Jeu de rôle équin
 
AccueilS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Je ne suis pas une peureuse, moi !

Aller en bas 
AuteurMessage
Commedia Dell'Arte
Oh what a shame baby now I'm grown

avatar

ÂGE : 21
PUF : PxdxlF
MESSAGES : 265

SEXE DU CHEVAL : Actrice

Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Je ne suis pas une peureuse, moi !   Mar 10 Oct 2017 - 23:08


(Laitue. Princesse. Balayage. Farine. Rincer.)

Le Choeur : Il était une fois une princesse sur l'île d'Horse-Wild. Elle errait à l'intérieur de celle-ci depuis son arrivée avec son père qui lui n'avait rien d'un roi même si une blague à ce sujet aurait pu lui échapper. Il avait vite disparu dans les flots cependant et elle n'avait pu que se rincer seule du sable humide collé à sa robe à la couleur semblable. Quelques rencontres avaient ponctué son voyage, dernièrement celle d'une laitue dont elle mâchonnait la dernière feuille avec placidité. Face à Commedia Dell'Arte, jeune princesse, se dressaient d'immenses grilles de fer forgé. La ferraille formait des volutes de métal en forme de fleur, grimpait vers le ciel sans qu'elle puisse en apercevoir le sommet. On ne devait pas s'atteler au balayage souvent ici si elle en croyait l'épaisse couche de poussière qui demeurait sur l'ouvrage. On aurait presque dit de la farine tant elle contrastait sur la ferraille sombre.

Commedia se contorsionna soigneusement pour éviter d'effleurer la chose et en mettre plein sa robe palomino, un peu maladroite dans son corps grandissant trop vite à son goût. Elle était encore pouliche mais plus pour longtemps. Parfois elle était pressée de grandir, de découvrir toutes les possibilités de son art. D'autres fois, souvent en compagnie de Cyrius, elle appréciait son enfance et craignait qu'elle ne disparaisse bien trop vite. L'étalon alezan était l'une des rencontres qui avait ponctué son voyage et elle avait décidé que s'il aspirait au trône elle pouvait bien être une princesse puisqu'il était son papa adoptif, papa pédophile à ses heures perdues. Elle-même occupait son temps libre avec l'exploration du Cimetière d'Horse-Wild. Ses pas l'y avait menée sans véritable raison et Baba Yaga s'était dégonflé devant les grilles. Elle lui prouverait qu'elle, au moins, était assez courageuse pour le traverser.

Commedia : Je ne suis pas une peureuse, moi ! (marmonna-t-elle pour elle-même.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ezaël

avatar

ÂGE : 22
PUF : Kan'
MESSAGES : 403

SEXE DU CHEVAL : Étalon

Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Je ne suis pas une peureuse, moi !   Sam 21 Oct 2017 - 1:18

Dis moi, est-ce que les morts sont vraiment morts ?
Trop, bien trop de questions qui tournent dans sa tête, tournent tournent comme des girouettes. Elles s'agitent elles s'envolent et il dégringole. Alors qu'il relève la tête, qu'il cligne des yeux, il a peur de cette odeur, cette odeur qui sent le vieux. La mort. La pierre. Le sapin. Quelle horreur, quelle odeur, nauséabonde, et alors qu'il remue la tête pour tenter, en vain, de chasser ses idées noires, il avance. Il fuyait quelque chose, il ne sait déjà plus quoi. C'est vrai, après tout il a peur de tant de choses qu'il les oublie au fur et à mesure. Peut être que son problème vient de là, au fond : s'il se souvenait que ce dont il a eu peur la fois dernière ne l'avait pas mangé, il n'aurait plus si peur la fois suivante. Mais non, il oublie, son esprit se renouvelle sans cesse. Pas pour tout heureusement, mais sa phobie d'avoir peur finit par le prendre aux tripes.

En fuyant je-ne-sais-quoi, le voilà à se faufiler entre les barreaux sales d'une grille. Derrière cette barrière inutile pour un poulain de son âge et donc de son gabarit, se trouvent d'étranges stèles toutes faites de pierres. Certaines sont rongées par la mousse, d'autres sont habillées de lichen, parfois à tel point que les lettres gravées dans la roche sont devenues illisibles avec le temps. Il erre dans le cimetière, sans se douter une seule seconde qu'il marche près de morts.
Heureusement, d'un sens, peut être que s'il le savait, sa peur de la mort le poursuivrait jusqu'à ce qu'il meurt d'épuisement. Clip clop. Clip clop. Il marche sur certaines dalles qui autrefois pavaient savamment les allées. Son regard se porte alors devant lui et il s'immobilise. Tout avait été si calme, pourquoi fallait-il qu'il croise un être bien vivant cette fois ? Le petit irish alla se cacher derrière une tombe, naseaux dilatés, le coeur palpitant. Non, non, non. Laissez moi tranquille. Partez, démons !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Commedia Dell'Arte
Oh what a shame baby now I'm grown

avatar

ÂGE : 21
PUF : PxdxlF
MESSAGES : 265

SEXE DU CHEVAL : Actrice

Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Je ne suis pas une peureuse, moi !   Sam 21 Oct 2017 - 12:26


(Avocat. Japon. Lézard. Vélo. Aimer.)

Le Choeur : Elle est à l'intérieur. Ça y est, elle se dresse dans le Cimetière. La grâce d'un monarque est absente de son corps maladroit. Haflinger elle l'est à moitié et les formes lourdes de la race se dessinent peu à peu sous sa robe de plus en plus épaisse avec le froid qui arrive. Commedia Dell'Arte n'a en effet rien d'un lézard et la lourdeur qui commence à la caractériser la complexe. Elle n'a même pas un an ! A chaque soleil levant elle se réveille dans un corps nouveau, des membres plus gros, un poids plus difficile à soulever pour partir explorer le territoire où on l'a abandonnée. Ce n'est pas comme si elle pouvait en parler à Cyrius, il a beau être un gentil papa une fois qu'on a passé le côté pédophile, il reste un adulte, et un cheval de race arabe par-dessus tout ça. Il ne comprendrait pas. Elle ne peut pas nier l'aimer comme un père, par contre elle peut vous assurer qu'il n'a pas l'air calé en géographie. Mieux vaut ne pas lui parler du Japon, le pauvre confondrait avec du jambon... Il se ferait l'avocat de la gastronomie pour lui prouver par A + B qu'on ne mangeait pas de jambon quand on était un équidé. Comme si la pouliche avait besoin qu'on lui explique ce genre d'évidences ! Elle secoue la tête à cette pensée et remonte une allée du Cimetière au petit trot, maudissant le déplacement malaisé. Soudain, une ombre l'arrête dans son élan. On dirait un vélo comme ça de loin, appuyé contre une tombe sans le moindre respect pour l'enterré. Son sang ne fait qu'un tour et elle hurle d'une façon tout aussi déplacée que l'accusé.

Commedia : NAN MAIS CA VA PAS ? C'EST QUOI CE MANQUE DE RESPECT ? ECARTEZ VOUS TOUT DE SUITE DE CETTE TOMBE, MECREANT !

Le Choeur : Commedia Dell'Arte a du coffre, il faut le savoir. A en réveiller les morts. Et en cette période sombre de l'année, mieux vaut ne pas tenter le Diable, je vois déjà poindre le flanc orange vif d'une citrouille au coin d'une pierre tombale...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Event

avatar

ÂGE : 13
PUF : HW
MESSAGES : 81

SEXE DU CHEVAL : //

MessageSujet: Re: Je ne suis pas une peureuse, moi !   Sam 21 Oct 2017 - 12:29


LA CHASSE AUX FANTOMES

event d'halloween

Il y a un nombre inquiétant de citrouilles dans le coin... serait-ce le repère des fantômes ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aléas
alea jacta est

avatar

ÂGE : 13
PUF : /
MESSAGES : 232

SEXE DU CHEVAL : Dieu.
TERRITOIRE : Une partie des enfers.


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Je ne suis pas une peureuse, moi !   Sam 21 Oct 2017 - 12:29

Le membre 'Halloween' a effectué l'action suivante : Les dés sont jetés.


'Dès d'Aléas' :
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Event

avatar

ÂGE : 13
PUF : HW
MESSAGES : 81

SEXE DU CHEVAL : //

MessageSujet: Re: Je ne suis pas une peureuse, moi !   Sam 21 Oct 2017 - 12:30


LA CHASSE AUX FANTOMES

event d'halloween

Vous rencontrez le fantôme #1. Faîtes le agir à votre guise tout en respectant son caractère.

Fantôme #1

L'esprit farceur. Il tire les crins des chevaux, les fait trébucher ou encore apparaît et disparait pour les faire tourner en bourrique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ezaël

avatar

ÂGE : 22
PUF : Kan'
MESSAGES : 403

SEXE DU CHEVAL : Étalon

Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Je ne suis pas une peureuse, moi !   Sam 21 Oct 2017 - 14:28

Dis moi, est-ce que les morts sont vraiment morts ?
Elle avance, elle met un pied devant l'autre, et se rapproche fatalement de lui. Que fait-il ? Que doit-il faire ? Il n'en sait rien, il a peur. La terreur, la panique, montent en lui comme un verre qui se rempli. Son coeur bat à cent à l'heure, il cogne fort dans sa poitrine. Si fort qu'il en fait presque du bruit. Il reste là, caché, pensant naïvement qu'elle passerait à coté sans le remarquer. Oh Ezaël, si seulement tu savais à quel point tu te trompais. Si tu avais su, tu te serais enfuis sans réfléchir, tu aurais tourné les talons et couru, couru, jusqu'à ce que tu ne saches plus ce que tu fuis. Comme toujours, comme toujours tu oublieras et tu auras de nouveau peur, la fois d'après.

Perdu dans ses pensées, il ne voit pas qu'elle l'a remarqué. Ou du moins, qu'elle regarde dans sa direction. Il ne s'y attend donc pas, lorsqu'elle prend une grande inspiration et crie en s'adressant à lui. La voix puissante qui émane alors de ce petit corps le terrifie encore plus. Tous ses muscles se tendent, ses oreilles s'abaissent pour se cacher dans le peu de crinière qu'il possède. Son coeur qui battait déjà la chamade cogne maintenant tellement fort dans sa poitrine que ça lui fait mal. Il est tétanisé, il a si peur que son cerveau, comme déconnecté, ne le pousse pas à s'enfuir. Pourquoi ? Pourquoi, alors que son instinct de survie lui hurle de s'enfuir, le voilà paralysé à regarder le petit être qui n'est maintenant plus qu'à quelques mètres ? Mystère et boule de gomme.

Comme si cela ne suffisait pas, quelque chose d'irréel se produisit. D'une citrouille gisant non loin de là, une brume blanchâtre s'échappa. Elle virevolta, émettant un léger rire strident, et tourna autour du petit Irish cob déjà terrorisé. Les yeux grands ouverts, presque révulsés par la terreur, Ezaël ne bougeait plus. Peut être qu'on l'oublierait, s'il restait de marbre comme une statue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Commedia Dell'Arte
Oh what a shame baby now I'm grown

avatar

ÂGE : 21
PUF : PxdxlF
MESSAGES : 265

SEXE DU CHEVAL : Actrice

Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Je ne suis pas une peureuse, moi !   Dim 22 Oct 2017 - 9:31


(Mensonge. Poulain. Antibiotiques. Tétine. Ciseaux.)

Le Choeur : Commedia a oublié qu'elle est une princesse. Elle en a oublié sa dignité et à présent qu'elle s'en rend compte elle baisse la tête et tente de trouver un air précieux de futur souveraine, offre sa fragilité aux yeux de son maigre publique. Le poulain a l'air terrifié par son apparition, à moins qu'il n'ait peur de la fumée blanche qui s'échappe d'une citrouille abandonnée... Voilà qui lui rappelle quelque chose... Un fantôme ! La chose se manifeste sous les traits d'un petit enfant, le visage tordu en un sourire qui ne lui dit rien qui vaille. Il a une tétine dans la main et la met dans sa bouche après avoir pris une grande inspiration. Soudain, il expire. Il crache, et la tétine traverse la maigre distance qui sépare le spectre de Commedia pour lui passer au travers. Ça lui fait tout drôle. Loin d'une sensation d'être cisaillée par une paire de ciseaux elle croit se prendre une boule de  neige dans l'épaule et baisse les yeux, ébahie.

Commedia : Quoi... mais, mais je ne t'ai rien fait ! (elle se défend d'une petite voix.)

Le Choeur : Le gamin lui fait une affreuse grimace avant de se tourner vers l'autre poulain auquel il tend gentiment la main, paume ouverte. Il s'approche lentement et tout en lui pue le mensonge si tant soit peu qu'un ectoplasme dégage une quelconque odeur. La pouliche s'approche aussi, inquiète pour l'inconnu auquel elle lance un regard pour lui intimer de dégager, elle doute que le fantôme leur veuille du bien. C'est un peu comme les antibiotiques, ils sont censés vous soigner mais au mauvais moment en trop grande quantité ça vous lessive l'estomac. C'est sûrement le cas ici aussi et elle tente de défendre l'inconnu dans un réflexe protecteur, le pauvre a l'air tétanisé.

Commedia :
Hey ! Laisse le tranquille espèce de tas de plasma ! (elle charge l'enfant.)


Dernière édition par Commedia Dell'Arte le Lun 23 Oct 2017 - 22:27, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ezaël

avatar

ÂGE : 22
PUF : Kan'
MESSAGES : 403

SEXE DU CHEVAL : Étalon

Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Je ne suis pas une peureuse, moi !   Lun 23 Oct 2017 - 2:27

Dis moi, est-ce que les morts sont vraiment morts ?
Peur, peur, peur. Peur se transforme en terreur, encore et encore,
et sa tête, son esprit se retrouvent aussitôt envahis. Son coeur lui fait toujours mal tant il bat férocement au creux de son poitrail, alors qu'il suit des yeux l'apparition prenant la forme d'un petit bipède. Ezaël ne sait pas quelle est cette forme, il n'en n'a jamais rencontré auparavant. Ezaël ne sait rien, il a juste peur et ça il le sait. C'est déjà pas mal d'un certain côté. Non ?

Il déglutit difficilement alors que son regard ébahi suit la tétine lancée à toute allure sur la pouliche. De peur, d'angoisse, il ferme les yeux et se ratatine quand l'objet fantomatique atteint la petite. Il déglutit, se crispe un peu plus avant d'ouvrir un oeil en entendant la pouliche parler. Il est trop préoccupé par la chose translucide qui s'approche de lui pour comprendre les paroles de sa congénère. Ca sent pas bon. Pas bon du tout. La chose tendait son espèce de patte munie de cinq extrémités vers lui. C'était inquiétant, très inquiétant. Son regard passe alors du fantôme à la pouliche, et inversement. Petite navette, il voyage entre l'un et l'autre sans savoir lequel des deux était le plus dangereux, lequel des deux il fallait le plus craindre. Son esprit ne fonctionne pas parfaitement bien, mais il essaie de faire confiance, gros effort. Il recule alors, sa petite tête levée très haut, comme pour se protéger. J'te vois pas tu m'vois pas ? Raté.

Alors qu'il recule en tremblant, il trébuche sur une citrouille de la taille d'une pastèque. Son postérieur droit se prend dans la tige qui relie le légume à son plant et le petit irish cob s'effondre dans l'herbe morne du cimetière. C'est alors emmêlé, restreint par la Nature elle-même, qu'il regarde le fantôme qui vient lui tirer les crins en ricanant. C'en est trop pour le poulain qui se met à pleurer en gémissant, se roulant nerveusement en boule. Il est pitoyable, enroulé dans les lianes, pleurant entre deux tombes poussiéreuses. Quel spectacle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Commedia Dell'Arte
Oh what a shame baby now I'm grown

avatar

ÂGE : 21
PUF : PxdxlF
MESSAGES : 265

SEXE DU CHEVAL : Actrice

Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Je ne suis pas une peureuse, moi !   Lun 23 Oct 2017 - 22:25


(Tombe. Homme-grenouille. Costume. Picorer. Collection.)
Le Choeur : Les tombes se dressent de par et d'autres des deux poulains, projettent sur eux leur ombre angoissante dans laquelle se dessinent les contours des courges. Orange, la collection de citrouille jure avec son compagnon aux couleurs si ternes. Il a les yeux exorbités et la tête dressée ben haut comme pour intimider le spectre, sans succès. Cela a même l'effet inverse et l'Irish Cob s'effondre parmi la verdure qui donne vie au légume, victime de maladresse ou bien d'un complot surnaturel tandis que le fantôme vient lui tirer les crins avec un délice malsain. Commedia atteint le revenant alors que l'autre poulain fond en larmes, emmêlé dans ses lianes. Le spectre disparait dans un cri strident, outré par la charge dont il a fait l'objet.

Commedia : Tu vas bien ? N'aie pas peur, je ne te veux pas de mal... Viens, lève toi, il faut qu'on s'en aille d'ici... (elle murmure pour elle-même) J'espère que Baba va bien...

Le Choeur : Le fantôme réapparaît derrière elle et lui tire la queue, elle pousse un petit cri de surprise et rue pour se débarrasser de lui. Elle s'attèle ensuite à libérer l'inconnu de son piège, arrachant les lianes qui se sont enroulés autour de ses membres de quelques coups de dent. Elle recrache les morceaux de végétation avec une grimace. Ce n'est pas digne d'une princesse tout ça ! L'enfant transparent a disparu tel un homme grenouille dans l'eau et réapparaît un peu plus loin, l'air très fier du costume qu'il s'est confectionné avec une citrouille trouée : il la porte comme une toge et elle perd des morceaux dès qu'il bouge, laissant de quoi picorer aux oiseaux qui ont pour le moment quitté le Cimetière.

Commedia :
Pff, il est moche ! (elle se moque avec un air hautain) Je m'appelle Commedia Dell'Arte et toi ?


Dernière édition par Commedia Dell'Arte le Sam 28 Oct 2017 - 1:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ezaël

avatar

ÂGE : 22
PUF : Kan'
MESSAGES : 403

SEXE DU CHEVAL : Étalon

Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Je ne suis pas une peureuse, moi !   Jeu 26 Oct 2017 - 0:32

Dis moi, est-ce que les morts sont vraiment morts ?
Ouille. Ca fait mal. Il n'est pas grand mais il a déjà le modèle de l'Irish Cob. Il n'est pas gros, pas encore, mais imposant pour un poulain de son âge et ses frêles jambes n'ont pas encore tout à fait l'habitude de le soutenir dans toutes les positions imaginables. Ses muscles le tirent, il est gêné par sa position bien plus qu'inconfortable. Les lianes qui restreignent ses mouvements l'empêchent de trouver une autre position, et le voilà donc l'arrière main empêtré dans les végétaux, les deux antérieurs tendus en avant, plantés dans la chair orangée d'un potiron. Il est un peu trop occupé à tenter de se dégager en vain pour se rendre compte que la pouliche qui l'accompagne dans ces mésaventures est en train de foncer sur le fantôme. Il sursaute donc violemment, surpris, par le cri strident poussé par le spectre. Son regard terrifié se pose alors sur la pouliche qui est maintenant tout près de lui, et il sursaute une fois de plus, dégommant par la même occasion la citrouille empalée par ses pattes.

Ses oreilles bougent un peu dans tous les sens alors qu'il l'écoute parler. Elle ne lui veut pas de mal. Pas de mal, pas de mal, pas de mal. Ouf, peut-être s'est-il enfin trouvé un semblant de paix dans ce monde de terreur ? Peut-être. Qui sait au fond, s'il ne sera pas de nouveau terrorisé par la pouliche dans les minutes à venir. Elle l'observe faire, sursautant en même temps qu'elle lorsque le fantôme vient encore une fois la déranger. Il se surprend alors à sourire, ou du moins à en esquisser un, lorsque le spectre disparait sous la ruade.

Enfin libéré grâce à l'aide précieuse de la pouliche dont il connaîtra bientôt le nom. Il se relève donc, tremblant un peu, ses muscles endoloris ayant du mal à supporter correctement son poids. Le voilà vacillant, à regarder le fantôme déguisé et la pauvre courge en train de se faire émietter. Son regard se tourne alors vers la pouliche qui lui dit son nom après s'être moqué de l'apparition. Ezaël esquisse un sourire, un peu plus vrai que la dernière fois. Commedia Dell'Arte. C'est long, c'est long mais c'est joli. Il réfléchit un instant, semblant chercher comment retenir son nom, comment caser tant de lettres et de sons dans son petit esprit. Il finit par secouer la tête et murmura très bas :

« Je m'appelle Ezaël... Merci de m'avoir aidé... »

Il lui fait un pauvre petit sourire, un peu timide, et reporte son regard sur le fantôme qui venait de laisser tomber les restes de citrouille pour venir se percher sur une tombe, pour leur lancer des morceaux de pulpe juteuse sur la tête. Le petit irish cob fait une moue boudeuse en évitant de justesse un morceau et part se cacher derrière une imposante stèle.


« Peut-être qu'il va finir par se lasser et nous laisser tranquilles... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Commedia Dell'Arte
Oh what a shame baby now I'm grown

avatar

ÂGE : 21
PUF : PxdxlF
MESSAGES : 265

SEXE DU CHEVAL : Actrice

Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Je ne suis pas une peureuse, moi !   Sam 28 Oct 2017 - 1:48


(Echasses. Vertical. Plénitude. Titre. Botte.)

Le Choeur : Commedia rend son sourire à l'autre poulain. Elle est comme dressée sur des échasses avec ses jambes qui grandissent trop vite, encombrée dans ses sabots comme des bottes trop lourdes à porter. Elle n'aimerait pas trébucher et alors même qu'elle esquisse sa pensée le fantôme se matérialise à ses pieds, l'ayant distrait avec son déguisement. Elle s'effondre à genoux devant Ezaël dont elle entend tout juste le nom dans sa chute. Un morceau de potiron lui tombe sur la tête. La citrouille est juteuse mais la pouliche doute que le jus qu'elle répand sur ses crins soit bon pour eux aussi se redresse-t-elle rapidement et, dans un élan de rage loin de la plénitude dont une princesse devrait faire l'expérience, charge encore le fantôme. Une tombe grisonnante l'accueille alors qu'elle freine des quatre fers, se rendant compte qu'Ezaël a probablement raison et que le spectre va les faire tourner en bourrique aussi longtemps que possible. Elle lève donc bien haut la tête, l'encolure aussi verticale que possible, pour reprendre son statut d'aristocrate et revient l'air de rien vers l'autre poulain, évitant comme elle le peut les agressions de l'ectoplasme jusqu'à se mettre elle aussi à couvert derrière la stèle.

Commedia :
Et si on s'éloignait un peu quand même ? Il n'a peut-être pas le droit de s'éloigner des tombes...

Le Choeur : Elle fait déjà quelques pas en direction de la sortie mais se ravise en apercevant d'autres citrouilles de par et d'autre de l'allée centrale du Cimetière. Mieux vaut naviguer entre les sépultures, chuchote-t-elle à l'intention de son compagnon avant de s'élancer parmi les tombes, se frayant un chemin entre elles. Parfois, elle bondit par-dessus une stèle basse sans titre et se retourne pour vérifier qu'Ezaël la suit.

Commedia : Tu as déjà rencontré des fantômes toi ?

Le Choeur : Son ton laisse présager que ce n'est pas son cas et qu'elle est encore sceptique. S'il n'avait pas forme humaine, elle croirait qu'un autre poulain s'amuse à leur faire peur mais là ce n'est vraisemblablement pas le cas. Qui s'amuserait à leur jeter des morceaux de citrouille dessus de toute façon ?! Elle peste intérieurement et hâte le pas, profitant bientôt d'une accalmie. Le jus de courge colle à ses poils dorés et rend ses crins poisseux pour sa plus grande contrariété. Dire qu'ils commençaient seulement à grandir ! Elle soupire lourdement, posant une question de plus sans même envisager que le poulain puisse être dans la même situation qu'elle et avoir besoin d'un peu de tact comme ce fut son cas.

Commedia : Où sont tes parents ? Ils pourraient peut-être nous aider !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ezaël

avatar

ÂGE : 22
PUF : Kan'
MESSAGES : 403

SEXE DU CHEVAL : Étalon

Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Je ne suis pas une peureuse, moi !   Ven 3 Nov 2017 - 17:30

Dis moi, est-ce que les morts sont vraiment morts ?
Il a à peine le temps de se remettre de ses émotions que déjà le fantôme décide de taquiner la pouliche. Ezaël observe alors, indécis sur ce qu'il doit faire, la pouliche fonçant sur une tombe. Il ferme les yeux, reculant un peu la tête en arrière, comme s'il avait peur de se prendre la pierre dans la tronche. Le voilà dans une position étrange, jambes tendues, tête en arrière et dents serrées. Il reste ainsi quelques secondes puis entre-ouvre un oeil pour voir si Commedia s'en était sortie. Il poussa alors un soupire de soulagement, la voyant revenir, toujours avec le fantôme taquin pas loin. La voilà maintenant à ses côtés, à l'abris derrière la stèle qui lui servait de refuge. Il tourne la tête vers elle, clignant plusieurs fois des yeux en essayant d'intégrer ce qu'elle venait de dire. S'éloigner, s'éloigner.. Fuir. Encore fuir. Ça c'en était une, de très très bonne idée. Il hocha vivement la tête et entreprit de suivre la pouliche, pressé de s'en aller. Seulement, la voilà à se raviser, changeant de direction. Ezaël, peut être un peu trop pressé, la suivait de trop près pour s'arrêter. Alors qu'elle finissait de chuchoter son changement de direction, le petit irish lui fonçait dedans. Boum.

Un peu sonné, il mit du temps à s'excuser mais la pouliche était déjà en train de s'en aller à vive allure parmi les sépultures. Il essaie de la suivre, zigzagant entre les tombes, ne se sentant pas assez habile de ses jambes pour suivre le chemin bondissant de la pouliche. La question le surprend. Des quoi ? Des Fantômes ? Il ne sait pas vraiment ce que c'est, donc il en déduit qu'il s'agit du bipède. Ca s'appelle donc un fantôme. Il essaierait de le retenir.

« Non, je n'en n'avais jamais vu... Ce sont des créatures bizarres, perchés sur leurs deux pattes... »

Il la suit toujours alors qu'ils s'éloignent aux environs du cimetière. Les tombes se font plus rares et les voilà bientôt devant la grille qu'ils avaient franchis pour entrer. La second question de la pouliche lui fit presque mal. Mélange de surprise et de douleur, il s'arrêta dans sa course et secoua la tête. Parents, parents. Même s'il en avait vraiment eut, ils ne l'auraient certainement pas aidé. Son regard tourmenté se pose alors sur la pouliche et il finit par murmurer.

« Je crois qu'ils sont bien trop loin d'ici et qu'ils se ficherait pas mal qu'il m'arrive quoi que ce soit. »

Il se force à sourire, paraître un peu moins touché par la petite tragédie qu'était sa vie. Bientôt il fuirait de nouveau et tout recommencerait à zéro dans son esprit. Il gratta un peu le sol, commençant déjà à oublier comment il était entré dans le cimetière. C'était compliqué, dans sa tête...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Commedia Dell'Arte
Oh what a shame baby now I'm grown

avatar

ÂGE : 21
PUF : PxdxlF
MESSAGES : 265

SEXE DU CHEVAL : Actrice

Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Je ne suis pas une peureuse, moi !   Dim 5 Nov 2017 - 14:39


(Scène. Division. Barricade. Douze. Susciter.)

Le Choeur : Commedia galope et ignore la douleur sourde qu'elle sent poindre dans son postérieur gauche. Sa cuisse est encore sonnée plus qu'endolorie et elle n'en veut pas à son acolyte, comprenant bien qu'il ne l'a pas fait exprès contrairement à l'esprit qui les poursuit. Soudain, Baba Yaga surgit de l'ombre, tapis entre les pierres tombales et se dresse sur l'une d'elles, une réserve de peaux de bananes entre les mains. Elle comprend mieux ce qu'il a pu faire pendant qu'elle ralliait le cimetière sans lui et l'encourage d'une vive voix tandis qu'il jette ses projectiles jaunes sur le fantôme et se sert des tombes comme d'une barricade. Elle n'attend pas son reste cependant et continue de fuir jusqu'à ce que les sépultures se fassent plus rares. La grille qu'elle a franchi pour entrer dans le lieu de repos des morts -pas tous en train de dormir malheureusement- se dresse devant elle et la pouliche se retourne vivement, craignant ne pas avoir échappé au spectre. Il n'y a plus une seule courge orangée autour d'eux. Elle en déduit qu'ils sont enfin tranquilles et se tourne vers l'autre poulain, réalisant soudain sa maladresse. Il est tout seul pour la même raison qu'elle.

Commedia : Mon papa m'a amenée ici... (une pause.) Il m'a laissée là.

Le Choeur : Elle sourit tristement après sa confession et détourne les yeux pour contempler la silhouette bondissante de Baba Yaga qui les rejoint. Tarzan dans le cimetière, le singe atterrit finalement sur son dos dans une cascade digne d'une scène d'action après un parcours sportif de douze tombes grises. Commedia s'en veut d'avoir rendu Ezaël triste et cherche un moyen de se rattraper, voulant susciter un rire au lieu des larmes. Elle décide de lui changer les idées en faisant diversion avec une division des tâches.

Commedia : La porte s'est refermée depuis que je suis passée, comment es-tu entré ? Tu peux essayer t'en souvenir pendant que je cherche un moyen de l'ouvrir ou un trou pour sortir ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ezaël

avatar

ÂGE : 22
PUF : Kan'
MESSAGES : 403

SEXE DU CHEVAL : Étalon

Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Je ne suis pas une peureuse, moi !   Dim 3 Déc 2017 - 22:59

Dis moi, est-ce que les morts sont vraiment morts ?
Il finit par la rejoindre malgré sa lenteur. Les tombes se faisaient de plus en plus rares, parsemant la zone. Comme la pouliche sautait, elle faisait s'élever de la poussière des sépultures. Le poulain toussa légèrement, la tristesse l'ayant envahi et enserrant son coeur. C'était quoi, d'être aimé ? Qu'est ce que ça faisait ? Est-ce que c'était quelque chose de chaud, de doux, pour combler le froid vide de son coeur ? Sa poitrine se serra violemment, comme un spasme. Il eut mal, très mal, dans son petit coeur. Les larmes dévalèrent ses joues salies par la poussière, creusant un sillon propre et clair sur ses poils grisés. Il toussa encore une fois, la poussière gênant sa respiration. Le poulain finit par secouer la tête comme pour chasser la tristesse et les mauvais souvenirs de son esprit. Seulement, la phrase de la jeune femelle ramena tout cela d'un coup, comme une baffe, dans la tête du petit irish. Ezaël la regarda, au moins aussi triste pour elle que pour lui. Il ne savait plus quoi faire ni où se mettre. Il se sentait mal, extrêmement mal. Si mal qu'il n'avait pas remarqué le singe qui approchait pour rejoindre la pouliche.

« Je suis désolé... Peut être qu'on peut se tenir compagnie tous les deux..? »

À peine finit-il sa phrase que le singe atterrit sur le dos de la dorée. Game over, disjoncté. Reboot ? Ezaël s'arrêta et ne bougea plus d'un poil, tétanisé et sonné par la surprise. Il était déconnecté. Les neurones tentaient de se reconnecter entre eux. Mais non, rien. Une étincelle puis ça saute de nouveau. La peur l'envahissait à tel point qu'il n'arrivait plus à rien. Sa respiration devenait hachée au fil du temps, comme si même ses fonctions vitales prenaient une pause. Son coeur rata un battement, puis deux. Le troisième fit ciller le poulain. Ses antérieurs lâchèrent alors qu'il poussait un soupir, ses poumons se vidant sous le choc de sa chute.

Comme un déclencheur, tout repartit. Le système avait redémarré et tout avait reprit ses fonctions. Tout sauf la mémoire du poulain. Il regarda autour de lui, perdu. Son regard vide se posa sur Commedia et il pencha la tête, intrigué. Il resta désespérément muet, sans la reconnaitre. Il avait oublié. Encore une fois, il avait oublié.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Commedia Dell'Arte
Oh what a shame baby now I'm grown

avatar

ÂGE : 21
PUF : PxdxlF
MESSAGES : 265

SEXE DU CHEVAL : Actrice

Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Je ne suis pas une peureuse, moi !   Dim 10 Déc 2017 - 1:09


(Fille. Naviguer. Tour Eiffel. Pis. Identification.)

Le Choeur : Derrière Commedia, Ezaël est pris d'une quinte de toux. Elle s'arrête et se retourne, inquiète pour ce poulain qui a l'air plus timide qu'une fille. Il a l'air de déborder de tristesse et de s'identifier à elle. La pouliche n'est pas en détresse cependant, elle ne veut pas qu'on se serve d'elle pour une identification qui n'aurait pas de sens : elle est une princesse aujourd'hui, demain elle sera un gueux. Aujourd'hui cependant, on lui propose de lui tenir compagnie et elle sourit gracieusement à Ezaël. C'est gentil de sa part. Galant même. Il pourrait être son chevalier servant. Cela lui plairait, d'avoir un étalon qui lui est dévoué.

Commedia : Oui. Oui on peut. Ça me plairait. (elle en est presque timide.)

Le Choeur : Soudain le poulain se fige. Comme tétanisé sur place il fixe Baba Yaga sur le dos de Commedia, dressé tel la Tour Eiffel. Puis, il y a la respiration saccadée, la chute. La pouliche prend peur et se précipite vers lui. Il la regarde sans avoir l'air de la reconnaître. Elle ne comprend pas, bien sûr. Ses yeux n'ont de cesse de naviguer entre le poulain prostré au sol et l'ombre du singe sur son dos. Fait-il une allergie aux poils de singe ? Non d'un pis de vache ! C'est peu probable...

Commedia : Ezaël ? Ça va ? Tu fais une allergie aux poils de singe ? Tu veux que Baba Yaga s'en aille ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ezaël

avatar

ÂGE : 22
PUF : Kan'
MESSAGES : 403

SEXE DU CHEVAL : Étalon

Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Je ne suis pas une peureuse, moi !   Dim 10 Déc 2017 - 1:33

Dis moi, est-ce que les morts sont vraiment morts ?
Il a tout oublié. Tout s'est évaporé, comme une goutte d'eau sur un rocher brûlé par le soleil. Sa tête dodeline et son esprit brumeux n'arrive pas à distinguer le vrai du faux, l'illusion de la réalité, le rêve des souvenirs. Elle lui dit quelque chose. Oh ça oui. Mais il ne saurait mettre un nom sur ce visage, il ne saurait pas non plus expliquer pourquoi il était là, affalé. Tout s'était dissolu dans son esprit. Rien n'était rangé, les petites cases étaient toutes éparpillées. Il s'en veut soudain, alors que la pouliche prononce son nom. Il la connaît. Il est censé la connaître... Mais rien ne lui vient. Amnésie, le vide total. Le néant.

« Pardon.. Pardon je... Je ne... »

Il s'arrête. Il n'ose pas lui dire. Il s'en veut encore plus, il ne l'a pas prévenue. Pourquoi ? Il avait certainement trop peur. Comme toujours. Mais lui même ne se rend jamais vraiment compte de ce qui lui arrive. Il déglutit difficilement et essaie de se redresser. Mais ses muscles refusent de répondre. Il lui faudra encore un peu de temps, plus de temps... Peut être trop de temps. Il frémit, il a froid soudain. Il se sent vide, vide de souvenirs, vide de sentiments, vide, vide et froid.

« Je ne me souviens pas... »

Il est penaud et la regarde, les larmes embuant ses yeux. Il est sincèrement désolé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Commedia Dell'Arte
Oh what a shame baby now I'm grown

avatar

ÂGE : 21
PUF : PxdxlF
MESSAGES : 265

SEXE DU CHEVAL : Actrice

Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Je ne suis pas une peureuse, moi !   Dim 10 Déc 2017 - 23:52


(Axe. Panthéon. Remorque. Chinois. Betterave.)

Le Choeur : Il ne la reconnaît pas. Commedia Dell'Arte s'en rend bien compte sans que cela soit tout à fait actif, comme le sont souvent les choses incroyables. Soudain, le temps a dévié de son axe et Ezaël semble revenu en arrière, avant leur rencontre, avant qu'elle ne soit parvenue à le rassurer assez pour lui parler et la pouliche craint qu'il ne se laisse pas faire cette fois non plus. Cette fois cependant, plus que terrifié il a l'air sur le point de pleurer. Cela lui brise son coeur de petite fille et elle bat des cils pour ne pas fondre en larmes avec lui. C'est si triste ! Une part de son esprit note l'idée, amnésique, un bon personnage pour de prochaines rencontres. Pas pour Ezaël cependant et elle prend ses airs de princesse dans l'espoir de le rassurer, c'est sa façon à elle de lui montrer qu'il n'est pas tout seul.

Commedia : Je ne sais pas ce que tu as mais je suis sûre que ça ira ! Viens, je vais te présenter à mon papa adoptif, c'est un étalon bien connu, il a même un royaume, je suis sûre qu'il t'aidera.

Le Choeur : Elle est prête à l'emmener avec elle comme on tire une remorque et sur son dos Baba Yaga tire une tête de betterave, les yeux plissés comme un chinois. Il n'aime pas beaucoup Cyrius, l'étalon alezan le lui rend d'ailleurs bien. Dans le panthéon des singes, son père adoptif ne se trouve pas bien haut. Commedia le place pourtant sur un piédestal. Elle s'approche de la grille pour tenter de sortir, sans succès. Tournant la tête vers Baba pour lui suggérer de l'aider elle fait les gros yeux au singe qui caquète narquoisement, décidant de faire de la résistance pour retarder l'échéance. Il semble cependant reconnaître la menace d'une séance de rodéo et se met au boulot, sautant sur la grille pour crocheter la serrure. Elle claque de la langue, approbatrice, avant de se souvenir d'Ezaël qui lui, n'a aucune idée de qui elle est. Commedia garde pour elle leur mésaventure avec les fantômes, ne voulant pas le traumatiser plus qu'il ne l'est déjà.

Commedia : Oh, j'ai oublié le plus important. Je m'appelle Commedia Dell'Arte, je suis une princesse et mon singe de compagnie s'appelle Baba Yaga. (elle sourit aimablement.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ezaël

avatar

ÂGE : 22
PUF : Kan'
MESSAGES : 403

SEXE DU CHEVAL : Étalon

Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Je ne suis pas une peureuse, moi !   Lun 11 Déc 2017 - 1:37

Dis moi, est-ce que les morts sont vraiment morts ?
Il l’observe, mal à l’aise. Il s’en veut d’avoir oublié. Il s’en veut parce qu’il a bien l’impression de la connaître et qu’elle ne mérite pas qu’on l’efface de sa mémoire. Il a aussi l’impression de se réveiller d’un rêve, mais surtout en plein milieu de quelque chose, comme s’il avait raté le train des souvenirs. Mais rien ne lui revient d’autre qu’un vide béant. Rien, pas même comment il est arrivé ici. Il est surpris, très surpris. D’habitude il se souvient au moins de la période précédente, et à force d’oublis il peut reconstruire le fil de son passé. Mais pas cette fois. Tout s’arrête brusquement, et il n’arrive pas à comprendre pourquoi. Il déglutit comme il peut malgré sa gorge serrée, essayant de faire passer l’amnésie comme il le peut. Elle lui parle alors. Elle parle d’un papa adoptif, qu’il pourrait l’aider. L’espoir renaît dans ses pupilles et il la regarde comme si elle allait lui sauver la vie.

« Tu crois qu’il pourrait m’aider ? »

Il y croit, oh oui il y croit dur comme fer. Il s’accroche au peu d’espoir qu’il a encore, il s’y accroche de toutes ses forces. Peut-être pourrait-il guérir. Peut-être qu’il pourrait devenir normal, arrêter de déconnecter et d’oublier. Peut-être.. L’espoir fait vivre comme on dit.

Elle bouge alors et s’approche de la grille, semblant discuter avec son singe. Par magie la grille s’ouvre, Ezaël ne comprend pas trop comment ni pourquoi mais il ne cherche pas. Il se lève, vacille et s’ébroue. Il avance et la suit sagement, même si cela peut être un piège. Il n’a pas peur, pas cette fois. Pas tout de suite. Elle lui rappelle son nom et il sourit, le répétant sagement pour essayer de le graver, même si ça ne servirait pas à grand chose s’il déconnectait de nouveau. Mais il essaie, au moins. Il essaie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Commedia Dell'Arte
Oh what a shame baby now I'm grown

avatar

ÂGE : 21
PUF : PxdxlF
MESSAGES : 265

SEXE DU CHEVAL : Actrice

Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Je ne suis pas une peureuse, moi !   Mar 12 Déc 2017 - 23:57


(Baril. Chanson. Longueur. Vélodrome. Poulet.)

Le Choeur : Commedia vient de donner de l'espoir à un être qui n'en a probablement plus depuis longtemps. Elle a grand coeur, mais pas toujours les moyens d'en être à la hauteur. Baba Yaga caquète en crochetant la serrure, une chanson que lui seul comprend et soudain les grilles s'ouvrent pour les laisser passer. Fière de son ami simiesque elle lui promet un baril de jus de banane bien visqueux, il en raffole. Le singe se réinstalle sur son dos et elle se dit qu'il ferait un tabac dans un vélodrome, pour peu qu'il parvienne à pédaler. Allez poulet, tu peux gagner !

Commedia : J'en suis certaine !

Le Choeur : Elle l'affirme avec conviction parce qu'elle n'en doute pas et tous deux partent à la recherche de Cyrius. Ils ont beaucoup de territoires à traverser pour rejoindre les Terres Trompeuses et ce n'est même pas sûr d'y trouver son père adoptif mais elle explique à Ezaël tout ce qu'il faut savoir pour cela, comme ça même sans elle il pourra continuer à le chercher. La longueur du trajet ne lui fait pas peur, elle est en de bonne compagnie et si le poulain oublie, elle lui répétera tout ce que sa mémoire n'aura pas su garder.

(Tombée de rideau.)

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Je ne suis pas une peureuse, moi !   

Revenir en haut Aller en bas
 
Je ne suis pas une peureuse, moi !
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Noob, je suis un noooob!
» ATTENTION K-PLIM JE SUIS CONTRE TOUT RECYCLAGE DE RENE CIVIL...JWET SE JWET ...
» Je suis folle. Et toi?
» Je suis démocrate !
» Lindsay River ?« Je suis l'unique créatrice de mes Désirs »

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Horse-Wild :: LES TERRES DE LA VIE. :: LE CIMETIÈRE-
Sauter vers: