Jeu de rôle équin
 
AccueilS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Parasites - Libre

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Ecalipse
rp plus vite que son ombre

avatar

ÂGE : 19
PUF : Léthé
MESSAGES : 238

SEXE DU CHEVAL : Déesse
TERRITOIRE : En quête des Terres Secrètes


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Parasites - Libre   Mar 18 Juil 2017 - 6:58

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Parasites
Ecalipse

Elle avait longuement marché sous un soleil de plomb, et se trouvait donc épuisée. Elle avait dû traverser une grande partie des terres d’Horse Wild sans s’arrêter avant d’arriver ici. Le soleil était bas dans le ciel, et l’endroit empestait le fauve. Trop fatiguée pour réellement y prêter attention, Ecalipse s’était aventurée dans les rocheuses sans craindre réellement le danger. Elle ne désirait qu’une chose ; se reposer un peu.
Après tout, il n’y avait plus l’ombre d’un dominant par ici, à quoi bon s’inquiéter ?

Ses pas étaient lourds sur le sol à la couleur roussie, et à chaque sabot qu’elle posait, un nuage de poussière s’élevait. Elle ne regardait pas vraiment où elle allait, la tête basse –elle était bien trop fatiguée pour la tenir haute. Parfois, elle jetait un coup d’œil aux espèces de brèches ridicules que certains appelaient grottes ; elle avait des goûts de luxe, après tout. Lorsqu’elle eut trouvé une grotte convenable, elle alla s’y installer pour y faire une sieste.

Un grognement la réveilla, quelques heures plus tard. Le soleil avait disparu. Elle plaqua ses oreilles contre son crâne lorsqu’elle ouvrit les yeux, découvrant un puma face à elle –par chance, elle ne s’était pas couchée pour piquer son somme. Énervée d’avoir été ainsi perturbée dans son sommeil, elle frappa le sol de son sabot et ronfla.
Le fauve s’élança aussitôt face à elle. Elle montra le blanc des yeux et se leva à peine sur ses postérieurs –hors de question d’offrir son ventre aux crocs et aux griffes du prédateur. D’un coup de sabot bien placé, elle parvint à éloigner l’animal pendant un instant, le temps de lui tourner le dos pour lui offrir un bon coup de cul en pleine face. Manque de chance ! Ses sabots ratèrent le puma, qui se jeta contre sa croupe. Sentant les griffes s’infiltrer dans sa chair et la faire saigner, elle hennit avant de se débattre, usant de coups de cul et de sauts de mouton pour le faire lâcher prise.

Puisqu’il ne semblait pas décidé à la lâcher, elle ronfla et recula jusqu’à aller s’écraser contre la paroi de la grotte. Enfin, le puma lâcha prise, mais cela ne lui suffit certainement pas ; il revint à la charge, l’attaquant à l’épaule en y plantant ses griffes, puis ses crocs. Ecalipse tourna la tête et le mordit violemment à l’oreille, puis à l’abdomen. Un bout de peau coincé entre ses dents, la dérangeant et la dégoûtant même quelque peu, elle continua de bondir en tous sens, jusqu’à se libérer enfin des griffes du fauve.
Ceci fait, elle n’attendit pas une seconde pour se retourner et l’écraser de tout son poids, plusieurs fois, laissant ses sabots lui retomber dessus à plusieurs reprises.

Elle cessa ce manège lorsqu’elle n’entendit plus le souffle du félin. Elle regarda le prédateur. Mort. Sa respiration était saccadée, et elle regarda un peu ses blessures –de nettes traces de griffures marquaient sa croupe, et son épaule portait la marque de griffes et de crocs. Elle siffla, léchant son épaule pour tenter de calmer la douleur.
Un bruit non loin la fit se figer. Ses quatre sabots s’ancrant presque dans le sol, l’œil alerte, elle s’apprêtait à combattre un second fauve s’il le fallait ; ce n’était certainement pas un foutu puma qui allait l’achever !



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Collapsing
El conquistador

avatar

ÂGE : 26
PUF : Winterstorm
MESSAGES : 518

SEXE DU CHEVAL : stallion
TERRITOIRE : Secret's King - Maybe ~ -


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Parasites - Libre   Jeu 7 Sep 2017 - 16:09

La lumière des Ténèbres demeurera toujours dans ton coeur, mon amour.

Le Soleil demeurait haut dans le ciel. Tout n'était que Lumière dans cet endroit, tout n'était que joie. En fait, tout n'était que ... Bonheur ? N'était-ce pas dérisoire tout cela. Ne dit-on pas que le Monde entier n'est que dérisoire ? Des Guerres ne cessaient de gronder au loin, des explosions ne faisaient que s'accroitrent dans ce bas monde & des êtres vivants ne cessaient de disparaitre. Mais bon, c'était le cycle de la vie n'est-ce pas ? L'Humanité ne vit que pour cela. Mais le cheval aussi. On le considère comme l'animal le plus noble au monde ... Mais si certaines personnes voyaient ce qu'il en était réellement, elles seraient surprises. L'animal était beau en soi, mais ce qu'il vivait était complètement différent. En effet, les bagarres pour les territoires sont très fréquentes, les meurtres pour le trône aussi, mais les saillies simplement pour avoir des héritiers étaient le pire je pense. En fait, le cheval était le compagnon idéal pour les hommes. Il l'a souvent accompagné : que ce soit dans les guerres, les combats tout autre mais aussi les compétitions. En fait, le cheval gouverne le Monde depuis sa toute première création. & tout le monde le savait mais personne n'osait encore se l'avouer.

Il faisait chaud aujourd'hui. Comme je le disais précédemment, le Soleil était très haut dans le ciel aujourd'hui. Certains oiseaux osaient l'affronter en volant haut dans le ciel : des vautours surtout, mais sinon aucun autre animal n'était présent. A quoi bon vagabonder dans un tel endroit quand il fait si chaud ? Cela ne servirait absolument à rien, à part peut-être transpirer pour tomber malade. Souvent quand il fait aussi chaud, il faut savoir que la température baissait tout autant : on pouvait vite mourir de froid. Mais surtout de solitude & de lassitude. Un sabot. Tu venais tout juste d'arriver sur ces terres arides, tu venais tout juste de poser un pied sur un sol que tu avais toujours rêvé de voir. Tu aimais cette chaleur. Tu aimais cette ambiance glauque & morbide. Pourquoi ? Tout simplement car tu te sentais réellement à ta place, tu sentais que c'était ici chez toi. Tu avais comme qui dirait l'impression que tu connaissais cet endroit, que tu étais déjà venu ici auparavant : peut-être dans une vie antérieure qui sait. Un fouettement de queue & tu tournas ton unique oeil valide vers l'horizon. C'était beau. Réellement. L'enfer était là & tu aimais cela. Un regard à droite, un regard à gauche & un ricanement sortit de ta bouche. Un ricanement sadique. C'était ton territoire, tu le savais. Ô non pas qu'il voulait absolument gouverner ici, mais il voulait surtout garder cet endroit comme pied estale, comme endroit pour observer le monde entier.
Un pas, puis deux. & te voilà en route pour ta nouvelle vie. Oh certes cela faisait bien quelques mois, voire quelques années que tu te trouvais sur ces terres mais tu n'avais encore jamais réellement visité ici. Tu avais entendu parler de cet endroit, tu en avais entendu parler comme un endroit désolé, mais c'était complètement différent pour toi. Tu finis par descendre doucement un petit sentier rocailleux tout en observant autour de toi. Tu aimais déjà ce bruit : ce bruit de pierre roulant sur tes sabots, mais aussi de ce semblant de vent s'engouffrant dans ta crinière. Mon dieu, ce que c'était bon ! Tu glissas. Tu faillis tomber. Mais contrairement à ce que pouvaient penser certains chevaux, tu n'eus peur : non au contraire, tu aimais cette sensation. Tu aimais cette sensation d'adrénaline. Tu aimais réellement vivre au gré du danger. De toute façon, n'étais-tu pas né pour mourir en soi ? Mais tu avais un but avant tout. Tu marchas. Tu ne savais pas depuis combien de temps tu marchais, mais tu savais que tu aimais cela. Ta robe noire était petit à petit maculée de sable roux. En réalité, tu devenais rapidement flamboyant. Tu ressemblais alors à ce que tout le monde dit : le Diable en personne. Tu faisais peur en étant ainsi : roux, un oeil vitreux & la crinière collée à l'encolure. On pourrait croire que tu sortais tout droit des Enfers & tu aimais cette impression que tu offrais. Tu tournas le regard & un puma s'enfouit en te voyant, un couinement sortant de sa gueule. Tu faisais peur même aux plus grands prédateurs ... Si ce n'était pas beau tout cela ? Un sourire & tu continuas ta marche.
La nuit tomba. Elle était tombée rapidement cette peste en réalité ... Mais ce n'était pas grave. Tu avais repéré une jolie petite grotte où pouvoir te reposer. Alors prenant le trot, tu descendis un sentier & y entra. T'ébrouant rapidement, tu allas au fond de cette dernière & te couchas. Tu n'avais peur de rien, alors pourquoi dormir debout ?

Un grognement, des bruits sourds ... Puis plus rien. Depuis le début tu avais observé la scène. Depuis le début tu avais remarqué ce puma qui était entré dans la grotte. Depuis le début, tu avais comprit ce qu'il voulait. Il aurait pu venir vers toi, mais tu puais tellement la Mort, que même les Vautours t'évitent. Alors oui, tu avais regardé cette jument se défendre puis tuer l'animal. Elle était forte la cruche. Réellement. Quand tout fut terminé, tu te relevas rapidement & t'ébroua dans un grognement. Elle t'avait remarqué. Mais de toute façon, c'est ce que tu voulais en réalité. Tu voulais qu'on te voit, tu voulais qu'on te remarque & qu'on te prête allégeance par la suite.

" Une proie tuant un prédateur ? " Un ricanement sortit de ta bouche, tel celui du Malin face à un Homme. " Si ce n'est pas incongru comme situation. "
[/justify]

Puis tu fis un pas. Tu ressemblais réellement au Malin en personne avec cette robe poussiéreuse, cet oeil invalide & cette crinière collée à ta peau.[/font]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ecalipse
rp plus vite que son ombre

avatar

ÂGE : 19
PUF : Léthé
MESSAGES : 238

SEXE DU CHEVAL : Déesse
TERRITOIRE : En quête des Terres Secrètes


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Parasites - Libre   Sam 7 Oct 2017 - 15:53

parasites

Une proie tuant un prédateur ?  Un ricanement suivit cette question idiote. Si ce n’est pas incongru comme situation.

Elle soupira. Pas de second combat, apparemment. Juste un pauvre spectateur du triste spectacle. Les yeux de la jument cherchèrent ceux, éteints, du cadavre à ses sabots. Il n’était plus rien qu’un amas d’os et de peau, pantin inanimé et tout ensanglanté. Elle haussa les sourcils, presque habituée à ce genre d’horreurs, s’avançant d’un pas sûr vers l’étalon, dont elle ne distinguait que les courbes. Une fois tirée de son abri, Ecalipse admira l’autre dont les traits se dessinaient sous la pâle clarté de la lune. Ses oreilles pointées vers l’arrière, elle s’arrêta à deux bons mètres de lui.

Elle n’aurait su dire de quelle couleur était sa robe, bien trop poussiéreuse. Ses crins s’accrochaient, comme des milliers de pattes d’araignée, à son encolure aux teintes grisâtres. Elle tenta de capter son regard, et vit son œil invalide. Un semblant de rictus tordit ses lèvres.
Autour d’eux, la terre avait semblé se déchaîner, tout n’était qu’odeur de mort, et poussière. Et tous deux se regardaient avec ce même air supérieur et moqueur, bien que l’autre eut l’air paré de toutes ses folies ce jour-ci, là où Ecalipse restait plutôt lucide.

Deux guerriers sur un champ de bataille, voilà ce qu’ils semblaient être ; trop méfiante, peut-être même trop méchante, Ecalipse gardait son canon pointé droit vers lui.

Que fais-tu ici ? Ses oreilles couchées et son air peu aimable lui donnaient encore plus mauvais genre que son impolitesse ; elle renifla et grinça des dents. C’est toi qui empeste la mort ?
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Collapsing
El conquistador

avatar

ÂGE : 26
PUF : Winterstorm
MESSAGES : 518

SEXE DU CHEVAL : stallion
TERRITOIRE : Secret's King - Maybe ~ -


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Parasites - Libre   Sam 7 Oct 2017 - 18:34

Le chevalier noir rencontra le Dragonnier.

Un conflit se crée souvent par hasard. Tout se crée par hasard dans la vie, que ce soit des liens ou tout simplement un conflit. Quoique, un conflit survient souvent à cause d'un malentendu, d'un quiproquos qui est malheureusement mal comprit. Ne dit-on pas qu'une guerre est souvent déclarée à cause d'un mot de trop, un ton beaucoup trop élevé ou une parole qu'on n'aurait pas du prononcer. Ne dit-on pas qu'un pays puissant déclare souvent une guerre à un autre à cause d'un objet qui n'aurait pas du être là, ou tout simplement à cause d'une insulte subtilement prononcée ? Tout le monde le savait. C'est pourquoi certains êtres humains évitent tout simplement de parler ou tout simplement de prononcer une parole qui pourrait être mal interprétée. C'est sans doute pour cette raison que les présidents, de n'importe quel pays, parle avec une telle dextérité, qu'ils évitent de parler d'un incident national : car ils savent parfaitement que cela provoquera une guerre civile. L'intelligence se prouve ainsi, en sachant autant manipuler les gens que les mots. Le conflit vit en chacun de nous, il rythme la vie de n'importe quelle personne : que ce soit humain ou animal. Il permet de pimenter légèrement sa vie, mais aussi de pouvoir se mettre à l'épreuve & pouvoir voir à quel point nous avons le sang froid.
Le conflit est souvent inter-racial ou inter-sexuel. En effet, il vit en chacun de nous, mais il survient aussi dans n'importe quelle espèce, mais aussi avec n'importe quel sexe qu'il soit. C'est sans doute pour cette raison que tu laissas la chose se faire tout naturellement, tu laissas la jument te sonder ainsi que rejeter sa haine sur toi. Tu eus même un mouvement en avant vers elle : si elle croyait réellement te faire peur, tu lui rigolerais facilement au nez. Tu n'as pas eu peur d'un dieu, alors pourquoi aurais-tu peur d'une jument qui venait de tuer un fauve ? Ce serait un comble tout de même. Ses paroles étaient agressives, autant que sa posture. Mais la peur ne planait aucunement autour de toi. Pensait-elle réellement qu'un chevalier noir aurait peur d'un dragon crachant du feu devant lui ? Lancelot n'avait pas eu peur d'Arthur quand il l'a défié pour avoir Guenièvre, alors non tu n'aurais aucunement peur d'elle. Elle était impressionnante, certes, mais elle restait tout de même une jument. Tu les pensais faibles & tu continuerais à le penser : Ocean Pëarl n'avait pas cessé de te le prouver lors de votre rencontre. Elle se pensait puissante ? Si elle savait, pauvre petite. Un ronflement des naseaux traversa ton chanfrein tandis que tu secouais la tête, comme gêné par une bête quelconque.

" Bonjour déjà, non ? " répondis-tu avec une pointe de moquerie, tandis que tu t'avançais vers elle, calmement & lui tournas autour. " Je n'ai pas tué de prédateur, contrairement à toi, me semble-t-il ? " Puis tu te stoppas devant elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ecalipse
rp plus vite que son ombre

avatar

ÂGE : 19
PUF : Léthé
MESSAGES : 238

SEXE DU CHEVAL : Déesse
TERRITOIRE : En quête des Terres Secrètes


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Parasites - Libre   Sam 7 Oct 2017 - 20:35

parasites

Bonjour déjà, non ?

Ecalipse leva la tête, ses oreilles toujours vers l’arrière, grinçant des dents. Elle dévoila celles-ci en un sourire moqueur.

Ai-je l’air du genre à dire bonjour ?, railla-t-elle.

L’étalon commença à lui tourner autour, et Ecalipse ne le lâcha pas du regard une seule seconde ; gardant ses postérieurs sur place, elle orientait seulement ses antérieurs, suivant les mouvements de l’inconnu, son regard clair le défiant d’oser quoi que ce soit.

C’est donc ton odeur naturelle ? Tu ne viens sans doute pas d’ici, ici les gens sentent la fleur ou la boue, mais pas la mort.

Elle haussa un sourcil, toujours dans la provocation. Elle était clairement le genre de jument dont la compagnie était peu agréable, trop caractérielle, trop méchante disait-on même parfois. Se redressant pour le dominer de sa hauteur, elle reprit.

Je suis Ecalipse. Et toi, qui es-tu ?

Ses yeux clairs embrassèrent les alentours, territoires hostiles plongés dans le noir le plus total. Seule la lune apportait un peu de lumière, éclairant les deux fous qui ne craignaient nullement les pumas et autres prédateurs. Qu’avaient-ils à craindre de leurs griffes et de leurs dents ? Cela ne suffirait pas à les tuer, tous deux le savaient.
Il en faudrait bien plus pour venir à bout d’Ecalipse.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Collapsing
El conquistador

avatar

ÂGE : 26
PUF : Winterstorm
MESSAGES : 518

SEXE DU CHEVAL : stallion
TERRITOIRE : Secret's King - Maybe ~ -


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Parasites - Libre   Dim 8 Oct 2017 - 15:47

La bataille est vaine lorsque le but est inconnu.

La chaleur se faisait étouffante, tandis que les animaux se tapissaient. Les Rocheuses : un endroit sombre, un endroit complètement étouffant. Peu d'animaux se risquaient à vivre ici, ou même se risquaient à venir se promener tout simplement. Dans quelques pays, telle que la France, on pouvait distinguer parfois quelques petits chamois vaguant sur les roches des Pyrénées, ils se promènent sans même se soucier du danger. Ne voit-on pas souvent quelques cervidés galopant sur les roches sans même regarder le sol, sans même se laisser tomber. Oh bien sûr, parfois il y avait des chutes, mais c'était rare. & ces quelques rares chutes font en sorte de satisfaire les carnassiers. Les cervidés ne tombent jamais, mais quand ça survient, c'est à cause des prédateurs. Ils ont peur, ils fuient & ne font absolument pas attention au danger. Les félins sont le danger, certes, mais la roche aussi. Quand ils tombent, ils se fracassent le garrot & meurent sur le coup. Quand ce n'est pas le cas, les carnassiers s'en chargent, faisant davantage souffrir les pauvres malheureux. Cependant : ce n'est pas du tout ce qui a pu arriver aujourd'hui. Aujourd'hui, le puma avait pensé pouvoir se nourrir de la carcasse de cette jument mais cette dernière avait eu raison de lui. Il avait souffert & finalement il était mort : comme ces pauvres proies mourant à cause des prédateurs. La chaîne alimentaire venait d'être brisée en un millième de seconde.
La politesse mourut, en quelques secondes. Tu plaquas brièvement tes oreilles en arrière tandis que tu la laissais parler. Elle ne connaissait donc pas la politesse ? Quelle éducation avait-elle eu ? N'avait-elle pas connu de maman qui lui aurait permis de découvrir la politesse ? Car même toi, reconnu comme la plus grande des enflures, tu connaissais cette foutue politesse. Tu étais un jem'enfoutiste, mais tu savais parfaitement avec qui & quand il fallait être poli. Tu en voulais à ta grand mère, mais au final elle avait quand même fait en sorte de t'offrir une éducation digne de ce nom. Tu fus presque vexé de cette impolitesse, mais tu finis par secouer la tête pour finalement oublier cet affront. Une gamine impolie. Voilà ce qu'elle était. Le chevalier venait de rencontrer la princesse boueuse. Collap's, tu veux que je sois honnête avec toi ? Eh bien je pense que cette jument va vite t'énerver. Pourquoi, te demandes-tu ? Tout simplement car elle a une éducation & un comportement complètement contradictoire du tien. Elle va penser te ressembler, mais elle se trompera. Tu détestes les juments & tu lui feras vite comprendre. A sa réponse sur la Mort, tu ronflas des naseaux pour finalement la laisser observer les alentours. Pendant ce temps-là, tu t'éloignas tranquillement & allas brouter, ignorant presque la jument. Mais une conversation n'est-elle pas intéressante à avoir, dans le fond ?

" Sans doute, mais au moins j'aurai voyagé, c'est le principal selon moi. " Oh ? Pour une fois tu es honnête ? C'est rare, mais ça me fait plaisir. Puis, tu relevas la tête vers la bicolore. " Collapsing. " Seconde honnêteté ? Sens-toi privilégié Ecalipse ! Non sincèrement. Tu finis par rebaisser la tête & rebrouter, comme si de rien était.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ecalipse
rp plus vite que son ombre

avatar

ÂGE : 19
PUF : Léthé
MESSAGES : 238

SEXE DU CHEVAL : Déesse
TERRITOIRE : En quête des Terres Secrètes


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Parasites - Libre   Mer 13 Déc 2017 - 6:37

parasites

Elle l’agaçait. Elle le sentait bien, et cela était jouissif pour Ecalipse. Elle ne s’était pas amusée depuis trop longtemps –au moins quelques jours. Un sourire amusé prit place sur ses lèvres, tandis que l’étalon s’éloignait pour aller brouter.

J’ai voyagé aussi, dit-elle brusquement. Tu me prends pour une idiote ?

Son ton était froid, presque agressif. Elle n’aimait pas qu’on la prenne pour une idiote. Puis elle attendait toujours son nom ; elle n’aimait pas ceux qui ne donnaient pas leur nom, ça avait le don de l’agacer. Amen, il le lui donna, avant de replonger son nez dans l’herbe.

Qu’est-ce que tu fais par ici ?, demanda-t-elle. Toi, ô grand voyageur.

Son sourire moqueur reprit place sur ses lèvres. Elle baissa la tête vers le sol, soufflant contre la roche dure pour regarder s’envoler la poussière à la couleur orangée qui, sous le seul faisceau fantomatique de la lune, prenait une teinte jaunâtre qui n’était pas sans rappeler celle de l’or. Ecalipse sourit plus franchement, se disant que l’enfant qu’elle fut aurait admiré ce spectacle et aurait appelé sa mère, n’hésitant pas à la déranger pour lui montrer sa trouvaille.
Idioties. Gamineries. Ces pensées nostalgiques qui lui prenaient sans qu’elle ne sache trop pourquoi ne devaient pas devenir une habitude ; elle avait une quête, une quête de vengeance qu’elle devrait mener à bien. Rien ne devait la distraire et l’écarter de son objectif.

Elle jeta un coup d’œil vers Collapsing, qui semblait se ficher totalement de son existence. Tant mieux, au fond. On est mieux seul qu’accompagné, songea Ecalipse, le visage impassible et le regard toujours colérique. Puisque la clarté de la lune éclairait bien son compagnon du soir, Ecalipse observa les nombreuses cicatrices qui ornaient le corps de l’étalon, et s’amusa même à les compter. Puis elle remarqua que certaines étaient encore purulentes, ce qui la répugna quelque peu. Ne nettoyait-il pas ses plaies ? C’était peut-être de là que lui venait cette odeur de mort. Ecalipse leva les yeux au ciel.

Y’a du pus qui coule de tes plaies, gringo.

Disant cela, elle reposa son regard sur le semblant de carcasse du puma. Elle fronça les sourcils. A vrai dire, une réelle question lui trottait dans la tête ; l’odeur qui embaumait les lieux venait-elle du pauvre fou qui était venu la déranger, ou bien du cadavre ?
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Collapsing
El conquistador

avatar

ÂGE : 26
PUF : Winterstorm
MESSAGES : 518

SEXE DU CHEVAL : stallion
TERRITOIRE : Secret's King - Maybe ~ -


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Parasites - Libre   Sam 16 Déc 2017 - 0:52

clash of clans
collapsing ft. ecalipse

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
" Qu'est-ce que tu fais par ici, Toi, ô grand voyageur ? " Okai, elle se moquait ouvertement de toi, là. Comme la plupart des chevaux de cette île, je crois bien. Je ne sais pas ce que tu leur fais, mais apparemment, tu attires les railleries. Apparemment, personne ne te prend au sérieux par ici. Peut-être car tu n'es pas si franc que tu ne le crois, peut-être car tu es quelqu'un d'hypocrite, mais réellement. Tu ne dis jamais ce que tu penses, tu caches tes émotions, mais surtout tu le laisses rien voir. Personne ne peut te cerner, personne ne peut comprendre réellement tes convoitise, ainsi que tes envies. Tu n'es pas manipulateur, tu es seulement faux. C'est sans doute pour cette raison que tout le monde se moque de toi : personne ne croit réellement en toi. Même Poséidon doit se frapper la tête contre le mur, sous les rires de ses frères, en te voyant faire. Il doit se demander qui a osé mettre un tel prétendant sur sa route, qui a prétendu au trône aussi fort que toi. Mais il doit surtout se demander si il doit te laisser les rênes, si tu es capable. Même moi, je me le demande. Tu as des ambitions certes, mais selon moi, tu n'as aucunement la carrure. Après, je verrais bien, hein.
Tu pris une seconde touffe d'herbe dans la bouche. Elle n'était même pas bonne en réalité cette herbe. Mais tu avais besoin de brouter, non pas par faim, mais seulement pour faire comprendre à la jument que tu n'en avais absolument rien à faire d'elle. Malheureusement pour toi, elle t'ignora. Ton ego en prit un coup, mais surtout ta fierté mal placée. En même temps, tu restes tout de même un étalon, un mec quoi. On dit que les filles sont compliquées, mais les mecs sont encore pires je pense. Ils se croient au dessus de tout, ils disent se moquer de tout, mais au final quand une fille se fichent d'eux, les ignore, ils sont vexés. Ils se sentent impuissants, comme si leur virilité en avait prit un coup sans même que la fille ait eu à faire quoique ce soit. Oh ! Une parole ! Elle t'adressa une parole ! Mais tes oreilles se plaquèrent brusquement dans ta crinière. Tu parles d'une parole toi. Tu poussas un profond soupir de lassitude pour finalement arrêter de manger, posant un regard sur la jument. Elle voulait jouer à cela ? Très bien. Jouons, alors.

" Cela ne prouve-t-il pas que j'ai voyagé ? Mais surtout que j'ai combattu bien des démons pour vous rejoindre ? "

Langue belliqueuse que tu es. Satan que tu es. Dragueur que tu es surtout, à tes heures perdues. Mais pourquoi vouloir ainsi la draguer ? Elle ne t'intéresse pourtant pas. Tout simplement car elle se moquait de toi, elle jouait avec tes nerfs, alors tu le ferais aussi, tout simplement.
made by black arrow
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ecalipse
rp plus vite que son ombre

avatar

ÂGE : 19
PUF : Léthé
MESSAGES : 238

SEXE DU CHEVAL : Déesse
TERRITOIRE : En quête des Terres Secrètes


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Parasites - Libre   Sam 16 Déc 2017 - 1:34

parasites

Cela ne prouve-t-il pas que j’ai voyagé ? Mais surtout que j’ai combattu bien des démons pour vous rejoindre ?

Ecalipse haussa les sourcils. Que venait-il de dire ? Elle regarda autour d’elle, avec un peu de chance cet abruti parlait à quelqu’un d’autre. Mais non, sous la clarté de la lune, il n’y avait qu’eux. A quoi jouait-il ? Était-il en train d’essayer de la séduire, ou autre vulgarité du genre ? Elle ronfla. Pour qui se prenait-il ? Ses oreilles s’orientèrent vers l’arrière, lui conférant un air peu aimable.

Pardon ?

Elle était plus qu’agacée par ses paroles. Sérieusement, à quoi jouait-il ce nigaud ? Elle allait vite fait le faire redescendre sur terre s’il le fallait ; elle ne supporterait aucun affront. Pourtant, elle tenta de répondre calmement et de garder son sang-froid.

Le seul démon que tu aies à craindre, c’est moi.

Disant cela, elle s’écarta au pas pour vérifier l’état des lieux –s’il y avait d’autres prédateurs rôdant dans le coin, ceux-ci n’hésiteraient pas à lui sauter dessus dans son sommeil ; en revanche, si elle était enfin à peu près seule, elle pourrait passer la nuit ici.
Sans même le regarder, prouvant qu’elle ne le craignait pas le moins du monde en allant jusqu’à lui tourner le dos, elle continua de lui parler.

Sais-tu pourquoi je n’ai plus de famille ?, demanda-t-elle avant de guetter l’entrée de quelques cavités un peu plus discrètes que celle dans laquelle elle était allée siester. Ma mère était une jument adorable, blanche comme les neiges et aussi délicate qu’une fleur. Mais elle était faible, et les faibles m’ennuient… et quand quelqu’un m’ennuie, je m’en débarrasse. Mon père, lui, était le dominant d’un grand troupeau, loin de là. Il était fort, et puissant, et grand, presque invincible… J’étais son héritière. Mais un jour, j’en ai eu marre d’attendre. Je suis du genre plutôt impatiente… Elle marqua une pause. Sais-tu ce qui est arrivé à mon père ?

Disant cela, Ecalipse se retourna vers son interlocuteur, qui était toujours occupé à brouter une herbe sale et mauvaise, sans aucun goût. Un sourire malveillant barra ses lèvres.

Je me suis lassée de l’attente de sa mort. Je l’ai précipitée. Puis le troupeau… Il a brûlé. Il a brûlé comme je fais brûler tout ce qui m’ennuie, ou titille ma patience…

Son sourire se fit plus grand, elle dévoila ses dents.

Tu m’ennuies et tu titilles ma patience. Prends garde à ce que je ne te réduise pas en charpie, cher ami.

Ayant dit cela, elle reprit ses fouilles, tentant de flairer le moindre prédateur se terrant par là.
Jouons, très cher, jouons donc au plus fou.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Collapsing
El conquistador

avatar

ÂGE : 26
PUF : Winterstorm
MESSAGES : 518

SEXE DU CHEVAL : stallion
TERRITOIRE : Secret's King - Maybe ~ -


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Parasites - Libre   Lun 18 Déc 2017 - 16:23

clash of clans
collapsing ft. ecalipse

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
" Le seul démon que tu aies à craindre, c'est moi. " Un sourire pointa alors le bout de son nez sur tes lèvres noires. Pauvre petite, si elle savait. Elle pense réellement qu'une jument,
aussi musclée soit-elle, pourrait te faire peur ? Elle pensait réellement que tu tremblerais devant elle ? Elle pensait réellement que tu allais te faire dessus à la simple prononciation de son prénom ? Quelle idiote. Tu n'avais peur de rien, surtout d'une pauvre jument. Les juments sont faibles, idiotes & surtout inconscientes selon toi. Certes, elles savent se battre, elles savent se défendre quand il y a besoin, tu en étais certain, mais aucunes ne pourraient te faire autant de mal. Aucunes ne pourraient te faire peur autant que la Mort elle-même. Car soyons francs, tu respectais la Mort, tu la vénérais presque, mais tu avais aussi très peur d'elle. Ne dit-on pas que le respect naît de la crainte ? Qu'il est son fils légitime ? Le respect va de pair avec la peur, la crainte, d'autrui. Tu le savais. Tu avais toujours respecté la Mort, c'est sans doute pour cette raison que tu avais réellement peur d'elle, tu avais peur du moment où elle viendrait t'accueillir gaiement dans ses bras fébriles.
Tu mâchouillas machinalement le brin d'herbe que tu avais arraché, tout en posant ton regard sur la jument, essayant de comprendre ce qu'elle faisait. Elle fouillait les environs. Mais pourquoi faisait-elle cela ? Que recherchait-elle réellement ? Quel était le but de ses recherches ? Tu te le demandais réellement. Elle était belle cette jument, réellement. En fait, elle ressemblait plus à un étalon qu'une jument, mais c'est ça que tu appréciais. Tu n'aimais pas les juments au corps fébrile, aux longues jambes fragiles & à la moue définitivement poupée. Pour toi, une jument était belle que si elle ressemblait à une véritable guerrière. Celle-ci en était une, c'était évident. Tu l'écoutas attentivement : plus elle parlait, plus l'envie de rire te prenait. Elle pensait impressionner qui en parlant ainsi ? Elle pensait faire peur à qui en disant tout cela ? Pas à toi, j'espère ? Tu as affronté un ours, tu as tué ton frère, tu as vécu seul sous la souffrance, tu as combattu des fantômes & au final, elle pensait réellement t'impressionner ainsi ?
" Tu m'ennuies et tu titilles ma patience. Prend garde à ce que je ne te réduise pas en charpie, cher ami. " & là, tu ne pus te retenir plus longtemps : tu éclatas de rire sans crier garde. C'était quoi ces menaces de bac à sable ?Tu ne pus t'empêcher de rire, tu ne pus même pas stopper en réalité. Si tu pouvais pleurer, ton chanfrein serait sans doute inondé de tes larmes. Elle était drôle cette jument, non sincèrement. Ca faisait du bien de rire ainsi, certes ça te faisait mal aux abdos, mais ça te faisait du bien. Ca faisait longtemps que tu n'avais pas ri ainsi. Tu avais véritablement l'impression d'assister à un one man show, tu avais l'impression que plus le temps passe, plus les sketchs s'enchaînent.

" Vous êtes bien drôle ma chère dame. Vous vous pensez menaçante, mais vous n'êtes que la factrice de la bêtise & la folie naturelle des chevaux selon moi. " Tu te calmas petit à petit. " En tout cas, personnellement, je m'amuse bien. C'est dommage que vous vous embêtiez autant. "
made by black arrow
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ecalipse
rp plus vite que son ombre

avatar

ÂGE : 19
PUF : Léthé
MESSAGES : 238

SEXE DU CHEVAL : Déesse
TERRITOIRE : En quête des Terres Secrètes


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Parasites - Libre   Lun 18 Déc 2017 - 19:05

parasites

Cela le faisait donc rire. La queue d’Ecalipse fouetta l’air, traduisant son agacement. Pourtant, elle ne lui jeta pas un regard. Au moins semblait-il l’avoir crue ; il ne la prenait pas au sérieux, mais il n’avait pas compris son mensonge ; elle sourit –peut-être était-elle bonne menteuse. Ou peut-être jouait-elle seulement bien la dégénérée. Tuer sa mère et son père, quelle idée ! Elle les admirait encore, des années après les avoir perdu.
Elle leva les yeux au ciel, tourna son regard bicolore vers lui et eut une expression amusée.

Moi, bête ? Je te remercie. Je me pensais bien piètre actrice, semble-t-il que je suis une bonne imitatrice de ta personne. Elle leva les yeux au ciel. Au moins t’ai-je contenté. Tu n’as pas combattu bien des démons pour rejoindre une jument sans humour ni talent, cracha-t-elle.

Disant cela, elle reprit ses fouilles. Dans le noir, elle ne voyait rien de menaçant, et seule l’odeur de Collapsing embaumait l’air. Ignoble, cette odeur.

Ses naseaux fouillaient chaque crevasse dans les roches brunes. Ses sabots l’éloignaient petit à petit de l’étalon ; il sentait vraiment mauvais, était de mauvaise compagnie et l’agaçait sérieusement. Elle priait pour qu’il la laisse tranquille. Ou elle frapperait. Elle n’avait pas peur de lui, de ses menaces voilées derrière trop de belles paroles, de ses idioties et de tout le reste.
Couvert de cicatrices encore suintantes, il ne ferait pas le poids face à elle. Ses traits étaient ceux d’un arabe. Les arabes valaient-ils quoi que ce soit face à une jument si grande et imposante qu’Ecalipse ? Absolument pas. Elle eut un sourire à cette pensée, malsaine, en venant presque à espérer qu’il la rejoigne et l’agace suffisamment pour qu’un coup parte instinctivement.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Collapsing
El conquistador

avatar

ÂGE : 26
PUF : Winterstorm
MESSAGES : 518

SEXE DU CHEVAL : stallion
TERRITOIRE : Secret's King - Maybe ~ -


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Parasites - Libre   Mar 19 Déc 2017 - 15:14

clash of clans
collapsing ft. ecalipse

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
" Moi, bête ? Je te remercie. Je me pensais bien piètre actrice, semble-t-il que je suis une bonne imitatrice de ta personne. " Bim. Un point pour Ecalipse, zéro pour Collapsing. Décidément, tu te prends de sacrés buts dans la face en ce moment ! Non mais sincèrement, faut que tu fasses gaffe. Tu vas finir par perdre la coupe du monde des méchants. Quelqu'un va finir par prendre ta place, par te virer de ton trône de fer & finalement par rire de ta stupidité. T'as pas l'impression qu'avec le temps, ta répartie est en train de te quitter petit à petit ? Que tu deviens beaucoup moins intéressant ? Mais que surtout tu as de plus en plus de mal de défendre verbalement ? Après tu me diras, le cerveau va avec le corps n'est-ce pas ? Quand on est faible physiquement, l'oxygène va beaucoup moins jusqu'au cerveau, c'est pourquoi nous réfléchissons moins & donc avons beaucoup plus de mal à se défendre. C'est sans doute pour cette raison que certains pays utilisent la torture, car ils savent parfaitement que leur martyre finira par craquer, c'était évident.
" Au moins t’ai-je contenté. Tu n’as pas combattu bien des démons pour rejoindre une jument sans humour ni talent. " Elle n'avait pas tord. C'est vrai que tu te serais sans doute ennuyer si cette jument était insipide, sans cervelle & surtout trop faible pour se défendre. C'est sans doute pour cette raison que tu avais abandonné toute discussion avec Pearlescence ou Ocëan Pearl, car elles étaient trop inutiles pour que tu perdes ton temps avec elles. Mais c'est sans doute pour cette raison aussi que tu appréciais, enfin .. c'était un bien grand mot, la compagnie de cette pie. Car elle avait de la répartie, mais surtout elle savait se défendre. Elle savait défendre ses idées autant que ses opinions. Elle était brute de décoffrage certes, mais elle était intelligente, cela se voyait à des kilomètres. Finalement, tu posas ton regard sur elle & renaclas lorsque tu remarquas que plus tu parlais, plus elle s'éloignait de toi. Tu ne supportais pas cela ! Tu ne supportais qu'on t'ignore, qu'on t'insultes pour finalement disparaître. Alors, tu fis un pas & te retrouva derrière elle.

" Vous vous pensez intéressante, mais vous fuyez ma présence ? Cela n'est-il pas un comble pour une jument comme vous ? " dis-tu tout en te mettant près d'elle.
made by black arrow
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ecalipse
rp plus vite que son ombre

avatar

ÂGE : 19
PUF : Léthé
MESSAGES : 238

SEXE DU CHEVAL : Déesse
TERRITOIRE : En quête des Terres Secrètes


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Parasites - Libre   Mar 19 Déc 2017 - 20:24

parasites

Du coin de l’œil, elle put entrevoir la gêne de son indésiré interlocuteur. Au moins lui avait-elle cloué le bec, se moquant ouvertement de lui. Peut-être fut-ce son manque de répartie qui le réduisit au silence. Tant mieux.

A mesure qu’elle s’éloignait de lui, l’air semblait plus pur, comme si la mort n’était qu’un mirage. Oh, elle aurait aimé que c’en soit un ; au moins aurait-elle encore une mère, ou bien aurait-elle pu se préparer à une telle perte –y était-on préparé, si jeune ? Si sa mère était morte plus tard, ou tout simplement en d’autres conditions, aurait-elle été épargnée par toutes ces souffrances qui lui pesaient et qu’elle s’efforçait d’écarter de son champ de vision, se concentrant sur son unique cible, celle qui lui permettrait d’enfin se sentir libérée d’un poids, celle qui enfin permettrait à Isba de reposer en paix.

Puis à nouveau la mort vint s’emparer d’elle, odeur nauséabonde à ses naseaux tandis que l’étalon se rapprochait. Puis Ecalipse le sentit près, trop près ! Beaucoup trop près d’elle.

Vous vous pensez intéressante, mais vous fuyez ma présence ? Cela n’est-il pas un comble pour une jument comme vous ?

Il se rapprochait encore ; c’était trop. Ecalipse leva son arrière main, prenant appui sur ses antérieurs pour lancer une petite ruade qui ne fit qu’effleurer le mâle ; un avertissement, voilà tout ce à quoi il avait droit pour l’instant. Qu’il ne s’approche pas plus.

Elle partit au petit trot, dévoilant le blanc de ses yeux tandis que ceux-ci roulaient furieusement dans leurs orbites. Elle n’aimait pas le contact des autres, elle n’aimait pas être collée par les autres, tout simplement, elle n’aimait généralement pas les autres.

Je n’ai pas demandé à supporter ta présence, cracha-t-elle, les oreilles en arrière.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Collapsing
El conquistador

avatar

ÂGE : 26
PUF : Winterstorm
MESSAGES : 518

SEXE DU CHEVAL : stallion
TERRITOIRE : Secret's King - Maybe ~ -


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Parasites - Libre   Mar 19 Déc 2017 - 22:06

clash of clans
collapsing ft. ecalipse

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Je sais que je vais sans doute me répéter, mais j'ai sincèrement l'impression que plus le temps passe, moins j'arrive à te comprendre en fait. En fait, je me souviens que quand je t'ai créé, pour moi tu étais un être qui détestais tout le monde, un être qui aurait massacré n'importe qui dés qu'il lui aurait rétorqué qu'il avait tord. Mais au jour d'aujourd'hui c'était complètement différent. Aujourd'hui, tu avais vraiment changé. Tu étais devenu quelqu'un de complètement différent. Aujourd'hui, tu réfléchissais avant d'agir, avant de parler, avant même de juger les autres. Même si le jugement se faisait de lui-même, tu essayais tout de même de réfléchir. En fait, je pense que malgré ton âge, tu avais vraiment grandit durant ton voyage sur cette île. Les chevaux que tu avais rencontré t'avais permis de grandir, de devenir un véritable étalon avec un cerveau. Un coeur, je ne dis pas puisque je ne sais pas s'il s'est mis à battre depuis le temps, mais ton cortex cérébral s'était réellement mis en place maintenant.
Brusquement, une ruade. Tu l'esquivas prestement, faisant craquer avec douleur ta cuisse gauche & tu crus mourir quand tu sentis le sabot frôler ta ganache. Alors, elle avait voulu te battre ? Elle avait voulu te frapper car tu étais bien trop proche d'elle ? Pauvre chat. Je pense qu'elle ne sait véritablement pas dans quel pétrin elle vient de se mettre. Car soyons francs, malgré que tu sois mourant, que tu sois blessé gravement, que tu sois malade, tu ne supportais pas qu'on te fasse du mal volontairement. Tu eus un petit rire à sa phrase. Elle n'a pas demandé à supporter ta présence ? Pauvre bichette. Elle ne l'a pas demandé, certes, mais maintenant fallait qu'elle assume. Si elle ne voulait pas que tu viennes lui parler, il aurait fallu qu'elle t'ignore dés le départ en réalité. Finalement, aimant embêter le monde, tu te mis au trot en la rejoignant. Mais tu avais une autre idée en tête. Elle avait voulu te blesser ? Tu te vengerais. On ne te fais pas du mal impunément. Alors, tu passas au trot vers elle, puis galopas & finalement passas devant elle. Ceci fait, tu balanças tes postérieurs, frôlant la jument.

" Oups, pardon je ne vous avais pas vu. "
made by black arrow
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ecalipse
rp plus vite que son ombre

avatar

ÂGE : 19
PUF : Léthé
MESSAGES : 238

SEXE DU CHEVAL : Déesse
TERRITOIRE : En quête des Terres Secrètes


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Parasites - Libre   Mer 20 Déc 2017 - 0:21

parasites

Ecalipse sentit soudain un vent chaud et malodorant passer à côté d’elle, filant pour la dépasser au galop. Elle leva les yeux au ciel et renâcla. Lentement, la colère prenait possession d’elle. Sa patience avait des limites. Des limites très étroites. Elle s’agaçait facilement, s’énervait plus facilement encore. Lorsqu’elle vit les postérieurs de Collapsing se soulever dans sa direction, elle qu’elle sentit ses sabots l’effleurer, la rage s’empara d’elle.

Pour qui se prenait-il, lui, abruti qu’il était ? Comment osait-il la toucher elle, dominante des terres Secrètes, grande justicière, vengeresse au plan très clair, digne fille de sa mère, Isba, et de son père, Cœur Noir. L’un comme l’autre savaient se battre, et elle tenait beaucoup de Cœur Noir ; un grand guerrier. Collapsing était-il ignorant, complètement sot, pour s’attaquer ainsi à elle ? Peu lui importait, il la provoquait et avait mis en déroute sa raison.

Oups, pardon je ne vous avais pas vue.

C’en était trop ! Soulevant ses antérieurs dans un geste impulsif, elle se jeta contre l’étalon, le bousculant de tout son poids. Elle fut elle-même surprise de le sentir basculer sous elle –il était maigre et était de sang arabe, mais elle ne l’aurait pas imaginé si léger.
Un sourire malsain prit place sur ses lèvres lorsque ses dents rencontrèrent la peau du mâle, et qu’en le mordant au niveau du garrot, elle put sentir le goût métallique du sang se répandre sur sa langue.

Les yeux fous, et ses postérieurs quelque peu engourdis par sa posture, elle recula, ses antérieurs retrouvant le sol tandis qu’elle se campait sur ses quatre membres, immobile, ses yeux gorgés de sang et trahissant toute la folie qui était sienne en cet instant cherchant ceux de son ennemi. Qu’il la regarde en face, cet effronté qui osait s’en prendre à elle.

A ta place, j’éviterais de m’en prendre à ceux qui me sont supérieurs.

Le goût du sang sur sa langue n’était pas agréable ; ce n’était pas du tout un goût qu’elle appréciait, mais elle était prête à le faire couler, encore et encore, jusqu’à tuer Perjury… Perjury… Ce nom résonna à cet instant dans sa tête, et prise soudain d’une folie meurtrière, elle se prépara à se jeter à nouveau sur Collapsing… Son regard fou, le blanc des yeux dévoilés, n’appelait qu’à l’affrontement –et peut-être par pure folie, aucune lueur ne trahissait une quelconque peur.
Elle semblait à cet instant n’avoir peur de rien.

J'aurai ta peau, Perjury, dit-elle avec un sourire malsain.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Collapsing
El conquistador

avatar

ÂGE : 26
PUF : Winterstorm
MESSAGES : 518

SEXE DU CHEVAL : stallion
TERRITOIRE : Secret's King - Maybe ~ -


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Parasites - Libre   Mer 20 Déc 2017 - 23:04

clash of clans
collapsing ft. ecalipse

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
«  A ta place, j’éviterais de m’en prendre à ceux qui me sont supérieurs. » & ce fut la parole de trop : tu eus l’impression que la Haine naissait en toi autant que la lave se créait dans le coeur du volcan. Tu avais l’impression que tout en toi fulminait sans que tu ne puisses rien y faire. Tu avais le sentiment de ne plus te connaître toi-même, de découvrir une partie de toi que tu avais oublié. Cette partie de toi qui était reliée aux Ténèbres, à la Terre elle-même. En fait, tu avais le sentiment que tu redevenais un être primitif, un être qui ne vivait que pour tuer, que pour massacrer tout ce qui vivait autour de toi. En fait, au fil du temps, tu avais cru pouvoir contenir tout cela, pouvoir retenir cette haine, mais cette parole l’avait refait surgir si brutalement, que même toi tu en fus surpris. De quel droit se permettait-elle de se croire supérieure ? De quel droit se permettait-elle de juger ? Mais surtout, de quel droit se permettait-elle de te mettre un pied sous terre ? Elle ne se nommait pas Mort, elle ne se nommait pas Hadès. Elle n’était qu’une jument sans but, une jument sans âme. Elle n’était qu’une jument tout simplement.
Mais elle était surtout une jument forte, une jument au tempérament de feu ainsi qu’à la puissance insoupçonnable. Brutalement, tu te retrouvas projeté au sol, tu te retrouvas couché sous une demi-tonne. Tu ne compris pas complètement ce qui venait de se passer. Tu ne compris pas non plus comment tu avais pu te retrouver dans une telle situation. Bon d’accord, tu l’avais cherché. D’accord tu avais fait en sorte que le « Jeu » aille un peu trop loin, mais tu ne pensais réellement pas que ça finirait ainsi. Tu ne pensais pas que la Haine naîtrais aussi rapidement. Pour une fois, tu avais trouvé plus fort que toi, bien plus fort que toi. & dans le corps d’une jument : qui l’eut cru. Soudain, une douleur. Elle venait de faire pénétrer ses dents dans ta plaie, déjà béante, au garrot. Tu poussas un profond râle de douleur tandis que tu fermais les yeux, espérant que cette douleur disparaîtrait. & elle s’éloigna, sans doute trop malaisé à cause de sa position. Tu te relevas tant bien que mal, t’ébrouant pour tenter d’atténuer la douleur, des gouttes de sang giclant autour de toi. Là, tu plaquas brusquement les oreilles en arrière, posant un regard digne d’un cerbère sur la jument.

« Tu me fais de la peine. A ne pas comprendre un jeu. Un jeu assez malsain je le conçois, mais un jeu tout de même. » Tu pris appui sur tes postérieurs. « Tant pis pour toi. »

« J’aurai ta peau Perjury. » Perjury ? C’était quoi ce nom encore une fois ? Pourquoi te nommait-elle ainsi ? Tu n’avais pas encore donné ton nom qu’elle te confondait déjà avec quelqu’un d’étranger. Soit. Tu t’en moquais éperdument. Au point, que tu poussas sur tes postérieurs & te jetas sans vergogne sur la jument. Tu ne voulais pas la tuer : juste la blesser au point qu’elle se souvienne réellement de toi, autant physiquement que psychologiquement. Alors, tu visas un endroit que tu connaissais que trop bien : l’épaule. Là, tu passas à côté de la pie, bifurquas brusquement & balanças tes postérieurs sur son épaule gauche. Tu entendis un bruit sec, ainsi qu’un craquement. Tu lui avais infligé une vive douleur, tu le savais & tu en étais fier. Là, tu t’éloignas de la jument & te remis à ta place de départ. Les oreilles en arrière ainsi que l’antérieur grattant le sol.

« On ne m’attaque pas impunément, sache-le. »
made by black arrow
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ecalipse
rp plus vite que son ombre

avatar

ÂGE : 19
PUF : Léthé
MESSAGES : 238

SEXE DU CHEVAL : Déesse
TERRITOIRE : En quête des Terres Secrètes


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Parasites - Libre   Jeu 21 Déc 2017 - 18:31

parasites

Ainsi dont, elle avait énervé monsieur ? L’avait-elle piqué ? Blessé dans son ego ? Apparemment oui. Elle l’avait prévenu, à trois reprises déjà. Et après qu’elle l’ait blessé physiquement aussi, plongeant ses dents dans une blessure déjà ouverte, il osa lui parler de jeu ? Un jeu ? Perjury osait lui parler d’un jeu ! Elle était sûre que c’était lui…
Ou peut-être pas… Perjury était gris… Elle reportait juste sa colère sur lui, qui l’énervait, la titillait, la poussait à bout –elle était à bout, peut-être était-ce la raison pour laquelle lui venait un tel élan de violence. L’étalon se jeta sur elle à son tour.

Il lança ses postérieurs contre l’épaule d’Ecalipse. Celle-ci perdit quelque peu l’équilibre, son corps entier s’affaissant –elle manqua de chuter mais, l’un de ses postérieurs au sol, elle s’interdit de tomber et poussa sur celui-ci pour ne pas basculer toute entière. Son épaule la lançait, une marque de sabot très nette dessus. Elle fit un pas, boitant à cause de la douleur. Mais elle ne pouvait pas abandonner ! Aussi choisit-elle de faire fi de sa douleur, et elle se lança dans un galop claudiquant en direction du mâle, le chargeant. Arrivée tout près de lui, elle s’affaissa un peu, et se leva sur ses postérieurs une fois tout contre lui, son genou gauche venant frapper son poitrail. Elle arrondit alors son encolure pour que sa tête atteigne à nouveau son garrot, qu’elle vint à nouveau agresser de ses dents. Il avait mal ? Il aurait encore mal.

Tu ne sortiras pas vainqueur, siffla-t-elle. Je te le promets.

Ses yeux étaient complètement fous, gorgés de sang, elle n’avait plus aucun contrôle sur elle-même et sur sa violence. Elle désirait lui faire mal, profondément –c’était un sadisme nouveau qui s’emparait d’elle ; jamais elle n’avait réellement tiré de plaisir à faire mal auparavant. Se levant encore une fois, elle s’appuya de tout son poids contre le mâle, et se laissa tomber contre lui, tentant de l’entraîner dans sa chute.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Collapsing
El conquistador

avatar

ÂGE : 26
PUF : Winterstorm
MESSAGES : 518

SEXE DU CHEVAL : stallion
TERRITOIRE : Secret's King - Maybe ~ -


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Parasites - Libre   Sam 23 Déc 2017 - 22:15

clash of clans
collapsing ft. ecalipse

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
En fait, le monde en lui-même était emprunt d’un sadisme tout particulier : & ce depuis la nuit des temps. On pouvait le distinguer dans la guerre des hommes : certains torturaient pour le plaisir, tandis que d’autres tuaient par vengeance. Mais on le voyait aussi dans le monde animal, surtout le monde animal en réalité. Ne voit-on pas souvent des chats jouant avec des souris avant de les tuer ? Les faisant voler, rouler, couiner, bien avant de les achever en croquant dans leur jugulaire. Bien entendu, le sadisme n’est pas bien connu chez eux. Ils jouent seulement par découverte, ils jouent seulement par apprentissage ou ennui. Je ne suis pas sûre que ces prédateurs connaissaient réellement le sadisme. En fait, le sadisme est un sentiment qui existe seulement chez les animaux dotés d’une conscience selon moi. Bon après, ce n’est pas prouvé que les chats, les chiens ou même d’autres animaux en aient une. Mais s’ils sont capables de sadisme, c’est sans le doute le cas n’est-ce pas ?
Soudain, la jument posa sur toi un regard empli d’une haine sans nom. Tu venais de la provoquer ouvertement, tu venais de jouer avec elle, tu venais de lui faire mal & brutalement, tu avais ouvert en elle une porte que tu n’imaginais pas. Selon toi, & ce sera sans doute à jamais le cas, les femelles – soient les juments dans ce cas précis – ne sont pas dignes de se battre, elles sont faibles. Mais cette pie révoquait toutes les lois que tu avais érigé dans ton esprit : elle était forte, bien trop forte pour ton pauvre corps déjà malmené. Tu es en train de tirer sur tes limites, elle est en train de te pousser dans tes retranchements. & c’est dangereux, autant pour elle que pour toi. Tu posas un regard sur elle & ton œil prit alors une teinte sadique : elle boitait. Tu venais de lui faire véritablement mal & tu en étais fier. En réalité, tu ne te souvenais même pas de comment a pu commencer ce combat, ni même la raison. Mais tu t’en moquais, tu voulais seulement le terminer & en plus de ça, le terminer gagnant. Tu ne pouvais pas perdre face à une jument : ton ego en prendrais un trop gros coup. Tu ne pouvais le permettre.
Brusquement, elle se jeta sur toi, comme une lionne face à une antilope. Tout alla vite, trop vite pour ton cerveau mal oxygéné, à cause de la douleur. Tu sentis le genoux en premier, ensuite les dents sur ton garrot & enfin elle s’éloigna. Tu expiras longuement : tu venais de couper ta respiration pour éviter de trop ressentir la douleur. Malheureusement, ça ne fonctionna pas. Tu avais l’impression qu’on venait de te tuer physiquement, qu’on venait de te massacrer intérieurement. La douleur était presque devenue insurmontable. Je pense que tu n’as jamais eu autant mal en réalité, même l’ours ne t’avait pas fait autant de mal. Oui, je vous le confirme : le combat lui fait beaucoup plus mal qu’un œil arraché. C’est costaud, je l’avoue ! Tu te redressas de toute ta petite taille d’arabe & posas un regard sanglant sur la jument. Elle ne t’abattra jamais.

« Si je meurs durant ce combat, je t’assure que je t’emporte avec moi vieille carne. »

Carne ? Tu viens de l’appeler Carne ? Sais-tu seulement ce que ça signifie ce mot ? Sais-tu seulement qu’il n’a rien à faire dans le contexte actuel ? Un cheval sauvage qui insulte un autre cheval sauvage de carne ? C’était un peu exagéré je trouve. Car carne parle tout de même d’un cheval domestiqué bousillé, abusé & frêle : tout ce que n’était pas la jument pie, évidemment. Soudain, elle se redressa de nouveau & voulu t’emporter dans sa chute. Alors, tu te campas, creusant le dos & appuyant sur tous les muscles qui te restait. Là, tu trouvas une brèche. Alors, ni une ni deux, tu mordis dans la blessure que tu venais de lui faire à l’épaule, en rigolant.

«  Tu ne trouveras pas plus fou que moi, je t’assure. »
made by black arrow
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ecalipse
rp plus vite que son ombre

avatar

ÂGE : 19
PUF : Léthé
MESSAGES : 238

SEXE DU CHEVAL : Déesse
TERRITOIRE : En quête des Terres Secrètes


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Parasites - Libre   Mer 27 Déc 2017 - 11:31

parasites

Elle fut étonnée de le voir prendre du plaisir en constatant sa douleur ; oui, c’était une sorte de plaisir malsain, une fierté, que de lui avoir fait mal. Il avait osé la blesser, et elle ne le laisserait pas s’en tirer ainsi. Lorsqu’Ecalipse se jeta contre lui, frappant à la fois de ses genoux et de ses dents le corps déjà mutilé, elle ressentit à son tour le plaisir –le plaisir de rendre chaque coup, de se venger ; ressentirait-elle au millième ce plaisir lorsque viendrait le tour de Perjury ? Certainement.

Si je meurs durant ce combat, je t’assure que je t’emporte avec moi vieille carne.

Un sourire malsain éclaira le visage d’Ecalipse ; elle était folle à cet instant ! Folle de tant d’inepties ! Ah ! Il croyait donc pouvoir la tuer ? Elle, la grande Ecalipse, digne fille de son père. Avait-il seulement perdu un seul combat ? Face à Isba, tous deux s’étaient rendus à l’évidence : aucun n’avait su vaincre l’autre. Et elle, Ecalipse, avait hérité de leur capacité à combattre à tous deux. Elle était bien leur fille ; si douée au combat, une vraie guerrière !
Ainsi rit-elle des paroles de Collapsing ; elle rit aux éclats, rendue folle par l’adrénaline, rendue folle par ses réflexes barbares. Elle ne le craignait pas, elle n’avait jamais craint personne.

Crois-tu pouvoir me tuer ?, demanda-t-elle avec un grand sourire.

Et disant cela, elle s’appuya sur lui. Mais elle ne parvint pas à l’entraîner dans sa chute ; tandis qu’elle tentait désespérément de prendre appui sur ses postérieurs, elle sentit l’un d’eux flancher –l’étalon s’était campé, et il profita de ses appuis pour saisir son épaule déjà blessée. Serrant les dents et allant jusqu’à se mordre la langue, Ecalipse retint un gémissement de douleur. Elle s’écarta vivement de lui. Il dit alors quelque chose qui la fit sourire, malsaine, complètement folle –ses pensées n’étaient plus tournées que vers ses désirs et rêves sanglants.

En es-tu sûr ?

Ses yeux ingurgités de sang crachaient aux yeux de chacun la folie qui était sienne. Pensait-il réellement avoir affaire à une simple jument ? Non, non. Elle n’était pas si équilibrée que cela. Son sang était celui de deux chevaux au sang chaud, de deux fous qui s’étaient trouvés ; deux fous aux désirs tout aussi sanglants que les siens. Mais il ignorait sans doute qui étaient ses parents, voyageur qu’il était ! Il ignorait sans doute qui étaient Cœur Noir et Isba. Il ignorait sans doute quel serait son sort s’il continuait à la provoquer ainsi.
Grand bien lui fasse !

Son sourire malsain refit surface lorsqu’elle tournoya rapidement autour de lui pour attaquer sur un autre front ; elle passa de l’autre côté et y frappa, ses mâchoires claquant tout près de son œil restant avant de le saisir à la joue, ses dents se refermant avec violence sur son visage poussiéreux qu’elle s’affairerait à rendre plus laid s’il ne se décidait pas à tomber.
Sans le lâcher, elle releva la tête pour le forcer à lever la tête aussi –à moins d’y perdre un grand morceau de peau. Puis elle bascula vers l’avant, tentant de l’entraîner encore une fois.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Collapsing
El conquistador

avatar

ÂGE : 26
PUF : Winterstorm
MESSAGES : 518

SEXE DU CHEVAL : stallion
TERRITOIRE : Secret's King - Maybe ~ -


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Parasites - Libre   Dim 31 Déc 2017 - 16:50

clash of clans
collapsing ft. ecalipse

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Ce combat était surréaliste, vraiment. On avait l’impression d’assister à une rencontre entre deux titans, entre deux mondes, mais surtout entre deux âmes complètement inadéquates. Il y avait cette jument pie, cette jument ressemblant à un étalon, mais surtout cette jument qui avait tout d’une tueuse à gage. Puis il y avait toi, cet étalon noir. Cet étalon recouvert d’ecchymoses, recouvert de cicatrices – dont on ne connaît pas la provenance pour certaines - & avec un œil en moins. Le Dieu de la Mort rencontre l’Ange de la Mort, voilà à quoi ce combat ressemble selon moi. Un combat qui pourrait terroriser les plus jeunes, un combat qui pourrait faire succomber les plus vieux, mais surtout un combat qui ne rime à rien. A quoi bon se battre, en réalité ? Tout cela partait d’un jeu malsain pourtant. Un simple jeu qui est parti trop loin. Je crois que personne ne comprend réellement ta malice Collap’s, je crois que personne ne comprend tes réactions surtout. Je pense surtout qu’un jour, peut-être aujourd’hui, cette jument te massacrera. Elle te fera tomber, réellement. Mais je sais aussi que si cela arrive, tu ne te relèvera pas si rapidement.
Tu savais parfaitement que ce combat ne rimait à rien, mais tu savais aussi que tu en avais besoin. Tu le ressentais au plus profond de ton être : tu ressentais ce besoin, comme si ta vie en dépendait. Mais ce besoin, quel était-il au final ? C’était un besoin de violence, un besoin de poser ton emprunte sur le livre de la vie d’une personne. Tu avais ce besoin, d’avoir ta dose de violence, au moins une fois dans ta journée. Tu étais drogué à la violence, tu en étais conscient au fond. Tu étais comme cet héroïnoman qui avait absolument besoin de sa dose quotidienne. En fait, tu savais parfaitement que ton corps était à deux doigts de passer le trépas, mais tu avais absolument envie d’avoir cette violence, pour te sentir vivant. Pour savoir que tu faisais encore parti de ce monde.
«  Crois-tu pouvoir me tuer ? » Telle était la question ultime. La question que chacun d’entre nous se pose au fond de nous : est-ce que notre adversaire est-il véritablement capable de nous tuer ? Très bonne question. Mais au fond de toi, tu ne voulais pas la tuer : ce ne serait pas drôle n’est-ce pas ? Tuer la seule personne capable d’embellir ta journée ? Tuer la seule personne qui te permettait d’avoir ta dose de violence quotidienne ? Ouais, non, ce ne serait véritablement pas drôle. Alors, non, tu ne voulais pas la faire passer de l’autre côté : tu voulais simplement la faire souffrir. La voir succomber doucement à la folie mortuaire. Mais surtout la voir pleurer. Tu voulais la faire pleurer, la faire souffrir alors tu ne répondis pas à sa question, te contentant de lui offrir un sourire malsain. Tu sentais son corps s’affaisser contre le tien, voulant t’emmener au sol mais elle n’y arrivera pas. Seule la Mort pourrait te faire chuter, seule la Mort pourrait te faire tomber & t’empêcher de te relever. Cette jument n’avait aucun droit, elle ne devait te faire tomber, c’était hors de question. Alors quand elle s’écarta brusquement de toi, tu eus un sourire. Tu venais de lui faire mal, de véritablement lui faire mal. Puis, elle te posa une question. La question.
« Es-tu sûr ? » Oh oui, tu étais sûr. Personne n’avait rencontré de personne aussi folle que toi, tu en étais certain. Tu étais fou, tu puais la folie, tu recueillais la folie & surtout tu la semais : tu aimais ce rôle que tu t’étais donné dans la vie. De toute façon, quand on voit ce que tu as pu faire de ta vie, ce que tu as pu concevoir, on ne peut que t’offrir la folie comme unique enfant. Finalement, elle te fit mal. T’arrachant la joue avec ses dents, mais surtout te voulant de nouveau te faire tomber. Tu te remis en campo, essayant de résister à ses attaques, sentant tes membres fléchir. Tu ne devais tomber. Tu ne tomberas pas … Tu tombas. Tes postérieurs lâchèrent, te retrouvant sur le ventre, sous la jument. Alors, te retrouvant en position d’infériorité, tu claquas des dents & chopa le seul truc près de toi. Le seul bout de chair qui était près de ta mâchoire & tiras un bon coup vers toi. Tu ne lâcherais pas le combat de si tôt.
made by black arrow
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ecalipse
rp plus vite que son ombre

avatar

ÂGE : 19
PUF : Léthé
MESSAGES : 238

SEXE DU CHEVAL : Déesse
TERRITOIRE : En quête des Terres Secrètes


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Parasites - Libre   Mar 2 Jan 2018 - 18:19

parasites

Il ne répondit pas à ses questions, celles qui lui venaient de sa folie. Celles qu’elle posait lorsque ses idées noires prenait le dessus, lorsqu’une éclipse envoyait valser le soleil en d’autres terres pour plonger les siennes dans le noir ; Ecalipse était aveugle, aveuglée par le chagrin, par le sang qui bouillonnait dans ses veines –le sang de la folie coulait en elle !
Collapsing voulut résister, résister au puissant corps de la jument entraînant le sien, résister aux dents contre sa joue. La mâchoire fermée sur sa peau, elle sentit le sang glisser contre sa langue, se mêler à sa salive, et ses yeux semblèrent céder totalement à la folie.

Les postérieurs du mâle glissèrent pour se retrouver à terre et son corps entier suivit ; Ecalipse le dominait de sa hauteur. Elle sentait encore le sang dans sa bouche, mais ce mauvais goût ne l’importait guère –elle n’était pas non plus de ces sanguinaires qui en viennent à aimer le goût du sang. Elle n’aimait pas non plus particulièrement cette violence, ce combat –mais sa folie, oh, cette folie, elle l’aimait ! Et ce sentiment de puissance qui la traversa lorsque ses yeux se posèrent sur le pauvre corps meurtri sous le sien la firent sourire. Malsaine, elle était juste malsaine.
Et terriblement fière.

Les dents contre son ventre la firent se lever sur ses membres postérieurs, et elle frappa violemment le sol de ses sabots, à plusieurs reprises, juste à côté de l’étalon. Finalement, moins violemment cette fois-ci, elle le frappa aux flancs de ses deux antérieurs.
Puis reculant pour ne plus être au dessus de lui, elle laissa ses dents glisser contre son encolure et remonter jusqu’à sa gorge, qu’elle saisit sans serrer. Elle ne souhaitait pas le tuer.

Non, il ne devait pas mourir. Pas maintenant.

J’avais dit que je te vaincrais, siffla-t-elle. Un sourire malsain étira ses lèvres, elle leva un sabot menaçant, prête à frapper s’il tentait encore de s’en prendre à elle. Je te conseille de dégager maintenant. J’ai assez joué, en ce qui me concerne. Sauf si tu veux mourir aujourd'hui.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aléas
alea jacta est

avatar

ÂGE : 12
PUF : /
MESSAGES : 211

SEXE DU CHEVAL : Dieu.
TERRITOIRE : Une partie des enfers.


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Parasites - Libre   Mar 2 Jan 2018 - 19:12

Le soleil de plomb cache l'arrivée,
Haute en couleur d'une divinité.
Il domine les deux équidés,
Depuis la corniche où il s'est arrêté.

« Ah ! Se battre pour un territoire qu'on ne convoite même pas,
Vous faites bien la paire, fous ou inconscients je vous arrête là.
Je suis Aléas, dieu de la chance et du hasard.
Ecalipse, je vais te poser une devinette,
Et si par malchance elle te laisse muette,
Je t'entraînerais avec moi en Enfers.
Dépêches toi, je n'ai pas que ça à faire,
Lâche cet imbécile.
Il a des dents mais il ne mord pas, qui est-il ?
»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Collapsing
El conquistador

avatar

ÂGE : 26
PUF : Winterstorm
MESSAGES : 518

SEXE DU CHEVAL : stallion
TERRITOIRE : Secret's King - Maybe ~ -


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Parasites - Libre   Mer 3 Jan 2018 - 18:27

clash of clans
collapsing ft. ecalipse

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
« J’avais dit que je vaincrais. » Ces mots te piétinèrent le coeur autant que l’esprit. Pour la première fois de toute ta vie quelqu’un venait de te mettre à terre. Cette jument venait d’anéantir tout espoir de réussite, tout envie de survivre. Ton unique œil se posa sur la pie & brusquement tu poussas un gémissement de douleur, lorsque ses antérieurs vinrent te marteler les flancs. Ces derniers venaient d’achever tout espoir de te relever. Tu crus sentir ton estomac exploser, ton pancréas mourir sous les coups. Tu crus sentir ton coeur s’arrêter tandis que tes membres tremblaient de douleur. C’était bien la première fois que tu te retrouvais dans une telle posture : même l’Ours n’avait réussi à te battre, même Kuro n’avait réussi à t’achever & même Cyrius n’avait réussi à te faire abandonner. Mais cette jument, avec sa folie & son sadisme, venait de rendre à néant tout espoir. Elle venait d’écraser dans son nid l’oiseau du combat, elle venait de noyer le combattant dans son propre sang. Tu distinguais du sang venant de ton corps, tu voyais ta queue cessait de bouger, tandis que tu sentais ton coeur pleurer à l’aide. La douleur était telle que tu ne la ressentais plus. Tu ne ressentais plus rien, pas même le martèlement de ton sang dans tes tympans, ainsi que le marteau-piqueur qui remplaçait tes synapses.
« Je te conseille de dégager maintenant. J’ai assez joué en ce qui me concerne. A part si tu veux mourir aujourd’hui. » Ses dents étaient sur ta gorge comme un couperet. Elles étaient apposées sur ta jugulaire comme une dernière corde à couper, comme une dernière limite à dépasser. Pour la seconde fois de toute ta vie, tu ressentais la peur. Cette peur ancestrale de mourir. Cette peur qui prenait aux entrailles n’importe quel être vivant, n’importe quelle âme vivante sur cette planète. Tu ne voulais pas mourir aujourd’hui, tu n’avais pas accompli ce que tu devais. Alors, tu cessas tout mouvement, faisant comprendre à ton adversaire que tu ne lutterais plus, que tu avais comprit la menace. Tu baissas la tête, les oreilles sur le côté pour faire comprendre que la dominance était présente : aujourd’hui du moins. Elle t’avait battu. Elle était maîtresse de toi. Bien sûr, tu trouverais sans aucun doute un moyen de te venger lorsque le moment serait venu, mais aujourd’hui tu savais parfaitement que c’était impossible. Ton corps ne pouvait ni suivre ta conscience, ni ton ambition. Tu devais le laisser se reposer, tu devais laisser la rédemption faire pour ensuite pouvoir te venger. La vengeance est un plat qui se mange froid selon toi.
« Je suis Aléas, dieu du hasard & de la chance. » & voilà maintenant que les Dieux s’y mettaient. Voilà qu’ils venaient t’achever une dernière fois. Tu posas un regard sur l’équidé bicolore mais lorsque tu entendis ses paroles, tu fus un minimum rassuré : il n’était pas là pour toi. Tu n’espérais qu’une chose : qu’elle soit emmenée. Ainsi, tu pourrais gouverner ses terres sans plus jamais la rencontrer. Sans hésiter, tu pris tes dernières forces, roula sur le côté en gémissant pour ensuite t’en aller de l’étreinte de la jument. Ceci fait, tu restas couché de tout ton long, espérant retrouver bientôt assez de force pour te relever & t’en aller.
made by black arrow
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ecalipse
rp plus vite que son ombre

avatar

ÂGE : 19
PUF : Léthé
MESSAGES : 238

SEXE DU CHEVAL : Déesse
TERRITOIRE : En quête des Terres Secrètes


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Parasites - Libre   Jeu 15 Fév 2018 - 1:38

parasites

La soumission. C’était ce sentiment que jamais elle n’avait connu – que jamais elle ne connaîtrait, évidemment. Elle le voyait pourtant dans les yeux du diablotin qui se prenait pour le Malin, pauvre et misérable créature qui n’osait plus un geste désormais. Il faisait moins le fier ! Le sourire d’Ecalipse, plein de fierté et d’autres choses bien malsaines, disparut vite pour ne plus laisser que son visage sombre et seulement percé de son œil bleu et fou – elle le regardait, se demandant ce que cela ferait que de le tuer – goûter au meurtre.

Elle hésita. Son antérieur frémissait tout entier d’un étrange instinct prédateur – le meurtre – le goût du meurtre ; qu’était-ce ? Devrait-elle ? Les fourmillements dans son membre la rendaient victime de cet instinct étrange – victime.

Peut-être que tu devrais mourir aujourd’hui.

Son sourire revint – illumina son visage d’une étincelle folle, son œil brun devint presque sanglant. Elle n’avait pas peur, non, pas peur du goût de la mort contre lequel on l’avait tant mise en garde. Elle n’avait peur de rien, après tout.

Elle leva un peu plus son antérieur – prête à frapper – elle ne craignait pas la folie – ni la mort – ni rien d’autre à vrai dire. Une voix – elle revint à elle même, tourna la tête rageusement.

Je suis Aléas, dieu de la chance et du hasard. Ecalipse, je vais te poser une devinette, et si par malchance elle te laisse muette, je t’entraînerai avec moi dans les Enfers.

Les yeux vairons de la belle s’accrochèrent à la silhouette haute en couleurs – qu’était-ce donc que ce paon qui se prenait pour un dieu ? Son sourire fou barra ses lèvres, l’inconscience faillit reprendre le dessus – elle manqua de lui cracher au visage. Mais elle regarda la pauvre bête qui rampait à ses pieds, tentait de la fuir en couinant.
Finir aux Enfers serait une bonne expérience – mais pas face à lui, pas ce jour-ci ; elle écouta la devinette, réfléchit un instant.

Un peigne, dit-elle simplement.

Cela lui semblait logique – elle en connaissait bien, des gens avec des dents – et elle avait entendu parler des peignes – mais jamais un seul n’avait mordu. Sûre de sa réponse, elle posa un regard amusé sur la créature à ses pieds – sur tous les points, elle avait gagné.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aléas
alea jacta est

avatar

ÂGE : 12
PUF : /
MESSAGES : 211

SEXE DU CHEVAL : Dieu.
TERRITOIRE : Une partie des enfers.


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Parasites - Libre   Jeu 15 Fév 2018 - 9:14

La divinité sent l'hostilité,
De la jument qui prend son temps,
Pour lui donner une réponse,
Heureusement elle ne s'est pas trompée,
Et Aléas sait être patient.

« Bonne réponse. »

Un nuage cache le soleil,
Et disparaît le dieu sans pareil.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Parasites - Libre   

Revenir en haut Aller en bas
 
Parasites - Libre
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Horse-Wild :: LES TERRES TROMPEUSES. :: LES ROCHEUSES-
Sauter vers: