Jeu de rôle équin
 
AccueilS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Land of All - ft. Aarin

Aller en bas 
AuteurMessage
Ecalipse
rp plus vite que son ombre

avatar

ÂGE : 19
PUF : Léthé
MESSAGES : 228

SEXE DU CHEVAL : Déesse
TERRITOIRE : En quête des Terres Secrètes


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Land of All - ft. Aarin   Dim 17 Déc 2017 - 19:36

land of all

Le froid s’emparait de son corps tout entier tandis qu’elle s’avançait sur le sentier de caillou d’un pas décidé. Elle avait pris l’habitude d’emprunter ce chemin, et c’était donc désormais sans crainte qu’elle s’aventurait par ici, tout au sud des terres d’Horse-Wild. Il lui arrivait parfois de croiser une âme vagabonde qui s’avançait timidement en ces lieux.
Tête basse, les pauvres tentaient d’échapper aux fantômes de leurs aïeux.

Ecalipse frémit lorsqu’elle se trouva dans la grille aux barreaux sombres et rongés par la rouille. Jamais elle ne l’avait trouvée fermée avant ce jour. Intriguée par la présence d’autrui ici, ce qui était chose rare, ses oreilles se déplacèrent vers l’arrière ; le vent n’avait évidemment pas pu refermer le loquet. Tapant dans celui-ci du bout du sabot, il céda en quelques coups, et les deux grandes portes dignes de la demeure de Lucifer s’ouvrirent dans un grincement sinistre.

Le Cimetière n’était pas un endroit tout à fait fréquentable. La pie s’en fichait bien. Elle avançait d’une démarche puissante, de celles qu’arboraient les mâles dominants parcourant leurs territoires –elle était bien plus qu’eux, elle le savait.

Puis elle la vit, au loin, et un sourire plein de tendresse vint se déposer sur ses lèvres. La stèle de marbre était toujours aussi belle à ses yeux, lumineuse parmi les autres, trop ternes dans ce sinistre tableau. Mais pas assez lumineuse pour Isba.
Isba… Ce nom gravé en lettres d’or qu’elle avait l’habitude de caresser du bout de ses naseaux, dans un geste de tendresse évidente –jamais elle n’oublierait sa mère.

Mais un intrus était là, devant cette même tombe. Ecalipse fronça les sourcils. Jamais elle n’avait vu quiconque s’arrêter devant la pierre tombale de sa mère ; pas depuis des années, du moins. Lorsqu’Isba était morte, quelques années plus tôt, s’y succédèrent ses enfants –au nombre de quatre–, son amour, le reste de sa famille, ses amis.
Puis le temps fit son affaire, les fleurs fanèrent et tous disparurent.

L’étalon blanc devant elle lui évoquait un fantôme ; celui de sa mère, peut-être. Ecalipse se ravisa : les fantômes n’existaient pas. Isba n’existait plus. Elle leva haut la tête, s’avança vers lui.

Tu es qui ?, demanda-t-elle d’une voix forte.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


Dernière édition par Ecalipse le Dim 18 Mar 2018 - 14:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ezekiel

avatar

ÂGE : 26
PUF : Winterstorm
MESSAGES : 111

SEXE DU CHEVAL : Poulain
TERRITOIRE : Terre Orientales


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Land of All - ft. Aarin   Mar 19 Déc 2017 - 14:40

Spoiler:
 

spectral meeting
aarin ft. ecalipse

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
La douleur est malsaine quand elle est inconnue.
La guérison est vaine quand elle a un refus.


Délicatement, deux sabots noirs entrèrent dans le cimetière. Timidement ? Je dirais plus avec crainte. L'animal qui vient d'entrer dans la demeure des Dieux, mais aussi celui des morts est emprunt d'une peur qu'il ne connait pas. Ou alors qu'il ne connait que trop bien. Une peur viscérale. Cette peur de rencontrer des monstres, mais de surtout rencontrer des êtres qu'il pensait avoir oublié. Oh bien sûr, cet étalon avait un corps assez imposant, une posture assez confiante en elle, mais dans le fond, il n'en était rien. Cet étalon n'était rien d'autre qu'un faible, un être qui a peur de tout, mais surtout de lui-même. Alors pourquoi venir dans un tel endroit ? Pourquoi laisser ses sabots le mener dans un endroit qu'il sait hanté ? Tout simplement car une voix l'a appelé. Une voix maternelle, une voix féminine. Une voix qu'il ne connaissait que trop bien était venu envahir ses rêves, mais aussi son doux sommeil. Il avait marché que dans un seul but : la revoir. Rencontrer celle qui l'avait mis au monde, celle qui avait fait en sorte de créer celui qu'il était aujourd'hui. Il voulait lui dire au revoir une dernière fois, il n'avait pas eu l'occasion de le faire.

Un mort se laisse aller dans les limbes des ténèbres.
Tandis que le vivant se laisse sombrer délicatement dans la peine.


Il était là, posté, devant cette pierre tombale comme un ange venant embrassé une dernière fois un mourant. Isba. Ce nom qu'il avait eu du mal à prononcer durant des années : ce nom qui lui avait fait tant de mal. Il n'avait pas été là quand elle a été assassinée, mais surtout il n'avait pas été là lorsqu'elle était morte. Il aurait pu. Il aurait pu la défendre, mais malheureusement sa peur d'autrui avait fait en sorte qu'il l'avait abandonné. Il s'en voulait. Réellement. Mais maintenant, c'est fait. Maintenant elle était morte. Qui sait, peut-être que cette voix qui ne cessait d'envahir ces pensées était celle de sa mère, une voix qui ne cessait de lui rappeler que c'était grâce à elle qu'il était encore en vie. Elle avait été belle sa mère, elle avait été douce, mais elle avait été assassinée comme une malpropre. On venait de tuer la Colombe qui emmène l'Olivier aux Mortels. On venait d'écraser tout espoir de paix dans ce bas monde. Il ne comprendrait sans doute jamais pourquoi les Dieux avaient voulu rappeler à eux cette douce jument. Etait-elle trop importante à leurs yeux pour qu'elle puisse vivre tranquillement avec ses enfants ?

La rencontre entre deux mondes se fait souvent aux pieds d'un unique univers.
Il faut savoir l'accepter, autant qu'on accepte le deuil.


" Tu es qui ? " Brusquement une voix féminine mais ferme se fit entendre dans le dos du blanc. Il écarquilla les yeux & se retourna prestement, comme un voleur qu'on vient de prendre sur le fait. & là, il déposa timidement son regard sur la femelle près de lui. Elle était belle. Mais elle n'était pas contente, cela se voyait à son regard, sa posture mais aussi l'orientation de ses oreilles. Avait-il dérangé une de ces nombreuses déesses qui vivaient en ces lieux ? Il finit par reculer, peureux.

" Ah ... Euh. Je me nomme Aarin & vous ? " dit-il tout en cognant la pierre avec sa croupe, tant il avait reculé.
made by black arrow
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ecalipse
rp plus vite que son ombre

avatar

ÂGE : 19
PUF : Léthé
MESSAGES : 228

SEXE DU CHEVAL : Déesse
TERRITOIRE : En quête des Terres Secrètes


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Land of All - ft. Aarin   Mar 19 Déc 2017 - 20:38

land of all

Je me nomme Aarin, finit-il par avouer, hésitant, effrayé.

Un enfant. Ce n’était qu’un grand enfant. Elle le regarda ; il lui disait quelque chose, c’était évident, mais elle n’avait pas connaissance d’un autre enfant. Il tenait d’elle le corps fin et la robe parfaitement blanche, quoi que sa peau fut aussi noire que celle de sa mère. Ses yeux étaient bleus et profonds. Ecalipse serra les dents. Elle voyait, face à elle, un jeune portrait de sa mère. Mais même s’il lui ressemblait terriblement, il ne pouvait être de son sang.

Tandis qu’il reculait, il vint percuter la tombe. Ecalipse sentit aussitôt son poil se hérisser, ses yeux devinrent fous, et elle bouscula violemment le petit étalon blanc.

Fais attention à ce que tu fais !, glapit-elle.

Elle le regarda de haut en bas, agacée de croiser quelqu’un ici, plus encore qu’il s’agisse d’un froussard et, pire encore –il osait venir se recueillir sur la tombe d’Isba sans la connaître. Pour qui se prenait-il ?

Qu’est-ce que tu fais ici, Aarin ?

Elle était sûre qu’il mijotait quelque chose. Quelque chose n’était pas net chez lui, il préparait un sale coup. Peut-être était-il envoyé par Perjury ? Perjury avait peut-être entendu parler des idées de vengeance d’Ecalipse ? Et pour échapper à la justice, il tentait de divertir Ecalipse ? Moult idées saugrenues, tordues au possible, et parfois même totalement irréalistes fleurirent dans son esprit embrumé par la vengeance et torturé par son passé.

Je suis Ecalipse, fille d’Isba. Que fais-tu sur sa tombe ?

Son ton était glacial, elle n’admettrait pas de non-réponse ou un quelconque mensonge, et son regard ne la trahissait pas ; à cet instant, nulle douceur ou bienveillance n’émanait d’elle. Elle n’attendait que des réponses, la vérité, car un intrus avait osé approcher d’un lieu qu’elle considérait comme sacré. Et il pourrait bien tenter de fuir, lâche comme il semblait l’être, effrayé par sa personne ou ayant des choses inavouables à cacher... elle le rattraperait.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ezekiel

avatar

ÂGE : 26
PUF : Winterstorm
MESSAGES : 111

SEXE DU CHEVAL : Poulain
TERRITOIRE : Terre Orientales


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Land of All - ft. Aarin   Dim 24 Déc 2017 - 15:38

Spoiler:
 

spectral meeting
aarin ft. ecalipse

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
La rencontre entre deux mondes se fait souvent quand on ne s’y attend pas.
Mais parfois, cela se fait aussi quand le Destin le décide.


« Qu’est-ce que tu fais ici, Aarin ? » L’étalon blanc dressa les oreilles à la question de sa compagne de fortune. C’est vrai. Que faisait-il ici ? Pourquoi était-il venu si soudainement à cet endroit même où sa mère reposait ? Il n’était pourtant jamais venu auparavant. Il avait pourtant fait en sorte de toujours éviter ce lieu. Aujourd’hui c’était différent. Aujourd’hui, il avait décidé qu’il viendrait. Ou tout du moins, ses sabots l’avaient décidés. Ils avaient décidé qu’aujourd’hui serait un jour totalement intriguant. Un jour où il rencontrerait quelqu’un de très important dans sa vie, mais surtout qu’un tournant allait arriver. Il ne comprenait pas pourquoi il avait poussé les portes en ferrailles, mais surtout pourquoi il les avait refermé derrière lui. Voulait-il être seul ? Voulait-il rendre un dernier hommage ? En fait, il avait véritablement l’impression que le Destin avait décidé que tout ceci était écrit. Que cette rencontre était obligatoire pour le reste de ses jours.

L’odeur de la Mort plane partout.
Mais surtout autour de nous.


« Je suis Ecalipse, fille d’Isba. Que fais-tu sur sa tombe ? » Les oreilles du mâle se planquèrent brusquement dans sa crinière fournie. Il avait donc une sœur. Une sœur ?! Mais pourquoi ne le savait-il pas ? Pourquoi personne ne le lui avait dit ? Pourquoi ne découvrait-il qu’aujourd’hui, sur la tombe de sa mère ? Ses oreilles étaient en arrière, mais pas de menace : seulement de colère. Colère après sa mère qui s’était tu toutes ces années. Colère après le monde qui avait préféré garder le silence. Mais surtout colère après le Destin qui lui offrait cette nouvelle, sur un plateau d’argent, qu’à ce moment précis. Le Destin recherchait quoi en réalité ? Que voulait-il qu’il fasse ? Que voulait-il ? Mais surtout comment voulait-il que l’étalon réagisse ? Finalement, le gris secoua brutalement la tête pour faire taire toutes ces pensées malsaines & redressa les oreilles. Il fallait qu’il dise la vérité, il fallait qu’il soit honnête, c’était une obligation chez lui. Il avait toujours été honnête. Bon c’était un peureux de naissance, mais il n’a jamais menti. Il détestait mentir. Alors, il prit une profonde inspiration, expira longuement pour finalement ouvrir la bouche.

« Je suis son fils. » dit-il calmement, mais en fermant les yeux en attendant le coup qui viendrait sans doute.
made by black arrow
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ecalipse
rp plus vite que son ombre

avatar

ÂGE : 19
PUF : Léthé
MESSAGES : 228

SEXE DU CHEVAL : Déesse
TERRITOIRE : En quête des Terres Secrètes


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Land of All - ft. Aarin   Mer 27 Déc 2017 - 11:53

land of all

Je suis son fils.

Le monde d’Ecalipse s’écroula à l’instant. Comment osait-il ? Sa mère n’aurait jamais fait ça. Sa mère n’aurait jamais trompé Cœur Noir. Sa mère n’aurait jamais laissé un poulain derrière elle sans en avertir sa famille. Les pensées d’Ecalipse, bien souvent rendues brumeuses par les idées de vengeance qui la rongeaient, s’embrumèrent plus encore tandis qu’elle sentait la colère monter en elle, lentement. Elle tentait de contenir sa rage, elle tentait de rester en place alors que l’envie de le remettre de suite à sa place la rongeait.
Comment osait-il ?

Blasphème. Mensonge. Insulte. Il disait des choses qui ne voulaient rien dire. Il n’était pas de son sang. Aarin n’était qu’un mensonge, il n’était qu’un pauvre jeune qui tentait de se trouver une identité, une raison d’exister. Et il osait se servir d’Isba, la défunte Isba, la tendre et douce Isba ! Il osait s’approprier un sang qui n’était pas le sien !
Peut-être ressemblait-il à sa défunte mère, mais il n’en était pas l’enfant ; Ecalipse en était certaine. Elle sentait son sang bouillonner dans ses veines, battre ses tympans avec rage, adoptant le rythme de tambours de guerre.

Si elle avait su écouter le vent, si elle avait été dotée de la sagesse d’Isba, Ecalipse aurait peut-être pu entendre sa mère. Elle aurait peut-être pu l’entendre lui dire qu’Aarin était bien son fils, fruit de sa folie, fruit de la perte de sa raison. Mais elle n’entendit pas. Elle n’écouta même pas ; elle n’avait jamais aimé écouter. Seule comptait sa peine qui devenait rage, trop lourde à porter sur son dos et ses épaules déjà trop lourds de bien des remords. Elle devrait bien se séparer de cette rage un jour, l’évacuer dans un ultime sacrifice –Perjury était la clé.
Mais peut-être Aarin pourrait-il la défouler.

Ses muscles se crispèrent lorsqu’elle planta ses quatre sabots dans le sol meuble du cimetière, ses babines se retroussant pour dévoiler ses dents dans une mine agressive. Le blanc de ses yeux se teintaient de carmin, elle sentait sa raison s’envoler tandis que le blanc devant elle semblait si sûr de lui –mais il s’en voulait, aussi, cela se ressentait. Il s’en voulait donc de mentir ! Ah ! Cela ne dispenserait pas Ecalipse de lui faire payer.

Menteur !, cracha-t-elle avec véhémence. Tu ne peux pas être son fils. Je n’aime pas les menteurs, siffla-t-elle avec amertume.

Savait-il ce qui l’attendait ? Savait-il quelle mort elle lui réservait à lui, pauvre fou qui avait osé prendre la famille d’Ecalipse pour cible de ses mensonges. Elle bondit en avant pour être tout proche de lui, pour sentir son odeur qui ne lui disait rien, pour se souvenir du visage de celui qui paierait pour cet ultime crime, bien trop grave pour rester impuni.

Sais-tu ce que je fais à ceux que je n’aime pas ?, demanda-t-elle tandis qu’un sourire cruel se glissait sur ses lèvres, ses yeux roulant follement dans ses orbites. Je te laisse trois secondes pour dégager… A ta place, je filerais vite…

Elle était d’humeur joueuse. Oh, oui, elle jouerait avec lui, le torturerait –et le tuerait, pour cet horrible mensonge. Il ne saurait jamais se faire pardonner, il ne saurait lui échapper ; car Ecalipse l’avait pris pour cible, jamais elle ne cesserait de le traquer.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ezekiel

avatar

ÂGE : 26
PUF : Winterstorm
MESSAGES : 111

SEXE DU CHEVAL : Poulain
TERRITOIRE : Terre Orientales


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Land of All - ft. Aarin   Lun 1 Jan 2018 - 1:20

Spoiler:
 

spectral meeting
aarin ft. ecalipse

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
« Menteur. Tu ne peux être son fils : je n’aime pas les menteurs. »

Le mensonge est dans le coeur de tout être sur Terre.
Mais souvent, l’honnêteté prône, sûre d’elle.


L’étalon blanc resta interloqué face à la réaction de la jument face à lui. Comment pouvait-elle croire qu’il était un menteur ? Comment pouvait-elle imaginer qu’il inventait tout cela ? C’était complètement incongru. Il avait peur. Il ressentait cette affreuse peur venant du plus profond de son être, venant de ses tripes. Il avait l’impression que le monde entier venait d’entrer en lui, venait de lui faire comprendre qu’il allait subir le sort qu’on réservait aux menteurs. Il avait le sentiment qu’on allait le lapider, qu’on allait l’humilier sur place, mais surtout qu’on allait l’écarteler. Il avait véritablement ce sentiment qui naissait en lui, sans même qu’il ne puisse y faire quelque chose. En fait, il avait l’impression qu’il était une sorcière dans le regard de cette jument. Qu’il était cette femme rousse qu’on mettait au bûcher à Salem & qu’on cramait, seulement car on pensait que les femmes rousses étaient les filles de Satan. S’ils savaient.

La fraternité se fait au fil des années.
Mais la vie la détruit à force de mensonges.


« Sais-tu ce que je fais à ceux que je n’aime pas ? » Il recula lorsqu’elle prononça ces mots, ressentant la peur encore plus profondément. «  Je te laisse trois secondes pour dégager … A ta place, je filerai vite. » & l’étalon gris recula une seconde fois. Mais l’intelligence le fit réfléchir. Fuir ou rester ? Fuir pour faire comme sa mère lorsqu’elle l’a abandonné ? Ou rester, affronter cette terreur qui était sa propre sœur ? Il ne savait pas. Finalement, il laissa son instinct de survivre naître, il le laissa le guider. Sans même poser une question, sans même parler, sans même prononcer un mot, le mâle prit ses jambes à son cou. Il évita la jument pour finalement s’enfuir tel un phoque lorsqu’il rencontre un orque. Il ne réfléchissait plus, il ne cherchait plus à comprendre, non il voulait juste fuir.

Fuir ne veut pas dire être lâche.
Ca veut simplement dire qu’on est assez intelligent pour éviter le conflit.


Alors il galopait, il fuyait aussi vite qu’il le pouvait. Il espérait que la jument ne le rattraperait pas, il ne voulait pas mourir maintenant, il était bien trop jeune pour cela. Mais ce qu’il ne savait pas, c’est que le Destin ainsi que les Dieux étaient contre lui : puisque la porte du cimetière venaient de se refermer derrière eux. Ils étaient tous les deux enfermés dans ce lieu mortuaire. Alors, sans même hésiter une seule seconde, il se jeta contre les portes, se retrouvant malheureusement au sol par la force de l’impact. La porte ne s’ouvraient pas. Les Dieux voulaient-ils qu’il rejoigne sa mère ? Voulaient-ils que la vérité éclate aussi rapidement ? Il ne comprenait pas. Mais il se jeta au moins trois fois sur la porte après cela. Quand ça ne fonctionna pas, il tenta les postérieurs. Mais rien à faire : il était enfermé avec cette folle. & il allait sans doute mourir sous ses coups.
Soudain, un clic se fit entendre. L'étalon pointa les oreilles en avant : le Destin accepterait-il de le sauver enfin ? Alors quand il entendit un crissement puis remarqua la porte qui s'ouvrait, il eut un grand soupir de soulagement. Et là, sans hésiter une seule seconde, il prit appui sur ses postérieurs, bondit en avant en écartant les portes avec ses épaules et s'arrêta derrière celle-ci en se cabrant de nervosité.
«  La famille devrait se protéger ! » cria-t-il à l'intention de la pie, pour finalement lui tourner le dos et partir au galop, la queue entre les jambes.
made by black arrow
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ecalipse
rp plus vite que son ombre

avatar

ÂGE : 19
PUF : Léthé
MESSAGES : 228

SEXE DU CHEVAL : Déesse
TERRITOIRE : En quête des Terres Secrètes


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Land of All - ft. Aarin   Dim 18 Mar 2018 - 11:40

land of all

Il la regarda longuement – l’effroi dans ses yeux, dans son expression, ne touchaient pas Ecalipse. A aucun moment elle ne se remit en question. A aucun moment elle ne se dit que, peut-être, il disait la vérité – non, il mentait simplement.
Et rien ne saurait faire reculer Ecalipse dans sa rage. Rien.

Elle serra les dents, ronfla bruyamment, frappa du pied – et il détala. L’atmosphère était lourde, électrique, effrayante – même pour elle – tout était si étrange. Était-ce le fait de vouloir tuer quelqu’un dans un lieu déjà si morbide ? Elle sourit lorsqu’il fuit, comme un lapin face à un chasseur. Et sourit plus encore lorsqu’elle l’entendit se heurter aux lourdes portes du cimetière. Elle s’avançait lentement – roulait fièrement des épaules – son sourire sanguinaire accroché aux lèvres dans un expression terrifiante.

Un.

Ses sabots frappaient lentement le sol, elle glissait lentement avec la souplesse que pouvait avoir un poisson dans l’eau, son corps se mouvant lentement tandis qu’elle commençait à l’apercevoir, frappant la grille avec espoir.

Deux.

On pouvait aisément entendre dans sa voix qu’elle souriait – chose inquiétante. Une pulsion sanguinaire, meurtrière, l’animait à cet instant. Et elle continuait d’avancer lentement, retenant un rire fou tandis qu’elle le voyait se heurter encore et encore aux portes – elle n’entendit même pas le cliquetis des mécaniques de la grille – des acouphènes lui vrillaient les oreilles, elle pouvait entendre son cœur battre, le sang battait ses tempes, et son regard était habité par quelques visons sanglantes, comme prédisant quelle mort elle lui offrirait
– du sang, du sang partout, beaucoup de sang – sur sa robe de neige et de nuit, contre ses lèvres roses – et le goût métallique dans sa bouche – oh ! Il paierait pour ses mensonges.

Elle n’entendait même pas le vent – le vent que sa mère lui avait tant dit d’écouter – et Isba qui s’époumonait depuis les cieux à lui dire qu’il n’était pas un menteur – mais elle n’entendait pas.

Trois.

Un sourire carnassier, le regard injecté de sang, elle était prête au meurtre – elle n’avait pas peur. Poussant sur ses postérieurs, elle se jeta vers lui – mais la porte s’ouvrit et il bondit à l’extérieur sous le regard un peu surpris d’Ecalipse.

La famille devrait se protéger !, dit-il – avant de disparaître au galop.

Ecalipse hurla de rage – elle hurla en le voyant filer si vite – elle n’avait pas sa vitesse ! – elle ne le rattraperait pas de suite. Son hurlement traversa peut-être plusieurs terres tant il fut fort – si puissant.

Tu n’es pas de ma famille !, hurla-t-elle. Tu n’es pas de ma famille ! Menteur ! Je te traquerai – je te retrouverai ! – et je te tuerai !

Son hurlement, strident, puissant, violent, continua de se répercuter à travers les terres – avant qu’elle ne retrouve peu à peu son calme – et retourne auprès de sa mère – pour lui promettre un meurtre de plus, pour elle, pour son bien, pour son salut – pour sa mémoire.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ezekiel

avatar

ÂGE : 26
PUF : Winterstorm
MESSAGES : 111

SEXE DU CHEVAL : Poulain
TERRITOIRE : Terre Orientales


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Land of All - ft. Aarin   Lun 19 Mar 2018 - 17:56

Aarin played.


Le chameau ne voit pas sa propre bosse, il voit la bosse de son frère.

La famille est sensée être une union, un environnement où les individus se sentent à l'aise. Bien sûr, plusieurs familles existent. Il y a les familles nombreuses où chaque individu est unique. Où chaque personne a son caractère, mais ces caractères se complètent le plus souvent. Il y a aussi les familles basiques où l'amour est de mise, la tendresse ainsi que la gentillesse. Tous s'entraident, tous s'aiment. Mais une telle famille devient vite une union platonique, ennuyeuse car rien est important. Aucun événement envahissant, ou tout simplement, choquant ne s'est passé. On en parle très peu de ces familles, que ce soient dans les médias ou dans les générations à venir. Alors que les familles nombreuses, ou royales, on en parle énormément. Les familles nombreuses car les meurtres, les bagarres conjugales ou les ruptures sont fréquent(e)s. Les familles royales car le pouvoir a la main mise dans une telle famille, mais aussi car les médias adorent la royauté et le pouvoir. Ici, maintenant, dans notre scène actuelle. Il n'y a ni famille nombreuse, ni royale, ni normale ... Juste un frère rencontrant sa soeur. Juste un fils trop longtemps caché. Juste une ombre au tableau qu'on avait camouflé avec un coup de peinture en trop. Il n'était que le cadeau empoisonné que sa mère avait offert à sa propre famille. Un vilain canard, un héritier de trop.
Le vent frais, l'ambiance morbide disparaissait petit à petit tandis que les sabots noirs frappaient violemment le sol. Il avait peur. Il était terrifié. En fait, il n'avait jamais réellement ressenti cela une fois dans sa vie, bien au contraire. Il était un étalon qui évitait tout contact avec autrui, qui évitait de se frotter aux autres, de peur d'affronter leur colère. Il était gentil, mais peut-être un peu trop trouillard. L'étalon gris n'avait pas peur de la Nature, ni même des animaux, mais seulement de ses congénères. Il ne les connaissait pas assez pour pouvoir affronter leurs émotions. Un regard vers l'horizon et il souffla un grand coup. Quand il jugea qu'il était assez loin du cimetière, il s'arrêta et osa se retourner. Elle ne l'avait pas suivi. La pie ne l'avait pas poursuivit. Alors, il expira un grand coup. Il l'avait semé et tant mieux.

Tu n'es pas de ma famille ! Tu n'es pas de ma famille ! Tu es un menteur ! Je te retrouverai, te traquerai et te tuerai ! Soudain, un cri. Un hurlement strident et les oreilles de l'étalon gris se plaquèrent dans sa crinière, de panique. Elle le tuerait ? Mais pourquoi ?! Il était son frère. Il n'avait jamais menti de toute sa vie, alors non, il ne mentirait pas sur ses origines. Il leva la tête vers le ciel, les yeux plongés dans un nuage, suppliant sa mère de lui dire la vérité, de lui susurrer qu'elle faisait erreur et de lui hurler qu'ils étaient faits pour être une vraie fraternité. Il s'ébroua un grand coup, donna un coup de cul de déception et disparut dans une forêt non loin. Il avait honte de sa soeur, il avait honte d'avoir eu une petite soeur telle qu'elle. Non, elle ne méritait pas sa compassion. Mais pour le moment il ne pensait pas ça : il pensait seulement à la fuir. Il voulait seulement disparaître assez pour qu'elle ne le retrouve jamais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Land of All - ft. Aarin   

Revenir en haut Aller en bas
 
Land of All - ft. Aarin
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Horse-Wild :: LES TERRES DE LA VIE. :: LE CIMETIÈRE-
Sauter vers: