Jeu de rôle équin
 
AccueilS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Naissance d'une providence

Aller en bas 
AuteurMessage
Nazz'ariah

avatar

ÂGE : 26
PUF : Winterstorm
MESSAGES : 89

SEXE DU CHEVAL : Jument
TERRITOIRE : Orphelines


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Naissance d'une providence   Dim 8 Avr 2018 - 21:36

因果は回る車の輪
La roue tourne.

Ft all people
Délicatement, un sabot noir se posa sur le sol tandis qu'un regard brun s'aventurait sur le paysage. Des oiseaux s'envolaient dans le ciel, alors que les nuages bougeaient au gré du vent. Il faisait beau aujourd'hui, légèrement plus chaud qu'à l'accoutumée. On pouvait pressentir l'arrivée de l'été. Ce n'était pas pour maintenant, certes, mais il était là. On pouvait sentir ses ailes venir délicatement caresser le sol de cette île, mais aussi sa douce chaleur venir câliner avec tendresse les animaux présents. L'Eté pointait le bout de son nez subtilement, faisant évacuer le printemps avec fermeté. Ils étaient amis, ils se côtoyaient, mais ils ne supportaient pas d'être en compétition, c'était évident. Tout comme la Lune et le Soleil, ils jouaient ensemble, ils se poussaient constamment, pour finalement céder la place à l'un ou l'autre. Le Printemps ferait sans doute la même chose avec l'Eté, il n'acceptait pas de lui laisser la place, pas maintenant : ce n'était pas son heure. Une oreille brune se tourna vers l'horizon tandis qu'un pas se fit remarquer. Une jolie jument baie arriva rapidement dans une clairière herbeuse, dans un lieu dont elle avait entendu parler. Un lieu qui lui offrirait sa rédemption, elle était sûre.
Elle était là, droite comme un I, observant les lieux avec méfiance. Soudain, un mouvement dans son ventre lui fit plaquer les oreilles en arrière. Il était temps qu'elle accomplisse la mission que la Nature lui avait conféré. Elle devait perpétuer un héritage, agrandir une destinée. Un second mouvement et elle eut un couinement. Tendrement, elle tourna la tête vers son ventre en eut un léger sourire. Elle n'était plus la fine jument qu'elle avait toujours été, mais cette grossesse lui allait tellement bien. Elle était si belle avec son ventre, gros comme un tonneau, arrondi par la force des choses, mais surtout par un sentiment qui grandissait au fil du temps. Finalement, elle se mit en marche vers la rivière de la vie, ce lieu dont elle avait entendu parlé. Ce lieu propice pour une naissance.
Brusquement, après quelques pas et une brutale douleur, elle s'écroula au sol dans un bruit sourd. Elle sentit le vent sur son chanfrein, ainsi que l'eau de la rivière venir caresser ses flancs. Une contraction. Nazz'ariah pleine de Cyrius allait mettre au monde son premier poulain, qu'elle espérait vivant cette fois-ci. Elle espérait réellement qu'elle pourrait l'aimer, qu'elle pourrait l'éduquer autant qu'elle le voulait avec Saltan. Une autre contraction et un brutal hennissement se fit entendre. Elle mit sa queue le long du sol, tandis qu'une poche des eaux s'ouvrit. Une succession de contractions tandis qu'elle gémissait de douleur et haletait. Elle ferma les yeux tandis que naturellement son corps commençait à pousser. Elle avait hâte, tellement hâte de connaître la joie d'être mère. Dans un énième hennissement de douleur, elle hurla le nom du père Cyrius : il fallait qu'il soit là.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CYRIUS



ÂGE : 27
PUF : C.C.
MESSAGES : 1704

SEXE DU CHEVAL : Etalon
TERRITOIRE : En quête des Trompeuses...


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Naissance d'une providence   Mar 10 Avr 2018 - 7:27

Des mois s'étaient passés, des mois. 11 exactement. Des mois durant les quel Cyrius avait beaucoup vagabondé hors d'Horse-Wild, chose qui n'était pas du tout rationnel... il était si proche de s'emparer des Trompeuses, pourquoi s'éloigner, maintenant ? Dangereux, imprudent. Mais il avait eu besoin de partir, de se retrouver seul. Il partait jamais très loin, non, ni très longtemps. Une fuite ? Ce besoin de solitude avait commencé après qu'il eut commis avec Nazz'ariah l'acte irreversible. Si extraordinaire et effrayant à la fois. Ainsi, il n'avait pas vu la jument bai depuis leur dernière rencontre au Golfe d'Emeraude. Il gardait de cette journée un souvenir impérissable, gravé à jamais dans sa mémoire. Il ne pouvait pas nier qu'il s'en voulait, d'avoir écouté ses propres besoins de prendre le large, au lieu de soutenir Nazz'ariah durant sa gestation. Quelque part il se sentait lâche, cela n'était pas digne d'un chef que d'abandonner sa famile. Car à présent, Nazz'ariah était sa famille, elle et l'être qui avait poussé dans son ventre tout au long de ses mois...


Le grand alezan avait pressenti que le moment approchait, que ses responsabilités en tant que père allaient prendre une tournure tout à fait concrète, qu'il fallait qu'il rentrer au bercail et qu'il devrait se montrer à la hauteur. Ainsi, depuis plusieurs jours, il arpentait Horse-Wild tel un fantôme, cherchant la piste de Nazz'ariah au gré des indices qu'elle avait semé derrière elle. C'est finalement à la Rivière de la vie que la piste le menait, au beau milieu d'une superbe matinée de printemps, ensoleillé et douce, il semblait que même le climat faisait tout pour rendre cette journée spéciale.


Alors il l'entendit, l'appel de Nazz'ariah. Il était sur les hauteurs, en amont de la rivière, et bénéficiait d'une vue panoramique sur toute la plaine. Son regard se posa alors sur une silhouette au loin, qui s'écroula soudainement. L'étalon cessa de tenter de dénouer les noeuds de ses pensées complexes entre-mêlées, il répondit d'une grand hennissement rauque et fila sans attendre en direction de la silhouette étendue à terre. C'était aujourd'hui, c'était maintenant.


Arrivant auprès d'elle, Cyrius pu constater que Nazz'araih avait commencé le travail. Il lui offrit un beau sourire et la gratifia d'un coup de naseaux tendre et encourageant. Debout, collé à elle en protecteur, il ne put à se moment là que lui apporter le soutient qu'il aurait lui offrir déjà depuis des mois.


- J'arrive pile à l'heure, comme toujours semble t-il !


Cyrius mordilla doucement l'oreille de la jument, espérant que tout allait se dérouler facilement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Nazz'ariah

avatar

ÂGE : 26
PUF : Winterstorm
MESSAGES : 89

SEXE DU CHEVAL : Jument
TERRITOIRE : Orphelines


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Naissance d'une providence   Mer 11 Avr 2018 - 20:26

Бу́дет и на на́шей у́лице пра́здник.
Ce sera notre tour de triompher.
Toute femme, toute femelle, est née pour une seule bonne raison : enfanter. Bien sûr, certaines refusent de le faire pour milles raisons : que ce soit la déformation du corps, les responsabilités ou tout simplement le fardeau que peut représenter un enfant. Mais la plupart en rêve, elles veulent le devenir aussi rapidement qu'elles ont grandit. Beaucoup ne souhaitent qu'une chose : pouvoir tenir contre elles un petit être, pouvoir sentir son odeur mais aussi sa douceur. Nazz'ariah faisait partie de ces juments. Depuis la mort de Saltan, elle ne rêve, ne désire, que la naissance d'un second enfant. Pas pour avoir plus de responsabilités, ni pouvoir donner des ordres ou des règles, mais simplement car elle a besoin d'offrir son amour maternel. Elle a besoin de dire je t'aime à un petit être, de pouvoir lui inculquer un savoir qu'elle garde, depuis bien trop longtemps, en elle. C'est pourquoi elle était heureuse aujourd'hui. Elle était heureuse d'avoir porté pendant onze mois un poulain dans son ventre, d'avoir sentit ses mouvements, d'avoir senti le lait monter petit à petit jusque ses pies. C'était le bonheur, de sentir son corps changer, mais aussi de sentir son coeur se mêler à celui d'un petit être.
Malheureusement, pendant ces onze mois, quelque chose, ou plutôt quelqu'un avait manqué à l'appel : Cyrius. Au départ, elle lui en avait voulu, longtemps d'ailleurs. Comment un étalon pouvait-il féconder une jument pour ensuite la laisser seule ? Comment un étalon pouvait-il sceller une promesse pour finalement disparaître ? Puis, elle avait fini par se calmer, comprenant presque son besoin de solitude. Il n'avait jamais eu de poulains, ils ne se connaissaient pas tant que cela et finalement ils allaient avoir un enfant. Alors, oui, elle comprenait qu'il ait eut besoin de s'isoler un moment. Mais elle n'aurait jamais imaginé qu'il puisse disparaître pendant toute la gestation, elle en avait presque cru qu'il ne viendrait jamais. L'abandonnant à son sort. Heureusement, un hennissement rauque se fit entendre et un fin sourire se dessina sur les lèvres de la jument : il était là. Il venait l'assister, l'aider dans sa démarche. Elle entendit un grande galopade, sentit une odeur musquée et finalement un contact. Puis, elle eut un petit rire en entendant sa parole. Mais contrairement à ce qu'elle croyait, ce ne fut pas de la reconnaissance qu'elle ressentit en premier lieu, mais plus du ressentiment. Peut-être était-ce dû à la douleur ... Ou peut-être pas.
Je n'en suis pas certaine. Tu n'étais pas là pendant onze mois me semble-t-il. Mais bon ... Comme tu es là, tu pourras m'expliquer pourquoi, n'est-ce ... ? Un couinement et elle ferma les yeux de douleur. Tu aurais du être là Cyrius. J'ai vraiment cru que tu n'assumerais pas ton rôle de ... Elle ne put terminer qu'une brusque contraction arriva. Et là, elle poussa lourdement, faisant apparaître les antérieurs et la tête d'une pouliche, ou poulain, isabelle.
Elle voulut de nouveau parler, lui dire ce qu'elle lui reprochait, la haine qu'elle avait pu ressentir durant son absence, mais les contractions s'accentuèrent et furent beaucoup plus rapprochées. Là, sans attendre, elle poussa plusieurs fois en gémissant. Soudain, un long hennissement, une poussée beaucoup plus longue et la pouliche isabelle apparut sur terre. La jument baie mit quelques secondes à se ressaisir, fermant les yeux. Puis son instinct maternel fut plus fort, elle rouvrit les yeux et tourna sa tête vers la pouliche, avec un grand sourire. Là, elle pencha la tête vers elle et déposa une lèche sur son front, en murmurant : hallelujah. Comme une exclamation silencieuse, comme une prophétie mais surtout une demande auprès de Cyrius pour un prénom.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CYRIUS



ÂGE : 27
PUF : C.C.
MESSAGES : 1704

SEXE DU CHEVAL : Etalon
TERRITOIRE : En quête des Trompeuses...


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Naissance d'une providence   Jeu 12 Avr 2018 - 5:08

Cyrius ne broncha pas devant les reproches de Nazz'ariah. Après tout, ceux-ci étaient plutôt justifiés, et il savait qu'il avait intérêt à se rattraper maintenant que le grand jour arrivait. Il afficha une moue d'excuse et s'efforça de rester attentif et silencieux tandis qu'elle continuait de déverser son ressentiment (il la savait capable de lui coller un coup de boule en pleine figure s'il laissait échapper les quelques excuses bidons qui aurait pu justifier son absence) mais, heureusement pour lui, il fut sauvé par une contraction violente qui mis fin à la tirade de sa belle.


- Oui tu as raison ma chérie - il lui semblait que c'était la phrase la plus efficace qu'il pourrait trouver à cet instant - respire ça va bien se passer...


Il lui offrit un grand sourire et dégagea le toupet humide des yeux de Nazz'ariah. Elle souffrait,, Cyrius était bien heureux de ne pas être à sa place. Les contractions s'enchaînèrent, les gémissement de la courageuse jument également. Et puis, Nazz' poussa un long hennissement, celui de la dernière ligne droite avant l'arrivée. L'étalon alezan soufflait doucement sur la nuque de Nazz'ariah lorsqu'il vit enfin arriver un poulain à la robe isabelle. Cyrius s'approcha instinctivement, le regard plein de fierté tandis que Nazz'ariah commençait à le nettoyer. Il ne l'aurait pas cru, mais Cyrius était ému devant ce petit être qui ne marchait pas encore et qui lui paraissait malgré tout déjà parfait. Ils étaient une famille, une vrai à présent. L'étalon donna un petit coup de tête plein de tendresse au nouveau né pour s'assurer de sa vigueur, tandis que la jument bai souffla le prénom qu'elle avait choisit. Hallelujah. Cyrius acquiesça d'un regard entendu à sa compagne, Hallelujah était né.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Nazz'ariah

avatar

ÂGE : 26
PUF : Winterstorm
MESSAGES : 89

SEXE DU CHEVAL : Jument
TERRITOIRE : Orphelines


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Naissance d'une providence   Jeu 26 Avr 2018 - 18:12

naissance d'une providence

feat. nazz'ariah & all people
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Le monde venait de renaître sous ses sabots en une fraction de secondes : Nazz'ariah avait réellement l'impression que les Dieux lui offraient une seconde chance. Qu'ils acceptaient qu'elle réalise son rêve : son rêve d'être mère. En réalité, depuis toute petite, la baie avait toujours imaginé être mère, elle avait toujours souhaité l'être. Ne lui demandez pas pourquoi, elle ne saurait sans doute pas vous répondre. Mais le fait de voir les juments de son ancien troupeau avoir des poulains l'avait toujours rendu jalouse. Pourquoi elles et pas la princesse ? Personne ne le saura. Puis Saltan était apparu, il avait pointé le bout de son nez noir. Il n'était pas bien resté longtemps certes, mais il avait suffit qu'il lui adresse une respiration pour qu'elle comprenne. Enfin, une respiration : malheureusement elle l'avait imaginé.
Tandis que sa langue passait subtilement sur le crâne de la petite, la jolie baie souriait. Elle était heureuse, réellement. Pour la première fois de toute sa vie, elle ressentait une certaine joie. Une joie non dissimulée. Une larme, une unique larme roula sur sa ganache. Elle en aurait presque remercié silencieusement les Dieux, mais elle ne le fit pas : tout simplement car ils n'y étaient pour rien cette fois-ci. Quoique ... N'avaient-ils pas aidé à ce que les deux chevaux se rencontrent ? N'étaient-ce pas eux qui ont fait en sorte qu'ils conçoivent la pouliche ? Le Destin n'appartient-il pas au Dieux eux-même ? Elle en était convaincue dorénavant. Tout en continuant la toilette de sa fille, elle s'imprégnait de son odeur. Elle voulait mémoriser chacun de ses mouvements, chacune de ses respirations. Elle voulait la connaître par coeur alors qu'elle venait à peine de naître. Elle l'aimait déjà de tout son coeur, bien plus que sa propre vie en réalité.
Finalement, la petite jument secoua sa tête et se releva difficilement. Ses membres la faisaient souffrir, tandis que son ventre la lançait toujours de la même manière mais elle savait qu'elle avait un but dans la vie dorénavant : éduquer et élever cette princesse, au rang qu'il lui fallait. Ensuite, elle donna un coup de museau à la petite, pour qu'elle se redresse et vienne téter : mettant ses postérieur écartés pour lui faciliter l'accès. Là, elle bailla brutalement, signifiant sa fatigue. Finalement, avec un tendre sourire elle posa un regard empli de tendresse à son amant.
- Nous voilà parents. dit-elle avec certitude. Seras-tu capable d'assumer ce rôle et ne plus nous abandonner cette fois-ci ? prononça-t-elle comme un énième reproche, mais subtilement cette fois.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
made by guerlain for [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CYRIUS



ÂGE : 27
PUF : C.C.
MESSAGES : 1704

SEXE DU CHEVAL : Etalon
TERRITOIRE : En quête des Trompeuses...


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Naissance d'une providence   Ven 27 Avr 2018 - 7:52

Cyrius observait, émerveillé, sa fille. Elle était si petite, si fragile, et pourtant elle se dressa courageusement sur ses quatre pieds à la suite de sa mère pour aller téter. Là, l'étalon s'approcha et passa ses naseaux sur son petit corps isabelle. Il huma son odeur et s'en imprégna. Nazz'ariah était fatiguée, et pourtant elle assumait son rôle de mère à la perfection déjà.


Cyrius ne savait pas quel genre de père il serait, il ferait au mieux. Après tout, il était déjà père de Commedia. Certes, elle n'était pas de son sang. Il l'avait recueillit, protégée et vu grandir jusqu'à ce qu'elle devienne aujourd'hui une jument presque adulte, forte et indépendante. Oui, Cyrius saurait se montrer à la hauteur, il l'avait déjà fait et Commedia était sa plus grande fierté. Maintenant, il y avait Hallelujah et Nazz'ariah, ils formaient une famille. Commedia accepterait-elle ce changement dans sa vie ? Pas sûre. Quoi qu'il advienne, Cyrius ne perdrait pas Commedia, elle était trop importante pour lui, aussi importante que l'était Hallelujah, il y avait assez de place pour tout le monde.


L'étalon s'approcha de sa compagne et la félicita d'un affectueux coup de tête pour la merveille qu'elle venait de lui offrir. Mais Nazz'ariah avait peur, peur qu'il n'assume pas. Ses craintes étaient justifiées par le comportement passé de l'étalon. Ainsi, sans chercher à se justifier, ce dernier lui répondit d'une voix douce, la regardant droit dans les yeux.


- Jamais je ne vous abandonnai, c'est une promesse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Hallelujah.

avatar

ÂGE : 26
PUF : Winterstorm
MESSAGES : 4

SEXE DU CHEVAL : Princess
TERRITOIRE : Trompeuses


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Naissance d'une providence   Mar 1 Mai 2018 - 0:17

Je suis là, me voilà,
si fragile et si forte à la fois.
Naissance d'une providence

Une délicate lumière pénétra dans la pénombre tandis qu’une poussée fit éclater la bulle d’oxygène. Mes yeux s’ouvrirent timidement mais mon corps fut pousser vers l’avant. Que se passait-il ? Pourquoi ? Comment ? J’étais tellement bien pourtant. Pourquoi maman m’éjecte-t-elle si soudainement ? Pourquoi veut-elle que je sorte si brusquement ? J’étais tellement heureuse. J’ai peur d’avoir froid. Je ne veux pas quitter cette bulle qui m’entoure. Bon d’accord, j’ai l’impression de me noyer mais je dormais si bien, je rêvais si bien. Maman, laisse-moi encore quelques minutes s’il te plaît. Laisse-moi vivre encore un peu dans cet espace. Ne comprends-tu donc pas que je suis bien installée ? Que je suis très bien dans cet endroit ? Je ne te comprends pas maman. Tu m’as pourtant dit que tu m’aimais, que tu me voulais du bien et voilà que tu me vires ? Que tu m’éjectes ? S’il te plaît maman, non … Arrête, s’il te plaît. Ma tête me fait si mal, mes pattes aussi. La lumière me brûle les yeux à tel point que je dois les fermer, à un tel point que je dois retenir ma respiration. Que me fais-tu ?

Quelle est cette sensation ? Quelle est cette douceur que je ressens si soudainement ? J’ose ou pas ? Aller j’ose ! Délicatement, mes paupières se lèvent tandis que mes yeux se posent autour de moi. Oh mon dieu ! Mais c’est vert ! Quel est tout ce vert ? Pourquoi est-ce si vert ? Mais … Pourquoi ai-je si mal à la gorge ? Pourquoi ai-je l’impression d’avoir des couteaux dans la gorge à chaque fois que je veux respirer ? Mais … Ca mouille, ça bouge ? Je relève la tête : maman, c’est toi ! Je te vois enfin ! Oh mon dieu que tu es belle, maman. Tu as des grands yeux noirs, des oreilles brunes et des longues jambes. Tu es si belle. Mais qui est ce cheval à côté de toi ? Pourquoi semble-t-il si heureux de me rencontrer?Pourquoi est-il si doux avec moi ? Serait-ce mon papa ? Serait-ce celui qui m’a fait découvrir ce monde ? Je l’observe. Il est beau lui, aussi, tellement beau. Sa couleur ressemble au Soleil tandis que ses yeux sont aussi doux que les tiens, maman. Papa, maman, je vous aime. J’avais mal au début, mais maintenant je vous remercie. Grâce à vous, je découvre la vie. Je viens de naître grâce à vous. Je vais devenir quelqu’un grâce à vous. Merci, réellement.

Je m’appelle Hallelujah, apparemment. C’est beau comme prénom. Aussi beau que vous, papa et maman. En votre honneur, je vais me mettre debout, car je vous le dois. Une deux trois … Et me voilà debout. Maman paraît étonnée que je me lève si rapidement … Pourquoi ? J’aurais du être plus lente ? J’aurais du tomber ? Mais pourtant mes jambes sont longues mais elles semblent solides. Oh … Mais quelle est cette douce odeur ? Mon ventre fait un bruit bizarre … J’ai l’impression que mes sabots me mènent tout naturellement sous le ventre de Maman. Pourquoi ? Quelle est cette sensation ? Mais le nez de Maman me poussant, ma bouche touchant une tétine et un liquide coulant dans ma gorge me fit comprendre quelque chose : j’en ai besoin pour vivre. J’ai besoin de papa, de maman et de ce liquide blanchâtre pour vivre. Alors sans hésiter une seule seconde, je m’abreuve, en levant et baissant la tête, les yeux fermées. Maman rigole. Papa me surveille. Je me sens protégée. Puis, mon ventre ne faisant plus de bruit, je m’écarte tout naturellement. Soudain, un bruit étrange sort de ma gorge tandis qu’une bulle de liquide éclate, je sursaute et je tombe à la renverse, faisant rire Maman. Vexée, je plaque mes petites oreilles et cache ma tête derrière un espèce de gros amas vert – touffe d’herbe – mais Maman me lèche la nuque, ce qui me rassure. Alors, je tente de me relever, mais mes jambes retombent et je me retrouve le nez dans les sabots de Papa. Mon dieu que je ne suis pas douée...

Code par Melody  |  Gif : nottrulyperfect.tumblr.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nazz'ariah

avatar

ÂGE : 26
PUF : Winterstorm
MESSAGES : 89

SEXE DU CHEVAL : Jument
TERRITOIRE : Orphelines


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Naissance d'une providence   Mar 1 Mai 2018 - 0:20

naissance d'une providence

feat. nazz'ariah & all people
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Bizarrement, elle aurait cru que la sensation ne serait pas si douce. Qu’un bébé venant téter sa mère ne procurerait pas tant de bonheur, de joie mais surtout de paix. Mais elle avait eu tord. Dés lors que sa fille venait de poser ses lèvres sur ses mamelles, elle eut l’impression que le Monde n’existait plus, qu’il n’y avait plus qu’elles. Qu’une bulle venait de se créer subtilement autour d’elles, comme si la vie venait de commencer à cet instant précis. Elle avait l’impression que le passé qu’elle avait pu avoir, que les actions qu’elle avait pu réaliser, que les choses qu’elle avait pu voir n’avaient, ou n’existaient plus, jamais existé. La petite baie avait réellement l’impression de redécouvrir une vie, de rencontrer une toute autre partie d’une vie qu’elle connaissait pas. La succion qu’elle entendait ne la gênait guère, mieux encore elle la rassurait. Ca lui prouvait qu’elle était vivante, que sa fille était vivante et que tout ce qu’elle vivait était bien réel. Que ce n’était plus un rêve, mais une véritable réalité. Elle posa un regard complètement amoureux sur sa fille, tandis qu’elle se délectait de cette sensation d’être mère.
Finalement, la future reine posa un regard sur son amant. Il ne les abandonnerait jamais ? C’était une promesse qu’il disait ? Il avait intérêt. Elle avait eu du mal à accepter son refus d’accepter ses responsabilités durant sa gestation, mais elle n’avait rien dit, espérant qu’il revienne. Et il était revenu. Mais au jour d’aujourd’hui, maintenant qu’Hallelujah était née, elle n’accepterait plus de telles actions. Un seul écart et il disparaîtrait de leurs vies, elle se le promettait. C’était leur fille, certes, mais elle considérait être plus à même d’élever la petite, sachant qu’elle l’a porté pendant plus de dix mois. Elle était possessive et elle l’assumait. C’était sa fille, et pas celle d’une autre. Quiconque la toucherait sombrerait rapidement dans un fossé. Elle n’était pas violente, mais elle n’accepterait aucune douleur contre sa fille. Elle hocha la tête.
- Très bien. Mais sache qu’une seule erreur fera en sorte que je partirais avec Hallelujah. Dit-elle avec certitude. Elle ne voulait pas être méchante, ni autoritaire, seulement d’une petite chose fragile elle était devenue une lionne.
Soudain, un léger rot se fit entendre. Nazzou tourna alors le regard vers sa fille et lorsqu’elle la vit sursauter pour ensuite s’écrouler au sol de peur, elle eut alors un rire attendri. Adorable, totalement adorable. Puis quand elle remarqua que la petite isabelle cachait son visage derrière une énorme touffe d’herbe, vexée, elle sourit encore plus attendrie pour finalement déposer une lèche sur la nuque de sa fille. Dans ces moments-là, les mots ne sont pas nécessaires, un simple geste et un signe suffisait. C’est pourquoi elle fut heureuse que sa fille se relève et veuille marcher : cela prouvait qu’elle avait comprit. Mais lorsqu’elle chuta aux sabots de son père, la mère ne put s’empêcher de rire de nouveau. Là, elle vint délicatement se positionner près de Cyrius, posant son encolure sous celle du roux – il était plus grand – et elle murmura en venant mordiller le toupet de la petite.
- Aussi douée et débrouillarde que son père semble-t-il. Prononça-t-elle entre deux rires silencieux.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
made by guerlain for [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CYRIUS



ÂGE : 27
PUF : C.C.
MESSAGES : 1704

SEXE DU CHEVAL : Etalon
TERRITOIRE : En quête des Trompeuses...


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Naissance d'une providence   Mer 2 Mai 2018 - 5:41

Cyrius observait sa fille se nourrir du lait maternel avec délectation. Serait-il forte ou fragile ? Téméraire ou peureuse ? Extravertie ou réservée ? Seul l'avenir lui apprendrait, et cet avenir se déroulait devant lui tel un tapis rouge. L'étalon posa sur Nazz'ariah un regard plein de fierté. Ils allaient former une belle famille. Lui était un Trompeur, et deviendrait peut être bientôt dominant. Si tel était le cas, Nazz'ariah l'accompagnerait dans sa fonction. Si elle le voulait du moins. Elle devra pour cela changer d'allégeance, car elle appartenait pour le moment à un autre territoire.


Nazz'ariah entendit la promesse de Cyrius, mais ne la prit pas pour argent comptant. Méfiante. Menaçant de partir avec Hallelujah si il ne se montrait pas digne d'elles. L'étalon alezan ne put s'empêcher de sourire à ces paroles. Nazz'ariah avait tellement changé depuis la première fois qu'il l'avait rencontré. Autrefois si facilement victimisable, avec un amour propre inexistant, elle s'affirmait aujourd'hui plus qu'il ne l'aurait jamais imaginé. Sûre d'elle, presque autoritaire, prenant ses responsabilité et n'ayant plus peur de faire face à l'affront. Cyrius aimait ça, il avait besoin que la jument qui partage sa vie soit capable d'imposer sa propre volonté et de lui faire preuve de force de caractère. Toujours souriant, il lui répondit, moqueur :


- Madame porte la culotte, il va falloir que je me tienne à carreau !


Il rit de bon coeur et mordilla doucement la lèvre de Nazz'ariah. La légèreté était de mise, cependant il prenait la menace de la bai au sérieux, sachant pertinemment qu'elle était capable de partir avec sa fille. Sa fille, qui d'ailleurs rota sans retenue.


- Quelle classe... commenta son père en lançant un regard rieur à la pouliche. La petite fit quelques pas puis s'étala aux pieds de Cyrius. Ce dernier lâcha un rire gentiment moqueur tandis que Nazz' commentait une débrouillardise issu des gènes paternels.
Cyrius passa ses naseaux sous le ventre de sa fille et la souleva doucement pour l'encourager à se relever.
Il partit lui-même au trot, tout crins panachés vers une aire herbeuse un peu plus plane qui serait moins accidentée.


- Alors les filles, on traine ? Cyrius lâcha un coup de cul joyeux et trotta sur un large cercle pour encourager Hellujah à apprendre à se servir de ses jambes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Commedia Dell'Arte
Oh what a shame baby now I'm grown

avatar

ÂGE : 21
PUF : PxdxlF
MESSAGES : 201

SEXE DU CHEVAL :

Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Naissance d'une providence   Mer 2 Mai 2018 - 10:19

Le Choeur : Le vent siffle entre ses crins, plaque ses oreilles contre sa nuque et la porte vers une destination inconnue. Commedia galope pourtant, abat les fourrés de ses foulées et écrase le sol meuble de ses larges sabots. Elle est adulte, dans son corps peut-être. Pas encore dans sa tête, qu'elle baisse pour éviter une branche basse. Les feuilles vertes rasent sa croupe et elle émerge des bois. La jeune jument se dresse au sommet d'une bute et pose son regard brun en contrebas. Une silhouette familière s'y dessine, un éclat de roux qu'elle nomme impérieusement.

Commedia : Cyrius ! (le vent accentue l'accent joyeux de son exclamation.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hélium

avatar

ÂGE : 22
PUF : Aneki (étalon77)
MESSAGES : 495

SEXE DU CHEVAL : Etalon
TERRITOIRE : Terres Orphelines


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Naissance d'une providence   Lun 7 Mai 2018 - 7:15


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Qu’on se le dise, Hélium n’avait rien à faire là. Sa dame n’était pas en cloque et il n’attendait aucun enfant à naître dont il serait le père. Néanmoins, le poney n’avait pu résister à l’envie de traîner par ici. Cela lui rappela le petit paradis où sa belle avait mis au monde leurs enfants. Assurément, ce coin-ci ne rivalisait pas le moins du monde ! Ni la même ambiance, ni la même chaleur. Et surtout pas la même compagnie !

Le mini-shetland était donc seul, à galoper comme un dingue en travers de la Rivière de la Vie. S’il s’aventurait par ici sans y être invité, c’était dans l’espoir de trouver un cerveau malléable à manipuler dès les premiers instants. Il se devait, en tant qu’être supérieur, d’éduquer la nouvelle génération, de la mettre au courant des dures réalités de la vie.
Pour le dire simplement, Hélium voulait crier à un nouveau-né qu’il était le maître suprême et légitime de l’île et que le reste du monde, dans son idiotie infinie, lui devait allégeance.

L’étalon aux crins lavés gravit une bute et s’arrêta au sommet pour profiter d’un sentiment éphémère de supériorité. C’est à ce moment-là qu’il vit la petite scène propice à ses desseins quelque peu malsains.
Sur la bute opposée, une pouliche dorée cria. Le vent amena jusqu’à Hélium la voix aiguë d’une pouliche qu’il connaissait bien, celle qui avait foutu le feu à la moitié de l’île (au moins). En contre-bas, elle appelait Cyrius. Le poney remarqua trois silhouettes : deux géants efféminés et un microbe. S’il ne connaissait pas le prénom, il reconnut sans mal sa blonde préférée qui se dandinait autour des deux autres. Allons bon ! Les choses devenaient intéressantes.

Hélium s’engagea à toute vitesse dans la pente et rejoignit le petit attroupement. Il n’aurait pu trouver meilleures victimes pour redorer une humeur qu’il n’avait pas bien forte ces derniers temps. Le petit poney s’arrêta à proximité en gardant toutefois ses distances avec sa belle blonde. Il se souvenait de l’affection de la grande perche et n’était pas sûr de vouloir en être victime à nouveau. Néanmoins, de voir SA blonde fricoter avec une autre et tourner autour d’un microbe qui ne tarderait pas – il en était persuadé et ne voyait pas comment cela pourrait être autrement – à lui casser les pieds, cela ne l’amusait guère. Au contraire, le petit spectacle lui donna une hargne nouvelle.

Qu’est-ce que cela ! s’écria-t-il à pleins poumons, sans s’inquiéter de la possibilité de rendre sourd le petit moucheron. Trahison ! Disgrâce ! Minus, te voilà père ? C’est insensé !

Le mini-shetland tapa du sabot sur le sol et nia de la tête pour marquer sa désapprobation. Il n’y croyait pas une seconde. Il devait y avoir tromperie sur la marchandise. Cela ne pouvait pas être vrai ! Si sa blonde était attachée à un marmot, comment pourraient-ils former leur duo de choc une nouvelle fois pour explorer un autre territoire ? Il ne voulait pas croire que l’arabe s’était lié à une pimbêche et le laissait, lui, l’être suprême, de côté. On ne le laissait pas de côté !!

Ce n’est pas le tien, hein ? (Hélium se décida à être méchant.) Tu crois tromper qui, mon petit Minus ? Je connais tes préférences ! Et ce squelette au bec pointu ? Non, non, non ! Toi, tu aimes les bonnes grosses fourrures, les ventres ronds et les fesses dodues ! Haha ! Je le sais ! Pour toi, j’ai même cherché la perle rare partout sur l’île ! Et elle n’est pas ici, hmpf !

Il y avait parfois des moments où l’incroyable Cortex ne connaissait plus l’élégance. Ce moment en faisait partie. Dans sa jalousie incommensurable, Hélium redevint un parfait gamin et tira ostensiblement la langue à la mégère et au petit diable. Bien fait !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CYRIUS



ÂGE : 27
PUF : C.C.
MESSAGES : 1704

SEXE DU CHEVAL : Etalon
TERRITOIRE : En quête des Trompeuses...


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Naissance d'une providence   Hier à 4:48

*Nazzou ?  méheu*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Naissance d'une providence   

Revenir en haut Aller en bas
 
Naissance d'une providence
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Horse-Wild :: LES TERRES DE LA VIE. :: LA RIVIÈRE DE LA VIE-
Sauter vers: