Jeu de rôle équin
 
AccueilS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Jusqu'au milieu des flammes

Aller en bas 
AuteurMessage
Pearlescence

avatar

ÂGE : 21
PUF : PxdxlF
MESSAGES : 137

SEXE DU CHEVAL : Jument

Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Jusqu'au milieu des flammes   Dim 29 Oct 2017 - 17:51

ezekiel ; jusqu'au milieu des flammes
Pearlescence avait tracé une ligne droite depuis sa rencontre avec Ungo. Il l'avait laissée pensive et révoltée, contre lui et contre elle-même. Pourquoi n'avaient-ils pas su mettre de côtés leurs différences pour avancer de front, ensemble ? Elle en était persuadée à présent, il avait une difformité, quelque chose d'aussi hideux que sa silhouette prématurée. Sa robe de bronze et d'argent brillait avec d'autant plus d'éclat que le soleil s'était levé après cette entrevue. Une étoile brillait encore faiblement dans le ciel pastel et les creux d'ocre se révélaient traîtres sous ses jambes osseuses.

Chose étrange, aucun prédateur ne l'avait affolée depuis son arrivée dans le Cratère Météorique. Il était réputé pour les chacals qui y rôdaient mais son corps informe semblait les éloigner et elle n'avait pas le coeur de s'en plaindre. Le territoire ne présentait pas son reflet à tout va et elle lui en était reconnaissante pour ça. Elle avançait donc sans un regard en arrière, dos au soleil qui brûlait, haut perché dans le ciel.

Quelques volutes de poussière s'élevaient à chacun de ses pas, soulevés par ses maigres sabots. Elle piétinait plus qu'elle ne marchait, suppliant le temps de se rétracter pour revenir en arrière et trouver la force de se retourner. Elle n'avait pas eu peur du visage d'Ungo, elle avait craint sa réaction lorsqu'il aurait vu le sien. Elle ? Belle ? Pauvre fou. Ils étaient probablement assortis. Peut-être était-il aveugle. Elle considéra l'idée un instant avant de décider de le pardonner. De leur pardonner à tous les deux. Elle connaissait sa douleur, elle en était persuadée. Comment accuser un autre d'abandonner quand elle le faisait elle-même dès qu'elle était confrontée à son reflet ?

Son sabot s'enfonça soudain dans une flaque et elle sursauta tandis que la matière visqueuse éclaboussait son boulet. A contre coeur, elle baissa les yeux sur ce reflet qu'elle redoutait et contempla sa tête étrangement proportionnée, ses jambes trop maigres et sa croupe trop haute malgré sa petite taille. Comme si elle était restée dans le corps d'un poulain.

Elle en aperçut d'ailleurs un du coin de l'oeil et redressa vivement la tête tandis que ce dernier disparaissait dans un cratère, un sentiment d'effroi s'emparant d'elle à sa vue. Elle craignait qu'il ne se soit pas lancé à l'exploration de ce dernier mais y soit malencontreusement tombé. L'appréhension finit par la convaincre et elle s'approcha prudemment de la pente raide, une déclivité dangereuse dans laquelle elle ne se serait pas aventurée d'elle-même, apercevant le poulain en bas. Sa robe palomino brillait d'un éclat doré que la sienne ne connaissait pas, une déformation génétique de plus qu'elle haïssait avec passion.

« Hey ! Tout va bien en-bas ? demanda-t-elle sans que sa voix ne laisse paraître son malaise intérieur. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ezekiel

avatar

ÂGE : 26
PUF : Winterstorm
MESSAGES : 111

SEXE DU CHEVAL : Poulain
TERRITOIRE : Terre Orientales


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Jusqu'au milieu des flammes   Dim 29 Oct 2017 - 23:42





Jusqu'au milieu des flammes

ezekiel & pearlescence

Il faisait beau aujourd'hui : le soleil brillait depuis maintenant plusieurs heures. On peut distinguer un paysage presque idyllique, un paysage qui donnait envie de se laisser aller au rêve. Horse Wild était envahi d'un soleil qui s'était pourtant montré absent ces derniers temps, un soleil qui souriait aux habitants de ces terres. Comme si les Dieux avaient décidé qu'aujourd'hui serait un jour exceptionnel, un jour particulier, mais surtout un jour où deux destins se rencontreraient. C'est sans doute pour cette raison que tu avais posé ton sabot avec hargne sur le sol, aujourd'hui. Tu ne savais pas pourquoi, mais tu avais l'impression que quelqu'un ou même quelque chose t'appelait aujourd'hui. Tu avais l'impression qu'une grande chose allait se réaliser. Cela faisait maintenant plusieurs heures que tu marchais, tu ne faisais pas vraiment attention à l'écume qui se formait sur ton corps à cause du Soleil. Tu faisais surtout attention aux paysages que tu pouvais croiser, aux roches, mais surtout à la faune & flore qui changeait au fur & à mesure. Tu ne savais pas où tes sabots pouvaient te mener, mais tu avais ce sentiment que tu devais les laisser faire. Que tu devais te laisser faire complètement.
Finalement tu relevas le regard & le posas sur l'endroit où tu pouvais te trouver. Tu te stoppas tranquillement, laissant tes yeux divaguer : c'était beau, mais ça sentait le danger surtout. Qu'est-ce que tu pouvais faire ici mon chéri ? Qu'est-ce que tu crois faire ? Mais surtout qui est-ce que tu crois rencontrer ici ? Je me demande si ta Maman t'aurais laissée venir, mais surtout Ouragant. Est-ce que la jument noire t'aurait laissé partir ainsi à l'aventure ? T'aurait-elle laissé vivre ainsi ? Je ne suis pas sûre. Car malgré qu'elle soit robuste, mais surtout novice dans l'instinct maternel, je pense qu'elle serait beaucoup trop inquiète pour te laisser faire. Mais surtout, je pense qu'elle est beaucoup trop mature & réfléchie pour te laisser réaliser une telle chose. Finalement, tu haussas les épaules & partis au pas. Puis, tu partis tranquillement au trot. Alors même te poser de questions, tu trottinas en dandinant de la tête, joyeusement. Tu redécouvrais la vie dorénavant & tu comptais bien en profiter. C'est pourquoi tu ne remarquas même pas la jument qui était loin derrière toi, bien trop occupé à découvrir les cratères. C'était beau ici ! Primitif mais tellement magnifique !
Un regard vers l'horizon & tu remarquas un énorme cratère loin devant toi. Alors avec une curiosité que tu ne connaissais plus, tu finis par continuer de trottiner vers ce dernier. Cela faisait bien longtemps que tu n'avais pas laissé cette dernière t'envahir : que tu n'avais pas laissé la curiosité te prendre aux tripes & t'ordonner de galoper vers un endroit dangereux. Puis, tu te stoppas sur le pan de ce dernier, observant en bas. Tu remarquas un petit chemin, très sinueux, qui te mènerait vers le fond du cratère. Alors sans même te poser de question, mais restant tout de même attentif & prudent, tu t'y engageas & marchas jusqu'au centre du cratère. Quand tu y fus arrivé, tu restas là, à observer le centre, comme absorbé par le vide. Brusquement, une voix se fit entendre, tu faisant sursauter mais surtout te faisant reculer sans le vouloir. & là, tu te retrouvas à deux centimètres de la chute, & ne retrouvant pas facilement l'équilibre. Tu secouas la tête pour finalement faire un bond & te retrouver sur la surface; Tu venais de t'en sortir tout seul. Avec un hennissement de fierté, tu fis un pas pour remonter & rencontrer la jument qui venait de te parler, mais un grognement venant d'un trou se fit entendre. Alors, tu cessas de bouger & même de respirer. Mais tu te tentas tout de même une parole.

" Y'a un monstre en bas, madame ... " On pouvait ressentir les tremblements dans ta voix, tandis que tu cessais de bouger tel un bipède lorsqu'il avait une guêpe sur l'épaule.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
© [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pearlescence

avatar

ÂGE : 21
PUF : PxdxlF
MESSAGES : 137

SEXE DU CHEVAL : Jument

Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Jusqu'au milieu des flammes   Lun 30 Oct 2017 - 10:50

Le creux du cratère était étrangement plane. Pearlescence aurait probablement pu y faire un galop d'essai sans risquer de trébucher dans une ornière. C'était le sentier qui menait au centre qui présentait le plus de danger et elle hésita à s'y engager, ne voulant pas se casser une jambe pour un poulain en somme vif et fringant. L'inconnu semblait être arrivé en bas sans encombres et surtout de son propre chef, sa responsabilité d'adulte n'avait donc pas lieu d'être. Enfin, le jeunot n'était pas encore tout à fait en bas, il lui restait un rebord à franchir et il semblait trop petit pour sa silhouette plus haute que large. Le vide en contrebas n'était pas bien haut mais juste assez pour risquer de se blesser si il tombait.

La jument eut une grimace alors qu'il retrouvait son équilibre, pas encore convaincue qu'il était tiré d'affaire. C'était souvent le cas avec les enfants, il suffisait de détourner les yeux un instant pour qu'ils se mettent dans un pétrin pas possible. Cela n'avait pas été son cas mais son ascendance ne l'avait pas aidée et ce n'était que déjà à moitié sauvage qu'elle avait été éduquée par Ocëan Pearl. Sa grand-mère avait fait ce qu'elle pouvait pour la petite fille effarouchée dont elle avait du s'occuper. Afraid Again n'avait pas su savourer son enfance, livrée à elle-même et la rage impuissante de sa mère. Elle-même n'avait pas connu la jument pie palomino et avait été coupée du monde en grandissant. Ce qu'il s'était passé avec Ungo n'était pas si étonnant en y réfléchissant...

Pearlescence revint brusquement à elle à l'entente du hennissement de fierté du poulain puis de sa petite voix bien moins rassurée. A présent qu'il s'était rétablit elle apercevait une ombre dans son dos qui ne s'y trouvait pas avant... à moins qu'elle n'ait été cachée par la silhouette dorée de l'inconnu. De nouveau, un sentiment d'effroi s'empara d'elle. Un chacal, miteux et famélique, se recroquevillait dans le dos du poulain, prêt à bondir sur sa proie. Il ne semblait pas capable de franchir la distance qui les séparait, trop en contrebas pour atteindre le rebord, mais qu'en savait-elle au fond ? La bête était affamée.

Elle ne se sentait pas capable de venir défendre le poulain (à quoi cela servirait-il de descendre le rejoindre ? Ils finiraient tous deux en viande pourrissante, voilà ce que cela changerait, plus de nourriture pour les carnivore, quelle mort glorieuse !) Pearlescence fit donc ce qu'elle faisait de mieux : elle se retourna et prit la fuite, lançant par-dessus l'épaule.

« Tu as réussi à descendre, plus qu'à remonter maintenant. Si tu m'attrapes je jouerais avec toi jusqu'au coucher du soleil ! Regarde droit devant toi et grimpe maintenant ! »

Elle espéra que sa ruse avait détourné l'attention du poulain pour qu'il n'ose pas regarder derrière lui et se concentre assez sur le jeu qu'elle lui proposait afin de le distraire du danger. Il fallait qu'il revienne sur ses pas si il voulait survivre de toute façon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ezekiel

avatar

ÂGE : 26
PUF : Winterstorm
MESSAGES : 111

SEXE DU CHEVAL : Poulain
TERRITOIRE : Terre Orientales


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Jusqu'au milieu des flammes   Lun 30 Oct 2017 - 15:00





Jusqu'au milieu des flammes

ezekiel & pearlescence

Le grognement s'intensifiait. Plus les minutes défilaient, plus tu avais l'impression que le monstre se rapprochait de toi. Tu ressentais encore une fois cette peur ancestrale, cette peur qui te prenait aux tripes comme un long fil qui te faisait un noeud dans ce dernier. Tu avais mal. Tu souffrais & pourtant, tu voulais absolument faire quelque chose. Cette peur te rappelait que tu avais un instinct de survie enfouie dans ton esprit : un sentiment qui devrait absolument te permettre d'échapper à ce monstre. Ou peut-être te ferait-il devenir la marionnette que tu étais dans les bras d'un fantôme. Cette scène te rappelait l'événement que tu avais vécu avec Ouragant. Ces deux fantômes qui étaient venus vous bousculer, avec la jument, pour vous faire peur. Ces deux fantômes qui t'avaient fait du mal, qui t'avaient plaqués au sol tel un énorme rocher. Ces deux fantômes, qui finalement, avaient fini par partir & vous laisser tranquilles. Mais, ce jour-là, tu avais vraiment eu l'impression que tu allais mourir. Tu avais eu l'impression que toute ta vie s'était effondrée en un claquement de doigts. Le grognement, mais aussi la voix de la jument, te ramena très rapidement sur Terre. Il fallait que tu t'en sortes, que tu puisses partir, s'enfuir mais surtout redevenir le poulain qui avait dévalé le sentier. Tu voulais redevenir ce petit ingénu qui avait simplement une envie : découvrir le monde.
Il faut que tu réagisses mon chat. Il faut que tu fasses quelque chose, que tu t'échappes de là. Je ne t'ai pas créé pour que tu disparaisses aussi rapidement de ces terres : alors redeviens ce poulain courageux que tu as toujours été. Ce poulain plein de vie que je connais tant. D'ailleurs, c'est ça que je me demande. Pourquoi as-tu changé aussi vite ? Pourquoi es-tu devenu si introverti d'un seul coup ? Mais surtout, pourquoi es-tu devenu ainsi aigri ? Je ne comprend pas. Quoique ... C'était facile de deviner la raison, au final. Perdre un membre de sa famille aussi brutalement, ça change quelqu'un n'est-ce pas ? Ca vous fait devenir un être soit plus fort & courageux, soit lâche & aigri. Je pense que tu fais sans doute parti de la seconde catégorie. C'est bien dommage pourtant. Car quand on y regard de plus près, tu as tout de même un regard de biche, une bouille d'ange mais surtout un coeur pur : alors oui, tu mérites tout de même d'être heureux. Tu mérites de connaitre la chance mais surtout de pouvoir être courageux au moins une fois dans ta vie. Alors s'il te plaît, laisse ton instinct de survie faire, laisse-toi aller & cours. Pars vite pour pouvoir vivre la vie que tu as toujours souhaité. Vivre une vie que tu devrais réaliser un jour.

" Vous êtes pas sympa ... " Tu ruas brusquement, entendant un craquement derrière toi. Mais sans y faire attention, tu galopas sur le sentier que tu avais prit auparavant & tu te retrouvas en haut du cratère. " Mais oui, je veux jouer avec vous ! " Alors, tu repris le galop & partis à la poursuite de la jument. Une brusque envie de jouer te prenant.

Tu avais véritablement l'impression qu'en ce moment, tout changeait autour de toi : que la vie s'acharnait sur toi sans même que tu ne puisses y faire quelque chose malheureusement. Tu avais le sentiment que le Destin s'acharnait sur toi & qu'il voulait te faire comprendre que tu ne voyais pas encore. Devrais-tu grandir si rapidement ? Devrais-tu faire quelque chose qui te permettra de découvrir quelque chose, en toi, que tu ne te connaissais pas encore ? Un courage & une virilité qui se terrait en toi, un peu trop ? Tu galopais tranquillement, suivant la jument du regard. & soudain, tu te stoppas en entendant un bruit étrange : alors tu te retournas & pus distinguer le chacal famélique derrière toi. Courant pour t'attraper. Alors sans une once d'hésitation, tu galopas de nouveau, beaucoup plus vite, te mettant presque à hauteur de la petite jument. Tu poussas un hennissement de détresse pour la faire réagir & lui faire comprendre que le monstre était derrière vous. Il continuait de vous suivre. Ne dit-on pas que les chacals sont endurants, même s'ils sont anorexiques ? & encore plus s'ils sont affamés.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
© [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pearlescence

avatar

ÂGE : 21
PUF : PxdxlF
MESSAGES : 137

SEXE DU CHEVAL : Jument

Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Jusqu'au milieu des flammes   Mer 1 Nov 2017 - 10:25

Le poulain sembla la rattraper sans effort. Ce n'était pas une surprise, les membres frêles de Pearlescence, sa carcasse disproportionnée et sa condition physique n'étaient pas des plus performants. Il n'aurait probablement aucun mal à galoper à ses côtes et même, dans quelques mois peut-être, moins d'une année, aucun mal à la distancer. Le pauvre bougre voulait jouer. Elle pouvait bien le lui accorder pour ce qui leur restait à vivre. Le chacal avait gravi la pente escarpée du cratère avec plus d'aise que sa proie et comblait lentement mais sûrement la distance entre eux, affamé.

Elle n'avait pas l'intention de mourir là. Son désir de vivre n'était pas des plus proéminents, certes, mais quitte à mourir Pearlescence ne voulait pas que cela se fasse dans d'atroces souffrances, elle se faisait déjà bien assez de mal toute seule. Elle balança donc une faible ruade dans l'espoir de chasser le prédateur, une réponse au hennissement de détresse du poulain tout aussi démuni qu'elle. Au moins pouvait-elle faire confiance à son expérience qui, doublée de son instinct, leur permettrait peut-être d'échapper à leur poursuivant. Un craquement sinistre retentit dans son dos et dans sa vision périphérique elle aperçut la bête, défigurée, le poitrail meurtri par des sabots qui ne pouvaient qu'être les siens et ceux du poulain. Il ne l'avait pas raté, pensa-t-elle avec une pointe de méchanceté.

D'un coup de naseau elle invita le poulain à accélérer encore un peu et tira sur ses muscles meurtris pour faire de même, bifurquant pour contourner un cratère plus petit que celui où ils avaient fait cette mauvaise rencontre. Dans leur dos le chacal boitait et perdait de la distance à chacune de leurs foulées. Pearlescence ne se décréta cependant en sécurité qu'une fois le prédateur perdu de vue et s'arrêta, essoufflée, à la limite de la zone d'impact météorique. Les alentours y étaient tout aussi désertiques, sans point d'eau ni végétation nul part à l'horizon. Une terre inhospitalière. Comme elle, réalisa-t-elle avec retard en se tournant vers le poulain, un sourire qui se voulait rassurant aux lèvres.

« Qu'est-ce que tu cours vite dis donc ! Je crois que tu as gagné la course ! Comment tu t'appelles ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ezekiel

avatar

ÂGE : 26
PUF : Winterstorm
MESSAGES : 111

SEXE DU CHEVAL : Poulain
TERRITOIRE : Terre Orientales


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Jusqu'au milieu des flammes   Mer 1 Nov 2017 - 15:56





Jusqu'au milieu des flammes

ezekiel & pearlescence

Décidément, tu étais arrivé sur une terre où la course était prédominante, où la survie était bien plus présente que le bonheur. Mais dans le fond, tout cela n'est-il pas la vie d'un cheval sauvage ? Un cheval sauvage n'est-il pas né pour galoper sans arrêt ? Pour essayer d'échapper à des prédateurs qui sont omniprésents ? Sans aucun doute. C'est sans doute pour cette raison que les poulains handicapés, les vieillards, les faibles ou même les solitaires mourraient très rapidement. Ils étaient soi achevés par leur harem, soi tout simplement tués par la nature. Mais ... Pourquoi as-tu survécu, toi ? Pourquoi le Destin a-t-il décidé que tu vivrais longtemps ? Pourquoi acceptait-il que tu aies une seconde chance ? Peut-être car il avait dans la tête que tu accomplirais de grandes choses durant ta vie. Ou peut-être parce qu'il te réservait des rencontres qui te seraient très importantes. Mais ces rencontres, ne devraient pas être érigées par un instinct maternel qui t'aurait permit de reconnaître le Mal du bien ? Alors pourquoi le Destin t'avait-il enlevé si rapidement ta mère ? Pourquoi l'avait-il fait mourir ainsi ? Peut-être tout simplement pour que tu rencontres Ouragant. Car il considérait que cette jument t’élèverait bien mieux que ta mère biologique ... C'est dur à le reconnaître, mais c'est sans doute cela.
Un craquement sinistre se fit brusquement entendre lors de ta course. Tu n'eus même pas le courage de regarder en arrière : devinant parfaitement que ce bruit venait du monstre qui vous pourchassait. De toute ton enfance, tu n'avais sans doute jamais rencontré de tel animal. Il était ignoble, vraiment. Ta Maman t'avait parlé de ces animaux : ces animaux à quatre pattes, idiots comme un balai, vivant seulement pour se nourrir & ne parlant pas ta langue. Elle t'avait aussi dit que ces animaux avaient tué pas mal de sa famille, qu'elle avait vu son propre frère mourir sous les crocs d'animaux plus gros qu'eux & au pelage gris. Tu avais tremblé souvent la nuit après ces histoires, faisant des cauchemars & pensant que ces monstres vivaient sous terre : venant te chercher lorsque tu dormais. Mais souvent ta mère rigolait pour ensuite t'adresser une parole rassurante : ils ne viendraient pas si elle était là pour te protéger. Puis, elle avait disparu : elle était morte. & ces monstres n'avaient pas perdu une seconde, ils étaient venus te chercher directement dans ton abri. Mais alors ... Pourquoi ce monstre était-il seul ? Pourquoi était-il venu te perturber sans ses amis ? Ne vivaient-ils pas en meute ? Tu ne comprenais pas. Mais tout ce que tu savais c'est qu'il fallait que tu cours, que tu fuis plus vite que tu ne l'eus jamais fait.
Finalement, lorsque la jument bifurqua, tu la suivis sans même te poser de questions. Tu avais beau être un poulain, un futur étalon, on pouvait distinguer ta façon de suivre : tu n'étais pas un dominant, mais plus un suiveur. Tu étais fait pour vivre dans l'ombre de quelqu'un, fait pour être protégé par les autres. Tu ne serais sans doute pas un bon guerrier, à moins qu'on te le demande : car tu étais soumis à quiconque. Lorsque tu remarquas que la petite jument s'était stoppée, tu fis de même : vous étiez sans doute en sécurité maintenant. Un regard autour de toi & tu sentis ton coeur se serrer : c'était immonde ici. Il n'y avait ni faune, ni flore, ni même de l'eau. Une terre où tu mourrais sans doute si tu étais seul. Mais tu n'étais pas seul, alors tu survivrais. Je pensais avoir créé un futur Prince, mais tu n'étais qu'un simple seigneur. Un membre de la cour royale. Lorsque la petite jument difforme te parlas, tu eus un grand sourire sincère. Cela faisait bien longtemps que tu n'avais pas reçu de compliments d'une inconnue : tu avais beau être jeune, ça faisait toujours plaisir, n'est-ce pas ? Finalement, tu t'ébrouas légèrement pour enlever l'écume présente sur ton corps & respiras un bon coup pour essayer de calmer ton coeur qui battait la chamade, après cette course folle.

" Merci m'dame ! Je m'appelle Ezekiel & vous ? " Tu lui adressas un second sourire pour ensuite frapper ta cuisse avec ta petite queue, faisant partir une mouche invisible.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
© [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pearlescence

avatar

ÂGE : 21
PUF : PxdxlF
MESSAGES : 137

SEXE DU CHEVAL : Jument

Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Jusqu'au milieu des flammes   Sam 4 Nov 2017 - 0:03

La poussière ocre stagnait sur les cratères qui s'étendaient à l'horizon, de plus en plus réduits tandis que le soleil se couchait à la limite du territoire. Pearlescence se demanda ce qu'elle aurait pu trouver au loin, contemplant le sol fissuré par endroit, asséché. Sa grand-mère lui avait parlé d'un arbre sous lequel toute sensation de faim ou de soif disparaissait... se trouvait-il ici ? Elle n'en aurait pas été surprise quand elle contemplait l'endroit.

Sa respiration profonde l'aidait à retrouver un peu d'énergie après cette course folle et elle tourna la tête vers le poulain qui s'ébrouait, se sentant presque coupable à la vue de l'écume qui ornait son poitrail. Elle n'avait pas la carrure pour prendre soin d'un poulain, encore moins le protéger. Elle l'avait d'ailleurs lâchement prouvé en prenant la fuite. Elle n'en avait pas tant honte qu'elle en était frustrée et désolée : elle n'était bonne à rien.
Ocëan Pearl aurait été si déçue...

La jument secoua la tête pour ne pas y penser et sourit faiblement à Ezekiel, si joyeux et insouciant. Avait-il déjà oublié leur mésaventure ? Elle s'imagina presque en nourrice pendant une seconde, fière de le voir si gai avant de se souvenir des responsabilités qui incombaient à une baby-sitter. Finalement...

« Mon nom est Pearlescence. Enchantée, Ezekiel.»

Plutôt que lui parler de ses parents -elle croyait deviner sa situation et pouvait la comprendre- elle préféra encourager sa distraction.

« Alors ? A quoi veux-tu jouer ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ezekiel

avatar

ÂGE : 26
PUF : Winterstorm
MESSAGES : 111

SEXE DU CHEVAL : Poulain
TERRITOIRE : Terre Orientales


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Jusqu'au milieu des flammes   Sam 4 Nov 2017 - 16:34





Jusqu'au milieu des flammes

ezekiel & pearlescence

Peut-être que pour une fois la vie te souriait, peut-être qu'elle serait généreuse aujourd'hui & te laisserait jouir du bonheur d'avoir une journée comme les autres. Une journée où tout se passerait bien, où tout serait correct. Peut-être que le Destin acceptait-il que cette fois-ci tu sois heureux ? Je l'espère pour toi Kiel. J'espère réellement que ce soit le cas. Tu mérites d'être heureux au moins une fois dans ta vie mon bichon. Tu mérites d'avoir un sourire sur le visage, tandis que tes yeux s'illuminaient. Tu sais : je t'ai créé dans l'optique où tu sois réellement heureux, où quand tu grandiras tu pourras dire que ton enfance était heureuse. Bien sûr, tu ne l'as pas été au début, mais cette fois-ci peut-être serait-ce le cas. Tu as perdu ta mère, tu as perdu ton logis, tu as failli mourir sous les crocs de loups ou sous les coups d'un fantôme & tu as failli être rejeté par un étalon. Tu te pensais à l'écart du bonheur, mais peut-être n'était-ce pas le cas. Peut-être que le Destin t'offrait toutes ces épreuves simplement pour découvrir plus facilement un Eden que tu ne connaissais pas. Un Eden qui vivait en toi, mais qui vivait aussi sur ces terres. Ta mère t'a toujours décrit ce lieu comme la Terre promise, peut-être était-ce le cas. Bien sûr, le cratère ne jouissait pas d'une hospitalité particulière, mais on pouvait sentir un calme Olympien. Un calme que tu ne connaissais pas depuis bien longtemps.
Lorsque la jument se présenta, tu posas un regard sur elle. Tu lui hochas la tête pour lui répondre tout simplement puis observas autour de toi. C'était silencieux, vide, sans faune ni flore mais tellement beau. Une beauté étrangère, une beauté primitive, mais une beauté qui te permettait de ressentir un sentiment que tu ne te connaissais pas : la fierté. La fierté d'avoir survécu jusque là. La fierté d'avoir apprit à vivre seul, à grandir seul. Ta mère serait tellement fière de toi, je pense. Finalement, une question passa les lèvres de la jument maigrichonne & tu sautas en l'air. Un hennissement de bonheur passa tes lèvres. Elle acceptait de jouer avec toi ! Elle voulait jouer avec toi ! C'était génial, c'était top, c'était cool ! On pouvait distinguer dans ton regard la joie que venait de te procurer Pearlescence. Ouais, il est extrême dans ses réactions, je suis désolée ma petite. Il n'a jamais su comment se contrôler, comment se calmer : peut-être y arriverait-il quand il grandira. Tout du moins je l'espère : car imagines, tu tombes amoureux & la jument te dit je t'aime ... Tu serais capable de lui sauter au cou, au risque de la briser ? Ce serait effrayant, réellement ! Tu me fais peur, des fois, mais bon ... Peut-être te calmeras-tu ou grandiras-tu un jour : d'ici-là, tu as tout ton temps.

" Ouiiii jouons ! " Tu donnas une brusque ruade de joie pour finalement trotter autour d'elle. " Cache-cache & c'est toi qui compte ! " Sans même attendre de réponse de sa part, tu partis brusquement au galop pour chercher un endroit où te cacher. Là, tu distinguas une énorme bosse avec un trou. Tu fonças dans ce dernier & eut un petit rire, pour finalement t'arrêter de respirer, espérant qu'elle ne te trouve pas.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
© [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pearlescence

avatar

ÂGE : 21
PUF : PxdxlF
MESSAGES : 137

SEXE DU CHEVAL : Jument

Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Jusqu'au milieu des flammes   Mar 7 Nov 2017 - 21:17

Le Cratère Météorique était silencieux. Il s'agissait d'un silence très parlant, la plupart du temps. Il pesait sur l'endroit d'une façon bien particulière que Pearlescence commençait à connaître. Il y avait le silence qui attendait d'être brisé, par des nuits sans lune et des journées de solitude. Il y avait celui menaçant que laissaient derrière eux les chacals quand ils chassaient. Celui qui les entourait actuellement lui était familier, il trahissait son malaise en la présence du poulain, elle ne savait pas quoi faire de lui, de ses quatre membres et encore moins à quoi le faire jouer. Cela faisait tellement longtemps qu'elle n'avait pas été confrontée à un enfant...

Cache-cache. Ça elle connaissait. Elle hocha donc vivement la tête et se mit à compter à voix haute sans s'inquiéter de paraître stupide. Il suffirait que le spectateur remarque le poulain pour s'attendrir de leur situation. Ezekiel avait réagi de façon excessive lorsqu'elle lui avait proposé de jouer et cela confirmait son hypothèse sur la situation de l'enfant. Ses parents l'avaient probablement abandonné, ou bien étaient décédés. Elle chassa ces sombres pensées avant de céder à la curiosité et le questionner, reprenant son décompte.

« Cinquante, cinquante et un, cinquante deux, cinquante trois... soixante ! »

Elle se lança immédiatement à la recherche du poulain. Ezekiel s'était fait invisible et après quelques allers retours au trot elle huma l'air dans l'espoir de retrouver sa trace. Ils avaient cependant marqué l'endroit de leurs odeurs respectives aussi dû-t-elle s'en remettre à ses oreilles. Une respiration hachée, comme retenue par intermittence, attira son attention et elle se dirigea dans la direction de celle-ci jusqu'à contourner une bosse et surprendre le poulain qui s'était caché là, un grand sourire aux lèvres.

« Trouvé ! A toi ! »

Elle n'attendit pas son reste pour s'enfuir au galop, dévalant un petit cratère pour remonter de l'autre côté et se recroqueviller derrière le rebord qui suffirait à masquer sa petite silhouette. Ce n'était pas une cachette à proprement parler mais le temps qu'Ezekiel fasse le tour du cratère ou le traverse, il aurait eut le temps de se lasser du jeu. Elle commença donc à réfléchir au prochain au cas où il ne veuille pas refaire une partie, oubliant totalement ce qui l'entourait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ezekiel

avatar

ÂGE : 26
PUF : Winterstorm
MESSAGES : 111

SEXE DU CHEVAL : Poulain
TERRITOIRE : Terre Orientales


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Jusqu'au milieu des flammes   Mer 8 Nov 2017 - 20:41





Jusqu'au milieu des flammes

ezekiel & pearlescence

Tu demeures tout de même un bébé Ezekiel, il faut bien se l'avouer. Un petit bébé qui a absolument besoin de jouer, de vendre du rêve. Depuis combien de temps n'as-tu pas joué en réalité ? Depuis combien de temps ne t'es-tu pas laissé aller à un tel bonheur ? Depuis bien trop longtemps, je pense. Tout simplement car la mort de ta mère a fait en sorte que le malheur est né insidieusement dans ton esprit. Tu as l'impression que le malheur t'a mordu, il t'a prit brutalement dans ses bras pour te faire comprendre qu'il ne te quittera jamais. Qu'il vivra dans ton esprit pendant un long moment. & finalement, aujourd'hui, il te laissait un moment de répit. Il te laissait profiter de cette journée, pour une bonne fois pour toute. Tu étais heureux. Tu étais véritablement heureux que Pearlescence t'aies laissé jouer. Alors oui, tu étais planqué comme une véritable proie alors que la jument comptait. Tu avais l'impression de retomber dans ta jeune enfance, dans une vie que tu avais oublié. Bon bien sûr, tu ne la connaissais pas assez pour savoir ce qu'adviendrait votre relation mais tu ne voulais qu'une chose : jouir d'un bonheur que tu ne te connaissais plus.
Soudain, une voix se fit entendre & tu eus un rire. Elle venait de te trouver. & avant même que tu puisses réagir, elle disparut alors rapidement. Elle était bien plus vieille que toi & pourtant, elle jouait avec toi. Elle ne te prouvait qu'une chose en réalité : les chevaux étaient gentils ici. Alors sans même réfléchir plus longtemps, tu fermas les yeux & te mis à compter à haute voix. Je crois que tu n'as jamais joué à ce jeu avec ta Maman, en vérité. Je sais que tu as joué à chat, à colamaya, à un deux trois Soleil, mais jamais à cache-cache : sans doute car elle avait bien trop peur de te perdre des yeux. Elle avait bien trop peur que tu disparaisses ainsi. Elle était fusionnelle avec toi, c'est sans doute pour cette raison qu'elle a toujours refusé que tu disparaisses de son champ de vision. Mais pourtant ... Ce jeu était sans doute le jeu auquel tu avais toujours rêvé de jouer : tout simplement car il te permettait de découvrir des endroits que tu ne connaissais pas, mais surtout car il te permettait de découvrir les réactions de certains chevaux. Au final, après avoir compté jusque cent, tu partis au grand galop & sortis de ta bosse, traversant tout le cratère.

" Trouvé ! " Après plusieurs minutes de course, tu avais fini par la trouver dans sa cachette. & là, il se mit à piaffer de joie. " On continue ? " Tu lui demandas avec un grand sourire sur les lèvres tandis que tu tournais en mode toupie, faisant comprendre que tu étais en mode hyper actif mais surtout que tu voulais absolument continuer à jouer.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
© [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pearlescence

avatar

ÂGE : 21
PUF : PxdxlF
MESSAGES : 137

SEXE DU CHEVAL : Jument

Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Jusqu'au milieu des flammes   Lun 13 Nov 2017 - 20:50

Pearlescence ne se souvenait pas beaucoup de son enfance et encore moins de sa naissance. Le visage de sa mère lui était inconnu. Il ressemblait probablement à celui d'Ocëan Pearl, en doré, doré comme le poulain qu'elle venait de rencontrer. Elle était brune comme les tâches de sa grand-mère et ne parvenait pas à se réjouir d'un tel indice de parenté. La dominante ne l'avait jamais privée d'un jeu bien sûr, ni sa tante. Elle ne se souvenait pas avoir rencontré des inconnus désireux de l'amuser et se demanda si elle-même avait envie d'occuper Ezekiel par bonté ou parce qu'elle n'avait pas eu cette chance.

Le poulain ne mit pas longtemps à la trouver et elle lui offrit un sourire condescendant lorsqu'il fit quelques pirouettes, ne se sentant pas encore le moral à en faire autant. Elle le contempla pensivement, cherchant une nouvelle idée de jeu ou un quelconque moyen de l'occuper lorsqu'une ombre au loin attira son regard. Instinctivement elle contourna Ezekiel pour se placer entre lui et ce qu'elle devinait être un prédateur, plissant les yeux pour en deviner l'espèce. Le quadrupède marchait d'un bon pas, seule sa méfiance l'empêchant de courir vers les deux équidés et Pearlescence reconnu avec horreur un loup au poil gris parsemé de marron. Il se fondait à merveille dans le paysage et elle ne l'avait remarqué que trop tard.

La bête contournait patiemment le Cratère au bord duquel ils se trouvaient et elle pouvait distinguer dans sa gueule un corps exsangue, étrangement familier, qu'il traînait avec lui... le chacal ! Elle renâcla, reculant de quelques pas sans tout à fait savoir ce qu'elle devait faire. Ce poulain était vraiment synonyme de problème, elle n'avait jamais fait autant de mauvaises rencontres en si peu de temps !

« Ezekiel, je crois qu'on va encore devoir faire la course. Tu es prêt ? Partez ! »

Elle le poussa des naseaux pour qu'il s'élance et fit de même, restant à ses côtés pour surveiller leurs arrières avec inquiétude.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ezekiel

avatar

ÂGE : 26
PUF : Winterstorm
MESSAGES : 111

SEXE DU CHEVAL : Poulain
TERRITOIRE : Terre Orientales


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Jusqu'au milieu des flammes   Mar 14 Nov 2017 - 18:57





Jusqu'au milieu des flammes

ezekiel & pearlescence

Te souviens-tu de ta mère Ezekiel ? Te souviens-tu à quoi elle peut ressembler ? Sa robe ? Son physique exact ? Mais surtout son caractère ? Tu avais trois mois lorsque tu l’as perdu donc ça ne m’étonnerait pas que tu te souviennes d’elle parfaitement. Moi, en tout cas, je me souviens très bien d’elle. Je ne pourrais pas te dire son nom puisque je ne m’en souviens pas, mais je me rappelle de son physique. Elle était belle ta mère, tu sais ? Enfin, elle était banale pour certains, mais pour moi, elle était belle. Pas magnifique, mais belle. Elle ressemblait à ces petites juments d’élevages humains. Ces juments parfaitement chouchoutées, mais surtout très bien traitées. Elle n’était pas bien grande ta mère : sans doute pas plus d’un mètre cinquante.On l’appelait souvent la ponette, la trottinette, mais non elle n’était pas cela. Personne ne savait sa race exacte : quelques uns pensaient que c’était une origine constatée, d’autres imaginaient qu’elle était une trotteuse, mais seul sont naisseur savait sa race exacte. Je ne me souviens pas franchement de sa race : tout ce que je sais c’est qu’elle ressemblait beaucoup à une trotteuse, mais aussi à une petite landaise avec un côté arabe. L’hiver elle était difforme avec son poil rustique, mais l’été elle ressemblait à une ponette de magazine. Bref, elle était belle. Je ne pourrais pas dire sa robe exacte : je peux seulement dire qu’elle ressemble à une palomino l’hiver, mais l’été on aurait plutôt dit qu’elle était blanche. Une étrangeté de la Nature en réalité.
Je me souviens aussi qu’elle était douce ta mère. Elle avait toujours gardé son âme d’enfant. Tu sais, bien avant que tu naisses, elle jouait beaucoup. Elle envoyait souvent ses cavaliers dans le décor lorsque le froid se faisait trop mordant, elle sautait en l’air lorsqu’elle gagnait un concours ou tout simplement, elle partait pleine balle lorsque ton cavalier te mettait au paddock après plusieurs jours au box.Tu faisais rire tout le monde. & lorsque ta mère fut pleine de toi, ça ne changea pas grand-chose à son comportement : à part peut-être qu’elle galopait moins, qu’elle sautait moins en l’air, tout simplement car elle faisait attention à son ventre, au petit être qui naissait en elle. & quand tu es né ? Eh bien, cette petite jument pleine de vie est réapparu bien vite. Elle redevint l’enfant qu’elle avait toujours été. & tu connus une enfance des plus merveilleuse, une enfance magnifique où tu jouais plus que découvrais qu’autre chose. Tu galopais souvent avec ta mère, tu jouais très souvent à chat, mais surtout tu rigolais à chaque fois que tu voyais ta mère lançais les postérieurs. Elle était magnifique ta mère quand elle était comme ça. Brusquement, le Destin avait décidé que tout cela disparaîtrait, que tout cela périrait avec le désespoir d’une enfance détruite. Puis Pearlescence est apparue. Tu ne la connaissais pas beaucoup, mais au final, elle t’avait permit de redevenir le poulain heureux de vivre, le poulain jovial que tu avais toujours été au final. Elle te rendait heureux sans même qu’elle s’en rende compte.
Soudain, elle te demanda de faire la course. Tu mis une oreille sur le côté, ne comprenant pas vraiment. Mais tu finis par secouer la tête, t’en moquant complètement car tu pensais que c’était tout de même un jeu pour elle. Alors, tu envoyas de nouveau les postérieurs dans les airs tandis que tu partis au grand galop. Tu tournas ta tête vers la jument & tu ralentis, restant tout de même à ses côtés. Elle n’avait pas un regard joueur. Elle ne galopait pas pour jouer, tu t’en rendais véritablement compte maintenant. Mais que se passait-il ? Pourquoi t’avait-elle demandé de partir ainsi ? Alors, comme un enfant capricieux, tu te stoppas net.

« Qu’est-ce qu’il se passe ? »

Oui, tu venais de comprendre que cette course n’était pas un jeu. Elle semblait apeurée, comme poursuivie par quelque chose d’ignoble. Soudain, tu trouvas réponse à ta question. Un loup se jeta sur ta croupe en grognant. Tu te tournas alors brutalement, les oreilles en arrière & reculant. Un deuxième apparut sur ta gauche, puis un dernier sur ta droite. Tu étais maintenant encerclé par trois loups affamés. Tu ne comprenais pas. Un regard derrière eux & le cadavre du chacal te fit comprendre qu’il ne les satisfaisait pas. Ils avaient encore faim. Tu gardas tes oreilles en arrière, gardant ta tête haute & un postérieur en l’air. Non, cette fois-ci tu ne te laisserais pas tué comme ça ! Tu en avais marre de subir. Il était temps que tu réagisses.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
© [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pearlescence

avatar

ÂGE : 21
PUF : PxdxlF
MESSAGES : 137

SEXE DU CHEVAL : Jument

Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Jusqu'au milieu des flammes   Mar 14 Nov 2017 - 23:05

Au début, Ezekiel fit ce qu'elle lui dit. Pearlescence en était plutôt fière, peu habituée à faire preuve d'autorité sur ses semblables. Il se prit même au jeu, inconscient du danger, un peu trop même et elle le maudit de ralentir, n'ayant pas le temps de l'inviter à accélérer que leur poursuivant les rattrapaient. Elle poussa un hennissement qui ressemblait à un cri de terreur lorsque le poulain s'arrêta, têtu, et recula de quelques pas peu naturels.

Trois bêtes affamées encerclaient le petit sans défense, la carcasse du chacal abandonnée non loin. Il avait encore la gueule ouverte de sa propre chasse et elle ne parvenait pas à le plaindre, trop paniquée. Elle-même n'était pas beaucoup plus à même de se défendre qu'Ezekiel et ne savait pas quoi faire pour le protéger. Ce n'était pas l'envie qui lui en manquait...

Désespérée, elle fit la première chose qui lui passa par la tête. Pearlescence chargea le loup le plus proche, esquiva de justesse ses crocs acérés et fonça dans le suivant pour mieux prendre la fuite, les canidés lancés à ses trousses. Elle les éloigna du poulain avec une énergie qu'elle ne se connaissait pas, espérant qu'Ezekiel saurait se défaire du dernier.

Son corps difforme la portait avec légèreté parmi la poussière du Cratère et elle galopait en direction de l'horizon sans que rochers ou cratères n'interrompent sa fuite. Seul le ciel dépourvu de nuage était témoin de sa fuite. Ezekiel aussi peut-être, au loin. S'il n'avait pas encore rejoint ce même ciel... La jument décrivit un large arc de cercle pour faire demi tour, voyant du coin de l'oeil l'un des loups couper court pour la prendre à revers.

Elle n'hésita pas, pillant net et faisant face à celui qui l'avait largement rattrapée depuis qu'elle s'était éloignée d'Ezekiel. Elle se cabra sur ses maigres postérieurs et battit l'air de ses petits sabots, son antérieur droit atteignant le crâne du loup qui battit en retraite dans un couinement de douleur. Elle n'attendit pas son reste pour repartir à toute vitesse, semant l'acolyte hésitant du prédateur qu'elle avait plus ou moins assommé.

« Ezekiel ? appela-t-elle, incertaine. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ezekiel

avatar

ÂGE : 26
PUF : Winterstorm
MESSAGES : 111

SEXE DU CHEVAL : Poulain
TERRITOIRE : Terre Orientales


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Jusqu'au milieu des flammes   Mer 15 Nov 2017 - 19:23





Jusqu'au milieu des flammes

ezekiel & pearlescence

C’est dingue comme à chaque fois la vie pouvait se défouler sur certaines personnes. Comment elle pouvait malmener certaines âmes. Mais pourquoi faisait-elle cela ? Personne ne pourra le dire, malheureusement. Certains pourront parler du Destin, d’un marionnettiste qui contrôle à l’aide de fil des pantins sans âme. D’un scientifique qui veut absolument créer des robots malheureux, mais surtout des êtres qui n’ont aucuns sentiments. Cependant, aujourd’hui, c’était complètement différent. Aujourd’hui, le pantin était un poulain qui avait un coeur, une âme mais surtout des sentiments. Des sentiments malmenés par un Destin qui est cruel. Il lui a enlevé sa mère, son abri de fortune mais surtout le bonheur. Tu n’as pas connu la joie ni l’Amour. Tu n’as même pas connu une vie qui serait digne de ce nom : tu te demandais même parfois si tu la connaîtrais un jour. Aujourd’hui, tu avais l’impression que dés que tu touchais le bonheur du bout des sabots, on te l’enlevait rapidement. On te le retirait, comme une sucette dans la bouche d’un enfant. Le malheur.
Tu voulais hurler, tu voulais pleurer, mais ton cœur s’éteignit aussi rapidement qu’il s’était rouvert lors de vos jeux. Mais tu ne pouvais pas : tu avais le sentiment que ton corps ne t’obéissait plus, qu’il t’ordonnait de rester statique à tout cela. Tu avais le sentiment que tes sabots étaient ancrés dans le sol, comme du ciment. Ton esprit était parti ailleurs, mais tu demeurais tout de même là. Tu ne comprenais plus du tout la situation, tu avais réellement le sentiment que ton corps t’abandonnait. Soudain, tu vis une silhouette grise/jaune partant avec deux autres silhouettes avec elle. Elle venait de te sauver la vie, mais toi tu ne réagissais pas. Toi, tu restais là comme un abruti. Ta vie ne tenait qu’à un fil, mais tu ne réagissais pas. Un loup était près de toi, mais tu ne réagissais pas. Réagis ! Fais quelque chose je t’en supplie Ezekiel. Fais quelque chose ! Deviens adulte, ou au moins grandis pour une fois dans ta vie ! Tu n’étais plus qu’un hôte dans ton corps, un alien dans un corps de poulain. Toute cette scène t’était complètement étrangère, tu n’étais plus là. Comme si tu venais tout juste de faire une expérience de mort subite, comme si tu n’étais plus qu’un fantôme. Soudain, des crocs te mordirent le jarret. Tu poussas un couinement & bottas. Tu revins bien vite à la réalité lorsque le loup posa sur toi des yeux affamés. Il voulait faire de toi son déjeuné, alors fais quelque chose !
Brusquement, le poulain apeuré disparut dans les pénombres des ténèbres. Le fantôme revint bien vite dans ton corps, tandis que tes sabots se décollaient petit à petit du sol. L’instinct prenait délicatement place dans ton esprit, tandis que ton coeur se mettait à battre la chamade. Tu restas tout de même statique face au loup, tandis que tes oreilles se plaquaient sur ta nuque. Certes, tu n’avais que dix mois, car oui tu avais grandit, mais tu devenais soudainement un cheval. Un adulte. Ton instinct de survie te faisait grandir bien plus vite que la normale. La scène fut rapide, mais tu gagnas. En effet, elle ne dura que quelques minutes. Le loup se jeta sur toi, visant ta jugulaire, & tu te cabras sur tes petites jambes de jeune adolescent. Sans que tu ne compris pourquoi ni comment, ton sabot se retrouva entre les deux omoplates du canin. Un craquement se fit entendre ainsi qu’un couinement. Tu venais de tuer l’animal en lui brisant la colonne vertébrale. En même temps, deux cent kilos face à une quarantaine, on en voit la différence. Tu n’avais pas visé, tu ne voulais pas faire ça, mais ton instinct de survie l’avait dicté à ta place. Tu revins brutalement à la surface, voyant le corps du loup sous tes sabots & tu te reculas avec horreur. Tu venais de tuer pour la première fois de ta vie. Ton sabot était plein de sang tandis que tes membres tremblaient. Une voix se fit entendre.

« Je … » Tu t’écroulas au sol, en pleurs. « Pearlescence !!!! »

Tu venais d’hurler son nom, comme complètement paniqué. Tu ne comprenais pas ce qu’il venait de se passer. Comment avais-tu pu tuer un être vivant ? Comment avais-tu pu faire cela ? Un poulain tuant un loup, comment cela peut-il arriver ? Je ne comprend pas. Mais comme on dit : l’instinct de survie fait faire des choses atroces parfois, ainsi que l’adrénaline. Tu restas là, couché en vache, la tête dans le sang du loup coulant. Ca puait, mais tu t’en voulais tellement. Tu voulais retourner en arrière & partir au galop, fuyant le loup plutôt que le tuer. Il ne méritait pas cela. Personne ne devrait mourir ainsi selon toi.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
© [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pearlescence

avatar

ÂGE : 21
PUF : PxdxlF
MESSAGES : 137

SEXE DU CHEVAL : Jument

Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Jusqu'au milieu des flammes   Dim 3 Déc 2017 - 11:20

Dans ses veines couraient des démons, des monstres rugissants et difformes qui créaient des creux et des bosses sur son corps frêle. Ils rongeaient son moral fragile et plantaient dans sa tête des idées sombres qui fleurissaient à la lumière de la lune, engloutissaient les mots gentils que son entourage lui soufflait pour la protéger. Dans son corps proliférait un écosystème de plantes dangereuses et vénéneuses dont elle ne savait pas se défaire, n'avait probablement jamais su en arracher les racines parcourues d'épines.

Le cri d'Ezekiel résonnait dans la poussière comme ceux silencieux qu'elle laissait échapper la nuit, avide de quitter le cauchemar qui la hantait. Elle l'observa, au loin, qui se dressait au-dessus d'un cadavre. Un accident, probablement. Un traumatisme, assurément. Pearlescence n'était pas faite pour endiguer les conséquences d'un tel évènement aussi s'éloigna-t-elle des prédateurs qui la lorgnait encore un peu plus loin et appela-t-elle le poulain pour qu'il la rejoigne. S'il ne voyait plus le corps sans vie peut-être pourrait-il continuer la sienne avec insouciance ? Elle n'en était pas certaine. Que lui dire ? Comment effacer ces images indélébiles de sa rétine larmoyante ?

« Ezekiel. Viens par là. Viens avec moi. Dépêche-toi, on s'en va. »

Elle ne cessa pas de marcher, lui adressant simplement un regard par-dessus son épaule pour l'inviter à la rejoindre. Qu'il galope s'il le fallait, peut-être que ça l'aiderait à oublier. Elle avait cessé de courir depuis longtemps, ses démons rampaient au plus profond de sa chair et il était impossible d'y échapper. Elle avait pensé à quitter cette même chair pour enfin en être débarrassée mais Pearlescence était trop lâche pour ôter une vie, même la sienne.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ezekiel

avatar

ÂGE : 26
PUF : Winterstorm
MESSAGES : 111

SEXE DU CHEVAL : Poulain
TERRITOIRE : Terre Orientales


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Jusqu'au milieu des flammes   Dim 3 Déc 2017 - 18:15

let me down
ezekiel ft. pearlescence

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Tu venais de tuer un être. Tu venais d'enlever la vie à un être vivant, tu t'en rend compte Ezekiel ? Tu te rends compte que tu viens de décider de la mort d'un loup ? Que tu viens de jouer le rôle de Dieu & que tu as supprimé un être de cette terre ? Oh bien entendu, c'est survenu à cause de ton instinct de survie, bien sûr tu n'as pas eu le choix, mais tu t'en voulais. Tu t'en voulais réellement. Tu te détestais au plus haut point, c'est sans doute pour cette raison que tu étais couché, les naseaux dans le sang & tes larmes se mêlant à ton crime. Car non, ce n'était pas de l'auto-défense pour toi, c'était un véritable crime. Tu avais tué volontairement. Tu voulais mourir toi aussi, tu voulais taire cette voix en toi qui riait. Tu voulais nier ce qu'il venait de se passer. Après ne t'en veux pas trop mon petit ange, s'il te plaît ... C'étais toi ou lui de toute façon. Tu n'as pas eu le choix. Tu ne pouvais pas faire autrement. Tu aurais préféré qu'il t'arrache la gorge & que tu te noies toi-même dans ton propre sang ? Non, n'hoche pas la tête. Tu ne mérites pas de mourir aussi vite & tôt. Je sais que tu veux rejoindre ta Maman, mais pas comme ça, pas maintenant.
Une voix se fit entendre. Comme un cri d'alerte, comme ta conscience te ramenant sur Terre. Tu eus du mal à émerger, te demandant d'où cette voix pouvait-elle provenir. Au final, tu te souvins. Tu n'étais pas seule ici, tu étais avec quelqu'un : une petite jument maigrichonne, mais qui t'avait pourtant aidé autant qu'elle le pouvait. C'était tout de même grâce à elle si tu t'étais retrouvé en face d'un seul loup & non trois. C'était tout de même grâce à elle que tu avais affronté un chacal & que tu avais fui aussi rapidement que tu avais pu. C'était aussi grâce à elle que tu avais reprit goût à la vie & que tu avais joué sans limite. Alors, tu te devais de lui rendre la pareille, tu devais lui être reconnaissant, réellement. Alors, tu ouvris difficilement les yeux, te remettant brusquement à pleurer lorsque ton regard se planta dans celui du loup mort. Difficilement, tu pris appui sur tes postérieurs.
Tu voulais te lever. Tu voulais la rejoindre. Tu voulais de nouveau galoper. Mais le sang était trop visqueux, la boue trop ventouse. Ils t'empêchaient de te lever : tu glissais, tu t'enfonçais dans la boue. Tu poussas un cri de terreur. Etait-ce les démons de la Mort qui t'emportaient ou seulement le remord ?

" Je n'y arrive pas Pearl ! Le sang m'aspire ! Je vais mourir ! "

Tu criais de panique. Tu avais peur, réellement. Est-ce que c'était les sabots de la Mort qui t'entraînaient vers l'intérieur de la terre ? Est-ce que ce sang était réel ? Est-ce que ce loup voulait t'emmener avec lui au Ciel ? Tu avais peur. Tu n'arrivais réellement pas à te lever. Tu avais l'impression que tu disparaissait petit à petit dans le sol. Mais en regardant extérieurement, nous pouvons remarquer que tu es seulement un poulain paniquant, glissant dans le sol & ne sachant pas quoi faire de ses quatre membres trop longs pour lui.
made by black arrow
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pearlescence

avatar

ÂGE : 21
PUF : PxdxlF
MESSAGES : 137

SEXE DU CHEVAL : Jument

Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Jusqu'au milieu des flammes   Lun 4 Déc 2017 - 20:59

Le cri d'Ezekiel perça ses tympans et le brouillard ancien de son ascendance. Pearl. Personne ne l'appelait Pearl. Hyuna' l'avait surnommée Lili et cela lui avait bien plu. C'était simple, sans éclat, loin de tout ce qu'elle n'était pas. Elle n'était pas Ocëan Pearl et n'était pas comme Fifa. Elle n'était pas à leur hauteur. C'était sa grand-père qu'on appelait Pearl, avec affection ou respect, peut-être parfois dans un cri de détresse, mais pas elle. Pearlescence était incapable de venir en aide à qui que ce soit, il lui était déjà difficile de maintenir sa propre tête hors de l'eau. Mais Ezekiel était un poulain, incapable de discerner une baby-sitter digne de ce nom d'elle, la bonne à rien. Elle s'arrêta, lui tournant toujours le dos. Croyait-il vraiment qu'elle en était capable ? Elle en doutait. Il l'appelait probablement parce qu'il n'avait pas d'autre choix.

Lentement, la jument de bronze et d'argent se retourna. Il glissait, patinait dans la flaque de sang que lui-même avait versé. Elle eut envie de rire mais se retint, revenant plutôt vers lui à pas lents. Dans son esprit se mélangeaient ses désirs et sa nature, incapable de discerner celle qu'elle était de celle qu'elle voulait être Pearlescence tapa impatiemment le sol de son antérieur pour que le poulain se calme et l'aida à se relever en soutenant son jarret gauche de sa tête. Elle esquiva soigneusement la flaque carmin et s'en éloigna prestement, fragile et grotesque à la fois. Silencieuse elle n'attendit pas Ezekiel et s'éloigna pour la seconde fois, l'appelant rudement.

« Allez reprends toi, on ne devrait pas rester ici. »

Déjà, des charognards décrivaient de longs cercles dans le ciel, leurs cris sinistres résonnant dans les cratères.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ezekiel

avatar

ÂGE : 26
PUF : Winterstorm
MESSAGES : 111

SEXE DU CHEVAL : Poulain
TERRITOIRE : Terre Orientales


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Jusqu'au milieu des flammes   Lun 4 Déc 2017 - 21:22

let me down
ezekiel ft. pearlescence

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
& voilà, tu prouvais une nouvelle fois que tu n'étais bon à rien. Tu n'étais bon qu'à pleurnicher, qu'à pleurer ta mère seulement parce que tu n'arrivais pas à te sauver toi-même, d'une situation que tu avais toi-même crée. Une situation que tu avais créé seulement par défense, mais qui venait de toi tout de même. Tu te rends compte de la pitié que tu peux infliger aux autres ? Du sentiment d'impuissance ? Mais surtout du ridicule dans lequel tu venais de te mettre ? Ah lala, si ta maman avait été là, je pense qu'elle aurait honte de toi. Elle aurait honte de ce que tu as pu devenir : mais surtout honte de ce poulain chialant car il panique. Ne t'a-t-elle pas souvent dit que moins on panique, plus on s'en sort ? Ne connais-tu pas l'histoire du sable mouvant ? Ce sable qui t'engloutit sans se poser de question, ce sable qui tue les peureux. & bien réfléchis : dans ce sable, moins tu bouges, plus tu restes en surface : je pense que c'est exactement pareil pour cette situation. Alors s'il te plaît, calme-toi, respire un bon coup & essaie de te relever aussi délicatement que tu le peux. Calme-toi, nom de Dieu !
Soudain, un bruit. Un sabot venait de se poser brutalement au niveau de tes naseaux, avec autorité & impatience. Voilà, bravo Ezekiel, tu viens d'énerver la petite à cause de ta connerie. Je suis sûre que tu arriverais à énerver un paresseux dans une telle situation. Tu es tellement exaspérant. Heureusement pour toi, elle était tout de même là pour t'aider. Alors, tu sentis comme quelque chose te retenant le jarret : tu tournas la tête & remarquas qu'elle t'aidait avec l'un de ses membres. Alors, avec la seule pointe de courage que tu pouvais avoir à ce moment précis, tu poussas sur tes postérieurs & te relevas. Tu étais enfin debout ! ENFIN ! Maintenant, ne regardes plus ce cadavre s'il te plaît & fuis ... ! Les vautours sont déjà là ! Alors, à la demande de la petite jument, tu ne posas plus de questions & galopas. Tu devais partir, tu devais éviter cet endroit, mais surtout : tu devais oublier le meurtre que tu venais de commettre. Là, tu te retrouvas à côté d'elle & baissas la tête, tout penaud.

" Je suis désolée ... Mais Maman ne m'a jamais apprit à vivre comme ça. "

Ce qui était parfaitement vrai en soi. Ta mère était partie bien trop tôt & donc elle ne t'a jamais apprit l'instinct de survie, ni même la vie tout court. C'était à toi de l'apprendre à tes dépends, dorénavant.
made by black arrow
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pearlescence

avatar

ÂGE : 21
PUF : PxdxlF
MESSAGES : 137

SEXE DU CHEVAL : Jument

Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Jusqu'au milieu des flammes   Mar 5 Déc 2017 - 11:47

Pearlescence avait conscience qu'elle n'inspirait que de la pitié aux autres. Certains se permettaient même de le vocaliser comme pour l'enfoncer un peu plus dans les abysses de son estime d'elle-même. D'autres ne le montraient pas comme pour tenter de lui faire oublier sa situation, peut-être par bonté, bien souvent pour ne pas s'embêter avec un être si pitoyable. Il y en avait, comme Ungo, qui le lui rappelaient par mégarde, en voulant faire preuve de bonté justement. Naïfs. Elle secoua la tête pour oublier sa rencontre avec l'étalon sans visage.

Elle en était persuadé, Ocëan Pearl, dans toute sa grande bonté, avait honte de sa petite fille. Même Fifa, qui faisait des efforts et qu'elle admirait pour ça et bien des choses, ne se vantait pas de sa nièce. Sa nièce qui se couvrait de ridicule comme la nuit se parait d'étoiles, sans un mot, sans un geste, simplement parce qu'il en était ainsi. Elle n'était pourtant pas une pleureuse, non Pearlescence excellait dans l'art de se lamenter, de s'apitoyer sur son sort. Destinée, détermination, désespoir. Les mots clés de sa misérable vie et elle ne parvenait pas à s'attrister de celle qu'un être si jeune venait d'ôter : il fallait déjà s'accrocher à la sienne.

Le poulain ne connaissait pas ce genre d'état d'âme et elle ne le lui souhaitait pas. Le cri d'un charognard la fit sursauter. Au point où elle en était, ils auraient pu la prendre pour un cadavre. Elle voulait à tout prix s'éloigner. Ezekiel la suivit enfin et elle galopa faiblement, maladroite sur ses maigres jambes. Elle ressemblait à une araignée incapable de cordonner ses nombreuses pattes. Désaccordée, désordonnée, désynchronisée. Elle n'était pas en accord avec le monde autour d'elle, ne l'avait jamais été. Il tournait sans elle et Pearlescence était incapable de se prendre par la main pour s'efforcer de le rattraper.

Elle faillit rembarrer le poulain lorsqu'il confirma ses soupçons. Elle non plus, n'avait pas connu sa mère. Mais elle se rendait parfaitement compte qu'elle ne valait pas beaucoup mieux que lui et qu'au moins, elle avait eu la chance d'être élevée par sa grand-mère. Quelqu'un l'avait pris sous son aile et lui avait probablement sauvé la vie à défaut de lui apprendre ce dont il s'agissait et si cela avait un sens. Pourquoi était-elle encore là, sur cette terre ? Pearlescence ne le savait pas et serait probablement la dernière au courant.

« Tu as rencontré d'autres adultes que moi ? Depuis que ta maman est... partie ? elle s'adoucit quelque peu. Quand nos parents ne sont plus là il y a d'autres chevaux pour prendre le relais, en général. »

Elle lui sourit maladroitement et ralentit la cadence, fatiguée. Au moins cela avait eu le mérite de changer les idées du poulain. Peut-être qu'il oublierait cette mésaventure.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ezekiel

avatar

ÂGE : 26
PUF : Winterstorm
MESSAGES : 111

SEXE DU CHEVAL : Poulain
TERRITOIRE : Terre Orientales


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Jusqu'au milieu des flammes   Mar 5 Déc 2017 - 23:47

let me down
ezekiel ft. pearlescence

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Tu étais là, galopant comme tu le pouvais : essayant d'oublier comme tu le pouvais la mésaventure que tu venais d'avoir. Il fallait être honnête, tu t'en voudrais toute ta vie. Tu n'étais pas quelqu'un de méchant, tu ne voulais pas tuer des êtres de cette terre. & voilà, tu venais d'anéantir en un seul geste le fil rouge d'Ariane. Tu venais de briser des os sans même te poser une seule question. Tu ne te souviens pas réellement de la scène, tu ne revoyais que des flashs. Peut-être car ton cerveau voulait virer ces images de ton subconscient, alors que ça venait d'arriver. Un stress post-traumatique, sans doute. Comme les soldats revenant de la guerre. Tu te voyais te dresser sur tes postérieurs, maigrichons, tu te voyais redescendre brutalement sur le dos du lupin. Tu te souvenais du bruit d'os brisés, du couinement fatal du loup, mais surtout de ce sentiment qui t'avait envahi si soudainement. Ce sentiment de puissance, ce sentiment de haine : tu étai devenu quelqu'un de méchant. Quelqu'un de violent, réellement. & tu t'en voulais : tu ne voulais pas devenir ainsi. Est-ce que cela te changerait-il pour toute ta vie ou est-ce que tu resterais exactement le même ? Est-ce que ton coeur s'assombrirait-il ou restera-t-il pur ? Tu t'en savais rien. Tu espérais rester le même, mais j'ai un doute.
Soudain, un cri de charognard te fit sursauter. Tu eus l'impression de faire un bon aussi grand que toi, mais heureusement ce ne fut qu'une impression. Toi ? Tu étais quelqu'un de jovial, d'heureux, de paisible pourtant. Mais tout cela changerait selon moi. Cette tuerie te ferait devenir quelqu'un de complètement différent, soyons franc. Comment pouvons-nous rester le même après un tel acte ? Comment ne pouvons-nous pas grandir en faisant cela ? Je ne comprendrai pas si ce n'est pas le cas. Finalement, tu secouas la tête pour pouvoir oublier tout cela, pour ignorer le bruit d'aile que tu pouvais entendre derrière toi. Ca y est, les vautours venaient de s'attaquer à ta victime. Un haut le coeur te prit lorsque tu imaginas leur bec arrachant la chair, leur serre déchirant les côtes de ta victime. Heureusement qu'il était mort au final, il ne souffrait pas ainsi. Une voix se fit entendre, tu posas alors ton regard sur la jument près de toi, l'écoutant attentivement. Avais-tu rencontré d'autres adultes ? Bien entendu. Tu avais rencontré Ouragant, qui était devenue ta maman adoptive, Cyrius qui était complètement incernable & surtout Xander, ton papa adoptif ; que tu n'avais pas vu depuis bien longtemps d'ailleurs. Alors, tu hochas la tête & ton regard s'illumina en pensant à Ouragant.

" Oui j'ai rencontré Ouragant, Cyrius, Xander & toi, tu connais plein de monde ici ? " A la seconde partie de son discourt, tu eus un grand sourire en trottinant joyeusement. " Ouragant est devenue ma maman au jour d'aujourd'hui. "

Ouragant. Cette jument était parfaite en tout point de vue selon toi : elle t'avait sauvé des fantômes, des loups, elle t'avait prise sous son aile sans même se poser de questions. & tu en étais heureux, réellement. Tu te demandais même comment tu avais pu tomber sur une telle jument, comment la vie avait autorisé un tel ange à rentrer dans ta vie. Mais maintenant que c'était fait, tu en profiterais, réellement. Tu ferais en sorte de vivre ta vie entière avec elle, à la défendre & la protéger lorsque tu serais grand. Finalement, tu entendis ton ventre gargouiller & avec un regard de chien battu, tu regardas la jument, tes yeux parlant pour toi. Tu avais faim.
made by black arrow
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pearlescence

avatar

ÂGE : 21
PUF : PxdxlF
MESSAGES : 137

SEXE DU CHEVAL : Jument

Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Jusqu'au milieu des flammes   Ven 8 Déc 2017 - 22:15

Si elle connaissait beaucoup de monde ? Pearlescence eut envie de rire. Elle ne connaissait personne à part sa famille. Récemment elle avait rencontré Ungo mais elle ne savait même pas à quoi il ressemblait. Elle avait aussi croisé le chemin de Cyrius et Shiro. Ô Shiro, son chevalier drapé de ténèbres. Il n'avait rien de charmant mais elle ne pouvait que se languir de sa haute stature, désireuse de se lover dans son ombre. Comme elle enviait l'étalon noir, il semblait traverser la vie sans que personne ne l'arrête plus de quelques instants, sans que rien ne l'affecte en dehors de ses propres pensées tourbillonnantes. Elle voulait le revoir, réalisa-t-elle avec malaise. Ce n'était pas bien, pas viable pour elle. Elle rejeta l'idée de toute sa force, sa volonté fragile en tremblant déjà. Elle fit un écart, trop enfoncée dans ses pensées pour le réaliser et manqua de s'effondrer en marchant dans un trou, une vive douleur lui tordant le boulet. Il ne manquait plus que ça.

Une plainte lui échappa avant qu'elle ne se redresse courageusement pour ne pas effrayer Ezekiel, sortant délicatement son sabot de la crevasse et le posant prudemment au sol. Le choc se fit immédiatement sentir, tel une décharge électrique et elle serra les dents en battant des cils pour retenir une nouvelle plainte.

« Je ne connais pas grand monde non, souffla-t-elle à l'intention du poulain afin de détourner son attention. »

Courageusement, Pearlescence s'efforça de marcher. Elle était lente et devrait s'en contenter jusqu'à ce que la douleur passe... Si elle passait. A côté d'elle le petit avait faim et la regardait comme si elle pouvait y faire quelque chose. Cela lui tira un soupir las. Il n'était pas très débrouillard quand même et elle le lui fit savoir par mégarde, fatiguée.

« Et ta maman là, Ouragant, elle ne t'apprend pas le BA-BA ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ezekiel

avatar

ÂGE : 26
PUF : Winterstorm
MESSAGES : 111

SEXE DU CHEVAL : Poulain
TERRITOIRE : Terre Orientales


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Jusqu'au milieu des flammes   Sam 9 Déc 2017 - 18:24

let me down
ezekiel ft. pearlescence

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Plus la journée passait, plus tu avais l'impression que la situation avec Pearlescence se dégradait. Tu avais l'impression de l'insupporter au plus haut point. Pourtant ce n'est véritablement pas ce que tu recherches. Tu ne cherches qu'une chose : plaire aux autres. Tu aimais plaire aux autres. Pas parce que tu en avais besoin pour ton ego, mais simplement car tu en avais besoin pour être heureux. Tu voulais être aimé, tu voulais que l'attention des autres ne se tourne que vers toi. D'accord, je conçois que cela peut paraître assez narcissique, assez égocentrique, mais chez toi c'était complètement différent. Selon moi, tu voulais être aimé simplement car tu en avais besoin. Tu en avais besoin, autant que ton air. C'était vital chez toi. Sans doute car tu avais un cruel manque de confiance en toi, car tu ne croyais pas assez en toi pour pouvoir t'aimer toi-même. Tu te sentais inférieur aux autres. C'est sans doute pour cette raison que tu vivais assez mal la situation. Tu te sentais triste, déçu mais surtout réellement désappointé. Tu voulais que Pearlescence profite de la journée, qu'elle soit heureuse à tes côtés, mais surtout tu voulais lui montrer que tu lui étais réellement reconnaissant de sa présence.
Soudain, une plainte. Tu posas alors un regard inquiet sur la petite jument. Elle venait de s'enfoncer le sabot dans un trou, la faisant ralentir l'allure assez brusquement. Mais son visage te démontrer qu'elle ne voulait pas faire savoir sa douleur, alors tu ne dis rien. Tu ne voulais pas inclure un malaise, alors qu'il y en avait déjà un. Tu continuas de marcher, sans rien dire & brusquement les paroles de la jument, assez cinglantes te firent arrêter toute marche. Okai, là, elle te prouvait clairement que tu la faisais chier. Ton ego en prit un coup. Un véritable coup. Tu restas stoppé, sans rien dire. Tu ne savais pas quoi dire en réalité. Ta maman Ouragant ne t'avait-elle pas apprit le BA.BA alors ? Je me le demande bien. J'ai un doute, puisque les dernières choses que vous ayiez faites sont la course poursuite avec des loups, des intempéries avec des fantômes mais mis à part ça ... Je vois pas, malheureusement. & ta vraie maman ? Ne t'avait-elle pas apprit à te débrouiller seul ? Elle était morte bien avant malheureusement. Mais dans le fond tu savais te débrouiller seul, tu avais vécu seul. Tu avais seulement envie qu'on s'occupe de toi, en réalité. Ce ne serait pas le cas aujourd'hui. Alors, tu posas un regard malaisé sur la jument.

" Non, mais je sais me débrouiller. " Tu pris le trot, comme vexé & partis à la recherche d'herbe ou quoique ce soit.
made by black arrow
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pearlescence

avatar

ÂGE : 21
PUF : PxdxlF
MESSAGES : 137

SEXE DU CHEVAL : Jument

Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Jusqu'au milieu des flammes   Lun 11 Déc 2017 - 12:52

Pearlescence, malgré la croyance populaire et très logiquement, était aigrie. A cause d'elle-même principalement. Inconsciemment et pourtant très adroitement, elle profitait de la fragilité de ceux qu'elle rencontrait (quand ils l'étaient) pour se valoriser un tant soit peu. Elle était pourtant effacée et tout aussi fragile qu'eux, ce qui accentuait l'impression trompeuse de faire face à une gentille jument, à défaut d'être jolie. Elle était fade et amère. On avait tous besoin d'amour, elle ne vous dirait pas le contraire mais elle, on ne l'aimait pas et on ne l'aimerait jamais assez. Comment pouvait-elle supporter un être tel qu'Ezekiel dans ce genre de situation ? Lui obtiendrait probablement toujours, tout l'amour qu'il désirait.

Son boulet la tirait et elle était ralentie par la douleur. Lentement mais surement elle se laissait distancer. Lorsqu'elle vexa le poulain, se fut presque un soulagement. Elle était lassée et n'attendit pas qu'il s'éloigne pour elle-même se détourner et se diriger vers l'horizon qu'aucun obstacle n'obstruait. Elle ravala une réplique comme un crachat. Ça elle avait pu le voir, qu'il savait se débrouiller... L'inconscient. Ce n'étai qu'un enfant, mais elle avait été une pouliche elle aussi et rares étaient ceux qui avaient daigné jouer avec elle, la protéger. Il savait se défendre, c'était le principal. Son inaptitude sociale n'était qu'un détail, pensa-t-elle avant de disparaître entre les courants d'air chauds et les mirages flous qu'ils déversaient sur le Cratère Météorique.

FIN.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Jusqu'au milieu des flammes   

Revenir en haut Aller en bas
 
Jusqu'au milieu des flammes
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Jusqu'a mort s'ensuive... (Linoël, Idryl, Luna, Sanzo, Shrys
» Début de soirée en milieu hostile ...
» les viandes que mangent les habitants de la terre du milieu
» gauche, droite, milieu.......
» La venue des Numénoriens en Terre du Milieu

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Horse-Wild :: LES TERRES FRONTIÈRES. :: LE CRATÈRE MÉTÉORIQUE-
Sauter vers: