Jeu de rôle équin
 
AccueilS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 No pasa nada - ft. Ezaël

Aller en bas 
AuteurMessage
Ecalipse
rp plus vite que son ombre

avatar

ÂGE : 19
PUF : Léthé
MESSAGES : 254

SEXE DU CHEVAL : Déesse
TERRITOIRE : En quête des Terres Secrètes


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: No pasa nada - ft. Ezaël   Mar 19 Déc 2017 - 23:46

no pasa nada

Ecalipse quitta plage, troublée. Dans un trot léger, allures hautes et fières, elle apprécia la sensation du sable qui s’écrasait sous ses sabots. Ses crins s’emmêlaient sous l’air humide. Elle sentait sa peau moite, ses naseaux frémissant pour se débarrasser de quelques grains de sable qui s’y étaient logés tandis qu’elle en effleurait les planches humides de la nouvelle carcasse.
De tous les dominants, elle devait être la seule à posséder une véritable flotte de guerre. Elle coula un œil fier vers ladite flotte, et réalisa que celle-ci était totalement en miette. Elle pourrait donc être une conquérante, mais pas une pirate, ni une reine guerrière.

Sa conversation avec Ocëan Pearl, globalement très agitée –toutes deux étaient en total désaccord quant aux idées vengeresses ou justicières de la jeune pie– l’avait totalement retournée, et elle avait besoin de se ressourcer auprès d’un air plus pur encore. Et l’air le plus pur de ces terres se trouvait dans ses hauteurs ; la montagne sacrée lui semblait parfaite.

A mesure que le tapis de sable se faisait moins épais et que les grains d’or se faisaient plus rares, plus épars, elle voyait les grandes roches menaçantes se rapprocher, tandis que le soleil descendait lentement dans le ciel. Elle sentait la fatigue lécher ses membres comme un million de vagues trop fortes, et elle se sentait totalement engourdie –peut-être devrait-elle parfois penser à se reposer au lieu de vadrouiller aux quatre coins du territoire qu’elle souhaitait faire sien sans jamais s’arrêter.

Elle arriva bien vite au pied de la montagne. Déjà là, Ecalipse entendait les murmures de Poséidon, les secrets indéchiffrables qu’il livrait à qui tendait l’oreille –de tous les dieux, il semblait être le plus mystérieux, et bien qu’elle l’eut caché à tous, il avait su l’impressionner. Mais elle ne s’était pas démontée et avait répondu avec confiance au dieu des océans.
Elle ne le craignait pas.

Rien que d’observer le sommet du mont, toujours perdu dans un brume qui souvent murmurait des milliers de secrets, lui suffit à se fatiguer. Elle soupira et observa le sol. Quelques touffes d’herbes éparses lui faisaient de l’oeil. Baissant la tête, elle s’affaira à se ressourcer –dès qu’elle se sentirait un peu plus en forme, elle gravirait une fois de plus la montagne sacrée ; elle savait que personne avant elle n’avait su déceler les nombreux mystères et secrets des terres de Poséidon, mais elle comptait réussir là où tous avaient échoué.

Elle était la seule à être digne de ces terres, elle en était certaine.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ezaël

avatar

ÂGE : 22
PUF : Kan'
MESSAGES : 422

SEXE DU CHEVAL : Étalon

Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: No pasa nada - ft. Ezaël   Mer 20 Déc 2017 - 0:13


Voyager à coeur léger, souriant à la vie
ft. Ecalipse


Alors qu’il délaissait la plage aux mille débris derrière lui, Ezaël restait pensif. Les quelques instants qu’il venait de vivre resteraient gravés à jamais dans sa mémoire. Il en était certain. C’est relativement déchiré qu’il quitte les lieux. Son coeur est lourd de retrouver la solitude, mais en même temps léger vu ce qu’il venait d’expérimenter. Il était à la fois triste et heureux, en proie à un changement persistant d’humeur, à chaque seconde. Pour être certain de ne rien n’oublier, Ezaël répétait encore et encore le nom d’Ace of Hearts, dans sa tête. Il le disait en boucle pour être bien sûr de ne pas l’oublier, que rien ne puisse s’effacer.

Alors qu’il était pensif, il se retourna une dernière fois vers la mer. Il sourit, satisfait. Les vagues léchaient toujours le sable, inlassables, infatigables. Son regard glisse sur les cocotiers alors qu’il se remémore Ace et sa noix des sables qui a permi cette rencontre. Son coeur se gonfle de quiétude et il laisse l’endroit sans aucun regrets, lui tournant le dos pour faire face à de nouveaux horizons. Il délaisse les reliefs plats de la plage et se tourne vers les hauteurs, suivant sans le savoir les pas d’une inconnue.

L’irish cob avance un pas après l’autre, essayant d’oublier la fatigue qui mord ses membres. Marcher dans le sable est loin d’être de tout repos, et le voilà à vouloir entamer l'ascension d’une montagne. Son regard s’élève vers les sommets brumeux alors qu’il avance vers les rochers dressés. Quel type d’animal peut bien vivre dans ces hauteurs? Y-a-t-il seulement quoi que ce soit à manger parmis les rochers? Il s’arrête lorsque le vent lui apporte une odeur inconnue. Là juste devant lui, quelque part non loin, se dresse un équidé. Ezaël ne peut pas encore le ou la voir mais il sait qu’il ou elle est là. Il avance donc doucement, un pas après l’autre dans le paysage de plus en plus rocheux.

Le jeune mâle s’arrête alors, lorsqu’il voit enfin la propriétaire de l’odeur portée par le vent. Elle est imposante, au moins autant qu’Ace qu’il venait de quitter, du moins pour lui. Il ne sait pas si c’est lui qui déforme les corps ou si ses yeux ne lui mentent pas. Mais elle en jette, il fallait l’avouer. Malgré son corps d’irish, il restait un gros bébé et se sentait tout petit face aux autres.

Il ne bougea plus, se contentant de la regarder avec curiosité, la peur envolée grâce à sa rencontre précédente. Mais pour combien de temps ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ecalipse
rp plus vite que son ombre

avatar

ÂGE : 19
PUF : Léthé
MESSAGES : 254

SEXE DU CHEVAL : Déesse
TERRITOIRE : En quête des Terres Secrètes


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: No pasa nada - ft. Ezaël   Mer 20 Déc 2017 - 0:56

no pasa nada

Alors qu’elle tentait de recouvrer ses forces en broutant follement –que l’herbe était bonne ici !–, une odeur parvint à Ecalipse. Une odeur inconnue, qui eut tôt fait de l’alarmer. Elle leva brusquement la tête. Elle ne parvint pas à distinguer s’il s’agissait d’un mâle ou d’une femelle, ses naseaux encore quelque peu anesthésiés par l’air trop lourd de la plage et de l’océan, mais ne s’inquiéta plus lorsque, plus loin, elle distingua un poulain.
Elle cessa de bouger aussitôt.

Il n’était pas bien grand évidemment, pour son âge –mais c’était plutôt un gros gabarit. Avait-il lui aussi du sang frison ? Il était pie, comme elle, et ne devait pas avoir plus d’un an. Le souffle court, Ecalipse tarda à faire le moindre geste. Il était pie palomino, mais pie quand même ; et cela suffisait à Ecalipse pour la replonger dans de lointains souvenirs. Elle frémit.

Un poulain pie, seul. Cela lui rappelait bien des choses. Était-ce l’un des mystères de ces terres, un miroir la ramenant à son enfance, un mirage pour lui rappeler d’où elle venait ?

Elle s’avança de son habituelle démarche lourde, ses sabots écrasant parfois une touffe d’herbe et faisant volter quelques mottes de terre, dans toute sa délicatesse. Portant son encolure basse, reposant ses épaules tombantes, elle avançait lentement vers lui sans pouvoir le quitter des yeux. Elle avait tant craint cette confrontation avec elle-même, avec son enfance.

Bonjour.

Sa voix se fit douce. Elle aurait aimé qu’on lui parle ainsi lorsqu’elle était petite, seule, abandonnée, orpheline, tout simplement perdue. Elle aurait aimé que quelqu’un la berce lorsqu’elle craignait encore l’orage ; aujourd’hui, c’était l’orage qui la craignait.

Tu es tout seul ? Où sont tes parents ?

Elle le quitta un instant des yeux pour observer la lune, immense spectre qui apparaissait derrière la montagne, rendant fantomatiques les brumes qui en caressaient les pics. La nuit tombait ; le soleil avait déjà disparu dans le lointain, et les étoiles semblaient danser ce soir-là, sous son regard vacillant. Elle reposa son regard un peu inquiet sur le poulain. S’il était seul, alors elle pourrait passer la nuit avec lui, au moins s’assurer qu’il ne craigne rien.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ezaël

avatar

ÂGE : 22
PUF : Kan'
MESSAGES : 422

SEXE DU CHEVAL : Étalon

Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: No pasa nada - ft. Ezaël   Mer 20 Déc 2017 - 1:53


Voyager à coeur léger, souriant à la vie
ft. Ecalipse


Ezaël l’observait avec une curiosité non feinte, une curiosité nouvelle. Il n’avait jamais été ainis, n’avait jamais observé les autres autrement qu’à travers un prisme de peur et d’inquiétude. Personne à part Ace. Personne à part elle, aujourd'hui. Beaucoup de choses avaient changées en peu de temps. Mais en même temps, le changement a été progressif et s’était fait petit à petit. Il avait commencé par avoir moins peur, puis à essayer de faire confiance. De se faire confiance. Ses rencontres l’avaient beaucoup aidé, lui donnant une nouvelle dimension : il était bien plus que la peur et la fuite. Il était quelque chose, il était quelqu’un derrière tout cela. Tout ce que sa mère avait voulu effacer de lui commençait petit à petit à réapparaître. Et il en était content. Il avait finit par penser, avec raison, qu’il ne ressortirait que plus fort de cette enfance difficile. Après tout, il avait commencé à comprendre ce qu’il aurait dû vivre. L’amour qu’il aurait dû connaître mais qu’on lui avait refusé. Mais il ne le regrettait pas, pas le moindre du monde. Il s’était promis de le vivre tout le reste de sa vie, en échange.

Il n’était pas comme son frère, pourri jusqu’à la moëlle par l’amour d’une mère venimeuse et malsaine. Il avait bien malgré lui été protégé de la sorcière qu’elle se trouvait être. Et il avait presque de la peine pour son frère.

Aucun des jumeaux n’aurait eu d’enfance, finalement.

Il croit parfois voir le fantôme de son père qu’il n’a vu qu’une seule fois, dans la jument qui s’est redressée et qui avançait vers lui d’une démarche lourde mais pas pataude. Elle en imposait autant que lui, la fois où l’immense mâle noir et blanc était venu voir sa progéniture.

Ezaël cligna des yeux avec surprise. Ces souvenirs venaient de refaire surface. Il n’avait pas eu conscience qu’il avait connu son père. Il n’avait en tête que l’image de sa mère. Elle paraissait douce, sa robe crème et ses yeux verts ne laissaient pas paraître toute la perfidie dont elle pouvait faire preuve.

Sans le savoir, Ezaël était déjà reconnaissant envers la jument qui avançait vers lui, l’encolure basse. Elle lui rappelait des souvenirs, et c’était d’une préciosité sans pareil au coeur du poulain. Chaque souvenir était un pas de plus contre l’amnésie.

Elle le sort de ses pensées en lui parlant, d’une voix douce, d’une voix tendre qu’il n’a que peu connue. Il se souvient des intonations douces de Commedia, de celles d’Ace of Hearts. Mais c’était à la fois semblable mais tout à fait différent en venant de cette jument. Il avait l’impression qu’elle le connaissait. Qu’elle voyait quelqu’un en lui. Et son coeur battait dans sa poitrine. La carrure de la jument aurait pu lui rappeler celle de sa mère, mais sa robe l’emportait de loin en lui montrant les maigres souvenirs qu’il pouvait avoir de son père. Un père fier, un père doux, au sourire tendre. Puis le souvenir s’efface, déchiré par sa mère qui le repousse en le mordant.

Il déglutit et essaya de se concentrer à formuler une réponse correcte. Il n’était pas seul, il y a à peine quelques heures. Mais parents il n’a plus. Ou, en réalité, il n’a jamais vraiment eu. Il les a aperçus, rien de plus. Il n’a pas pu s’attacher réellement. Alors il se racle la gorge pour que sa voix ne tremble pas trop alors que le petit pie isabelle lui répond.

Ma mère m’a chassé il y a longtemps, et je n’ai vu mon père qu’une fraction de secondes.

L’émotion ne l’a pas submergé et il se félicite. Il se met à observer avec intérêt une petite pierre qui roule vers ses sabots, délogée de son antre par les sabots de la jument en face de lui.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ecalipse
rp plus vite que son ombre

avatar

ÂGE : 19
PUF : Léthé
MESSAGES : 254

SEXE DU CHEVAL : Déesse
TERRITOIRE : En quête des Terres Secrètes


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: No pasa nada - ft. Ezaël   Mer 20 Déc 2017 - 2:45

no pasa nada

Il semblait presque soulagé de la voir, de l’entendre, et cela la surprit. L’un et l’autre se regardaient, s’observaient, comme si quelque chose avait pu les lier dans une vie antérieure, ou dans un passé lointain. Les yeux bicolores fouillaient le regard sombre du poulain, sombre mais empli de douceur. Il lui répondit, et la queue d’Ecalipse fouetta l’air –comment pouvait-on ? Chassé par sa mère… Elle baissa un peu les yeux.

Elle avait connu la mort d’un parent, la disparition d’un autre. Mais l’abandon, pas vraiment. Cœur Noir avait disparu un jour, comme un fantôme rejoignant son monde trop lointain, d’où il n’entendait plus les vivants ; mais il n’était pas mort. Non, il ne pouvait pas être mort. Alors était-ce un abandon ? Peut-être bien après tout.

Ma mère est morte lorsque j’étais petite, dit-elle avec un sourire profondément triste –elle ne pleurait plus et sa voix avait cessé de trembler lorsqu’elle parlait d’Isba, mais sa perte l’affectait toujours autant, et cela se voyait sur son visage. Nous sommes donc deux orphelins.

Son sourire triste se fit réconfortant à l’égard du poulain. Elle perdit rapidement ce sourire, mais garda une expression bienveillante. Les paroles d’Ocëan Pearl lui revenaient en tête, sans arrêt. Elle semblait la soutenir dans sa conquête des terres Secrètes ; bien moins dans sa quête de vengeance. Mais elle était sage, et elle la faisait réfléchir.
En tuant Perjury, elle laisserait ses enfants orphelins. Sans doute ressentirait-elle de la culpabilité. Peut-être. Mais elle la balaierait d’un simple geste, et tuerait encore si c’était nécessaire. Elle ne craignait pas Perjury. Et elle craignait moins encore la culpabilité qui en découdrait.

Une mère n’abandonne pas son enfant. Son ton restait doux, ainsi que son expression. Je m’appelle Ecalipse.

Elle ponctua sa phrase d’un sourire bienveillant qui vint se glisser sur ses lèvres. Elle était, en un sens, admirative face à ce poulain. Il avait su dire calmement, sans faiblir ni trembler, qu’il avait été abandonné. Mais il la troublait, aussi, car elle se voyait encore plus en lui –orpheline, et surtout très seule.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


[On remerciera une énième insomnie de m'avoir permis de te répondre oops ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ezaël

avatar

ÂGE : 22
PUF : Kan'
MESSAGES : 422

SEXE DU CHEVAL : Étalon

Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: No pasa nada - ft. Ezaël   Mer 20 Déc 2017 - 3:15


Voyager à coeur léger, souriant à la vie
ft. Ecalipse


Le poulain pencha légèrement la tête sur le côté lorsqu’elle plongea son regard bicolore dans le sien, noisette. Il la laissa sonder son âme vide, il la laissa cherche ce qu’elle voulait dans son regard mais il savait qu’elle ne trouverait pas grand chose. La peur étant partie, elle ne laissait en lui qu’un trou béant d’une quiétude sans pareille. Mais la place vacante lui laissait tout le loisir de revenir s’y installer, de reprendre possession de sa maison qu’était le coeur d’Ezaël. Mais pour le moment il n’y songe pas, il se laisse simplement lire comme s’il était un livre ouvert, un livre vierge, dénué de toute écriture. Ca et là elle pouvait peut être apercevoir une teinte de bonheur alors qu’il se remémorait son père, une teinte de tristesse quand c’était sa mère. Parfois, c’était la reconnaissance lorsque les visages de Commedia ou d’Ace venaient habiter sa mémoire, mais la plupart du temps il n’était que vide. Il la regarda un moment et finit par sourire un peu lorsqu’elle lui parla. Elle se confiait, et même s’il était triste pour elle, s’il comprenait la douleur qui pouvait l’habiter elle, ça le rassurait qu’il ne soit pas le seul à vivre dans la souffrance. Et à la voir ainsi, si forte, si imposante, comme si le monde restait à ses pieds, il avait bon espoir pour son soi futur.

Il voulait devenir comme elle. Aussi fort. Aussi sûr de lui qu’elle semblait l’être.

Elle serait un modèle. Elle serait une voie à suivre. Peut être qu’il ne comprendra pas tout son être, qu’il n'approuvera pas tous ses gestes, mais au fond de lui il en était certain : il voulait lui ressembler. Il voulait aussi dégager cette impression de force. Elle l’impressionnait. Elle marquait son esprit. Il voulait le faire aussi, rester dans les mémoires non pas comme le poulain fragile et terrorisé qu’il était. Il voulait être fort. Il allait grandir.

Sur ces belles pensées pleines d’optimisme, son regard s’était mit à briller d’une lueur nouvelle. Ezaël apprenait la détermination. Certes, ses trous de mémoire et sa peur constante ne partiraient pas de sitôt, pas totalement, mais il pouvait le faire, il le savait.

Je suis désolé pour votre mère…

Il ne sait pas quoi dire d’autre. Il se sent bête mais il voudrait pouvoir la consoler même si elle ne semble pas en avoir besoin. Mais le nous inclusif le trouble trop. Tous les deux, au fond, ils sont pareils ? Il a bon espoir de pouvoir devenir fort, comme elle, alors. Il sourit un peu plus.

Alors si nous sommes deux, nous ne serons plus jamais seuls, n’est-ce pas ? Nous serons tous les deux un petit peu moins orphelins.

Il sourit beaucoup trop, lui qui n’avait jamais été habitué. Ses muscles faciaux lui font presque mal de rester aussi longtemps dans cette position. Mais il aimait ce sentiment qui le parcourait. C’était grisant.

La suite des paroles de la jument le laissèrent en pleine réflexion. Si une mère n’abandonne pas son enfant, qu’était donc le nom qu’il devait donner à la sienne ? Il n’avait pas assez de vocabulaire. Il aurait dû l’appeler sa génitrice, mais ce mot, il ne le connaît pas. Aussi préfère-t-il ne rien dire du tout à ce sujet. La présentation de la jument l’aidant à changer en quelques sortes de sujet. Ecalipse. Il répéta chaque syllabe dans sa tête pour l’y graver, aux côtés de son père nouvellement retrouvé. Il allait les associer inconsciemment.

Moi, c’est Ezaël.


(Vilaine insomnie D: *la chasse à coups de bâton*)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ecalipse
rp plus vite que son ombre

avatar

ÂGE : 19
PUF : Léthé
MESSAGES : 254

SEXE DU CHEVAL : Déesse
TERRITOIRE : En quête des Terres Secrètes


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: No pasa nada - ft. Ezaël   Mer 20 Déc 2017 - 4:49

no pasa nada

Il la regardait étrangement, il posait sur elle un regard que jamais personne n’avait posé –il ne semblait pas seulement impressionné ou admiratif, non. C’était encore différent, comme s’il… comme s’il désirait lui ressembler. Il regardait Ecalipse de la manière dont celle-ci regardait ses parents, du temps où elle en avait encore. Et elle frémit à cette idée, cette idée que quelqu’un voit en elle quelqu’un de bien, dont on devrait suivre l’exemple.
Elle sourit, émue.

Je suis désolée pour votre mère…

Son sourire ne la quitta pas. Il se fit un peu plus faible, évidemment, mais la vie était ainsi faite. Elle avait eu des années pour se remettre de la mort de sa mère, s’habituer à son absence, se faire à l’idée que jamais elle ne la reverrait ; puis ces années l’avaient endurcies –peut-être même d’une mauvaise façon. Elle ne pensait plus que vengeance, justice, dominance.
Elle ne pensait plus qu’à ses soifs insatiables ; celles de détruire pour rendre à Perjury la monnaie de sa pièce, pour rebâtir par dessus un monde meilleur. Mais y parviendrait-elle seulement.

C’est la vie, soupira-t-elle avec un sourire un peu fatigué. On s’habite à l’absence et on panse ses plaies. Puis on vit avec et parfois même, on oublie.

Elle, n’oublierait jamais. Mais certains devaient oublier. Elle pensait notamment à sa mère, son père –seuls vrais exemples qu’elle avait vraiment eu en ce monde–, qui tous deux avaient oublié leur vie d’avant lorsqu’ils s’en étaient reconstruits une nouvelle par-dessus ; Isba avait oublié qui était sa mère, si elle avait eu des frères et sœurs, et la vie qu’elle avait mené avant de fonder une famille sur Horse-Wild ; et Cœur Noir, lui, même s’il s’était bâti une partie de sa vie sur les terres des bipèdes avant de se faire une sulfureuse réputation sur ces terres libres, réputation bien vite atténuée par la famille qu’il finit par fonder avec l’arabe blanche.

Le poulain continua sur l’idée d’Ecalipse d’être deux. Ils ne seraient plus seuls, et un peu moins orphelins. L’idée fit sourire la grande jument, attendrie. Elle avait un faible pour les poulains, ils lui rappelaient beaucoup son enfance ; mais celui-ci était orphelin, et pour rien au monde elle ne souhaiterait le laisser seule.

Nous ne serons plus jamais seuls, non. Je te le promets.

Ezaël. Tel était son nom. Cette rencontre, à laquelle elle ne s’attendait pas, resterait sans doute gravée dans sa mémoire –jamais elle n’avait ainsi trouvé un reflet d’elle-même comme en ce jour. Elle l’invita à le suivre d’un mouvement de la tête tandis qu’elle regagnait le pied de la montagne, où l’attendait l’herbe verte qu’elle mangeait goulûment avant que n’arrive Ezaël. Alors qu’elle se penchait pour brouter, elle tourna un regard bienveillant vers lui.

Je suis heureuse de te rencontrer Ezaël. Elle se remit à brouter et, après une première bouchée, elle reposa son regard vairon sur lui. Dis-moi, qu’est-ce que tu fais par ici ?

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ezaël

avatar

ÂGE : 22
PUF : Kan'
MESSAGES : 422

SEXE DU CHEVAL : Étalon

Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: No pasa nada - ft. Ezaël   Mer 20 Déc 2017 - 14:24


Voyager à coeur léger, souriant à la vie
ft. Ecalipse


Ezaël l’observait toujours, il essayait d’imiter parfois les expressions qu’elle faisait, il tentait de gonfler ses muscles pour essayer de lui ressembler. Même s’il n’était pas fin étant donné son sang d’irish cob, il ressemblait à un gros bébé en comparaison avec la jument. Mais il essayait d’avoir les mêmes postures, la même aura imposante qui se dégageait d’elle. Bien entendu, il était une piètre copie, venant tout juste de sortir d’une période de peur constante. Il n’avait rien de fort, rien d’imposant. Mais ça viendrait avec le temps, il en était certain. Petit à petit il chasserait ses démons. Et le jour où il serait assez fort, il pourrait se venger.

Il sursauta à cette pensée et cligna des yeux un long moment. Un nom lui était revenu. Co… Collaps quelque chose. Il frémit, ayant enfouis ces souvenirs au plus profond de son subconscient, se protégeant des souvenirs trop douloureux, trop difficiles. Soudain, le nom lui sauta aux yeux comme une évidence. Collapsing. Il y avait six mois de cela, il lui avait fait passer un très très mauvais moment. Il en a parfois encore mal…

Heureusement, la voix de la jument le sort de ses pensées difficiles et il reprend un sourire bien qu’un peu triste. Elle aussi semble attristée, il se doute que ça a un lien avec la perte de ses parents mais il n’en n’est pas tout à fait certain non plus. Il apprend tout juste à découvrir des sentiments différents chez lui, et à comprendre ceux des autres. Mais il apprécie, il apprécie qu’elle lui montre sa faiblesse. Comme ça, il peut comprendre qu’elle n’est pas parfaite. Elle n’est pas toujours forte et invincible. Donc lui, il peut devenir comme elle, elle n’est pas un but inatteignable, un rêve qui s’envolerait toujours plus haut à force qu’il gravissait la montagne pour l’attraper.

Il avait beaucoup d’espoir.

La fin de la phrase de la jument lui sauta soudain aux oreilles. Certains oublient. Certains oublient leurs parents qui les ont laissés. Il n’est donc pas le seul à avoir une mémoire difficile, des souvenirs fuyants. Est-ce qu’elle a oublié des choses, elle aussi ? Est-ce qu’ils pourraient tous les deux se ressembler à ce point ? Alors qu’il l’observe longuement, il se doute que même si elle oublie, elle n’oublie certainement pas à la même cadence que lui. Il doit forcément être différent d’elle. Il aurait du travail.

Quand elle lui promit qu’ils ne seraient plus jamais seuls, tous les deux, son coeur explosa de bonheur et un sourire radieux étira ses lèvres, rayonnant. Plus. Jamais. Seul. Trois mots qui reliés ensembles formaient la plus belle promesse que quelqu’un aurait pu lui faire un jour. Si Ace lui avait promit quelques instants de compagnie, elle lui promettait l’éternité. Mais les deux équidés étaient différents et Ezaël n’aurait pu choisir entre l’un et l’autre. Il aimait leur compagnie. A tous les deux. Différemment, certes, mais il les appréciait.

Elle s’éloigna pour remonter là où elle était avant qu’elle ne le voit, et le petit irish se pressa à sa suite pour ne pas la perdre de vue. Même s’il l’aurait très très bien vue de là où il était, il ne voulait pas s’éloigner d’elle, de peur qu’elle ne disparaisse. Il la regarda brouter, ses oreilles dirigées vers elle.

Heureuse. Elle était aussi contente que lui de cette rencontre fortuite. Il ne savait plus où se mettre ni quoi faire du bonheur qui l’envahissait. Beaucoup d’émotions positives pour lui, il ne savait plus quoi en faire. Curieux, il goûta à son tour l’herbe fraîche et ses oreilles frétillèrent comme un poisson hors de l’eau. Il était beaucoup trop content d’être ici qu’il réfléchit un long moment pour répondre à la dernière question de la jument. Il redressa la tête pour lui répondre, des touffes d’herbe de part et d’autre de son nez.

J'étais sur la plage et je voulais trouver un endroit pour me reposer où le sable ne risque pas de me piquer les yeux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ecalipse
rp plus vite que son ombre

avatar

ÂGE : 19
PUF : Léthé
MESSAGES : 254

SEXE DU CHEVAL : Déesse
TERRITOIRE : En quête des Terres Secrètes


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: No pasa nada - ft. Ezaël   Jeu 21 Déc 2017 - 18:03

no pasa nada

Il sembla surpris par les paroles de la grande bicolore. Oui, certains oubliaient. Certains oubliaient jusqu’au visage et à la voix de leurs parents. Ecalipse, elle, ne saurait les oublier –elle leur ressemblait trop, à tous les deux. Plus à son père, d’ailleurs, Ocëan Pearl n’avait pas manqué de le lui faire remarquer. Tu ressembles à ton père. Ces mots avaient été prononcés avec rage, comme s’il s’agissait là d’une honte, quelque chose qu’Ecalipse devrait cacher plutôt que d’en être fière.
Mais comment ne pas être fière de cela ?

Cœur Noir avait sa réputation, évidemment. Une réputation lointaine, désormais, mais son souvenir restait accroché aux mémoires. Elle aussi, voulait qu’on se souvienne d’elle –pas comme d’un séducteur ou du père de trop nombreux enfants, évidemment. Mais il avait su un jour se ranger, se construire une famille aux côtés d’Isba. Trois enfants et une adoptée, Madness. Elle avait été comme sa fille, pour lui. Et Ecalipse se souvenait très bien de la relation qu’il eut avec chacun de ses enfants. Elle se souvenait peu de son enfance et des terres sur lesquelles elle marchait maintenant avec fierté ; mais elle se souvenait parfaitement de ses parents.

La promesse que fit Ecalipse, celle que tous deux ne seraient plus jamais seuls, sembla faire exploser de bonheur le poulain. Ezaël se para de son plus beau sourire, et la jument le lui rendit, contente de faire le bonheur d’autrui –il était bien rare qu’elle ressente une profonde satisfaction à cela, d’ailleurs. Mais les poulains orphelins lui brisaient le cœur. Eux aussi abandonnés, laissés pour seul face à un monde trop grand, trop dangereux. Elle avait connu pareille douleur, et ne souhaitait que les aider.

Tandis qu’elle broutait paisiblement, attendant une réponse d’Ezaël, celui-ci la rejoignit, broutant à son tour. Le nez plongé dans l’herbe, Ecalipse gardait un œil intéressé sur lui, vérifiant parfois les environs  d’un regard protecteur. Elle avait promis ; il ne lui arriverait rien. Et elle comptait bien tenir sa promesse.
Le poulain releva la tête, le nez plein d’herbe, ce qui la fit sourire. A lui aussi, le sable lui avait piqué les yeux, apparemment. La jument hocha la tête ; le sable n’était pas le seul à lui avoir piqué les yeux, les souvenirs aussi. Elle n’en dit cependant rien.

La plage est magnifique, dit-elle. Tout comme le reste de ces terres.

Elle posa un regard fier sur l’horizon. Ce n’était pas pour rien qu’elle souhaitait en faire ses terres. Elle en appréciait les moindres recoins ; la montagne la faisait se sentir puissante, la plage lui rappelait des souvenirs lointains, l’étrange plaine parée de bleu l’apaisait, et l’usine était pleine de secrets qui piquaient sa curiosité au vif. Les Secrètes étaient réellement magnifiques. Elle reposa ses yeux vairons sur Ezaël, un sourire bienveillant aux lèvres.

Si tu veux te reposer, n’hésite pas. Je veillerai à ce qu’il n’arrive rien.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ezaël

avatar

ÂGE : 22
PUF : Kan'
MESSAGES : 422

SEXE DU CHEVAL : Étalon

Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: No pasa nada - ft. Ezaël   Sam 23 Déc 2017 - 0:52


Voyager à coeur léger, souriant à la vie
ft. Ecalipse


Pour lui, il était impossible que l’on puisse oublier les personnes que l’on avait aimées, celles qui avaient habité notre vie, notre coeur. Leur fantôme resterait à jamais errer son coeur. Et c’en était de même pour les personnes qui lui avaient fait du mal. certaines s’atténueront, parfois il les oublierait le temps d’une amnésie, mais ils reviendraient toujours à la charge, emprisonnant son coeur, ses souvenirs, sa tête. C’était certain. Il oubliait peut être, mais jamais définitivement. Les souvenirs qui lui revenaient n’étaient que plus forts, que plus brillants, et laissaient une marque au fer rouge dans sa mémoire, une fois retrouvés. D’objets perdus, ils devenaient objets de collection dans la vitrine de sa mémoire. Implantés, vifs, scintillants. Il n’oublierait jamais ses parents. Son frère. Ses nouveaux amis. Mais il voulait peupler sa maison de fantômes de bonheur, pour qu’ils écrasent ceux qui le hantent avec méchanceté. Il avait trouvé son remède : les bons souvenirs soigneront la douleur.

Alors qu’il mangeait paisiblement, très détendu, la jument lui parlait elle aussi de la plage. La plage était magnifique. Le sable blanc, l’eau turquoise, les palmiers d’un vert vif… Les carcasses ne faisaient qu’ajouter au charme du lieu, comme des éléments de décors qui, étrangement, donnaient tout le charme. Il se souvint de l’image de la plage, mais bien vite son esprit s’habita d’Ace of Hearts. Il l’associait à ce lieu, et d’un côté il en était très heureux car il l’oublierait moins facilement. Il sourit doucement, ravi de sa mémoire qui commençait à se muscler, comme un jeune homme beaucoup trop fin prenait du volume. Et c’était agréable de ne pas lutter des heures durant pour ressortir un quelconque souvenir. Il était ravi.

La jument lui donnait envie de continuer l’exploration. Il avait envie de tout découvrir, tout connaître. Il hésita un moment mais finit par abandonner son idée de lui demander de lui faire découvrir tous ces lieux. Elle devait avoir d’autres choses à faire plutôt que de s’encombrer de lui. Il sourit tout de même, se disant que ses explorations seraient propices à de nouvelles belles rencontres. Et il était heureux.

La proposition d’Ecalipse arrive au bon moment. Ezaël était épuisé et ses muscles le lui faisaient sentir. Il était encore tout jeune et l’endurance lui faisait défaut malgré son année de fuite perpétuelle. Il la remercia du regard et alla près d’elle, se calant contre un rocher pour être à l’abris du vent, s’allongeant. Sa tête reposa sur ses antérieurs tendus et il soupira de bonheur, se laissant aller. Ses paupières furent bientôt lourdes mais il refusa de fermer les yeux, observant la jument.

Merci...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ecalipse
rp plus vite que son ombre

avatar

ÂGE : 19
PUF : Léthé
MESSAGES : 254

SEXE DU CHEVAL : Déesse
TERRITOIRE : En quête des Terres Secrètes


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: No pasa nada - ft. Ezaël   Sam 23 Déc 2017 - 7:01

no pasa nada

Le poulain était allé trouver refuge contre une pierre qui put faire office de coupe-vent, ce qui fit sourire doucement Ecalipse. Mais plus encore, l’expression d’Ezaël fit fondre son cœur. Le petit était fatigué, cela se voyait, mais il refusait de fermer ses yeux, il l’observait ; son regard était empli de reconnaissance. Et la jeune jument n’y était pas habituée.

Elle lui adressa un grand sourire, bienveillante à souhait. Ce n’était pas habituel. Son regard vairon quitta le poulain pour observer les horizons. Elle faisait le guet, rien n’arriverait. Elle n’était pas malveillante de nature, mais la bienveillance ne faisait pas partie d’elle non ; elle avait tendance à tout simplement ne pas soucier des autres. Mais elle se retrouvait tant en cet enfant abandonné, quoi que tous deux se soient retrouvés orphelins de deux manières différentes.

Pensive, elle observa longuement la montagne sacrée. Si belle, si haute, si grande. Et pleine de mystères. Ses prunelles s’y accrochèrent longuement. En raison de leur discussion, Ecalipse en venait à se poser des questions sur son père –l’avait-il abandonnée ? Sans doute, oui, comme il avait abandonné bien des enfants. Mais elle ne pouvait pas lui en vouloir. Elle n’y parvenait tout simplement pas.

Reposant son regard sur Ezaël, le regard toujours rivé sur elle, elle sourit, s’approcha de lui. Puis, elle eut un geste bien étrange, dans le même genre que celui qu’eut Ocëan Pearl envers elle plus tôt dans la journée ; elle posa délicatement ses naseaux sur le poulain dans un geste instinctivement maternel, mais aussi protecteur. Elle eut un sourire en se remémorant sa propre mère, qui déjà avait eu ce geste.

Dors, mon petit, lui souffla-t-elle. Je suis là. Il ne se passera rien.

S’écartant de lui de quelques pas, ses oreilles commencèrent à s’agiter un peu en tous sens. Elle guetta autour d’elle, prenant garde à ce qu’aucun intrus ne s’approche, ses naseaux frémissant tandis qu’elle vérifiait que les lieux soient aussi calmes qu’ils n’y paraissent. Puis puisqu’aucun danger ne semblait présent, elle se campa sur ses sabots et tenta de s’endormir ainsi, ses sens toujours en éveil.
Rien n’arriverait, non.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ezaël

avatar

ÂGE : 22
PUF : Kan'
MESSAGES : 422

SEXE DU CHEVAL : Étalon

Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: No pasa nada - ft. Ezaël   Mar 26 Déc 2017 - 18:20


Voyager à coeur léger, souriant à la vie
ft. Ecalipse


Ezaël la regardait toujours, et plus il l’observait, plus il calquait les traits de son père sur elle. Les deux entités autrefois distinctes se mêlaient pour ne devenir plus qu’une idée, une sensation d’attachement dans le coeur du poulain. Il voyait en Ecalipse son protecteur, son sauveur, il l’aimait comme un parent, il ne pouvait pas s’en empêcher. Son coeur vaquait, cherchant quelqu’un vers qui diriger tout l’amour qu’il avait en stock, un amour qu’il n’avait jamais pu exprimer vu les circonstances. La jument venait d’entrer dans son coeur pour de bon, elle y avait une place toute méritée et il se promettait de ne jamais, jamais l’oublier.

Ses yeux clignaient de plus en plus, cédant contre ses paupières lourdes. Il allait bientôt perdre son combat contre le sommeil et Morphée, se laissant aller dans l’univers vaporeux du sommeil. La jument s’approcha alors de lui et le toucha en lui murmurant des mots qu’il n’avait entendu de personne, teintés d’une douceur sans pareil. Il eut un sourire tendre, rassuré, et plein d’amour pour cette nouvelle maman qui lui apprenait à être aimé. Il sombra dans un sommeil calme, profond et doux, alors qu’elle s’éloignait.

Il avait confiance en elle, une confiance aveugle. Et il l’aimait. Ses rêves furent peuplés de ses nouvelles rencontres. Y jouèrent Commedia et son singe, Ace et Ecalipse. Parfois une image de Starfighter s'immisçait mais jamais aucun démon ne vint troubler son sommeil.

Il était profondément heureux. Jusque dans ses rêves.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ecalipse
rp plus vite que son ombre

avatar

ÂGE : 19
PUF : Léthé
MESSAGES : 254

SEXE DU CHEVAL : Déesse
TERRITOIRE : En quête des Terres Secrètes


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: No pasa nada - ft. Ezaël   Mer 27 Déc 2017 - 11:08

no pasa nada

Ezaël s’endormit paisiblement, et Ecalipse le regarda avec un sourire plein de tendresse. Alors, elle regarda longuement les environs, guettant le moindre mouvement aux alentours. Ses oreilles se pointant dans tous les sens, elle ne permettrait pas qu’on s’approche d’Ezaël. Après de longues minutes, regardant la nuit tomber lentement, elle sentit la fatigue s’emparer d’elle et de son corps. Elle s’avança donc jusqu’au poulain, d’un pas lent et léger –elle ne voulait pas le réveiller.
Elle s’arrêta tout près de lui, abaissant un peu son encolure et se laissant partir dans un sommeil léger ; si le moindre danger approchait, elle se réveillerait aussitôt et serait en mesure de protéger Ezaël.

Elle rêva cette nuit-là. Ce fut étrange ; ses rêves étaient souvent sombres et peuplés d’étalons gris. Elle suivait souvent la silhouette blanche et fantomatique d’Isba, la guidant jusqu’à sa cible, et pointant du bout du nez un étalon gris parmi d’autres ; c’est lui, disait-elle. C’est lui qui m’a tuée. Et lorsqu’Ecalipse croisait le regard de cet étalon, Perjury, elle répétait inlassablement son nom, celui qui éveillait sa rage et sa colère, celui qui soulevait des armées en son âme. Et elle le combattait ; elle était Reine sur le champ de bataille, défiant celui qui lui avait arraché sa mère. Mais lorsque Perjury se retrouvait à terre, et qu’elle s’élevait au dessus de lui en un cabré rageur, prête à en découdre, prête à enfin en finir… Elle se réveillait.
Mais cette nuit-ci fut différente.

Dans ce rêve, elle ne combattit nul étalon gris, ne suivit pas sa mère. Isba n’apparut que brièvement, la regardant avec fierté tandis que sa fille cadette maternait un poulain pie, un poulain orphelin. Son rêve fut peuplé de rires d’enfant et de sourires heureux, peuplé de beauté, peuplé d’Ezaël qui rendait tout plus doux. Cette nuit-ci, Ecalipse rêva paisiblement, elle rêva qu’elle offrait à ce poulain une vie meilleure que tout ce qu’il avait connu, une vie loin de toute horreur. Elle parvenait à le préserver de toute la douleur du monde.
Longtemps elle craignit que ne vienne la silhouette grise de Perjury, prête à entacher cette douce image ; elle craignit qu’il ne lui arrache une fois de plus quelqu’un à qui elle tenait, qu’il ne lui prenne son enfant. Mais cela n’arriva pas.

Elle se réveilla le cœur léger, aux aurores. Le soleil pointait à peine, et le matin qui se levait à peine était d’une beauté à couper le souffle ; les éternelles brumes des Secrètes avaient étreint l’entièreté des terres, les plongeant dans un brouillard léger que le soleil bas dans le ciel teintant d’un délicat éclat rose. Ecalipse, les yeux encore mi-clos, observait sereinement la beauté de ce matin-là. A mesure que le soleil grimpait dans le ciel, la lune fantomatique s’effaçant peu à peu, rose et bleu venaient se mêler dans le firmament, et les brumes se dissipèrent lentement sous son regard paisible. Elle hésita à réveiller Ezaël mais, le voyant dormir encore, elle préféra le laisser se reposer jusqu’à ce qu’il soit suffisamment en forme pour se réveiller de lui-même ; elle se contenterait de lui raconter la beauté de ce matin, à l’image de ce qu’elle ressentait.

Elle fit un premier pas en avant, sans un bruit, s’approchant ainsi de quelques touffes d’herbe qui se cachaient entre deux rochers. Elle se pencha vers elles, et ses yeux ne quittant pas l’horizon, elle commença à brouter tranquillement, attendant le réveil d’Ezaël.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ezaël

avatar

ÂGE : 22
PUF : Kan'
MESSAGES : 422

SEXE DU CHEVAL : Étalon

Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: No pasa nada - ft. Ezaël   Jeu 28 Déc 2017 - 14:55


Voyager à coeur léger, souriant à la vie
ft. Ecalipse


La nuit fut paisible. Le jeune étalon rêva de belles choses. Dans son esprit, les souvenirs se mélangèrent. Dans la plaine de son enfance, Commedia et son singe jouaient avec Ezaël, sous le regard d’Ace of Hearts et Ecalipse qui semblaient discuter. Plus loin, Starfighter broutait. Tout se passait bien, comme si les ondes positives de tous tenaient éloignés les démons d’Ezaël, reclus au plus profond de sa mémoire, presque oubliés. Tout allait bien, tout allait pour le mieux. Un sommeil réparateur s’installa alors, guérissant toutes les blessures du poulain.

Enfin. Enfin il connaissait une nuit paisible, loin de toutes les peurs, loin de tous ses démons. Enfin.

Alors que le soleil s’élevait dans le ciel, une nuée d’oiseaux s’envola de la cîme des arbres. Tout semblait paisible, même hors de la tête d’Ezaël. Une belle journée débutait. Le soleil teinta le ciel de rose, alors que ses rayons chatouillèrent Ezaël, le réchauffant. Il papillonna des yeux, tiré de son sommeil par la douce chaleur qui dégourdissait ses muscles. Le poulain redressa la tête en baillant et cligna des yeux un long moment, cherchant Ecalipse du regard. Lorsqu’il la vit, un sourire étira ses lèvres et il se leva, s’étira, avant d’approcher d’elle. La bouche pâteuse, il bailla de nouveau et lui dit bonjour, s’ébrouant. Il lui fit un beau sourire et regarda le paysage, émerveillé par les couleurs du soleil.

C’est magique…

Le poulain posa son regard sur la montagne qui se dressait face à lui, sa cîme perdue dans les nuages. Il se demanda soudain s’il était possible d’arriver en haut, et ce qu’il y avait là haut. Etait-ce le repère des anges ? Ou celui des démons ? Il déglutit à cette idée, l’image de Collasping revenant à sa mémoire. Comme par automatisme, il secoua la tête et regarda Ecalipse, ce qui le détendit rapidement et chassa les mauvais souvenirs de son esprit. Il se détendit de nouveau et sourit, paisible.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ecalipse
rp plus vite que son ombre

avatar

ÂGE : 19
PUF : Léthé
MESSAGES : 254

SEXE DU CHEVAL : Déesse
TERRITOIRE : En quête des Terres Secrètes


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: No pasa nada - ft. Ezaël   Mar 2 Jan 2018 - 18:05

no pasa nada

C’est magique…

Elle ne l’avait même pas entendu se lever, et s’en voulut un instant de ne pas avoir fait plus attention. Il avait trouvé le mot juste ; magique. Elle sourit tendrement à son attention, et lui sourit. Ses yeux se reposèrent sur le lointain avec une étrange avidité. Une fois couronnée, elle étendrait son royaume aux portes du monde, si loin que jamais un cheval n’aurait su se rendre au bout. Elle se targuerait de posséder les terres les plus grandes, les plus belles… Son royaume serait un havre de paix, loin de tristesses et malheurs.
Et Ecalipse dominerait, Reine des reines, Impératrice d’un monde nouveau.

Elle bâtirait un Empire. Et à admirer la grandeur de ce monde, si grand et si beau, qui un jour serait sien, elle se sentait encore rêver. Ses yeux se reposèrent à nouveau sur Ezaël. Peut-être ferait-elle un jour de lui son héritier, qui sait.

Oui, c’est magique, admit-elle après quelques minutes.

Elle suivit le regard du petit, qui s’accrochait aux hauteurs de la montagne sacrée. Elle fit un pas vers lui, refoulant un bâillement. Du coin de l’oeil, elle vit Ezaël agiter la tête, chassant sans doute quelques pensées désagréables. Elle se demandait bien quoi.

A quoi tu penses ?

Sa voix était toujours aussi douce que le miel et son regard éclatant d’une bienveillance qu’elle ne se connaissait pas, d’habitude. Mais Ezaël avait touché Ecalipse, par son semblant de tristesse, les malheurs de sa vie. Et donc, elle avait promis.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ezaël

avatar

ÂGE : 22
PUF : Kan'
MESSAGES : 422

SEXE DU CHEVAL : Étalon

Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: No pasa nada - ft. Ezaël   Mar 2 Jan 2018 - 18:28


Voyager à coeur léger, souriant à la vie
ft. Ecalipse


Le regard d’Ezaël glissait entre les monts enneigés et le ciel qui se colorait au fil du temps. Il ne savait ce qui le fascinait le plus. La tête du monde, le sommet de la Terre, où vivent possiblement des créatures mystiques, ou le ciel qui se parait de ses plus belles couleurs à leur attention. Le soleil irradiait de magnificence, chauffant l’air, faisant frémir le poulain. Le bel astre diurne s’élevait, roi du monde, roi des êtres qui peuplaient le firmament. Quelle beauté. Subjugué, Ezaël glissa son regard sur la jument bicolore. Il l’observa alors qu’elle semblait perdue dans ses pensées. A quoi pensait-elle ? Quels rêves faisaient briller ses yeux d’une telle détermination ? Le poulain n’en savait rien. Peut être ne comprendrait-il même pas le concept de dominance, de règne. Lui qui était même incapable de régner sur sa propre mémoire. Sa tête se pencha mais son regard fut de nouveau happé par les sommets montagneux qui surplombaient la jument.

Les mauvais souvenirs emplirent ses yeux et il tenta de les chasser, reprenant le temps d’observer la jument qui le détendait. Véritable moyen d’apaisement, il lui en était plus que reconnaissant. La question le surprit néanmoins. Elle l’avait observé et avait vu en lui la panique qui avait voulu l’effleurer. Il sourit légèrement et chercha ses mots. De quoi lui parler ? Des mauvais souvenirs ? De l’étalon de nuit qui hantait ses cauchemars ? Il ne savait pas ce qui serait le plus judicieux. Il n’en savait rien. Son esprit divagua de nouveau, bondissant de mauvais souvenir en mauvais souvenir. Passèrent devant ses yeux sa mère, son frère, Collapsing, les nombreuses peurs qui l’habitaient. Pourtant il ne s’y accrocha pas, il resta calme, comme protégé par l’aura protectrice d’Ecalipse.

Je me suis demandé si ces sommets rocheux abritaient des démons… Et des mauvais souvenirs sont revenus à moi.

Il n’étoffa pas, se disant que si elle voulait en savoir plus elle lui demanderait certainement. Son visage s’habilla d’un beau sourire alors qu’il la regardait, émerveillé par sa simple présence.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ecalipse
rp plus vite que son ombre

avatar

ÂGE : 19
PUF : Léthé
MESSAGES : 254

SEXE DU CHEVAL : Déesse
TERRITOIRE : En quête des Terres Secrètes


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: No pasa nada - ft. Ezaël   Mar 27 Fév 2018 - 23:27

no pasa nada

Je me suis demandé si ces sommets rocheux abritaient des démons… Et des mauvais souvenirs sont revenus à moi.

Ses yeux vairons s’accrochèrent à l’horizon – teintés d’une émotion bien étrange, entre bienveillance et rage.

Les démons, pensa-t-elle à haute voix.

Son ton était plus sombre, son visage aussi. Ses yeux n’affichaient plus réellement la douceur d’une mère mais plutôt l’air mauvais d’une mère dont on a touché le petit. C’était étrange, nouveau pour elle, de se sentir si concernée par les malheurs qu’avait pu connaître Ezaël.
Mais c’était important – étrangement important.

Les démons… Avaient-ils tous de longues dents pointues, des crocs sanguinolents qui scintillent dans le noir – étaient-ils tous tout de nuit vêtus, attendant tapis au fond d’une caverne sombre que ne passe une innocente victime ? Les démons étaient-ils tous des monstres ?

Son démon à elle – Perjury – n’était pas tout de nuit vêtu, et il n’avait pas de crocs – il était vêtu d’une cape de folie, grise comme les brumes qui caressaient le mont – et ses dents ne savaient qu’arracher la vie d’un enfant – Raven.
Elle s’était remémoré le nom du marmot – étonnamment ; après tout, ce n’était pas elle qui avait été spectatrice de son meurtre – ni elle qui en avait été l’auteure.

Pourquoi se souvenir de lui, après tout ? Dix-sept heures. Un sourire narquois perça un instant l’étrange calme qui habitait son visage, tira ses traits dans un rictus de dégoût – dix-sept heures. Qu’est-ce que c’était, dix-sept heures ? Laissez-moi vous répondre – rien.

Perjury – peut-être était-ce une sorte d’élan de cruauté qui lui faisaient presque espérer que ce soit lui qui ait fait peur à Ezaël – une raison de plus de le tuer. Elle ronfla pour chasser cette pensée de son esprit. Les pensées sanguinaires étaient malvenues à cet instant.

Qui ?, demanda-t-elle simplement. Bien qu’elle tenta de la contrôler, sa voix était sombre ; elle ne permettrait pas qu’on lui fasse du mal. Pas à lui – pas à Ezaël.

Elle le regarda – observa son sourire émerveillé – tenta de le comprendre – abandonna l’idée. Mais sourit à son tour, se rapprochant – il la radoucissait sans aucun soucis.

Tu sais, commença-t-elle avant de regarder à nouveau l’horizon, j’ai connu des monstres. Des monstres qui ont ruiné ma vie, celle de mes proches. Des monstres qui ne savaient faire que le mal – et me voilà aujourd’hui – debout. Elle sourit à nouveau, effleura l’encolure d’Ezaël de ses naseaux. Reste debout, toi aussi.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ezaël

avatar

ÂGE : 22
PUF : Kan'
MESSAGES : 422

SEXE DU CHEVAL : Étalon

Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: No pasa nada - ft. Ezaël   Dim 4 Mar 2018 - 21:29


Voyager à coeur léger, souriant à la vie
ft. Ecalipse


Alors qu’Ezaël était de nouveau retourné à son innocence et à sa naïveté enfantine, il souriait en regardant son aînée. Elle était forte, passé au dessus de toutes les douleurs que son passé avait mises sur sa route. Elle s’était redressée elle, elle s’était battue pour devenir celle qu’elle était aujourd’hui : avec cette aura de force, cette aura qui en imposait, cette sensation au creux du coeur qui nous intime de ne pas trop s’approcher, au risque de se blesser. Mais, peut être trop jeune ou bien trop heureux de connaître quelqu’un qui, malgré les difficultés, avait su se relever et devenir qui elle était aujourd’hui, Ezaël n’avait pas peur de venir tout près. Et peut être ne devait-il pas avoir peur, de toute façon. Elle avait promis de le protéger. Elle avait promis, et il s’accrochait à cette promesse sans concessions. Mais lui avait peur de l’oublier elle. D’oublier qu’il était soutenu, d’oublier que son modèle avait réussi à se relever de toutes les douleurs, de tous les abandons, pour battre ses monstres et ses démons. Il avait peur de ne jamais réussir à devenir comme elle, aussi fort.

La voix assombrie de la jument le fit revenir à lui. Que se passait-il ? Pensait-elle à de mauvaises choses à cause de lui ? Peut être. Certainement même. Le petit pie regarda la plus grande avec inquiétude. A quoi pensait-elle ? A qui ? Existait-il vraiment d’autres démons sur ces terres ? D’autres démons comme Collapsing ? Comme Starfighter ? D’autres chevaux au fond si sombre, d’autres chevaux qui risquaient eux aussi de s’en prendre à lui ? Il n’imaginait pas qu’une part sombre pouvait habiter en chacun d’eux. Et il n’imaginait pas non plus que d’autres, outre Collapsing, puissent être profondément et uniquement mauvais. Il ne voulait pas le croire en réalité. Que gagnaient-ils, tous, à être méchants ? Il n’en savait rien. Mais lui n’avait toujours gagné que souffrance ou déception de la part de telles personnes. Seulement, lorsqu’Ecalipse lui demanda le nom de son démon, il fut incapable de lui répondre. Le nom du mâle de nuit lui avait échappé, happé par sa mémoire fuyante. Il ne lui reviendra que plus tard. Aussi répond-il un peu penaud, la voix tremblante de la honte qui grandissait en lui.

Je.. Je l’ai oublié…

Mais ses pensées négatives furent bien vite oubliées elles-aussi, lorsque la jument approcha et lui parla. Rester fort, réussir à passer au dessus, ne jamais s’effondrer. Il allait le faire. Il allait réussir, lui aussi. Il allait apprendre, évoluer. Et un jour, il sera aussi fort qu’elle, il se l’était promis.

Un jour je serai comme toi. Un jour je serai aussi fort. Et un jour je vais battre mes démons.

Un grand sourire étire ses lèvres alors qu’il se cale tout près d’elle, rassuré et déterminé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ecalipse
rp plus vite que son ombre

avatar

ÂGE : 19
PUF : Léthé
MESSAGES : 254

SEXE DU CHEVAL : Déesse
TERRITOIRE : En quête des Terres Secrètes


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: No pasa nada - ft. Ezaël   Mar 6 Mar 2018 - 21:23

no pasa nada

L’oubli. Ses paupières se firent étrangement lourdes – elle ferma les yeux – inspira longuement. Elle avait oublié ses frères, sa sœur – à quoi ressemblait Fantôme maintenant ? Et Madness ? Il ne lui restait que le souvenir de deux fantômes – les silhouettes floues de ses parents, sur un fond uniforme à la couleur grisaillante – comme une vieille photo rongée par les flammes, qui bientôt ne serait plus que cendres.
Les cendres dont le goût s’était emparé de sa langue revenaient comme des remontées acides – désagréables et dégueulasses, lui arrachant parfois une expression de dégoût – c’était sa façon à elle de se souvenir – de se souvenir de ce qu’elle avait en réalité oublié.

Certains avaient de simples trous de mémoire, lorsqu’ils ne parvenaient pas à se souvenir – elle, avait ce goût immonde qui enveloppait ses papilles gustatives – lui donnait envie de vomir à la face du monde. Elle aimerait se rappeler de tout. Mais elle ne voyait que le sang, le sang, l’amertume, le sang – et une pierre tombale, gravée du nom doré. Isba. Elle rouvrit lentement les yeux.

Tu perds la mémoire ?

Elle le regarda droit dans les yeux – tentant de percer ses secrets, son passé. Il avait dit que sa mère l’avait chassé – elle aurait aimé savoir pourquoi, comment – elle aurait aimé avoir le courage de lui demander ; mais le courage lui faisait défaut, à cet instant.

Par la suite, Ezaël sembla  comprendre ses encouragements, il entendit les peines qu’avait dû surmonter Ecalipse : il lui dit vouloir être fort, comme elle – battre ses démons – comme elle. Un sourire mièvre se glissa sur ses lèvres – battre ses démons. Chaque pas en ce monde la ramenait désespérément à Perjury. Il était là, le démon de ses nuits – celui qui assassinait encore et encore sa mère dans ses cauchemars.
Mais jamais Ecalipse n’avait parlé à quiconque de ses cauchemars.

Je te souhaite d’être fort. Ne crains pas les monstres – ce ne sont que des inventions destinées à faire peur aux enfants.

Elle regarda les environs – les monstres aux canines longues de six mètres et aux griffes acérées n’étaient en effet que des mythes – Perjury, lui, était bien réel. Elle frémit bêtement à cette idée, ses larmes de crocodile, enfant, lui revenant à l’esprit – c’était bien la dernière fois qu’elle avait pleuré. Tandis qu’Ezaël sourit et se colle à elle, elle effleure son encolure du bout des naseaux, lui rend ce sourire – et se rappelle qu’elle a, désormais, elle aussi quelqu’un qui veillera sur elle la nuit.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ezaël

avatar

ÂGE : 22
PUF : Kan'
MESSAGES : 422

SEXE DU CHEVAL : Étalon

Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: No pasa nada - ft. Ezaël   Jeu 5 Avr 2018 - 15:18


Voyager à coeur léger, souriant à la vie
ft. Ecalipse


La réalité lui revint en pleine tête, sans une once de douceur. Il oubliait. Pas comme les autres oubliaient, sous l’effet du temps qui, comme il érode la roche, érode les souvenirs. Non. Il n’oubliait pas sous la poussière ou sous les nouveaux souvenirs, son esprit ne faisait pas le tri, non. Lui, il oubliait tout. Tout devenait noir, et chaque fin d’une période de mémoire était une nouvelle naissance. Il se réveillait, ne savait plus qu’une seule chose : son nom. Ezaël. Mais était-ce seulement réellement son nom ? Rien n’était moins sûr, en réalité. Chaque nouveau départ était une chance de plus d’oublier qui il était. D’où il venait. Et chaque nouvelle mémoire devenait une couche de plus à détruire pour arriver à la vérité. Celle enfouie et cachée sous tous ces recommencements. La vérité originelle.

Il perdait la mémoire. Oui. Son regard s’était perdu dans la tristesse, dans les regrets, dans tous ces sentiments douloureux qui lui rappellent à quel point il peut être faible, à quel point un rien peut le faire basculer de l’autre côté. Ce côté sombre de l’oubli, ce côté qui, peu à peu, l’enveloppe d’un voile sombre, une fumée si opaque que plus rien n’existe à part elle.

Mais son courage revenait toujours, comme à cet instant. Cet instant où il veut battre ses démons, ses peurs. Il a la réelle intention d’être plus fort. La réelle intention d’être une personne nouvelle. D’être lui-même.

Elle le rassure, elle l’encourage sans peut être le savoir. Elle est douce, aimante, et forte tout à la fois. Et il s’accroche à elle, à ce souvenir qu’il aura d’elle. Il s’accroche à tout ça pour essayer, pour espérer, être un jour plus fort que les inventions monstrueuses qui peuplent ses cauchemars.

Il se blottit contre sa chaleur, cachant ses naseaux dans ses crins, profitant de la proximité et de la douceur de sa robe oscillant entre la clarté et les ténèbres. Il l’adore déjà, mais bientôt ils devraient se séparer. Rencontrer de nouvelles personnes. Découvrir de nouveaux horizons. Pour mieux se retrouver.

Si souvenirs il y a...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ecalipse
rp plus vite que son ombre

avatar

ÂGE : 19
PUF : Léthé
MESSAGES : 254

SEXE DU CHEVAL : Déesse
TERRITOIRE : En quête des Terres Secrètes


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: No pasa nada - ft. Ezaël   Ven 25 Mai 2018 - 21:06

no pasa nada

Il perdait la mémoire – plongeait chaque nuit dans l’oubli – c’est ce que comprit Ecalipse face à ce regard si triste par lequel il répondit. Elle resserra un peu plus son étreinte – elle se voulait réconfortante, elle voulait le materner, le garder enfant, lui donner un peu d’innocence – celle qu’il méritait d’avoir, et celle à laquelle – elle se le promit – il aurait droit. Elle lui servirait sur un plateau d’or et d’argent cette innocence, ces souvenirs après lesquels il courait.

Elle lui offrirait la mémoire, le tirerait de l’oubli.

Tu n’es pas hanté par l’oubli, murmura-t-elle. Tu te souviens de moi, n’est-ce pas ? La nuit ne t’a pas arraché ce souvenir.

Elle lui sourit tendrement.

Chasse les cauchemars, combats-les vaillamment. Depuis que je combats les miens plutôt que de les fuir, je ressors toujours victorieuse – parce que j’ai appris que mes démons n’étaient qu’une illusion. Ils n’existent pas.

Elle retint ses paupières – trop lourdes de ses mensonges et de ses larmes – qui ne souhaitaient que se fermer sur une réalité trop dure. Perjury n’était pas une illusion. Le meurtrier, l’assassin, le fourbe, le parjure – il existait.

Et si tu as besoin d’une force supplémentaire pour les combattre, continua-t-elle – je serai là. Toujours, d’accord ? Je ne t’abandonnerai pas.

Elle mastiqua un peu dans le vide, chassant de sa langue le goût immonde des cendres de ses proches, de ses souvenirs – Fantôme, Madness, Noctambule, tous des fantômes ! Elle se souvenait de ses parents – son père, à la robe noire comme la nuit – et sa mère, immaculée. Et la folie de cette dernière, intacte dans sa mémoire tandis qu’Isba grelottait la nuit, murmurant incessamment Perjury, Perjury, il l’a tué, il me tuera – jusqu’à ce qu’il la tue.
Elle ne put réprimer le battement de cils fragile mais parvint à contenir ses larmes en fermant ses lourdes paupières. Elle aurait aimé s’endormir, d’un sommeil si profond qu’elle ne rêverait plus – c’était utopiste que d’espérer cela.

Je n’ai pas de famille, moi non plus. Du moins, je n’en ai plus – je les ai oubliés. Et le seul que je n’aie pas oublié, c’est celui qui a causé le cataclysme qui a ruiné ma famille, avoua-t-elle d’une voix sourde. Je me bats contre lui, chaque nuit. Et je gagne.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ezaël

avatar

ÂGE : 22
PUF : Kan'
MESSAGES : 422

SEXE DU CHEVAL : Étalon

Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: No pasa nada - ft. Ezaël   Dim 10 Juin 2018 - 3:05


Voyager à coeur léger, souriant à la vie
ft. Ecalipse


Les souvenirs, il les perdait aussi vite qu'il les créait. Un tsunami d'oublis venait et balayait tout sur son passage, ne laissant que le néant de jais. Mais cette fois il espérait vraiment pouvoir brandir le souvenir de sa mère adoptive, Ecalipse, pour se protéger. Il ne serait plus jamais seul face à l'oubli, face à ses monstres. Elle serait là, à ses cotés, pour toujours. Il l'espérait. Il l'espérait sincèrement.

La jument lui parla d'elle et sembla triste. Il aurait voulu l'aider, la protéger, mais il n'était qu'un poulaine t elle déjà très abîmée par la vie. Alors il ne pu rien faire, rien d'autre que se blottir contre elle, la faire se sentir aimée. Il l'aimait. Il l'aimait comme on aimait une père ou un père. Il l'aimait comme un modèle, il l'aimait. Il l'admirait. Il serait un bon fils, pour qu'elle puisse être fière de lui. Il ne devait pas la décevoir. Jamais.

Aussi prit-il son courage à deux mains et lui dit au revoir, la remerciant pour tout ce qu'elle avait fait. Il lui était reconnaissant et lui promis d'essayer de ne jamais l'oublier. Il lui fallait maintenant partir, chercher comment grandir, se renforcer, pour un jour lui ressembler et battre ses démons.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: No pasa nada - ft. Ezaël   

Revenir en haut Aller en bas
 
No pasa nada - ft. Ezaël
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» No pasa nada - ft. Ezaël
» Waverly Place RPG
» Il vaut mieux éviter de tirer la queue d'un chat ! Et celle d'un tigre ?
» Fil gashan groupe FIXE 2 (21/09)
» I'M PRADA. YOU'RE NADA.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Horse-Wild :: LES TERRES SECRÈTES :: LA MONTAGNE SACRÉE-
Sauter vers: