tout seul, Hélium sombra et se laissa emporter au loin.

S’il survivait – peu de chance pour le pauvre poney – il jurait de maudire Commedia pour tout le mal qu’elle lui avait fait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Commedia Dell'Arte

woman like me

avatar

ÂGE : 21
PUF : PxdxlF
MESSAGES : 326

SEXE DU CHEVAL : Actrice

Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Papouille papa poule [pv — Commedia Dell'Arte]   Lun 13 Aoû 2018 - 12:06


Le Choeur : Aussi vite a-t-il refusé son offre qu'il change d'avis et Commedia observe Hélium bondir avec intérêt. C'est sans surprise qu'elle le voit atterrir dans l'eau -il n'a pas visé son dos- et son réflexe pour l'attraper par les crins et le sortir du Ruisseau est sans succès, il lui file entre les jambes plus vite qu'elle ne plonge la tête dans l'eau.

Commedia : Hélium !

Le Choeur : Il est trop tard et c'est atterrée que Commedia constate la noyade de son ami. Le choc est trop grand, elle se dégage de l'eau sans un mot et s'éloigne, la tête basse et les crins dégoulinant de ce qu'elle prétend n'être que de l'eau. Ses larmes l'étranglent et elle craint déjà de devoir annoncer la triste nouvelle.

Commedia : Tous ceux qui t'ont connu, sous le nom de Cortex ou d'Hélium, te regretteront mon ami. Je te remercie pour ce que tu m'as apporté pendant que tu étais encore des nôtres.

(Tombée de rideau.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Papouille papa poule [pv — Commedia Dell'Arte]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Papouille papa poule [pv — Commedia Dell'Arte]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quiproquo et comedia del'arte [Milena°Gabriel]
» La grande évasion [Pv Darren - Natasha]
» Réflexion sur papa Dessalines
» Hier soir sur ARTE... un téléfilm anglais super intelligent
» Host papa

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Horse-Wild :: LES TERRES ORPHELINES :: LE RUISSEAU SANS FOND-
Sauter vers: