Jeu de rôle équin
 
AccueilS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Papouille papa poule [pv — Commedia Dell'Arte]

Aller en bas 
AuteurMessage
Hélium

avatar

ÂGE : 22
PUF : Aneki (étalon77)
MESSAGES : 511

SEXE DU CHEVAL : Etalon
TERRITOIRE : Terres Orphelines


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Papouille papa poule [pv — Commedia Dell'Arte]   Lun 9 Juil 2018 - 22:33


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Hélium sentait une part de lui quelque peu maudite par les terres Orphelines, comme si le territoire lui-même le rejetait sans cesse. Il ne pouvait s’en empêcher : à chaque fois qu’on le poussait dehors, il revenait à la charge. Combien de fois déjà, avait-il foulé les berges du Ruisseau ? Il commençait à les connaître par cœur. À ceci près qu’il n’avait pas encore pu découvrir la fameuse grotte cachée quelque part par ici. Encore un cinglé qui lui avait raconté n’importe quoi ! Le poney n’y croyait qu’à moitié de toute façon.

Le mini-shetland contourna un arbre et descendit prudemment jusqu’à l’eau sombre. Il était assez haut pour que le ruisseau arbore un calme olympien qui ne le trompait pas. On ne trompait pas Hélium. Le poney savait très bien ce que cachait le liquide « de vie ». De vie, ses fesses, oui ! C’était un piège à con, un attrape-nigaud, un festin de desserts pour un diabétique ! Le Ruisseau attendait, d’une patience infinie, que les idiots s’approchent de trop et alors il les mangeait. Tout cru ! Un vrai monstre déguisé en eau sacrée.

C’était du moins l’histoire que le poney préférait à la vérité.

Hélium eut soudain une idée. (C’était qu’il se faisait particulièrement chier.) Il arracha une feuille d’arbre et la déposa au sol. Il plongea ensuite ses naseaux dans la boue, réussit tant bien que mal à faire une petite boule, puis la posa comme il put sur la feuille. Enfin, il trouva une brindille, la planta dessus et poussa le tout sur l’eau. Et pour donner une fin respectable à son petit manège, il hurla :

Hissez ho ! moussaillons ! Sortez-vous les doigts du rhum, marins d’eau douce ou vous irez nourrir les poissons ! Aaaargh !

Bien évidemment, il poursuivit son navire improvisé au grand galop, sans vraiment s’inquiéter de quoi que ce soit d’autre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Commedia Dell'Arte
Oh what a shame baby now I'm grown

avatar

ÂGE : 21
PUF : PxdxlF
MESSAGES : 242

SEXE DU CHEVAL : Actrice

Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Papouille papa poule [pv — Commedia Dell'Arte]   Mer 11 Juil 2018 - 14:56

Le Choeur : La brise soulève un voile de crin pales et dévoile un visage amical. La princesse qu'elle incarne est naïve et tandis qu'elle se contemple dans l'ondine, elle ne remarque pas les cris qui précèdent le navire. L'embarcation trouble son repos, balloté par l'eau et les gros naseaux de Commedia qui tend l'encolure, souffle délicatement sur le bateau pour le sortir flots. Il bondit par-dessus les vagues et prend le large au milieu du Ruisseau.

Commedia : Va, la conquête n'attend que toi. Mais n'oublie pas ceux qui t'attendent toi.

Le Choeur : Elle-même entend enfin les cris gutturaux que pousse un petit bonhomme lancé à la poursuite du navire. C'est un bien curieux pirate et s'il lui manque l'odeur il a le vocabulaire et le coffre d'un corsaire. Un coffre sans trésor, ce qu'elle se garde cependant bien de faire remarquer, se contentant de sourire à Cortex qu'elle reconnait sans peine.

Commedia : Mon bon Cortex, vous partez à l'aventure ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hélium

avatar

ÂGE : 22
PUF : Aneki (étalon77)
MESSAGES : 511

SEXE DU CHEVAL : Etalon
TERRITOIRE : Terres Orphelines


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Papouille papa poule [pv — Commedia Dell'Arte]   Jeu 12 Juil 2018 - 9:39


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Son bateau naviguait sur les flots (hissez ho !) avec grâce, technique et une pointe d'intelligence qui lui permettait de bondir par dessus les obstacles avec la souplesse d'un poisson (au moins ça). Hélium était un capitaine hors-pair et, même s'il ne siégeait pas lui-même sur le navire, il avait très certainement partagé sa supériorité avec l'embarcation bancale en la façonnant. Ainsi donc, ce ne pouvait être que grâce à lui que le bâtiment continuait de rouler sur la mer en furie.

Soudain, la tempête se fendit en deux et laissa le passage à un monstre gigantesque qui daigna cracher sa bave putride sur  son bateau. Hélium ouvrit de grands yeux et s'apprêta à crier à l'intention du malotru. Néanmoins, le poney fit une chose qu'il faisait rarement. Il referma la bouche et profita de la distance entre l'entité monstrueuse et lui-même pour réfléchir. Tout un tas de mots lui brûlèrent la langue, mais il se retint. Il les explora tous, tâta les quelques insultes et surnoms injustes dont il pouvait l’affubler, mais n'en retint qu'un, qu'il prononça d'une voix plus douce en s'arrêtant à hauteur de la créature, avec un accent mélodieux que seule sa femme lui connaissait :

Douce sirène ! Votre beauté n'a d'égale que votre magnifique voix ! (Toute ressemblance avec un certain renard serait fortuite.) Que me vaut l'honneur de vous avoir là, alors que vous avez certainement mieux à faire ailleurs, pour des créatures qui méritent plus votre présence que les mortels que nous sommes, si tant est qu'il existe en ce monde qui que ce soit qui puisse vous mériter ! Hadès peut-être, mais vos crins sont plus beaux que les siens.

Le mini-sheltand ponctua son beau discours d'un clin d’œil complice. Il n'en laissait rien paraître, mais au fond de lui résidait le souvenir de ce visage bafoué par les larmes d'une enfant. Il avait été prêt à faire comme à son habitude et insulter gentiment sa douce amie, mais ce souvenir le tourmentait. Hélium ne voulait pas être responsable d'une nouvelle tristesse ! Il voulait voir la belle dorée sourire, pas pleurer. Il était du genre à croire que ces dames ne devraient jamais avoir à pleurer à cause d'un petit malin travaillé par ses hormones. (Même si, avouons-le, ses paroles sont parfois – tout le temps ? – insultantes…)

D'ailleurs, les habitudes revenaient bien vite au galop et Hélium plissa les yeux en détaillant la grosse jument. Il l'avait souvent chambrée sur son poids, mais ce qu'il voyait là dépassait tous les records ! Qu'avait-elle donc ? Un excès de chagrin noyé dans le chocolat ? Il n'y croyait pas. Il préféra donc exiger explication (ce qui lui permettait, au passage, de nier avoir eu envie de ménager la jument avec de beaux mots).

Dis donc ma mie ! T'aurais pas grossi ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Commedia Dell'Arte
Oh what a shame baby now I'm grown

avatar

ÂGE : 21
PUF : PxdxlF
MESSAGES : 242

SEXE DU CHEVAL : Actrice

Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Papouille papa poule [pv — Commedia Dell'Arte]   Ven 13 Juil 2018 - 16:23


Le Choeur : Nombreux sont ceux qui se croient capitaines de leurs âmes et maîtres de leurs destins mais Commedia sait bien qu'ils se trompent. Il n'y a qu'une vie passée à naviguer sur les flots du hasard et de chance, des collisions et des fortunes qui se perdent dans cet océan capricieux qui les abrite tous. Ils reviennent inlassablement au fond marin quand leurs embarcations de misère tombent en miettes et ne laissent qu'un trésor dont peu gardent le souvenir. Elle tâche de se jouer des vagues pour que ces marins d'eau douce parviennent un jour à manoeuvrer sur la houle et laisse derrière elle parures et dorures, costumes qu'elle revêt et dévêt pour mieux se donner corps et âme à son art. C'est bien là le sens de la vie et elle rejette l'ennui. Il y a tant à faire ! Et il lui semble que Cortex a ce qu'il faut pour comprendre ce qui l'anime, lui et ses grandes tirades. Il ne s'embarrasse pas d'artifices comme elle le fait et crie à la face d'un monde qui se leurre la vérité que lui seul connaît. Sauf qu'il n'est pas seul et Commedia lui sourit aimablement.

Commedia : Voyez, je sais que vous êtes sensible à mon art et j'avais bien besoin d'un auditoire digne de ce nom, mon bon Cortex.

Le Choeur : Le poney a bien des qualités et ne s'attarde pas, il en fait preuve immédiatement. La jeune mère ne s'en offusque pas et sourit à son interlocuteur. Voilà quelqu'un qui lui donne la réplique sans craindre le ridicule. Il ne tue point et il semble à Commedia que Cortex a bien conscience de ce fait.

Commedia : Mamie je ne suis point, mère d'un poulain cependant... Je n'ai pas eu le temps de retirer ce costume qui ne me sied pourtant pas. Et vous, Cortex ? Vous lancez vous dans la confection de bateaux ? (elle désigne l'embarcation du bout des naseaux.) Celui là est bien beau.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hélium

avatar

ÂGE : 22
PUF : Aneki (étalon77)
MESSAGES : 511

SEXE DU CHEVAL : Etalon
TERRITOIRE : Terres Orphelines


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Papouille papa poule [pv — Commedia Dell'Arte]   Mar 17 Juil 2018 - 9:47


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Hélium a bien vite abandonné son embarcation des yeux et si le capitaine Cortex ne connaît pas d’égal, c’est certainement parce qu’il sait quand se retirer des flots pour les laisser se décharner sur les inconscients. Ainsi le petit navire s’échoue-t-il sur la berge dans un dérapage contrôlé et s’il se retrouve face contre terre, ce n’est qu’un stratagème habile pour sécher sa coque et la réparer en cas de besoin. Qui oserait croire que rien de tout ceci n’était voulu ? Certainement pas le mini capitaine qui a dû perdre son magnifique tricorne en fêtant sa dernière victoire et un bon pactole amassé lors du pillage d’un pauvre navire marchand.

Le mini-shetland essaya de ne pas s’offusquer, mais sa belle amie a encore quelques cases à remplir dans son cerveau de jeunette. Il n’aimait pas que l’on comprenne ses mots de travers lui qui les choisit avec grand-soin. Ainsi donc la grosse idiote ne saisit pas le sens de « ma mie » et Hélium devina ici un manque cruel de liaisons dangereuses. À quoi bon courir le pays si la dorée ne se frottait pas un peu à de bons sieurs ? Hélium grimaça un peu, sans oser lui avouer qu’il est meilleur auditoire pour son propre art que pour celui de la jument. Il en oublia presque les mots qu’elle prononça comme une évidence et s’arrêta net devant une réplique cinglante en comprenant ce que l’on venait de lui avouer.

La belle sirène, une mère ?

Dis donc, l’amie ! T’as pas perdu de temps ! Je suis fier de toi ! s’écria-t-il sur un ton amusé (il était plutôt pour le repeuplement excessif de la planète, surtout s'il pouvait lui-même participer). Un têtard, dis-tu ? Bah ! le premier est toujours le plus raté ! Tu réussiras mieux la prochaine fois.

Il n’en pensait pas un mot, mais son instinct lui criait que la belle dorée n’était pas fière de ce qu’elle avait fait ou subi (il refusait d’y penser). Lui-même avait réussi chacun de ses marmots, bien évidemment. Mais tout le monde ne possédait pas son incroyable sens de la famille et tout le monde ne pouvait pas devenir le père parfait qu’il était !

Il vous siéra un jour, ma douce, affirma-t-il avec plusieurs hochements de tête. Ce jour où vous trouverez tout à votre goût : scène, scenarii et même ce jeune acteur pour vous donner la réplique.

Il ponctua sa prophétie d’un clin d’œil complice puis se tourna vers la pauvre embarcation pour clôturer cette conversation. Hélium avait fini par comprendre que le monde n’était pas aussi bon que lui et s’il ne doutait pas du bonheur prochain de son amie, il doutait cependant qu’elle le trouve avec le père de son premier enfant. Elle n’avait pas l’air d’une dame amoureuse et ne l’avait même pas évoqué dans la conversation. Il avait dû être de passage au bon moment et si le capitaine Cortex ne comprenait pas bien que l’amour ne donne pas naissance à un poulain, il se faisait peu à peu à l’idée d’une coutume assez courante dans ce pays de cinglés.

Eh bien ! ma belle sirène. J’ai cru bon de mettre mon incroyable intelligence au service d’une cause un peu plus sombre que ma course éperdue à la dominance de ce ruisseau de cauchemars. (Il lui lança un sourire éclatant.) Quoi d’autre qu’un magnifique bâtiment pour attirer une redoutable sirène ! Belle créature, j’avais dans l’intention de découvrir votre demeure, mais elle reste hermétiquement fermée. Je n’ose imaginer la beauté d’un lieu si bien caché.

Bien évidemment, il faisait référence à la grotte qu’on lui avait promise et qu’il n’arrivait pas à trouver. Il fallait dire aussi qu’il ne cherchait pas des masses et n’oserait, ô grand jamais !, s’aventurer dans l’eau pour découvrir l’entrée cachée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Papouille papa poule [pv — Commedia Dell'Arte]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Papouille papa poule [pv — Commedia Dell'Arte]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quiproquo et comedia del'arte [Milena°Gabriel]
» La grande évasion [Pv Darren - Natasha]
» Réflexion sur papa Dessalines
» Hier soir sur ARTE... un téléfilm anglais super intelligent
» Host papa

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Horse-Wild :: LES TERRES ORPHELINES. :: LE RUISSEAU SANS FOND-
Sauter vers: