Jeu de rôle équin
 
AccueilS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Infinitésimal [pv — Kuro]

Aller en bas 
AuteurMessage
Hélium

avatar

ÂGE : 23
PUF : Aneki (étalon77)
MESSAGES : 551

SEXE DU CHEVAL : Etalon
TERRITOIRE : Terres Orphelines


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Infinitésimal [pv — Kuro]   Sam 21 Oct 2017 - 9:18


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
D’un petit trot aérien parfaitement exécuté, Hélium remuait son popotin avec la grâce d’un dieu parcourant l’Olympe. C’était ainsi qu’il se voyait, en tout cas ; pourtant, d’un point de vue extérieur, il n’était qu’une petite boule de poils pressée qui se dandinait ridiculement sur ses jambes minuscules. C’était à se demander comment il arrivait à plier ses toutes petites gambettes. Possédait-il tous ses os ou, la place manquant, lui en avait-on retiré quelques uns ?

Fier et royal, le shetland secoua la tête majestueusement et ralentit le pas pour une allure plus douce et largement plus agréable à admirer qu’un trot qui, s’il transpire la vitalité et la beauté, n’en reste pas moins une démarche bancale. Hélium était arrivé sur Horse-Wild depuis peu de temps, mais il appréciait la magnificence du peu qu’il avait déjà vu. Il regrettait toutefois une première rencontre peu appréciable avec une bande de crétins qui, plus grands que lui, s’étaient cru le droit de le critiquer. Le critiquer, lui ! Il ne s’était même pas donné la peine de s’arrêter pour expliquer la vie à ces idiots. Il avait simplement relevé la tête vers le plus moche des deux, lancé une jolie moquerie sur sa robe pie et s’était lancé au galop sans attendre. Il avait cru être beau et impressionnant, lancé à toute puissance, mais la vérité était tout autre : les yeux exorbités, les crins emmêlés dans le vent, il avait eu l’air d’un fou furieux fuyant pour sa vie.

Le premier contact avec les autochtones avait été peu ragoutant et enfonçait l’étalon dans ses convictions quelque peu racistes. Un monde de beauté s’offrait à lui, mais il était peuplé de profonds idiots. Hélium comptait bien relever le niveau intellectuel de ce territoire. D’ailleurs, il commencerait certainement son long périple par la terre qu’il foulait à l’instant. Il ne voulait pas l’avouer, mais sa marche l’avait fatigué et il devait se reposer. Il lui semblait avoir parcouru des centaines de kilomètres en quelques heures seulement, mais peut-être était-ce sa petite taille qui lui faisait paraître les distances plus grande, peu importait au final.
D’un pas décidé, le petit poney prit donc la direction du cours d’eau qu’il voyait briller au loin. Il comptait bien se rafraîchir le gosier avant de continuer. Le territoire était un peu sombre, mais cela ne l’effrayait nullement. Il était jeune et vigoureux, il se sentait capable de braver tous les dangers. Du moins était-ce son sentiment avant d’atteindre la surface sombre du ruisseau.

Hélium se stoppa sur la rive gauche et contempla le monde qui disparaissait juste devant ses sabots. Il dut bien se rendre à l’évidence : les terres d’Horse-Wild s’étalait sur la rive droite et lui, il était bloqué ici comme un idiot. Profondément déçu, le mâle piétina la berge en grommelant bruyamment. Il ne pouvait pas passer de l’autre côté sans risquer de se noyer. Il savait nager, mais il préférait savoir où il mettait les pieds avant de se lancer. Or, il ne voyait absolument rien du fond du ruisseau ou de ce que sa noirceur dissimulait. Il était hors de question qu’il laisse un vulgaire poisson d’eau douce lui caresser les pattes au moment où il se déciderait à nager.

À s’acharner sur le sol meuble du lit de la rivière, Hélium bascula soudain en avant dans un glissement de terrain inquiétant. À la vue de la surface obscure qui approchait dangereusement de son visage, il poussa un hurlement apeuré et battit désespérément des sabots, dans l’espoir vain d’arrêter sa chute. Les quelques centimètres de flotte qui reposaient sur le bord du lit faillirent l’engloutir quand il s’enfonça dans la vase nauséabonde. Dans un effort surpuissant, Hélium réussit à s’extirper de ce piège et bondit sur la terre ferme en haletant. Sa petite mésaventure ne présentait pas les caractéristiques impressionnantes d’une entrée en scène digne d’un dieu. Il avait honte, mais il savait, par expérience, que c’était toujours dans ces moments-là que des idiots se ramenaient en courant pour se moquer. Le poney prit donc les devants : se lançant au galop dans l’herbe qui vint nettoyer en partie les taches de boue sur son pelage, il leva la voix et fila le long de la berge dans une fausse quête de l’origine du cri précédent. Il en était la source, bien évidemment, mais qui pouvait le savoir à part lui-même ?

Que se passe-t-il ? hurla-t-il à pleins poumons. Un cri ! Une chute ! Quelqu’un se noie !

Hélium n’était peut-être pas le mieux placé pour aider un noyé, mais c’était l’intention qui comptait. S’il pouvait dissimuler sa mésaventure en la faisant passer pour celle de quelqu’un d’autre, il n’allait pas se gêner ! Il était là pour dominer, pas pour laisser au monde croire qu’il était  empoté.


Dernière édition par Hélium le Jeu 11 Jan 2018 - 10:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kuro

avatar

ÂGE : 24
PUF : Daichi
MESSAGES : 393

SEXE DU CHEVAL : Etalon.
TERRITOIRE : Dominant des Terres Orphelines


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Infinitésimal [pv — Kuro]   Lun 1 Jan 2018 - 22:13


Une épaisse silhouette blanche se faufilait entre les arbres d’une agilité insoupçonnable vu le gabarit du gaillard. C’est un fait, l’étalon blanc se mouvait très aisément et avec vélocité, certes pas au niveau d’un PSA mais il n’était pas en reste compensant le manque de vitesse avec une grâce assez naturel. A cet instant, il gravirait les derniers mètres qui le sépare du sommet.

Dans un dernier effort, je me hisse enfin en haut de mon observatoire privé. Il faut bien le préciser, car ça fait quelques jours que je lorgne sur ce petit monticule sans réussir à mettre la main sur un quelconque passage et l’idée me hantait à chaque fois que je faisais la navette entre la rivière et le verger. Puis mon obstination à finit par payer, j’ai réussis à trouver un passage et élu mon point d’observation là. Il n’étais pas bien haut se bout de cailloux mais bien suffisant pour avoir une vue dégager et pouvoir agir si nécessaire. Mais, j’avoue avoir une posture quelque peu prétentieuse du haut de mon socle, on a bien le droit de se la raconter de temps en temps ?

Je ronfle bruyamment en même temps que je jette un œil circulaire aux terres Orphelines que j’embrasse d’un regard avide. L’impatience me brûle les veines en même temps que les questions m’arrachent la peau, je découvre peu à peu d’autres personnalités qui lorgne la dominance et à chaque fois c’est une nouvelle découverte. Je ne cesse de ruminer ma rencontre avec ce petit étalon sombre, il souffle un vent glaciale de doute entre les fissures de mes fondations. J’évite d’en faire part à Fifa comme j’évite d’en faire part à ma mère, j’ai l’impression que la honte va me couvrir si j’ose briser le sceau du silence et déjà rien que d’y penser je sens ce sceau trembler. J’ai peur que si je mets un sens à ses doutes, je deviens aux yeux d’Hadès un parjure, un candidat illégitime … Comme se fils dont Sorrow s’est détourner.

Je me rembrunis brusquement pour chasser cette rancune qui tente de remonter dans ma gorge. Ce n’est pas le moment  de s’égarer, de plus le festin que j’ai fais au verger il y de ça quelques heures pèsent encore sur ma digestion. Cette dernière, m’arrache un bâillement à m’en décrocher la mâchoire avant que je m’ébroue pour rester attentif. Je finis par plisser le regard, on devrait à l’avenir construire un passage pour de bon sur cette rivière pour la franchir même si personnellement j’ai mon endroit de prédilection pour la franchir car il est hors de question que j’y foute un pieds là-dedans même si Fifa m’a poussé dedans je ne l’aime guère plus et je suis encore étonné d’avoir survécus.

Un hurlement secoue brusquement le calme ambiant, je me redresse scrutant les environs et j’aperçois mais très difficilement une petite silhouette au bord de la rive. Je ne réfléchis pas plus et m’élance corps et âme en dégringolant le monticule. Cette traitresse de rivière ne fera pas une seule victime de plus ! Je déboule comme un boulet de canon dans des éclats de boue alors que je remarque une étrange créature qui s’égosille et je m’arrête à quelque pas de lui dans un dérapage contrôlé le souffle court.

- Avez-vous vu quelque chose ?!

Mais il n’y avait guère de temps si quelqu’un venait vraiment de tomber dans l’eau, je me détourne pour descendre sur la rive et scruter les environs.

- J’ai vu quelqu’un au bord de l’eau il y a peu en même temps que le hurlement ! J’espère qu’il n’est pas tombé dans l’eau …

J’observe d’un regard grave le lit de la rivière mais rien, pas un frémissement à sa surface, pas un seul autre bruit … Je frémis d’horreur espérant qu’une nouvelle victime ne jonche pas le fond de cette maudite rivière.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hélium

avatar

ÂGE : 23
PUF : Aneki (étalon77)
MESSAGES : 551

SEXE DU CHEVAL : Etalon
TERRITOIRE : Terres Orphelines


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Infinitésimal [pv — Kuro]   Jeu 11 Jan 2018 - 23:44


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Hélium était très fier de lui. Son élan héroïque évinçait totalement sa mésaventure au bord de l’eau et le faisait passer, aux yeux du monde entier, pour quelqu’un d’absolument remarquable. Il ne manquerait pas de marquer des points auprès des futurs membres de son troupeau, si l’un d’eux le découvrait ainsi et s’empressait de colporter la rumeur un peu partout. Hélium le Sauveur ! Voilà qui était tout à son goût. Il avait entendu de sombres ragots sur ce Ruisseau – un nom qui ne convenait guère à la largeur et profondeur du court d’eau – et il était persuadé que son intention de sauver un noyé ne passerait pas inaperçue. On louerait ses grandes vertus jusqu’aux Rocheuses. Qui savait… sa grande blonde favorite aurait peut-être même vent de ses incroyables exploits ici-bas.

Hélium courait à vive allure, plus vite qu’on n’aurait pu le croire d’ailleurs, à la recherche de cette pauvre âme égarée qui, s’il n’avait pas eu l’intelligence de prendre les devants, aurait été témoin de sa maladresse. Il était persuadé que le hasard sur Horse-Wild n’était pas différent de ce qu’il était ailleurs. Quelqu’un était donc ici, à surveiller la rive. Quelqu’un capable de le voir s’il s’était noyé ou ne serait-ce que tombé à l’eau. En vérité, il en était tellement persuadé qu’il aurait été presque déçu du contraire. Il fallait dire aussi que le poney était trop fier de lui pour accepter que ses efforts soient vains. Il devait se trouver un témoin !

Il n’eut pas à chercher bien longtemps. Plus bruyant que le tonnerre, un grand étalon blanc fonça sur lui et s’arrêta juste devant d’un beau dérapage contrôlé qui envoya de la boue de tous côtés. Hélium grimaça en recevant de la gadoue sur le museau. Il aimait cela, certes, mais seulement s’il décidait de lui-même de s’en recouvrir. Il était donc fort malpoli, de la part d’un inconnu, de lui en envoyer dessus. L’urgence de la situation permit néanmoins au poney de pardonner l’étalon. Il avait lui-même affolé la bête en criant à tue-tête, il n’irait pas en plus, se plaindre de son manque de savoir-vivre.

Si j’ai vu ! s’écria Hélium. Un gros ragondin a cru bon de patauger dans la boue. Il a glissé et a fui à la vitesse de l’éclair ! La honte l’a mordu, que veux-tu… C’est que j’ai eu peur de le voir se noyer, tu comprends, il m’aurait été difficile de l’aider seul. Mais dis-moi…

Hélium cessa ses mensonges, qu’il avait débité avec une sincérité comme on n’en fait plus. La vérité se déformait si facilement pour complaire aux standards et attentes du poney… Il arrêta son jeu d’acteur émérite, donc, et détailla son interlocuteur. Un géant parmi les géants – ou du moins était-ce l’impression qu’il donnait de tout en bas – aussi costaud qu’une montagne et tout blanc. Si blanc qu’on n’aurait pu le perdre dans la neige ! Voilà qui amusa le petit poney. Un grand sourire aux lèvres, il revit sa très chère Fifa et sa robe éclatante, ce petit soleil qui brillait même sous les Pluies Perpétuelles.

Si c’est pas un bon gros vers luisant que nous avons là ! s’exclama Hélium sans vouloir vraiment être méchant. Dis donc, t’aurais pas croisé une grosse luciole dans le coin ? Entre boules lumineuses, vous devez vous reconnaître de loin.

Le poney aimait bien la princesse, elle égayait ses journées. Ca n’avait pas été gagné d’avance pourtant ! Il avait cru avoir affaire à une idiote au tout début, mais avait très vite compris qu’elle ne l’était pas tant. Il regrettait de n’avoir pas encore trouvé de garde du corps pour la protéger des voyeurs, mais se reposait sur son compagnon qui semblait – selon ses dires – bien s’occuper de la chose. Il espérait avoir encore un peu de temps avant que l’autre ne récidive. Pour le moment, Hélium devait se concentrer sur le présent. Le gros vers face à lui était l’un des plus costauds qu’il ait croisé jusqu’à maintenant. La chance tournerait-elle ? Pourrait-il l’engager pour prendre soin de sa princesse bafouée ? Une vieille intuition lui murmurait que les choses ne seraient pas aussi simples pourtant…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kuro

avatar

ÂGE : 24
PUF : Daichi
MESSAGES : 393

SEXE DU CHEVAL : Etalon.
TERRITOIRE : Dominant des Terres Orphelines


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Infinitésimal [pv — Kuro]   Dim 8 Avr 2018 - 23:33


La rivière glougloutait sans aucune once de pitié, tout paraissait si paisible sur ses rives comme un serpent qui se glisse lentement entre les herbes folles, paresseux avant de foncer sur sa proie d'une vélocité insoupçonnée. Cette rivière était pareil, douce d'apparence et d'un froid mortuaire entre ses entrailles si vous aviez le malheur de vous faire emporter par un courant bien trop fort qui vous aspirez littéralement vers le fond.

Les oreilles enfouis entre mes épais crins, j'offre un regard sombre à la rivière, nous nourrissons une vieille rancune l'un envers l'autre et je suis presque certain qu'elle attend avec impatience le jour où elle pourra à son tour m’entraîner dans le fond. Mais pas aujourd'hui ma belle, je lui adresse un profond ronflement jusqu'à qu'une voix s'écrie derrière mon dos. Je vrille une oreille en arrière avant de faire volte-face pour me tourner vers ce dernier qui débite un flot de parole bien plus gros que lui. Je lui adresse un regard perplexe entre curiosité et ironie, mais qu'est-ce donc cette ridicule chose ? La silhouette était difficile à discerner sous se manteau épais de poils hérisser, j'hésitais entre un gros hérisson ou un sanglier, voir un croisement, en tout cas c'était comme une boule de poils sur des petites pattes qui avait vraisemblablement le don de parole comme nous.

Je plisse le regard, mes prunelles nourris d'un certain doute face à ses paroles car pas grand chose tenait debout dans son histoire. Si on y réfléchit bien, je n'ai vu qu'une silhouette au bord des rives et la seule âme qui y vit encore, c'est lui. Il n'a pas pu apparaître brusquement surtout quand on voit la boue qui lui colle encore aux pattes qui veut dire qu'il est ici depuis un petit moment. Pour finir un ragondin ne pousse pas de semblable crie. Je finis par me penché pour lui lancer un regard mi-coupable, mi-amusé.

« Je ne savais pas qu'un gros ragondin pouvait crier comme une fille … » Un léger rire me mord les lèvres jusqu'à que je le dévisage, voilà une autre allusion dé plus exaspérante mais je m'y attarde pas car ma curiosité est attisée par la suite. «  Une grosse luciole ? »

Mais diable quel type de jargon baragouinait cette boule de poils ? On aurait cru un cousin éloigné sortant de son marais pour se mélanger à l'espèce durant une cousinade. Le genre de type qui est de ta famille mais don tu n'as jamais entendu parler ! Je m'extirpe de la berge avant de m'ébrouer soulevant un nuage d'un savant mélange de poussière et de poils.

« Vous avez un langage bien imaginée pour un être si petit, certainement voyez-vous le monde autrement d'où la diction fleurissante ? » Un curieux personnage à force d'y penser. « Je suis curieux, vous semblez détoner par rapport aux locaux, d'où venez-vous ? »

Je me rattraperais à la prochaine réponse, promis !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hélium

avatar

ÂGE : 23
PUF : Aneki (étalon77)
MESSAGES : 551

SEXE DU CHEVAL : Etalon
TERRITOIRE : Terres Orphelines


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Infinitésimal [pv — Kuro]   Jeu 19 Avr 2018 - 22:56


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Hélium était très fier de lui. Son mensonge ne connaissait qu’une maigre faille et ses allures ne souffraient d’aucune imperfection qu’un idiot pourrait exploiter. Ainsi donc, en quelques mots et gestes, mettait-il à l’épreuve son adversaire. Le poney ne relevait que deux possibilités : la première, l’inconnu tombait dans le panneau et prouvait par là même qu’il ne méritait pas sa divine compagnie ; la seconde, il décelait le subterfuge d’un œil vif et démontrait un cerveau prometteur. Il existait bien d’autres choix, comme la violence ou le dédain, mais Hélium n’accordait aucun crédit à ce genre de choses. Qu’on le frappe ou qu’on l’ignore, tiens ! Essayez donc ! À ce point-là, il n’osait même plus appeler cela de l’idiotie. Le mot était bien trop faible.

Bien campé sur ses petites gambettes, Hélium toisa le géant d’en-dessous, particulièrement intrigué par ce qu’il allait répondre. Il dirait bien, de là où il était, que l’autre ressemblait à un frison, à ceci près que ses poils étaient blancs. Néanmoins, il pouvait tout aussi bien être une grosse vache ou une loche d’étang, pour ce qu’il en savait… Il n’avait pas et n’irai jamais vérifier si un cheval vu d’en bas partageait des traits communs avec un ruminant gâteux ou une poiscaille moustachue. En vérité, il faisait peu de cas de l’apparence du grand blanc. Qu’il soit noir ou vert importait peu, tant que son esprit était plein. C’était là, l’unique préoccupation du mini-shetland. La seule chose qui compte vraiment.

Hélium se crispa quand l’autre pencha sa grosse tête vers lui. Il avait connu une mésaventure tactile fort désagréable, aux Rocheuses, et ne comptait pas réitérer l’expérience. Cependant, ses peurs s’envolèrent vite quand il vit le regard que l’autre lui lançait. Voilà qui était plaisant ! Une étincelle d’intelligence dans ses yeux trop grands. Le petit poney aurait presque pu sautiller sur place tant il attendait la suite avec impatience. L’instant fatidique ! Et la réponse fusa, s’enroula autour de ses oreilles minuscules et s’installa confortablement au fond de son crâne. Au lieu de s’offusquer de l’insinuation évidente qui le visait, Hélium s’en amusa ouvertement. Il ouvrit la bouche et laissa échapper un rire non-feint de sa voix grave. Il ne répondit cependant pas, puisque l’autre enchaînait déjà.

Oh oui, une bonne grosse luciole bien dodue. Ca ne te dit rien ? Elle doit bien traîner dans le coin, pourtant. Elle a bien trop mangé, elle volette un peu bas. Elle est un peu dingo, elle se jette dans la boue et en envoie partout. Si tu la croises, elle pourrait bien te rendre tout marron.

Hélium avait sa propre définition de l’amitié et des choses qui en découlaient. Il n’était donc pas insultant, pour lui, de parler ainsi d’une amie. Il s’amusait avec l’inconnu, allait-on le blâmer pour cela ? Fifa ne lui en voudrait pas. Elle ne le saura même pas. Et même si elle savait, il n’évoquait pas son nom ! Il pensait fort à elle, certes. Mais l’autre n’y pigeait rien, de toute façon.

À petite tête, moins de vide, commenta-t-il en claquant de la langue. Si tu avais la même vue que la mienne, l’ami, tu y réfléchirais à deux fois avant de croquer à pleines dents deux grosses cerises qui se balancent dans le vent.

Le poney ouvrit grand la bouche et claqua fort sa mâchoire pour mimer le geste, puis il explosa de rire. Ses propres insinuations l’amusaient grandement. Au moins s’ennuyait-il rarement. Même quand il n’y avait plus personne, il restait lui-même pour se divertir.

Pour sûr que je dénote ! s’exclama-t-il. J’ai l’œil vif et la verve forte. Il n’y a guère ici que des cervelles de moineaux dans des corps de géants ! Garde ta curiosité, le vilain. Qu’importent mes origines, je suis ici aujourd’hui et je le serai encore demain. Que je vienne du trou du c*l du monde ou de l’Olympe, ça ne change rien. A part l'odeur peut-être.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kuro

avatar

ÂGE : 24
PUF : Daichi
MESSAGES : 393

SEXE DU CHEVAL : Etalon.
TERRITOIRE : Dominant des Terres Orphelines


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Infinitésimal [pv — Kuro]   Jeu 17 Mai 2018 - 1:15


La Ruisseau sans fond avait autant d'adeptes que d'ennemis, le cadre autour n'était pas trop vilain en soit, les abords du ruisseau était même particulièrement vivant entre les volatiles, la poiscaille et les insectes qui vrombissaient de partout ça en devenait presque toute une cacophonie. L'eau non loin apportait de la fraîcheur à l'endroit, l'herbe était grasse et brillait même à des endroits grâce au soleil généreux. Si ce satané Ruisseau n'avait pas si mauvaise réputation, ça ferait un coin approprié pour se détendre mais en dehors de la baignade il y a moult activité comme la spécialité de la maison : les bains de boue.

Le souvenir de quelques instants volés me reviennent en mémoire, un coin discret de mes lèvres se soulèvent et je me fais la vague réflexion qu'il y a peu de chose don la simple remémoration réussisse à me tirer un sourire. Ils sont que plus rare les gens à qui je l'offre : ma mère, Fifa … C'est amplement suffisant ! Mes oreilles virevoltent le temps de chasser quelques insectes avant que la boule de poils ne hausse la voix dans un rire, j'y réponds par un sourire goguenard, en voilà un pas trop susceptible, une race en voie de disparition de nos jours. Enfin … Je dis ça mais il est facile de me froisser, j'aimerais dire que je suis au-dessus des considérations physique, je le suis envers les autres en réalité mais je le suis beaucoup moins envers moi. Si un cheval noir venait à se tenir en face de moi, je ne pourrais pas m'empêcher de me comparer, de me sentir humilié … car je n'aurais jamais du être ainsi. Je marche fièrement très certainement car ainsi mon port de tête est par nature, mais je ne serais pas contre de me cacher au fond d'un terrier, de devenir moins imposant un instant pour passer inaperçus et disparaître.

C'est sûrement se sentiment qui me donne l'apparence d'un fantôme, le fait que je ne vais pas forcément spontanément vers les gens, de plus récolter en retour des moqueries ne me réconcilie guère avec la coutume de faire « une rencontre », en dehors de mon rôle je suis assez casanier. Bref … La boule de poils renchéris sur la grosse luciole rajoutant un bien dodue. Mais que diable baragouine-t-il ? Je plisse le regard cherchant furieusement malgré moi : elle traîne dans le coin, dodue, dingo, boue … Attend il vient de dire boue ? Je n'en connais qu'une prendre des bains de boue, un peu dingo sur les bords et pour le côté dodue, j'ai envie de dire que j'aime les juments tout en rondeur. Par Hadès, rien n'est plus merveilleux qu'une belle croupe sur cette satanée terre surtout quand elle appartient à …

« Fifa ! » Dis-je brusquement droit comme un i avant que je lui lance un regard de travers difficile à définir. « Vous êtes entrain de dépeindre un portrait que je ne saurais comment qualifier de ma compagne voyez-vous … Même si pour le côté dingo je vous le cède volontiers, mais c'est ce qui fait son charme entre autre. »

Voilà encore un qui à croisé sa route et étrangement impossible pour moi de lui en vouloir pour ce qu'il venait de dire car dans ses mots, sa façon de dire, il y avait comme de l'affection. Encore un sous le charme de ma compagne, je vais finir par l'enfermer dans la Maison Hantée une fois pour toute. Une de mes oreilles tombent lentement sur le côté comme à chaque fois que l'exaspération me gagne petit à petit avant que je décoche une grimace, faisait-il dans le cannibalisme ? J'avais brusquement peur pour mes attributs et me promet de ne pas lui tourner le dos à ce fourbe de poney don la vantardise n'avait pas d'égal avec sa taille et je surenchéris légèrement taquin.

« Écoute, tu pourrais faire un crottin divin parfait, tu as déjà la couleur et la taille y est presque. » Un léger gloussement avant que je pousse un soupir jetant un coup d’œil à des silhouettes équines passer en trombe non loin. « A qui le dites-vous, il y a de plus en plus d'idiot qui court à la surface de ce monde, et les gouverner tient presque du miracle. »

Je hausse les épaules m'éloignant peu à peu du bord du Ruisseau à la recherche d'un coin pour brouter, si déjà j'ai quitté mon perchoir je vais en profiter. Le petit était bien bavard mais pas très efficace, mais qu'il ne compte pas sur moi pour lui arracher les vers du nez, j'ai d'autre chat à fouetter.

« Et donc vous avez croisé le chemin de Fifa ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hélium

avatar

ÂGE : 23
PUF : Aneki (étalon77)
MESSAGES : 551

SEXE DU CHEVAL : Etalon
TERRITOIRE : Terres Orphelines


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Infinitésimal [pv — Kuro]   Sam 26 Mai 2018 - 11:36


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Hélium appréciait Fifa comme une amie. Oh, le petit étalon n’était pas insensible à une belle croupe bien ronde. Il les aimait d’ailleurs bien fermes, bien rondes, avec un déhanché envoûtant et un soupçon de graisse sur les cuisses. C’était ainsi qu’était sa femme, en tout cas. Néanmoins, son amie la luciole faisait partie des géants et, à ce titre, Hélium se fichait éperdument de ses formes de jument. Elle pouvait bien être laide ou biscornue, il n’en avait rien à faire. Tout ce qui comptait, c’était qu’elle avait essayé de le remettre à sa place et que, pour ceci, elle avait gagné son estime. C’était son amie, point final.

Le mini-shetland y avait pensé sans arriver à y croire vraiment. La coïncidence lui paraissait énorme. Un vers luisant avec une luciole. Vraiment. Parmi tous les géants qui gambadent un peu partout sur l’île, il avait fallu que ces deux-là se rapprochent, se parlent et se tâtent du bout du nez. Le monde était bien étrange, mais le poney – en sa qualité de futur dominant – ne croyait guère aux coïncidences. Il y avait sur les Orphelines, une créature à la chevelure divine qui s’amusait avec eux, c’était certain.

Hélium parvint donc à la conclusion que la grande perche devant lui n’était autre que Kuro, le fameux chevalier servant de Fifa. Celui-là même qui s’était battu pour l’honneur de sa dame. Le poney n’avait pas oublié ses recommandations à la crème. Laisser les hommes se battre entre eux et les bichonner ensuite. Ce n’était pas une idée sexiste, un vieux cliché macho qui lui traînait au fond du crâne, mais Hélium ne pouvait pas entièrement renier que cela ne tournait pas autour du sexe. En vérité, il était même prêt à le crier haut et fort ! Comment croyez-vous qu’il ait pu avoir autant d’enfants, après tout ? Il se demanda quand même si Fifa avait mis à exécution ses conseils et sourit à lui-même en repensant à ses petits jeux avec sa dulcinée.

Fifa, tu dis ? (Il fit mine de réfléchir.) Je te parle d’une luciole, moi ! De quoi tu me parles, toi ?

Il claqua de la langue et secoua plusieurs fois la tête de droite à gauche, désapprobateur. Hélium était d’humeur à embêter le copain de son amie. Il voulait voir ce qu’il valait et il ne pourrait pas juger d’une simple conversation. Non, il fallait le titiller un peu.

Le mini-shetland éclata de rire, de ce rire grave et gras qui faisait beaucoup de bruit. Voilà bien une réplique qui lui plaisait ! Un peu gamine, mais parfaitement calculée ! Une attaque directe sur sa petite taille, c’était parfait ! Le beau Kuro remontait dans son estime, mais il y avait encore beaucoup de chemin à parcourir.

Eh bien, l’ami… (Sa voix grinça, taquine et ironique.) Desquels fais-tu partie ?

Hélium se fichait pas mal de l’ambition de Kuro. Il n’était pas là pour savoir s’il avait affaire à un rival ou non. D’ailleurs, sa conception du rival était bien différente de celle des autres… Il était ami avec deux de ses rivales après tout. Non, ce qu’il voulait savoir, c’était où se plaçait l’étalon blanc entre les benêts et les êtres supérieurs. Son point de vue changerait pas mal de choses au jugement du poney. Il appréciait la confiance en soi, mais la modestie aussi. Il dépréciait le dénigrement et la fierté exacerbée. Lui-même ne se dérangeait pas pour crier au monde qu’il était le meilleur, mais il n’aimait pas voir la même chose chez les autres. Il était plein de contradictions. Le pire, c’était que demain, ses contradictions et son jugement changeraient sûrement pour autre chose. Peut-être demain aimera-t-il les ego surdimensionnés et les microbes qui pensent au suicide, allez savoir…

Tu me bourres le mou avec ta Fifa, là ! C’est quoi ton problème avec elle, l’ami ? T’es amoureux, mais elle veut pas de toi ? Sors les pectoraux, mon grand ! T’es pas si laid, tu dois pas la dégoûter. Cesse de lui tourner autour, ignora-la. Tu verras, elle accourra vers toi pour te foutre une bonne torgnole dans ta gueule et après, paf ! Pleins de gosses.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
O. Pearl

avatar

ÂGE : 21
PUF : PxdxlF
MESSAGES : 15222

SEXE DU CHEVAL : Jument
TERRITOIRE : Ancienne dominante des TT


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Infinitésimal [pv — Kuro]   Lun 9 Juil 2018 - 10:54

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kuro

avatar

ÂGE : 24
PUF : Daichi
MESSAGES : 393

SEXE DU CHEVAL : Etalon.
TERRITOIRE : Dominant des Terres Orphelines


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Infinitésimal [pv — Kuro]   Mar 24 Juil 2018 - 14:18


Les rayons du soleil dansait à la surface de la rivière renvoyant qu'un fond abyssal pour peu que vous soyez un peu en hauteur. La Rivière sans fond portait bien son nom, elle paraissait comme une brèche profonde, comme une longue déchirure qui parcours les terres et si c'était cette brèche qui offrait un pond entre ici et un autre monde ? Qui sait … Plus rien n'était étonnant sur Horse-Wild devenu terre de mile et un secret. Elle fut un temps paru comme morte et à présent la terre s'éveillait à nouveau, elle se régénérait et étrangement elle emportait dans son sillage de nouveau occupant comme cette boule de peluche.

Je me détourne de la Rivière pour m'égarer dans les herbes folles et ainsi arracher quelques brins bien verts. Une vilaine pensée traverse mon esprit alors que je jauge la pâture, et si je faussais compagnie à la boule de peluche en l'égarant dans les herbes folles ? Après tout ils étaient pratiquement aussi haut que lui, un départ bien placé et adieu le cousin des marées. Un sourire machiavélique se peint sur mon visage avant que je termine ma bouchée en même temps que la boule de peluche s'exprime à nouveau. Je lui offre un profond renâclement, joue-t-il les idiots ou est-ce que sa mémoire est aussi proportionnel à sa taille ? Que dire de plus alors que je mâchouille un brin d'herbe.

« Je te parle de ce que nous parlons et de ce que tu me parlais pour parler de ce que je te parle. »

Je plisse le regard d'un air ronchon, s'il veux jouer au plus malin ! Mais peut-être est-il vraiment idiot ? Seul l'avenir nous le dira alors qu'il lâche à nouveau un rire gras, comme un si petit être peut rire aussi bruyamment, peut-être est-ce une technique d'autodéfense comme les animaux de petite taille se camouflent, lui pour rattraper sa taille il fait autant de bruit qu'un grand dadet, ce dernier qui me demande desquels je fais partie. Une question intéressante, surprenant venant de lui même, il n'est peut-être pas si idiot qu'il veut bien le montrer. Je lance un regard au lointain me demandant vaguement la place que j'occupe ici même et je finis par hausser les épaules.

« Je suis de ceux qui résiste, qui tente de survivre et se faire une place pour éviter la catégorie des idiots. »

C'est la strict vérité, je n'aime pas spécialement plaisanter sur la destinée ou la valeur de l'existence d'une âme. J'ai moi-même souffert d'une existence que tout le monde à jugé inférieur de par ma différence, je veux repousser cela loin de moi, me détacher de ce fardeau et sortir du lot. Je veux avoir un visage et j'y arriverais, je n'en doutais aucunement. Je ne suis pas seul dans l'aventure et l'aide de ma compagne est précieuse, sans elle je ne serais pas là aujourd'hui et je suis persuader qu'un homme n'est rien sans sa moitié, elles ont une telle force qu'il ne faut pas sous-estimé. La boule de peluche finit par érafler la surface de ma patience, il n'est pas difficile de l'user surtout en parlant de ma compagne et de notre histoire si singulière. Mes oreilles se plaquent contre la nuque alors que je lui lance un regard glaciale.

« Tu commences à m'agacer Boule de peluche ! J'aime pas spécialement les gens qui se permettent de juger la vie des autres. » Je deviens un peu plus menaçant recouvrant le poney de mon ombre. « Ne te fais pas plus idiot que tu le veux, tu es le premier à avoir fait allusion à Fifa et mon instinct me souffle que tu sais très bien qui je suis pour elle. »

Je tape mon sabot contre le sol par agacement. Ce n'est pas un nabot qui va donner sa version des faits, ni qui va me dire comment l'aborder. Je me sentais blessé dans ma fierté masculine comme si je ne pouvais la satisfaire. Il ne sait rien cet idiot ! Je plisse mon regard, peut-être aurais-je du mettre à exécution ma première idée, le semer dans les hautes herbes, j'espère que Fifa n'est pas ami avec ce Nabot sinon en plus de ne pas le supporter je devrais être poli avec lui pour pas froisser la dame. Je ronfle d'agacement me détournant de lui, peut-être va-t-il lâcher l'affaire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hélium

avatar

ÂGE : 23
PUF : Aneki (étalon77)
MESSAGES : 551

SEXE DU CHEVAL : Etalon
TERRITOIRE : Terres Orphelines


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Infinitésimal [pv — Kuro]   Mar 31 Juil 2018 - 10:33


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Hélium n’appréciait pas bien la tournure des évènements et le gros vers semblait d’un coup bien susceptible. Il transparût même sur son visage une grimace effrayante que le poney fixa d’un œil critique sans faire de commentaire. Quelles drôles pensées ont bien pu voleter derrière ce regard noir ? Il n’avait pas envie de le savoir et recula même de quelques pas, se rappelant fort bien les élans amoureux d’une certaine blonde.

Une pointe de nostalgie le rattrapa à cet instant et le mini-shetland se demanda ce que pouvait bien faire la-dit blonde maintenant. Ils ne s’étaient pas séparés en bons amis et cela l’attristait fortement. Bien entendu, il était hors de question pour Hélium de se sentir coupable. Il n’avait fait que ce qu’il faisait d’habitude : absolument tout ce qu’il voulait sans s’inquiéter du monde. Cela n’avait pas plu à la dame ? Soit. Si le poney accédait à la dominance, il ne serait pas évident de réinstaurer une amitié entre Orphelins et Trompeurs.

Le mini-shetland reporta son attention sur Kuro. Le grand blanc essayait de le perdre avec une phrase étrange et il décida de se laisser faire. Il ouvrit la bouche comme pour répondre, regarda autour de lui et se retint, laissant traîner au fond de son regard une incompréhension totale. Bah ! pour une fois dans sa vie, il pouvait bien s’inspirer de Minus – paix à son âme – et jouer au plus con. Il était aussi bon à ce jeu-là qu’à celui de crier le plus fort qu’il était extrêmement intelligent – évidemment.

Hélium laissa échapper un sourire mi-déçu mi-amusé et piétina le sol pour montrer sa désapprobation. Voilà des mots qui ne convenaient pas à ses propres ambitions. Si deux secondes auparavant il était prêt à apprécier la modestie, il trouvait là trop de retenue de la part de Kuro.

Essayer ça sert à rien. Oublie la survie, mon gros, il est temps de vivre. Cesse de réfléchir et va renifler la poudre de ta Fifa. Elles aiment ça, parfois, les idiots.

Le poney avait souvent joué à cela. Faire semblant de ne pas comprendre, d’être maladroit, jaloux ou quoi que ce soit d’autre qui puisse faire craquer sa dulcinée. Bien entendu, elle n’avait jamais été dupe, mais elle se laissait faire le sourire aux lèvres. Elle aussi, cela l’amusait. Elle en faisait de même parfois. Elle était, d’ailleurs, la seule à comprendre ce qui plaisait à Hélium quand lui-même ne le savait plus. Il changeait tellement souvent d’avis ! Mais jamais elle ne l’avait déçu. Bah ! c’était tout naturel. Elle était sa dame, après tout.

Allons bon ! s’écria-t-il soudain. Les menaces et la violence, voilà bien un truc d’idiots.

Il lui semblait que seules les vérités bien placées et dites clairement auraient un impact chez l’étalon blanc. Cela ne lui plaisait guère de déblatérer de telles évidences, mais le gros patapouf ne paraissait pas au courant. Hélium partait du principe que le recours à la violence sur sa propre personne ne faisait que prouver au monde sa supériorité. Il faisait tant de mal avec ses bons mots que les autres n’avaient d’autres choix que de s’attaquer à sa plus grande faiblesse : sa petite taille et son incapacité à se défendre d’une attaque physique. Il rêvait du jour où il trouverait assez fort pour lui faire mal avec des mots. Jusqu’à aujourd’hui, il n’avait rencontré qu’une dame qui en soit capable et il lui avait fait pleins de gosses pour que jamais elle ne recommence.

Écoute, l’affreux. J’ai parlé d’une grosse luciole. Si ta Fifa est une grosse jument blanche, j’y peux rien moi. (Oui, il faisait exprès de ne pas dire crème pour ne pas griller sa couverture.) Bah peut-être que ton instinct est tout pourri. D’ailleurs, si je te soûle tant, il aurait pas dû te crier de pas approcher ? Eh bim ! Tu sais plus quoi répondre ! (Il ne lui en laissait pas le temps, en vérité.) Tu sais quoi ? T’as qu’à lui faire un gros bisou de la part de Cortex, à ta grosse Fifa ! Ça boostera vos activité-pas-très-catholiques ! Haha !

Très fier de lui, Hélium bondit de côté, offrit un clin d’œil au grand blanc et s’enfuit dans les hautes herbes (laissant tout de même derrière lui un boucan infernal et un tracé magnifique d’herbes écrasées). Il lui semblait que Kuro et sa susceptibilité n’en supporteraient pas davantage. Son extrême intelligence lui ordonnait donc de fuir avant que l’autre ne sache plus retenir ses coups. Hélium aimait donner des leçons, mais il était hors de question qu’il laisse le ver luisant le toucher. Sa belle robe bien fournie valait des milliards et Kuro n’avait pas mérité ce privilège.

Évidemment, ce qu’il n’avouerait jamais, c’était qu’il avait tout de même un peu peur de la force du gros ver. Il ne voulait ni mourir pour des conneries, ni tomber dans l’eau au risque de se noyer. Il préférait fuir et dire, le plus sérieusement du monde, que la fuite n’était pas une affaire de lâche, mais une idée ingénieuse de gens brillants.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kuro

avatar

ÂGE : 24
PUF : Daichi
MESSAGES : 393

SEXE DU CHEVAL : Etalon.
TERRITOIRE : Dominant des Terres Orphelines


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Infinitésimal [pv — Kuro]   Dim 5 Aoû 2018 - 20:04


La Ruisseau sans Fond était paisible aujourd'hui y veiller plus longtemps se montrait ne plus être nécessaire. Le colosse blanc se languissait de retrouver sa compagne, mettre fin à se bourdonnement qui lui frappe les tempes. Les deux compères n'avaient pas l'air de se trouver d'atomes crochues et la boule de peluche montrait lui aussi des signes d'exaspérations. Il n'y avait plus grand chose à ajouter.

Je plisse un regard emplis de doute à la boule de Peluche, il peut se garder ses conseils fumeux car je doute que Fifa apprécie qu'on joue au plus idiot avec elle. Dans la matière, je suis le mieux placé pour savoir ce qu'apprécie m'a compagne qui partage ma vie depuis belle lurette et elle m'a toujours fait par de ce qui lui déplaisait ou plaisait. Décidément ce n'est pas avec un nabot avec qui je souhaite parler de ce genre de chose. Une question termine par me turlupiner, comment diable ça s'est passé entre lui et Fifa ?  Elle a certainement du lui rentrer dans les plumes, je l'espère, sincèrement ou peut-être joue-t-il au plus idiot qu'avec moi et cette idée m'agace encore plus. Fifa supporte bien assez de chose chez moi pour que je commence à devenir aussi crétin que la boule de peluche, j'ai passé l'âge pour se genre d’ânerie et ce n'est pas digne d'un dominant.

Soudain, la boule de peluche s'écrit, à croire qu'il ne s'exprime qu'ainsi alors qu'il m'agresse les tympans. Je lui offre un rire aigre en le dévisage derrière mes boucles blanches, pour qui me prenait-il ?

« Peut-être que je vaux pas mieux que les autres ... » Je m'amuse en me saisissant du rôle. « Tu devrais commencer à t'enfuir boule de peluche ! »

Ce dernier ne tarde pas à le faire après une longue tirade avec des mots plus farfelus des uns et des autres. Je l'observe s’enfuir d'une élégance qu'il n'avait pas, mais l'imagine est plutôt hilarante, un peu plus et on ne voyait que les fourrées bouger. Je ronfle profondément agacé par cette rencontre car violent, je ne le suis pas, du moins pas pour n'importe quelle raison et jamais je n'aurais fait quoi que ce soit à la boule de peluche à par juste l'impressionner. De toute manière, je ne vois pas l’intérêt de m’en prendre gratuitement à un badaud. Je finis par élever ma voix pour lui adresser un dernier pique, espérant qu'ainsi elle fasse son chemin et qu'un jour le poney revienne pour un nouvel affrontement et pour sur je lui toucherais deux mots sur m'a façon de penser.

« Voilà une attitude d'un idiot lâche ! »

Je ponctue ma phrase d'un rire qui s’évanouit entre l'herbe grasse don je chipe quelques bouchées avant de me détourner pour me rendre à la Maison Hantée rejoindre ma dulcinée et peut-être omettre cette rencontre pas réellement plaisante outre le fait que mon humeur est plutôt mauvaise depuis le levé du soleil, la boule de peluche n'a fait que la subir. Nos chemins se recroiseront peut-être.

FIN
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Infinitésimal [pv — Kuro]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Infinitésimal [pv — Kuro]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Validée]Myoshi Tetsuo As Ten'shi Kuro
» Renom et honneur de Kuro
» Kuro Baby's House
» La jolie et mignonne, Nymphali Kuro (en cours)
» L'inteview volée du roi des voleurs! By Kuro

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Horse-Wild :: LES TERRES ORPHELINES. :: LE RUISSEAU SANS FOND-
Sauter vers: