Jeu de rôle équin
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

EVENEMENT EN COURS POUR HALLOWEEN + NOUVELLE EDITION DE LA GAZETTE

Partagez | 
 

 Vils rêves - Shiro

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Farandole
Reine de la chatbox o/

avatar

ÂGE : 19
PUF : Nightfol
MESSAGES : 497

SEXE DU CHEVAL : Jument.
TERRITOIRE : Terres Orphelines.


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Vils rêves - Shiro   Lun 10 Juin 2013 - 22:30

Cauchemars, vils rêves que font les enfants. Alors que dans un doux sommeil, ils viennent hanter leurs rêves joyeux. Ils leur bandent les yeux pour les faire hurler de peur en voyant soudainement un monstre hideux riant moqueusement de ce cri aigu. Leur victime est comme attachée, ne pouvant partir, ne pouvant sortir de ce monde cruel dans lequel il croit bientôt mourir. Quelques tentatives d'évasion se soldant par un échec, jusqu'à ce qu'enfin il réussisse : un réveil bruyant, à minuit, en sueur, dans son lit. L'un de ses parents osera venir à son lit pour lui donner des paroles et gestes rassurants. Puis, une fois la porte refermée, chaque ombre devient l'objet de sa crainte. Il se cache un peu plus sous sa couette, pensant sûrement que le monstre effrayant ne le trouvera pas ainsi. Il s'endort, et voici la bête de ses peurs rendant visite à pantin de la nuit...

Un joli crépuscule se décalque dans le Ruisseau Sans Fond. Des nuances d'orange, de rose et de rouge accompagnent la mort du soleil d'un jour, tandis que la Lune et son manteau céleste indigo aux milles étoiles flamboyantes reprennent leur place. Oh, elles sont belles, elles aussi. Mais elles annoncent la peur. L'exquise peur dont se nourrissent les cauchemars. Cachez vous, innocents enfants que vous êtes, l'effroi vous envahira bientôt.

Farandole a peur. Elle n'est qu'une enfant dans un corps d'adulte. Depuis une demi-heure, elle longe ce sinistre ruisseau abritant noyades et suicides. Elle redoute la nuit, elle redoute de devoir encore dormir dans l'appréhension de voir ses monstres revenir encore une fois. Elle entend déjà leurs pas. Ses membres frémissent, sa peau tremblent, ses yeux noisettes roulent dans leurs orbites à la recherche du moindre mouvement anormal. A la recherche de l'apparition de ces horribles bêtes. Un pas hésitant, un autre chancelant, un suivant doutant. Une chanson à trois temps s'installe dans sa tête. La douce mélodie du silence. Plus la lune avance, plus elle devient lugubre. Plus le Ruisseau s'assombrit, plus elle est persistante. Elle accélère un peu plus, et le coeur de Farandole s'affole. Pour rien, ma pauvre amie... Elle voit déjà ce monstre la poussant dans le Ruisseau. Elle tomberait tête la première, ses naseaux se rempliraient d'eau. Elle tenterait de remonter vers la surface, sans succès. Ses yeux s'irriteront par la terre et le sable que transporte le courant. Elle glisserait peu à peu vers le fond, l'obscurité s'emparera de son corps, la folie avant la mort la prendra, elle se dira être heureuse de sa disparition, elle ne se battra plus. Et, enfin, elle succombera à la jolie chanson que chantonnera la mort. Qui sait, peut-être son corps se stabilisera quelque part et ne voguera pas dans un vide d'eau ?

Elle se réveille de ses pensées de cauchemar. Farandole se rend compte qu'elle s'est arrêter. Il lui faut quelques secondes pour se remettre à marcher. Pour échapper à ces affreux cauchemars qui la hantent, elle a besoin de quelque chose... De quelqu'un, même. Quelqu'un qui la rassure, quelqu'un qui lui donne le courage de ne pas avoir peur des monstres de la nuit. Allons donc, tu ne le trouveras pas, et nous te tuerons, vile crétine...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shiro
Reborn.

avatar

ÂGE : 19
PUF : Chunsa.
MESSAGES : 97

SEXE DU CHEVAL : Mâle.
TERRITOIRE : Terres Orphelines.


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Vils rêves - Shiro   Jeu 13 Juin 2013 - 12:43


 
She was the sun
Shining upon
The tomb of your hopes and dreams so frail
He was the moon
Painting you
With it's glow so vulnerable and pale


♪♫ Il avait toujours aimé la nuit ; aimé le silence tombant sur la nature et la couleur bleu malade que prenait le ciel, avait aimé la solitude d'un minuit passé à errer dans la Lande. Encore aujourd'hui, il contemplait les profondeurs de l'eau figée et se demandait si les étoiles qui parsemaient l'onde n'étaient pas les lueurs qu'avaient laissé là les âmes des noyés aux os rongés par les poissons dans la vase. Il n'avait pas peur de la mort. Il savait qu'elle viendrait, et il savait qu'il n'y avait nul besoin de l'attendre. La vie était pleine de petits moments comme ceux ci, à contempler le courant endormi sans voir sa réflexion dans le miroir de l'eau. Shiro n'avait pas de cauchemars, n'en avait jamais eu ; il était un être bien trop réaliste, plongé dans la poussière de souvenirs horrifiants tout le jour pour se soucier une fois la Lune entamant son règne de monstres imaginaires et d'insectes grouillants. Il suffisait parfois de suivre le chemin d'une luciole, de poursuivre les lueurs guidant jusqu'à une aube salvatrice ramenant avec elle un jour interminable. Shiro n'était pas un enfant, n'avait jamais été un enfant, mais plutôt une de ces marionnettes auxquelles l'on a jamais promis de se transformer en petit garçon, qui n'ont pas de conscience pour leur aider à discerner le bien du mal et pas de sens de la direction, juste une âme sculptée dans un bois trop dur et l'art de voir dans la pénombre.

Il tourna la tête, les crins emmêlés par une brise douce d'été, les roseaux fouettant la berge à ses pieds. Non loin de là un concert de crapeaux boeufs avait été entamé. C'était, après tout, la période des amours furtifs, et la nature veillait tard le soir pour saisir les quelques traces de vie en marche vers un nouveau jour. L'étalon huma l'air avant de virevolter sur le côté, emmenant dans son mouvement l'odeur de l'humus et l'humidité de l'onde dans son regard, avec la sensation d'être diligemment observé entre les fourrés ; un instant, il s'amusa à imaginer de petites créatures biscornues, effrayantes, cornues et pourvues d'yeux d'un noir sans fond. Il imagina des dents fines comme des aiguilles qui perceraient jusqu'à son coeur, l'ouvriraient en deux et en sortirait des lucioles mortes, sèches et éteintes. Il ne voulait voir que cela, des insectes rendus laids, ayant perdu leur sens, gris et perdus sans pouvoir être éclairés. C'est tout ce qu'il était ; éternellement perdu dans un cauchemar éveillé, un cauchemar sans monstre, un songe sans sentiment, juste une longue feuille blanche sur laquelle saigner les dernières gouttes de son innocence à courte durée.

Il inspira un air qui lui sembla trop doux et continua sa marche, baigné par les dernières lueurs d'un soleil mourant, entouré d'étoiles piquetées dans le ciel comme des mouches. Shiro leva la tête en l'air, et c'est en vain qu'il chercha une comète, une longue traînée de roche enflammée menaçante, le vrai monstre de l'espace, un de ceux qu'il était capables d'imaginer.

Un frisson remonta le long de son dos cambré, et ses yeux s'adaptèrent lentement aux alentours assombris, avant de tomber sur une silhouette inconnue, presque aussi frêle que les roseaux dansant sous la brise. Sa robe était un mélange de deux couleurs, comme une peinture d'enfant maladroit ayant trempé ses mains dans de l'or fondu et en ayant recouvert la feuille blanche de sa conscience. Shiro pencha la tête sur le côté, avança d'une démarche silencieuse et légère, s'arrêtant à la hauteur de la jument et jetant un regard à l'onde au courant plus rapide de ce côté de la rivière.


    « Vous essayez de noyer un cauchemard ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Farandole
Reine de la chatbox o/

avatar

ÂGE : 19
PUF : Nightfol
MESSAGES : 497

SEXE DU CHEVAL : Jument.
TERRITOIRE : Terres Orphelines.


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Vils rêves - Shiro   Jeu 4 Juil 2013 - 20:35

Ils suivent ensemble ce petit son de tambour, leurs pas se mêlent à cette lourde mélodie et ils sourient de leur prochaine prise. Ils laissent apparaître leurs longues dents jaunes dont il reste un peu de sang de la nuit derrière pour effrayer un peu plus la victime. Le goût de la chair d'un enfant baignant dans la peur avant d'être déchiqueté est meilleur que celle d'un simple gosse serein. C'est connu, au pays des monstres des cauchemars. Les voilà qui s'avancent, Farandole peut entendre leurs pas réguliers et rythmés, elle peut sentir les vibrations sur le sol. Elle s'arrête et cherche encore des yeux ces petites bêtes. Tout est dans l'imagination. Ils ne sont pas là, évidemment. Elle se sent idiote, d'un coup... Encore enfant.
Autour d'elle ne se trouvent pas de monstres hideux, mais il n'empêche qu'elle peut discerner la silhouette d'un étalon. Sa couleur cendre concorde parfaitement avec l'habit de la bienveillante Faucheuse. Elle n'est qu'un dérivé des créatures dont la petite jument a peur. Serait-il un monstre, cet être s'approchant d'elle ? Une seule façon de le découvrir : rallumer la lampe à son chevet. Une main d'enfant tâte l'interrupteur, et alors qu'une faible lumière envahit sa chambre, elle se rend compte que ce n'était que l'ombre des vêtements entassés sur sa chaise. Il n'est rien d'un monstre. Mais qui te dit que ce monstre n'est pas caché derrière ce monticule de tissu ?
Sa voix sonne comme un avertissement. Farandole y entend "Prenez garde, m'asphyxier ne m'empêchera pas de revenir chaque nuit." Qu'elle réponde d'un mensonge ou par honnêteté, le résultat sera le même : un cauchemar réapparaît toujours. Dire la vérité n'a jamais tué un enfant, pourtant.
« Essayer, c'est bien le mot... »
Elle donna un regard vers le ruisseau. Les ondes de l'eau, faiblement illuminée, transportaient un des roseau comme sur un lit de mort.
« ...mais il refait toujours surface. »
Un petit sourire se forma sur ses lèvres. Elle se rassurait elle même.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shiro
Reborn.

avatar

ÂGE : 19
PUF : Chunsa.
MESSAGES : 97

SEXE DU CHEVAL : Mâle.
TERRITOIRE : Terres Orphelines.


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Vils rêves - Shiro   Jeu 25 Juil 2013 - 16:23

 dreams, nightmares, in
s l o w m o t i o n


La nuit s'abat sur le paysage comme un voile noir sur le visage d'une veuve sinistre. Shiro avait vécu sur ces Terres toute sa vie, coincé entre les frontières invisibles d'une cage empoussiérée, et pourtant il n'avait pas la sensation de connaître un territoire dont il devrait peut être un jour hériter. Le monde des Orphelins était vide de la beauté qui caractérisait le chez soi, d'une beauté froide et changeante, qui avait tout du paysage apocalyptique d'un cauchemar. Il était le prince d'une espèce de nuit éternelle qui suivait le courant de l'onde du ruisseau sans fond, des abysses gémissant de la voix des enfants qu'elle avait englouti. Ce n'était pas encore eux, les monstres prisonniers de la vase, mais l'endroit en général qui rêvait de s'accrocher aux lèvres entrouvertes du dormeur et d'aspirer son dernier soupir.

Shiro tourna la tête vers la petite jument pie, une enfant tout au plus. Elle semblait terrifiée par il ne savait quel esprit de la nuit, et il hésitait entre la rassurer et la jeter à l'eau. C'était une étrangère, un étrange songe sortit de nul part, et sa présence ne faisait qu'alourdir encore ce poids sur son coeur. Le noir n'était pas habile avec les gens, tout au plus arrivait il à soutenir une conversation courtoise avant de disparaître à nouveau dans les ténèbres de son ombre. La présence de sa compagne était presque silencieuse, et pourtant il se sentait nerveux.

« On ne peut pas noyer le reflet de la Lune dans l'eau, après tout.

Tout n'était qu'illusion, un écran de fumée masquant des acteurs de théâtre grimaçants, des pantins se mouvant en slowmotion, des agents de la peur ricanant dans l'oreille du dormeur. On dit qu'un cauchemar est un démon qui s'assoit sur la poitrine des gens assoupis, une pression trop forte qui a depuis longtemps brisé côtes et coeur. Quelle drôle de mascarade, songea Shiro en contemplant le courant et la Lune qui semblait noyée au fond de l'onde, cette impression de converser avec une somnambule à la beauté de funambule. Sa compagne était fragile mais comme sûre de ses pas sur le fil de barbelé tendu de la vie. Quelle chance. Il ne savait toujours pas comment avancer.

« Racontez le moi.

Il ignorait si c'était de la curiosité ou juste un besoin de comprendre plus qu'il ne pouvait se déchiffrer lui même, mais il avait soif d'apprendre de cette petite fille à ses côtés, recroquevillée dans la pénombre et pourtant fixe et muette, contemplant avec lui le ruisseau. Ils étaient loin de faire un spectacle de marionnettes amusants, et un instant il se demanda si elle avait peur des masques, de ces masques collés contre la peau et asphyxiant comme l'eau étouffe un noyé, cachant tout le visage derrière et devenant le nouveau visage de son porteur. Quelles craintes pouvaient bien animer cet être ? Il connaissait les siennes, les souvenirs de sa mère s'éloignant toujours dans cette slowmotion ralentissant la douleur et la faisant durer comme le tintement d'une note d'orgue funèbre, il ressentait la sensation d'enfermement et la solitude, mais ce n'était que des émotions de grand et rien des frayeurs funestes de l'enfance qui reviennent parfois frapper le masque de l'adulte en pleine face. Il n'avait pas d'enfance. Shiro était le Capitaine Crochet de ses propres souvenirs, déchirant en longs lambeaux les pans de son enfance comme pour y chercher un trésor de bonheur. Mais le coffre était creux, vide de rires & d'un coeur perdu il y a de cela une éternité. Son âme voguait comme une seconde peau abandonnée, éclairée seulement par les lucioles et guidée par un rêve éveillé.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Farandole
Reine de la chatbox o/

avatar

ÂGE : 19
PUF : Nightfol
MESSAGES : 497

SEXE DU CHEVAL : Jument.
TERRITOIRE : Terres Orphelines.


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Vils rêves - Shiro   Jeu 10 Oct 2013 - 21:28

Ses prunelles brunes ne quittaient pas le ruisseau. Non, la Lune ne se noierait jamais... Trop haut perchée, tout là haut, dans un monde totalement différent de celui de ce lit où court l'eau. Pourtant, quelques oiseaux ne rêvant que de toucher cet astre se retrouvent parfois flottant à la surface, leurs plumes ébouriffés embourbées par l'eau. Leurs petits yeux noirs tournés vers le ciel, attendant chaque nuit de voir une dernière fois la Lune, faisant luire leur regard d'une couleur grisâtre, comme s'ils reprenaient un instant vie.
Peut-être que, si ces oiseaux pouvaient se noyer, la Lune aussi. Un instant, ses yeux plongées dans le fond noirâtre des eaux, Farandole se demanda si, au plus profond du ruisseau, l'on pouvait voir les astres. Les corps qui s'enfonçaient de jour en jour plus bas profitaient-ils d'une lueur grise la nuit venue ? Un petit point de couleur qui leur chuchotait au creux de l'oreille que plus haut, la vie continuait tandis qu'ils coulaient, coulaient, coulaient sans trouver pied ?
« Sûrement dans les histoires uniquement. »
Ces petites histoires et contes que l'on raconte au enfant à l'heure du coucher, ne délivrant ni message ni morale crédible dans leur monde réel. Le monde merveilleux auxquelles elles appartenait continuaient pourtant de faire rêver Farandole, le monde réel arrivé face à elle.
Farandole tourna brusquement son regard vers l'inconnu couleur des corbeaux lorsqu'il lui fit la requête de son cauchemar. Surprise et apeurée à la fois... Les bambins ne demandent pas d'avoir peur, les bambins veulent du rêve. Ceux qui souhaitent connaître les êtres d'effroi qui hantent les autres ne peuvent être que face à un monde réel. Plein de dureté, de neige qui glace le sang, de paroles déchirant les coeurs, et de combat.
Ou peut-être se fichait-il de ses angoisses, attendant simplement une histoire. N'importe laquelle. Après tout, lorsque les conteurs n'ont plus rien en réserve, un enfant demande tout et n'importe quoi.
Farandole eut un petit pas de recul et accepta alors de parler.
« Lorsque le sommeil m'emporte, la nuit venue, commença-t-elle en chuchotement, refusant de regarder dans les yeux l'être noir, je me retrouve entourée de... de... de créatures étranges. Je... Je ne peux rien voir d'eux, mais leurs dents acérées et pointues luisent dans l'obscurité, et leurs yeux me fixent. Quoi que je fasse, ils seront toujours là. Parfois, je peux courir, bien qu'ils me rattrapent quand même. D'autres fois, mes jambes sont clouées au sol, et je sens leur souffle sur ma peau. » Un frisson lui traversa le corps.« Des grognements se perdent dans les bruits de leurs respirations, et quand les nuits sont trop longues, leurs griffes me lacèrent de toute part, tandis que leurs dents rentrent doucement dans la chair... »
Sa respiration s'était accélérée, la peur l'eut déjà prit. Le souvenir même de ces monstres invisibles lui procurait les même angoisses que la nuit venue.
Elle reposa lentement et honteusement son regard noisette sur l'inconnu. Sa réaction l'effrayait déjà.
« Je... Je... » murmura-t-elle, sans trop savoir quoi dire.
Sûrement d'idiotes excuses qu'elle se serait efforcée de dire, par habitude, si elle n'était pas aussi baignée dans la peur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shiro
Reborn.

avatar

ÂGE : 19
PUF : Chunsa.
MESSAGES : 97

SEXE DU CHEVAL : Mâle.
TERRITOIRE : Terres Orphelines.


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Vils rêves - Shiro   Dim 29 Déc 2013 - 1:11


I can't drown my demons,

they know how to swim.


Il se sentait seul et découvert, un habitué de la pénombre avalé par cette dernière seulement pour être oublié dans son estomac, un Pinocchio antipathique prisonnier de ses pensées aux yeux lourds et baissés. L'insomnie lui manquait, car si la nuit pouvait être effrayante il aimait les secrets qu'elle murmurait à son oreille encore inexpérimentée, les promesses qu'elle amenait avec un vent du sud tiède et empli de grains de sable. Il aurait voulu voyager, mais ses responsabilités le gardaient enchaîné sur ces terres orphelines qu'il aimait malgré lui, comme l'enfant malade s'attache à son lit d'hôpital.

Sa respiration, à ses côtés, était discrète, et c'était à peine si la présence de l'enfantine jument était ressentie. Elle était comme une ombre, une autre ombre fuyante à la Peter Pan, qui s'égare et accepte de rester quelques secondes aux côtés d'un rêveur, avant de s'engouffrer dans l'oubli une fois l'aube venue. Pour tout ce qu'il savait, elle aurait pu être une illusion. Elle était assez belle pour être un cauchemar, l'un de ceux qui hante le dessous des paupières longtemps après qu'il se soit manifesté dans l'esprit dérangé. Mais elle avait trop peur pour être effrayante ; et c'était sa crainte qui suintait d'elle et l'imprégnait, lentement et sûrement, un vampire gourmand de sensations.

" Connaissez vous beaucoup d'histoires ? "

Il n'avait jamais beaucoup entendu de contes de fées. Son père gardait ses histoires dans sa tête, comme par peur qu'on transforme ses pensées en armes, et lui n'avait que des murs auxquels s'adresser, les murs nus de la maison hantée qui s'effritaient lentement, et faisaient résonner l'écho. Shiro avait déjà inventé quelques amusantes comptines néanmoins, des histoires de grenouilles avides de couronnes et de fées mutines séduisant des hommes trop faibles. Et alors qu'il baissait le regard vers le reflet de l'eau acariâtre, il aurait presque cru aux sirènes et à leur longue chevelure argentée.

La confession de la petite jument le surprit, et il entrouvrit les lèvres à mi-chemin comme pour la stopper, avant de rester silencieux et de se contenter d'écouter, une activité dans laquelle il était meilleur.

Il releva le regard et chercha le sien, encore plongé dans une réflexion à moitié avortée, avant d'avoir un demi sourire indécis, tentant d'imaginer les monstres qui hantaient cette petite créature apeurée, incertaine.

" Peut être ne devriez vous pas les affronter seule. "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Farandole
Reine de la chatbox o/

avatar

ÂGE : 19
PUF : Nightfol
MESSAGES : 497

SEXE DU CHEVAL : Jument.
TERRITOIRE : Terres Orphelines.


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Vils rêves - Shiro   Ven 3 Jan 2014 - 0:00

Des histoires. Farandole aimait les histoires… Celle où les êtres à l’honneur grand mais à l’intelligence futile sont remerciés par des dons incroyables, et où les démons périssent dans l’agonie. Elle aimait à les écouter, analyser les moindres des éléments de ces contes, et s’imaginer à la place des gentillets petits personnages. Mais quand l’on terminait de les raconter, elles lui rappelait à quel point la vie peut être mauvaise par rapport à ces jolies histoires. De là à en connaître beaucoup… Elle ne les retenait pas bien longtemps, et, elle eut beau en chercher au fin fond de sa mémoire, elle n’en débusqua pas. Ce n’était que des bribes de contes, sans véritable fin ni commencement. Tout s’entremêlait dans sa tête. Mais ces morceaux lui suffiraient sûrement à en créer de nouvelles.
Elle secoua la tête, et ses crins roux et blancs se balancèrent. Sa voix se dota de moins de peur, plus d’assurance, et elle répondit :
« Non. De simples pièces de puzzles à compléter pour en inventer une autre. Et vous, en connaissez-vous ? Vous seriez capable d’en imaginer ? »
Lui, cette ombre noire dans la nuit déjà bien obscure, devait peut-être en savoir, et pourrait les lui conter. Il semblait jeune. Assez pour que le souvenir de ses parents faisant récit d’une petite histoire lui revienne à l’esprit facilement. Elle-même restait jeune, mais les fables lui apparaissaient bien loin. Elle n’avait pas vécu longtemps avec sa mère, qui les partageait sur un ton fatigué et le faisait surtout pour se débarrasser de la pouliche. Aussi, même si elle les aimait, elle ne pouvait pas les appréciait autant qu’elle l’aurait souhaité…
« Peut-être ne devrez-vous pas les affronter seule. » Farandole chercha le sens de cette phrase. Pas beaucoup de temps. Il voulait l’accompagner pour cette nuit là, trouva-t-elle. Un sourire se dessina sur ses lèvres. Il ne serait pas de refus, et il possédait plus d’assurance et de courage qu’elle. Merveilleux compagnon contre ses monstres. Gentil avec cela. Elle dit :
« Non, je ne devrais peut-être pas, mais m’aidera-t-on ? »
Après tout, elle se trompait sûrement. Elle n’était plus certaine de ce que cela signifiait...


[ Désolée c’est pas génial >< ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shiro
Reborn.

avatar

ÂGE : 19
PUF : Chunsa.
MESSAGES : 97

SEXE DU CHEVAL : Mâle.
TERRITOIRE : Terres Orphelines.


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Vils rêves - Shiro   Sam 8 Fév 2014 - 1:14


Lately I've been losing sleep ; dreaming about the things we could be.

Il passa sa langue sur ses lèvres, lentement, comme pour y chasser le goût d'un rêve amer et collant de mémoires sa bouche pâteuse, grimaçante et hésitante. Il avait toujours su montrer les dents, mais pas vraiment sourire ; toujours su hurler haut et fort, mais sans évacuer la rage. Il avait connu des colères froides qui le laissaient paralysé, la gueule de travers et la peau tremblante, hésitant à se jeter de très haut pour échapper aux désillusions ou a se replier sur la noirceur de son être et à nourrir un peu plus ses doutes de la chair de ses os, de son sang vicié. Shiro jeta un long regard aux alentours, bouche entrouverte, comme s'attendant à ce que le voile de la nuit ne se lève et l'engloutisse sous des tonnes de velours empoisonné, une mascarade semblable à l'assassinat de Julius Caesar ; il connaissait l'histoire sans même l'avoir étudiée, et il n'imaginait que trop bien la cape blanche du général romain recouverte de son propre sang, trop rouge pour appartenir à un dieu et trop vif pour être de ce vin épais qui permet d'oublier et brûle le corps tout entier dans un abandon décadent ouvrant les yeux sur le monde ou les fermant à jamais. La cape blanche. L'ironie était délicieuse, que Shiro signifie Blanc et que Kuro signifie Noir, comme un étrange ying yang distordu ne parvenant plus à s'emboîter. ll n'avait jamais su qui avait eu l'idée, ni pourquoi toute sa famille avait disparu en un coup de vent, une après midi d'été entêtante où tout s'était effacé devant ses yeux. Un ouragan d'émotions qui l'avait laissé déraciné, jeune arbre foudroyé par la tempête.

Les contes de fées, ils ne les connaissaient pas trop ; ils savaient nommer les créatures qui les habitaient, les princes transformés en crapauds et les princesses d'une patience infinie, les gobelins à la peau grise et les fées aux ailes pailletées. Il lui arrivait d'oublier la frontière qui séparait le bien et le mal, et il finissait confus en écoutant les récits que l'on murmuraient à la nuit tombée, à se demander pourquoi cette vieille sorcière voudrait s'en prendre à cette jeune et belle princesse, et à s'endormir, les paupières alourdies par le poids des étoiles et le coeur écrasé par le poids des pensées, s'interrogeant sur son éventuel rôle dans ces légendes. Serait il un chevalier à l'armure d'acier, ou un dragon emprisonnant sa damoiselle parmi les plus beaux trésors de la terre ? Tous les petits garçons grandissent avec l'idée implantée dans la tête qu'ils doivent être braves, mais il lui semblait qu'il fuyait ses responsabilités avec l'assiduité d'un de ces suicidaires qui passent leur vie à courir en se retournant trop souvent pour vérifier que leur ombre les suivent.

" Je connais des histoires de dragons, et des histoires de sorcières. Je connais des princesses qui voient de l'amour dans le coeur de bêtes féroces, et je connais des chevaliers qui pourfendent les coeurs d'autre créatures dont la férocité est supérieure encore. Je connais beaucoup de choses ; je sais me réciter dans la tête l'histoire de la Princesse Aux Petits Pois et je sais aussi un peu de la Flûte de Pan, et je me rappelle d'une reine qui portait la nuit comme une robe et était jalouse de sa fille qui elle était parée du soleil. "

Et il tourna son visage serré, ses yeux cernés et son sourire tordu vers elle, tout ce qu'il y avait de plus disloqué et de plus brisé chez lui placardé sur son visage :

" Mais parfois, je me demande si vivre avec la reine de la nuit n'est pas plus amusant. La lumière ne fait qu'éclairer et accentuer chacun de mes défauts. "

Shiro se souvint des placards de la maison hantée, de la poussière qui s'en échappait en tornade lorsque les planches craquaient et que les portes étaient ouvertes, se remémora les gouffres sans fin des tiroirs et les ombres que projetaient les arbres biscornus sur la fenêtre sale. Des formes ténébreuses ressemblant à des kobolds voleurs d'enfants, venant l'enlever pour le faire l'un des leur. Il avait entendu des histoires sur des créatures laides qui échangeaient leur progéniture contre des bébés humains, et il s'était même demandé si il n'était pas l'un de ces gamins kobolds, une de ces abominations inversées au berceau. Il s'était inventé ce monde où son père était le roi des Gobelins, et sa mère une jeune fille venant réclamer son enfant volé dans son château sombre gardé par les kobolds tordus postés devant les fenêtres. Mais Shiro avait été jeune, et les détails de cette aventure fantastique lui restaient inconnus. (*note)

" Avant d'appeler au secours, il faut déjà avoir essayé de s'être sauvé. "

L'étalon jeta un regard à la petite jument pie, avant de rajouter d'une voix plus douce :

" Je peux vous aider, si tel est votre désir. Ma nuit n'est pas occupée et je serais prêt à mourir pour vous sauver de ces monstres qui vous tourmentent, sur mon honneur de voyageur des grands chemins. "


( * à vrai dire les détails de cette aventure fantastique sont parfaitement connaissables : je me suis fortement inspirée du film Labyrinth pour l'histoire des enfants enlevés.
PS : ce texte est certainement bourré de fautes. J'ai fais une relecture, mais mes yeux picotent donc des choses ont sûrement du me manquer. )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Farandole
Reine de la chatbox o/

avatar

ÂGE : 19
PUF : Nightfol
MESSAGES : 497

SEXE DU CHEVAL : Jument.
TERRITOIRE : Terres Orphelines.


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Vils rêves - Shiro   Dim 20 Avr 2014 - 2:18

Farandole écouta attentivement Shiro, pendue à ses lèvres comme une enfant. On lui avait trop peu conter d'histoires, et en entendre de nouveaux lui donnait une sorte de joie. Il connaissait tant de fables, qui avait bien pu les lui apprendre ? Elle resta muette devant son récit, s'imaginant les êtres et créatures fantastiques qu'il décrivait. Elle se rendit compte alors que les mondes imaginaires eux-même n'offraient pas bonheur à tout le monde. Une pâle copie de l'univers réel, mais où les pêchés empêchent la prospérité. Ainsi, les maudits s'interdisaient d'eux-même le bonheur. Serait-elle heureuse dans un conte ? N'enviait-elle pas les autres et leur existence joyeuse ? Peut-être devrait-elle simplement se persuader que son destin changerait, et elle n'aurait plus à craindre quelconque problème. Elle se souvint alors qu'elle ne se trouvait pas dans une histoire, mais bien dans la vie véritable. Rien ne valait vraiment la peine d'arrêter des rêveries de gamins.
Et, même si la reine de la nuit enviait sa fille du soleil, elle était en droit de se vanter de quelque chose de formidable : Shiro la préférait à son enfant. Les yeux de Farandole divaguèrent et tombèrent dans l'eau du ruisseau. Il reflétait les points blancs qu'on appelait étoiles, et leur maitresse lune, teintée de gris malgré une face majoritairement blanche. Elle essayait d'éclairer aussi bien que le soleil, mais sa jalousie se montrait par ces touches grisâtres. Elle songea à une chose : si le soleil illuminait le monde, les étoiles de nuit se chargeaient du même travail. Elle demanda doucement :
« La lueur des étoiles et de la lune ne vous effraient donc pas ? N'auriez vous pas peur que l'on vous découvre véritablement ? »
Farandole ne mettait rien en lumière. Elle ajoutait simplement de la couleur. Il pourrait lui mentir, qui s'en soucierait ? Les contes sont des mensonges, mais on les aime toujours autant.
Elle se sentit un instant rejeté par Shiro, à sa réponse, marquant ce sentiment par un léger mouvement de recul. Alors qu'elle le fixait du regard, ses yeux vadrouillèrent pour observer le sol, un peu honteuse. Elle s'en voulut alors de demander ainsi de l'aide pour ses démons d'enfants. Après tout, il était en droit de ne pas se préoccuper d'elle. Une simple inconnue torturée par des... hallucinations ? Tout était possible. Et puis, elle n'avait jamais essayé de se sauver, à vrai dire. Elle avait trop peur pour tenter quoi que ce soit.
Farandole partait dans les extrêmes, dès que quelque chose lui arrivait. Elle se l'avoua lorsqu'il continua sa réponse, et elle fut tout de suite plus soulagée. La voix adoucie avec laquelle il parla y était pour quelque chose. Un sourire tordu se dessina sur ses lèvres, et elle releva ses prunelles noisettes sur lui. Elle dit :
« Je vous remercie d'un tel dévouement. Votre honneur est grand pour sauver la simple personne que je suis. Un honneur de voyageur, et pourtant digne des chevaliers. N'en auriez vous pas été un, auparavant ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Vils rêves - Shiro   

Revenir en haut Aller en bas
 
Vils rêves - Shiro
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Chrono de Shiro
» Kamui Shiro
» Shiro Fonbo sur facebook
» Kuro, l'ombre gardienne de Shiro
» Mai 1162

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Horse-Wild :: COMMENCEMENT. :: ARCHIVES [JDR]-
Sauter vers: