Jeu de rôle équin
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

EVENEMENT EN COURS POUR HALLOWEEN + NOUVELLE EDITION DE LA GAZETTE

Partagez | 
 

 « Diabolique mon Ange. - PV. »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Madness

avatar

ÂGE : 19
PUF : Bloubalie
MESSAGES : 311

SEXE DU CHEVAL : Jument aux ailes de feutre.
TERRITOIRE : Orpheline.


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: « Diabolique mon Ange. - PV. »   Mar 31 Déc 2013 - 18:17

« Conduis-moi où tu es mieux »


Tant de questions. Il y a tant de questions. Pourquoi le jour ? Pourquoi la nuit ? Pourquoi le soleil ? Pourquoi la lune ? Il fait noir, ici. Il fait frais, ici. La neige lui arrive aux jarrets et couvre l'herbe verte pâle. La jument crème s'arrête. Pourquoi la vie ? Pourquoi la mort ? Elle secoue la tête et refait un pas avant de jeter un œil à l'Arbre de vie. Pourquoi l'amour ? Ses oreilles se baissent doucement vers l'arrière et Madness soupire, se glissant furtivement derrière l'arbre. Il est très grand, oui, c'est certain. Encore un grand de ce monde. Elle craint si peu de choses, qu'un arbre solitaire ne pourrait l'effrayer. Elle n'était peut-être qu'une poussière en ce monde, mais Madness était ce qu'elle était. Elle était énervante, têtue, agaçante, chiante et peut-être même parfois gamine. Mais elle était Madness. La vraie, la seule, l'unique. Et elle en était fière. Mais par cette belle nuit d'Hiver, elle ne voulait qu'une chose. La paix. Elle avait donc fui l'étalon avec lequel elle avait passé la dernière nuit, son bien-aimé -si on peut le dire ainsi- Mastermind. Mastermind. Ce nom la hantait depuis une éternité, depuis une nuit sous la pluie. Elle se souvenait de ses insultes, de sa débilité. Mais elle se souvenait surtout de ce regard. Ce regard envoûtant. Elle secoua la tête, une pointe de remords tiraillant son cœur. Elle essayait de se dire que le fuir n'était rien, qu'il comprendrait. Lui-même l'avait dit, combien elle était conne. Une phrase siffla doucement avec le vent et fut portée jusqu'aux oreilles duveteuses de la jument à la robe crème. « Bonne, mais terriblement conne. » Oui, elle l'était... Elle serra les dents et appuya son front contre le tronc de l'arbre. L'écorce dure écorcha quelque peu son chanfrein mais ne fit pas couler le sang, alors Madness l'ignora royalement. Dans ses rêves, elle était plus que princière, elle était royale. D'une beauté divine, d'un éclat céleste. Dans ses rêves, ils étaient ensemble. Réellement. Elle frissonna et lança à voix haute : 
« Ça va ? Ça va, tu t'es bien foutu de moi ! Foutue réalité... »
Madness gratta doucement la neige de son sabot gauche et fouilla le sol pour rechercher de l'herbe. En plus d'être affreusement seule et atrocement apeurée et tiraillée par ce qu'on appelait amour, elle était affamée et, pire encore, elle parlait seule. Elle parlait au vent. Elle parlait au vide. Elle parlait à sa solitude. Lorsqu'elle eut suffisamment gratté la couche moyennement épaisse de neige, elle trouva quelques brindilles qu'elle se promit de manger de façon très économique pour en garder un peu. Mais bien sûr, elle ne respecta pas cette règle qu'elle s'était imposée à elle-même et elle mangea tout d'un coup, goulûment. En constatant sa faute, elle soupira et se remit à gratter la terre, lorsqu'un bruit survint, non loin. Elle sursauta, avança une de ses oreilles vers l'avant et garda l'autre en arrière. Elle sentit vaguement l'odeur d'un étalon -son odorat étant légèrement brouillé par le froid- et appela tout doucement, à voix basse, peu sûre d'elle, un nom qu'elle chérissait un peu trop.
« Mastermind ? C'est toi ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: « Diabolique mon Ange. - PV. »   Mer 1 Jan 2014 - 18:03

La nuit est propice au changement. La nuit est propice aux explorations. Luminary venait des terres emplies de végétations. Il y avait passé toute sa journée à chercher de la nourriture, grattant la neige à droite, à gauche, mangeant goulûment. Il avait fini par se rassasier. Son objectif pour le lendemain était de traverser le désert. Pour cela il s'approchait au plus proche du désert et attendrait les premières lueurs du jour pour s'y aventurer. La nuit était froide, la neige lui glaçait les sabots. Son souffle n'était qu'un nuage de buée éphémère. Il marchait, l'encolure basse, l'esprit en alerte. La nuit est propice au dangers. Mais la nuit est belle si loin des hommes. L'étalon noir marchait désormais sur une pleine blanche qui semblait s'étendre à perte de vue. Il s'arrêta un instant pour observer autour de lui. Il remarqua alors un arbre au loin. Il brisait l'horizon de sa magnificence, éclairé par les rayons de la Lune. La Lune, l'astre céleste de tout les désires. Elle éclaire vos nuit pour vous guidez à travers les Ténèbres. Elle est le point d'accroche de tout explorateur. Elle brillait dans les yeux du sombre étalon, comme une lumière d'espoir dans les méandres de son esprit. Elle éclaire les abysse.
L'étalon prit la direction de l'arbre. Malgré son manteau de poil, le froid lui brûlait les membres. Le vent soufflait amenant l'air bien trop frais du nord. Ses naseaux piqués par le froid, avaient du mal à reconnaître les odeurs. Luminary se fiait à ses oreilles. Le sol semblait dure sous la couche de neige. Le désert n'était pas très loin, il pensait passer la nuit sous cet arbre avant de reprendre son chemin. Cet arbre, qui en se rapprochant, était de plus en plus grand, de plus en plus imposant. Cet arbre avait puisé la vie, l'énergie de tout les autres arbres qui furent jadis érigés ici. Il s'était battu pour la vie. Luminary se battait contre la vie qui nous ramenait bien trop souvent à la dure réalité. Son passé était l'objet de sa fuite, l'objet de sa démence. Il lui aurait fallut une Lune aussi brillante que cette nuit pour le guider dans les Ténèbres. Une Lune aussi immaculé que la jument qu'il venait d’apercevoir. Le bel étalon noir s'arrêta, elle avait murmuré un nom. Un espoir immense émanait de ce nom. Luminary allait briser son espoir, il n'était pas ce Mastermind. Et d'une voix qui se fut, étrangement, désolée l'étalon brisa le silence de la nuit.
-Non, je ne suis pas ce Mastermind.
Il s'approcha alors de la jument, révélant sa position. Il planta son regard noir dans le sien. Un regard illuminé par l'astre lunaire. Un instant il crut qu'elle n'était pas réelle, qu'elle était une nymphe égarée à la recherche de son bien-aimé. Ou encore la Lune, délogée de son ciel, venant le guider dans les abysses de son pensées. Mais elle était réelle et le plus grand espoir se lisant sur son visage. L'espoir de revoir l'être aimé. Luminary se ferma. Son attitude se fit plus distant, plus froid. Elle n'était qu'une inconnue perdu dans ses esprits. Il leva les yeux aux ciel, évasif, ce qui était plutôt rare chez lui. Et d'une voix dénuée d'émotion il prit la parole.
-Je ne suis qu'un voyageur.
Revenir en haut Aller en bas
Madness

avatar

ÂGE : 19
PUF : Bloubalie
MESSAGES : 311

SEXE DU CHEVAL : Jument aux ailes de feutre.
TERRITOIRE : Orpheline.


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: « Diabolique mon Ange. - PV. »   Mer 1 Jan 2014 - 19:35

« On s'est aimés à s'y méprendre »

L'espoir était éphémère. L'espoir était tel un papillon. Un papillon lumineux qui battait des ailes, s'envolait, partait. Parfait. Le regard de Madness tomba doucement sur les sabots de l'inconnu. Il n'était pas Mastermind. Il n'était pas son amour. Lorsque les yeux d'émeraude de la jument remontèrent le long des membres du mâle, elle perça son regard du sien. Elle n'avait pas les yeux d'un serpent ou d'une biche, non. Elle avait les yeux d'une ensorceleuse. Belle, terriblement envoûtante. Et elle avait attiré dans ses filets le beau bai, Mastermind. Et elle avait fui sans même manger sa proie. Madness était une araignée non pas sans cœur, mais sans raison. Sans futur déjà tracé, sans croquis, sans idées. Sans chemin. Elle préférait valser, valser sous la lune pleine. Elle préférait s'imaginer papillon, elle préférait s'envoler vers le lointain. Elle préférait ignorer le monde et marcher, courir à l'aveuglette. Mais depuis qu'elle avait fui le beau bai, elle tâtonnait bêtement, trébuchant sur mille pierres imaginaires. Madness se sentait seule. Le froid qui l'épargnait en la compagnie du beau mâle reprenait possession d'elle. Elle était enveloppée dans la brûlure d'un baiser glacé. L'Hiver était là. L'Hiver voulait sa peau. Elle serra les dents lorsque l'étalon face à elle se tût. Elle s'affala contre l'épais tronc de l'Arbre de vie et soupira doucement. Elle ne savait pas si elle devait être heureuse ou non. Elle ne savait pas si elle était malheureuse ou non. Elle savait juste qu'elle était stupide, parfois. Souvent. Sans un mot, elle releva la tête et fixa l'inconnu de ses prunelles vertes. Il se présenta comme n'étant qu'un voyageur. Un sourire naquit sur les lèvres de la jeune jument crème, qui laissa échapper un petit rire. Un petit rire aussi léger qu'une petite merveille qui habitait son cœur, et qui s'envola dans un nuage de buée.
« Et moi, je ne suis qu'un papillon. Enchantée. »
Elle ne savait pas si elle était heureuse ou malheureuse, non. Mais elle savait néanmoins qu'elle devait être heureuse. Elle ferma doucement les yeux et inspira l'air si frais qu'il lui donna un léger mal de crâne qu'elle oublia en se disant qu'elle était une petite merveille. Elle leva doucement les yeux vers le ciel et vit un petit papillon bleu qui volait, combattant le froid pour la vie. Elle voulait l'être, ainsi, forte et battante. Et belle, aussi. Elle pouvait l'être ; elle l'était. Madness était une chose que personne d'autre ne serait jamais : elle était elle-même, elle était Madness.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: « Diabolique mon Ange. - PV. »   Mer 1 Jan 2014 - 20:56

L'espoir est vain. L'espoir nous donne la force de vivre. De vivre en vain. Pourquoi vivre, pour vivre une vie si vaine, si illusoire, si éphémère. La force est l'espoir. Luminary n’avait plus aucune raison de vivre. Il n'avait plus de famille, plus d'ami, plus d'amour. Il n'avait plus que lui et ses bagages si lourds qu'il trimbalait partout où il allait. Son passé, personne ne devait savoir. S'ils savaient, ils ne s’attacheront jamais à lui. S'attacher ? Pourquoi faire ? Pour qu'ils le trahissent ensuite ? Pour qu'ils meurent et qu'ils l'abandonnent encore une fois ? Futile, l'attachement est futile, inutile et plus qu'un fardeau qu'autre chose. Mais pourquoi il vivait encore ? Un espoir caché au fond de lui. Un espoir pourtant si puissant qu'il le maintient en vie. Chaque pas qu'il faisait dans ce nouveau monde, il le faisait pour se rapprocher de cette lumière, si belle, si immaculé, comme la Lune.
Comme cette jument en face de lui. Cet ange tombée du ciel qui regrette son ciel étoilé. Ses belles années, son premier amour peut-être. Cette déception sur son visage. Elle était en prise avec le diable. La passion animait sa vie, son âme brûlait de cette tentation, de ce péché. Mais une passion peut devenir dangereuse. Si l'on voue sa vie à cette passion, le jour où on la perd, on perd également toute raison. Et on devient fou. Et on devient violant. Et la valse de la mort commence ou continue. Et Luminary n'est plus Luminary mais cette boule de sentiments extrêmes, de colère, de haine. Et l'on se détruit, petit à petit de l’intérieur. La passion est dangereuse. L'étalon noir la vois dévorer l'âme de cette pauvre jument. Un ange, d'une blancheur, d'une douceur extrême, de ses yeux envoûtant elle transperce l'âme de ses victimes. Luminary fut l'erreur de replonger ses yeux dans les siens. Il fut une victime. Mais son âme est sombre et profonde.
-Enchanté, papillon de nuit.
Sa voix ne trahissait rien. Il était dure comme la pierre. La flamme d'une passion enchaîner était peut-être assez brûlante pour le libéré. Mais cette passion n'était pas la sienne, elle n'était pas destinée à lui. Il ne fondrait pas, son âme est bien trop sombre et profonde. Il se perd lui même dans ses propres fonds abyssales de son esprit. Il avait fait quelques pas de côté et avait détacher son regard de celui du petit papillon. C'était bien trop dangereux.

[Désolée, je ne t'ai pas donnée beaucoup d'éléments pour rebondir dessus :/]
Revenir en haut Aller en bas
Madness

avatar

ÂGE : 19
PUF : Bloubalie
MESSAGES : 311

SEXE DU CHEVAL : Jument aux ailes de feutre.
TERRITOIRE : Orpheline.


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: « Diabolique mon Ange. - PV. »   Jeu 2 Jan 2014 - 3:39

« Papillon de nuit aux ailes de feutre »

La matière de ses ailes était un textile. Fragile qu'elle était, papillon éphémère sans espoir ni désespoir. Sans espérance, sans raison, sans vie mais aussi sans mort. Sans cœur et sans âme qu'elle était. Elle papillonne, battant des cils comme elle bat de l'aile. Elle était la normalité de l'anormal même, le pion blanc qui diffère dans une case noire. Et là, elle était ce papillon de nuit qui tombait de la lune. Elle se sentait si légère qu'il lui paraissait qu'elle volait. Mais ses ailes de feutre ne lui permettaient pas de s'envoler. Son corps était une carcasse, une carapace vide. Ses ailes semblaient peser une tonne. Elle ne pouvait pas voler, elle n'était ni un ange, ni un oiseau. Mais elle était un papillon. Un papillon qui ne volait pas mais qui était plus doux qu'un baiser volé. Madness laissa son regard glisser du mâle à la lune. La lune, astre magique et plus divine encore que n'importe quelle fée ou nymphe. La lune, qui guidait pèlerins et voyageurs égarés. La lune, qui avait mené ce voyageur-ci auprès de Madness. Elle le regarda à nouveau. Ses prunelles d'émeraude glissaient lentement sur le regard sombre du mâle. Ensorceleuse. Elle n'avait pas le regard revolver, son regard ne tuait pas. Elle ne tira pas la première, ne le toucha pas. Tout n'était pas foutu. Elle ne voulait pas être cette araignée. Elle voulait être elle-même. Madness. Ce papillon fou, fébrile. Le mâle replongea dans ses yeux comme un alcoolique replongerait dans l'alcool, ou un toxico dans la drogue. Il replongeait dans son regard comme un nageur dans une piscine, ou un dauphin dans la mer. Puis il adressa quelques mots à la jument crème, se disant enchanté de la rencontrer. Papillon de nuit.
« Qu'est-ce qui vous amène ici, voyageur ? Êtes-vous égaré ? »
Aucune insulte ne franchit la barrière de ses lèvres. Venant de la part de Madness, c'était plutôt une chance. Elle n'était pas très sociable, et encore moins très chaleureuse. En cette soirée d'Hiver, et face à cet intriguant voyageur, elle avait laissé tomber son masque pour se présenter sous son vrai visage, celui du papillon. Seules trois personnes l'avaient vue ainsi. D'abord, Cœur Noir. Ensuite, Mastermind. Et maintenant, ce Voyageur. Tous trois avaient quelque chose en eux qui l'intriguait. Et elle voulait percer leur coquille, à eux aussi. Pour Cœur Noir, c'était réussi. Pour Mastermind, c'était étrange, si étrange... Et il restait ce voyageur anonyme, qu'elle appelait Voyageur. Égaré ou juste qui s'aventurait. Tandis que la jeune jument crème soutenait inlassablement le regard du voyageur de ses prunelles vertes, elle le vit se décaler pour détourner d'elle son regard. Ensorceleuse. Tel était le juste mot. Parce que le papillon avait déployé ses ailes.

[Excuse-moi, c'est pas terrible, j'essaierai de faire mieux la prochaine fois ^^]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: « Diabolique mon Ange. - PV. »   

Revenir en haut Aller en bas
 
« Diabolique mon Ange. - PV. »
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» « Diabolique mon Ange. - PV. »
» Ange gardien
» Une Danse avec l'Ange Démoniaque, Nyx Hela
» Reshiram l'ange céleste :P Je m'y crois
» Poussière d'ange.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Horse-Wild :: COMMENCEMENT. :: ARCHIVES [JDR]-
Sauter vers: