Jeu de rôle équin
 
AccueilS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Les chaleurs ont lieu du 1er au 15 de chaque mois.

Partagez | 
 

 Mignonne, allons voir si la rose...

Aller en bas 
AuteurMessage
Rose Madder

insecure but i'm working with it

avatar

ÂGE : 21
PUF : PxdxlF/Myulalie
MESSAGES : 185

SEXE DU CHEVAL : Une fleur
TERRITOIRE : Orpheline


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Mignonne, allons voir si la rose...   Sam 7 Juil 2018 - 10:07

Mignonne, allons voir si la rose . . .

Les rideaux de pluie ne daignaient pas à s'écarter pour la laisser passer et Rose Madder râlait en trottinant d'un bon train dans la plaine, déterminée. Rien ne l'arrêterait, elle ferait naître une rose dans les Pluies Perpétuelles. Sa mère l'avait laissée sans surveillance, persuadée qu'elle ne risquait rien sur les terres que sa grande-tante convoitait et Rosie ne craignait rien ni personne. Pas même la pluie qui s'abattait sur elle sans lui laisser un instant de répit depuis qu'elle avait franchi la frontière des Terres Orphelines.

La pouliche fixait avec insistance le sol boueux qui défilait sous ses sabots dans l'espoir d'y voir apparaître un pétale écarlate, l'ombre d'une épine ou le coeur délicat de la fleur dont elle portait le nom. Rien ne venait cependant et elle continuait ainsi son chemin depuis un bon quart d'heure, persuadée qu'elle viendrait à bout de la résistance des Pluies Perpétuelles. Ce n'était pas un peu de pluie qui allait mettre à mal ses rosiers.

Elle sentit soudain comme une présence et s'arrêta net, relevant le nez pour détailler une silhouette sombre. L'individu lui barrait le passage et elle plissa les yeux avant de bomber le torse et de demander d'une voix assurée, bien que fluette :

Dîtes moi mon bon monsieur, vous n'auriez pas vu une rose ?

Réservé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sorrow
ize of the world

avatar

ÂGE : 20
PUF : Chunsa.
MESSAGES : 5453

SEXE DU CHEVAL : Quéquette 👀
TERRITOIRE : Concierge des Terres Orphelines à la retraite.


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Mignonne, allons voir si la rose...   Jeu 12 Juil 2018 - 18:33

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] dans les draps sanglants de son avortement. Son ovule solaire poursuivait une déflagration déjà bien entamée sous l'élastique tendu de l'horizon, offrant un dernier rayon nostalgique à la mère impassible et néonaticide, qui débarrassait d'une main son lit des dernières traces de sang, et de l'autre dépliait le voile de deuil qu'elle picoterait d'étoiles.

La pluie n'avait que faire de cet assassinat quotidien et s'écrasait avec la ferveur des gens butés sur une plaine languissante comme une âme repentie qui n'attend que la délivrance d'un dernier souffle. Elle aurait à trouver d'autres confessions ; la terre ne céderait pas avant quelques autres siècles, ne s'effondrerait pas sur elle-même pour révéler des entrailles remplies de vers et de petits os, de racines et de pointes d'épées cassées, des carcasses de combats menés contre l'Apocalypse.

Sorrow abattit un sabot contre l'herbe trempée, s'attendant presque à ce que le sol lui renvoie un écho creux ; la preuve que ne se cachait là-dessous que la forge de Vulcain, boiteux et presque myope, ou encore une de ces grandes salles vides de l'Enfer, dans lesquelles l'on se perd éternellement avec la certitude d'avoir emprunté une porte.

Certains lieux ne sont pas faits pour être profanés.

C'est ce qu'il avait pensé en effleurant la maison hantée, chacal aux babines sèches, pattes de velours sur un tapis d'orties brûlantes. Il avait sursauté en voyant une lumière, soudaine et plus piquante encore, embraser la vitre d'une fenêtre, et s'était enfui en se jurant de revenir plus tard, lorsque les vandales auraient disparu et laissé les fantômes du silence ramasser les derniers échos de la violation.

Il voulut se baisser pour ouvrir la boîte à musique. Se retint. Il l'avait rendue il y a deux jours de cela. Elle aurait mal supporté l'insistance mortifère du déluge.

Lui-même ne faisait que la tolérer. Les pluies perpétuelles avaient toujours été ce recoin pénible et spongieux, dans lequel il patrouillait comme une immense ombre fumeuse, les yeux rivalisant d'orage avec le ciel, menaçant le moindre murmure d'être un solitaire à réduire en bouillie. On ne rencontrait que des emmerdeurs aux pluies perpétuelles ; l'eau rentrait dans les oreilles des crânes à moitié vides et venait les inonder de la pire inanité.

L'étalon releva les yeux. Deux gouttes s'accrochèrent aux volets de ses derniers et tentèrent de remonter de leurs griffes le long des rideaux, mais elles ne firent que glisser entre les cils et s'écraser par terre.

Il lui sembla distinguer quelque chose. Le noir carra sa mâchoire. Son ancien domaine ne lui avait pas offert, ces derniers temps, les rencontres les plus agréables de son existence.

Un poulain parvint à se détacher de l'averse et manqua de lui foncer dedans. Sorrow sourcilla - autant qu'un cheval le peut - et se demanda si la vacance du territoire avait poussé tous les poulains orphelins du monde à vouloir le rejoindre. C'était le deuxième garnement qu'il croisait ces derniers temps, bien que l'autre ait été accompagné de sa mère... Le troisième enfant.

C'était une pouliche. Elle se dressa sur ses ergots et parla d'une voix de crécelle, qui parvint à crépiter plus fort que la pluie.

" Non. Tu en as égaré une récemment ? " répondit-il du tac au tac, surpris lui-même par le manque de réflexion qui avait accompagné l'absurdité de cette question.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rose Madder

insecure but i'm working with it

avatar

ÂGE : 21
PUF : PxdxlF/Myulalie
MESSAGES : 185

SEXE DU CHEVAL : Une fleur
TERRITOIRE : Orpheline


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Mignonne, allons voir si la rose...   Lun 23 Juil 2018 - 17:50

Les nuages pianotaient sur la plaine une mélodie familière et l'écho des gouttes de pluie tressautait à chaque fois qu'elles effleuraient la terre mère. Rosie n'en avait que faire, les yeux rivés sur le sol humide qui ne laissait fleurir aucun des délicats rosiers dont elle partageait le nom. Ses prunelles sombres furetaient dans la nuit et n'y rencontraient que la silhouette massive d'un inconnu, quand bien-même ils l'esquivaient, la contournaient pour mieux y revenir. Rien y faisait, l'étalon se fondait dans le paysage mais n'en disparaissait pas. Il ressemblait à une sombre statue qu'elle n'était pas certaine de pouvoir dépasser. Elle craignait s'être leurrée dans sa tranquillité première et fixait l'équidé avec méfiance. Il ne lui aurait pas fallu grand chose pour l'écraser et elle ne souhaitait pas être traînée dans la boue. Ses jambes étaient déjà chaussées de longues traces brunes qui trahissaient son passage dans la plaine et elle espérait bien en revenir. Aurore Opéra n'avait peut-être que faire de ses histoires mais elle aimait lui conter ses escapades. S'inquiéterait-il, si elle n'en revenait pas ?

Elle était trempée et pour le moment, l'inconnu la détrompait. Maddie lui offrit son plus beau sourire et secoua la tête pour dégager son toupet encore maigre de ses yeux brillants. L'étalon semblait serviable et elle ouvrit la bouche pour partager l'objet de sa quête. Elle la referma cependant aussi sec en se souvenant que personne ne voyait les rosiers. Il n'y avait qu'elle et si son frère se montrait conciliant, ce n'était pas le cas de tous les individus qu'elle rencontrait sur l'île. La pouliche battit des cils et baissa la tête en se mordant la lèvre. Comment s'expliquer ? Il n'en avait pas vu et n'en verrait probablement pas. Rose Madder soupira et recula d'un pas, mal à l'aise dans cette proximité trop grande avec le frison. Il était imposant et se confondait avec la pénombre orageuse qui les entourait.

Je m'égare souvent dans mes pensées, admit-elle. Excusez moi, ce n'est qu'un jeu d'enfant. Bien sûr que vous n'avez pas vu cette rose, ni les autres.

Elle sourit timidement, penaude. Il était difficile de reconnaître que les rosiers n'attendaient qu'elle. Vaillamment, cependant, elle cessa de les chercher dans la pluie et fit preuve de politesse. A défaut de roses, elle savait où trouver ses bonnes manières.

Je m'appelle Rose Madder et avant que vous ne posiez la question, mes parents savent que je suis là, ils m'ont laissée vagabonder à ma guise car je ne crains rien ici, ma grande-tante veille sur les lieux. Enfin ça, c'est ce qu'ils disent mais je ne l'ai jamais rencontrée.


Dernière édition par Rose Madder le Dim 29 Juil 2018 - 1:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sorrow
ize of the world

avatar

ÂGE : 20
PUF : Chunsa.
MESSAGES : 5453

SEXE DU CHEVAL : Quéquette 👀
TERRITOIRE : Concierge des Terres Orphelines à la retraite.


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Mignonne, allons voir si la rose...   Ven 27 Juil 2018 - 13:20

Elle était bien frêle. Et d’une couleur étrange, plutôt atypique, qui n’était peut-être pas avantagée par le calfeutrement des couleurs sur la plaine. Le brun boueux et le noir orage s’entrechoquaient sur la palette d’un peintre chaotique, perdu dans l’élan brouillon de l’impressionnisme, embourbé par le classicisme qui avait entraîné sa main des années durant.

Sorrow la dévisagea, tentant de replacer sur ses traits quelque chose qu’il avait connu. Elle ne lui rappelait personne. Il se permettrait l’espoir de n’avoir aucun lien familial avec une autre graine germant dans un sein couvant contre lui de la colère. Ou s’agissait-il d’un bouton de rose ? Ses ennemis ne sentaient pas la fleur.

Fifa avait dégagé un parfum de vase et de tourbe.

Une sorte de sourire étira ses lèvres. S’il n’avait jamais vraiment pu aimer les enfants – s’il ne s’était pas aimé lui-même enfant –, il avait toujours eu un peu plus d’affection pour les filles que pour les garçons. Peut-être était-ce un relent de sa propre insouciance immature, de ce désir empreint d’attirance et de cruauté de tirer une tresse qui fait autant envie que la grimace qui suivra, la remontrance parfois teintée d’une indulgence tant espérée.

Cela ne l’avait pas empêché de perdre Mélodie et sa rancœur dans la brume, de guider Hyuna’ jusqu’à la frontière pour la confier à quelqu’un qui savait ce qu’était une éducation. Aurait-il aimé façonner une petite fille ? Qu’en aurait-il fait ?

Rien qui n’ait été admirable, sûrement. Et les juments passaient plus de temps que les étalons à être admirées.

Elle semblait embarrassée. Sorrow se demanda, une interrogation vague qui refusait de se teinter de gravité, si elle le pensait effrayant. Un certain côté de lui ne trouvait pas l’idée abjecte ; il prenait toujours un certain plaisir à provoquer la crainte, et, dans sa vieillesse, il s’abaisserait même à aimer faire peur aux enfants. Le grand âge adoucissait rarement les instincts les plus malsains, et plus d’un vieillard finissait en caricature de lui-même, comme cherchant à trouver l’essence de ce qu’il avait été en se grossissant à la loupe.

« L’égarement n’est pas toujours une mauvaise chose, » répondit-il, les yeux un peu plissés. Un mystère se cachait dans les propos de l’enfant. Il ne saurait jamais quelle rose il aurait dû trouver sous la pluie. On ne cherchait habituellement dans les déluges que des perles…

Et des parapluies arrachés de mains trop occupées à se saisir de l’espoir qui fuit et se dilue, arc-en-ciel éphémère dont l’on ne fait que soupçonner la source.

Il puisa dans cette dernière pour laisser tomber. Il ne s’agissait que d’un jeu d’enfant. Un jeu qui ne lui appartenait plus, à son âge.

La gamine ôta de ses épaules tout le poids qu’elles auraient du porter. Il avait oublié de s’inquiéter pour elle. Un point resta cependant accroché à sa manche et il secoua pour s’en défaire :

« Comment s’appelle ta grande tante ? »

Il avait traversé les Terres Orphelines. Et n’avait croisé qu’une seule jument qui veillasse presque trop jalousement sur ces dernières.

Son visage s’assombrit brièvement. Une goutte tomba sur son chanfrein et sa lèvre se retroussa sur le côté pour dévoiler une babine, avant de retomber immédiatement. Un tic qu’il avait développé pendant ses interminables patrouilles. L’insistance de la pluie pouvait parfois devenir une torture.

« Je suis Sorrow, » déclara-t-il enfin avec nonchalance, « L’ancien maître des lieux. J’ignore si mes parents savent que je suis là. Cela fait bien longtemps que je ne les ai pas vus, » poursuivit-il avec cet air narquois dont il avait le secret.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rose Madder

insecure but i'm working with it

avatar

ÂGE : 21
PUF : PxdxlF/Myulalie
MESSAGES : 185

SEXE DU CHEVAL : Une fleur
TERRITOIRE : Orpheline


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Mignonne, allons voir si la rose...   Dim 29 Juil 2018 - 1:07

Rosie se fondait habituellement bien dans le paysage. Sa couleur pale comme un nuage ensoleillé au petit matin ne jurait pas avec son environnement et elle ne s'inquiétait pas de la tâche rose qui disparaissait peu à peu sur ses flancs, se rétractait pour laisser un poil de plus en plus blanc. A cet instant cependant, la pluie diluait sa présence dans la plaine et peinait à laver ses membres de la boue qu'ils avaient chaussé.

Elle ferma les yeux, frappée par ses mots et médita un instant. Sa famille ne l'avait jamais réprimandée, mais elle ne pouvait pas dire qu'elle était encouragée. Ses visions devaient rester ce qu'elles étaient, de simples illusions et pour la première fois, elles prenaient une importance toute autre. Pouvait-elle en faire quelque chose ? Après tout, elle venait de faire une nouvelle rencontre, dans sa quête d'une rose.

Autour d'elle fleurissaient déjà des bouquets rougissants que la pluie ne parvenait pas à faire s'incliner et elle se redressa comme les rosiers qui s'estompaient déjà.

Vous avez raison, répondit-elle fermement. ”

Et à ses pieds brillait un pétale écarlate qu'elle veilla à ne pas écraser en faisant un pas de côté. Etrangement, elle se méfiait de l'inconnu. Quelque chose dans son expression sombre lui laissait croire qu'il ne se réjouissait peut-être pas de leur entrevue et elle choisit prudemment ses mots avant de répondre, l'expression parfaitement neutre.

Maman l'appelle Fifa.

Presque immédiatement, elle oublia ses craintes pour rire lorsqu'il l'imita, abandonnant toute impassibilité prétendue pour laisser ses yeux briller et sa voix claire résonner dans la plaine. La pluie commençait à peser sur son petit corps et elle ne tarderait pas à être frigorifiée, tâchait en attendant de se réchauffer comme elle le pouvait.

Et comment c'était, quand vous régniez en maître sur les lieux ? Sûrement mieux que lorsque vous écoutiez encore vos parents.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sorrow
ize of the world

avatar

ÂGE : 20
PUF : Chunsa.
MESSAGES : 5453

SEXE DU CHEVAL : Quéquette 👀
TERRITOIRE : Concierge des Terres Orphelines à la retraite.


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Mignonne, allons voir si la rose...   Dim 29 Juil 2018 - 1:44

Il était toujours agréable d'avoir raison. Sorrow esquissa un petit sourire à la fois goguenard et pensif. Ses derniers interlocuteurs lui avaient donné du fil à retordre. Et ce n'était pas sa propre engeance, Hyuna', qui goberait sans longuement mâcher les conseils et les adages qu'il dispensait sans vraiment compter, comme enivré par la prétendue sagesse que l'on gagne une fois un certain âge acquis.

Il commençait à se percevoir comme un peu trop vieillissant à son goût. Son sourire retomba, comme la pluie qui s'écrasait sur son crâne et cherchait une fissure, rampait, errait en bande de plusieurs gouttes, s'accrochait aux moindres crevasses en cherchant la faille qui permettrait de polluer l'esprit et de le remplir du sel d'une mer lointaine, oubliée, dont il ne connaîtrait ni le nom ni la vague.

Il cilla et se laissa empoisonner, entrouvrant la bouche pour révéler sa langue et recueillir quelques gouttes empressées, qu'il laissa mijoter sur ses papilles, goûtant le sel de ces contrées lointaines qu'il n'avait plus le temps de fouler, maintenant.

Jeune, il avait été un explorateur dans un monde infini. Adulte, il avait été enchaîné à ces terres, condamné à les écumer et à les conquérir chaque jour, comme l'on s'empare d'une femme revêche, d'une prisonnière de guerre qui rêve chaque nuit de vous égorger alors que vous ronflez, sur le dos, repu et souriant, un gros chat qui sait que la lame ne fera que penser mais ne passera pas à l'acte.

Cela ne l'avait pas empêché de s'égarer de temps à autre en dehors des limites d'Horse-Wild. De rencontrer. De marchander. Revenant dans les bras d'une compagne diligente, jusqu'à ce qu'elle ne soit plus là, jusqu'à ce que l'accueil soit celui d'une maison vide, grinçante, une vieillarde, une ancienne prisonnière qui croupit après avoir réussi l'assassinat du prédécesseur assoupi.

Il s'arracha à ses considérations pour la considérer elle.

Elle ne ressemblait pas à Fifa.

" Tu descends donc d'Ocëan Pearl, " constata-t-il, voilant sa voix de la brume de l'impassibilité. Ses yeux la fouillèrent quelques instants de plus. Rien ne l'aurait laissé deviner.

Fifa comptait-elle ramener toute sa famille ici ? Et se livrer à des pique-niques enjoués sous le feuillage du verger ?

Il aurait pu se dresser et frapper. Être injuste. Se venger avant qu'on ne lui ait fait une injustice. Mais elle était frêle. Elle avait froid. Et maintenant que la boîte à musique était sagement rangée dans sa cachette aquatique, il aspirait à passer quelques jours moins mouvementés. Il se jetterait dans le tumulte bien assez tôt.

" C'était bien mieux, en effet. J'avais un domaine à moi, une famille et une réputation. C'est ce que rêvent d'avoir bon nombre de personnes. "

Il fit un pas en avant.

" Si tu restes immobile longtemps, tu auras plus froid encore. "

Il s'ébroua pour se débarrasser de la pluie qui s'était accumulée dans sa crinière et l'alourdissait.

" Quelque chose dans ta voix implique que tu n'aimes peut-être pas beaucoup écouter tes parents. Ne te donnent-ils pas de sages conseils ? "

Il se demanda quels conseils Coeur Noir avait bien pu lui donner. L'on imitait plus souvent inconsciemment les parents. Au contraire, on tentait parfois de s'en éloigner par dégoût, trop marqué par les incartades, trop dégoûté, trop persuadé que l'enfance aurait pu être plus douce s'il n'y avait pas eu ces erreurs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rose Madder

insecure but i'm working with it

avatar

ÂGE : 21
PUF : PxdxlF/Myulalie
MESSAGES : 185

SEXE DU CHEVAL : Une fleur
TERRITOIRE : Orpheline


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Mignonne, allons voir si la rose...   Lun 30 Juil 2018 - 22:49

Ocëan Pearl ? Qui était cette Océane ? Elle aimait les perles ? Rose Madder se concentra intensément, fronça ses sourcils qui n'existaient pas et enfin, la lumière se fit.

« Eurêka ! Tu parles de ma mémé, c'est ça ? Tu l'as vue ? Maman pensait qu'on la trouverait avec Fifa mais je l'ai juste confondue avec une jument un peu bizarre... »

Elle secoua la tête pour ne pas penser à cette rencontre qui s'était terminée sous un orage.

Je n'ai jamais rencontré Fifa non plus, tu la connais toi ? Je crois qu'elle et maman ne s'aiment pas beaucoup mais... maman pense que je serais en sécurité avec elle.

La pluie dégoulinait régulièrement du ciel jusque sur la plaine, sans jamais se fatiguer. Aucune éclaircie ne venait annoncer une accalmie et Rosie se mit à trembler. Sa robe rosée était rincée et elle frigorifiée, pourtant ses oreilles restaient pointées en direction de Sorrow. Le frison lui contait une histoire qui, loin de l'endormir, éveillait en elle des ambitions qu'elle n'avait jamais caché. Ses parents lui avaient toujours souhaité de s'illustrer, de briller dans ce monde qui ne voulait pas les voir. Leurs enfants l'aveugleraient, Ungo et Pearlescence en étaient certains et quand bien-même ils n'en disaient rien, Maddie l'avait bien compris.

L'idée lui plaisait. Elle leva ses yeux sombres vers l'étalon et l'observa avancer, toute crainte oubliée. Quelques gouttes s'écrasèrent sur elle lorsqu'il s'ébroua et elle se froissa, le toisa sans pouvoir se venger. Il n'y avait rien à faire, dans un corps si petit que le sien. Mais ce n'était pas prêt de changer et elle n'avait de toute façon pas hâte. Elle n'était pas sans défense, en était même persuadée. Il ne lui était rien arrivé jusque là, n'est-ce pas ? La pouliche fit un saut de mouton et battit des cils en croisant le regard du vieillard.

Nous sommes bien d'accord mais contrairement à vous, je ne vis pas ici.

Et elle attendit qu'il ouvre la voie, bien décidée à le suivre jusqu'à trouver refuge. Il ne lui vint pas tout de suite à l'idée qu'il n'en avait peut-être absolument pas l'intention et attendait simplement qu'elle s'en aille d'elle-même. S'il avait tenté de l'influencer pour qu'elle cherche un abri sans lui, c'était raté. Rose considéra brièvement sa remarque et pencha la tête sur le côté en pinçant des lèvres. Ce n'était pas que les conseils n'étaient pas sages... mais qu'ils n'en donnaient pas.

Hm... je crois qu'ils ont abandonné. Ils voulaient bien faire, concéda-t-elle avec sérieux. Je les écoute encore, des fois.

Elle n'avait pas remarqué qu'elle alternait entre le vouvoiement et le tutoiement, trop préoccupée par la conversation qu'elle entretenait avec Sorrow. Il était plaisant de ne pas être traitée comme une enfant, presque comme une adulte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sorrow
ize of the world

avatar

ÂGE : 20
PUF : Chunsa.
MESSAGES : 5453

SEXE DU CHEVAL : Quéquette 👀
TERRITOIRE : Concierge des Terres Orphelines à la retraite.


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Mignonne, allons voir si la rose...   Lun 30 Juil 2018 - 23:35

Il tomba dans un monde qui ne lui appartenait pas, une bulle familiale et flottante qu'il creva avec férocité.

Il était étrange d'adopter soudain cette perspective ; Ocëan Pearl était la "mémé" de quelqu'un. Une grand-mère, une petite jument chenue dont les conseils étaient à peine écoutés, une aïeule que la pouliche n'avait jamais vu jeune, forte, intelligente, dans un cimetière qu'il n'avait plus vraiment visité depuis.

Sorrow songea à Hyuna' qui voulait tuer la mémé de quelqu'un. Puis il songea à elle tout court et se demanda où elle était, ce qu'il était advenu d'elle. Ocëan Pearl n'était pas morte. Cyrius se rapprochait, aux dernières nouvelles, du trône. Elle avait échoué. Et elle n'était pas là.

Il n'était le pépé de personne. Cette nouvelle-là le rassurait bizarrement. Il n'était pas prêt à voir la jeunesse lui courir entre les jambes, le renverser et le laisser par terre comme une grosse blatte qui attend la mort, alourdie par sa carapace de passé.

" Ta mémé sait apparemment bien se cacher. Fut une époque où on la voyait partout... "

Sorrow baissa machinalement la tête pour arracher une touffe d'herbe qu'il avala bravement en faisant abstraction du fait qu'elle était infecte.

" Je sais de Fifa qu'elle aime végéter dans de l'eau sale, " offrit-il avec l'ombre d'un rictus, ravi de pouvoir entacher la réputation de sa belle-fille, " Tu lui dira bonjour de ma part si tu la croise. "

Il aimait décidément transformer les membres de cette famille en estafettes. Il n'était pas certain que la crème goûte au prolongement de la blague qu'il avait commencé lors de leur rencontre. Qu'importe. Il riait bien pour deux.

" Je ne vis plus ici, " rectifia-t-il en embrassant du regard la morne plaine. C'était peut-être la dernière fois qu'il foulait son sol spongieux. Qui sait, peut-être trouverait-il un jour la force de la regretter, ou d'en avoir un souvenir nostalgique.

Seul le crottin fondant de Cyrius lui vint à l'esprit. Il avait quelques doutes.

L'ancien dominant s'imagina condamné à traîner la pouliche avec lui jusqu'à avoir retrouvé sa charmante tante et fut pris de son tic à nouveau.

Il s'immobilisa pour déterminer où ils étaient exactement, puis décida de continuer dans la même trajectoire, réalisant bien vite que ses grands pas forceraient la Rose à adopter une allure soutenue.

" Pourquoi ont-ils abandonné ? Es-tu une horripilante miss je-sais-tout ? "

Sorrow songea une fois de plus à sa propre fille, qui, si elle n'était pas horripilante, avait toujours une réponse à fournir, que cette dernière ait été vraiment réfléchie ou non.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rose Madder

insecure but i'm working with it

avatar

ÂGE : 21
PUF : PxdxlF/Myulalie
MESSAGES : 185

SEXE DU CHEVAL : Une fleur
TERRITOIRE : Orpheline


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Mignonne, allons voir si la rose...   Jeu 2 Aoû 2018 - 19:20

La famille de Rose Madder n'était pas conventionnelle et elle le savait. Elle faisait avec et ne le regrettait point, n'avait de toute façon pas de quoi comparer. Son frère brillait de mille feux et elle s'en contentait. Il éclipsait leurs parents de sa présence et quand, parfois, sa mère ou son père se manifestait, elle plissait les yeux et se demandait si elle avait rêvé. Comme la nuit qui tombait, ses parents étaient distants et elle s'endormait en leur présence pour s'éveiller en leur absence. Ils ne lui manquaient pas et pourtant, elle ne dénigrait pas les moments qu'elle partageait avec eux. Simplement, les pétales des roses s'ouvraient quand les rayons du soleil les effleurait d'une douce caresse et aucune lumière ne provenait d'Ungo et Pearlescence. Elle savait qu'ils aspiraient à une vie meilleure pour leurs enfants et prenait leurs désirs à coeur, c'était bien pour cette raison qu'elle divaguait loin de leur surveillance.

Elle ne connaissait pas sa grand-mère, ni sa tante et pourtant, il lui semblait qu'elle était censée leur ressembler. N'ayant jamais rencontré l'une ou l'autre, Rosie se contentait d'être ce qu'elle était et cela lui semblait bien suffisant. Si Fifa avait quelque chose à lui apporter... peut-être qu'elle considérerait l'idée. Son regard, qui s'était égaré parmi les gouttes de pluie sans y trouver l'ombre d'une rose, revint sur Sorrow. Il la connaissait, qu'avait-il à en dire ? Pas grand chose, découvrit-elle un peu plus tard et elle ne cacha pas sa grimace.

Si tu le dis, comme tu l'as fait remarquer elles sont difficiles à trouver. Pourquoi est-ce que Fifa reste sur les Terres Orphelines ? L'île est si grande et pourtant maman me dit toujours que je la trouverais là.

Rosie soupira et emboita le pas à l'étalon, trottinant joyeusement à ses côtés. Peut-être l'éclaboussa-t-elle en ce faisant et un rire lui échappa probablement mais elle détourna la tête et fit comme si de rien était. Le frison eut beau la provoquer, elle résista à la tentation de répliquer. Ce n'était pas difficile, elle savait ce qu'elle valait et une chose était sûre, elle n'avait jamais prétendu être plus futée qu'une autre. Bien au contraire et un rire clair lui échappa à cette pensée.

Ils ne comprennent pas pourquoi je ne me comporte pas... comme ça, à chaque rencontre.

L'hésitation fut brève, mais nécessaire. Comment décrire ses interactions avec les individus lambdas et celle-là ?

Ils voudraient que je me fasse bien voir partout, ajouta-t-elle pour expliciter ce qu'elle voulait dire. ”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sorrow
ize of the world

avatar

ÂGE : 20
PUF : Chunsa.
MESSAGES : 5453

SEXE DU CHEVAL : Quéquette 👀
TERRITOIRE : Concierge des Terres Orphelines à la retraite.


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Mignonne, allons voir si la rose...   Jeu 2 Aoû 2018 - 20:54

Où allait-il, exactement ? Que ferait-il une fois que la plaine serait devenu une aquarelle mémorielle ? Que ferait-il lorsque la mélodie de la boîte à musique s'éloignerait, de plus en plus distante, de plus en plus étrangère, un papillon que l'on a tenu au creux de ses mains et qui s'enfuit pour rejoindre les pistils ? Il avait été un gros bourdon alourdi par sa récolte. Il aurait du repartir léger, mais il le faisait en portant tout le poids des années qu'il avait passé ici, tout le poids de ses adieux à la terre, tout le poids d'un gigantesque orphelin qui riait, juché sur son dos, ravi de pouvoir encore guider la grande bête qu'il avait apprivoisé.

Il repartait orphelin lui-même. Il brandissait le poing comme un nourrisson auquel on refuse le sein, serrait au creux de sa paume vengeresse son impuissance et tentait de frapper les lèvres de la mère qui se penchait sur lui pour le faire taire d'un baiser collant de poison.

Sorrow se souvint de son humeur alors qu'il errait sur les Rocheuses, de ce désir de réduire une parcelle de terre en cendre pour pouvoir se rouler dans les restes de la destruction. Il avait trouvé Hyuna', puis il avait trouvé la boîte à musique. Il lui fallait trouver autre chose. La retraite à l'archipel des boucaniers avait des couleurs pastel, un tableau charmant aux nuages gras et aux contours eux-aussi arrondis : c'était trop d'illusion, trop d'irréalisme, et il voulut penser à Geisha qui n'avait jamais été dominante, qui n'avait aucun lien avec les Terres Orphelines, ne les avaient même jamais rejointes. Son fils était mort ici. Il aurait du en vouloir à ce territoire qui lui avait pris plus qu'il ne lui avait donné.

L'étalon ralentit inconsciemment, le pas embrayé par les pensées qui tombaient, déluge sans arche salvatrice.

Une giclée d'eau froide l'arracha à ses réflexions. Il tourna la tête, dévisagea la pouliche, se demanda si elle l'avait fait exprès. Son sabot s'abattit au sol lourdement et l'éclaboussa à son tour jusqu'au bout des oreilles. Sorrow n'eut qu'un bref sourire. Elle riait beaucoup.

" Fifa veut devenir dominante des Terres Orphelines, " lâcha-t-il, en se demandant si la gamine serait capable de comprendre ce genre de choses, " Elle doit rester ici, si elle veut avoir ne serait-ce qu'un modicum de crédibilité. "

Elle n'était pas stupide. Il aurait même affirmé, si on l'avait forcé à émettre une opinion, qu'elle possédait une certaine intelligence, qu'il n'avait certainement pas eu à son âge, trop préoccupé par sa rivalité naissante avec Black Night pour s'intéresser à l'attitude de ses parents.

" Moi aussi, j'aimerais bien que ma fille se fasse bien voir partout. "

Et il songea à Hyuna', trop discrète récemment. Où était-elle passée ? Que lui était-il arrivé ? Les Terres Trompeuses lui avaient filé sous le nez, tout comme Ocëan Pearl, un maigre soulagement et une grosse déception. Devrait-il errer pour finalement la retrouver aux Enfers, une Déméter semant ses saisons ?

Ainsi donc, la pouliche se comportait différemment avec les autres. Elle l'enveloppait en tout cas d'une sorte de flatterie presque inconsciente dont il accepta d'être recouvert, peut-être soulagé par la facilité qu'il avait à maîtriser la gamine peu turbulente et qui n'avait, pour le moment, pour seul défaut que son engeance.

Sorrow baissa les yeux pour fixer un pissenlit. Il s'arrêta pour mieux contempler ses pétales jaune, bizarrement propres.

" Cela doit être bien dur, de vivre ici sans jamais pouvoir bouger, " songea-t-il plus qu'il ne parla. " Voici la seule fleur que tu trouveras en ces lieux, " poursuivit-il en redressant la tête et en reprenant le pas.


Dernière édition par Sorrow le Jeu 2 Aoû 2018 - 23:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rose Madder

insecure but i'm working with it

avatar

ÂGE : 21
PUF : PxdxlF/Myulalie
MESSAGES : 185

SEXE DU CHEVAL : Une fleur
TERRITOIRE : Orpheline


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Mignonne, allons voir si la rose...   Jeu 2 Aoû 2018 - 22:11

Rosie ne savait pas où elle allait en venant et pas plus maintenant qu'elle repartait. Il n'y avait, à vrai dire, pas grand chose à faire dans la plaine pluvieuse qui recouvrait sa tête de ses nuages tristes. Ils sanglotaient à longueur de journée et la pluie la faisait frissonner, tout comme la boue glacée qui la recouvrait de la tête aux pieds. Elle n'en dit cependant rien, car elle savait qu'elle le méritait.

Un modicum...

Elle pencha la tête sur le côté, répétant lentement les mots que Sorrow venait de lâcher. Il lui semblait bien qu'elle n'avait pas de cousins, cela faisait donc d'elle l'une des héritières si Fifa parvenait à ses fins. Ah ah ! Là, elle voyait un intérêt à fréquenter sa tante et traîner sur ses terres. Et Aurore Opéra n'en savait rien, il ne pouvait donc pas se positionner pour accéder à une place de choix... Maddie se demanda brièvement si sa mère n'avait pas pensé à ça, elle aussi, avant de réaliser que Pearlescence peu d'ambition, pour ne pas dire aucune. Elle lui laissait cet art et toutes les raisons de s'appliquer dans ce qu'elle entreprenait. Et Rose Madder avait de l'ambition.

Un sourire étira ses lèvres noires et elle fit mine de se lécher les babines avant de recracher un peu de boue.

Ah bah merci ! Franchement ! Ça n'a pas bon goût la gadoue ! Pas du tout !

Elle postillonna allègrement sur le frison et s'élança pour prendre de l'avance, faussement vexée. Sa tête portée haute, elle se voyait déjà hériter d'un territoire qu'elle ne connaissait pourtant pas vraiment. Qu'à cela ne tienne, il suffisait de l'explorer ! Mais avant cela il fallait répondre à Sorrow aussi lança-t-elle par-dessus son épaule.

Je me mets au niveau des individus que je rencontre et parfois je ne ressens pas le besoin de me faire bien voir. elle se mordit la lèvre en réfléchissant. Et ? Elle se fait bien voir ou pas ?

L'effort physique l'avait réchauffée et elle ralentit, revenant à la hauteur de l'étalon. Il s'était arrêté pour contempler le sol et elle baissa les yeux avec un air insistant, bien que faussement intéressé.

Comment s'appelle votre fille ? Vous avez d'autres enfants ?

La pouliche avait de nouveau abandonné le tutoiement pour revenir au vouvoiement mais ne chercha pas à se corriger, les yeux rivés sur le pissenlit. La fleur jaune avait survécu à la pluie battante et s'extirpait courageusement de la boue.

Bah, c'est pas une rose ça.

Et elle lui offrit un clin d'oeil complice avant d'aller gambader plus loin. Agile sur ses jambes, elle manqua cependant de tomber lorsque ses sabots glissèrent dans la boue et se redressa promptement pour reprendre le pas, plus calmement et faire comme si de rien était.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sorrow
ize of the world

avatar

ÂGE : 20
PUF : Chunsa.
MESSAGES : 5453

SEXE DU CHEVAL : Quéquette 👀
TERRITOIRE : Concierge des Terres Orphelines à la retraite.


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Mignonne, allons voir si la rose...   Jeu 2 Aoû 2018 - 22:40

" Tu m'en diras tant. "

Quelle surprise. La boue n'avait pas bon goût.

La salive non plus. Sorrow se prit une douche qui rivalisait en désagrément avec celle que la pluie lui offrait et se retint de faire un geste brusque qui aurait pu l'effaroucher - la gamine s'élançait déjà et prenait de l'avance. La pluie était tellement épaisse qu'elle ne fut bientôt plus qu'une ombre aux jambes trop longues, de petites allumettes qu'elle serait condamné à casser d'un coup net pour réchauffer ses paumes attaquées par le froid.

La gamine avait un petit côté élitiste qui le laissa songeur. Le sentiment aurait pu l'agacer ou l'interpeller, mais il lui paraissait trop honnête pour cela, débarrassé de la courtoisie qui fait perdre du temps. Lui-même n'était pas courtois.

" Non. Elle est impertinente, têtue et insensée. "

Il prononça ce constat sans aucune forme de sévérité. On ne referait pas Hyuna'. Il admettrait sûrement un jour qu'il ne voulait pas recadrer trop durement la fillette qui avait surgi dans la nuit pour lui apprendre qu'elle avait quitté le corps de sa mère assassinée. Hyuna' pouvait être ce qu'elle voulait.

Mais il aurait préféré qu'elle ne soit pas meurtrière. Et si elle avait été dominante...

Rose Madder reparut, lutin détrempé. Elle baissa le regard mais ne vit pas ce qu'il voyait lui. Il avait l'habitude des questions qu'elle posait et il connaissait aussi trop bien les réponses.

" Devine-le.  "

Il eut un sourire.

" Si tu ne trouves pas le chiffre exact, tu devras manger le pissenlit. "

Et il fit volte-face pour rejoindre la fleur qu'il avait quitté, attendant que la pouliche cesse ses cabrioles, qui l'amenèrent à la rencontre de la gadoue dont elle aimait si peu le goût.

" Et ne te contente pas du hasard. Je veux que tu justifies ta réponse. "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rose Madder

insecure but i'm working with it

avatar

ÂGE : 21
PUF : PxdxlF/Myulalie
MESSAGES : 185

SEXE DU CHEVAL : Une fleur
TERRITOIRE : Orpheline


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Mignonne, allons voir si la rose...   Jeu 2 Aoû 2018 - 23:13

La description que Sorrow faisait de sa fille n'était pas flatteuse et pourtant, il n'y avait pas de ressentiment dans ses paroles. Rosie se demanda si ses parents parlaient aussi d'elle de cette façon, listaient ses défauts sans lui en vouloir car elle était pourrie gâtée et eux gâteux puis elle se raisonna. Elle n'avait pas de défauts, pas dans leurs yeux.

Aurore Opéra parlait parfois d'elle comme ça, elle en était certaine bien qu'elle ne soit jamais là pour l'entendre. Elle entendit par contre le défi de l'étalon et considéra un instant l'idée avant de lui tirer la langue et de continuer sans s'arrêter.

Je ne peux pas trouver, je sais seulement que tu as une fille, ça ne m'avance pas pour savoir si tu as eu d'autres poulains. Ce n'est pas très fairplay alors je vais te laisser. Bon appétit !

Elle disparut sous la pluie dans un rire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sorrow
ize of the world

avatar

ÂGE : 20
PUF : Chunsa.
MESSAGES : 5453

SEXE DU CHEVAL : Quéquette 👀
TERRITOIRE : Concierge des Terres Orphelines à la retraite.


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Mignonne, allons voir si la rose...   Jeu 2 Aoû 2018 - 23:21

Sorrow se baissa pour délicatement déraciner le pissenlit, qu'il mâchonna pensivement. La saveur n'était ma foi pas très bonne, mais, contrairement à l'herbe qui l'entourait, elle n'avait pas un arrière goût de boue et de pisse.

La pouliche avait disparu sous la pluie. Elle avait dut avoir peur de perdre.

Cette idée le revigora et il chassa les restes de pétales de ses dents avant de prendre un pas vif. Il avait toujours le chic pour chasser les intrus.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Mignonne, allons voir si la rose...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Mignonne, allons voir si la rose...
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mignonne, allons voir si la rose..(FICHE FINIE)
» Mignonne, allons voir si la rose | Kali
» Emya † Mignonne, allons voir si la rose qui ce matin avait déclose...
» Mignonne, allons voir si la rose... [Gomez]
» Viens voir si la rose est éclose

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Horse-Wild :: LES TERRES ORPHELINES :: PLUIES PERPETUELLES-
Sauter vers: