Jeu de rôle équin
 
AccueilS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Aliens || Commedia

Aller en bas 
AuteurMessage
Ezekiel

avatar

ÂGE : 26
PUF : Winterstorm
MESSAGES : 132

SEXE DU CHEVAL : Etalon
TERRITOIRE : Orientale


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Aliens || Commedia   Ven 27 Oct 2017 - 16:58





Aliens

ezekiel & commedia

Des cris d'oiseaux pouvaient se faire entendre, tandis qu'une silhouette d'or se déplaçait timidement dans les environs. On pouvait voir quelques petits animaux allant se réfugier rapidement dans leurs terriers, tandis que le Soleil planait haut dans le ciel. Certaines personnes pourront dire que ces animaux se cachent à cause de la fraîcheur, car ils veulent hiberner & d'autres diront qu'ils font simplement ça pour se cacher. Mais se cacher de quoi ? De quoi avaient-ils peur ? Pourtant rien n'était dangereux ici, rien ne pourrait les tuer. Quoique ... La neige, le vent ainsi que la glace peuvent tuer beaucoup d'animaux, dont des chevaux. La glace est belle, mais elle est meurtrière : il suffit de faire un mauvais pas pour qu'elle vous aspire dans les tréfonds de ses abîmes. Tu es né ici, sur Horse Wild & pourtant tu ne connaissais cet endroit que de nom. Ta maman t'en avais parlé que vaguement mais elle t'a toujours dit d'y faire attention. Elle t'a toujours dit de te méfier, de ne pas foncer tête baissée. Alors, tu n'y avais jamais été : de toute façon, elle ne t'y aurais jamais emmené de son plein gré. Elle t'avait parlé de ces chevaux aspiré par l'eau, de ces chevaux morts noyés sans raison, mais surtout de ces chevaux morts de froid sans qu'on ne puisse y faire grand chose. Tu avais toujours cru que ces contes étaient faux, mais au final tu avais préféré choisir l'instinct de ta maman.
& finalement te voilà : tu étais sur la banquise, alors que ta maman t'avait toujours dit de ne pas y aller, de ne pas t'y risquer. & finalement, tu avais cédé. Tu avais cédé à la tentation. Tu avais l'impression que cet endroit t'appelait, qu'il t'ordonnait de venir. Sans vous mentir, je peux vous dire que ce poulain a rêvé de cet endroit pendant deux nuits. Tu te revoyais le parcourir de fond en comble, sans jamais croisé de danger : tu t'étais vu poser tes sabots sur un sol enneigé comme un conquérant. Tu n'étais pas bien courageux de base, mais cette fois-ci tu avais réellement le sentiment qu'il fallait que tu y ailles. Heureusement, il faisait jour : tu n'y serais jamais allé la nuit. Mais vu le temps que tu avais pu mettre pour venir ici, le Soleil commençait petit à petit à descendre : il ferait bientôt nuit. Tu t'étais pourtant promis de ne jamais y aller durant la nuit. Alors, tu marchas, regardant tout autour de toi & ne te doutant pas que cet endroit était sans doute le plus dangereux de tous. Que des prédateurs seraient sans doute présents. C'est pour cette raison que tu levas brusquement l'encolure, regardant avec terreur autour de toi, lorsque tu entendis un hurlement canin. Les prédateurs étaient là. Alors, tu pris rapidement le galop & chercha un endroit où te cacher. Tu ne fis même pas attention à la silhouette sur laquelle tu tomberais bientôt ...


Dernière édition par Ezekiel le Dim 19 Nov 2017 - 21:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Commedia Dell'Arte

woman like me

avatar

ÂGE : 21
PUF : PxdxlF
MESSAGES : 326

SEXE DU CHEVAL : Actrice

Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Aliens || Commedia   Sam 28 Oct 2017 - 23:47


(Original. Radiation. Poêle. Dépression. Score.)

Le Choeur : La neige reflète une silhouette d'or et de laiton venue d'ailleurs. Les radiations du soleil sur la matière glacée l'ont comme changée. La dépression de l'air concorde avec le paysage nouveau, différent. Original, peut-être. La banquise s'étend à perte de vue et Commedia Dell'Arte se dresse au bord de la glace, l'oeil vitreux. Elle a laissé son ami simien dans des contrées plus adaptées à son métabolisme. La pouliche a froid et ne parvient pas à réprimer ses grelottement vigoureux, son poil encore trop léger pour les températures de l'endroit. Au loin la cascade renvoie un éclat surréel, effaçant la nouvelle venue à la vue de tous. A cause d'elle, peut-être, la collision qui eut lieu jeta Commedia à terre. Elle mangea la poussière et surtout la poudreuse, se relevant tant bien que mal, de la neige plein la bouche.

Commedia : Mion nais cha va bas ! (un peu de neige tombe tandis qu'elle parle.)

Le Choeur : Elle n'a pas entendu le hurlement qui affole l'inconnu. Il a une robe dorée comme la sienne mais sa silhouette est bien plus fine que celle de Commedia dont les origines Haflinger se font sentir. Elle s'ébroue pour se débarrasser de la poudreuse accrochée à ses poils et envisage de trouver une poêle dans laquelle se recroqueviller pour se réchauffer, encore plus frigorifiée que quelques instants auparavant. A défaut, elle lance un regard mauvais à l'autre poulain et se redresse fièrement, prête à jouer son rôle. Elle vient d'ailleurs, se répète-t-elle comme un mantra et la neige qui fond encore dans sa bouche lui a donné une idée d'accent étranger. Elle ne sait pas parler la langue de l'inconnu c'est décidé, ainsi elle mâche ses mots et les crache avec une difficulté simulée.

Commedia : D'allais où comme cha ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ezekiel

avatar

ÂGE : 26
PUF : Winterstorm
MESSAGES : 132

SEXE DU CHEVAL : Etalon
TERRITOIRE : Orientale


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Aliens || Commedia   Dim 29 Oct 2017 - 23:08





Aliens

ezekiel & commedia

& la collision fut brutale : à tel point qu'elle envoya la pouliche dans la poudreuse. Tu te rends compte Ezekiel ? Tu tombes enfin sur une pouliche ! Un cheval de ton âge, ou plutôt une fille de ton âge ! Elle était mignonne en plus cette petite. Un peu plus baroque que toi, c'est certain, mais jolie. C'est vrai qu'elle était plus robuste que toi, on pouvait le distinguer, elle avait sans doute des origines de poney du Nord, ou de cheval lourd. Moi je me demande quelles origines tu peux avoir. Je sais que ta maman était andalouse, avec une pointe d'Oldenbourg, mais je me demande ce qu'était ton père. Tu paraissais racé, fin & fragile : peut-être un arabe, ou peut-être un pur-sang. Je ne sais pas exactement. Je sais juste que tu paraissais beaucoup plus frêle qu'elle. Peut-être était-elle plus à même de vivre dans un tel territoire, contrairement à toi. Car soyons francs, je ne te vois absolument pas vivre dans un tel endroit. Tu mourrais très rapidement d'hypothermie, ou tout simplement de faim. Tu es capable de manger du crottin, alors je ne te vois vraiment pas trouver de la nourriture dans la poudreuse. Ou alors, tu serais sans doute capable de manger de la neige qui traine, on ne sait jamais. Tu fais tellement n'importe quoi qu'à chacun de tes gestes, tes pas, j'ai peur. J'ai peur de ce que tu peux faire. J'ai surtout peur de ce que tu deviendrais si les adultes ne t'aident pas. Heureusement qu'Ouragant & Cyrius ont été là pour t'aider & te remettre à ta place.
Tu posas ton regard clair sur la pouliche en face de toi, penchant les oreilles lorsque tu l'entendis parler. C'était quoi ça ? Etait-elle réellement équine ? Elle parlait bizarre quand même ! T'es tombé sur plus étrange que toi, je crois. Sur quelqu'un de beaucoup plus perturbé peut-être ! Ca me rassure, ça prouve que tu n'es pas si perturbé que cela au final. Ca me prouve surtout que tu n'es pas le seul. Parce que vous imaginez, vous ? Un poulain autiste, tout seul, dans un monde de chevaux complètement sains d'esprit ? Tu serais mal barré quand même ! Finalement, tu laissas ton regard glisser sur la pouliche, essayant de voir si elle avait le même âge que toi : malheureusement tu ne sus deviner son âge. Finalement, tu secouas la tête pour essayer de te remettre de ton choc & essayant surtout de comprendre sa deuxième question. Tu la fis tourner plusieurs fois dans ta tête, puis la solution te vint. Alors avec un regard lumineux, tu mis ta queue sur le dos & relevas la tête fièrement. Tu veux faire la Princesse, je peux faire aussi le Prince. C'est sans doute cela que tu tentais de lui faire comprendre : tu demeurais un garçon quand même, tu avais un certain ego à protéger.

" Pas sur toi, en tout cas. " Tu lui adressas un regard malicieux tandis que tu observais autour de toi : c'était vraiment joli ici. Soudain, un grognement félin se fit entendre. Tu te retournas & recula brutalement, te retrouvant contre la pouliche en tremblant. Ouais non, t'étais pas un garçon mais plutôt une fillette qui était terrifiée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Commedia Dell'Arte

woman like me

avatar

ÂGE : 21
PUF : PxdxlF
MESSAGES : 326

SEXE DU CHEVAL : Actrice

Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Aliens || Commedia   Lun 30 Oct 2017 - 17:44


(Baseball. Titanesque. Année. Epaule. Suicide.)

Le Choeur : Commedia reprend une bouchée de neige pour s'assurer une articulation des plus réussies, réprimant un frisson quand un goût d'urine se fait sentir sur sa gorge. Quelle chance, un putois est passé par là et a pissé partout... Elle est distraite par le cinéma de l'énergumène face à elle qui fait le beau comme dans l'espoir de la séduire et n'ose pas lui faire savoir que même son papa pédophile a plus de classe que lui, se contentant de le regarder d'un air placide.

Commedia :
Don, t'as vinis ?

Le Choeur : Elle s'offusque quand il ose répliquer et redresse bien haut la tête en s'ébrouant. Elle a un peuple à représenter et c'est un poids titanesque qui pèse sur ses épaules.

Commedia : Du pourrais p'excuser au noins ! (elle s'ébroue un peu plus, outrée.)

Le Choeur : Soudain un grognement se fait entendre et elle tourne la tête dans la direction de ce dernier comme heurtée par une batte de baseball. Dans la neige se dessine une silhouette féline, à demi-enfouie dans la poudreuse. A vrai dire il semble flotter sur cette dernière et ce n'est pas le crissement de la matière froide qui les a alertés mais bien un grognement sadique de la bête. Elle est apparemment décidée à faire d'eux son repas. Commedia n'est pas décidée à lui servir de quatre heure cependant et elle repousse rudement l'inconnu qui s'est collé contre elle, terrifié.

Commedia : Che vois que che ne peux pas compter chur toi ! Ch'est quoi ton nom que ch'ammonce ta disparichion à tes broches ?

Le Choeur : Sur ces mots, la réplique de l'année assurément, elle s'élance sur la banquise et entraîne l'autre poulain avec elle tandis qu'elle glisse sur les fesses jusqu'à l'autre rive, appréciant le moyen de transport digne d'un super héros. Le lynx la suit dans un feulement joueur qui lui déplait fortement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ezekiel

avatar

ÂGE : 26
PUF : Winterstorm
MESSAGES : 132

SEXE DU CHEVAL : Etalon
TERRITOIRE : Orientale


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Aliens || Commedia   Mer 1 Nov 2017 - 16:30





Aliens

ezekiel & commedia

Cette pouliche était vraiment différente de toutes les rencontres que tu avais pu faire jusqu'ici. Enfin, tu n'en avais pas fait tant que cela au final : il n'y avait que Cyrius, Ouragant & Pearlescence. Trois chevaux complètement différents les uns que les autres. Ouragant était la maman que tu n'avais plus, une maman qui te manquait plus que tout au monde, Cyrius était un étalon que tu ne porterais peut-être pas dans ton coeur : trop méchant avec toi pour cela & Pearlescence était difficile à cerner selon toi. Elle sentait la gentillesse, mais tu avais l'impression que quelque chose d'autre planait au dessus d'elle. Tu avais l'impression qu'elle était une âme en peine qui ne recherchait qu'une chose : survivre malgré son corps différent des autres. Mais quand tu y pensais, peut-être que Cyrius n'était pas si méchant que cela. Peut-être avait-il une âme plus qu'étrange. Il avait une âme de chef en réalité, tu l'avais ressenti dés le premier regard que tu avais pu lui adresser. Il avait ce regard. Un regard que tu avais connu aussi chez X. Un regard qui ne cherchait qu'une chose : se faire obéir. Non pas par méchanceté peut-être, mais plus car les expériences lui avaient permit de vivre cela. Les expériences lui avaient permit de pouvoir conseiller, mais surtout ordonner. Il était fait pour dominer tu le savais : il était de ces étalons que tu étais capable de suivre quoiqu'il arrive, car tu les respectais. Tu les respectais plus fort que ton propre ego, sans doute.
Lorsque la pouliche t'adressa des paroles assez outrées, tu eus alors un petit rire. Pas moqueur en réalité, seulement amusé. Elle te prenait pour un fanfaron ? Si elle savait. Tu étais complètement différent de ce qu'elle pouvait croire, tout simplement car tu n'étais qu'un jeune poulain cherchant à plaire, cherchant à se faire aimer de tous. & non un séducteur. Tu n'avais pas encore l'âge pour cela, peut-être ne l'aurais-tu jamais. Tu étais un être qui pensait que le monde n'était que douceur, amour & protection. Un abruti fini, en réalité. Malheureusement, le Destin t'a permis de voir que tout ceci n'étaient que des théories délirantes : que la vie n'est pas une utopie. Les sacrifices sont réels, mais la douleur aussi. Alors tu ne répondis pas, te contentant de te calmer, calmer ton rire ainsi que ton petit coeur. Petit coeur qui se reprit brutalement à battre lorsque le grognement se fit entendre. A la phrase de la pouliche, tu secouas vigoureusement la tête, ne comprenant qu'une chose : elle voulait ton nom, mais elle voulait aussi que vous fuyiez plus vite que vous ne l'ayez jamais fait. Alors, tu posas ton regard ambré dans celui de la Princesse & ouvrit la bouche, le tressaillement de la peur se faisant entendre.

" Ezekiel. & toi ? " Sans même te poser une seconde question, tu suivis très volontairement la pouliche dans sa course.

Tu prouvais encore une fois que tu n'étais qu'un suiveur, un être qui ne pourrait jamais survivre seul. Mais comment avais-tu fait auparavant ? Comment avais-tu pu survivre dans cette grotte, seul ? Je ne comprend pas. Mais bon maintenant que c'est fait, hein ! Alors, tu pris le galop & te jeta sur la glace. Malheureusement, contrairement à Commedia, tu te retrouvas le poitrail en avant sur la glace, les quatre membres écartelés. Tu glissas alors directement le ventre. Position ridicule, mais au moins tu fuyais. Le ridicule ne tue pas n'est-ce pas ? Tu pouvais entendre le lynx feuler avec amusement, ce qui ne te faisait que trembler davantage. Soudain, tu remarquas une scène qui te fit peur : ta glissade te menait directement sur la pouliche. Tu écarquillas les yeux, essayant de freiner mais rien y faisait. Alors, tu te retrouvas le nez sur son ventre & tes yeux coincés dans son poitrail. Okai, plus ridicule on ne fait pas ! Une scène bien cocasse vous me direz ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Commedia Dell'Arte

woman like me

avatar

ÂGE : 21
PUF : PxdxlF
MESSAGES : 326

SEXE DU CHEVAL : Actrice

Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Aliens || Commedia   Sam 4 Nov 2017 - 22:28

(Partie. Entrée. Pluton. Doute. Faculté.)


Le Choeur : Commedia pense faire face à un être aux facultés réduites. C'est fort possible si elle en croit leur brève entrevue et la situation qui en découle. Ils sont en danger et c'est à peine si il a la présence d'esprit de fuir. Pour ce qu'elle en sait, il est content que le lynx soit de la partie. Ce n'est pas son cas et elle peste quand le poulain la percute, ne cherchant même pas à comprendre sa position de yoga improvisée. Non, ce qu'elle cherche à comprendre c'est comment le lynx fait pour les poursuivre sur la glace. Il court avec aisance, léger sur la Banquise qui ne se craquèle pas sous son poids contrairement au leur. Sous elle la glace est fissurée, des millions d'étoiles y naissent et grandissent. Elle n'attend pas d'atterrir sur Pluton pour déguerpir cependant et se redresse avec une aisance souple.

Commedia :
Ezekiel c'est ça ? Cours. (elle ne l'attend pas.)

Le Choeur :
Son galop lourd et bruyant brise la patinoire sous ses pieds au moment où elle bondit de l'autre côté de la Banquise. La berge enneigée amortit son entrée en scène pour une séquence d'action dont elle se serait bien passée et elle s'élance vers la cascade gelée qui les domine sans l'ombre d'un doute : elle espère assommer le lynx à l'aide d'une corniche glacée si il ne s'est pas noyé d'ici là. Si elle s'effondre sous son poids et tombe sur la bête... Un remord la prend cependant et elle cherche Ezekiel des yeux, appelant désespérément celui auquel elle n'a pas encore donné son nom.

Commedia :
Ezekiel ? Dépêches toi on a pas de temps à perdre ! Qu'est-ce que tu crois ? Qu'il veut jouer avec toi ? Je t'assure que ce n'est pas le cas ! (elle se rapproche de la cascade.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ezekiel

avatar

ÂGE : 26
PUF : Winterstorm
MESSAGES : 132

SEXE DU CHEVAL : Etalon
TERRITOIRE : Orientale


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Aliens || Commedia   Lun 6 Nov 2017 - 14:18





Aliens

ezekiel & commedia

La survie est un moyen propice pour les êtres vivants de pouvoir se confronter à des épreuves terribles. A des épreuves qui font en sorte de grandir, de devenir quelqu'un de différent, quelqu'un de grandi. Mais cette survie est-elle digne de tous ? Mais la survie permettait-elle de garder tout faune vivante ? Je ne suis pas sûre : certes, dans survie, il y a vie, mais certaines personnes meurent à cause de cet instinct. Certains êtres disparaissent rapidement alors qu'ils pensaient survivre. En fait, cet instinct n'existe pas vraiment, il n'est qu'utopie : il n'est qu'un rêve dans le cerveau. Il s'implante très facilement, il crée des situations qu'on pense surmonter. Au final, on meurt. Tout simplement car c'est la Nature qui choisit. C'est la Nature qui demeure maîtresse de tout, maîtresse de notre vie. On naît, mais on meurt aussi sous les coups de cette Nature. Elle nous dirige très rapidement grâce à ses petites mains, on est seulement des pantins sous ses fils. Elle nous ordonne & on obéit. C'est sans doute pour cette raison que le Lynx glisse si facilement sur la glace, qu'il joue à vous poursuivre. Car la Nature a décidé qu'aujourd'hui ce serait lui le maître du jeu, ce serait lui qui contrôlerait vos moindres faits & gestes. Il vous dirigerait très rapidement vers la Mort, sans doute. Pourquoi ? Tout simplement car Dame Nature a décidé qu'il survivrait, tout simplement.
Comme d'habitude, tu te retrouvais dans une situation peu commune. Une situation très difficile. Tu avais l'impression que tu étais le poulain le plus malchanceux du monde. Tu avais vraiment l'impression que Dame Nature ou même Monsieur Instinct voulait absolument te faire souffrir. Ils avaient vraiment envie de rire avec toi, de jouer de ton malheur. Pourquoi ? Tu n'en savais rien du tout. Peut-être car ils avaient des grands projets pour toi, peut-être parce qu'ils voulaient que tu grandisses. Mais n'avais-tu pas assez grandi ? N'étais-tu pas devenu assez mature ? Je ne suis pas certaine. Après on dit souvent que ce qui ne nous tue pas, nous rend plus fort. Alors peut-être deviendras-tu Super Cheval grâce à tout ce que tu avais vécu. Peut-être qu'un jour je te verrais avec une cape & un bandeau sur les yeux. T'étais peut-être le Clark Kent d'HW, qui sait. Ouais, okai, je m'égare sans doute un peu trop, mais j'avoue que la fatigue de te suivre n'est pas en ma faveur. Bref, retournons à nos moutons, ou plutôt nos poneys, tu avais toujours la tête fourrée dans la robe soyeuse de la jument tandis que tu entendais vaguement ses paroles. Mais lorsqu'elle se releva brusquement & partie pour se réfugier, tu te retrouvas comme un abruti sur la glace, le lynx venant vers toi. Au moment même où tu voulus la rejoindre, tu entendis un gros fracas & ...

" Viens m'aider ! blblblbl ... " Tu venais de sombrer dans un gros trou de glace brisé. Tu voulus remonter hors de l'eau, mais l'eau gelée te frigorifiais & rendais ta robe trop lourde : de plus, tes sabots glissaient sur la glace.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Commedia Dell'Arte

woman like me

avatar

ÂGE : 21
PUF : PxdxlF
MESSAGES : 326

SEXE DU CHEVAL : Actrice

Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Aliens || Commedia   Jeu 9 Nov 2017 - 22:35


(Plénitude. Avion. Crocodile. Cerise. Accouplé.)

Le Choeur : Commedia a le chic pour se retrouver dans des situations cocasses. Elles pimentent sa vie de comédienne et rendent ses aventures plus comiques. Elle s'inspire d'un rien pour créer un personnage et rebondit sur chaque péripétie avec un délice parfois inconscient : elle ne réalise pas toujours qu'elle est en danger. Elle pourrait bondir de crocodile en crocodile pour traverser le Nil sans se soucier du fait qu'elle provoque ces gros lézards en ce faisant. Elle ne craint pas le danger car elle est maîtresse de l'intrigue qui prend place dans sa vie. Elle déroule le fil rouge cerise du destin et le rembobine quand nécessaire, persuadée que rien ni personne ne peut en décider à sa place. En grandissant elle se rendra probablement compte que ce n'est qu'une illusion mais pour le moment son âme d'enfant est innocente. Un craquement lui parvient au moment où elle regarde par-dessus son épaule et Commedia voit Ezekiel sombrer sous la Banquise, poussant un lourd soupir. Lui n'est pas maître de son destin...

Commedia : EZEKIEL ! (sa voix tremble.) EZEKIEL TIENS BON !

Le Choeur : Elle se précipite vers lui sans réfléchir dans le but de l'aider avant de remarquer le lynx de l'autre côté du trou. Il n'attend qu'une chose : qu'elle approche pour bondir sur elle. Elle ne lui fait pas se plaisir et s'empare plutôt  d'un morceau de glace entre ses dents grelottantes après le changement brutal de température. D'un geste vif elle le lance sur le lynx qui recule dans un feulement craintif. Il n'apprécie par les glaçons qu'elle lui jette à la figure et elle l'éloigne avec quelques lancers de plus avant de rejoindre Ezekiel pour tenter de le tirer d'affaire. Le poulain est affolé et produit un bruit digne d'un réacteur d'avion en se débattant. Elle essaye de lui insuffler un peu de plénitude en cherchant un moyen de le sortir de là, regrettant que le lynx n'est pas eu de meilleure idée que de les embêter. Il aurait pu, que dire, décider d'être accouplé à sa femelle pendant qu'elle et Ezekiel exploraient la Banquise. Mais non !

Commedia : Il faut qu'on te sorte de là. (d'un geste vif elle agrippe la courte crinière du poulain et le tire hors de l'eau, surveillant le lynx du coin de l'oeil.)

Le Choeur : La bête semble reprendre ses esprits aussi n'attend-elle pas son reste pour repartir au galop vers la cascade gelée. Tous ces efforts l'ont cependant fatiguée et elle ralentit notablement tandis que le prédateur les rattrape peu à peu...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ezekiel

avatar

ÂGE : 26
PUF : Winterstorm
MESSAGES : 132

SEXE DU CHEVAL : Etalon
TERRITOIRE : Orientale


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Aliens || Commedia   Mar 14 Nov 2017 - 17:54





Aliens

ezekiel & commedia

La glace est une terreur. Elle tue n’importe quel être vivant, elle tue n’importe quelle personne. Tout simplement car elle provoque une hypothermie, mais elle provoque aussi parfois des crises cardiaque. Ne dit-on pas que les sauveteurs en montagne ont souvent retrouvé des corps flottants sur l’eau gelée. Certains corps sont gros parfois tant ils sont restés longtemps & d’autres ont tout simplement disparu sous la glace. Vous rappelez-vous de Titanic ? La fameuse scène où Jack disparaît dans l’eau gelée après un dernier « je t’aime » à Rose ? Cette fameuse scène où le corps a coulé doucement dans l’eau. Oui, la glace est une tueuse. Elle est une meurtrière. Elle tue n’importe qui. C’est pourquoi tu avais peur. C’est pourquoi tu étais terrifié. Tu sentais l’eau s’immiscer vicieusement dans ta robe, tu sentais la fraîcheur provoquait un ralentissement de ton cœur mais aussi une douleur dans tes muscles. Tu te sentais partir loin, très loin. Que ce soit physiquement autant que mentalement. Ton cerveau s’éteignait petit à petit tandis que ton corps s’abandonnait à la Nature. Soudain, un cri. Tu entendis la pouliche t’appeler, crier ton nom. Alors, tu ressentis un brusque électrochoc & ton regard se posa sur l’alezane. Allait-elle venir te sauver, tu n’en savais rien.
Tout ce que tu pouvais savoir c’est que la Mort t’appelait. Elle prononçait ton nom délicatement, comme un serpent domptant sa proie. Elle voulait te mettre en confiance, elle voulait faire en sorte que tu la suives avec consentement. Mais tu ne voulais pas, tu voulais vivre. Tu n’avais pas vécu toutes ces péripéties pour finalement disparaître sans reste. Tu étais bien trop jeune pour mourir. Oh bien sûr, parfois tu en avais eu l’envie. Parfois tu avais voulu rejoindre ta mère dans l’au-delà : comme cette fois-ci avec Ouragant. Cette fois-ci où les fantômes sont venus te perturber, mais aussi cette seconde fois où tu t’es retrouvé complètement amorphe devant les sabots de Cyrius. & pourtant, tu avais repoussé cette mort avec force. Ce n’était pas ton heure, tu en étais certain. C’est pourquoi, il fallait absolument que tu te battes. Il fallait que tu restes en vie. Soudain, tu posas un second regard sur la pouliche qui s’approchait de toi au galop : elle venait te sauver. Elle venait pour te sortir de là. Vous vous ne connaissez pas depuis longtemps & pourtant elle était là. T’appréciait-elle ou faisait-elle cela par simple pitié ? Était-elle comme toi : à refuser que quelqu’un meurt devant ses yeux sans réagir ? Tu ne savais pas.
Brusquement, une vive douleur te prit au niveau de l’encolure : elle venait de t’agripper la crinière & te balancer sur la glace gelée. Elle venait de te sauver. Tu ouvris la bouche pour la remercier, mais elle était déjà partie. Alors, tu posas un regard sur le félin derrière vous : il revenait à la charge. C’est pas possible ! Il voulait absolument vous tuer à ce point-là ? N’avait-il pas autre chose à faire ? N’avait-il pas d’autres proies à tuer ? Une famille à surveiller ? Tu secouas la tête, t’ébrouas & repartis au galop, malgré tes jambes tremblantes à cause de la fraîcheur. Tu pouvais distinguer la pouliche ralentir dû à ses efforts, mais aussi le félin se rapprochait de vous. Alors, dans un élan d’instinct de survie, tu poussas brutalement la croupe de Commedia avec tes naseaux pour la projeter dans la poudreuse, pendant que tu te stoppas & te mis face au lynx, les oreilles plaqués & les sabots plantés dans le sol. Le lynx eut un feulement amusé tandis qu’il fonçait sur toi. Tu te cabras sur tes petites jambes & poussas un hennissement que tu pensais viril. Le félin s’assit face à toi, complètement amusé. Tu faisais pitié ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Commedia Dell'Arte

woman like me

avatar

ÂGE : 21
PUF : PxdxlF
MESSAGES : 326

SEXE DU CHEVAL : Actrice

Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Aliens || Commedia   Ven 17 Nov 2017 - 22:19


(Mince. Mal. Châle. Régler. Saumon.)

Le Choeur : La pouliche palomino aurait pu croire à une comédie romantique si elle n'était pas si loin de toutes ces considérations. Les sentiments n'ont pas pour elle l'attrait des personnages qu'elle incarne même si elle a encore du mal à garder son rôle. Dans la panique elle a oublié son dialecte mâché et cet air hautain dont elle s'était enveloppée comme d'un châle avant l'arrivée de l'autre poulain. Pourquoi le sauve-t-elle ? Probablement parce qu'un acte héroïque donne de l'éclat aux rôles qu'elle aspire à jouer. Les tragédies ne l'attirent pas encore, plus tard peut-être. Son âme d'enfant rêve de papillons phosphorescents et de poissons volants. Elle est brusquement bousculée par celui qu'elle a sauvé et s'effondre dans la poudreuse avec fracas, paniquée. Sa petite queue encore peu fournie frétille tandis qu'elle cherche à se dépêtrer du piège dans lequel Ezekiel l'a poussée et elle lui crache de la neige à la face en lui demandant des comptes.

Commedia : Nion mais cha va pas !!

Le Choeur : Elle écarquille les yeux en le voyant faire un geste suicidaire et secoue la tête dépitée quand même le prédateur rit au nez de l'imbécile, hésitant un instant sur la marche à suivre. Il est fait comme un saumon sous la banquise et elle n'a pas la patience de le regarder mourir -ses chances de survie sont minces-, chose dont elle l'informe avec force.

Commedia : Je n'ai pas l'intention de te regarder mourir, ciao ! (sans attendre, elle reprend sa course.)

Le Choeur : Il ne lui a pas fallu grand chose pour régler son problème pense-t-elle en s'éloignant, pendant qu'Ezekiel occupe bêtement le prédateur elle va trouver une bonne cachette et attendre que la bête l'oublie pour tranquillement se rendre dans un territoire moins dangereux. Elle atteint finalement son objectif initial, la grande cascade figée par la neige et gravit non sans mal les derniers mètres, découvrant avec horreur qu'il reste encore une bonne distance à parcourir. En pente. Pendant un instant Commedia oublie le danger et se jette dedans comme dans un toboggan, glissant sur les fesses avec un hurlement de joie qu'elle réprime trop tard en se traitant d'idiote. Pour la discrétion c'est raté, si le lynx s'est déjà mis Ezekiel sous la dent il ne tardera pas à faire d'elle son quatre heure.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ezekiel

avatar

ÂGE : 26
PUF : Winterstorm
MESSAGES : 132

SEXE DU CHEVAL : Etalon
TERRITOIRE : Orientale


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Aliens || Commedia   Dim 19 Nov 2017 - 16:26





Aliens

ezekiel & commedia

Pourquoi avoir fait cela ? Pourquoi l’avoir balancé ainsi dans la poudreuse ? Mais surtout, pourquoi te mettre ainsi face au prédateur ? Tu es pourtant un jeune cheval, un poulain. Tu ne peux pas combattre ainsi un lynx. Non, sincèrement, je ne te comprends pas Ezekiel. Je ne comprends pas du tout pourquoi tu fais cela. Pourquoi tu te mets ainsi en danger & pourquoi tu as ainsi balancé cette pouliche. As-tu fait ça pour la mettre dans la mouise ? As-tu fait cela pour la mettre en colère ? Je ne comprends pas & je pense que je ne comprendrai jamais. Peut-être est-ce ton instinct de survie qui t’a fait faire ça. Peut-être que tu as réagit ainsi simplement car tu n’as pas réfléchis. En fait, j’ai l’impression que tu as réagit comme avec le loup. Tu te souviens d’avoir tué ce prédateur ? Tu te souviens de ta tête dans le sang du canin ? Oui, je le vois à ton regard larmoyant. Je m’en rend compte rien qu’en te voyant réagir. Tu as tué un prédateur, serais-tu capable d’en tuer un autre ? Te sens-tu capable de laisser périr un autre animal à cause de toi ? Je ne sais pas. Fais-moi savoir assez rapidement s’il te plaît. Fais-le moi voir.
La parole de la pouliche te piqua brutalement dans ton ego, mais surtout dans ton coeur : elle te laissait tomber. Tu venais de lui sauver, peut-être maladroitement certes, la vie & elle disparaissait sans demander son reste. Tu plaquas alors tes petites oreilles dans ta crinière & la regardas partir. Une peste. Une véritable peste. Tu pensais qu’elle allait t’aider, mais non, elle partait. Tu serras la mâchoire, de colère & de haine : c’était bien la première fois que tu ressentais de tels sentiments, tu ne comprenais même pas pourquoi ils existaient en toi. Finalement, tu posas un regard sur le lynx, qui s’était remis debout & s’avancer vers toi. Soudain, ton instinct de survie ressurgit, comme avec le loup. Tu observas autour de toi & une idée te vint en tête. Sans même demander ton reste, tu poussas sur tes postérieurs & partis en direction du trou dont tu étais sorti. Alors, tu entendis le lynx te suivre. Tu continuas de galoper & brusquement, tu accéléras & sautas le trou. Le lynx fit de même, mais tes sabots sur son jabot le stoppa net & il se retrouva dans l’eau. Là, tu secouas ta tête & repartis en direction de la poudreuse, entendant le lynx hurler de rage. Tu ne l’avais pas tué, mais la glace le ferait sans doute à ta place.
, tu sautas dans la poudreuse, la haine contre la pouliche revenant brutalement dans ta tête. Elle t’avait abandonné. En l’entendant hurler de joie, tu compris parfaitement par où elle était allée. Alors, tu galopas dans cette direction & descendit le toboggan, sur les fesses comme elle. Tu ne la tuerais pas, tu n’étais pas comme ça, mais tu lui ferais comprendre qu’elle n’avait pas à faire ça. Alors, tu suivis ses traces dans la poudreuse & la trouvas rapidement dans la cascade gelée. Là, tu te stoppas & posas tes yeux haineux sur elle.

« Je te sauves & tu me fais ça ? » Tu plaquas tes oreilles en arrière pour cracher à ses sabots ensuite. « Tu m’abandonnes à mon sort ? Très bien. » Tu reculas & secouas la tête. «  Amuses-toi bien & vis ta vie, ciao. » , tu fis demi-tour & partis à ton tour, la laissant seule, & partant au trot. Elle te décevait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Commedia Dell'Arte

woman like me

avatar

ÂGE : 21
PUF : PxdxlF
MESSAGES : 326

SEXE DU CHEVAL : Actrice

Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Aliens || Commedia   Dim 19 Nov 2017 - 20:32


(Bourgeon. Quartier. Fauteuil. Maladroit. Embuscade.)

Le Choeur : Commedia est comme dans un fauteuil malgré le froid mordant de la poudreuse. Ce n'est pas plus mal, elle aura les fesses bien fermes plus tard comme ça. Elle se relève finalement, s'ébrouant pour se débarrasser du plus gros et arrache quelques morceaux de neige collée à sa robe du bout des dents, crachant ces derniers dans la direction approximative du lynx et sa malheureuse victime. S'il n'est pas trop bête Ezekiel aura tendu une embuscade pour venir à bout du lynx. Il est si maladroit qu'elle n'est pas certaine qu'il s'en est sorti mais préfère ignorer ce pressentiment au risque d'avoir mauvaise conscience. A la place elle contemple l'immense cascade qui se dresse face à elle, admirative. Un monument de glace qu'elle rêve d'escalader. Bondir de corniche en corniche... (ses rêveries sont interrompues par l'arrivée de l'autre poulain.) Elle lui adresse un regard globuleux, les yeux ronds et une pointe de soulagement au fond du coeur jusqu'à reconnaître l'oeillade meurtrière dont il la gratifie. Est-ce que l'âme du lynx s'est emparé de lui ?

Commedia : Wow tu te calmes, je t'ai rien demandé c'est toi qui prends des risques inutiles au lieu de te sauver comme tout être sain d'esprit !

Le Choeur : Elle n'a pas le temps de finir sa tirade et se renfrogne, tournant brutalement le dos à l'importun pour quitter le quartier sans un regard en arrière. Elle reviendra en meilleure compagnie, Cyrius par exemple, et ira explorer la cascade avec lui. En attendant elle pense à Baba Yaga qu'elle ne va pas tarder à retrouver, s'il ne s'est pas noyé dans son bain improvisé. Si elle lui cueille un bouquet de bourgeons sur le chemin du retour il pourra les jeter sur les autres chevaux qu'ils croiseront, une bonne barre en prévision ! Avec ces mots en tête elle disparait de l'autre côté de la cascade.

(Tombée de rideau.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Aliens || Commedia   

Revenir en haut Aller en bas
 
Aliens || Commedia
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» SGU Aliens [SPOILERS]
» [Tyrannia] It's rainning aliens!!!
» It's rainning Aliens (réservé)
» Quiproquo et comedia del'arte [Milena°Gabriel]
» Légende sur les Reptiloïdes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Horse-Wild :: LES TERRES DU NORD :: LA BANQUISE MIROITANTE-
Sauter vers: