Jeu de rôle équin
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Parasites - Libre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ecalipse

avatar

ÂGE : 18
PUF : Bloubalie
MESSAGES : 98

SEXE DU CHEVAL : Grande peste
TERRITOIRE : Solitaire, en quête de pouvoir


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Parasites - Libre   Mar 18 Juil 2017 - 6:58

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Parasites
Ecalipse

Elle avait longuement marché sous un soleil de plomb, et se trouvait donc épuisée. Elle avait dû traverser une grande partie des terres d’Horse Wild sans s’arrêter avant d’arriver ici. Le soleil était bas dans le ciel, et l’endroit empestait le fauve. Trop fatiguée pour réellement y prêter attention, Ecalipse s’était aventurée dans les rocheuses sans craindre réellement le danger. Elle ne désirait qu’une chose ; se reposer un peu.
Après tout, il n’y avait plus l’ombre d’un dominant par ici, à quoi bon s’inquiéter ?

Ses pas étaient lourds sur le sol à la couleur roussie, et à chaque sabot qu’elle posait, un nuage de poussière s’élevait. Elle ne regardait pas vraiment où elle allait, la tête basse –elle était bien trop fatiguée pour la tenir haute. Parfois, elle jetait un coup d’œil aux espèces de brèches ridicules que certains appelaient grottes ; elle avait des goûts de luxe, après tout. Lorsqu’elle eut trouvé une grotte convenable, elle alla s’y installer pour y faire une sieste.

Un grognement la réveilla, quelques heures plus tard. Le soleil avait disparu. Elle plaqua ses oreilles contre son crâne lorsqu’elle ouvrit les yeux, découvrant un puma face à elle –par chance, elle ne s’était pas couchée pour piquer son somme. Énervée d’avoir été ainsi perturbée dans son sommeil, elle frappa le sol de son sabot et ronfla.
Le fauve s’élança aussitôt face à elle. Elle montra le blanc des yeux et se leva à peine sur ses postérieurs –hors de question d’offrir son ventre aux crocs et aux griffes du prédateur. D’un coup de sabot bien placé, elle parvint à éloigner l’animal pendant un instant, le temps de lui tourner le dos pour lui offrir un bon coup de cul en pleine face. Manque de chance ! Ses sabots ratèrent le puma, qui se jeta contre sa croupe. Sentant les griffes s’infiltrer dans sa chair et la faire saigner, elle hennit avant de se débattre, usant de coups de cul et de sauts de mouton pour le faire lâcher prise.

Puisqu’il ne semblait pas décidé à la lâcher, elle ronfla et recula jusqu’à aller s’écraser contre la paroi de la grotte. Enfin, le puma lâcha prise, mais cela ne lui suffit certainement pas ; il revint à la charge, l’attaquant à l’épaule en y plantant ses griffes, puis ses crocs. Ecalipse tourna la tête et le mordit violemment à l’oreille, puis à l’abdomen. Un bout de peau coincé entre ses dents, la dérangeant et la dégoûtant même quelque peu, elle continua de bondir en tous sens, jusqu’à se libérer enfin des griffes du fauve.
Ceci fait, elle n’attendit pas une seconde pour se retourner et l’écraser de tout son poids, plusieurs fois, laissant ses sabots lui retomber dessus à plusieurs reprises.

Elle cessa ce manège lorsqu’elle n’entendit plus le souffle du félin. Elle regarda le prédateur. Mort. Sa respiration était saccadée, et elle regarda un peu ses blessures –de nettes traces de griffures marquaient sa croupe, et son épaule portait la marque de griffes et de crocs. Elle siffla, léchant son épaule pour tenter de calmer la douleur.
Un bruit non loin la fit se figer. Ses quatre sabots s’ancrant presque dans le sol, l’œil alerte, elle s’apprêtait à combattre un second fauve s’il le fallait ; ce n’était certainement pas un foutu puma qui allait l’achever !



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Collapsing

avatar

ÂGE : 25
PUF : Winterstorm
MESSAGES : 170

SEXE DU CHEVAL : stallion

Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Parasites - Libre   Jeu 7 Sep 2017 - 16:09

La lumière des Ténèbres demeurera toujours dans ton coeur, mon amour.

Le Soleil demeurait haut dans le ciel. Tout n'était que Lumière dans cet endroit, tout n'était que joie. En fait, tout n'était que ... Bonheur ? N'était-ce pas dérisoire tout cela. Ne dit-on pas que le Monde entier n'est que dérisoire ? Des Guerres ne cessaient de gronder au loin, des explosions ne faisaient que s'accroitrent dans ce bas monde & des êtres vivants ne cessaient de disparaitre. Mais bon, c'était le cycle de la vie n'est-ce pas ? L'Humanité ne vit que pour cela. Mais le cheval aussi. On le considère comme l'animal le plus noble au monde ... Mais si certaines personnes voyaient ce qu'il en était réellement, elles seraient surprises. L'animal était beau en soi, mais ce qu'il vivait était complètement différent. En effet, les bagarres pour les territoires sont très fréquentes, les meurtres pour le trône aussi, mais les saillies simplement pour avoir des héritiers étaient le pire je pense. En fait, le cheval était le compagnon idéal pour les hommes. Il l'a souvent accompagné : que ce soit dans les guerres, les combats tout autre mais aussi les compétitions. En fait, le cheval gouverne le Monde depuis sa toute première création. & tout le monde le savait mais personne n'osait encore se l'avouer.

Il faisait chaud aujourd'hui. Comme je le disais précédemment, le Soleil était très haut dans le ciel aujourd'hui. Certains oiseaux osaient l'affronter en volant haut dans le ciel : des vautours surtout, mais sinon aucun autre animal n'était présent. A quoi bon vagabonder dans un tel endroit quand il fait si chaud ? Cela ne servirait absolument à rien, à part peut-être transpirer pour tomber malade. Souvent quand il fait aussi chaud, il faut savoir que la température baissait tout autant : on pouvait vite mourir de froid. Mais surtout de solitude & de lassitude. Un sabot. Tu venais tout juste d'arriver sur ces terres arides, tu venais tout juste de poser un pied sur un sol que tu avais toujours rêvé de voir. Tu aimais cette chaleur. Tu aimais cette ambiance glauque & morbide. Pourquoi ? Tout simplement car tu te sentais réellement à ta place, tu sentais que c'était ici chez toi. Tu avais comme qui dirait l'impression que tu connaissais cet endroit, que tu étais déjà venu ici auparavant : peut-être dans une vie antérieure qui sait. Un fouettement de queue & tu tournas ton unique oeil valide vers l'horizon. C'était beau. Réellement. L'enfer était là & tu aimais cela. Un regard à droite, un regard à gauche & un ricanement sortit de ta bouche. Un ricanement sadique. C'était ton territoire, tu le savais. Ô non pas qu'il voulait absolument gouverner ici, mais il voulait surtout garder cet endroit comme pied estale, comme endroit pour observer le monde entier.
Un pas, puis deux. & te voilà en route pour ta nouvelle vie. Oh certes cela faisait bien quelques mois, voire quelques années que tu te trouvais sur ces terres mais tu n'avais encore jamais réellement visité ici. Tu avais entendu parler de cet endroit, tu en avais entendu parler comme un endroit désolé, mais c'était complètement différent pour toi. Tu finis par descendre doucement un petit sentier rocailleux tout en observant autour de toi. Tu aimais déjà ce bruit : ce bruit de pierre roulant sur tes sabots, mais aussi de ce semblant de vent s'engouffrant dans ta crinière. Mon dieu, ce que c'était bon ! Tu glissas. Tu faillis tomber. Mais contrairement à ce que pouvaient penser certains chevaux, tu n'eus peur : non au contraire, tu aimais cette sensation. Tu aimais cette sensation d'adrénaline. Tu aimais réellement vivre au gré du danger. De toute façon, n'étais-tu pas né pour mourir en soi ? Mais tu avais un but avant tout. Tu marchas. Tu ne savais pas depuis combien de temps tu marchais, mais tu savais que tu aimais cela. Ta robe noire était petit à petit maculée de sable roux. En réalité, tu devenais rapidement flamboyant. Tu ressemblais alors à ce que tout le monde dit : le Diable en personne. Tu faisais peur en étant ainsi : roux, un oeil vitreux & la crinière collée à l'encolure. On pourrait croire que tu sortais tout droit des Enfers & tu aimais cette impression que tu offrais. Tu tournas le regard & un puma s'enfouit en te voyant, un couinement sortant de sa gueule. Tu faisais peur même aux plus grands prédateurs ... Si ce n'était pas beau tout cela ? Un sourire & tu continuas ta marche.
La nuit tomba. Elle était tombée rapidement cette peste en réalité ... Mais ce n'était pas grave. Tu avais repéré une jolie petite grotte où pouvoir te reposer. Alors prenant le trot, tu descendis un sentier & y entra. T'ébrouant rapidement, tu allas au fond de cette dernière & te couchas. Tu n'avais peur de rien, alors pourquoi dormir debout ?

Un grognement, des bruits sourds ... Puis plus rien. Depuis le début tu avais observé la scène. Depuis le début tu avais remarqué ce puma qui était entré dans la grotte. Depuis le début, tu avais comprit ce qu'il voulait. Il aurait pu venir vers toi, mais tu puais tellement la Mort, que même les Vautours t'évitent. Alors oui, tu avais regardé cette jument se défendre puis tuer l'animal. Elle était forte la cruche. Réellement. Quand tout fut terminé, tu te relevas rapidement & t'ébroua dans un grognement. Elle t'avait remarqué. Mais de toute façon, c'est ce que tu voulais en réalité. Tu voulais qu'on te voit, tu voulais qu'on te remarque & qu'on te prête allégeance par la suite.

" Une proie tuant un prédateur ? " Un ricanement sortit de ta bouche, tel celui du Malin face à un Homme. " Si ce n'est pas incongru comme situation. "
[/justify]

Puis tu fis un pas. Tu ressemblais réellement au Malin en personne avec cette robe poussiéreuse, cet oeil invalide & cette crinière collée à ta peau.[/font]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Ecalipse

avatar

ÂGE : 18
PUF : Bloubalie
MESSAGES : 98

SEXE DU CHEVAL : Grande peste
TERRITOIRE : Solitaire, en quête de pouvoir


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Parasites - Libre   Sam 7 Oct 2017 - 15:53

parasites

Une proie tuant un prédateur ?  Un ricanement suivit cette question idiote. Si ce n’est pas incongru comme situation.

Elle soupira. Pas de second combat, apparemment. Juste un pauvre spectateur du triste spectacle. Les yeux de la jument cherchèrent ceux, éteints, du cadavre à ses sabots. Il n’était plus rien qu’un amas d’os et de peau, pantin inanimé et tout ensanglanté. Elle haussa les sourcils, presque habituée à ce genre d’horreurs, s’avançant d’un pas sûr vers l’étalon, dont elle ne distinguait que les courbes. Une fois tirée de son abri, Ecalipse admira l’autre dont les traits se dessinaient sous la pâle clarté de la lune. Ses oreilles pointées vers l’arrière, elle s’arrêta à deux bons mètres de lui.

Elle n’aurait su dire de quelle couleur était sa robe, bien trop poussiéreuse. Ses crins s’accrochaient, comme des milliers de pattes d’araignée, à son encolure aux teintes grisâtres. Elle tenta de capter son regard, et vit son œil invalide. Un semblant de rictus tordit ses lèvres.
Autour d’eux, la terre avait semblé se déchaîner, tout n’était qu’odeur de mort, et poussière. Et tous deux se regardaient avec ce même air supérieur et moqueur, bien que l’autre eut l’air paré de toutes ses folies ce jour-ci, là où Ecalipse restait plutôt lucide.

Deux guerriers sur un champ de bataille, voilà ce qu’ils semblaient être ; trop méfiante, peut-être même trop méchante, Ecalipse gardait son canon pointé droit vers lui.

Que fais-tu ici ? Ses oreilles couchées et son air peu aimable lui donnaient encore plus mauvais genre que son impolitesse ; elle renifla et grinça des dents. C’est toi qui empeste la mort ?
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Collapsing

avatar

ÂGE : 25
PUF : Winterstorm
MESSAGES : 170

SEXE DU CHEVAL : stallion

Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Parasites - Libre   Sam 7 Oct 2017 - 18:34

Le chevalier noir rencontra le Dragonnier.

Un conflit se crée souvent par hasard. Tout se crée par hasard dans la vie, que ce soit des liens ou tout simplement un conflit. Quoique, un conflit survient souvent à cause d'un malentendu, d'un quiproquos qui est malheureusement mal comprit. Ne dit-on pas qu'une guerre est souvent déclarée à cause d'un mot de trop, un ton beaucoup trop élevé ou une parole qu'on n'aurait pas du prononcer. Ne dit-on pas qu'un pays puissant déclare souvent une guerre à un autre à cause d'un objet qui n'aurait pas du être là, ou tout simplement à cause d'une insulte subtilement prononcée ? Tout le monde le savait. C'est pourquoi certains êtres humains évitent tout simplement de parler ou tout simplement de prononcer une parole qui pourrait être mal interprétée. C'est sans doute pour cette raison que les présidents, de n'importe quel pays, parle avec une telle dextérité, qu'ils évitent de parler d'un incident national : car ils savent parfaitement que cela provoquera une guerre civile. L'intelligence se prouve ainsi, en sachant autant manipuler les gens que les mots. Le conflit vit en chacun de nous, il rythme la vie de n'importe quelle personne : que ce soit humain ou animal. Il permet de pimenter légèrement sa vie, mais aussi de pouvoir se mettre à l'épreuve & pouvoir voir à quel point nous avons le sang froid.
Le conflit est souvent inter-racial ou inter-sexuel. En effet, il vit en chacun de nous, mais il survient aussi dans n'importe quelle espèce, mais aussi avec n'importe quel sexe qu'il soit. C'est sans doute pour cette raison que tu laissas la chose se faire tout naturellement, tu laissas la jument te sonder ainsi que rejeter sa haine sur toi. Tu eus même un mouvement en avant vers elle : si elle croyait réellement te faire peur, tu lui rigolerais facilement au nez. Tu n'as pas eu peur d'un dieu, alors pourquoi aurais-tu peur d'une jument qui venait de tuer un fauve ? Ce serait un comble tout de même. Ses paroles étaient agressives, autant que sa posture. Mais la peur ne planait aucunement autour de toi. Pensait-elle réellement qu'un chevalier noir aurait peur d'un dragon crachant du feu devant lui ? Lancelot n'avait pas eu peur d'Arthur quand il l'a défié pour avoir Guenièvre, alors non tu n'aurais aucunement peur d'elle. Elle était impressionnante, certes, mais elle restait tout de même une jument. Tu les pensais faibles & tu continuerais à le penser : Ocean Pëarl n'avait pas cessé de te le prouver lors de votre rencontre. Elle se pensait puissante ? Si elle savait, pauvre petite. Un ronflement des naseaux traversa ton chanfrein tandis que tu secouais la tête, comme gêné par une bête quelconque.

" Bonjour déjà, non ? " répondis-tu avec une pointe de moquerie, tandis que tu t'avançais vers elle, calmement & lui tournas autour. " Je n'ai pas tué de prédateur, contrairement à toi, me semble-t-il ? " Puis tu te stoppas devant elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Ecalipse

avatar

ÂGE : 18
PUF : Bloubalie
MESSAGES : 98

SEXE DU CHEVAL : Grande peste
TERRITOIRE : Solitaire, en quête de pouvoir


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Parasites - Libre   Sam 7 Oct 2017 - 20:35

parasites

Bonjour déjà, non ?

Ecalipse leva la tête, ses oreilles toujours vers l’arrière, grinçant des dents. Elle dévoila celles-ci en un sourire moqueur.

Ai-je l’air du genre à dire bonjour ?, railla-t-elle.

L’étalon commença à lui tourner autour, et Ecalipse ne le lâcha pas du regard une seule seconde ; gardant ses postérieurs sur place, elle orientait seulement ses antérieurs, suivant les mouvements de l’inconnu, son regard clair le défiant d’oser quoi que ce soit.

C’est donc ton odeur naturelle ? Tu ne viens sans doute pas d’ici, ici les gens sentent la fleur ou la boue, mais pas la mort.

Elle haussa un sourcil, toujours dans la provocation. Elle était clairement le genre de jument dont la compagnie était peu agréable, trop caractérielle, trop méchante disait-on même parfois. Se redressant pour le dominer de sa hauteur, elle reprit.

Je suis Ecalipse. Et toi, qui es-tu ?

Ses yeux clairs embrassèrent les alentours, territoires hostiles plongés dans le noir le plus total. Seule la lune apportait un peu de lumière, éclairant les deux fous qui ne craignaient nullement les pumas et autres prédateurs. Qu’avaient-ils à craindre de leurs griffes et de leurs dents ? Cela ne suffirait pas à les tuer, tous deux le savaient.
Il en faudrait bien plus pour venir à bout d’Ecalipse.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Collapsing

avatar

ÂGE : 25
PUF : Winterstorm
MESSAGES : 170

SEXE DU CHEVAL : stallion

Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Parasites - Libre   Dim 8 Oct 2017 - 15:47

La bataille est vaine lorsque le but est inconnu.

La chaleur se faisait étouffante, tandis que les animaux se tapissaient. Les Rocheuses : un endroit sombre, un endroit complètement étouffant. Peu d'animaux se risquaient à vivre ici, ou même se risquaient à venir se promener tout simplement. Dans quelques pays, telle que la France, on pouvait distinguer parfois quelques petits chamois vaguant sur les roches des Pyrénées, ils se promènent sans même se soucier du danger. Ne voit-on pas souvent quelques cervidés galopant sur les roches sans même regarder le sol, sans même se laisser tomber. Oh bien sûr, parfois il y avait des chutes, mais c'était rare. & ces quelques rares chutes font en sorte de satisfaire les carnassiers. Les cervidés ne tombent jamais, mais quand ça survient, c'est à cause des prédateurs. Ils ont peur, ils fuient & ne font absolument pas attention au danger. Les félins sont le danger, certes, mais la roche aussi. Quand ils tombent, ils se fracassent le garrot & meurent sur le coup. Quand ce n'est pas le cas, les carnassiers s'en chargent, faisant davantage souffrir les pauvres malheureux. Cependant : ce n'est pas du tout ce qui a pu arriver aujourd'hui. Aujourd'hui, le puma avait pensé pouvoir se nourrir de la carcasse de cette jument mais cette dernière avait eu raison de lui. Il avait souffert & finalement il était mort : comme ces pauvres proies mourant à cause des prédateurs. La chaîne alimentaire venait d'être brisée en un millième de seconde.
La politesse mourut, en quelques secondes. Tu plaquas brièvement tes oreilles en arrière tandis que tu la laissais parler. Elle ne connaissait donc pas la politesse ? Quelle éducation avait-elle eu ? N'avait-elle pas connu de maman qui lui aurait permis de découvrir la politesse ? Car même toi, reconnu comme la plus grande des enflures, tu connaissais cette foutue politesse. Tu étais un jem'enfoutiste, mais tu savais parfaitement avec qui & quand il fallait être poli. Tu en voulais à ta grand mère, mais au final elle avait quand même fait en sorte de t'offrir une éducation digne de ce nom. Tu fus presque vexé de cette impolitesse, mais tu finis par secouer la tête pour finalement oublier cet affront. Une gamine impolie. Voilà ce qu'elle était. Le chevalier venait de rencontrer la princesse boueuse. Collap's, tu veux que je sois honnête avec toi ? Eh bien je pense que cette jument va vite t'énerver. Pourquoi, te demandes-tu ? Tout simplement car elle a une éducation & un comportement complètement contradictoire du tien. Elle va penser te ressembler, mais elle se trompera. Tu détestes les juments & tu lui feras vite comprendre. A sa réponse sur la Mort, tu ronflas des naseaux pour finalement la laisser observer les alentours. Pendant ce temps-là, tu t'éloignas tranquillement & allas brouter, ignorant presque la jument. Mais une conversation n'est-elle pas intéressante à avoir, dans le fond ?

" Sans doute, mais au moins j'aurai voyagé, c'est le principal selon moi. " Oh ? Pour une fois tu es honnête ? C'est rare, mais ça me fait plaisir. Puis, tu relevas la tête vers la bicolore. " Collapsing. " Seconde honnêteté ? Sens-toi privilégié Ecalipse ! Non sincèrement. Tu finis par rebaisser la tête & rebrouter, comme si de rien était.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Parasites - Libre   

Revenir en haut Aller en bas
 
Parasites - Libre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Obama en chute libre ...
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]
» JEAN JUSTE LIBRE HEUREUX ! JACQUES ROCHE EST MORT POU JE'L !
» Pas sur la neige...[Libre]
» ? Juste une envie d'oublier ... [ Libre ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Horse-Wild :: LES TERRES TROMPEUSES. :: LES ROCHEUSES-
Sauter vers: