Jeu de rôle équin
 
AccueilS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Les chaleurs ont lieu du 1er au 15 du mois.

Partagez | 
 

 Épitaphe. [Fini]

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Sorrow
ize of the world

avatar

ÂGE : 20
PUF : Chunsa.
MESSAGES : 5349

SEXE DU CHEVAL : Quéquette 👀
TERRITOIRE : Concierge des Terres Orphelines à la retraite.


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Épitaphe. [Fini]   Sam 10 Fév 2018 - 14:36

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Épitaphe

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] que des oboles brillaient parmi les galets tranchants du lit de sa rivière.

Des yeux dorés au regard rendu vague par le mouvements inlassable du courant particulièrement féroce en hiver, emportant sur son passage les dernières feuilles de l'automne. Des offrandes racornies hésitant à se noyer à chaque remous.

Bientôt, il retrouverait brièvement un royaume qui n'était plus le sien, pour y déposer quelque chose qui ne lui appartenait pas. Il retournerait voir la rivière dont il avait longé les rives tant de fois, et il baisserait la tête comme l'avaient faits maints imprudents avant lui afin de dévisager ces étincelles d'or sortant de temps à autre de leur torpeur pour offrir des regards complices à l'éventuel baigneur.

Il avait toujours pensé que ce n'était pas l'imprudence qui tuait les malheureux s'aventurant dans les profondeurs du ruisseau, mais plutôt une inexplicable ivresse qui convainquait l'âme égarée qu'il y avait là une source prête à remédier à tous les malheurs. Qu'il se présente comme une fontaine de jouvence ou une coupe empoisonnée, le ruisseau sans fond attirait inexorablement les âmes assoiffées en son sein, pour les coucher sur son matelas d'or, de vase et de pierres polies.

Comme les os rendus trop blancs par les caresses incessantes de l'onde.

Il retournerait donc à son ruisseau ; il y trouverait des restes connus et inconnus à la fois. Ceux d'un enfant appelé Raven, que Perjury avait tué il y a de cela tant d'années. Ceux de créatures trop dévisagées par les années pour être reconnaissables.

Il ne se recueillerait pas sur ce tombeau aquatique, mais s'enfoncerait plutôt dans un endroit secret, un endroit méconnu, un endroit que lui-même n'avait deviné que tardivement.

La crypte était peut-être ce qui appelait les morts et les vivants dans les draps de la rivière ; il y avait quelque chose de l'Enfer dans ses rutilements.

Les oboles avaient toujours été, dans son esprit, une tentative d'apaisement : quiconque voulait trouver la crypte devait braver la mort pour pénétrer dans ce premier couloir de l'Enfer.

Il se serait comparé à un Orphée moderne plus longtemps s'il n'avait pas été perturbé par le glapissement d'un goéland au-dessus de lui.

Sorrow tourna la tête. Oui, il songeait à son domaine, tout en foulant celui d'un autre roi déchu. Un roi invisible, un roi mendiant ; il pensait trop souvent à Perjury ces derniers temps, rappelé à son souvenir par ses terres étranges et étrangères.

Les Secrètes recelaient des mystères effroyables. Tous les gens qu'il y avait croisé, jusque là, étaient fous. Lui-même devait faire attention à son esprit. Il se concentrait sur l'objet de sa visite : la boîte à musique que Perjury lui avait volé et qu'il devait ramener aux Terres Orphelines, cacher à son tour là où personne ne pourrait la dérober à nouveau.

Cette grande mare là était plus salée et moins tumultueuse. La mer paraissait presque lasse, s'abandonnant à ses pieds en les baisant d'un peu d'écume sale avant de se retirer d'un roulement lent et paresseux, recrachant de temps à autre ce qu'elle digérait présentement au fin fond de ses entrailles.

C'était une illusion. Les multiples carcasses de navires qui l'entouraient prouvait bien que cette eau là était aussi menaçante que celle de son pays, peut être plus encore.

Et pourtant il avait les yeux rivés sur un petit point sombre, presque flottant, loin de la terre ferme.

Les terres d'Horse-Wild semblaient regorger de portes vers l'au-delà ; si on ne trouvait pas les failles, on pouvait enfoncer les portes avec les mauvais mots. Aléas s'en assurait.

Il n'aurait pas besoin de ce radoteur trop chatoyant. Il lui fallait juste trouver un endroit où la mer n'était pas trop profonde...

Oui, la boîte à musique était là-bas. Une sorte de certitude pesait sur son coeur depuis le réveil. Il avait fouillé les navires échoués, retourné les coffres vidés par les mouettes chapardeuses, écouté les murmures des coquillages... Sa boîte à musique était non loin de là.

Sorrow entendit un bruit, mis quelques temps à comprendre qu'il ne s'agissait pas de l'ultime lamentation d'un oiseau affamé.


Dernière édition par Sorrow le Lun 28 Mai 2018 - 16:41, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CYRIUS

avatar

ÂGE : 27
PUF : C.C.
MESSAGES : 1925

SEXE DU CHEVAL : Etalon
TERRITOIRE : Dominant des Terres Trompeuses


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Épitaphe. [Fini]   Lun 12 Fév 2018 - 10:16

Seconde fois en quelques semaines que Cyrius foulait le sable de la Plage dévastée. Un endroit qu'il n'affectionnait pas particulièrement, trop de vent, air trop frais, trop humide, trop bordélique, trop chaotique... Cependant ces jours-ci, le moral n'était pas au beau fixe, et le chaos l'appelait à lui tel un vieil ami qui lui seul pourrait comprendre...


La dernière fois qu'il était venu ici, il avait fait connaissance avec Fifa, cette jument impétueuse forte de caractère mais néanmoins drôle et qui n'avait de crème que la robe. Ils avaient fait un bout de chemin ensemble et cette dernière avait fait bonne impression à l'alezan qui lui avait confié ses projets de dominance.


Cyrius marchait sur le sable, loin de l'eau, proche de la forêt de palmiers dans laquelle il avait fait une partie de Shoot-coco avec la jument crème...  Le sol était toujours jonché de divers trésors, cet endroit semblait être une perpétuelle décharge publique à ciel ouvert.... Silencieux et pensif, le mâle accrocha du regard une vieille épave, échouée plus loin devant lui. Cette même épave visitée avec Fifa et qui cachaient des cadavres de plusieurs espèces... Certainement pas le meilleure endroit ce cette plage, l'odeur insoutenable revint en mémoire de l'étalon qui détourna le regard de cette ruine mortuaire...


Sans vraiment y faire attention, Cyrius avait modifié sa trajectoire. La mer était désormais à égale distance de la forêt, l'étalon en plein milieu de l'étendu sableuse avançait tranquillement, ses crins quelques peu négligés flottant au vent... Le vent, qui apporta une odeur nouvelle à ses naseaux. Quelqu'un était ici, un cheval.


Plus attentif, l'alezan mit son ouï et sa vue au service de son odorat pour trouver la source de l'émanation, et bientôt, il aperçu une silhouette sombre et immobile au bord de l'eau, un peu plus loin. Un léger sourire d'exaspération apparu sur les lèvres de l'étalon qui n'eut pas besoin de se trouver très proche pour constater que l'équidé en question ne pouvait être autre chose qu'un frison. Robe noire, grande taille et morphologie reconnaissable. Les frisons ne manquaient pas sur Horse-Wild, ainsi, mettant le cap sur l'individu, Cyrius tâcha de deviner qui se cachait derrière cette silhouette flou, faisant la liste de ses connaissance..


Ouragant ? Peut être bien, quoi que ce frison avait l'air de belle taille, Cyruis paria plutôt pour un mâle... Shiro ? Sans avoir grand besoin de tergiverser, l'alezan opta pour cette identité, la ressemblance était plutôt frappante.


Accélérant légèrement l'allure pour arriver à proximité du Frison, la bonne humeur de Cyrius revint furtivement, titiller du frison le mettait toujours en joie.


L'alezan s'arrêta enfin à proximité de Shiro et s'annonça d'un joyeux salut :


- Bien le bonjour, Shi...


Cyrius avait eu le temps de dévisager l'étalon qui avait tourné la tête vers lui, et ça n'était pas Shiro. Surpris, l'alezan fit un pas en arrière, posant sur le frison un regard mêlé d'incompréhension, de doute et de stupéfaction. Ce cheval n'était pas Shiro, malgré tout, Cyrius le connaissait, il s'agissait de son papa bien-aimé.


- T'es pas mort ??
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sorrow
ize of the world

avatar

ÂGE : 20
PUF : Chunsa.
MESSAGES : 5349

SEXE DU CHEVAL : Quéquette 👀
TERRITOIRE : Concierge des Terres Orphelines à la retraite.


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Épitaphe. [Fini]   Mar 13 Fév 2018 - 19:42


Une bourrasque de vent se leva et hurla en prenant des intonations tellement réalistes qu'il hésita à regarder autour de lui pour deviner la source du bruit qui l'avait perturbé. Les Secrètes étaient, de toute façon, des terres d'illusions, dans lesquelles toutes les créatures apprenaient à mentir pour mieux survivre.

Trop aguerri par l'âge et donc trop aiguisé par des années à regarder si son dos n'avait pas été poignardé par un quelconque Brutus, il tourna la tête pour mieux discerner une silhouette qui avançait. Il s'agissait manifestement d'un cheval assez grand, alezan et plutôt fin.

L'ancien dominant retint son soupir ; si cet énergumène était à l'image des deux autres rencontres qu'il avait fait sur ce territoire, il serait complètement toqué. Non pas qu'on ait besoin de s'aventurer jusqu'aux Terres Secrètes pour rencontre des olibrius auxquels manquent quelques cases ; des souvenirs flous remontaient à son esprit, mais le visage bien clair de 'Graph flottait surtout devant ses yeux. Cette increvable fouille merde qu'il avait fini par affectionner, de l'amour haineux qui lui était coutumier et qu'il réservait à ces êtres exceptionnels qui parviennent à allier irrévérence et esprit.

Il détourna les yeux pour scruter derechef la mer calme mais sale, qui dégueula sur le sable blanchâtre quelques lambeaux d'une voile qui avait du être, dans une vie meilleure, un peu moins grise.

Sorrow sentit que l'autre pressait le pas, ses sabots s'abattant lourdement dans le sable plutôt épais. Il s'arracha aux vagues pour le regarder venir avec une certaine méfiance, le toisant presque, mais ne put s'empêcher de remarquer, au fur et à mesure que ses traits devenaient de plus en distincts, que quelque chose grattait avec insistance la surface de son esprit : l'alezan lui rappelait quelque chose.

C'était un pur-sang arabe. Il en connaissait peu, sinon pas. Un pur-sang arabe alezan... Non, il n'en comptait pas parmi ses amis, ou ses ennemis. Mais il avait eu des amis et des ennemis dont il ne soupçonnait pas l'existence par le passé ; et il y avait définitivement quelque chose dans cette dégaine un peu nonchalante...

Une voix s'éleva.

Elle lui était familière.

Moins familière était cependant la stupéfaction qui maculait les traits de l'autre cheval. L'inconnu recula d'un pas. Sorrow eut un rictus désabusé automatique, reluquant toujours le spécimen. Un pur-sang arabe...

Lorsqu'il avait reculé, quelque chose sous son ventre avait eu un petit mouvement de balancement, comme s'il avait été équipé de mamelles bien pleines... De gourdes... Le genre de tremblement qui secouait les feuilles au printemps, lorsque les fruits commencent à être mûrs... Les fruits... La chiasse... Pourquoi la chiasse ?

Sorrow n'eut pas le temps de poursuivre le fil très logique de cette pensée, surpris par la question de l'alezan. Il entrouvrit la bouche, hébété, avant de la refermer sur une grimace.

Préférant ne pas répondre - non, il n'était pas MORT, pourquoi serait-il MORT, il se portait très bien, il faisait du sport tous les jours, il mangeait de l'herbe de bonne qualité, il CHIAIT très bien, et pourquoi encore cette histoire de CHIASSE... - il fit un pas sur le côté pour détailler le profil du pur sang.

Il tomba sur une paire impressionnante de POIRES, et un déclic soudain se fit dans son esprit.

" HAHA ! " s'exclama-t-il, ne pouvant retenir son expression victorieuse : " Les poires pour mon tipi ! "

Et, ne se souciant pas de l'effet que pouvait avoir ses sinistres propos, il fixa Cyrius droit dans les yeux :

" Je dois avouer que ça ne m'est pas arrivé dernièrement, l'ami. "

Pris d'un doute, il cligna des yeux pour s'assurer que son corps lui répondait bien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CYRIUS

avatar

ÂGE : 27
PUF : C.C.
MESSAGES : 1925

SEXE DU CHEVAL : Etalon
TERRITOIRE : Dominant des Terres Trompeuses


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Épitaphe. [Fini]   Mer 14 Fév 2018 - 10:07

Un sourire béat orna les lèvres de l'Arabe qui jaugeait à présent le dénommé Sorrow avec une stupéfaction presque euphorique. L'autre, à l'inverse, l'avait toisé avec dégoût avant de faire fonctionner ses méninge à plein régime pour se rappeler de son identité...


Sorrow... Ancien dominant des Terres Orphelines que Cyrius était venu titiller lors d'une rencontre qui restait gravée dans sa mémoire. Une rencontre marquée d'urine, de crottins et de menaces d'émasculation que l'alezan n'avait pas oubliées. Beaucoup d'agressivité mais finalement, un bon souvenir.


L'étalon alezan continuait de sourire tout en observant le frison, son grand nez caractéristique, et son regard meurtrier, oui aucun doute, Sorrow était bien là, et d'ailleurs, il remit cette histoire de poires sur le tapis, d'entrée de jeu.


Cyrius ria bruyamment, euphorique, finalement il lui semblait que Sorrow était le seul cheval qu'il eut croisé à la fois lors de son premier passage sur Horse-Wild, quelques années plus tôt, et aujourd'hui, ce qui signifiait qu'il allaient avoir plein de choses à se raconter, à condition que l'autre ne cherche pas réellement à l'émasculer bien entendu.


- Mes poires se portent à merveilles et sont bien là où elles doivent être, mon cher Sorrow. J'espère qu'il en est de même pour les tiennes ?


Cyrius tenta un coup d'oeil indiscret mais la robe sombre et les crins touffus du frison lui masquait considérablement la visibilité. Il soutint donc finalement le regard de Sorrow sans pour autant reprendre son sérieux, où était passé cet espèce de patapouf hargneux durant tout ce temps ? Comment n'avaient-il pu pas se croiser avant ?


- Ce qui est très curieux, c'est que lorsque je suis revenu ici il y a quelques mois, une jument m'a affirmée que tu étais mort... 


Quelques secondes de silence durant lesquelles Cyrius suivit du regard un débris en plastique porté par le vent sur le sable, avant de reporter son attention sur Sorrow.


- Il va sans dire que je me fais une joie de constater que ce n'est pas le cas.


Sourire faux-jeton de circonstance, Cyrius était à deux doit se soulager ses intestins sur place pour fêter ces retrouvailles exquises.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sorrow
ize of the world

avatar

ÂGE : 20
PUF : Chunsa.
MESSAGES : 5349

SEXE DU CHEVAL : Quéquette 👀
TERRITOIRE : Concierge des Terres Orphelines à la retraite.


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Épitaphe. [Fini]   Mer 14 Fév 2018 - 22:22


" Mes noix sont bien accrochées, " rétorqua-t-il nonchalamment. " Les tiennes semblent toujours menacer de tomber, cependant, tel le fruit trop mûr... "

Il doutait qu'un étalon sur Horse-Wild possédasse une paire aussi visible et pendante que celle que portait Cyrius depuis de nombreuses années.

Oui, c'était bien là son trait caractéristique. Sorrow se souvenait d'une journée pluvieuse - quelle journée ne l'était pas, aux pluies perpétuelles ? - au cours de laquelle il avait croisé le crottin, son propriétaire et finalement l'insolence de ce dernier. Cyrius.

Il l'avait connu alors qu'il était encore dominant.

Il ne l'était plus, ce qui acheva de dessiner une grimace sur ses traits. Il avait toujours, pas très secrètement, aimé se retrouver dans une position de supériorité qui lui permettait d'aborder un interlocuteur avec la connaissance que, quoi qu'il advienne, il était le dominant. Le souverain légitime...

Sorrow scruta ce souvenir vivant avec un air soupçonneux, tentant de déterminer si l'alezan lui disait la vérité. Ne trouvant pas de raison pour laquelle l'autre souhaiterait lui mentir, il répondit finalement, tentant de comprendre :

" Quelle jument ? "

Quelle petite traînée avait pu se permettre de...

Mélodie ? Pourquoi sa fille aurait-elle souhaité ça ? Querouane ? Voilà des années qu'il n'avait pas parlé à Querouane, mais il avait du mal à l'imaginer dans ce rôle. Kuro ? Kuro était un mâle, qui, selon ce qu'on lui avait rapporté, atteignait une stature tout à fait remarquable... Et n'avait pas tendance à se travestir...

Quoique...

" J'ose espérer, " dit-il d'une voix traînante, " Que tu n'as pas relayé la nouvelle trop vite. Je n'ai pas encore eu le temps, vois-tu, de composer une bonne épitaphe... "

Mort. C'était étrange, d'être confronté ainsi à sa propre mortalité ; il y a deux mois à peine il retrouvait Hyuna', la chair de sa chair, adulte alors que lui était un roi en exil... Et voilà qu'il était mort, comme si la fin de son règne avait été synonyme de la fin plus définitive encore de son corps et de son esprit.

Non, il avait encore des choses à vivre. Et des choses à trouver.

Il tourna son regard vers l'île qu'il devait rejoindre, l'esprit embrouillé cependant par cette étrange nouvelle. Mort...

Cyrius affichait un grand sourire dentu.

" Tu m'excuseras de ne pas prendre tes propos trop à la lettre, " répondit-il avec l'ombre d'un rictus ironique.

Non, il n'aimait définitivement pas ce nouveau rapport d'égal à égal qui venait de naître. Cyrius ne s'était pas distingué par son pressant respect envers la monarchie lors de leur première rencontre, mais il y avait quelque chose d'insupportable dans l'idée de retrouver quelqu'un lorsque soi-même on est affaibli. S'aurait été comme croiser l'ombre de Black Night ou de son père, ces clowns moqueurs jaillissant toujours à l'instant propice de leur boîte...

" Non, " grogna-t-il soudain, s'agitant, " Déchu peut-être, mais pas mort... Ces terres sont maudites. Chaque rencontre que j'y fais est plus grotesque que l'autre... "

Et il fit un pas en avant, les yeux cloués sur ce minuscule îlot au milieu des flots.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CYRIUS

avatar

ÂGE : 27
PUF : C.C.
MESSAGES : 1925

SEXE DU CHEVAL : Etalon
TERRITOIRE : Dominant des Terres Trompeuses


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Épitaphe. [Fini]   Mar 20 Fév 2018 - 10:22

Cyrius pénétra l'espace vitale de Sorrow pour s'approcher des flots. Il campa ses quatre pieds dans le sable détrempé; tandis que les vagues léchaient ses membres avec la dextérité d'une masseuse professionnelle. Il tourna un oeil mystérieux vers Sorrow dont il avait apparemment piqué la curiosité. Mais qui donc avait bien pu prétendre que le Grand Sorrow était mort ? Rien que dans l'espoir de faire subir un éventuelle châtiment part le biais du frison à la coupable, Cyrius tacha de la décrire avec précision.


- Elle s'appelle Mal'. Une jument blanche, une dizaine d'année, impertinente. Je l'ai rencontré sur les Pluies Perpétuelles, elle prétendait être la nouvelle dominante des lieux depuis ta mort tragique... J'ai bien tenté de relayer la bonne nouvelle - Cyrius adressa un sourire appuyé à Sorrow - mais je me suis heurté à ton fils qui m'a affirmé que tu étais vivant aussi certainement qu'il te déteste... Il veut prendre ta place m'a t-il appris...


L'alezan avait un certain plaisir à retrouver Sorrow. Leur relation était ambiguë et complexe, Cyrius avait toujours vu Sorrow comme son meilleure ennemi, un cheval qu'il prenait plaisir à défier et enquiquiner sans limites, sans pourtant éprouver pour lui de la haine. Ca n'était pas comme avec Collapsing, qu'il considérait comme un déchet dans lequel on peut shooter encore et encore sans pour autant ressentir de plaisir. Quelque part, très au fond de lui, l'alezan avait toujours eut un certain respect pour Sorrow, chose qu'il n'avouerai évidement jamais, préférant largement fêter sa mort à grand renforts de feuilles de thé. Respect qu'il n'aurait  jamais pour Collapsing, qui ne lui inspirait pas la moindre considération.


- Déchu donc... répéta Cyrius en suivant le regard de Sorrow vers l'îlots un peu plus loin dans l'océan. Te voila donc faisant partie du petit peuple, tragique... Le temps à passé, bientôt c'est toi qui viendra pisser sur ma pelouse et moi qui menacerai de te couper la tête... D'ailleurs, quelles rencontres grotesque as-tu faites ? Car je n'ai pas eu l'occasion de croiser ta carcasse depuis longtemps, mais j'ai fait la connaissance d'un paquet d'individus...


Une vague plus grosse que les autre s'éclata contre le poitrail de Cyrius qui grimaça au contacte de l'eau un peu trop fraîche. Sinistre plage dont il ne voudrait pas sur ces terres...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sorrow
ize of the world

avatar

ÂGE : 20
PUF : Chunsa.
MESSAGES : 5349

SEXE DU CHEVAL : Quéquette 👀
TERRITOIRE : Concierge des Terres Orphelines à la retraite.


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Épitaphe. [Fini]   Mar 20 Fév 2018 - 20:13


Les mouettes tournaient en cercle au-dessus d'une épave rongée par les algues. Elle était devenue presque végétale, un élément naturel qui perdait les traces de son humanité. Seules les voiles, déchiquetées et inutiles, flottaient encore sous la brise, comme animées par l'espoir qu'un souffle de vent assez fort sortirait le navire de sa lente putréfaction.

Putréfaction ! C'était là une exclamation qui aurait pu quitter sa bouche. Elle ne fut secouée que d'un tic, alors qu'il apprenait l'étendue de la trahison.

" Mal', " répéta-t-il, d'un ton doucereux, " C'est étrange. Lorsque je l'ai rencontrée, elle s'appelait Graph. "

Il fixa l'horizon avec l'insistance de celui qui ne veut plus être là. Il rêvait de galoper jusqu'à ses Terres, où il serait sûr de pouvoir la dénicher. Elle avait toujours eu des ambitions, avait toujours été insolente ; mais de là à propager la nouvelle de son décès, de là à prétendre qu'il ne restait plus rien de lui...

Sa lèvre se retroussa sur ses dents. La mention de son fils ne faisait que parachever sa mauvaise humeur, et il lâcha presque malgré lui quelque chose qui ressemblait à un ricanement, tentant d'ignorer la démangeaison qui l'ordonnait de déguerpir pour retrouver cette inconnue dont personne ne connaissait finalement le nom.

En un jour, il apprenait sa mort et prenait connaissance des ambitions de son fils aîné. L'héritier mâle légitime... Un nouveau rire guttural menaça de sortir de sa bouche, mais il étouffa dans sa gorge alors qu'il songeait à ce qui lui servait de progéniture.

" Ce n'est pas à un animal blanc comme un spectre que je m'en remettrais pour des nouvelles de ma bonne santé. "

Il renifla.

" Quant à ses ambitions, elles flattent mon esprit sénile... L'imitation est un signe d'admiration profonde. Mais il est un peu vieux. J'avais déjà un trône, à son âge..."

Non, il ne pouvait pas partir maintenant. Il se força au calme, tenta de se focaliser sur l'objet de sa quête. Une fois dans sa vie, il pourrait se concentrer sur des intentions nobles... Puis se déchaîner sur ce qui se hissait sur son chemin. Être mort aurait pu être bien pratique, après tout... Le sort réserve peu d'honneurs aux profanateurs de tombes.

Sorrow observa Cyrius, mesurant sa stature.

" Toi, dominant ? Après avoir ri au nez de la monarchie ? Les temps changent, et les têtes sont tournées par quelques promesses divines... "

La mer s'agita un peu. Le pur sang arabe s'était rapproché de cette dernière, et Sorrow le rejoignit, les lèvres serrées sur son projet de la traverser.

Il entrouvrit la bouche, exhala.

" Je te raconterai cela. Mais pas avant d'avoir rejoint cette île. "

Puis il adressa un regard à son nouvel acolyte, ni interrogateur ni affirmatif. Il irait sur l'île quoiqu'il advienne ; c'était une nécessité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CYRIUS

avatar

ÂGE : 27
PUF : C.C.
MESSAGES : 1925

SEXE DU CHEVAL : Etalon
TERRITOIRE : Dominant des Terres Trompeuses


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Épitaphe. [Fini]   Ven 23 Fév 2018 - 10:33

Cyrius ne savait pas de quelle planète Sorrow atterrissait, il n'avait aucune idée de l'endroit où il avait pu se trouver ces derniers temps. Cependant, les quelques informations que l'alezan avait offertes au frison semblaient avoir pour ce dernier un aspect totalement inédit. Sorrow ne laissait pas paraître grand chose, mais il n'était visiblement pas aux courant des derniers potins du coin. Heuresement pour lui, Cyrius ferait une commère idéale. 


Mal', Graph. L'autre ambitieuse écervelée était décidément une artiste du mensonge. Cyrius nota sur le visage de Sorrow quelques tiques trahissant une certaines colère... L'alezan ne put empêcher un léger sourire, Mal, ou Graph, allait passer un sale quart d'heure si elle croisait la route de l'ancien dominant. Cette perspective illuminait la journée de Cyrius considérablement.


Sorrow avait manifestement pour son fils tout un florilège de sentiments positifs : Mépris, dédain, dégoût. 


- Les goûters d'anniversaire devaient être tout à fait charmants... 


Petite réflexion qui se perdit dans le bruit des vagues, Cyrius avait bien compris, après sa rencontre avec Kuro, que les relations familiales étaient quelque peu tendues. Le pourquoi du comment n'intéressait absolument pas Cyrius, cependant la vision imaginaire de Sorrow en père attentionné lui arracha malgré lui un nouveau sourire extatique.


L'alezan avait soulevé l'intérêt de Sorrow qui s'était tourné vers lui en le fixant avec insistance.


- Prendre la place du roi est la seule astuce que j'ai trouvé pour devenir beaucoup plus respectueux de la monarchie. D'ailleurs, si persécuter du solitaire égaré te manque, je cherche un Grand Intendant du Roi. Clin d'oeil aguicheur, plaisanterie qui ne ferait rire que lui.


L'alezan reporta son attention sur l'îlot qui, décidément, semblait être en ligne de mire de son vieux comparse. Qui donc avait-il croisé , Et surtout, qu'avait-il bien pu faire pendant tout ce temps ? Bien décidé à connaître les dernier potins de la vie de Sorrow, Cyrius acquiesça à sa proposition pourtant si peu engageante. 


- J'espère qu'elle vaut le coup ton île !


Le grand alezan, s'avança parmi les flots, et se mit rapidement à l'eau malgré la température désagréable de ceux-ci. La mer était agitée, mais l'opération largement réalisable. Sans attendre Sorrow, il commença à nager, mettant le cap sur le fameux îlot.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sorrow
ize of the world

avatar

ÂGE : 20
PUF : Chunsa.
MESSAGES : 5349

SEXE DU CHEVAL : Quéquette 👀
TERRITOIRE : Concierge des Terres Orphelines à la retraite.


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Épitaphe. [Fini]   Ven 23 Fév 2018 - 19:24

Il digéra le fait que Cyrius voulait devenir dominant tout à fait brutalement. Il fixa soudain l'alezan, se rappelant de la silhouette de sa fille, perdue au milieu de la nature dans les Rocheuses. Un terrain escarpé, étranger.

Hyuna' ne désirait pas reprendre les terres de son père mais celles de la jument qui avait tué sa mère. Si Kuro voulait quant à lui s'emparer des Terres Orphelines, il devait être accompagné de la fille d'Ocëan Pearl, qu'il ne connaissait pas...

L'imbroglio le laissa songeur.

Ainsi Cyrius aurait pu être un rival ; pas le sien, mais celui de son enfant préféré.

" Je connais d'autres êtres qui pourraient bientôt chercher à me faire intendant, " dit-il lentement, laissant le temps à la réflexion de peser sur sa langue.

Il n'avait plus envie de faire la police, ce travail ingrat et épuisant qu'il avait partagé pendant un certain nombre d'années. Mais avoir un allié placé stratégiquement à la tête des Terres Trompeuses lui aurait permis de ne pas finir ses jours dans un exil constant, accompagné seulement par son ombre et par Geisha qui méritait mieux qu'une vie de vagabondage sous la menace possible (probable ?) de l'erreur qui voulait s'emparer de ses anciennes terres.

Le frison laissa ces pensées de côté pour tâter l'eau, devinant quel passage permettrait de traverser sans s'épuiser. Il lui faudrait faire attention à la marée et aux vagues gourmandes. Il ne comptait pas revenir les mains vides, et ne voulait pas non plus abandonner son trésor à l'avidité des flots.

" Je ne promets rien. "

Comme une étrange version du morse et du charpentier qui tentent de dévorer les huîtres, le duo se jeta à la mer. La baignade n'était pas désagréable, bien que l'eau conserva une température typiquement hivernale. Elle n'était pas d'une propreté irréprochable ; quelques débris flottaient autour de son encolure. Aucun prédateur. Le seul danger était l'immensité ouverte sur l'horizon.

L'îlot ne prenait pas des allures plus majestueuses au fur et à mesure qu'il en approchait. S'il s'agissait là d'un nouvel Enfer sur terre, comme on en trouvait tellement sur Horse-Wild, il était peut être un de ces gouffres dans lesquels on plonge les damnés dans en ennui tellement collant qu'ils finissent par fondre, dissolus par les méandres de pensées sans fin sur des sujets sans intérêt.

Il servait aussi manifestement de camp à une colonie de mouettes, qui regardait les deux étalons approcher à la nage avec un air circonspect, teinté d'un peu de férocité. Sorrow se demanda vaguement comment il pouvait convaincre un oiseau qu'il n'était pas là pour dévorer ses oeufs, préféra abandonner ce fil de pensée en manquant de boire la tasse.

Il lui semblait, de là où il était, qu'il pouvait discerner quelques traces de vie humaine. Voilà qui aurait confirmé la thèse des limbes terrestres ; tous les enfers d'Horse-Wild avaient été façonnés par les mains, depuis longtemps disparues, de l'homme.

L'étalon reprit pied et avança, détrempé, jusqu'à la plage, jetant un regard à Cyrius qui l'avait précédé dans l'eau.

Un bruit flasque attira son attention, et il réalisa qu'il venait de marcher sur une méduse. Il fit un pas sur le côté avec une grimace de dégoût, mais réalisa que ces dernières jonchaient littéralement l'étroite bande de sable.

" J'ai rencontré, " entama-t-il, en évitant une autre méduse, " Un étalon arabe noir qui ne semblait posséder absolument aucun bon sens. Il me bouscule, prétend ensuite que ma présence est gênante, puis me suit, tout cela dans un tel désordre psychologique que j'en viens à me demander si notre brève conversation sur la théologie n'était pas une invention pure de mon esprit. "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CYRIUS

avatar

ÂGE : 27
PUF : C.C.
MESSAGES : 1925

SEXE DU CHEVAL : Etalon
TERRITOIRE : Dominant des Terres Trompeuses


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Épitaphe. [Fini]   Mer 28 Fév 2018 - 10:17

- Vraiment ? Et qui donc ?


Oui, quel autre prétendant à la dominance pourrait bien vouloir de Sorrow dans ses rangs ? L'alezan n'avait pas toutes les cartes en mains. Il connaissait certes un bon nombre de noms, noms de ceux qui cherchaient comme lui à conquérir un territoire. Mais lequel d'entre eux aurait des liens étroits avec le frison? Des liens positifs évidement, car ça n'était pas Kuro dont il s'agissait. 


Sorrow ne promit rien. L'alezan jaugea un instant le frison avec étonnement. Il s'était attendu à se faire vivement envoyer sur les roses avec sa proposition grossière, qui en réalité ne l'étais pas tant. Un "je ne promet rien" presque encourageant. Sorrow était un être énigmatique et Cyrius ne savait pas vraiment ce qu'il avait derrière la tête, quels étaient ses projets à venir. Sans doute réfléchissait-il en stratège, désirant s'assurer un certain confort pour l'avenir... 


Après une nage fastidieuse, le duo arriva enfin sur la plage de l'îlot. L'endroit semblait essentiellement peuplé de mouettes et de méduses échouées. Un groupe de volatiles s'envola brutalement, visiblement dérangé par les deux intrus. Sorrow acheva une méduse en l'écrasant involontairement. Cyrius s'ébroua de tout son corps détrempé, un vent glacé soufflait sur l'île et l'enveloppait d'une désagréable sensation. L'alezan baissa les yeux sur une méduse, suivant le regard dégouté de Sorrow. L'arabe n'aimait pas du tout ces animaux à l'aspect répugnant, il prit donc soin de la éviter scrupuleusement.


Alors que Cyrius avait décidé d'avancer quelque peu pour démarrer une exploration de l'îlot (qui n'était vraiment pas bien vaste) il écouta Sorrow se lancer dans la description d'un des individus "grotesque" évoqué plus tôt.
L'étalon alezan ne put retenir un rire franc qui le réchauffa quelque peu. Y avait-il donc une conversation ces dernier dans laquelle le nom de l'étalon arabe noire n'était pas cité? 


- Ah...Je reconnais bien là ce cher Collapsing. A défaut de devenir maître du monde, il aura au moins la gloire d'avoir fait connaître son nom de tous les habitants d'Horse-Wild...


Cyrius leva les yeux au ciel en repensant à cet énergumène..voila un moment qu'il ne l'avait pas croisé. Il se demanda si son aspect physique relevait toujours du cadavre ambulant ou s'il avait trouvé le moyens de panser ses plaies proprement...


Après quelques pas, Cyrius se retourna vers Sorrow, l'air intrigué.


- Ca n'est pas pour me parler de Collapsing que tu as souhaité rejoindre ce misérable îlot n'est-ce pas ? 


Du sable, des mouettes et méduses mortes et quelques rochers, tout à fait pittoresque, mais grandement ennuyeux, Cyrius était curieux de savoir ce que Sorrow voulait faire ici...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sorrow
ize of the world

avatar

ÂGE : 20
PUF : Chunsa.
MESSAGES : 5349

SEXE DU CHEVAL : Quéquette 👀
TERRITOIRE : Concierge des Terres Orphelines à la retraite.


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Épitaphe. [Fini]   Ven 2 Mar 2018 - 16:59

Sorrow préféra ignorer la question de l'alezan. Si Hyuna' écumait bel et bien les Terres Trompeuses, il finirait forcément par la croiser. Elle n'était pas particulièrement discrète.

Le frison préféra s'intéresser aux autres remarques de son interlocuteur. Il fit quelques grands pas pour traverser plus vite le champ de méduses échouées qui tapissait la plage, lâchant avec une certaine morgue :

" Collapsing ? Il ne m'a pas donné ce nom. Je vais finir par croire à une épidémie de mythomanes. "

Non, l'étalon noir s'appelait... Pierre. Et autre chose. Le patronyme qu'il lui avait donné, et qui était, si on en croyait les informations de Cyrius, une autre invention. Non pas qu'il ait eu particulièrement envie de recroiser le dit Collapsing, mais il y avait quelque chose de perturbant dans l'idée qu'on ne pouvait pas saisir les détails les plus infimes de l'identité de quelqu'un.

Le nom définissait souvent l'individu. Coeur Noir, Sorrow... Les choix étranges et évocateurs qui façonnaient la bête au moins autant que la bête façonnait sa renommée.

Sorrow fit quelques pas de plus. Le centre de l'îlot était recouvert d'une épaisse broussaille manifestement épineuse. Il renâcla malgré lui et entreprit de chercher un trou, des empreintes, qui lui auraient permis de se frayer un passage sans encombre.

" J'ai rencontré une demi-soeur dont je ne soupçonnais même pas l'existence. Elle s'appelle Ecalipse. C'est une prétendante aux Terres Secrètes ; manifestement, Perjury est menacé de mort. Je commence à croire que la folie furieuse de Coeur Noir coule dans les veines de la majorité de ses descendants. "

Sorrow baissa les yeux sur un cadavre de mouette à moitié rongé par le sel et les vers. Très accueillant.

A l'entente de la question de l'alezan, il se retourna et offrit un sourire à la fois tordu et énigmatique, répondant d'une voix chargée d'un peu d'humour, conscient de la frustration que pouvait provoquer ses propos :

" Non, ce n'est pas pour ça. "

Il laissa s'écouler quelques longues minutes, entrecoupées par les complaintes des oiseaux, puis parla à nouveau :

" Je cherche un objet qui appartient aux Terres Orphelines, et que Perjury m'a volé. "

Fort de cette explication laconique, il écrasa quelques branches d'un arbuste avec une grimace. Oui. La boîte à musique appartenait à quelque chose qu'il ne possédait plus ; et pourtant c'était toujours lui qui se sentait dépouillé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CYRIUS

avatar

ÂGE : 27
PUF : C.C.
MESSAGES : 1925

SEXE DU CHEVAL : Etalon
TERRITOIRE : Dominant des Terres Trompeuses


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Épitaphe. [Fini]   Mer 7 Mar 2018 - 10:00

Alors que Cyrius et Sorrow s'éloignaient du cimetière de méduses qu'était la plage, l'alezan s'amusa d'apprendre que Collapsing avait menti sur son nom à Sorrow. Cyrius avait lui même utilisé cette ruse avec l'étalon noir, et ce dernier lui avait menti sur ses ambitions de domination. Un vrai jeu de dupe.


- Pierre...? Etrange choix de pseudo. Mais mentir sur son nom correspond bien au personnage, il m'avait d'ailleurs fait croire dans un premier temps qu'il convoitait les Trompeuses, alors qu'en réalité il convoite d'autres terres.


L'étalon alezan et le frison étaient maintenant parvenu dans une zone broussailleuse complètement sauvage. La végétation était hostile, bourrée d'épines. Cyrius observa d'abord Sorrow s'y enfoncer sans hésitation, il cherchait visiblement quelque chose, scrutant le sol... mais que cherchait-il? Cyrius n'eut pas encore la réponse à cette question, Sorrow poursuivait sur ses rencontres...


- Ecalipse est ta demie- soeur ? Cyrius se rappelait bien avoir croisé cette imposante jument au caractère froid. On pouvait effectivement trouver une ressemblance avec Sorrow si on s'y attardait. Je l'ai rencontré très brièvement. En revanche je n'ai pas revu Perjury depuis une éternité mais son nom circule beaucoup...  Quand à Coeur Noir... Cyrius s'était avancé dans le broussailles, revenu à la hauteur de Sorrow. Je l'ai revu il y a quelques jours à peine, il est revenu et je crois être la première personne à l'avoir croisé...


L'alezan ne savait pas vraiment si Sorrow était en courant du retour de Coeur Noir, ni quel effet la nouvelle aurait sur lui, il continua de progresser dans les broussailles en prenant garde de ne pas trop s'égratigner, il avait l'impression d'être revenu à la vallée des ronces...


Enfin, Cyrius eut l'explication de leur présence ici. Sorrow cherchait un objet appartenant aux Terres Orphelines et que Perjury avait volé. Perjury, encore lui... L'alezan fut assez interloqué par cette réponse, un objet. L'objet devait avoir de la valeur pour avoir été caché à un endroit si insoupçonnable...
L'histoire sonnait comme une dispute entre deux gosses se volant leurs jouets.


- Très bien... et cet objet qu'est ce que c'est ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sorrow
ize of the world

avatar

ÂGE : 20
PUF : Chunsa.
MESSAGES : 5349

SEXE DU CHEVAL : Quéquette 👀
TERRITOIRE : Concierge des Terres Orphelines à la retraite.


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Épitaphe. [Fini]   Dim 1 Avr 2018 - 17:26

Il trouva enfin quelque chose qui ressemblait à un chemin, et l'emprunta, la peau frôlée par les épines des arbustes. Sorrow jeta un regard à Cyrius. Une fois de plus, il ne chercha pas à l'attendre, lui laissant le choix de rester planter avec les méduses sur la plage ou de le suivre dans sa brève aventure.

Il était à moitié convaincu de toucher au but, sans savoir pourquoi cette conviction existait. L'îlot n'avait rien de remarquable, rien qui justifierait qu'il soit l'endroit précis où stagnaient ses espoirs et ses rêves, la dernière relique muette d'une période de faste révolue.

Il la ferait cracher une dernière fois ses notes aigrelettes, et ce serait sa confirmation, le dernier clou de son cercueil : plus rien des Orphelines ne lui appartiendrait.

A l'entente du nom de son père, il s'arrêta. Se retourna pour dévisager Cyrius, comme cherchant un mensonge. Il ne rencontra rien d'autre que l'honnêteté désinvolte de l'alezan.

Lui-même avait dit à Ecalipse que Coeur Noir ne pouvait être que vivant ; c'était autre chose que d'en avoir la confirmation.

" Revenu... "

Pourquoi faire ? Il apprendrait forcément la déchéance de son fils.

Un constat désagréable.

" J'espère qu'il a au moins la décence d'avoir l'air vieux. "

Sorrow réalisa qu'il ne connaissait même pas l'âge de Coeur Noir. Il s'agissait du genre d'étalon que l'on connaît à travers la descendance, à travers la rumeur : une légende de chair mais aussi de murmure, survivant au travers de ses exploits. Il aurait pu être immortel. Cela ne l'aurait pas surpris.

" Une boîte à musique, " grinça-t-il, anticipant la moquerie : d'aucun aurait considéré qu'il y avait peu de valeur à attacher à un objet si enfantin et insignifiant.

Pas lui. Il s'attachait trop aux choses qui lui échappaient avant qu'il n'ait pu s'en lasser.

" Tu as rencontré Zeus ? " demanda-t-il, écrasant une ronce. Il n'y voyait pas à deux mètres devant lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CYRIUS

avatar

ÂGE : 27
PUF : C.C.
MESSAGES : 1925

SEXE DU CHEVAL : Etalon
TERRITOIRE : Dominant des Terres Trompeuses


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Épitaphe. [Fini]   Ven 6 Avr 2018 - 10:15

Sorrow s'éloignait par un petit sentier parfaitement tracé qui menait plus au centre de l'îlot. Cyrius oublia de faire preuve d'esprit de contradiction et prit machinalement sa suite sur le petit chemin sableux. Il avait un peu l'impression d'être en colonie de vacances, seul avec son vieux compère sur un misérable îlot. Il s'apprêta d'ailleurs à faire part de son plaisir intense d'être ici lorsque Sorrow se retourna brutalement vers lui. L'alezan pila, le frison le regardait avec un drôle d'air. Avant de savoir de quoi il s'agissait, il resserra les postérieurs, juste au cas où l'autre serait prit d'une compulsive envie de castration à son égard.


Finalement, il ne s'agissait que de Coeur Noir. Revenu.


- Oui revenu, ça signifie qu'il n'était plus là, et qu'il est de nouveau dans le coin, tu comprend ? Sourire compatissant, Sorrow avait l'air un peu à cran. Qu'est ce que le retour de Coeur Noir pouvait bien lui faire ? Oh....mais oui. La légendaire consanguinité des frisons sur Horse-Wild se rappela au souvenir de Cyrius qui refit le lien. Ils étaient père et fils bien sure...


- Il est vieux, après te dire qu'il à l'air vieux c'est difficile, finalement il te ressemble énormément, on pourrait presque croire que vous avez le même âge, mais ça, c'est l'effet "frison", vous avez tous un peu la même...tête


Cyrius arrêta là les railleries, il allait finir par faire sortir véritablement le frison de ses gonds. Il reprirent leur marche et l'objet de leur venu fut enfin évoqué.


- Une boite à musique. Cyrius fut un peu déçu, lui qui pensait rechercher des ossements ou une relique divine... Tu cherche ça dans un but purement musical ? Ou cette boite à un réel intérêt ?


L'alezan se prit un revers de branche dans la figure qui lui rappela de ne pas marcher trop près des fesses de Sorrow. L'autre changea complètement de sujet tout en se battant contre les ronces..


- Biensure que je l'ai rencontré, en temps que futurs collaborateurs nous entretenons des relations tout à fait cordiales.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sorrow
ize of the world

avatar

ÂGE : 20
PUF : Chunsa.
MESSAGES : 5349

SEXE DU CHEVAL : Quéquette 👀
TERRITOIRE : Concierge des Terres Orphelines à la retraite.


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Épitaphe. [Fini]   Ven 4 Mai 2018 - 1:27

Sorrow s'ébroua. Quelques épines tombèrent de son épaisse crinière.

" Vaut mieux avoir la même tête que les mêmes c... "

La fin de sa phrase se perdit dans les airs avant de pouvoir tomber dans les oreilles d'une admin.

Il ne savait pas exactement quelles émotions se battaient dans son esprit, ni laquelle d'entre elles finirait agonisante à ses pieds, saignant des mots et des pensées macabres. Il n'était pas ravi de savoir que Coeur Noir était de retour ; mais était-il déçu, ou enragé ?

Son père n'était pas sa priorité. Sorrow évita une branche basse.

Un petit rire éclot sur ses lèvres. La déception de Cyrius était palpable. Peut-être avait-il cru qu'ils se lançaient dans une croisade, en quête d'un graal ou d'une épée légendaire.

Non. Sorrow était Sorrow. Il n'aurait pas été le même s'il n'avait pas accordé une attention particulière aux détails insignifiants.

Mais il n'y avait aucun mal à motiver un peu son vassal du jour.

" Seuls les vrais dominants peuvent entendre sa musique. "

Il dissimula son sourire grandissant.

Les deux étalons arrivèrent bientôt à un entrecroisement. Sorrow était à présent convaincu que l'objet qu'il cherchait se trouvait sur cet îlot. Personne ne se serait amusé à créer un labyrinthe de ronces pour cacher des fientes de mouettes.

Le frison jeta un regard à son acolyte.

" Tu m'en diras tant, " susurra-t-il, sans pouvoir dissimuler quelques relents de dérision.

Il choisit de prendre la droite et réalisa au bout de quelques pas que c'était la bonne décision : il entrapercevait une sorte de grotte, ou plutôt une fissure dans la roche dans laquelle s'engouffrait un vent sifflant.

" Bien sûr, je ne voudrais pas te décevoir s'il advenait que tu ne puisses entendre les douces notes de cette boîte à musique... "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dieux

avatar

ÂGE : 13
PUF : .
MESSAGES : 48

SEXE DU CHEVAL : Divins
TERRITOIRE : Olympe


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Épitaphe. [Fini]   Ven 4 Mai 2018 - 13:48


POSEIDON
Le roulis des vagues annonça l'apparition de la divinité. Poséidon se manifesta tel un courant d'air et apparu face aux deux étalons. Une génération les séparait et le dieu se tenait devant ce qu'ils étaient venus chercher.

« Et ni l'un ni l'autre n'aspire à dominer mes Terres. Prenez ce que vous amène et n'y revenez pas. »

Il s'empara du trident qui le distinguait comme maître des mystères de l'île et s'écarta. D'un mouvement sec de la tête, Poséidon désigna la direction de la grotte et disparu dans la brume.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CYRIUS

avatar

ÂGE : 27
PUF : C.C.
MESSAGES : 1925

SEXE DU CHEVAL : Etalon
TERRITOIRE : Dominant des Terres Trompeuses


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Épitaphe. [Fini]   Lun 7 Mai 2018 - 11:20


" Seuls les vrais dominants peuvent entendre sa musique. "


- C'est cela oui ....



Cyrius continua d'avancer, suivant la trajectoire de Sorrow. Une boite à musique, effectivement il s'était attendu à un trésor un peu plus palpitant. Ainsi, l'alezan continuait de progresser sans trop chercher, se contentant plutôt d'observer la végétation environnante et d'arracher quelques feuilles tendres sur son passage.


Gardant ses pensées obscures pour lui-même, Cyrius demeura plutôt silencieux. Il arrivèrent finalement à un croisement. Ignorant les sarcasme du frison, l'alezan attendit qu'il prenne une décision. A droite. Très bien...


Finalement, ils arrivèrent devant l'entrée d'une grotte. Cyrius vit à l'air satisfait de Sorrow qu'il touchait certainement au but. L'autre continua de prétendre que la boite à musique qu'il cherchait ne faisait entendre ses notes qu'aux vrais dominants. Ironique.


- Et bien si tu entends la musique je pense qu'il faudrait plutôt considérer qu'elle est destinée aux vrai dominants à la retraite... personnellement je n'ai pas besoin de berceuse pour trouver le sommeil...


Le regard de Cyrius se posa sur quelque chose de brillant, par terre, un peu plus loin dans la grotte. Il s'apprêta à essayer de voir si Sorrow l'avait vu aussi mais fut interrompu brutalement dans sa démarche. Devant la grotte, un bruit de houle venu de nulle part accompagné d'une rafale de vent iodé laissa apparaitre une silhouette divine que Cyrius ne connaissait pas. D'abord surpris, l'arabe resta de marbre tandis que Posseidon (c'est du moins l'identité que Cyrius devina) les invita à prendre ce qu'ils étaient venu chercher et à déguerpir.


A la seconde où le dieux disparu, Cyrius s'engouffra à tout vitesse dans la grotte, attrapa la boite à musique au vol, fit demi-tour et chargea vers la sortie au grand galop, bousculant Sorrow au passage, et s'enfuyant au grand galop avec l'objet qu'il convoitait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sorrow
ize of the world

avatar

ÂGE : 20
PUF : Chunsa.
MESSAGES : 5349

SEXE DU CHEVAL : Quéquette 👀
TERRITOIRE : Concierge des Terres Orphelines à la retraite.


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Épitaphe. [Fini]   Mer 9 Mai 2018 - 15:14

À vaincre sans péril, on triomphe sans gloire.

Fort heureusement, les idiots pullulent en ce monde. Ils sont toujours là pour contrarier la limpidité des événements.

Sorrow demeure immobile quelques instants. Poséidon a laissé derrière lui un parfum âcre de sel et de chair, le genre de senteur qui s'élève du marché aux poissons à la fin de l'après midi et qui imprègne la peau comme un parasite.

Il se sent parasité.

Cyrius n'est pas bête. Loin de là. Mais Cyrius est agaçant. C'est ce genre d'attitude qui le perdra : penser que l'on peut piétiner les ruines effondrées, sans respecter leur grandeur. Sorrow s'accorde beaucoup d'importance. Il accorde aussi beaucoup d'importance à la boîte à musique qu'il n'a fait qu'apercevoir, plus petite qu'en son souvenir, si rapidement volée à nouveau qu'il a le tournis.

Il est presque paresseux, sans raison de l'être : s'il a en effet aperçu la proie, son estomac reste vide. La boîte à musique vient de filer entre ses doigts imaginaires.

L'ancien dominant grince des dents et fait volte-face. Cyrius a pris le galop, certes. Mais il a pris le galop sur un îlot recouvert de ronces. Quand bien même il retrouverait son chemin jusqu'à la plage, il faudrait qu'il nage vite, trop vite, puis parvienne à s'enfuir.

Il se demande vaguement ce qui a motivé le geste. La crainte, ou la convoitise ? Cyrius est-il peureux, ou avide ?

Sorrow n'a pas eu le temps d'avoir peur de Poséidon. Lorsqu'on a été l'élu d'un dieu, on ne craint plus la rétribution, quand bien même il nous a abandonné. Mais il a tout le temps de désirer.

Il finit par prendre le trot, regardant de chaque côté dans l'espoir de distinguer la silhouette de l'alezan.

" Je ne goûte pas à la plaisanterie, " dit-il. Sa voix tremble d'une rage contenue.

Il se demande s'il pourrait tuer pour ce qu'il a tant attendu. Se dit qu'un dominant déchu, abandonné, déjà humilié, pourrait s'abandonner à ce geste malsain, malgré tous ses conseils à Hyuna'.

D'un autre côté, il n'a jamais été un tueur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CYRIUS

avatar

ÂGE : 27
PUF : C.C.
MESSAGES : 1925

SEXE DU CHEVAL : Etalon
TERRITOIRE : Dominant des Terres Trompeuses


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Épitaphe. [Fini]   Ven 11 Mai 2018 - 14:10

Cyrius n'était ni peureux, ni avide. Cyrius était seulement un emmerdeur.
L'étalon alezan, son trophée bien calé entre ses dents, virevoltait avec agilité parmi les ronces. L'allure était soutenue, mais pas déraisonnablement. Il n'entendait pas les pas lourds et courroucés du frison derrière lui, ce dernier ne tenait peut être pas tant que ça à sa musique finalement.


Une fois arrivé sur la plage, Cyrius s'arrêta au bord de l'eau et patienta. Il posa la boîte à musique à ses pieds, ayant bien veillé à ce qu'elle ne puisse être emportée par une vague. Rapidement, il entendit, puis vit Sorrow se rapprocher au trot. Son allure contrôlée voulait peut être exprimer une certaine nonchalance vis à vis du vol de son objet, mais les flammes que Cyrius put apercevoir dans son regard noir disait tout le contraire.


Sorrow approcha. Il essayait de rester calme, et exprima sa désapprobation vis à vis de la plaisanterie de l'alezan. Cyrius savait qu'il était à présent en position de force, et il avait bien l'intention de connaitre toute l'histoire : quel était cet objet et quel importance réelle il avait. Cyrius adorait les histoire. Il demeurait néanmoins prêt à une attaque frontale du frison, ce dernier avait l'air plus en colère que l'alezan ne l'avait jamais vu, ce qui donnait un intérêt grandissant à la situation. Ainsi, il n'hésiterai pas écraser l'objet de tout son poids en cas d'urgence.


- Musique !


Cyrius donna un petit coup de pied dans la boite qui commença à émettre une petite mélodie rythmé sur le sable.


- Alors, pourquoi tu veux ce truc ? Et surtout pourquoi je te le donnerai ?


Thèse, antithèse, synthèse, foutaises, Cyrius fixa tranquillement Sorrow, attendant son argumentation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sorrow
ize of the world

avatar

ÂGE : 20
PUF : Chunsa.
MESSAGES : 5349

SEXE DU CHEVAL : Quéquette 👀
TERRITOIRE : Concierge des Terres Orphelines à la retraite.


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Épitaphe. [Fini]   Ven 11 Mai 2018 - 15:12

Il aurait dû le châtrer lorsqu'il en avait eu l'occasion. Lorsqu'il était encore en vie. Puisque, apparemment, il était mort.

Sorrow fixa du regard la boîte qui avait échu dans le sable et ralentit l'allure. Il hésita presque à la quitter des yeux, comme si le moindre battement de cils signifiait qu'elle disparaîtrait aussitôt.

La plage était encore jonchée de cadavres de méduses. Il évita un amas de ces corps spongieux. Ses yeux glissèrent sur les antérieurs secs de Cyrius, trop proches de la boîte à son goût. Un geste brusque et les rouages de la boîte à musique ne seraient plus qu'un amoncellement de ferraille et de bois.

La musique s'évapora dans les airs et se mêla à la brise marine. A l'intérieur de la boîte, la danseuse, comme surprise, tournait avec une vigueur renouvelée par la chance qu'elle avait de se produire à nouveau. Sorrow la contempla. Il réalisa que s'il avait mémorisé le chant de la boîte à musique, il ne se souvenait pas de sa faiblesse. Peut-être était-il influencé par les vagues qui venaient écraser la mélodie aigrelette.

Les sons de certains souvenirs prennent l'écho d'un chant de sirène, à force.

" Pourquoi me donnerais-tu quelque chose qui m'appartient ? " demanda-t-il, lentement, prudemment, avec la sensation qu'un prédateur se cachait sous sa langue.

Sorrow releva les yeux et fixa Cyrius, les traits cousus de désapprobation.

" Les Terres Secrètes sont décidément pleines de fous. "

Il fit un pas de plus, frôlant la peau de l'alezan.

" J'ai une question plus pertinente. Pourquoi je ne t'arracherai pas les couilles avant de te vider aussi de tes entrailles, de quelques autres organes encombrants, et de te laisser offert à la gourmandise des goélands ? Tous les oiseaux deviennent charognards lorsqu'il y a un festin. "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CYRIUS

avatar

ÂGE : 27
PUF : C.C.
MESSAGES : 1925

SEXE DU CHEVAL : Etalon
TERRITOIRE : Dominant des Terres Trompeuses


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Épitaphe. [Fini]   Mar 15 Mai 2018 - 10:05

Cyrius voyait que Sorrow faisait des efforts pour ne pas le massacrer illico. Il se demanda si ce dernier serait vraiment capable de passer à l'acte, de le blesser, voir de le tuer, alors qu'ils avaient passé tant de bon moments ensemble à renifler les crottins sur les Terres Orphelines...Ce genre d'activité créé des liens indéfectibles non? L'alezan garda son sourire décontracté et sa nonchalance avec lui, tandis que la musique de la boite s'achevait finalement.


L'arabe nota l'attention toute particulière qu'avait prêter Sorrow à la mélodie produite par la boîte. Pourquoi Cyrius devrait-il lui donner quelque chose qui lui appartenait déja ? L'alezan planta son regard insolent dans celui du frison et posa solidement son antérieur droit sur la boite à musique à présent refermée.


- Parce qu'elle est actuellement menacée par mon pied de destruction immédiate, et qu'elle ne t'appartient donc momentanément plus, très cher.


Sorrow se rapprocha. Trop. Le frôlant presque. Cyrius n'appréciât pas vraiment cela. Il pensa à envoyer un coup de dents à Sorrow mais ne souhaitait pas être le premier à ouvrir les hostilités physiques. Tout ce qu'il voulait, c'était comprendre l'intérêt de cette boîte. Ainsi, il laissa Sorrow faire, restant immobile, reportant seulement un peu plus de poids sur la boîte. Il n'aurait aucune hésitation à l'écraser et était prêt à agir à tout moment.
Le frison passa aux menaces traditionnelles d'émasculation et d'éviscération.
Cyrius préféra les ignorer, et donner une dernière chance à Sorrow de sauver sa précieuse boîte.


- Tu es certains de ne rien vouloir me dire sur cette boîte ?


L'étalon arabe ajouta un peu de poids sur son antérieur. La boite s'enfonça un peu dans le sable et émit un grincement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sorrow
ize of the world

avatar

ÂGE : 20
PUF : Chunsa.
MESSAGES : 5349

SEXE DU CHEVAL : Quéquette 👀
TERRITOIRE : Concierge des Terres Orphelines à la retraite.


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Épitaphe. [Fini]   Mar 15 Mai 2018 - 15:06

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
La soudaineté de la réalisation qu'il avait perdu pied et couronne glissa soudain dans sa gorge comme une couleuvre, froide et étouffante, lovée à présent dans son estomac avec la lourdeur du rocher que l'on a attaché au sac jeté à l'eau. Il manqua de suffoquer sur son indignation mais se contenta de rester immobile, le poil piqué par un soupçon de frisson, les yeux fixes et dénués de vie.

Sorrow s'absenta de la fenêtre de ses paupières. Il disparu dans les dédales de son esprit, implorant qu'on lui rende sa dignité et sa gloire, mais ne fut confronté qu'à un millier de courants d'air claquant les portes, sautant les gonds, l'enfermant dans cette nouvelle aile de son château hanté dans laquelle il n'était plus le maître que des cendres froides de son prestige.

Lorsqu'on l'avait relevé de son poste, il avait voulu, un temps, garder la tête haute. Il avait encore du temps à vivre ; encore du temps pour grappiller du bonheur ailleurs, loin des Terres qu'il laissait plus Orphelines qu'il ne les avaient trouvé. Lorsqu'il avait revu Hyuna' et Geisha, il s'était agrippé à cette espérance comme un crochet à la lèvre du désir.

Il était soudain vieux, fatigué et pourtant ramené à des années lointaines, poreuses, des moments flous tant ils avaient été gommés par la mémoire, remplacés par d'autres.

Il n'avait pas toujours été dominant. L'on avait pas toujours eu l'obligation de lui céder, de plier le genou, de courber l'échine.

S'était-il mépris ?

Avait-il tout perdu ? Ne restait-il rien de lui-même ? Lorsqu'il observait son reflet, se voyait-il vraiment, ou contemplait-il un monstre difforme, fait de bric et de broque, de morceaux glanés, d'épines et d'or ? Que voyait Cyrius ?

Il était acculé par son désir et sa dignité, proie facile n'ayant qu'à trébucher pour tomber entre les crocs de l'un ou de l'autre. C'était facile, l'idée de laisser mourir une part de soi ; plus difficile, en réalité, de renoncer à son essence.

Laisserait-il mourir sa dignité, ou laisserait-il détruire la boîte à musique ? S'aurait été tellement facile. Les objets ont l'importance qu'on leur prête. Une fois morts, ils révèlent leurs carcasses mécaniques, le vide dont ils sont constitués, les rouages dont l'on s'est épris et qui n'ont pourtant aucune conscience.

Un long filet de bile - le venin du serpent - remonta dans sa gorge et il se détourna pour le jeter dans l'écume, à laquelle il se mêla.

" Je suppose qu'il t'arrive rarement de te promener sur les berges du ruisseau sans fond. A vrai dire, je préfère croire que cela t'arrive rarement. Ou t'arrivait. Ce que tu fais de ton temps ne me concerne plus. "

Sorrow prit un pas de recul.

" Peu le savent. Je suis peut-être même le seul. Il y a une crypte, dont les murs sont tapissés de pierres précieuses, sous l'eau de la rivière. On y accède difficilement, et souvent plus par chance que parce qu'on l'a désiré.
"

Ses yeux dansèrent sur les vagues. La mer montait. La traversée serait plus difficile, cette fois.

" Chaque fois que j'ai pu y entrer, c'est parce que j'écoutais le chant de cette boîte à musique. "

Une mouette s'acharnait sur un crabe malencontreusement retourné, et qui lui offrait son ventre.

" Mais tu sous-estimes la force que peut avoir la cupidité chez un individu. On a pas besoin de raison, pour vouloir quelque chose, tout comme tu n'as jamais besoin de raison pour être un emmerdeur. Si je veux la boîte à musique, c'est parce qu'elle appartenait aux Terres Orphelines, et parce qu'elle doit y retourner. Moi, je n'appartiens plus à nul part ; mais j'aimerais penser que j'ai lavé mes terres de leur dernier affront, avant que l'on ne m'oblige à les voir souillées par un autre. "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CYRIUS

avatar

ÂGE : 27
PUF : C.C.
MESSAGES : 1925

SEXE DU CHEVAL : Etalon
TERRITOIRE : Dominant des Terres Trompeuses


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Épitaphe. [Fini]   Jeu 17 Mai 2018 - 12:46

Cyrius demeurait immobile, stoïque dans sa position d'agresseur de boîte à musique. Concentré sur son interlocuteur qui était sur le point de céder, il remarqua un instant chez Sorrow ce qu'il n'avait jamais vu auparavant. De la lassitude.
Le frison accepta le marché. Il n'avait pas le choix, tenant trop à son objet. Cyrius s'était pourtant attendu à ce qu'il ne cède pas au chantage, qu'il lui rentre dedans avec toute sa puissance de frison  en colère pour s'emparer de force de la boîte. Mais l'opération comportait un risque notable pour l'objet, et le frison semblait avoir eu l'intelligence de faire preuve du peu de patience qui lui restait pour obtenir ce qu'il voulait. L'intelligence de la diplomatie plus efficace que la violence, une leçon qui semblait connaître parfaitement l'ancien dominant.


Cyrius était admiratif du comportement Sorrow. Il ne l'avouerai sans doute jamais bien évidement, mais il espérait pouvoir un jour faire preuve d'autant de patience et de self contrôle face à une situation similaire. L'alezan avait conscience d'avoir été parfait dans son rôle d'enmerdeur, mais saurait-il jouer l'autre rôle ? Finalement, Sorrow raconta l'histoire de la boîte. Cyrius l'écouta avec attention. Etait-elle vrai ? Ou Sorrow lui servait-il un conte de fée de son invention ? L'alezan ne creuserait de toute façon pas la question.


Les terres Orphelines. Le ruisseau sans fond. Un lieux caché. Une Crypte. Des pierres précieuses. Le désir de rendre aux Terres Orphelines ce qui leur appartenaient. Vraie ou fausse, Cyrius fut touché par l'histoire, et malgré tout, il y perçu des notes de vérité.
Longuement dominant, puis déchu du jour au lendemain, Cyrius imagina la rancoeur et le sentiment d'inachevé qui l'habiterai si ce genre de mésaventure lui arrivait. Le frison cherchait apparemment un moyens de boucler la boucle.


L'arabe était resté silencieux tout le long du récit de Sorrow. Lorsqu'il eut fini, seul le bruit des vagues se fit entendre durant quelques interminables secondes. 
Plus aucun sourire narquois n'ornait le visage de Cyrius. La défiance et l'insolence l'avait provisoirement quitté. Finalement, quittant Sorrow du regard, il baissa les yeux sur la fameuse boîte à musique et ôta doucement son pied de l'objet. Il la fit glisser sur la sable à quelques centimètres devant lui, signifiant qu'il la rendait au frison sans autre résistance.


- C'est dommage que tu n'ai pas à nouveau revendiqué les Orphelines, on se serait bien amusés.



Sans en faire part à l'étalon noir, Cyrius se promit de garder cette hisotire de Crypte secrète pour lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sorrow
ize of the world

avatar

ÂGE : 20
PUF : Chunsa.
MESSAGES : 5349

SEXE DU CHEVAL : Quéquette 👀
TERRITOIRE : Concierge des Terres Orphelines à la retraite.


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Épitaphe. [Fini]   Ven 18 Mai 2018 - 12:21

Le vent se leva pour pousser un hurlement, continuant la conversation de sourd qu'il entretenait avec les vagues murmurantes depuis déjà quelques longs instants. Sorrow remâchait ses mots et les transformait en bouillie, regrettant quelques tournures, transformant la sincérité en remords. Ses yeux finirent par glisser sur la silhouette de l'alezan, comme pour y discerner la preuve physique du changement de rapport de force. Il avait soudain l'air un peu plus grand.

Un soupçon d'écume vint l'effleurer et il n'esquissa pas un geste pour reculer. Non loin de là, le crabe se battait encore furieusement contre le bec de la mouette, qu'il avait saisi dans une pince et dont il était suspendu. Le spectacle aurait pu être comique, si l'on parvenait à oublier qu'il se battait pour survivre.

Sorrow baissa les yeux. Il fixa la boîte à musique alors que la menace qui pesait sur elle s'éloignait et qu'elle se rapprochait de lui, sombre et comme boudeuse, un enfant qui a échappé à la surveillance de son père et n'est pas certain de vouloir lui prendre à nouveau la main pour se laisser guider.

Il la contempla longuement, mémorisant les détails qu'il avait oublié, repérant une petite entaille insignifiante mais bien présente qui avait du survenir à un moment donné, il y a longtemps peut être déjà ; plusieurs choses avaient dut arriver à cet objet, sans qu'il n'ait été là pour en être le témoin et l'accusateur.

Il aurait aimé que Geisha soit là pour entendre son chant. Il lui semblait qu'il le lui en avait déjà parlé.

Le frison se rappela des imprécations de Poséidon et tourna la tête en arrière, comme pour discerner dans la végétation griffue la silhouette du dieu. Ne les observaient-ils pas constamment ? Dans les forêts les plus sombres, des paires d'yeux semblaient toujours briller entre les racines des arbres bicentenaires, comme s'il eut toujours fallu savoir ce que faisaient les créatures de leur domaine.

Il avait toujours été convaincu que les dieux s'ennuyaient, ce qui justifiait leurs instincts de voyeur.

Ses yeux retombèrent sur Cyrius, qu'il jaugea, la mine impassible, le visage et les yeux toujours emprunts de la fixité qu'ils avaient revêtu il y a de cela quelques minutes. Il eut un mouvement à peine perceptible de la tête, comme un acquiescement, mais se contenta de rapprocher la boîte à musique plus encore, l'ombre d'un sourire sur les lèvres :

" Il faut parfois laisser mourir certains aspects de soi. "

Il fit ses préparatifs, repérant un endroit où l'eau semblait moins profonde et moins agitée. Au loin, il pouvait encore distinguer les carcasses des bateaux échoués, caressés parfois par l'eau mais jamais assez submergés pour rejoindre le large.

Un instant d'hésitation. Il se tourna vers Cyrius, deux sabots déjà dans la mer :

" A qui as-tu relayé la nouvelle de ma mort ? "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CYRIUS

avatar

ÂGE : 27
PUF : C.C.
MESSAGES : 1925

SEXE DU CHEVAL : Etalon
TERRITOIRE : Dominant des Terres Trompeuses


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Épitaphe. [Fini]   Jeu 24 Mai 2018 - 10:36

Bien qu'il ne montra pas de forte émotion, Cyrius décela tout de même chez Sorrow soulagement et satisfaction de récupérer son objet intacte. L'alezan l'observa distraitement reprendre son bien tandis que les vagues lui caressaient agréablement les pieds. Les méduses crevées jonchaient le sol et l'arabe les détailla avec un certain dégoût. Ces animaux étaient à la fois laids, répugnants et hostiles, Cyrius était bien heureux que la plage du Golfe d'Emeraude ne soit pas un cimetière à méduses, cela aurait retiré tout le charme de l'endroit. D'ailleurs, il était temps de partir.


- Sorrow le dominant est mort, mais Sorrow le solitaire explorateur de l'extrême et sa boîte à musique est dans la place...


Cyrius était moqueur, cependant il devait bien avouer que le frison avait raison de se trouver un but, une reconversion. Mieux valait ça, que de passer de dominant à "solitaire en perdition". Peut être se trouverait-il des loisirs, comme le font les retraités...l'alezan imagina Sorrow en pleine partie de belote avec Ocëan Pearl... ou s'adonnant au tricot dans un club du troisième âge... Non, non, Sorrow n'en était pas encore là, et puis il n'était pas si vieux, son père était encore en vie. Coeur Noir, lui était surement président du club de tricots & crochet d'Horse-Wild... 
Cyrius sorti brusquement des ses divagations, Sorrow lui demandait à qui il avait annoncé sa mort tout en s'apprêtant à prendre la mer en direction du continent.
L'alezan porta le regard au loin et commença à entrer tranquillement dans l'eau en vu de la traversée tout en réfléchissant à la question. Ou faisant semblant d'y réfléchir.


- Plus personne ne te connait ici, mon vieux, j'ai bien essayé de faire courir la nouvelle mais plus personne sait qui tu es !


Une fois qu'il eu de l'eau jusqu'au poitrail, Cyrius se tourna vers Sorrow et continua, avec plus de vérité cette fois.


- J'en ai parlé à ton fils, Kuro. Il ne m'a pas cru un seul instant. Il te déteste je crois.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Épitaphe. [Fini]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Épitaphe. [Fini]
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» [Validée]Godwrath D. Alexander [Fini]
» Petite tornade [fini]
» [fini]Baptème d'Azurely
» Sarkozy ap fè rondomon lè Obama fini pale
» Ohoh, voici Liana ! [Fini.]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Horse-Wild :: LES TERRES SECRÈTES :: LA PLAGE DÉVASTÉE-
Sauter vers: