Jeu de rôle équin
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Diableries [Libre]

Aller en bas 
AuteurMessage
Hélium

avatar

ÂGE : 22
PUF : Aneki (étalon77).
MESSAGES : 402

SEXE DU CHEVAL : Etalon

Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Diableries [Libre]   Sam 27 Jan 2018 - 15:35


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Le ciel n’était ni bleu ni beau. Le vent n’était ni léger ni chaud. Tout se mouvait à la perfection pour donner à l’endroit un sentiment désagréable d’insécurité totale. Même les animaux ne bougeaient plus dans les fourrés. Immobiles dans leur tanière de bêtes étranges, ils poussaient parfois quelques glapissements effrayants qui se glissaient jusqu’à la Maison Hantée. La puissance du vent la faisait craquer de tous côtés et n’engageaient pas à y entrer. Les nuages, quant à eux, pesaient sur son toit, lourds de menaces, prêts à craquer à tout moment. Une pluie glaciale qui ne ravirait personne et rendrait les gens moins agréables qu’ils ne l’étaient vraiment. Les morts eux-mêmes n’auraient certainement pas envie de partir en balade par ce temps.

Hélium se baladait pourtant. L’air plus guilleret qu’il ne l’était vraiment, il trottinait vers la Maison Hantée en faisant cliqueter son remarquable jouet : le hochet reçu à Noël. Sa bonne humeur n’était qu’une façade que la météo n’avait pas besoin de chasser à grands coups de bourrasques mordantes. Une boule impressionnante s’était coincée dans la gorge du poney et le retenait de chanter ou de siffler, comme il en avait l’habitude. Ses propres entrailles se tordaient dans tous les sens, lui arrachant parfois des grimaces peu élégantes.
Étonnamment, il s’en fichait. Lui qui était si porté sur l’apparence, ne faisait aujourd’hui que peu de cas de ses crins emmêlés, de ses pas lourds et de sa tête tombante. Il n’était plus d’humeur à être un roi. Son rôle, pour ce jour d’hiver, était bien différent.

Cortex, comme il aimait à se faire appeler, n’était pas non plus d’humeur à se surnommer et ne pensait guère plus que ne le faisait un enfant, les yeux rivés sur la porte d’entrée. Hélium était méconnaissable. Lui, la grande gueule d’Horse-Wild, qui se faisait remarquer partout où il allait, filait à toute vitesse sur les Terres Orphelines dans une discrétion à couper le souffle. Personne n’aurait eu l’idée de se retourner sur son passage et, d’ailleurs, il avançait en silence, ses petits sabots frôlaient le sol sans donner l’impression de le toucher vraiment. De temps en temps, il s’enfonçait dans la boue avec un pschlourkr tout à fait répugnant, mais continuait sa route sans y faire attention. Peu lui importait d’être sale, plein de gadoue, ni même de puer le fauve ! Qu’est-ce que ça pouvait bien faire ? Là où il allait, les gens avaient perdu l’odorat depuis longtemps.

Enfin ! La Maison Hantée se présentait à lui dans toute sa beauté de résidence pour gens trépassés. Il eut même l’impression qu’elle penchait un peu de côté, mais ne s’attarda pas sur le détail. Dans sa décrépitude, elle n’était pas si mal et il était certain qu’elle accueillerait sa famille comme il se devait. C’était justement pour cela qu’il était venu : sa belle dame devait être arrivée à l’heure qu’il était. Il ne fallait plus traîner ! S’il arrivait en retard, elle le lui ferait regretter…

Hélium pénétra à l’intérieur de la maison. L’état extérieur semblait plus détériorés que l’entrée qui lui parut satisfaisante. Il y avait de quoi passer avec aisance pour son demi-mètre de haut et c’était tout ce qui importait vraiment. Il ralentit le pas pour prêter attention à ce qui l’entourait, jeta un rapide coup d’œil dans les salles adjacentes et scruta longuement l’escalier qui menait au sous-sol. Il tendit l’oreille, se concentra et trouva ce qu’il cherchait : un faible craquement du plancher lui indiqua la présence d’un visiteur. Il leva donc les yeux à l’étage. Sur le palier de l’escalier, il ne trouva personne, mais il était formel ! Sa jolie petite famille était arrivée et ses diablotins n’attendaient pas ! Sans plus de cérémonie, ils l’invitaient à jouer à un jeu et pas n’importe lequel : Cache-cache. Et à ce jeu-là, Hélium était le roi des papas.

1… 2… 3… commença-t-il à compter tout haut en mâchonnant son hochet.

À 100, il courrait les chercher et mettrait fin à leurs diableries d’enfants contre un gros câlin et beaucoup de bisous. Ensuite seulement, il trouverait sa charmante compagne et enverrait jouer les marmots dans le jardin pour avoir une paix amplement méritée.

Du moins était-ce ce qu’il avait prévu de faire avant que les rires des enfants n’attirent un second imprudent…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ouragant

avatar

ÂGE : 17
PUF : wakita
MESSAGES : 985

SEXE DU CHEVAL : Jument
TERRITOIRE : Prétendante aux Orphelines


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Diableries [Libre]   Lun 12 Fév 2018 - 22:11

  Ouragant s’était rendu à la maison hantée. Elle l’intriguait vraiment, mais elle l’aimait bien. Elle ne savait pas vraiment pourquoi, mais elle sentait une énergie particulière ici. Elle l’avait déjà visité avec Oklaan, mais elle était revenue pour fouiller un peu plus les recoin de cette antiquités. Qui sait, elle pourrait bien trouver des choses intéressantes qu’elle n’avait pas touchées du naseau avant ! De la poussière et des toiles d’araignée étaient revenues depuis la dernière fois. Celles-ci s’accumulaient, mais le passage des chevaux en enlevait certaines mais y déposait à contre partit de la saleté qu’ils auraient amassés sous leurs sabots. Peut-être que des chevaux passaient par là pour faire un brin de ménage de temps en temps, mais la maison aurait moins l’air de la magnifique relique qu’elle était si on en prenait soin et la rendait comme neuve. Ça casserait le mythe qu’il y a autour. Et Ouragant aimait bien ce genre d’histoire, à propos d’un lieu qui dégagerait une énergie particulière.


  La jument scrutait la moindre imperfection de chaque meubles, de chaque murs, de chaque objets présents. Elle essaya cependant de toucher au moins de choses possibles pour que cette maison garde son charme. Elle était passé par chaque pièces, par chaque étages de la maison. Elle ne se lasserai jamais de ces visites. Malgré qu’elle ne soit pas aussi légère qu’une plume, elle resta discrète et fit attention à chaque pas qu’elle faisait et où elle posait ses imposants sabots pour ne pas risquer de trouer le sol et encore moins de passer au travers. Elle était tellement absorbé par cette maison qu’elle n’entendit pas les bruit de sabot qui venait d’entrer dans la maison, ni le bruit de hochet qui les accompagnait. Une fois le tour de la maison fait et refait, l’ébène contemplait le hall de la maison et recula doucement pour pouvoir avoir plus de chose dans son champ de vision. Elle ne fit même pas attention au poney qui comptait derrière elle qu’elle heurta. Elle sursauta et fit un demi-tour brusque pour voir ce qu’elle avait heurté. En voyant le poney, elle recula d’un pas en s’excusant, toujours sous le coup de la peur.


- Euh… Excusez-moi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fifa
hard liquor mixed
with a bit of intellect

avatar

ÂGE : 21
PUF : PxdxlF
MESSAGES : 315

SEXE DU CHEVAL : Jument
TERRITOIRE : Trompeuse par le sang, dans les faits elle aspire à devenir Orpheline


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Diableries [Libre]   Mar 13 Fév 2018 - 19:40

Fifa entendait des pleurs d'enfant. C'était un son étrange qu'elle ne connaissait pas tout en le reconnaissant parfaitement. C'était la manifestation de son désir dévorant d'avoir un enfant, le fruit de son amour partagé avec Kuro. Et pourtant, ils n'y parvenaient pas. Elle ne le savait pas, mais la pression qu'elle exerçait sur elle-même, l'angoisse de la dominance, cela l'empêchait de procréer. Le poulain viendrait quand elle aurait le temps de le bercer.

Le vent sifflait entre les murs de la Maison Hantée, faisait claquer les portes laissées entrouvertes. C'était peut-être lui qui avait vidé le tonneau de vin. L'hiver prenait sa place jusque dans la construction de bois dont le fond s'était glacé avec le froid, placé sous une fuite d'eau pour remplacer le seau trop plein qu'elle avait bazardé sous l'évier.
Elle n'était pas retournée à la cave depuis.

La crème se reposait à l'étage dans l'espoir de ne plus être bonne à rien, se débarrasser de cette sombre malédiction qui pesait sur elle. Etait-elle destinée à être orpheline de ses origines et incapable de planter ses racines ? Parce qu'elle ne pouvait pas donner sa vie pour sa progéniture on lui refusait de la rencontrer. Elle s'en offusquait sans pouvoir rien y faire : la nature ne lui apportait pas de petits. Ce n'était pas faute d'essayer.

Lasse, Fifa se leva et traversa le couloir, faisant craquer le plancher sous ses pas lourds. En bas de l'escalier elle découvrit une petite silhouette familière puis une plus imposante qui engloutit la première. Dans la commotion qui suivit elle comprit que l'équidé avait bel et bien marché sur le poney. Or, elle ne connaissait qu'un seul petit poney sur cette île et la voix familière qui s'excusait lui disait aussi quelque chose.

« Ouragant ? Hélium ? sa voix se brisa entre les deux. »

Elle secoua la tête, tâchant de cacher son désarroi, ses yeux rougis par les larmes et ses cordes vocales usées par sa peine. Les visages connus la rassuraient autant qu'ils la mettaient mal à l'aise. Fifa ne voulait pas se montrer comme ça. Hélium lui rappelait cette discussion fatidique qui avait entraîné sa fébrilité première et les préoccupations qui l'attristaient.

« Que faites vous là tous les deux ? demanda-t-elle finalement. »

Il y avait dans son ton l'accent de la personne qui se considère chez elle et Fifa s'étonnait réellement de la présence de ses deux amis. Au moins s'étaient-ils annoncés efficacement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hélium

avatar

ÂGE : 22
PUF : Aneki (étalon77).
MESSAGES : 402

SEXE DU CHEVAL : Etalon

Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Diableries [Libre]   Sam 17 Fév 2018 - 9:47


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Absorbé par la joie qui gonflait son coeur, Hélium comptait sans s'intéresser davantage au paysage. Ainsi, il n'entendit pas les sabots de la grande jument noire, ni le craquement du plafond sur le passage de la blanche. Il ne vit pas la croupe imposante s'approcher dangereusement. C'est à peine s'il sentit quelqu'un le percuter, tout concentré qu'il était sur les nombres qu'il devait prononcer assez haut pour annoncer son arrivée. Il eut tout de même un sursaut et cessa de compter pour poser ses yeux sur la frison. Sans rien laisser paraître, il fut impressionné par sa grandeur – bien que les frisons ne soient pas les plus grands qu'il a rencontrés. Il recula d'un pas, préférant laisser de la distance entre l'empotée et lui. Il était hors de question qu'elle recommence à lui marcher dessus.

Néanmoins, plutôt que d'insulter la grande noire pour sa maladresse et son égoïsme, Hélium détourna le regard et recommença à compter. C'est qu'il était presque arrivé à 100 ! Il ne pouvait pas s'arrêter maintenant, ses petits marmots l'attendaient en pouffant, cachés dans les recoins les plus sombres de la bâtisse. Il se faisait déjà trop désirer. C'est qu'il était plutôt du genre à tricher et à passer de cinquante à cent en quelques secondes seulement.

À nouveau, Hélium s'arrêta. Attiré par son nom, il releva la tête et plissa les yeux. Étrangement, il n'arrivait pas à se réjouir de la présence de sa luciole préférée. Il l'aimait énormément, sa belle amie, mais aujourd'hui, son sourire ressembla à une grimace et il ne put le rendre sincère. Au fond de lui, le poney n'avait pas envie de rire. Tout comme il ne se sentait pas capable de s'énerver contre celle qui ne l'avait pas vu, il était incapable d'accueillir son amie dans les règles de l'art.

Chut, taisez-vous mes amies. Laissez-moi compter, ordonna-t-il du bout des lèvres, sans la moindre autorité dans la voix. 99, 100 ! (Un peu de triche ne faisait de mal à personne.) Eh bien ! Venez donc m'aider, nous devons les trouver !

Hélium grimaça à nouveau, le ton grinçant plus qu'amusé et n'attendit pas de réponse pour s'élancer dans un couloir. Son hochet cliquetait à chacun de ses pas, mais il ne s'y intéressait pas. Le mini-shetland se concentrait sur les bruits de la maison. Il essayait de différencier les grincements du bois à cause du vent au-dehors, des craquements de la bâtisse dus au passage de ses protégés. Une différence peu évidente pour qui n'y était pas habitué et, justement, Hélium n'était jamais entré dans une maison auparavant. Il se balada donc au hasard des couloirs, se perdit en un claquement de sabots et déboucha, aussi étrange que cela put paraître, exactement à l'endroit d'où il venait. Ou presque. S'il n'était plus dans l'entrée, il se trouvait un peu plus loin dans le même corridor, devant un escalier obscur qui s'enfonçait dans les entrailles de la maison.

Hélium pivota la tête vers Fifa et l'inconnue. Tout concentré qu'il était sur sa partie de cache-cache, il en avait oublié les deux juments et s'en voulait quelque peu. Pourtant, il n'avait aucun mot à la bouche pour s'excuser, même son regard prouvait qu'il s'était perdu lui-même entre ici et quelque part ailleurs. Les rires de ses enfants résonnaient dans la cave et remontaient l'escalier en courant. Hélium ne voulait pas descendre. La peur au ventre, il ne bougeait plus. L'heure n'était plus à la fête, lui-même le comprenait. Peu importait le temps qui lui avait été donné pour se préparer, le poney n'y arrivait pas. La vérité était plus dure que le mensonge et Hélium ne voulait pas l'affronter.

Dans un souffle glacé, une forme imprécise le percuta de plein fouet. Déséquilibré, le mini-shetland fit un pas de côté et laissa échapper son hochet. Le cri du jouet résonna dans toute la maison à chaque marche qu'il percuta. Hélium, impuissant, le regarda dégringoler les escaliers et bientôt disparaître dans l'obscurité de la cave. Dans un dernier rire d'enfant, ses marmots acceptèrent le cadeau, puis il n'y eut plus, dans la maison, que les hurlements du vent.

Jusqu'à un grincement qui fit trembler l'étage supérieur.

Hélium pivota sur ses jambes et s'approcha de Fifa. Les larmes aux yeux, il n'osa pas la regarder directement et fixa son attention sur le plancher devant ses sabots. Il fila entre les deux juments, percuta faiblement la noire pour se « venger » et se planta devant la porte sans plus oser avancer.

Que c'est lugubre par ici ! (Son propre ton ne le convainquait pas lui-même.) Et si nous allions discuter dehors plutôt ? J'ai hâte de découvrir ce que tu as à me dire sur la belle aussi noire que tu es blanche. (Il pivota vers l'inconnue pour lui adresser la parole directement.) Enchanté, l'amie. Tu te fonds dans la décor dis donc ! Une ombre et un fantôme pour m'accompagner. Vous essayez de me faire peur ? Haha ! Essayez donc !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ouragant

avatar

ÂGE : 17
PUF : wakita
MESSAGES : 985

SEXE DU CHEVAL : Jument
TERRITOIRE : Prétendante aux Orphelines


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Diableries [Libre]   Dim 18 Fév 2018 - 17:18

Il s’agissait d’un petit poney, ne mesurant pas plus de 65 cm au garrot, environ 3 fois plus petits que la copie frisonne. La grande noir le voyait à peine, il faisait sombre ici et elle le cachait de la lumière qui aurait pu l’éclairer. Il était face au mur. Un autre cheval fit son apparition du couloir. Il interpella les deux chevaux de l’entrée. Cette voix lui disait quelque chose, ne serait-ce pas… Elle tourna la tête vers la voix. Et oui, c’était bien elle, la belle jument blanche.


- Oh bonjour Fifa Dit-elle enthousiaste mais surprise et sa voix tremblante.


Mais avant qu’elle puisse répondre à la question de la blanche, le poney demanda le silence. «99, 100 !» Le poney compta. Puis il invita les deux demoiselles à l’aider à les chercher. Mais chercher qui ? En tout cas, Ouragant suivi le poney qui déambulait dans les couloir de la maison sans vraiment savoir où il allait. La noiraude cherchait dans chaque pièces, l’encolure basse, qu’elle croisa sans vraiment savoir ce qu’elle devait trouver. Le hochet du poney résonna à chacun de ses pas dans la maison. Ils revinrent au même endroit, le poney semblai perdu lorsqu’il adressa un regard à Fifa. Et des rires se firent entendre dans la cave et ils semblaient remonter l’escalier en courant. Y avait-il d’autre équidés avec eux dans cette maison ?


Ils s’approchèrent de l’escalier qui menait au sous-sol. Il était obscure, et on ne voyait pas ce qu’il s’y trouvait. Le poney fut déséquilibré, comme si quelque chose l’avait percuté et il fit tomber son hochet qui fit résonner son bruit à chaque marche qu’il percutait. Le jouet disparu dans l’ombre massif de la cave. On entendu une dernière fois les rires qui avaient reçu le présent. Seul les bruits du vent et un grincement venant de l’étage se fit entendre. Le poney s’approcha de Fifa, les larmes aux yeux, et bouscula Ouragant au passage pour se venger. Ouragant, qui était tendu depuis le début, se décontracta.


- Eh bien , allons dehors ! Dit-elle enthousiasment en se dirigeant vers la sortie. Elle sourit au poney Enchantée aussi. Hélium c’est ça ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fifa
hard liquor mixed
with a bit of intellect

avatar

ÂGE : 21
PUF : PxdxlF
MESSAGES : 315

SEXE DU CHEVAL : Jument
TERRITOIRE : Trompeuse par le sang, dans les faits elle aspire à devenir Orpheline


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Diableries [Libre]   Lun 19 Fév 2018 - 20:58

Sa présence n'avait pas l'air de réjouir Hélium mais que pouvait-elle en dire ? Fifa elle-même était malheureuse comme les pierres. La grimace croassante que lui offrit le poney était tout aussi étrange que sa réclamation et elle le laissa compter en silence, intriguée. Elle n'osa pas lui demander ce qu'il y avait à chercher, lançant plutôt un regard hésitant à Ouragant qu'elle distinguait à peine dans la pénombre. Ses prunelles bleues étaient encore embuées de larmes et elle les chassa tant bien que mal en secouant la tête, faisant quelques pas dans l'entrée.

Elle remarqua un objet étrange dans la bouche d'Hélium, l'écouta cliqueter tandis qu'il allait et venait dans la Maison sans avoir le coeur à le suivre. Pour elle, il n'y avait rien à y trouver. Bientôt, son ami revint, les yeux vraisemblablement rivé sur l'escalier qui menait à la cave. La gueule béante de la descente plongée dans le noir semblait l'attirer et elle envisagea de le retenir sans en trouver le courage : il saurait bien remonter s'il le désirait. Heureusement, seul l'objet qu'il tenait dévala les marches en fracas, des cris d'enfants qui n'avaient cessé de pleurer avec l'arrivée des deux autres équidés et que le hochet n'avait pas su rendre muets.

Soudain, il n'y eut plus rien. Seul le sifflement du vent rappelait à ses oreilles l'existence de ce qu'on appelait le bruit et Fifa ignora les grincements à l'étage, habituée aux bavardages de la Maison Hantée. Cela valait toujours mieux que les pleurs qui avaient enfin cessé. Elle suivit les deux chevaux sans demander son reste, bien heureuse de quitter l'endroit qui l'avait torturée depuis son arrivée un peu plus tôt dans la journée. A la lueur de la lune il était plus facile de distinguer ses interlocuteurs et Fifa forma maladroitement un sourire à leur intention, répondant en quelques mots.

« Ouragant, voici Hélium, Hélium, voici Ouragant. Je n'ai pas grand chose à dire si ce n'est qu'elle est d'agréable compagnie. »

La blague du poney l'atteignit finalement et son sourire se fit plus franc bien qu'aucun rire ne lui échappe.

« Mais non voyons, nous sommes là pour effrayer les impertinents qui viendraient te déranger. »

Fifa avait retrouvé un peu d'entrain avec sa boutade et lança un clin d'oeil timide à Ouragant par-dessus la tête du Shetland. Il était plus facile d'ignorer ce qu'il s'était passé à l'intérieur afin de ne pas parler de ses propres malheurs mais elle n'était pas certaine de s'en tirer aussi facilement. Si Hélium ne tentait pas de lui tirer les vers du nez, elle ne pouvait pas parier que la jument frison ne manquerait pas de tact par mégarde, une curiosité mal placée qu'elle n'aurait pas su lui reprocher quand on voyait les deux dépravés qui l'accompagnaient. Ils n'étaient visiblement pas au mieux de leur forme et Fifa n'aurait pas nié qu'elle avait connu mieux comme journée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Diableries [Libre]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Diableries [Libre]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Obama en chute libre ...
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]
» JEAN JUSTE LIBRE HEUREUX ! JACQUES ROCHE EST MORT POU JE'L !
» Pas sur la neige...[Libre]
» ? Juste une envie d'oublier ... [ Libre ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Horse-Wild :: LES TERRES ORPHELINES. :: LA MAISON HANTÉE-
Sauter vers: