Jeu de rôle équin
 
AccueilS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Nulle cause n'est perdue

Aller en bas 
AuteurMessage
Commedia Dell'Arte
they call me Lamborghini
'Cause I know just what I'm worth

avatar

ÂGE : 21
PUF : PxdxlF
MESSAGES : 189

SEXE DU CHEVAL :

Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Nulle cause n'est perdue   Mar 13 Fév 2018 - 19:18

Nulle cause n'est perdue
tant qu'il y a un fou prêt à se battre pour elle

Le Choeur : Le monde est fait d'épines et les mortels pleurent des larmes de sang devant leur triste sort. Ils foncent tête baissée et les ronces leur arrachent tout espoir tandis que leurs foulées ralentissent, que le destin a raison d'eux et de leurs espoirs. Certains aventuriers s'égarent et en reviennent scarifiés, tels Commedia Dell'Arte. Regardez là, la jeune jument peine parmi les épines. Il ne s'agit pas là d'une rose qui fleurit, non, elle se traîne et se lamente, affole son compagnon simiesque tandis que du sang dégringole de ses côtes, une chute vermeille qui noie les feuilles sous ses pas. Baba Yaga ne se lasse-t-il pas des péripéties de cette aventurière sans foi ni loi ?

Commedia : Ça fait mal, Baba...

Le Choeur : Des perles vermeille et un sentier d'hémoglobine derrière elle, la bâtarde se teinte de carmin, ressemble à l'Haflinger qu'elle n'est pas entièrement. Sa robe brille d'un éclat ensoleillé, elle est dorée et les ronces lui rappellent que là n'est pas sa place. Son père adoptif est un païen et elle croit fouler ses terres quand en réalité il n'en est rien. Elle connaît pourtant le chemin et sur son dos le singe se dresse, la main en visière tandis qu'il veille. Il n'a pas conscience de la souffrance de sa courageuse monture et quand elle s'effondre, tombe, affaiblie, tout deux poussent un cri.
Un oiseau s'envole, affolé par la chute de Commedia Dell'Arte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ezaël

avatar

ÂGE : 21
PUF : Kan'
MESSAGES : 338

SEXE DU CHEVAL : Étalon

Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Nulle cause n'est perdue   Mer 14 Fév 2018 - 3:32


Rien n'est plus vivant qu'un souvenir.
ft. Commedia Dell'Arte


Le soleil perçait faiblement tant certaines ronces s’élevaient haut dans le ciel. La vallée était baignée d’une lumière timide, les rayons s’écorchant aux épines au même rythme qu’Ezaël. Le jeune mâle avançait, presque adulte maintenant, le coeur battant, encore tiède de la chaleur de son amour découvert. Les petits guerriers pointus, accrochés le long des tiges des végétaux emmêlés, s'agrippaient avec ferveur, tailladant la peau pour mieux faire couler le sang qui pulsait dans les veines, pompé par un coeur amoureux, bien trop heureux pour se soucier des douleurs du corps. Il était déjà passé par là, son sang avait déjà teinté les ronces avides. Mais son esprit ne se le remémorait pas.

Dans sa mémoire, seul Ace s’imposait. Il y prenait toute la place, ayant écrasé férocement les restes de Collapsing, le démon en carton. Plus rien que le rouquin et son aura douce et chaude qui enveloppaient l’irish cob qui n’était plus si petit. Presque trois ans, presque mature, il ne grandirait plus beaucoup, du haut de son bon mètre cinquante-cinq. Il en imposait, s’il avait prit de la hauteur, il avait aussi prit du muscle, et n’avait plus rien d’un bébé si ce n’était encore un air enfantin sur les traits de son visage, une moue boudeuse peut être, d’avoir quitté son aimé pour de nouvelles aventures.

Puis, petit à petit, le chemin sembla moins difficile à arpenter, comme si quelqu’un était déjà passé par là pour ouvrir la voie, écarter les végétaux pour laisser plus de place. Ezaël se faisait tout de même érafler, plus large que le premier équidé qui avait du passer par ici. Une jument, d’après l’odeur qui flottait dans les airs. Le sang de cette dernière teintait ça et là les ronces, bientôt rejoint par l’hémoglobine du mâle qui recouvrait ses pas des siens.

Perdu dans ses pensées qui s’en allaient vers l’élu de son coeur, le retour d’Ezaël à la réalité se fit grâce à un bruit sourd, celui d’une chute, et d’un oiseau qui s’envolait. Devant lui, une jument dorée s’était effondrée. Il franchit les quelques pas qui les séparaient, inquiet pour celle qu’il pensait être une inconnu, certaines portes de sa mémoire toujours verrouillées. Un petit animal qui ressemblait à un singe miniature s’agitait sur la jument, mort d’inquiétude.

Est-ce que vous allez bien ?

Sa voix était devenue plus grave, mais toujours les mêmes sonorités caractéristiques qui l’habillaient. Mais il s’inquiétait vraiment, et le mâle s’appliqua à faire le tour de l’accidentée, usant de son corps pour repousser les ronces environnantes et lui offrir un semblant de clairière, juste assez grande pour qu’elle puisse bouger sans se faire martyriser.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Commedia Dell'Arte
they call me Lamborghini
'Cause I know just what I'm worth

avatar

ÂGE : 21
PUF : PxdxlF
MESSAGES : 189

SEXE DU CHEVAL :

Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Nulle cause n'est perdue   Mer 14 Fév 2018 - 22:03


Le Choeur : La jument est pleine d'épines, elle est faite de pointes végétales qui percent sa peau fragile et l'abattent lentement : elle perd son sang. Le soleil darde sur elle ses rayons trop pales pour la réchauffer, le nectar de vie écarlate s'écoule le long de ses membres et emporte avec lui l'énergie de Commedia Dell'Arte. Son ami simiesque est descendu de son trône inconfortable et lui caresse timidement la joue, tente de la rassurer, la réconforter pour l'encourager à se relever mais l'aventurière est fatiguée. Cette exploration la voit toucher le fond, elle ne trouvera pas les Gorges de Galamus une seconde fois. Des pas écartent les pans de la brume qui enveloppe son esprit et une silhouette imposante se dessine entre ses cils. La jeune jument le reconnaît. Il a bien grandi, grossi aussi un peu mais quel cheval de trait ne le fait pas ? Elle-même a enflé, ses origines n'ont pas perdu pied avec les années et sa robe est simplement un peu plus claire qu'elle ne le devrait. Ezaël lui, ne la reconnait pas. (Elle soupire.)

Commedia : Je vois. Laisse moi Baba, ça va aller.

Le Choeur : L'étalon tournicote autour d'elle tel une abeille ouvrière autour de sa reine et Commedia elle, se souvient avoir prétendu être une princesse. Elle est bien misérable sur son tapis de ronces, guerrière effondrée dans ce qui devient peu à peu une clairière. Ezaël ménage de la place autour d'elle et la jument tâche de se relever, courageuse. Baba Yaga n'ose pas revenir tout de suite en selle. (Elle lui sourit, reconnaissante.) Le singe sautille sur place, les pieds picotés par le tapis de ronces qui a vu l'aventurière tomber. Elle tourne la tête vers son ami d'enfance qui l'a une fois de plus oubliée et laisse échapper, agacée.

Commedia : Ezaël. Tu m'as encore oubliée ? Pfr. Je vais bien, merci de ton aide. Commedia Dell'Arte, on s'est rencontrés dans un Cimetière un peu bizarre et on s'est revus dans mon royaume aux Braises Eternelles, la princesse de flammes, tu te souviens ? La bataille de boue ? Non ? Je vais finir par croire que je ne compte pas pour toi. Eh bien, tu es mon ami et tu vas venir avec moi pour trouver Cyrius et savoir s'il a revu Cynique ou Sinistre, quelque chose comme ça, récemment, il pourra peut-être régler tes problèmes de mémoire. Ce n'est pas la première fois qu'on cherche Cyrius ensemble, Cyrius c'est mon papa pédophile adoptif, tu ne te souviens pas je suppose. Un pur sang arabe roux, on est sur son territoire les Trompeuses, ça te parle ? Non ? Tu viens d'où comme ça ? De quoi tu te souviens d'ailleurs ? (elle reprend son souffle sur la fin.) Tu vas bien ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ezaël

avatar

ÂGE : 21
PUF : Kan'
MESSAGES : 338

SEXE DU CHEVAL : Étalon

Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Nulle cause n'est perdue   Sam 17 Fév 2018 - 15:24


Rien n'est plus vivant qu'un souvenir.
ft. Commedia Dell'Arte


Il tourne et tourne encore, autour d’elle, se trouvant étrangement inquiet de son sort. Peut être la connaissait-il, peut être que son subconscient lui disait de l’aider, qu’elle n’était pas personne pour lui. Mais les portes de sa mémoire restaient désespérément fermées, lui refusant l’accès à ses souvenirs, décidant de les distiller au fil de ses rencontres. Ca avait été la même chose, pour Ace of Hearts. Il ne s’était souvenu de lui qu’une fois qu’il l’avait revu, qu’une fois que tout avait décidé de se débloquer, et les souvenirs l’avaient submergés d’un coup. Le petit être descend de son trône, venant caresser la joue de la jeune jument comme si elle était au bord du trépas. Ezaël s’en inquiéta d’autant plus, le coeur serré, et pressa le pas pour lui créer cette petite clairière.

Alors qu’il termine sa ronde incessante et blessante pour lui ménager un espace confortable, la jeune jument se relève. Elle a parlé, et sa voix sonne familière même si Ezaël ne peut pas se souvenir. Rien ne vient. Son esprit reste brumeux, sombre, noyé dans les ténèbres de l’oubli. Il s’arrête et regarde le petit animal qui sautille, souffrant des piquants certainement. Et elle parle de nouveau. Elle prononce son nom. Le couperet tombe et son souffle s’arrête. Il a mal.

Il l’a oubliée. Encore une fois,apparemment. Elle insinue qu’elle n’est pas importante pour lui,à cause de ses problèmes de mémoire. Ca lui fait du mal. beaucoup de mal. Son coeur est serré, il s’en veut bien plus qu’il ne s’en était jamais voulu. Il a envie de lui crier que ce n’est pas vrai, qu’il n’oublie pas parce que les gens ne comptent pas pour lui, il avait envie de lui dire encore et encore qu’il n’y peut rien. Il a envie de lui crier qu’il en souffre terriblement, qu’il est celui qui s’en veut le plus. Il a envie, à cet instant, de tout abandonner. Son courage s’est évaporé, il se retrouve tout petit poulain, terrifié par sa propre personne. Il n’est rien. Il n’est que bon à oublier, redécouvrir, oublier de nouveau. C’est tout ce qu’il a toujours su faire. Il n’est bon qu’à ça. Ace aurait été là, il lui aurait tiré les oreilles…

La longue tirade de la dorée semble interminable pour le pie. Chaque mot lui écorche les oreilles, serre son coeur. Chaque mot lui fait baisser un peu plus la tête. Ils sont amis. Il l’a oubliée. Il n’est pas à la hauteur d’une amitié, comment pourrait-il l’être en amour ? Tout son monde est remis en question, et c’est lui-même le problème de tout son univers. Il est celui qui met tout en danger, encore et encore. Sa mémoire qui lui fait défaut pourrait un jour lui couter beaucoup.

Tu comptes… pour moi… sa voix se brise et une larme roule sur sa joue. Il la cache avec son toupet, comme s’il ne voulait pas qu’elle le voit. Il veut disparaître. Je viens du golfe, j’y ai revu Ace of Hearts que j’avais oublié alors que je suis amoureux de lui depuis longtemps. parler d’Ace lui fait un peu de bien dans son malheur, cela empêche une autre larme de rouler. Je me souviens de lui maintenant, et de Collapsing. Il m’a fait beaucoup de mal, c’est le seul que je n’ai pas oublié. il fait une pause et déglutit, le coeur malmené. Je n’y peux rien, je ne choisis pas d’oublier. Ca n’a rien à voir avec l’importance que vous avez à mes yeux… Je suis… Je suis juste nul. il déglutit et redresse la tête, résigné. Les larmes ont séché dans ses yeux. Je ne vais pas bien. Je vais, simplement. Un peu mieux depuis que j’ai retrouvé Ace, parce qu’avant j’étais au bord du suicide.

Il n’avait plus rien à dire de plus. Sa mémoire restait désespérément close, aucun souvenir de Commedia ne lui revenait, pas encore. La tristesse et la déception qu’il avait perçues dans sa voix lui martelaient le coeur. Il s’en voulait de l’avoir blessée. Peut être n’aurait-il jamais d’amis. Il ne les méritait pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Commedia Dell'Arte
they call me Lamborghini
'Cause I know just what I'm worth

avatar

ÂGE : 21
PUF : PxdxlF
MESSAGES : 189

SEXE DU CHEVAL :

Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Nulle cause n'est perdue   Mar 20 Fév 2018 - 12:05


Le Choeur : La princesse aventurière est partie à la conquête d'un territoire plus accueillant pour son peuple sans se douter qu'il faudra vaincre moult ennemis pour y parvenir. Il faut préciser que Commedia Dell'Arte foule les terres de son père adoptif et n'a pas de peuple à guider dans ses traces, pas encore. Les Braises Eternelles ne lui appartiennent en rien et maintenant qu'Ezaël l'a oubliée elle n'a plus besoin de prétendre les posséder. Qu'en aurait-elle fait de toute façon ? Le territoire est dévasté et elle ne le sait pas encore mais son destin l'attend autre part. Ailleurs, sur une plage tout aussi sordide. Elle est fille de l'eau et de la lune, un grain de folie sans que le sable ne suffise à ternir l'éclat doré de sa robe. Le sel nimbe ses crins de lumière et ses souvenirs d'enfance la mèneront tôt ou tard là d'où elle vient. Là où tout a commencé. Les vagues l'emporteront avec elles si elle n'y prend pas garde. Désire-t-elle se laisser engloutir par la marée ? L'avenir le lui dira. Le présent se rappelle malheureusement à sa personne et elle pose un regard peiné sur son ami. Sa tristesse n'est pas tant pour elle que pour lui. Ce n'est pas une vie, il survit et vogue parmi les souvenirs qui lui restent et qui lui mènent la vie dure. C'est terrible, d'oublier ceux qui comptent pour lui et la solitude doit être immense.

Commedia : Chut. Ne pleure pas Ezaël, je sais que ce n'est pas de ta faute. Si seulement on pouvait te soigner... Je ne t'en veux pas, mais j'aimerais tellement être celle dont tu te souviens, une lumière pour te réconforter plutôt que des cauchemars pour te torturer.

Le Choeur : Elle s'est relevée en grimaçant et approchée avec un sourire compatissant, à présent elle l'enlace maladroitement, arrange sa crinière pour mieux reposer sa tête sur son garrot dans un élan de réconfort.

Commedia : Même si toi tu ne te souviens pas de moi, ou des autres, tu nous manquerais si tu venais à disparaître. La douleur serait pire encore que d'apprendre que tu nous as oubliés. Dis toi que c'est comme un jeu, un puzzle pour te rappeler qui on est, si on t'aime, ça ne nous dérangera pas, jamais, de le compléter à chaque fois.

Le Choeur : C'est une façon bien timide de faire savoir à son ami qu'elle tient à lui mais Commedia ne ment pas, quand bien-même l'oubli provoque un petit pincement au coeur, le sourire d'Ezaël quand il se souvient d'elle compense bien toute la frustration de son amnésie répétée. C'est pour cette raison qu'elle lui gratte affectueusement le garrot, tâche sans le vouloir sa robe de son sang en voulant le réconforter. Baba Yaga se joint au câlin avec lenteur pour ne pas surprendre l'étalon et l'effrayer. Il fait quelques tresses avec le toupet d'Ezaël visiblement embauché comme figurant pour la scène qu'il va jouer bien malgré lui avec l'actrice qui lui sert d'amie. Au moins ne fait-elle pas semblant avec son amitié, à défaut de jouer les princesses. Elle se détache avec cela en tête, un peu gênée par son élan d'affection et s'ébroue avant de se tourner dans la direction vers laquelle elle allait à l'origine. Il lui faut trouver les Gorges de Galamus et rejoindre Cyrius. Et puis, ça lui permettra de changer les idées à son ami comme ça. Elle lance donc la conversation en se mettant à marcher.

Commedia : Alors dis moi, c'est qui ce Ace of Hearts ? Le petit pie que j'ai vu à la bataille de boue ? Enfin, tu n'en sauras rien toi mais moi je sais de quoi je parle. Raconte moi tout, sauf ce qui devrait être censuré !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ezaël

avatar

ÂGE : 21
PUF : Kan'
MESSAGES : 338

SEXE DU CHEVAL : Étalon

Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Nulle cause n'est perdue   Dim 4 Mar 2018 - 17:49


Rien n'est plus vivant qu'un souvenir.
ft. Commedia Dell'Arte


Ezaël est perdu, il est perdu dans les méandres de sa mémoire qui lui refuse ses souvenirs. Il est perdu dans sa tête, si vaste et si vide, mais en même temps si empli d’elle, d’Ace, de toutes ses rencontres. Emplie de fantômes, de souvenirs qui s’évaporent avant de reprendre contenance, le jour où les portes scellées brisent leurs cadenas, laissant se déverser les flots de souvenirs pour emplir de nouveau la mémoire de ces belles images qui lui réchauffent le coeur. Il n’a pas conscience que son amie joue des rôles, actrice parfaite dans ses rôles. Il n’a pas conscience non plus qu’elle l’a déjà relevé plusieurs fois, n’a pas conscience de l’étendue de l’attachement qu’il a pour elle, de toutes ces belles choses, ces beaux délires dans laquelle il l’a faite jouer, dans ces rôles prestigieux qu’elle avait revêtit avec grâce et honneur, dans lesquels elle s’était dévoilée, bien plus talentueuse et plus douée que jamais personne n’aurait pu l’imaginer.

Mais sa mémoire reste définitivement vide, vide d’elle, vide de souvenirs d’elle, vide de cette amitié qui animait son coeur par le passé. Son blocage reste, perfide, égoïste, gardant ces belles images pour lui, dans ses bras froids et ténébreux. Mais elle lui parle, douce, aimante. Elle le rassure, elle sèche ses larmes, réchauffe son coeur, et se creuse une place, petit à petit, aux côtés d’Ace, dans son coeur. Bientôt il ne pourrait plus l’oublier, plus l’effacer car comme Ace, elle aurait envahi son coeur. Et même sans connaître son nom, il saurait. Même sans se souvenir de son visage, il saurait. Il l’aurait toujours là, près de lui, dans son coeur, alors que sa mémoire l’avait effacée. Il l’aurait pour toujours comme un petit morceau de bois pour l’aider à garder la tête hors de l’eau, comme une lanterne au coeur de la nuit. Il les aurait tous les deux.

Et les voilà tous les deux blottis l’un contre l’autre alors qu’elle s’est relevée, enlacés comme il enlaçait Ace, avec chaleur et douceur, avec ce trop plein d’amour qui déborde de son coeur. Il la serre  contre lui, ayant passé sa tête sur son dos, appréciant cette proximité, cette sensation de ne plus être seul. Il se sentait si vide, dès qu’il partait, dès qu’il avait quitté Ace. Si vide de sens, si vide de souvenirs. Il n’avait gardé qu’Ace dans sa mémoire, l’oubli obligeant, et ignorait à quel point il pouvait exister pour les autres. Même si les autres, inconsciemment, existaient au fond de son âme.

Et elle lui remonte encore le moral, elle le sort de l’eau, le tire loin des abysses auxquelles il aurait pu se laisser aller, s’abandonner dans un élan de désespoir. Son démon pesait encore parfois sur ses épaules, souvent bien vite chassé par le souvenir d’Ace, mais toujours bien présent, menaçant, prêt à le noyer à chaque instant de faiblesse. Leurs sangs se mêlent alors qu’ils sont l’un contre l’autre, tous deux blessés par les soldats épineux qui habitent les ronces. Ils ont l’air presque pitoyable, ces deux jeunes chevaux, sanguinolents et les larmes plein les yeux. Mais ils quittent l’enfance et entrent dans l’âge adulte, apprennent peu à peu à maîtriser des corps aux forces nouvelles, des corps puissants qui, bientôt, pourront battre tous leurs démons.

Le petit singe s’est perché sur Ezaël et il apprécie le traitement qu’il offre à ses crins, le laissant s’installer entre ses deux oreilles alors qu’il écoute et suit son amie dans la suite de leur périple, pour retrouver le père adoptif de sa jeune amie. Il se remémore Ace of Hearts et sourit doucement, le coeur léger, rempli d’amour.

J’imagine que c’est lui… Je ne sais pas s’il est vraiment petit, on fait presque la même taille tous les deux… Mais oui il est pie, mais pas comme moi. Ses tâches à lui sont plus ciselées, comme.. De la dentelle. il sourit à cette idée. Il est précieux. Je.. Je n’imaginais pas qu’il pouvait m’aimer, moi. il hésita. Moi qui oublie, moi qui vous demande de faire tant d’efforts…

Il s’en veut, en réalité, d’être sans le vouloir aussi exigeant avec ses amis.

Je l’aime et il m’aime et… Et je crois que c’est le plus important.

Il s’arrêta soudain lorsqu’un souvenir teinta son esprit. Une sépulture, une odeur de citrouille, un singe bondissant. Puis, un second lui emboîta le pas. La chaleur, l’odeur de brûlé, une princesse conquérante.

Ma princesse des flammes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Commedia Dell'Arte
they call me Lamborghini
'Cause I know just what I'm worth

avatar

ÂGE : 21
PUF : PxdxlF
MESSAGES : 189

SEXE DU CHEVAL :

Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Nulle cause n'est perdue   Lun 5 Mar 2018 - 14:53


Le Choeur : Le dédale de feuilles ne laisse passer que quelques rayons de soleil humides qui peinent à sécher le sang qui ruisselle sur le corps de Commedia Dell'Arte. Les coupures fleurissent ci et là, fines et peu profondes mais douloureuses, si douloureuses qu'elle puise dans sa souffrance pour afficher un masque de conquérante. Elle ne se laissera pas abattre, elle doit trouver son père, sauver son ami à la mémoire défaillante. L'amour, filial, fraternel, c'est un royaume à part entière et elle est prête à le défendre. Ils sont peu, ceux qui comptent pour elle, mais ils sont chanceux.

Commedia : Tu en as de la chance Ezouille, mais sache que s'il fait le moindre faux pas, il aura à faire à moi ! (elle hoche la tête avec conviction.)

Le Choeur : Le paysage change peu malgré leurs pas, pèse sur eux sans que Commedia ne se laisse impressionner. Elle entend le souffle de son ami et se gonfle de fierté. Il se souvient d'elle ! Et elle rayonne, brille de mille feux pour le guider jusqu'aux Gorges de Galamus. Elle réduira tout en cendres s'il le faut, mais elle espère bien sauver Ezaël de ses trous de mémoire. Forte de cette pensée elle tourne résolument à droite et s'enfonce dans un sentier étroit jusqu'à trouver ce qu'elle cherche, un mince filet d'eau qui dégouline parmi les feuilles et lui permet de se rincer dans une cascade de liquide rosé.

Commedia : Pour le moment je suis surtout en sang. Et puis je me suis dis que je devrais peut-être voir plus grand qu'un territoire dévasté par les flammes. Du coup, j'ai mis le feu à un Verger dans les Terres Orphelines. Je ne vais pas faire de catastrophe ici, faudrait pas que Cyrius ait de la mauvaise pub mais il faut que j'aille saccager les Terres Secrètes aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ezaël

avatar

ÂGE : 21
PUF : Kan'
MESSAGES : 338

SEXE DU CHEVAL : Étalon

Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Nulle cause n'est perdue   Lun 12 Mar 2018 - 16:20


Rien n'est plus vivant qu'un souvenir.
ft. Commedia Dell'Arte


Il la suit, le sang ruisselle sur leurs flancs, brille à la lueur du soleil dont les faibles rayons percent à travers les ronces. Cette lumière teintée de vert par les feuilles à travers desquelles elle se fraie un chemin, donne une allure presque mystique à l’instant. La jument devant lui rayonne presque, entourée de cette aura verte et scintillante, mystérieuse et enivrante. Elle avance à travers les ronces, forte de s’être relevée, et elle trace son chemin à travers le labyrinthe sans jamais sembler hésiter.

Lorsqu’elle parle, menaçant Ace s’il avait le malheur de faire quelque chose de travers, Ezaël ne pu s’empêcher de rire. Son coeur bondissait d’amour et de bonheur, heureux d’avoir retrouvé ses souvenirs, heureux d’avoir retrouvé les deux chevaux qui comptaient le plus au monde, pour lui. Sa meilleure amie et son amour. Son roux et sa dorée. Son prince et sa princesse. Gravés tous deux dans son coeur, plus jamais il ne pourra les oublier.

Alors qu’il se perd dans ses souvenirs qu’il revit encore une fois, comme pour être bien certain d’avoir accès à eux, Commedia tourne à droite, presque à 90 degrés. Mais l’irish cob ne réagit pas de suite, continuant tout droit quelques secondes, certainement au plus grand désarroi du singe perché sur sa tête. Il se rend cependant vite compte qu’il s’est trompé, entendant la voix de son amie un peu plus loin. Un peu trop loin à son goût. Alors Ezaël enclenche la marche arrière, trop imposant pour faire demi-tour sur lui-même, et s’empresse de rejoindre son amie, un peu penaud.

Désolé, j’étais perdu dans mes pensées.

Quand il la rejoint il la regarde se nettoyer sous l’eau qui ruisselle le long de ses jambes, prenant une teinte rose à force de diluer le sang sur sa robe. Le pie approche alors et essaie délicatement de retirer une branche de ronces qui s’était emmêlée dans la queue de son amie.

Ca s'agrippe… C’est nul comme truc...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Commedia Dell'Arte
they call me Lamborghini
'Cause I know just what I'm worth

avatar

ÂGE : 21
PUF : PxdxlF
MESSAGES : 189

SEXE DU CHEVAL :

Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Nulle cause n'est perdue   Dim 25 Mar 2018 - 19:22


Le Choeur : Les épines ploient non pas par respect mais pour mieux la griffer et Commedia Dell'Arte s'évade habilement pour échapper à leurs piques. Elles l'insultent et elle est ensanglantée malgré l'eau avec laquelle elle s'est rincée. L'hémoglobine suinte de ses plaies, telles des rictus douloureux et des sourires sardoniques sur sa peau dorée. Elle n'a pas peur, ne craint rien si ce n'est la crasse qu'elle va devoir tirer loin de ses crins, une tâche ingrate qui n'est pas digne d'elle. Ezaël n'a pas ce genre de gêne et s'y attèle délicatement. Elle le couvre d'un regard affectueux et le remercie à mi-voix pour ses efforts avant de lui donner un léger coup de tête joueur.

Commedia : J'ai dis à Cyrius que son territoire était pourri mais il n'était pas d'accord. Dépêchons nous de trouver les Gorges de Galamus pour quitter ce trou paumé et te soigner !

Le Choeur : Maintenant qu'elle a décrété qu'ils lèvent le camp, elle part au trot dans le dédale de verdure. Les épines ne parviennent pas à l'arrêter cette fois et plus rien ne la retient alors qu'elle se lance dans une course effrénée, pousse un cri de guerre tandis que Baba Yaga agrippe sa crinière. Elle informe Ezaël qu'ils font la course dans un hurlement sauvage et prend de la vitesse, bondit par-dessus un fourré épineux et manque de s'effondrer sur un faux plat qui lui griffe les boulets. Bientôt elle a dépassé le creux qui l'a piégée et elle déboule au bord du vide, freinant brutalement et manquant de basculer par-dessus bord. Baba Yaga se rattrape de justesse à son toupet et retourne en sécurité sur son garrot tandis qu'elle reprend son souffle, le coeur battant à la chamade.

Commedia : ATTENTION AU TROU ! (elle hurle dans un élan de clarté.)

Le Choeur : Une cascade se fait soudain entendre tandis que son coeur se calme et elle observe la chute d'eau  sur sa droite avant de jeter un coup d'oeil craintif au vide. C'est une sacré chute qu'elle a failli faire et elle ne voit pas le fond car le bas de la cascade brouille sa vue. Voilà un endroit impressionnant dans cette vallée qui ne paye pas de mine. Qui l'eut cru ? Prudemment, elle recule un peu pour ne pas risquer de tomber par mégarde, elle n'est jamais à l'abri d'une maladresse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ezaël

avatar

ÂGE : 21
PUF : Kan'
MESSAGES : 338

SEXE DU CHEVAL : Étalon

Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Nulle cause n'est perdue   Jeu 5 Avr 2018 - 15:01


Rien n'est plus vivant qu'un souvenir.
ft. Commedia Dell'Arte


Occupé à démêler la crinière de sa meilleure amie, le petit soldat sanglant qu’était Ezaël ne prêtait pas attention à ses propres blessures qui, elles aussi, pleuraient du sang. Quelques épines s’étaient arrachées à leur maison de ronces pour mieux se loger dans la peau du jeune mâle, autant d’aiguilles noires plantées dans les vallées dorées de ses flancs. Une à une, il retirait délicatement les branches emprisonnées dans les crins crèmes de son amie. Le temps semblait suspendu, alors que son esprit s’évadait dans les souvenirs retrouvés, revivant chaque rencontre qu’il lui était donnée à se souvenir, à redécouvrir, comme un vieil album photo poussiéreux retrouvé dans les tréfonds des combles remplis des traces du temps.

Le coup de tête le ramena à la réalité et il offrit un beau sourire à son amie, le coeur gonflé d’un bonheur sans nom, celui d’aimer et d’être aimé. Celui d’être entouré. Celui qui lui dit que, quoi qu’il arrive, il ne sera jamais vraiment seul. Il existe pour quelqu’un. Et cette seule pensée lui suffit à ne plus s’en vouloir outre mesure. Il n’a pas le temps de dire ouf qu’elle est partie au trot dans le labyrinthe de ronces, fonçant cette fois tête baissée dans la végétation, mue d’une énergie nouvelle, d’une détermination sans nom. Le pie sourit un peu et se lance à sa suite, trottant d’abord doucement avant de prendre un petit galop plus confortable pour lui. Son amie hurle, redevient la princesse guerrière dont il se souvient maintenant, et le met au défi de faire la course. Il a déjà du retard et est plus imposant qu’elle, plus freiné par les soldats épineux. Mais il joue le jeu, s’élançant à sa suite en poussant aussi fort que possible sur ses jambes. Il la rattrape lorsqu’elle est surprise par le relief et contourne le bosquet qu’elle a sauté. Il ne la rejoint pas mais n’est pas loin derrière.

Son coeur rate un battement alors qu’il la voit presque basculer dans le vide, en slowmotion. Son sang ne fait qu’un tour et il freine des quatre fers, dérapant à cause de l’inertie de son corps de cheval de trait, finissant sa course à quelques mètres du rebord, laissant derrière lui une terre ouverte, une cicatrice béante témoin de son arrêt précipité. En se redressant, il essaie de reprendre son souffle et renâcle bruyamment avant de se calmer, regardant son amie avec soulagement. Ils étaient passé à deux sabots du pire.

Le paysage est sublime et il rejoint son amie en souriant, la sueur se mêlant au sang sur sa robe bicolore. Encore un paysage qu’il trouve digne de son amie princière.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Commedia Dell'Arte
they call me Lamborghini
'Cause I know just what I'm worth

avatar

ÂGE : 21
PUF : PxdxlF
MESSAGES : 189

SEXE DU CHEVAL :

Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Nulle cause n'est perdue   Ven 13 Avr 2018 - 23:56


Le Choeur : Le temps de l'attend pas et file tel un cheval au galop. Commedia craint qu'Ezaël ne sache s'arrêter et bascule dans le vide, fait un geste pour l'en empêcher. Son pas n'est pas suffisant, elle est trop loin, heureusement le jeune étalon est plus prudent qu'elle et échappe à une mort certaine avec une adresse qu'elle ne peut que lui envier. Il laisse dans son sillage un fossé qu'elle s'empresse de franchir (elle reste prudente) pour se dresser à ses côtés au bord du précipice qu'elle contemple pensivement.

Commedia : Eh bah, encore un peu et notre aventure s'arrêtait là.

Le Choeur : Elle rit faiblement et se remet en marche, longeant le bord sans peur. Commedia n'a pas le vertige et danse avec le vide. Ses chevilles finiront bien par enfler car elle est trop tournée vers elle-même et ses aspirations théâtrales mais pour le moment elle garde l'équilibre avec aisance. La jeune jument traverse la vie et ses aléas sans hésiter, elle est la tornade qui renverse tout sur son passage et ceux qui la connaissent approuveront sûrement de cette image. Elle a déjà oublié sa frayeur face au vide.

Commedia : Les Gorges ne doivent pas être loin ! (sa voix guillerette résonne aux alentours.)

Hors RP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ezaël

avatar

ÂGE : 21
PUF : Kan'
MESSAGES : 338

SEXE DU CHEVAL : Étalon

Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Nulle cause n'est perdue   Lun 16 Avr 2018 - 20:49


Rien n'est plus vivant qu'un souvenir.
ft. Commedia Dell'Arte


Une fois remis de ses frayeurs, Ezaël resta planté là, à regarder le précipice et les nombreuses couleurs qui habillaient le lieu. Tout semblait sorti tout droit d’un conte de fées ou d’un rêve, comme un décors créé de toutes pièces pour les besoins d’une pièce de théâtre onirique où les acteurs évolueraient dans un monde fantastique. L’actrice principale s’approcha du pie qui tourna la tête vers son amie après son commentaire plein de soulagement. Il s’en était fallut de peu pour que le rideau tombe, que les ombres reprennent le dessus et que personne jamais ne puisse expliquer la disparition des deux jeunes chevaux. Le visage d’Ace hanta la mémoire d’Ezaël. Il ne voulait pas le rendre triste, ne pas lui infliger ça. Il se devait d’être plus prudent, pour lui. Pour eux, pour ce futur qu’ils voulaient construire à deux.

Bientôt, Commedia était repartie, équilibriste sans cesse en danger sur un fil. Comme si un rien pouvait décider de son sort, comme si aucun filet ne l’empêchera jamais de sombrer dans l’oubli et la déchéance. Ezaël la suit, plus loin du vide, marqué par cette idée qu’il se doit de vivre pour Ace, s’il ne vivait pas pour lui.

Les deux jeunes chevaux continuèrent d’évoluer dans ce paysage somptueux, quittant l’enfer des ronces pour découvrir ce lieu secret que Commedia cherchait.

Fin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Nulle cause n'est perdue   

Revenir en haut Aller en bas
 
Nulle cause n'est perdue
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» "La Route Perdue"
» Perdue en Forêt (PV: Kairi)
» Cybèle, l'elfe perdue
» A la recherche de la bouteille perdue!
» NALA CANICHE ABRICOT F 13 ANS PERDUE DANS LE 34

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Horse-Wild :: LES TERRES TROMPEUSES. :: LA VALLEE DE RONCES-
Sauter vers: