Jeu de rôle équin
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

NOUS CHERCHONS DE NOUVEAUX DOMINANTS ! Pour plus d'infos direction les annonces : nous rejoindre !

Rejoignez le club des fruits et légumes d'HW dès maintenant !

Partagez | 
 

 Lilith

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sorrow
Two can be complete without the rest of the world.

avatar

ÂGE : 19
PUF : Chunsa.
MESSAGES : 3691

SEXE DU CHEVAL : Quéquette. 👀
TERRITOIRE : Concierge des Terres Orphelines à la retraite.


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Lilith   Mer 11 Juil 2012 - 11:12


Code:
[img]http://img15.hostingpics.net/pics/617561LILITH.png[/img]

LILITH

Nom — Lilith
Race — Un peu d'anglo arabe, le reste n'est que sang sale.
Sexe — Femelle
Âge — 3 ans.

Souvenir, présent, avenir...

Son passé —
Il y’avait dans une contrée lointaine une immense forêt noire comme les abysses dans laquelle vivait toute sorte de créatures qui semblaient tout droit sorties d’un recueil de contes de Grimm. Dans cette forêt vivait aussi une bête qui, depuis longtemps, provoquait les murmures et les craintes des troupeaux de chevaux de la forêt. Certains l’appelaient « L’ombre » d’autres « La dévoreuse » mais personne ne connaissait son véritable nom. Ils pensaient qu’il s’agissait d’une divinité païenne en colère, échouée sur terre après avoir perdu ses fidèles. Une déesse cruelle qui enlevait de jeunes juments une nuit de chaque mois pour la dévorer dans les tréfonds de la forêt.

Bien entendu, quelques fortes têtes s’obstinaient à dire qu’il ne s’agissait que de fables et qu’en réalité, les jeunes écervelées dont on ne retrouvait jamais rien n’était que de jeunes rebelles avides de liberté qui s’étaient perdu dans les bois. Mais lorsque les fanfarons tentaient de faire avaler cette version des faits aux anciens, ces derniers secouaient la tête lentement, les lèvres basses et les yeux baveux, marmottant entre leurs dents pourries : « Non, non, la vieille Carmilla la vue, le démon, elle l’a vue de ses yeux vue ! ». Et c’était bien vrai que la Carmilla, une vieille jument chenue qui avait droit au respect de tous, l’avait vu, mais elle n’en parlait jamais.

Lilith n’était pas un démon. Elle n’était pas une déesse païenne. Elle était une âme égarée sur cette Terre, une de celles qui courent, qui ne touchent pas de leurs sabots brûlants le sol, les lèvres retroussées en un rictus dégoulinant d’une bave sanguinolente, les yeux révulsés, le sang fiévreux, le corps rongé d’une maladie qui la minait de l’intérieur et agitait de tic sa façade extérieure.

Elle était née dans cette forêt qu’elle avait toujours connu, sous un sapin branlant qui menaçait de tomber sur elle à chaque instant. Sa mère était la plus horrible créature que cette terre est jamais pu porter : laide comme la gale, et mauvaise de l’intérieur. Son père ne s’était jamais présenté à la mise bas, et c’est pourvue d’une sorcière comme éducatrice et d’une présence paternelle absente que grandit l’avide petite Lilith, qui jamais ne parvint à atteindre la pureté des petites pouliches qu’elle entrapercevait entre deux arbres.

Oh oui, Lilith les espionnait longuement ces petites pouliches qu’elle prenait pour des nymphes, qui trottinaient oh si délicatement avec leurs longues jambes, si proches mais hors d’atteinte, leurs petits rires de crécelle résonnant dans ses oreilles, le son trop pointu, trop aigu, presque insupportable…

Ses rêves étaient déjà sales et pervertis par les contes que sa mère lui susurraient à l’oreille et elles passaient ses nuits brumeuses recouverte d’une fine couche de sueur froide.

Dans ses rêves, tout était beau et idéal, dans ses rêves il y’avait tout se dont elle rêvait, un papa écrasé sous un grand sapin à l’ombre aveuglante, une maman dont on avait effacé la bouche et les yeux, et une belle clairière ensoleillée où gambadait des nymphettes avec leurs longues jambes trop fines et leurs longs cils humides. Elles étaient toutes là, belles, si belles qu’elle ne pouvait pas se contenter que de les observer, qu’elle devait sortir de sa cachette et se mêler à elles, supporter leurs cris d’horreur alors qu’elles remarquaient la présence de l’intruse, de l’horrible petite créature faite de saleté qu’elle était. Mais il ne fallait pas s’inquiéter, Lilith deviendrait bientôt comme elles, une petite nymphe, et elle serait la plus belle , oh oui la plus belle de toutes ! Elle les dévorerait pour cela, il fallait qu’elle les avale, qu’elle les porte en elle, qu’elles rayonnent au travers de sa peau… Oh, comme elle les voulait et comme sa bouche pouvait s’ouvrir grande pour toutes les avaler d’un coup…

La constitution de la pouliche n’était pas faible. Elle était née forte et plus grande que la normale, et bientôt elle fut même capable de malmener sa persécutrice, sa mère qu’elle détestait, dont les mamelles étaient trop sèches et les mots du poison. Comme elle pouvait haïr à un si jeune âge, la petite, sa famille et la grande forêt angoissante, et les petites nymphes qui avaient peur d’elle lorsqu’elles la découvrait dans l’ombre ! Et comme elle avait mal à la tête, toujours mal à la tête, toujours ses pensées qui ne voulaient pas la laisser tranquille, ces fantasmes répugnants … Mais dans l’horreur n’y a t’il pas quelque chose de rassurant ? De bestial, une sorte de berceuse qui susurre lorsque le sang s’écoule d’une plaie trop profonde… Oh comme elle rêvait de goûter le sang des nymphettes, d’enfoncer ses dents dans leur chair tendre, de découvrir leur intérieur, jouer avec elles…

L’adolescence de Lilith passa comme une piqûre, rapide mais douloureuse, et paralysante. Son corps changea, elle se sentit pousser et prendre de la puissance, et les nymphettes devinrent encore plus belles, leurs formes plus pleines, leurs sourires plus charmants, leurs battements de cils ensorcelants. L’instinct pervers de la pouliche ne s’était pas apaisé et elle profitait encore des jeux de lumière de la forêt pour les observer, ses douces demoiselles, se rouler dans la mousse tendre d’un début d’automne.

Un détail, cependant, provoquait sa rage. Ses belles poupées ! Ses magnifiques petits pantins ! Souillées si jeunes, si avides de se risquer à des jeux bien malhabiles que leur dictait des hormones enrageantes ! Ses poupées qui flirtaient sans honte avec de jeunes mâles dont la voix n’était pas encore toute faite mais qui débordaient déjà d’audace, des créatures sans grâce, sans aucun intérêt, qui la dégoûtaient jusque dans les tréfonds de son être. Et le pire ! C’est qu’une fois déflorées ses créatures devenaient aussi vulgaires qu’eux, perdaient de leur beauté envoûtante. Leurs formes se brouillaient, leurs yeux devenaient lascifs, leurs petits minois vulgaires … Quelle perte ! Quelle infamie !

Lorsqu’elle eut grandit, Lilith n’était plus qu’une partie de la forêt, une ombre que personne ne connaissait et qui effrayait parfois quelques jeunes pouliches entre les arbres. Certains disaient qu’elle était une âme en peine en quête de quelque chose et qu’il ne fallait pas la déranger, d’autres commençaient à se douter, plus intelligents, que tout cela ne tournait pas rond. Mais comment auraient ils pu prévoir ?

Elle avait suivi la trace de la plus délicieuse, la plus exquise des créatures depuis quelques jours. La beauté de cette jeune nymphe était telle qu’elle éclipsait toute celle de ses camarades. Son odeur, son corps, ses yeux d’un noir profond, autant de détails qui l’attiraient irrésistiblement vers elle, jusqu’à perdre toute patience… Elle ne pouvait dormir la nuit, obsédée par ses formes et par les contours de ses sourires minces… Et quel était son nom ? Le nom le plus charmant, le plus magnifique de sa muse était Echo. Sa sublime petite Echo, blanche comme une neige de décembre matin, fine comme une aiguille, et surtout muette ! Muette ! Pas un seul mot vulgaire ne pouvait sortir de cette bouche à tout jamais close … La parfaite petite poupée, la sienne, dont elle ne se lasserait jamais…

Oh, comme elle se languissait d’elle ! Elle voulait caresser sa peau de ses lèvres sèches et brutalement planter ses dents aiguisées dans sa chair et la couvrir de rouge, la rendre plus belle encore, une œuvre d’art, avant de la dévorer toute entière, de se repaître de son âme pour devenir elle aussi parfaite, pour devenir Echo, belle et pure…

Mais sa petite bulle éclata un beau jour, alors qu’elle se dirigeait vers la petite clairière dans laquelle aimait batifoler sa muse. Elle y était bien, comme tous les jours, mais pas seule. Il était là. Prédateur, affreux, félin, son corps exhalant la putride fragrance des désirs infâmes… La vue était insupportable, Lilith sentait son cœur se fracturer petit à petit, sa colère gonfler dans son corps fort et endurant…

Et alors que le galant se penchait pour déposer un baiser sur la joue rougissante de sa promise, elle fonçait comme un fauve, grondante, les dents découvertes, le regard fou, et se jetait sur le mâle, ses dents s’enfonçant dans chaque partie tendre de la peau qu’elle pouvait atteindre, ses sabots labourant le ventre offert. L’animal poussait des cris de goret, la douce Echo ne pouvait qu’observer, la bouche béante, les yeux emplis de larmes. Mais bientôt il n’y avait plus qu’à pleurer une masse immobile et recouverte de rouge, encore dominée par la frémissante tueuse dont les babines grondantes étaient d’un rouge écumeux et les yeux habités d’une lueur insatisfaite. Lentement elle tourna son regard vers la blanche, ses yeux étrangement adoucis, sa bouche retroussée en un sourire macabre. Lentement Lilith se dirigea vers la mince créature qui ne songea pas à courir pour sa vie, tassée sur le sol et secouée de sanglots silencieux, observant le monstre avec de grands yeux.

« Shhh… Tu n’aurais pas peur de moi, n’est ce pas ? Je viens de te sauver, ingrate ! Tu ne sais pas ce qu’il t’aurait fait, comme il t’aurait rendu laide … Tu veux rester belle et pure pour moi, n’est ce pas ? Tu es à moi, tu ne peux pas partir, tu dois rester ainsi, parfaite, si parfaite…

Alors qu’elle s’approchait ses yeux exorbités touchaient presque le visage de sa compagne, qui, secouée d’un frisson, secoua frénétiquement la tête négativement, les membres tremblants.

« Comment ça, non ? Non… Tu ne peux pas dire non !

Un postillon sanglant atterrit sur le front de la petite Echo, qui entrouvrit la bouche avant de disparaître, brutalement, dans un long claquements de sabots, bientôt suivie par son cauchemar qui ricanait follement, béate, ne faisant aucun effort pour la rattraper, profitant de sa panique et de son désarroi. Les battements du cœur de Lilith avaient augmenté comme jamais auparavant, son excitation se lisait sur chaque replis de son visage. Et alors qu’elle fondait sur sa proie et l’admirait se transformer en une poupée de chiffon de plus en plus molle sous ses assauts, un bonheur intense vint apaiser son esprit fou. Un maelstrom de panique, d’adrénaline et de plaisir se mélangèrent alors que ses dents s’enfonçaient sous la peau, que le sang roulait sur sa langue, qu’elle observait la bouche grande ouverte de Echo, qui voulait crier mais ne le pouvait pas. Ses larmes se mêlaient au sang et cela le rendait plus délicieux encore.


Telle était l’histoire de Lilith, du moins son commencement. Elle ne pouvait ressentir de regrets ni de remords, et son premier meurtre ne fut pas le dernier, chacun d’entre eux ayant pour but de la rapprocher un peu plus de la perfection, de la beauté et de la pureté tant désirée. Mais ce en quoi les anciens avaient tort, c’est qu’elle n’était bel et bien plus dans la forêt. Que si, ces derniers temps, des juments disparaissaient, ce n’était pas à cause de l’esprit maléfique. Lilith s’était mise en marche.

Sa psychologie —
Elle est profondément déséquilibrée et elle ne le sait pas, elle ne le sent pas. La vie n’est pour elle qu’une longue piste de chasse, une longue quête de sa définition de la perfection. Et pour atteindre ses objectifs, elle doit abattre, encore et encore, ce qu’elle recherche, traquer la pureté et éradiquer la souillure, sans remords. La conception de la vie et de la mort de Lilith est complètement déséquilibrée puisqu’elle pense que chacune de ses victimes revit en elle et lui permet d’atteindre jeunesse et innocence. Chaque année qui passe et qui la vieillit est pour elle un supplice et elle agit parfois comme une enfant, capricieuse, cruelle, obstinée. Elle ne joue jamais de ses charmes qu’elle ne connaît pas et hait les étalons plus encore qu’elle ne se hait elle même.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Lilith   Dim 20 Jan 2013 - 1:05

[justify]

Ce qui te plaît chez lui — Son caractère, le fait qu'elle soit obsédée par la perfection, meurtrière à souhait. C'est un personnage qui me fascine et me dégoute quelque part, mais elle me plait, vraiment.
Promets-tu d'être actif ? — Oui, je suis pratiquement toujours chez moi, et lorsque je pars chez mon copain, j'ai toujours un ordinateur à porter de main :)
Ton niveau de RP —
La vie est injuste, cruellement injuste. Mais la vie est si précieuse... Un souffle, une pensée, une douce caresse éphémère. Alors pourquoi est-elle si dure ? Sans doute parce que ce qui est précieux est fragile et qu'il faut se battre pour le mériter.

La nuit avait engloutie dans ses ténèbres toutes les terres, l'aube ne tarderait pas à se lever... L'aube... Voilà ce que son nom signifiait. Elle aimait cette atmosphère, plus que tout, l'atmosphère qui l'avait acceuillie alors qu'elle était seule, sans chaleur, sans amour. Cet atmosphère d'hiver glaciale qui l'avait entouré de son doux manteau de neige.

Je ne sais pas depuis combien de temps elle marchait. Sans doute des jours, des semaines, sans fin, sans eau ni nourriture. Elle était affamée, fatiguée, sans force, complètement épuisée. Comment faisait-elle pour être encore debout et marcher ? La volonté, la survie, je présume. Quelque chose la poussait à venir ici, une lueur d'espoir peut-être ? Elle n'en savait rien, elle devait juste continuer.

L'aube... Enfin, sa mère protectrice se réveillée. Elle releva douloureusement la tête pour l'observer s'élever dans le ciel. Au loin, un arbre, seul, au milieu de nul part. Elle s'avança, de ses jambes frêlent, elle prit le pas jusqu'à lui.

Elle se laissa tomber, coller contre le tronc de cet arbre et dans un murmure, pronnonca

- Pourquoi n'es-tu pas là, maman. Maman, dis-moi... Elle soupira longuement, s'endormant au pied de ce grand arbre. Rêvant de chaleur et d'amour, du bon lait maternelle qu'elle avait oublié depuis bien longtemps.

D'autres chevaux joués ici ? — Gryning ^^
Comment as-tu connu HW ? — Top site :)
Le mot de la fin — /// =)justify]
Revenir en haut Aller en bas
Sorrow
Two can be complete without the rest of the world.

avatar

ÂGE : 19
PUF : Chunsa.
MESSAGES : 3691

SEXE DU CHEVAL : Quéquette. 👀
TERRITOIRE : Concierge des Terres Orphelines à la retraite.


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Lilith   Dim 20 Jan 2013 - 2:11

    En tant que sa créatrice je suis d'accord, met la signature et tu peux la jouer :)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ocëan Pearl
the reason to start again

avatar

ÂGE : 20
PUF : PxdxlF
MESSAGES : 10515

SEXE DU CHEVAL : Jument
TERRITOIRE : Ancienne Dominante des Terres Trompeuses


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Lilith   Dim 20 Jan 2013 - 9:26

J'ajouterais que selon cette règle lorsque tu joues deux personnages ou plus, l'un d'eux doit être dans un troupeau. Donc tu vas devoir choisir l'un des trois troupeaux pour l'un de tes personnages ^^'.


Dernière édition par Ocëan Pearl le Ven 24 Oct 2014 - 12:40, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Lilith   Dim 20 Jan 2013 - 13:34

Alors je vais prendre les terres orphelines pour Lilith :)
Revenir en haut Aller en bas
Nightcall

avatar

ÂGE : 22
PUF : London
MESSAGES : 303

SEXE DU CHEVAL : Jument / Etalon
TERRITOIRE : Solitaires


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Lilith   Dim 20 Jan 2013 - 14:48

Faut que tu demandes , alors ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fantôme

avatar

ÂGE : 30
PUF : Cheerry
MESSAGES : 4025

SEXE DU CHEVAL : étalon
TERRITOIRE : aucun


Boîte à information.
Arbre généalogique:
Relations & Liens:
Relations & Liens:

MessageSujet: Re: Lilith   Dim 20 Jan 2013 - 19:28

welcome :)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Lilith   

Revenir en haut Aller en bas
 
Lilith
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» présentation Lilith Chik'ari
» Ensevelissement de Lilith ...
» Galerie de Lilith
» Une chasseuse égarée ?[PV Lilith]
» Des traces du passé, et de la porte des âmes... (pv Lilith)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Horse-Wild :: COMMENCEMENT. :: LE PRÉSENTOIR :: LES PRE-CREES :: PERSONNAGES PRIS :: ANCIENS PRE-CREES-
Sauter vers: