Jeu de rôle équin
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Épitaphe. [PV]

Aller en bas 
AuteurMessage
Sorrow
ize of the world

avatar

ÂGE : 20
PUF : Chunsa.
MESSAGES : 4069

SEXE DU CHEVAL : Quéquette. 👀
TERRITOIRE : Concierge des Terres Orphelines à la retraite.


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Épitaphe. [PV]   Sam 10 Fév 2018 - 14:36

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Épitaphe

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] que des oboles brillaient parmi les galets tranchants du lit de sa rivière.

Des yeux dorés au regard rendu vague par le mouvements inlassable du courant particulièrement féroce en hiver, emportant sur son passage les dernières feuilles de l'automne. Des offrandes racornies hésitant à se noyer à chaque remous.

Bientôt, il retrouverait brièvement un royaume qui n'était plus le sien, pour y déposer quelque chose qui ne lui appartenait pas. Il retournerait voir la rivière dont il avait longé les rives tant de fois, et il baisserait la tête comme l'avaient faits maints imprudents avant lui afin de dévisager ces étincelles d'or sortant de temps à autre de leur torpeur pour offrir des regards complices à l'éventuel baigneur.

Il avait toujours pensé que ce n'était pas l'imprudence qui tuait les malheureux s'aventurant dans les profondeurs du ruisseau, mais plutôt une inexplicable ivresse qui convainquait l'âme égarée qu'il y avait là une source prête à remédier à tous les malheurs. Qu'il se présente comme une fontaine de jouvence ou une coupe empoisonnée, le ruisseau sans fond attirait inexorablement les âmes assoiffées en son sein, pour les coucher sur son matelas d'or, de vase et de pierres polies.

Comme les os rendus trop blancs par les caresses incessantes de l'onde.

Il retournerait donc à son ruisseau ; il y trouverait des restes connus et inconnus à la fois. Ceux d'un enfant appelé Raven, que Perjury avait tué il y a de cela tant d'années. Ceux de créatures trop dévisagées par les années pour être reconnaissables.

Il ne se recueillerait pas sur ce tombeau aquatique, mais s'enfoncerait plutôt dans un endroit secret, un endroit méconnu, un endroit que lui-même n'avait deviné que tardivement.

La crypte était peut-être ce qui appelait les morts et les vivants dans les draps de la rivière ; il y avait quelque chose de l'Enfer dans ses rutilements.

Les oboles avaient toujours été, dans son esprit, une tentative d'apaisement : quiconque voulait trouver la crypte devait braver la mort pour pénétrer dans ce premier couloir de l'Enfer.

Il se serait comparé à un Orphée moderne plus longtemps s'il n'avait pas été perturbé par le glapissement d'un goéland au-dessus de lui.

Sorrow tourna la tête. Oui, il songeait à son domaine, tout en foulant celui d'un autre roi déchu. Un roi invisible, un roi mendiant ; il pensait trop souvent à Perjury ces derniers temps, rappelé à son souvenir par ses terres étranges et étrangères.

Les Secrètes recelaient des mystères effroyables. Tous les gens qu'il y avait croisé, jusque là, étaient fous. Lui-même devait faire attention à son esprit. Il se concentrait sur l'objet de sa visite : la boîte à musique que Perjury lui avait volé et qu'il devait ramener aux Terres Orphelines, cacher à son tour là où personne ne pourrait la dérober à nouveau.

Cette grande mare là était plus salée et moins tumultueuse. La mer paraissait presque lasse, s'abandonnant à ses pieds en les baisant d'un peu d'écume sale avant de se retirer d'un roulement lent et paresseux, recrachant de temps à autre ce qu'elle digérait présentement au fin fond de ses entrailles.

C'était une illusion. Les multiples carcasses de navires qui l'entouraient prouvait bien que cette eau là était aussi menaçante que celle de son pays, peut être plus encore.

Et pourtant il avait les yeux rivés sur un petit point sombre, presque flottant, loin de la terre ferme.

Les terres d'Horse-Wild semblaient regorger de portes vers l'au-delà ; si on ne trouvait pas les failles, on pouvait enfoncer les portes avec les mauvais mots. Aléas s'en assurait.

Il n'aurait pas besoin de ce radoteur trop chatoyant. Il lui fallait juste trouver un endroit où la mer n'était pas trop profonde...

Oui, la boîte à musique était là-bas. Une sorte de certitude pesait sur son coeur depuis le réveil. Il avait fouillé les navires échoués, retourné les coffres vidés par les mouettes chapardeuses, écouté les murmures des coquillages... Sa boîte à musique était non loin de là.

Sorrow entendit un bruit, mis quelques temps à comprendre qu'il ne s'agissait pas de l'ultime lamentation d'un oiseau affamé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CYRIUS

avatar

ÂGE : 26
PUF : C.C.
MESSAGES : 1503

SEXE DU CHEVAL : Etalon
TERRITOIRE : En quête des Trompeuses...


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Épitaphe. [PV]   Lun 12 Fév 2018 - 10:16

Seconde fois en quelques semaines que Cyrius foulait le sable de la Plage dévastée. Un endroit qu'il n'affectionnait pas particulièrement, trop de vent, air trop frais, trop humide, trop bordélique, trop chaotique... Cependant ces jours-ci, le moral n'était pas au beau fixe, et le chaos l'appelait à lui tel un vieil ami qui lui seul pourrait comprendre...


La dernière fois qu'il était venu ici, il avait fait connaissance avec Fifa, cette jument impétueuse forte de caractère mais néanmoins drôle et qui n'avait de crème que la robe. Ils avaient fait un bout de chemin ensemble et cette dernière avait fait bonne impression à l'alezan qui lui avait confié ses projets de dominance.


Cyrius marchait sur le sable, loin de l'eau, proche de la forêt de palmiers dans laquelle il avait fait une partie de Shoot-coco avec la jument crème...  Le sol était toujours jonché de divers trésors, cet endroit semblait être une perpétuelle décharge publique à ciel ouvert.... Silencieux et pensif, le mâle accrocha du regard une vieille épave, échouée plus loin devant lui. Cette même épave visitée avec Fifa et qui cachaient des cadavres de plusieurs espèces... Certainement pas le meilleure endroit ce cette plage, l'odeur insoutenable revint en mémoire de l'étalon qui détourna le regard de cette ruine mortuaire...


Sans vraiment y faire attention, Cyrius avait modifié sa trajectoire. La mer était désormais à égale distance de la forêt, l'étalon en plein milieu de l'étendu sableuse avançait tranquillement, ses crins quelques peu négligés flottant au vent... Le vent, qui apporta une odeur nouvelle à ses naseaux. Quelqu'un était ici, un cheval.


Plus attentif, l'alezan mit son ouï et sa vue au service de son odorat pour trouver la source de l'émanation, et bientôt, il aperçu une silhouette sombre et immobile au bord de l'eau, un peu plus loin. Un léger sourire d'exaspération apparu sur les lèvres de l'étalon qui n'eut pas besoin de se trouver très proche pour constater que l'équidé en question ne pouvait être autre chose qu'un frison. Robe noire, grande taille et morphologie reconnaissable. Les frisons ne manquaient pas sur Horse-Wild, ainsi, mettant le cap sur l'individu, Cyrius tâcha de deviner qui se cachait derrière cette silhouette flou, faisant la liste de ses connaissance..


Ouragant ? Peut être bien, quoi que ce frison avait l'air de belle taille, Cyruis paria plutôt pour un mâle... Shiro ? Sans avoir grand besoin de tergiverser, l'alezan opta pour cette identité, la ressemblance était plutôt frappante.


Accélérant légèrement l'allure pour arriver à proximité du Frison, la bonne humeur de Cyrius revint furtivement, titiller du frison le mettait toujours en joie.


L'alezan s'arrêta enfin à proximité de Shiro et s'annonça d'un joyeux salut :


- Bien le bonjour, Shi...


Cyrius avait eu le temps de dévisager l'étalon qui avait tourné la tête vers lui, et ça n'était pas Shiro. Surpris, l'alezan fit un pas en arrière, posant sur le frison un regard mêlé d'incompréhension, de doute et de stupéfaction. Ce cheval n'était pas Shiro, malgré tout, Cyrius le connaissait, il s'agissait de son papa bien-aimé.


- T'es pas mort ??
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sorrow
ize of the world

avatar

ÂGE : 20
PUF : Chunsa.
MESSAGES : 4069

SEXE DU CHEVAL : Quéquette. 👀
TERRITOIRE : Concierge des Terres Orphelines à la retraite.


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Épitaphe. [PV]   Mar 13 Fév 2018 - 19:42


Une bourrasque de vent se leva et hurla en prenant des intonations tellement réalistes qu'il hésita à regarder autour de lui pour deviner la source du bruit qui l'avait perturbé. Les Secrètes étaient, de toute façon, des terres d'illusions, dans lesquelles toutes les créatures apprenaient à mentir pour mieux survivre.

Trop aguerri par l'âge et donc trop aiguisé par des années à regarder si son dos n'avait pas été poignardé par un quelconque Brutus, il tourna la tête pour mieux discerner une silhouette qui avançait. Il s'agissait manifestement d'un cheval assez grand, alezan et plutôt fin.

L'ancien dominant retint son soupir ; si cet énergumène était à l'image des deux autres rencontres qu'il avait fait sur ce territoire, il serait complètement toqué. Non pas qu'on ait besoin de s'aventurer jusqu'aux Terres Secrètes pour rencontre des olibrius auxquels manquent quelques cases ; des souvenirs flous remontaient à son esprit, mais le visage bien clair de 'Graph flottait surtout devant ses yeux. Cette increvable fouille merde qu'il avait fini par affectionner, de l'amour haineux qui lui était coutumier et qu'il réservait à ces êtres exceptionnels qui parviennent à allier irrévérence et esprit.

Il détourna les yeux pour scruter derechef la mer calme mais sale, qui dégueula sur le sable blanchâtre quelques lambeaux d'une voile qui avait du être, dans une vie meilleure, un peu moins grise.

Sorrow sentit que l'autre pressait le pas, ses sabots s'abattant lourdement dans le sable plutôt épais. Il s'arracha aux vagues pour le regarder venir avec une certaine méfiance, le toisant presque, mais ne put s'empêcher de remarquer, au fur et à mesure que ses traits devenaient de plus en distincts, que quelque chose grattait avec insistance la surface de son esprit : l'alezan lui rappelait quelque chose.

C'était un pur-sang arabe. Il en connaissait peu, sinon pas. Un pur-sang arabe alezan... Non, il n'en comptait pas parmi ses amis, ou ses ennemis. Mais il avait eu des amis et des ennemis dont il ne soupçonnait pas l'existence par le passé ; et il y avait définitivement quelque chose dans cette dégaine un peu nonchalante...

Une voix s'éleva.

Elle lui était familière.

Moins familière était cependant la stupéfaction qui maculait les traits de l'autre cheval. L'inconnu recula d'un pas. Sorrow eut un rictus désabusé automatique, reluquant toujours le spécimen. Un pur-sang arabe...

Lorsqu'il avait reculé, quelque chose sous son ventre avait eu un petit mouvement de balancement, comme s'il avait été équipé de mamelles bien pleines... De gourdes... Le genre de tremblement qui secouait les feuilles au printemps, lorsque les fruits commencent à être mûrs... Les fruits... La chiasse... Pourquoi la chiasse ?

Sorrow n'eut pas le temps de poursuivre le fil très logique de cette pensée, surpris par la question de l'alezan. Il entrouvrit la bouche, hébété, avant de la refermer sur une grimace.

Préférant ne pas répondre - non, il n'était pas MORT, pourquoi serait-il MORT, il se portait très bien, il faisait du sport tous les jours, il mangeait de l'herbe de bonne qualité, il CHIAIT très bien, et pourquoi encore cette histoire de CHIASSE... - il fit un pas sur le côté pour détailler le profil du pur sang.

Il tomba sur une paire impressionnante de POIRES, et un déclic soudain se fit dans son esprit.

" HAHA ! " s'exclama-t-il, ne pouvant retenir son expression victorieuse : " Les poires pour mon tipi ! "

Et, ne se souciant pas de l'effet que pouvait avoir ses sinistres propos, il fixa Cyrius droit dans les yeux :

" Je dois avouer que ça ne m'est pas arrivé dernièrement, l'ami. "

Pris d'un doute, il cligna des yeux pour s'assurer que son corps lui répondait bien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CYRIUS

avatar

ÂGE : 26
PUF : C.C.
MESSAGES : 1503

SEXE DU CHEVAL : Etalon
TERRITOIRE : En quête des Trompeuses...


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Épitaphe. [PV]   Mer 14 Fév 2018 - 10:07

Un sourire béat orna les lèvres de l'Arabe qui jaugeait à présent le dénommé Sorrow avec une stupéfaction presque euphorique. L'autre, à l'inverse, l'avait toisé avec dégoût avant de faire fonctionner ses méninge à plein régime pour se rappeler de son identité...


Sorrow... Ancien dominant des Terres Orphelines que Cyrius était venu titiller lors d'une rencontre qui restait gravée dans sa mémoire. Une rencontre marquée d'urine, de crottins et de menaces d'émasculation que l'alezan n'avait pas oubliées. Beaucoup d'agressivité mais finalement, un bon souvenir.


L'étalon alezan continuait de sourire tout en observant le frison, son grand nez caractéristique, et son regard meurtrier, oui aucun doute, Sorrow était bien là, et d'ailleurs, il remit cette histoire de poires sur le tapis, d'entrée de jeu.


Cyrius ria bruyamment, euphorique, finalement il lui semblait que Sorrow était le seul cheval qu'il eut croisé à la fois lors de son premier passage sur Horse-Wild, quelques années plus tôt, et aujourd'hui, ce qui signifiait qu'il allaient avoir plein de choses à se raconter, à condition que l'autre ne cherche pas réellement à l'émasculer bien entendu.


- Mes poires se portent à merveilles et sont bien là où elles doivent être, mon cher Sorrow. J'espère qu'il en est de même pour les tiennes ?


Cyrius tenta un coup d'oeil indiscret mais la robe sombre et les crins touffus du frison lui masquait considérablement la visibilité. Il soutint donc finalement le regard de Sorrow sans pour autant reprendre son sérieux, où était passé cet espèce de patapouf hargneux durant tout ce temps ? Comment n'avaient-il pu pas se croiser avant ?


- Ce qui est très curieux, c'est que lorsque je suis revenu ici il y a quelques mois, une jument m'a affirmée que tu étais mort... 


Quelques secondes de silence durant lesquelles Cyrius suivit du regard un débris en plastique porté par le vent sur le sable, avant de reporter son attention sur Sorrow.


- Il va sans dire que je me fais une joie de constater que ce n'est pas le cas.


Sourire faux-jeton de circonstance, Cyrius était à deux doit se soulager ses intestins sur place pour fêter ces retrouvailles exquises.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sorrow
ize of the world

avatar

ÂGE : 20
PUF : Chunsa.
MESSAGES : 4069

SEXE DU CHEVAL : Quéquette. 👀
TERRITOIRE : Concierge des Terres Orphelines à la retraite.


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Épitaphe. [PV]   Mer 14 Fév 2018 - 22:22


" Mes noix sont bien accrochées, " rétorqua-t-il nonchalamment. " Les tiennes semblent toujours menacer de tomber, cependant, tel le fruit trop mûr... "

Il doutait qu'un étalon sur Horse-Wild possédasse une paire aussi visible et pendante que celle que portait Cyrius depuis de nombreuses années.

Oui, c'était bien là son trait caractéristique. Sorrow se souvenait d'une journée pluvieuse - quelle journée ne l'était pas, aux pluies perpétuelles ? - au cours de laquelle il avait croisé le crottin, son propriétaire et finalement l'insolence de ce dernier. Cyrius.

Il l'avait connu alors qu'il était encore dominant.

Il ne l'était plus, ce qui acheva de dessiner une grimace sur ses traits. Il avait toujours, pas très secrètement, aimé se retrouver dans une position de supériorité qui lui permettait d'aborder un interlocuteur avec la connaissance que, quoi qu'il advienne, il était le dominant. Le souverain légitime...

Sorrow scruta ce souvenir vivant avec un air soupçonneux, tentant de déterminer si l'alezan lui disait la vérité. Ne trouvant pas de raison pour laquelle l'autre souhaiterait lui mentir, il répondit finalement, tentant de comprendre :

" Quelle jument ? "

Quelle petite traînée avait pu se permettre de...

Mélodie ? Pourquoi sa fille aurait-elle souhaité ça ? Querouane ? Voilà des années qu'il n'avait pas parlé à Querouane, mais il avait du mal à l'imaginer dans ce rôle. Kuro ? Kuro était un mâle, qui, selon ce qu'on lui avait rapporté, atteignait une stature tout à fait remarquable... Et n'avait pas tendance à se travestir...

Quoique...

" J'ose espérer, " dit-il d'une voix traînante, " Que tu n'as pas relayé la nouvelle trop vite. Je n'ai pas encore eu le temps, vois-tu, de composer une bonne épitaphe... "

Mort. C'était étrange, d'être confronté ainsi à sa propre mortalité ; il y a deux mois à peine il retrouvait Hyuna', la chair de sa chair, adulte alors que lui était un roi en exil... Et voilà qu'il était mort, comme si la fin de son règne avait été synonyme de la fin plus définitive encore de son corps et de son esprit.

Non, il avait encore des choses à vivre. Et des choses à trouver.

Il tourna son regard vers l'île qu'il devait rejoindre, l'esprit embrouillé cependant par cette étrange nouvelle. Mort...

Cyrius affichait un grand sourire dentu.

" Tu m'excuseras de ne pas prendre tes propos trop à la lettre, " répondit-il avec l'ombre d'un rictus ironique.

Non, il n'aimait définitivement pas ce nouveau rapport d'égal à égal qui venait de naître. Cyrius ne s'était pas distingué par son pressant respect envers la monarchie lors de leur première rencontre, mais il y avait quelque chose d'insupportable dans l'idée de retrouver quelqu'un lorsque soi-même on est affaibli. S'aurait été comme croiser l'ombre de Black Night ou de son père, ces clowns moqueurs jaillissant toujours à l'instant propice de leur boîte...

" Non, " grogna-t-il soudain, s'agitant, " Déchu peut-être, mais pas mort... Ces terres sont maudites. Chaque rencontre que j'y fais est plus grotesque que l'autre... "

Et il fit un pas en avant, les yeux cloués sur ce minuscule îlot au milieu des flots.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CYRIUS

avatar

ÂGE : 26
PUF : C.C.
MESSAGES : 1503

SEXE DU CHEVAL : Etalon
TERRITOIRE : En quête des Trompeuses...


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Épitaphe. [PV]   Hier à 10:22

Cyrius pénétra l'espace vitale de Sorrow pour s'approcher des flots. Il campa ses quatre pieds dans le sable détrempé; tandis que les vagues léchaient ses membres avec la dextérité d'une masseuse professionnelle. Il tourna un oeil mystérieux vers Sorrow dont il avait apparemment piqué la curiosité. Mais qui donc avait bien pu prétendre que le Grand Sorrow était mort ? Rien que dans l'espoir de faire subir un éventuelle châtiment part le biais du frison à la coupable, Cyrius tacha de la décrire avec précision.


- Elle s'appelle Mal'. Une jument blanche, une dizaine d'année, impertinente. Je l'ai rencontré sur les Pluies Perpétuelles, elle prétendait être la nouvelle dominante des lieux depuis ta mort tragique... J'ai bien tenté de relayer la bonne nouvelle - Cyrius adressa un sourire appuyé à Sorrow - mais je me suis heurté à ton fils qui m'a affirmé que tu étais vivant aussi certainement qu'il te déteste... Il veut prendre ta place m'a t-il appris...


L'alezan avait un certain plaisir à retrouver Sorrow. Leur relation était ambiguë et complexe, Cyrius avait toujours vu Sorrow comme son meilleure ennemi, un cheval qu'il prenait plaisir à défier et enquiquiner sans limites, sans pourtant éprouver pour lui de la haine. Ca n'était pas comme avec Collapsing, qu'il considérait comme un déchet dans lequel on peut shooter encore et encore sans pour autant ressentir de plaisir. Quelque part, très au fond de lui, l'alezan avait toujours eut un certain respect pour Sorrow, chose qu'il n'avouerai évidement jamais, préférant largement fêter sa mort à grand renforts de feuilles de thé. Respect qu'il n'aurait  jamais pour Collapsing, qui ne lui inspirait pas la moindre considération.


- Déchu donc... répéta Cyrius en suivant le regard de Sorrow vers l'îlots un peu plus loin dans l'océan. Te voila donc faisant partie du petit peuple, tragique... Le temps à passé, bientôt c'est toi qui viendra pisser sur ma pelouse et moi qui menacerai de te couper la tête... D'ailleurs, quelles rencontres grotesque as-tu faites ? Car je n'ai pas eu l'occasion de croiser ta carcasse depuis longtemps, mais j'ai fait la connaissance d'un paquet d'individus...


Une vague plus grosse que les autre s'éclata contre le poitrail de Cyrius qui grimaça au contacte de l'eau un peu trop fraîche. Sinistre plage dont il ne voudrait pas sur ces terres...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sorrow
ize of the world

avatar

ÂGE : 20
PUF : Chunsa.
MESSAGES : 4069

SEXE DU CHEVAL : Quéquette. 👀
TERRITOIRE : Concierge des Terres Orphelines à la retraite.


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Épitaphe. [PV]   Hier à 20:13


Les mouettes tournaient en cercle au-dessus d'une épave rongée par les algues. Elle était devenue presque végétale, un élément naturel qui perdait les traces de son humanité. Seules les voiles, déchiquetées et inutiles, flottaient encore sous la brise, comme animées par l'espoir qu'un souffle de vent assez fort sortirait le navire de sa lente putréfaction.

Putréfaction ! C'était là une exclamation qui aurait pu quitter sa bouche. Elle ne fut secouée que d'un tic, alors qu'il apprenait l'étendue de la trahison.

" Mal', " répéta-t-il, d'un ton doucereux, " C'est étrange. Lorsque je l'ai rencontrée, elle s'appelait Graph. "

Il fixa l'horizon avec l'insistance de celui qui ne veut plus être là. Il rêvait de galoper jusqu'à ses Terres, où il serait sûr de pouvoir la dénicher. Elle avait toujours eu des ambitions, avait toujours été insolente ; mais de là à propager la nouvelle de son décès, de là à prétendre qu'il ne restait plus rien de lui...

Sa lèvre se retroussa sur ses dents. La mention de son fils ne faisait que parachever sa mauvaise humeur, et il lâcha presque malgré lui quelque chose qui ressemblait à un ricanement, tentant d'ignorer la démangeaison qui l'ordonnait de déguerpir pour retrouver cette inconnue dont personne ne connaissait finalement le nom.

En un jour, il apprenait sa mort et prenait connaissance des ambitions de son fils aîné. L'héritier mâle légitime... Un nouveau rire guttural menaça de sortir de sa bouche, mais il étouffa dans sa gorge alors qu'il songeait à ce qui lui servait de progéniture.

" Ce n'est pas à un animal blanc comme un spectre que je m'en remettrais pour des nouvelles de ma bonne santé. "

Il renifla.

" Quant à ses ambitions, elles flattent mon esprit sénile... L'imitation est un signe d'admiration profonde. Mais il est un peu vieux. J'avais déjà un trône, à son âge..."

Non, il ne pouvait pas partir maintenant. Il se força au calme, tenta de se focaliser sur l'objet de sa quête. Une fois dans sa vie, il pourrait se concentrer sur des intentions nobles... Puis se déchaîner sur ce qui se hissait sur son chemin. Être mort aurait pu être bien pratique, après tout... Le sort réserve peu d'honneurs aux profanateurs de tombes.

Sorrow observa Cyrius, mesurant sa stature.

" Toi, dominant ? Après avoir ri au nez de la monarchie ? Les temps changent, et les têtes sont tournées par quelques promesses divines... "

La mer s'agita un peu. Le pur sang arabe s'était rapproché de cette dernière, et Sorrow le rejoignit, les lèvres serrées sur son projet de la traverser.

Il entrouvrit la bouche, exhala.

" Je te raconterai cela. Mais pas avant d'avoir rejoint cette île. "

Puis il adressa un regard à son nouvel acolyte, ni interrogateur ni affirmatif. Il irait sur l'île quoiqu'il advienne ; c'était une nécessité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Épitaphe. [PV]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Épitaphe. [PV]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Graver l'épitaphe ^w^

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Horse-Wild :: LES TERRES SECRÈTES. :: LA PLAGE DÉVASTÉE-
Sauter vers: